Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Webber – Ferrari 2013 : l’étonnante réaction de Red Bull Racing

7 mai 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Rumeurs, Transferts

Une ruse de sioux ? Depuis 2010 la méthode est la même et démontre l’ampleur du problème de relation entre Mark Webber et Red Bull Racing. La réaction de Christian Horner en fin de semaine dernière symbolise l’ambiance qui abrite le team autrichien depuis quelques mois. Une simple rumeur alliant Mark Webber chez Ferrari en 2013 et le Team Principal de RBR indique qu’il est prêt sur le champ à signer une prolongation de contrat avec l’australien. Une disproportion de propos.

Depuis deux ans la méthode est la même. Suite au Grand Prix de Turquie 2010, périlleux pour la communication de l’équipe Red Bull Racing suite à l’accrochage des deux pilotes. Le contrat de Mark Webber a été prolongé pour 2011 sur les mêmes bases que son équipier Sébastian Vettel. Le scandale a été évité et l’épisode a été l’objet d’un remake pour 2011.

Lors du GP d’Angleterre 2011, Mark Webber ne respecte pas les consignes d’équipes et provoque un mini-scandale dans l’équipe. Quelques semaines plus tard, un nouveau contrat avantageux est signé pour 2012. Une aubaine. Alors jamais deux sans trois ? Ce sera plus difficile.

En effet, depuis deux saisons, Webber bénéficie d’un traitement de salaire équivalent à celui de Sébastian Vettel. Selon le BUSINESS / book GP 2012, l’australien et l’allemand touchent 10 millions d’euros cette saison. Mais, à partir de l’an prochain, le double champion du monde touchera 16 millions d’euros. Une augmentation qui ne pourra justifier Webber pour 2012. Ce qui signifie qu’il y aura nécessaire un poste de N°1 et de N°2 dans l’équipe (en termes de salaire du moins) et une faveur envers Vettel.

La rumeur d’El Confidential, la semaine dernière, a été la seule information de la semaine dernière relativement croustillante. Elle a dont été l’objet d’un large relai. Cela ne signifie pas qu’il y a une crise chez Red Bull Racing au point de signer un pilote aussi tôt dans la saison. A moins que cette rumeur démontre l’ampleur du mal dans l’usine de Milton Keynes en ce début de saison 2012. Auquel cas, une prolongation serait cette fois-ci perçu comme un aveu de faiblesse et non de force, contrairement aux autres années.

Chelsea et Sauber – Un lien bénéfique pour le business

30 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Marketing

L’accord entre le club de Chelsea et Sauber va permettre d’un côté comme de l’autre de générer de l’argent. Reste à savoir combien et comment.

Fort d’un budget de 249.8 millions d’euros, selon le cabinet Deloite, le club du milliardaire Roman Abramovitch fonctionne d’une manière différente d’un Manchester United ou d’un Real Madrid en termes de business. En effet, son propriétaire éponge les pertes financières et alignera un budget de 300 millions d’euros pour le prochain mercato. Tandis que d’autres clubs, cumulent les pertes en dette financière et un mercato par emprunt ou échange.

Selon les estimations, Chelsea FC disposerait d’un revenu d’environ 40 millions d’euros provenant de la billetterie et 35 millions d’euros de ses deux sponsors (Samsung et Adidas). Enfin elle touche environ 40 millions d’euros de droit TV anglaise et environ la même somme cumulé pour la League des Champions. Toutefois la partie des produits dérivés est encore sous développé (autour de 40 millions d’euros par année), alors que le Real Madrid et Manchester gagne environ 100 à 150 millions d’euros dans ce secteur tous les ans. Notons que le club de la capitale espagnole cumulera en 2012/2013 un revenu de 70 millions d’euros (Fly Emirate et renouvellement Adidas). Chelsea est donc encore très loin.

L’accord entre Chelsea et Sauber permettra d’obtenir plus de chacun. Premièrement Chelsea pourra renégocier son accord de sponsor maillot (Samsung débourse 17 millions d’euros actuellement), à la hausse grâce à cet accord. Sauber pourra obtenir un sponsor principal de la même façon en remplacement de Telmex qui serait sur le départ. Ensuite, les produits dérivés communs permettront de faire grossir un peu plus le chiffre d’affaire. Nous pouvons estimer que l’une et l’autre partie pourra obtenir 5 millions d’euros en 2012 et environ 8 ou 10 millions en 2013 avec cet accord de Cross Marketing.  Un chiffre qui cumule à la fois le merchandising et les sponsors.

Mark Webber, le futur Nigel Mansell ?

30 avril 2012 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

Il y a des carrières qui se ressemblent étonnamment. C’est le cas entre Mark Webber et Nigel Mansell. Certes les deux hommes ont des caractères différents, un coup de volant différent, mais statistiquement la ressemblance est troublante. A une année près.

Une rumeur indique que le pilote australien sera l’équipier de Fernando Alonso chez Ferrari en 2013. Mark Webber aura 37 ans. Après 6 saisons chez Red Bull Racing et un total de (jusqu’à présent) 7 victoires et 9 pôles positions, son palmarès est honorable. D’autant que l’ex pilote Williams a signé avec l’équipe autrichienne à l’âge de 31 ans. Il était arrivé en Formule 1 chez Minardi alors qu’il était âgé de 26 ans environ.

Le parallèle avec Nigel Mansell est intéressant. Le Lion est arrivé à la Formule 1 chez Team Lotus en 1980, alors qu’il avait environ 27 ans. Il signera chez Williams pour 1985, alors qu’il allait vers sa 32ème année. Pour le compte de l’équipe anglaise, l’homme de l’Ile de Man signera 13 victoires et 11 pôles position.

Le plus troublant est que les deux hommes se sont battus pour le titre de champion du monde, sans l’obtenir (2009, 2010 et 2011 pour Webber et 1985, 1986 et 1987 pour Mansell). Mansell quittera Williams après une mauvaise saison en 1988 pour signer chez Ferrari où il ne restera que 2 saisons avant de revenir chez Williams en 1991 pour obtenir le titre en 1992 et, quitter la Formule 1. Virer par Frank Williams au profit d’Alain Prost pour 1993.

L’histoire nous dira si Mark Webber restera en 2013 et 2014 chez Ferrari avant de revenir chez Red Bull Racing en 2015 en remplacement d’un Sébastian Vettel parti chez Ferrari par exemple (ou ailleurs) et obtenir le titre en 2016. Il aura presque 40 ans. Mansell avait gagné son titre à 39 ans en 1992.

Aussi intéressant, la similitude de statut des deux hommes. Mansell touchait un salaire de 5 millions de dollars en 1988 chez Williams, puis 10 millions de dollars chez Ferrari en 1989. Alors que l’homme n’avait aucun titre à son actif. Notons qu’Alain Prost et Ayrton Senna touchait 8 millions de dollars en 1988 et 1989. En 1990, Mansell touchera d’ailleurs le même salaire que Prost, soit 12 millions de dollars. Actuellement, Mark Webber touche un salaire de 10 millions d’euros, soit l’équivalent de son équipier double champion du monde, Sébastian Vettel.

F1 – RRA vs budget plafond

3 avril 2012 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

En marge des Accords Concordes, existe une mesure de réduction de coûts qui, aujourd’hui, fait affronter deux idéologies. Celle du budget plafond et celle du RRA.

Retour en 2009, alors que l’ancien président de la FIA, Max Mosley lance l’idée d’une forte réduction des budgets (34 millions d’euros, puis 45 millions d’euros), la FOTA, nouvellement constituée, rétorque le principe d’un accord de réduction des coûts, RRA. Mais, alors que les discussions s’éternisent autour de ce dernier, provoquant l’explosion de l’unité de l’association des constructeurs, l’idée d’un budget plafonné semble devenir l’alternative. Mais, que cachent ses deux mesures ?

Le RRA

L’accord de réduction de coûts a été défini en deux temps. En 2009, puis lors du GP de Singapour 2010. Depuis ? Plus rien. Red Bull et Ferrari ont quitté la FOTA à cause de la définition même du concept. Une agence d’audit a fait un premier état des lieux en 2011, au point de provoquer une tension. Red Bull Racing n’avait pas souhaité recevoir les consultants. Plus largement, la FOTA a demandée à la FIA d’établir un groupement pour le contrôle des coûts. Il a été mis en place la semaine dernière pour la première fois à Paris.

Toutefois, le RRA a été une contre-proposition de la FOTA au budget plafond de Max Mosley. Sauf que les règles ont changé. En effet, en 2009, l’ancien président de la FIA avait autorisé le principe du RRA, sur la base du système d’auto-déclaration. Ce qui signifie qu’un budget est établit mais non vérifié par la FIA, via la publication de comptes transparents. Toutefois, si une équipe ment ou pratique un non-respect des règles… Ce qui a été visiblement le cas de RBR en 2010 et 2011, une sanction de la FIA sous la forme d’une amende est envisagée. Un détail oublié derrière le RRA. L’ambiance étant à la suspicion, l’échec était prévisible. Le RRA était une victoire politique, mais pas une solution. Juste une manière de gagner du temps.

Le budget plafond

La solution de départ de Max Mosley était de réduire les coûts au profit des nouvelles équipes introduite en 2010. A un détail près, la FIA devait contrôler les budgets. Toutefois, la solution, plus radicale est une catastrophe économique en retour pour le projet d’introduction en bourse de la Formule 1 à l’horizon 2014. En 2009, j’avais écrit que le principe d’un budget plafond était synonyme de double crack. Pour cause : Si les budgets sponsorings sont plafonnés, alors qu’ils sont le symbole de la bonne santé économique d’une discipline, la croissance de la Formule 1 sera difficile à entrevoir pour les investisseurs.

En 2009, le sponsoring des équipes cumulait 760 millions d’euros, en 2010 seulement 548 millions d’euros et l’an dernier 677 millions d’euros. Avec un budget plafonné à 50 millions d’euros environ, cela signifie que le sponsoring direct plafonnerait à 600 millions d’euros par année pour 12 équipes. Sans croissance.

Un mix RRA – budget plafond

C’est la solution qui semble se dessiner dans le paddock. L’équipe Sauber soutien cette idée d’un plafonnement des coûts. En coulisse les discussions pour un RRA moteur s’éternisent autour des détails. Par contre, le prix du moteur 2014 pour les clients est déjà définit et approuvé. Les discussions sur le RRA sont toujours actives. L’idée d’un tiers contrôlant les coûts revient comme une solution nouvelle, alors qu’elle est présente depuis Singapour 2010 dans les têtes. Une mutation intermédiaire, pour tendre vers un plafonnement progressif des coûts stratégiques : Moteur, recherche et développement, élément mécanique etc…

GP Malaisie 2012 – Incident entre Vettel et Karthikeyan par Liuzzi

28 mars 2012 | 9 commentaires
Catégorie : Analyses, Grand Prix, Management

« Concombre », « Cornichon » vous avez probablement lu en début de semaine. Ce terme provient de la bouche de Sébastian Vettel envers le pilote indien Narain Karthikeyan après le GP de Malaisie. Plusieurs voix  en Allemagne, via L’Express, Bild et Di Welt, mettent la pression sur la Fédération afin d’établir une sanction envers le double champion du monde allemand, car Vettel a enfreint le nouveau code de conduite mis en place par le président Jean Todt.

Toutefois, alors que le débat est de savoir qui est en cause. Sur le webzine grec, GoCar.gr, le pilote italien Tonio Liuzzi livre son avis sur la question : « Sébastian a accusé Narain après la course, mais vous devriez voir la scène avec soin. Tous les deux sont responsables de l’incident. Ils étaient proche l’un de l’autre, mais il ne faut pas blâmer seulement Narain. Pour être honnête, c’était du 60/40 pour Sébastian. C’est un incident de course et personne ne devrait être pénalisé. »

Source GoCar.gr

Quand Alonso fait le remake de Schumacher

19 janvier 2012 | 13 commentaires
Catégorie : Analyses

« Lewis est très rapide, agressif, totalement concentré. Il est intéressé par la victoire et seulement ça. Rien d’autre. Sébastian Vettel est un pilote vraiment talentueux, mais n’est pas encore tout à fait à ce niveau-là. Je sais qu’il est double champion du monde, mais il est encore un peu en dessous de Lewis. » lance comme une boule de neige Fernando Alonso à Madona di Campiglio lors de la manifestation Wroom.

Fernando Alonso ou l’art de mettre la pression sur un rival, en le dévalorisant dans la presse. En réalité, le double champion du monde espagnol met la pression à son rival historique, Lewis Hamilton, en indiquant qu’il est le meilleur et dévalorise Vettel sur sa jeunesse et l’expérience, alors qu’il a un palmarès équivalent en titre au pilote Ferrari. Un coup double médiatique qui pourrait toutefois se retourner contre l’espagnol.

Alonso tente par cette sortie médiatique de jouer sur l’égo d’Hamilton et de réduire Vettel à une voiture dominatrice. Une manœuvre risquée, qui démontre une fébrilité et déjà le nom des rivaux du pilote Ferrari en 2012.

Par le passé, Michael Schumacher avait déjà fait la même sortie médiatique en 2000, indiquant que Mika Hakkinen était comme lui à l’époque double champion du monde, mais qu’il était inférieur en talent par rapport à un Jacques Villeneuve. Le résultat ? L’histoire nous explique que Schumacher gagnera son troisième titre et débutera une domination sans partage sur la Formule 1, tandis que Hakkinen quittera discrètement la Formule 1 deux ans plus tard et que Jacques Villeneuve n’a plus rien gagné depuis lors.

Reste à savoir si le parallèle sera équivalent pour Fernando Alonso.

Le casse tête Red Bull

7 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

La semaine dernière, à Salzbourg la réunion du board F1 de Red Bull autour de Dietrich Mateschitz n’a pas encore tranché sur l’avenir de sa pépinière de talents.

Le cas de la Scuderia Toro Rosso est important à analyser. L’équipe italienne, propriété à 100% de Red Bull, dispose d’un objectif à l’horizon 2013 : être au niveau de Force India. La mission de Franz Tost inclue à la fois un duo de pilote intéressant, mais aussi une voiture compétitive. Les récentes annonces des arrivées de Luca Furbatto et Jon Tomlinson vont sans le sens de cette demande.

Côté pilote, le trouble est plus visible. Jean Eric Vergne a signé un contrat de trois ans avec Red Bull et dispose de l’assurance d’être présent en Formule 1 l’an prochain. Nous vous avions indiqué qu’il serait chez Toro Rosso l’an prochain et il semble que cela soit encore le cas aujourd’hui. Le problème est de choisir entre Sébastien Buemi et Jaime Alguersuari. Le premier dispose d’un contrat valable jusqu’en 2012, tandis que le second est lié jusqu’en 2014. Il semble qu’en cas de rupture, une alternative doit être trouvée…

Côté Daniel Ricciardo, ce dernier au The West Australien, hier a indiqué qu’il visait un baquet de pilote chez Caterham Team, à la place de Jarno Trulli. Une petite chance toutefois, car tout dépendra de la volonté de Red Bull de dédommager le pilote italien, par exemple. D’autant que le pilote australien a signé une prolongation de trois années avec Red Bull (2012-2014), similaire à Vergne, ce qui à ce stade de carrière est un signe important de présence en Formule 1 rapidement.

Un scénario pour Ricciardo est que Red Bull paie Trulli pour la saison 2012 pour ne pas courir, et mette à disposition le pilote australien gratuitement pour la saison 2012.

Lotus F1 – Vers un échange Glock – Petrov

7 décembre 2011 | 19 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

« Et Timo Glock à beaucoup d’expériences au niveau de la F1… 72 GP / 3 podiums / 1 meilleur tour…Une bonne idée non? « lance tôt ce matin, notre observateur Sauber F1, dans les commentaires de ce blog.

La récente rumeur lancée par Russian Today autour de la possibilité d’un transfert de Vitaly Petrov chez Marussia F1 Team en 2012, à la place de Timo Glock relance une idée nouvelle.

Lorsque Timo Glock a renouvelé en Juillet dernier son contrat avec l’équipe russo-anglaise jusqu’en 2014. La réalité était différente du papier. L’allemand devait apporter un budget à l’équipe, (environ 3 millions d’euros), mais, une manœuvre interne a permis un renouvellement financier en faveur du pilote. Une prolongation de contrat destinée à offrir de la valeur, juste avant la reprise de l’équipe par le constructeur russe Marussia Motors. Mais, si Glock a une proposition pour quitter l’équipe, il peut le faire.

D’autant que son salaire 2012 est trop important pour les nouveaux grands patrons de l’équipe. L’an prochain Glock touchera 3 millions d’euros, et jusqu’à 4.5 millions d’euros en 2014. Un salaire trop élevé donc pour une structure qui revendiquera un budget autour de 50 à 60 millions d’euros l’an prochain.

La récente sortie de Gérard Lopez, hier, sur le futur profil du futur second pilote Lotus F1 Team aux côté de Kimi Raikkonen laisse place à une possible surprise.

Timo Glock avait déjà été démarché par l’équipe d’Enstone à plusieurs reprises par le passé.

Austin : le principe de donner l’argent sans avoir le pouvoir

16 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Grand Prix

Les tensions à Austin doivent être résolues d’ici décembre, comme l’a indiqué Bernie Ecclestone. Sinon la course sera annulée. Le point mort de la situation a été, selon les déclarations Susan Combs, l’introduction d’une course à New York. Mais le fond du problème est différent.

La contrôleuse générale des finances du Texas a indiquée : « pas un seul des 25 millions de dollars ne sera versé au circuit tant que la première course n’aura pas eu lieu. » Cette annonce perturbe l’essentiel du business model de la Formule 1. En effet, les circuits paient à l’avance l’organisation de leur course. Ici, il le  sera après. Enfin, les pouvoirs publics de la ville du Texas doutent de la viabilité du projet et des estimations économiques. En effet, selon une étude, le circuit devrait rapporter 136 millions d’euros à l’économie locale, alors que notre estimation est plus proche de 120 millions d’euros maximum.

Le fond du problèmes est la prise de conscience des pouvoirs publics de débourser 25 millions de dollars sur 10 ans, pour obtenir les droits d’organiser un Grand Prix, plus 4 millions de dollars d’impôts que rapportera le circuit, transféré dans le sponsoring du circuit.  Soit près de 30 millions de dollars par an, sans avoir aucun droit direct. L’essentiel allant à Full Thortlle Pormotion.

Le nouveau contrat proposé par Bernie Ecclestone donnerait les pleins pouvoirs à une société qui sera détenue par les pouvoirs locaux et non plus un organisme privé. Un compromis doit être toutefois trouvé et cela passera par une indemnité du Texas à Full Thortlle Promotion, selon toute vraisemblance, ou alors une part des prochains rentrés d’argent du circuit.

La stratégie McLaren sur Red Bull pour 2012

4 octobre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

Alors que les équipes Mercedes GP et Ferrari ont décédé d’arrêter le développement de leurs monoplaces 2011 au profit de la prochaine. McLaren a décidé de prendre une autre voie, celle de l’évolution permanente.

« Nous continuons à pousser le développement de secteurs clés sur la MP4-26. Nous nous concentrons sur les domaines que nous pouvons améliorer, pour préparer 2012. Les principaux éléments sont la face avant et arrière : tous les appuis que nous trouvons maintenant, nous pouvons en faire bénéficier la MP4-27. » Indique Martin Whitmarsh.

Bien décidé à mettre la pression sur Red Bull Racing jusqu’au dernier Grand Prix de la saison 2011, McLaren prépare aussi la nouvelle MP4-27 en parallèle. La tactique de l’usine de Woking est simple. Red Bull n’a pas les structures techniques de McLaren et plus la pression sera importante jusqu’à la fin de la saison, moins la prochaine RB8 sera dominatrice en 2012.

Déjà en Hongrie, l’équipe RBR avait décidé, sous l’impulsion de Christian Horner et en accord avec Adrian Newey,  de continuer une veille technologique sur la RB7,  qui arrivait déjà en bout de développement programmée. Un écart sur le calendrier, qui pourrait avoir un impact sur la prochaine monoplace.

Bahreïn et le dédommagement moral

19 septembre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

« Je pense que notre chiffre sera stable, car nous avons été payés pour la course de Bahreïn. Je leur ai dit que j’allais les rembourser, mais ils m’ont dit de ne pas me préoccuper de ça. » A indique Bernie Ecclestone au Journal The Independent concernant le chiffre d’affaire de sa société et que Bahreïn ait honoré sa présence dans le calendrier, malgré tout.

En Février, Tomorrownewsf1.com avait chiffré la perte pour la Formule 1 à 56.4 millions d’euros, la perte de Bahreïn dans le calendrier. Cette évaluation prenait en compte les pertes  globales. Toutefois, le royaume a inventé un concept que Bernie Ecclestone devrait, pour le futur, reprendre à son compte : le dédommagement moral.

En effet, Bahreïn,  s’engage à honorer la course de Formule 1 tout les ans, mais en cas de problème, cela engage sa responsabilité et donc fait perdre de l’argent à la Formule 1. Astucieux. Cela permet donc de continuer à toucher sa rente annuels avec ou sans Grand Prix.

Avec cet acte, le royaume chiffre le dédommagement qu’il a causé sur la discipline reine à 30 millions d’euros. Les bons comptes…

Team Lotus, Trulli et les promesses

21 juillet 2011 | 7 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

Alors que le pilote italien sera remplacé par Kraun Chandhok lors de la manche Allemagne du championnat du monde de Formule1.  Tony Fernandes indique qu’il discute avec Jarno Trulli pour valider l’option 2012 du contrat entre les deux parties.

« Je suis ravi de confirmer que nous sommes dans un processus de négociations pour une prolongation de son contrat avec nous et nous sommes impatients de dévoiler ses détails très bientôt. » lance le patron de Team Lotus.

Toutefois, une phrase est intéressante à relever ici : « Il est un membre clé de notre équipe et j’espère que nous pouvons lui donner une voiture dès que possible qui lui permet d’utiliser son talent au maximum »

Team Lotus est en difficulté sur ses promesses. Heikki Kovalainen, avait déjà souligné le manque de compétitivité de la monoplace 2011, alors promise à entrer dans les points. Il semble donc que Jarno Trulli soit dans la même situation psychologique que son équipier finlandais. Le duo Fernandes – Gascoyne, après les promesses,  doit être désormais réaliste envers leur pilote, qui sont à des moments de leur carrière bien différent. L’argent ne fera pas tout….

Les comptes 2010 de Renault F1 Team

20 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1

L’équipe Lotus Renault GP a publiée ses comptes pour l’année 2010 et ceux-ci révèlent quelques détails intéressants.

Lorsque Genii Capital reprend durant l’hiver 2009/2010 l’équipe Renault F1 Team, cette dernière, malgré un résultat financier positif (artificiellement?) de 6,5 millions d’euros, accuse une dette de plusieurs millions d’euros. L’équipe n’est plus que l’ombre d’elle-même, frappée de plein fouet par l’affaire du Crash Gate. La banque ING se retire, ainsi que plusieurs sponsors. Le pétrolier Total hésite encore, mais réduit de 50% environ sa contribution envers l’équipe pour 2010. Le service marketing de l’équipe française, alors dirigée par Flavio Briatore, n’a démarché aucunes nouvelles pistes, pour obtenir un nouveau sponsor en remplacement d’ING (40 millions d’euros par années). C’est dans ce fracas que le fond luxembourgeois a dû faire au plus pressé pour l’année 2010.

Les comptes indiquent que Renault F1 Team (by Genii Capital) a présenté un revenus de 95 millions d’euros environ pour la saison 2010 (contre 183 M€ en 2009). Toutefois les coûts d’exploitations, même s’ils ont causé une perte sur les 12 mois de 45 millions d’euros environ, ont été baissés. Passant de 167 millions d’euros à 140 millions d’euros environ. Une performance intéressante, d’autant que l’effectif a augmenté sur la durée de 15 personnes.

Toutefois, le fait le plus intéressant et le rôle de la banque Lithuanienne AB Snoras. Cette dernière avait accordée un prêt à Renault F1 Team, pour un total de 20.5 millions d’euros, qui arrive à échéance en Décembre 2011. Ce prêt est une ligne de crédit accordée par la banque à l’équipe devant permettre de limiter les pertes (un classique dans la gestion d’une équipe).  Ce « crédit » est garanti sur des actifs de l’équipe d’une valeur de 30 millions d’euros environ.

Les comptes confirment aussi que Renault a été sollicité pour un prêt que Genii Capital a réparti sur trois années (2011/2012/2013)  pour un total de 19,5 millions d’euros – 5 millions en 2011, 6.5 millions d’euros en 2012 et 8 millions en 2013.

Il est intéressant de noter que pour l’année 2011, avec l’augmentation du budget globale de l’équipe et un maintien des coûts d’exploitation, l’exercice présent se terminera de manière positif, selon toute vraisemblance.

News Corp et Murdoch – Evil Empire

20 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Suite au scandale de News of the World, le président de la FOTA, Martin Whitmarsh,  avait réagit en indiquant que cette événement n’était qu’un retard dans la démarche du groupe de Rupert Murdoch,  pour acquérir la Formule 1 à terme. Le retard a été fixé à 12 mois. Il pourrait être au final beaucoup plus important.

Hier, lors d’une réunion d’explication face à 10 députés et durant trois heures, Rupert Murdoch a tenté une explication qui n’a pas convaincu. Déjà la chute de l’empire est programmée.

Groupe médiatique au chiffre d’affaire de 23 milliards d’euros annuels, News Corp a été au sommet d’une décennie qui s’achève désormais dans un spectre qui va au-delà de l’aspect politique. Aux Etats-Unis, Fox News, fondée en 1996, perd clairement du terrain sur CNN et CNBC.  Son côté hyper réalité de l’information fatigue une population qui s’ouvre un peu plus avec le mandat d’Obama. Pour la branche américaine du groupe, seul le Wall Street Journal et la 20th Century Fox (merci Avatar) se portent bien. Mais de l’autre côté de la Manche…

En Angleterre, le magnat des médias est sur le déclin avec l’affaire de News of The World et de BskyB. Certains analystes économique de la City prédisent un démentiellement démantèlement de l’empire médiatique comme seule solution pour faire table rase du passé.  Propriétaire d’une partie de BskyB, The Sun et The Times, le scénario demandé par certain députés et économistes vise à une liquidation de ses biens anglais.

Propriétaire à hauteur de 29% de son propre groupe, Rupert Murdoch a fondé sa société en 1979 sur la base d’une croissance par la dette. Un des scénarios indique que certaines et puissantes banques américaines pourraient demander des comptes, plus vite que prévu.

Williams F1, AT&T et le sponsoring

19 juillet 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

[English Version] – Les performances en piste de l’équipe Williams handicapent ses démarches auprès de sponsors, actuels et nouveaux. Une concession d’Adam Parr,  qui précise : « vous ne pouvez pas vous asseoir autour d’une table sérieusement pour parler d’avenir si vous êtes dans cette situation, comme nous sommes. »

La récente signature avec Renault Sport F1 devrait permettre de débloquer quelques situations, surtout pour les sponsors actuellement présent. La cible prioritaire étant AT&T qui entrevoie l’expiration de son contrat de 5 ans, signé en 2007. Un contrat important pour l’équipe, car il représente, selon le BusinessBook GP 2011 (voir ici pour en savoir plus) un investissement de 7,5 millions d’euros annuels. Il représente même le deuxième sponsor de l’équipe, derrière le consortium vénézuélien autour de Pastor Maldonado (32 millions d’euros). Il est possible que Williams souhaite une augmentation substantielle de l’opérateur téléphonique américain pour un nouveau contrat de cinq ans (50 millions d’euros ?).

Il est aussi entendu que l’équipe anglaise discutait, l’an dernier, avec Mastercard, pour obtenir un partenaire financier solide.

Pour cela, les résultats sur la piste, actuellement, doivent montrer une évolution positive pour l’avenir.

Kovalainen met sous pression Team Lotus

18 juillet 2011 | 15 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

« En fait maintenant, ce que je ressens, c’est qu’avec une bonne voiture je pourrais faire un très bon travail. Mon expérience est désormais élevé, j’ai fait des erreurs dans le passé et je n’ai pas toujours nécessairement fait les bonnes choses, mais j’ai appris et je pense que je suis devenu un très rapide, solide et bon, pilote. Je n’ai aucun doute sur mes capacités et, pour le moment, je suis très heureux de la situation et ma position dans l’équipe Lotus. » indique Heikki Kovalainen dans Autosport.

Les observateurs de Team Lotus auront remarqués que l’équipe de Tony Fernandes saluait, à coup de superlatifs et louanges, les performances de son pilote lors du week-end du Grand Prix d’Angleterre. Jamais cela n’avait été le cas auparavant. D’autant que le pilote finlandais semble être convoité par d’autres équipes.

Tony Fernandes est resté très discret sur la situation contractuelle de ses pilotes pour 2012. Tout juste à t’il, lors d’une conférence de presse, avoué qu’il était un peu tôt pour en parler. L’autoportrait de l’intéressé  dans Autosport a pour but de faire passer le message. Il semblerait bien que Heikki Kovalainen soit démarché par des équipes (une de pointe et l’autre en pleine restructuration).

Contractuellement, Heikki Kovalainen avait signé, l’an dernier, un accord de deux années (2011 et 2012) avec un salaire de 3 millions d’euros et une prime par point de 100.000 euros. Toutefois, comme le pilote l’a concédé, Team Lotus a eu des ambitions un peu trop élevés et la voiture est toujours à 2,5 secondes des meilleurs. Plus intéressant, le pilote pointe aussi du doigt, que certaines équipes en place, avec le même profil que Team Lotus, avaient du mal à progresser (Force India ?). Un signe.

L’année 2012 est une option sur les résultats entre les deux parties et, étant donné que ceux-ci ne seront pas respectés, Kovalainen semble donc  libre d’ailleurs. C’est pourquoi Tony Fernandes use de toute son influence pour garder son pilote. Une solution : le salaire selon toute vraisemblance, mais, il est clair que le pilote finlandais n’attendra pas longtemps, de peur d’user son talent.

Droit TV : Channel 5 a t’elle les moyens ?

18 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

Bernie Ecclestone cherche une alternative à la BBC pour les droits de la Formule 1 en Angleterre. Au Sunday Times, il a indiqué discuté avec Richard Desmond, nouveau propriétaire de la 5ème chaine du pays.

La question est la suivante, Channel 5 a-t-elle les moyens d’avoir les droits de la Formule 1 ?

Le 23 Juillet 2010, le groupe Northern & Shell achète pour 125 millions d’euros le groupe média, né en 1997, et s’engage à des investissements importants : 340 millions d’euros de 2011 à 2015 pour compléter le budget du groupe, 85 millions d’euros environ par année pour stimuler la programmation et 25 millions pour la promotion.

Côté audience elle ne dépasse pas les 5/6% de part de marchés et  les droits Tv qu’elles possédaient en NASCAR, IndyCar, V8 SuperCar ont été abandonné durant l’été 2010. La stratégie des droits sportifs de la chaine ayant toujours été de récupérer, à bas prix, ce que la BBC et ITV ne souhaitaient plus.

Il n’est donc pas impossible que Channel 5, au vu de son audience,  paie 50% de moins que la BBC,  pour diffuser la Formule 1 de l’autre côté de la Manche.

Marussia Virgin , D’Ambrosio et le détail

15 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

La restructuration de l’équipe Marussia Virgin impose une stabilité côté pilote pour 2012. Graeme Lowdon, le patron de l’équipe, a indiqué qu’il avait discuté avec Gravity Management pour prolonger l’aventure de Jérôme d’Ambrosio en 2012.

Si, du côté de Timo Glock, tout dépendra de l’intérêt d’une équipe extérieur, pour prolonger son accord avec Marussia Virgin Racing en 2012. Une augmentation de salaire de 2 à 3 millions d’euros annuels est déjà programmée. Le cas de Jérôme d’Ambrosio semble plus dépendant d’un aspect financier pour l’équipe.

Le modèle économique du team reposant sur un pilote payant, Lowdon a demandé à Gravity Management, selon nos informations,  une garantie de 5 millions d’euros pour prolonger le belge en 2012. Problème, la société de management luxembourgeoise, piloté par Eric Boullier, estime que D’Ambrosio a fait ses preuves et qu’il a été plus performant de Glock durant la première partie de la saison, insistant même sur le fait que l’équipe russo-anglaise favorise un peu trop l’allemand, depuis quelques courses. Il est vrai que Timo Glock disposait de la version B de la MVR-02 avant son équipier et des dernières évolutions techniques.

Gravity Management estime que, pour 2012, D’Ambrosio doit être payé et non payer, pour avoir un volant. La situation en reste là, mais les portes sont ouvertes pour discuter. Il est entendu qu’en 2012, Marussia déboursera 20 millions d’euros de sponsoring par année, jusqu’en 2015, signifiant que l’équipe aura un bon budget pour 2012. Une situation favorable pour D’Ambrosio.

Cosworth touchera 91 millions d’euros avec son V8

15 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Cosworth assure son avenir jusqu’en 2013. Il semblerait bien que le manufacturier anglais soit assurer d’obtenir un minium de deux client, mais ses contrats, signés en 2010 lui permette d’assurer l’avenir.

Team Lotus, puis Williams ont quitté le constructeur anglais pour signer chez Renault Sport F1. Cette démarche n’a pas été gratuite et ne c’est pas réglé sur une simple cassure de contrat pour cause de non performance, ou fiabilité. La rupture s’accompagne d’argent devant garantir à Cosworth l’avenir en Formule 1.

Max Mosley souhaitait que les nouvelles équipes disposent d’un moteur fiable et low cost pour débuter en 2010. A la condition de signer pour trois ans avec le manufacturier anglais.  Un accord entre Cosworth et les constructeurs de la FOTA indique que ces deniers n’équiperont une équipe que par intérêt et non pour une logique de maintien, rôle dévolu par les anglais.

Le modèle économique de Cosworth reposait sur un système simple. Lorsque l’appel d’offre des équipes 2010 a été réalisé par la FIA, chacune devant alloué 1,3 millions d’euros pour confirmer leur aspect sérieux à Cosworth. Avec ce concept, le manufacturier anglais aurait touché 13 millions d’euros tout en équipant que 4 équipes en 2010.

Puis sur les contrats avec ses partenaires et disposant d’un statut de maintien, les équipes s’engage a payé le moteur jusqu’à la fin de leur contrat. Team Lotus a réglé 13 millions d’euros de facture moteur en fin d’année dernière pour les années 2011/2012. Williams fera de même pour 2012 (6,5 millions d’euros). Soit un total de 91 millions d’euros sur la période 2009/2012, pour un moteur amorti depuis 2006.

Il est aussi entendu que Cosworth discute avec Marussia Virgin pour devenir partenaire officiel pour 2014.

Force India et la logique d’entreprise

12 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Vijay Mallya a été critiqué en Inde, pour ne pas favoriser un pilote indien au volant de ses Force India. L’homme d’affaire explique une logique d’entreprise intéressante à l’agence Reuters.

« Nous volons réellement avoir un bon pilote indien en Formule 1. Mais selon dont nous parlons est d’un programme structuré tout comme McLaren l’a fait avec Lewis Hamilton et nous espérons créer un jeune et talentueux pilote indien capable d’être compétitif en Formule 1. » Sauf que l’établissement d’un tel programme prendra un temps considérable pour détecter des jeunes de 14 à 17 ans et les faire débuter en karting en Inde. Il faut aussi construire des psites de karting, encore trop peu mis en avant.

C’est ainsi que Vijay Mallya a fait le choix d’investir dans une équipe de Formule 1, seul alternative pour permettre à son pays d’être présent de manière compétitive en Formule 1. Un investissement de près de 200 millions d’euros depuis 2008 autour de Force India.

La logique Force India puise son inspiration chez Ferrari, qui n’a pas vraiment eu de pilote italien a son volant depuis Giancarlo Fisichella en 2009 et auparavant Larini en 1994. Mallya se souvient aussi de l’épisode de 2007 avec Spyker et Albers, qui c’est résumé en un catastrophe médiatique lors de l’éviction du pilote hollandais après le GP de France 2007. C’est pour cette raison qu’il ne souhaite pas avoir juste un pilote indien pour piloter, mais un fer de lance pour son équipe.

L’investissement pour ce programme coûtera près de 50 millions d’euros sur 10 ans environ, pour permettre à l’Inde d’être un pays disposant d’un pilote de Formule 1 compétitif, en se basant sur le modèle Brésilien des années 60/70, seul véritable exemple de réussite d’un pays émergents.

Notons que le prochain GP d’Inde permettra au Indien de découvrir plus largement la discipline et donc de faire nourrir des vocations.


Page 1 sur 6012345102030...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu