Naviguer : Accueil > Search

Search Results

Pourquoi Bambino Trust…

novembre 4th, 2011 | 1 Comment | Posted in F1 Leaders

L’affaire de corruption entre Bernie Ecclestone et Gerhard Gribkowsky a mis en lumière une société écran appartenant à l’argentier de la Formule 1 : Bambino Trust.

Cette obscure société est basée au Liechtenstein et a été fondée en Décembre  1997. Discrètement. Dans le montage financier qu’avait construit Bernie Ecclestone dans les années 90, Bambino Trust était au nom de sa femme Slavica. Un principe astucieux destinée à éviter une seule chose : l’impôt.

En effet, Slavica, d’origine Croate, n’avait pas assez vécu au Royaume-Unis pour demander à y être une résidente. Une niche fiscale qu’a parfaitement exploitée son mari. Selon la loi fiscale de l’autre côté de la Manche, si Ecclestone devait à mourir, sa femme aurait eu à payer 40% sur l’héritage. Afin d’éviter le problème, l’argentier de la Formule 1 a fait immatriculer au nom de sa femme et de ses filles une société à l’étranger.

« On m’a conseillé d’émettre des actions, car à cette époque, Slavica ne vivait pas depuis 18 ans en Angleterre pour se qualifier de résidantes. Si je venais à mourir à ce moment, la femme pouvait prendre ne charge le patrimoine, sans payer d’impôts. Mais elle ne rentrait pas dans ce cas de figure et elle aurait payée beaucoup d’impôt. Ainsi cela a été le moyen de la protéger. » explique Ecclestone.

Une bonne idée à l’époque et une catastrophe aujourd’hui. Bambino Trust a été mis en lumière dans l’affaire de corruption.

Affaire Gribkowsky : un pot de vin pour sauver Ecclestone ?

octobre 26th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in F1 Leaders

Nous sommes en 2005, le consortium Speed Invest, composé BayernLB, JP Morgan et Lehmann Brother, possède 75% de la SLEC, société détentrice des droits commerciaux de la Formule 1. Durant toute cette année, l’établissement bancaire allemand aurait menacé à plusieurs reprises et durant plusieurs réunions de limoger Bernie Ecclestone.

Au tribunal de Munich, ce mercredi, Harald Gloeckl, ancien responsable de la banque allemande a déclaré que durant plusieurs réunions, les hauts responsables de BayernLB a indiqué à Bernie Ecclestone son intention de el remplacer parce qu’ils « pouvaient faire sans lui ». Le témoin précise qu’il n’était pas au courant du pot de vin touché par Gerhard Gribkowsky, désormais dûment estimé à 66 millions d’euros (92 millions de dollars). Le banquier allemand a touché 32 millions.

Le témoin précise que Gribkowsky, en interne dans la banque BayernLB, a milité pour l’éviction d’Ecclestone, mais vantait sa relation étroite avec le milliardaire britannique et racontait qu’il pouvait être le successeur d’Ecclestone. Le témoin, précise aussi qu’avant la vente de la SLEC au CVC Capital, Gribkowsky, assistait aux réunions sur la Formule 1, sans l’assistance de son équipe, sous le prétexte que « c’est la façon dont veut traiter Bernie ».

Ce témoignage est important car il démontre la raison de la manœuvre de l’argentier de la Formule 1. Entre 2003 et 2005, Ecclestone a tenté de racheter les parts des banques pour redevenir indépendant. Toutefois, acculé dans son duel avec ses partenaires bancaires, il a donc visiblement provoqué la vente de sa société, de manière avantageuse, auprès du CVC.  Pour assurer son avenir et éviter d’être limogé par l’établissement bancaire allemand. Le pot de vin devant faciliter la vente des actions de BayernLB, qui était le principal actionnaire à l’époque.

Une perte stratégique pour Bernie

septembre 11th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in F1 Leaders

Ancien partenaire commerciale et conseiller juridique auprès de Bernie Ecclestone depuis le longues années, Stephen Mullens a rompu tous ses liens avec le milieu de la Formule 1, selon le Sunday Times.

Au milieu de la bataille juridique,  qui a lieu du côté de Munich, avec l’affaire de corruption Gerhard Gribkowsky, cette perte est importante. Mullens a démissionné de 7 sociétés gérant les affaires commerciales de la Formule 1. Mais il n’y a pas plus de détails.

Bernie Ecclestone n’a pas fait de commentaires.

Affaire Gribkowsky : première réaction du CVC Capital

septembre 5th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Politique

CVC Capital a nommée son co-fondateur, Donald McKenzie, directeur de la holding Delta Topco (holding de tête de la Formule 1) selon The Daily Telegraph.

Une mesure indispensable pour le fond anglais d’investissements. Il y a une semaine, les membres du CVC se préoccupaient des événements et répercutions de l’affaire Gerhard Gribkowsky et des déclarations de Bernie Ecclestone et du procureur de Munich. Ce scandale en coulisse n’attendait pas une réaction avant le 14 Septembre. Date de la réunion annuelle des investisseurs.

Finalement, CVC Capital a réagit aux remarque (et sous la pressions) de ses partenaires en impliquant directement un membre clé de son organigramme. La suite sera visible dans dix jours.

Un plan anti-affaire Gribkowsky en préparation chez CVC Capital

août 30th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in F1 Leaders

Discrètement le CVC Capital met en place un plan de défense autour de l’affaire Gerhard Gribkowsky, impliquant Bernie Ecclestone, selon le procureur de Munich.

Le 14 Septembre prochain, CVC tiendra sa réunion annuelles des investisseurs, dont l’un des ordres du jour sera la validation d’un plan de défense autour de cette affaire de corruption,  qui est considéré comme rampante pour les administrateurs du fonds d’investissement, selon les informations du Financial Times.

CVC Capital n’a jamais été accusé d’aucun acte répréhensible dans ses affaires et reste touché par cette affaire, au plus au point. Bernie Ecclestone n’a pas été inculpé d’aucune infraction, explique le journal financier.

Affaire Gribkowsky : Ecclestone et le conseil d’administration de Bayern LB

août 23rd, 2011 | Commentaires fermés | Posted in F1 Leaders, Politique

Ultime ( ?) révélation dans l’affaire Gerhard Gribkowsky, autour de la vente des droits commerciaux de la Formule 1 en 2005. Après de nombreux rebondissements (aussi improbable que l’intervention de Flavio Briatore, qui aurait donc à l’époque prêté toute sa fortune personnelle à Bernie Ecclestone sans le sous. Pour régler ce différent…) le magazine allemand Focus révèle que c’est bien Ecclestone lui-même qui a payé le banquier allemand, en soudoyant le conseil d’administration de la banque Bayern LB.

Le procès Gerhard Gribkowsky mobilise un total de 40 témoins. Deux d’entre eux indiquent que, lors du GP d’Australie 2006, Ecclestone a donné une valise contenant 20 millions de dollars à son partenaire allemand,  qui le faisait visiblement chanter. Cette version n’a pas été confirmé ni par l’argentier, ni par le banquier. Le processus est donc plus compliqué.

Selon l’acte d’accusation du procureur de Munich, Bernie Ecclestone a bien versé près de 29 millions d’euros (41,4 millions de dollars), mais révélant d’un plan ingénieux:  Le contrat de commissions a été conçu de telle manière, que cet argent ne provient pas de la poche d’Ecclestone, mais de la banque BayernLB. Pour déguiser cette commission, c’est la banque qui a décidée du montant. A la discrétion des parties. Un principe très souvent utilisé par les intermédiaires d’affaires. Mais dans ce cas là, cela a été orienté.

C’est un vieux principe du capitalisme, qui permet à des intermédiaires d’affaires de toucher une commission très juteuse,  sur la vente d’une société. Dans le cas de la vente des droits commerciaux de la Formule 1, c’est 67 millions d’euros qui auraient donc été répartie : 41.4 millions en direction de Gribkowsky et 25.6 millions de dollars pour Bernie Ecclestone. Notons que cette commission est votée en conseil d’administration. Ce qui signifie donc  que la banque était au courant du virement de cette somme envers son banquier. Ce qui fait penser au procureur de Munich que Bernie Ecclestone a fait pression pour réaliser cette transaction.

Ecclestone et l’ombre de EM.TV

août 18th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in F1 Leaders

L’affaire Gerhard Gribkowsky évolue de mois en mois et provoque son lot de rebondissement. Plus généralement, c’est désormais la vente de la Formule 1 à ses propriétaires répétitifs, qui et désormais mis en cause. Selon le Daily Telegraph, la société Constantin Medien plus connue, à l’époque avant sa faillite, sous le nom d’EM.TV réclame 100 millions de dollars (70 millions d’euros), via une plainte devant la Haute Cour de Londres.

Cette somme est estimée, selon les informations non confirmées encore, via  une vente à perte. En effet, EM.TV, qui disposait de 50% de la Formule 1 en 2001, a fait faillite et a été vendu à l’Empire Kirch pour un milliard de dollars. Alors que la société de Bernie Ecclestone était en bonne santé. Donc aurait dû être un actif positif pour le géant allemand de l’acquisition de licence.

En 2000, EM.TV avait racheté 50% de la Formule 1 pour 1.6 milliards de dollars en deux temps : 712.5 millions en cash et 887.5 millions en action EM.TV. A l’époque personne n’avait relevé que Bernie Ecclestone avait joué les intermédiaires de la vente de sa société et touché 300 millions de dollars de commissions. Quelques mois plus tard, l’action du géant allemand chute de 88$ à 17$, la faillite est proche. (Voir ici pour souvenir)

Ce qui est surtout intéressant dans cette histoire récente du Daily Telegraph est le timing. Constantin Medien a relancé il y a quelques temps sa filiale d’acquisition sportive : Constantin Sport Marketing et nommé Robert Adams il y a quelques jours seulement. Plus intéressant est l’état des finances du groupe allemand, qui est déficitaire. L’an dernier la perte était fixée à 11,4 millions d’euros, cette année, le premier semestre c’est fixé par une perte de 2.6 millions d’euros. Les analystes estiment la société en crise de liquidités, selon le site finanznachrichten.de, qui précise que le chiffre d’affaire du groupe stagne depuis quelques temps.

Avant Poste : l’angoisse du paddock pour la loi anticorruption

août 2nd, 2011 | 1 Comment | Posted in Grand Prix

L’affaire de corruption autour du banquier Gribkowsky inquiète les patrons de la Formule 1 et les investisseurs du fond d’investissements CVC Capital. Mais, c’est surtout la nouvelle loi anticorruption anglaise qui offre une crainte importante. Car, il n’est pas impossible que le gouvernement de David Cameron, lance le SFO (Serious Fraud Office) sur le dossier. Certains observateurs politiques estiment que cela permettrait de laver le récent scandale News of the World. A suivre donc.

Une situation qui ne semble pas plaire aux équipes. Celle-ci ont peur que la nouvelle loi empêche que les marques (actuellement impliquée ou qui l’envisagent) ne pourront adopter un sport, car il y a désormais des conséquences à s’associer dans un diner entre deux parties. Plus largement, les équipes ne pourront plus vraiment mettre en avant la capacité VIP du paddock pour séduire.

L’angoisse est arrivée à un tel point que plusieurs dossiers ont été gelés. Bernie Ecclestone a donc annoncé aux équipes un nouveau code depuis le 1er Juillet, qui précise les détails suivants :

« L’offre ou l’acceptation des invitations à déjeuner, dîner ou un événement sportif est généralement approprier lorsque le but de cette réunion d’affaire est de bonne foi ou de favoriser de meilleures affaires. »

Affaire Gribkowsky – La confession à 44M$ d’Ecclestone

juillet 22nd, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Actualités

Acculé par le procureur de Munich sur l’affaire de pot de vin et corruption, communément appelée « l’affaire Gribkowsky », Bernie Ecclestone avoue, a son ami journaliste Christian Sylt,  dans The Daily Telegraph qu’il a bien payé l’équivalent de 44 millions de dollars à l’ancien banquier Gerhard Gribkowsky, il y a 5 ans, affirmant que c’était parce que l’allemand lui causerait des ennuies avec le fisc.

Sur le fond, c’est un banal montage financier qui tourne mal.  « Il a menacé qu’il allait dire que j’ai été l’exécutant de l’histoire » lance Ecclestone. Ayant transféré ses parts de la Formule 1 dans une Holding baptisée Bambino Trust, dans le cadre d’un planning de successions assez banal:  car il voulait protéger sa femme (ex-femme) Slavica,  qui aurait payé l’impôt sur l’héritage.  Elle n’avait pas vécu assez longtemps au Royaume-Unis, du point de vue des autorités.

Ecclestone affirme que tout est en règle de ce point de vue, mais Gribkowsky le menaçait et il ne voulait pas prendre de risques. Mais ceci n’est pas un abus de confiance, Ecclestone l’a affirmé à trois reprises dans l’entretien. Insistant bien que les allégations, au sujet de sa relation présumée entre ses sociétés et le banquier, sont fausses.

Affaire Gribkowsky – Ecclestone clairement visé par le procureur de Munich

juillet 20th, 2011 | 2 Comments | Posted in Actualités

L’affaire de corruption sur les droits de la Formule 1 en 2006 prend une nouvelle tournure et vise désormais plus clairement Bernie Ecclestone. Le procureur allemands, chargé de l’affaire,  affirme que l’argentier de la Formule 1 aurait soudoyé l’ancien directeur de la Bayerische Landesbank: Gerhard Gribkowsky.

La porte parole du parquet de Munich a confirmée que le bureau du procureur de l’Etat de Munich a inculpé Gerhard Gribkowsky,  pour corruption,  détournement de fonds et évasion fiscale. Pour le moment, silence le plus complet du côté de Bernie Ecclestone et de son entourage.

Hier, le procureur de Munich a déclaré dans une communiqué que Gerhard Gribkowsky est accusé d’avoir reçu environ 30 millions d’euros (44 millions de dollars) de pot de vin et une majorité (17M€) à travers une société appelée Bambino Trust, basée à Jersey. Des documents ont été découvert, doté de la mention d’approbation « Bernard E ».

Le timing est intéressant car l’annonce arrive quelques jours avant le Grand Prix d’Allemagne, mais il semble que le développement n’est pas aussi dramatique que cela aurait pu l’être. On ignore si Ecclestone sera contraint de subir un procès en Grande-Bretagne ou en Allemagne.

Affaire Gribkowsky : un contrat conseil à charge

mai 18th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Business News F1

A Munich, l’affaire Gerhard Gribkowsky, prend une nouvelle tournure avec d’autres révélations sur un détournement de fonds et évasion fiscale. Une affaire qui n’a rien à voir directement avec la vente des droits en 2005/2006, mais qui offre une preuve des méthodes du banquier allemand.

Selon la porte-parole du parquet de Munich, citée par le Münchner Merkur,  en plus de l’affaire des 50 millions de dollars (35 millions d’euros) venant de la vente des droits de la Formule 1,  aux fonds d’investissement CVC Capital en 2005/2006, un autre dossier « d’un contrat conseil » d’une valeur de 250.000 euros serait plus que douteux et dont le bénéficiaire serait une société en relation avec Gribkowsky, à l’étranger.

Ses allégations viennent dans le cadre des enquêtes pour corruption présumés dans la vente des droits F1 et conforte les charges de détournement de fonds et évasions fiscales. Ce nouveau volet de l’affaire Gribkowsky a eu lieu en 2008. La banque BayernLB a refusée de commenter ses révélations. L’avocat du banquier, maître Reinhard Hoss, n’a pas encore fait de commentaires.

Affaire Gribkowsky : Le tribunal gêle les biens du banquier

mai 4th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Actualités

L’étau se resserre depuis quelques temps sur Gerhard Gribkowsky dans l’affaire du pot de vin de 50 millions de dollars. Le tribunal de Munich a confisqué tout les biens du manager de la banque allemande Bayern LB.

Le verdict a été annoncé en moins de 5 min, le banquier n’est plus maître de ses biens. Sa fondation, ses comptes et ses propriétés lui sont confisqués. L’ensemble a une valeur de 31,4 millions d’euros (31 472 619,20 € pour être précis). La décision a été basé sur le principe que les 50 millions d’euros de pot de vin obtenu de la vente de la Formule 1 aux CVC Capital Patner, n’était en faite qu’un contrat fictif de consultation. Sans valeur donc. Le tribunal a été convaincu que l’argent du banquier est directement lié à la vente des parts de Bayern LB dans la Formule 1.

Cette première décision semble être un prélude au procès principal : « Les procédures ne sont pas complètement indépendants les unes des autres » indiquait le porte parole du tribunal hier aux médias allemands. L’avocat, sans conviction, va faire appel de cette décision de geler les biens de son client…

Corruption – l’audit commandé par le CVC n’offre aucun éléments contre Ecclestone

avril 5th, 2011 | 1 Comment | Posted in Business News F1

L’audit menées par le cabinet Ernst & Young et Freshfields Bruckhans Deringer sur le rachat des droits de la Formule 1 en 2005/2006 par le CVC Capital n’a émis aucune mauvaise surprise.

Vers la mi-février, l’affaire Gribkowsky commençant à prendre trop d’importance dans le petit milieu des affaires, le fond d’investissement anglais a donné une mission d’audit comptable afin d’enquêter autour de la société Delta Topco et du rachat de la SLEC en Novembre 2005. (voir ici pour souvenir)

Bernie Ecclestone a indiqué au Daily Telegraph aujourd’hui : « ils n’ont rien trouvé ». Il semblerait que rien de « mauvais ou embarrassants » n’a été découvert dans les comptes. Ernst & Young n’a pas voulu commenter et Freshfields n’était pas disponible pour un commentaire.

F1 – CVC Capital accélère et cherche l’après Bernie

mars 8th, 2011 | 5 Comments | Posted in Analyses, Business News F1

Discrètement le CVC Capital Patners loue les services de chasseurs de tête pour trouver le successeur de Bernie Ecclestone d’ici 2012. De multiples noms ont été cités : Flavio Briatore, Zak Brown dernièrement (voir ici pour en savoir plus). Mais un autre nom a été cité hier.

Depuis un mois, le CVC Capital Partners semble prendre ses distances avec Bernie Ecclestone. La cause ? L’affaire de corruption Gribkowsky (voir les détails de l’affaire ici), sur l’achat des droits TV de la Formule 1, en 2005/2006. Sky News a dévoilé, via son éditeur business, Mark Kleinman, que l’ancien PDG de la chaîne britannique Marks and Spencer, Stuart Rose, « a été officieusement sondé pour un rôle principal à la tête de la Formule 1 ».

De même, Kleinman a déclaré que CVC et Delta Topco ont également visé « d’autres anciens hommes d’affaires éprouvés pour le poste de président. » Des profils extérieurs à la Formule 1, qui semble encore avoir l’hésitation du CVC. Le fond anglais cherche à faire table rase de la période Ecclestone.

Le fond anglais n’a plus que 25% de sa dette de 2,5 milliards de dollars à rembourser d’ici 2014/2015 ; soit encore 625 millions de dollars, d’après les estimations. Il est possible que le CVC Capital épure sa dette auprès de Lehman Brother et de la banque RBS d’ici la fin de l’année 2012. Soit deux à trois années d’avance sur le plan de départ. Une accélération obligée d’après les analyses. La présence de Bernie Ecclestone étant garantie tant que le fond d’investissement anglais n’a pas remboursé intégralement sa dette. Un détail qui expliquerait pourquoi une recherche active d’un successeur à l’argentier de la Formule 1 soit si active depuis quelques mois.

Affaire Gribkowsky : Le CVC demande un audit

février 16th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Business News F1

Alors que les événements de Bahreïn mettent en doutes le début de saison 2011, Bernie Ecclestone va avoir à faire à un autre souci majeur. En effet le CVC Capital a décidé de faire un audit sur l’affaire Gerhard Gribkowsky.

Hier soir, la chaîne de télévision Sky News a indiqué que le fond d’investissement anglais a donné une mission d’audit comptable au cabinet Ernst & Young et les avocats de Freshfields Bruckhaus Deringer, afin d’enquêter autour de Delta Topco et le rachat en Novembre 2005 de la SLEC par le CVC Capital Partner.

Selon Sky News cette réaction du fond d’investissement anglais trouve sa raison dans l’arrestation de Gerhard Gribkowsky, qui était le directeur de Delta Topco. L’enquête se concentre sur la cession en Novembre 2005 des 48% que détenait la Bayern LB dans la société SLEC de Bernie Ecclestone.

Selon l’agence Bloomberg l’affaire est curieuse. Aucune plainte n’a été déposé contre Gribkowsky, malgré les concluions du procureur de Munich : « Selon les constatations actuelles, le suspect, a reçu 50 millions de dollars en paiements déguisés via deux accords conseils. »

L’avocat du banquier a indiqué dans un communiqué le 21 Janvier 2011, que son client n’a touché de la Formule 1 que les 50.000 dollars par an de salaire en tant que directeur non-exécutif de la société Delta Topco.

Autre fait intéressant, la banque BayernLB n’a, semble t’il, pas vraiment respecter le principe de la concurrence de dossier dans la vente de sa participation dans la SLEC. Deux cadres indiquent que l’accord CVC – BayernLB a été sous-évalué, selon une lettre envoyée à la banque allemande le 6 Janvier. En effet, le cabinet comptable KPMG avait évalué en 2001 la Formule 1 à près de 5 milliards de dollars, selon Bloomberg, mais en 2003, la banque allemande a déclaré qu’elle n’en valait plus que 3 milliards de dollars et pire, BayernLB a vendu ses 48% en 2005 pour 837 millions  de dollars (soit une valorisation fixée à 1.7 milliards de dollars).

L’enquête de l’audit comptable et juridique commander par le CVC Capital Partner doit aboutir à des conclusions d’ici quelques semaines seulement.

Affaire Gribkowsky : L’ombre de Bernie Ecclestone…

février 10th, 2011 | 2 Comments | Posted in Business News F1

Le scandale de corruption de l’affaire Gerhard Gribkowsky, pourrait être un des plus gros, peut-être le plus gros, scandale de la Formule 1. En effet, il implique très clairement, selon la presse allemande, Bernie Ecclestone.

Selon le quotidien Der Spiegel, En plus du banquier de la BayernLB, un autre acteur clé de la vente de la Formule 1 au fond CVC Capital des parts de la banque allemande aurait bénéficié d’une commission : Bernie Ecclestone.

Selon les documents, CVC Capital a payé,  pour la participation de 50% que disposait BayernLB, un total de 837 millions de dollars. Cependant,  dans les livres de compte de la banque allemande, seulement 770 millions de dollars sont inscrit pour le produit de la vente. Clairement, une tranche de 40 millions de dollars a été reversé à titre nominatif à Bernie Ecclestone, tandis que 27 millions de dollars auraient atterrit dans sa société, Bambino Holding, sans que le conseil d’administration de l’établissement allemand n’ait été mis au courant.

Le total de 67 millions de dollars aurait été reversé à Ecclestone au titre de « service de courtage et conseils ». Malin.

Flux de corruption des droits F1

D’autant que cette affaire concerne aussi l’Autriche, qui héberge la fondation Sunshine qui a touché le total de 37 millions d’euros (avant impôt) pour le compte de  Gerhard Gribkowsky.

Affaire Gribkowsky : Des preuves contre Ecclestone

janvier 24th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Business News F1

Bernie Ecclestone est probablement un des acteurs du scandale de corruption impliquant plusieurs dizaines de millions d’euros de commissions à un des ex-directeurs de la banque BayernLB, Gerhard Gribkowsky.

Le journal allemand,  Süddeutsche Zeitung des preuves suggèrent que l’argentier de al Formule 1 a un lien avec les 37,5 millions d’euros de pot de vin qui secoue le milieu financier allemand depuis plusieurs semaines. La société GREP Salzbourg GmH, une filiale de sa société GG Consulting, créée par Gribkowsky, a envoyé une lettre privée et confidentielle le 14 Décembre 2007,  à la source de payement occulte : une société nommée Lewington Invest, basé dans les îles Vierges. Une société de la galaxie de Bernie Ecclestone.

Le rapport affirme que la lettre indique qu’une partie de la rémunération convenue n’a pas été transféré dans le délai convenu 2 229 139 $ étaient portés disparu. Dans cette lettre, la GREP se plaint que le paiement de la somme avait perdu de sa valeur depuis 2006 en raison de la baisse du dollar.

Mais l’affaire serait beaucoup plus importante qu’annoncée. On parle d’un détournement total de 200 millions d’euros, dont la Formule 1 ne représentait une petite partie.

Affaire Gribkowsky : Un leurre et une perte de crédibilité

janvier 21st, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Business News F1

L’homme est actuellement en détention à Munich dans une prison dans l’attente de son procès pour corruption et détournement de fonds (voir ici et enfin ici pour souvenir de l’affaire). Aujourd’hui, le procureur du Ministère Public, Hildegard Bäumler-Hösl, l’homme qui a mis en lumière le scandale Siemens dispose de 6 enquêteurs qui travaillent 16 heures par jour pour trouver des preuves.

Toutefois, cette affaire de corruption qui touche la Formule 1 n’est pas la seule qui touche le banquier Gerhard Gribkowsky. Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, dans son édition de Samedi, met en lumière d’autres tentatives de soupçon de détournement de fonds par le même homme. Un détail, que les enquêteurs estiment, aujourd’hui, comme un leurre.

En Février 2010, le banquier a soulevé de graves allégations contre ses collègues. En Mars et Avril, Gribkowsky a déclaré que la banque BayernLB aurait acheté irrégulièrement des biens immobiliers américains d’une valeur de 3 à 5 milliards d’euros entre 2005 et 2007, profitant de la différence entre le Dollars et l’Euros.

Une enquête a été lancée, mais rien n’a prouvée les allégations du banquier. Seul quelques documents d’une valeur de 500 millions d’euros, qui ont été annulés plus tard ont été découverts. En parallèle, Gerhard Gribkowsky, mentionnait, dans sa délation, 300 cas de ce genre, en fait il n’y en aurait eu que 30. Mais, rien de majeur,  selon le parquet de Munich.

Pendant ce temps, personne en Formule 1 n’est impliqué dans cette affaire et tout le monde rejeté les affirmations dans cette affaire. La FOTA fait profil bas, aucun commentaire. Pour le bien de l’image de la Formule 1, qui n’a pas besoin d’un nouveau scandale, au moment où elle tente de changer son image.

Gerhard Gribkowsky, Ecclestone et Petara

janvier 12th, 2011 | 6 Comments | Posted in Actualités, Business News F1

Bernie Ecclestone avait nié tout lien avec l’affaire  Gerhard Gribkowsky qui secoue l’Allemagne depuis plusieurs jours. Mais un médias allemand fait le lien entre l’argentier de la F1 et le président de la banque Bayern LB.

Gerhard Gribkowsky dispose d’une société de conseil : GG Consulting, enregistré au registre du commerce autrichien. C’est cette société qui a bénéficié selon les enquêtes du virement de 37,5 millions d’euros qui lui sont reprochés aujourd’hui. Mais il existe des faits précis qui interrogent. La SLEC a été vendue à CVC Capital Partner le 25 Novembre 2005. Neuf mois plus tard une première tranche de 16 millions d’euros est virée sur le compte de la société conseil, via une société nommée First Brigde, société enregistrée à l’Ile Maurice depuis le 22 février 2006.

Le 21 Février 2006, l’homme à accès au rôle de « Direktor » et le magazine Stern a trouvé de lien avec une société basée à Jersey du nom de Petara. Il semblerait même que Gribkowsky ait eu des responsabilités dans cette société qui fait partie de la galaxie Bernie Ecclestone. L’enquête à Munich révèle que des accords triangulaires  entre Petara, des sociétés-écrans dans les Iles Vierges par exemple puis la Fondation Sunshine sont à l’origine de l’affaire.

Il semblerait que l’homme d’affaire autrichien disposait de deux emplois – celui de directeur à la Bayern LB et celui d’administrateur de la société Petara.

Les médias allemands estiment que Bernie Ecclestone a probablement été floué dans cette affaire et n’a rien à voir directement dans l’histoire.

Rebondissement dans l’affaire BayernLB

janvier 5th, 2011 | Commentaires fermés | Posted in Business News F1

bayernlpGerhard Gribkowsky, l’homme qui était soupçonné de fraude à grande échelle (voir ici) pour avoir détourné de l’argent via des sociétés écrans et une fondation en Autriche a été arrêté cet après midi.

L’affaire BayerLB était devenue depuis Lundi une affaire d’Etat au point que le gouvernement Merkel avait demandé des comptes très rapidement dans cette affaire. Gribkowsky avait déclaré à la presse allemande dans le passé, que ses  connexions avec Ecclestone n’étaient que pure spéculation et sa fortune provenait de l’argent de sa famille. Il a été congédié de son poste à la BayernLB, en 2008 suite à un rachat raté d’une banque autrichienne. Il est vrai que les relations entre la banque allemand et l’argentier de la Formule 1 ont toujours été tendu depuis la chute de l’empire Kirch et le rachat par le CVC Partners des droits commerciaux de la F1.

Notons toutefois, que la BayernLB, a déclaré mercredi qu’elle n’avait aucune raison de croire que la vente de la Formule 1 n’ait pas été effectuée correctement.


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu