Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Webber – Red Bull : une question d’influence pour un contrat

11 juillet 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Analyses

Les derniers tours du Grand Prix d’Angleterre ont été terribles pour l’ambiance chez Red Bull Racing. Mark Webber, troisième attaquant son équipier Sébastien Vettel, alors 2ème et ignorant les consignes des stands. Après la course, une guerre des mots s’installe. Webber indique « les consignes d’équipes ne servent à rien » tandis que Christian Horner précise qu’il va avoir une discussion avec son pilote très rapidement.

Un curieux remake que le GP d’Angleterre. Avant la course, Webber avait salué, avec ironie, l’harmonie entre Red Bull Racing et Sébastian Vettel, s’excluant lui-même de cette famille uni autour de l’enfant prodige. La séquence d’hier était intéressante à plus d’un titre. Certain y voit la fin de la collaboration entre l’australien et l’équipe autrichienne. Mais il pourrait en être autrement.

Souvenez-vous du GP de Turquie 2010. La collision entre Vettel et Webber avait provoqué quel effet pour l’équipe autrichienne ? En pleine polémique elle prolonge rapidement d’une année l’australien dans les conditions qu’il souhaitait. Ici, le pilote n’a pas respecté les consignes de son team, mais qui n’aime pas les consignes d’équipe ? Dietrich Mateschitz, patron de Red bull en personne,  qui a publiquement indiqué qu’il n’était pas favorable à ce type de management.

Le duo Briatore – Webber, sentant que Ferrari ne souhaite pas obtenir les services de l’australien, visent désormais une prolongation chez Red Bull Racing, mais avec les mêmes avantages que cette année et non plus une baisse de salaire (8 à 6 millions pour 2012 par exemple). L’homme d’affaire italien estime que C. Horner pratique un management de compromis et non d’affrontement. Il cède à chaque problème confrontant ses hommes par un compromis en faveur de tout le monde.

Il est donc possible que Webber ait joué cette carte personnelle pour les trois dernières tours du Grand prix d’Angleterre : obtenir son contrat 2012 plus rapidement que possible.

Diffuseurs soufflés – discorde et tension à Silverstone

9 juillet 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Technique F1

Belle joute verbale entre Martin Whitmarsh et Christian Horner hier en conférence de presse. Au point de créer une ambiance assez tendu durant les Essais libre et la réunion FOTA qui a suivi. La cause principale étant l’affaire des diffuseurs soufflés et des ajustements de règlement de dernière minute.  La FIA a provoquée une petite réunion, hier soir, sur le sujet avec les motoristes (Mercedes-Benz, Ferrari et Cosworth).

Hier, en conférence de presse, Horner et Whitmarsh se sont affrontés verbalement, se coupant la parole, se répondant dans le bruit et piquant l’autre. Au départ, la FIA n’autorisait que 10% des flux d’échappements, une fois que le pilote lève le pied de l’accélérateur, supprimant ainsi tout avantage du précédent système. Sauf qu’un premier ajustement a remonté le taux à 20% et finalement à 50% réduisant ainsi la mesure. Martin Whitmarsh précise qu’il y a eu 6 directives techniques encadrant ce changement de règlement, pour assurer un consensus non douloureux sur le changement En vain.

Renault a invoqué un problème de fiabilité, si les flux d’échappements étaient inférieur à 50%, ce qui aurait cassé son moteur et donc bouleverser le championnat. La FIA a reculée pour accorder le bénéfice du doute au moteur français. Réduisant ainsi la marge de manœuvre et le bouleversement attendu. Un passe droit ? Pas vraiment, car dans la joute verbale entre le patron de McLaren et celui de Red Bull, Horner a dévoilé que Mercedes-Benz disposait aussi d’un accord qui lui permet d’exploiter ses moteurs sur 4cyl lorsque celui-ci est en sous régime. Une concession accordée par la FIA juste avant le GP d’Angleterre à Mercedes-Benz.

Une situation qui trouble le jeu, car finalement tout le monde fait ce qu’il souhaite et la FIA reste limité dans son action et son contrôle, qu’elle a pourtant provoquée. McLaren et Mercedes estime que 50% du flux d’échappements est toujours un avantage aérodynamique, tandis que son système répondait à la nouvelle règle des 10%.

Charlie Whiting a convoqué une réunion avec les patrons de Ferrari et Mercedes pour parler longuement de cette affaire des 50% accordé à Renault. Mais la situation reste toujours la même pour le moment, et une décision sera prise ce samedi matin avant 11h. Il est toutefois entendu que la tension est t’elle que la Fédération pourrait bien abandonner son intention de remettre en cause le principe du diffuseur soufflés pour 2011. Ou alors, comme la deuxième idée est dans l’air, permettre les 50% pour tout le monde…

Beaucoup d’équipes pensent qu’il faut utiliser les 6 directives techniques et l’expérience de Silverstone pour 2012. C’est d’ailleurs le sentiment général. L’objectif est de repousser le changement de règlement pour 2012 et non dès aujourd’hui. « Il aurait été préférable de traiter ce cas en fin d’année, car vous avez le temps de modifier votre voiture avant le début du championnat et le problème est que beaucoup d’équipes ont développé un système autour de ce point de règlement. Changer a donc un coût humain, d’effort et d’argent et c’est déroutant, pour nous, les fans et cela donne une source de confusion à la Formule 1. C’est donc là ou nous sommes. » Conclu en fin de conférence de presse Christian Horner.

La philosophie de Toro Rosso

8 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Lorsque Red Bull a racheté Minardi durant l’été 2005, le projet était de faire de cette équipe une junior team de Red Bull Racing. D’ailleurs les rôles sont clairement définis dans la hiérarchie de la boisson autrichienne comme le souligne Franz Tost au New York Times :

« La philosophie est clairement définie. Red Bull Racing est l’équipe qui gagne. Cela a toujours été le but. Tandis que Toro Rosso doit éduquer les jeunes pilotes Red Bull pour qu’ils deviennent des futurs pilotes Red Bull Racing. Et ceci est notre objectif principal. » explique le patron autrichien.

Toutefois, être une équipe de formation ne doit pas signifier terminer dernier du championnat. L’objectif pour 2011 est de terminer 8_me du championnat constructeur : « Nous étions 9ème l’an dernier, nous souhaitons progresser ». L’idée à terme est d’être entre la 6èmet la 8ème place final régulièrement avec ses jeunes.

L’équipe entre 2008 et 2011 a triplé ses effectifs, passant de 85 à près de 300 aujourd’hui. Elle a construit une soufflerie et un centre CFD. Un investissement de 20 millions d’euros environ. Reste une question à se poser. :

Si Toro Rosso est l’endroit pour voir éclore les jeunes pilotes pour Red Bull Racing, ceux-ci doivent t’il faire 1 saison ? (Vettel) ou 2 ou trois saisons chez STR ?

Les dessous de la rumeur Karthikeyan – HRT

8 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

[English Version]  – Il semblerait que les rumeurs du remplacement de Narain Karthikeyan par Daniele Ricciardo n’ont rien à voir avec un problème financier du pilote indien. Mais un problème financier de l’équipe HRT.

Le budget de l’équipe espagnole, pour 2011, est fixé d’après le BusinessBook GP 2011 (voir ici pour le commander) à 34 millions d’euros.  10 millions proviennent de l’allocation de la FOM pour les nouvelles équipes et 7 millions de la part de Tata. Mais le principal commanditaire reste Hispania Group à hauteur de 15 millions d’euros. Toutefois, ce sponsoring est un prêt.

Dans son plan de trois ans, Hispania Group a souscrit un prêt bancaire de 45 millions d’euros, répartie en trois années, pour financer le team espagnol. Sauf que, Banco Popular estime que le remboursement de ce prêt est nécessaire. Il est sous-entendu (sans preuves) qu’une partie de l’argent prévu pour 2011 a servi pour rembourser le prêt, ce qui explique que seulement 50% du budget Hispania ait été fourni. Il manque donc environ 7 millions d’euros dans les caisses.

Tata est le principal partenaire de Nairain Karthikeyan et une société qui vise à devenir un acteur sérieux dans le monde. Il semblerait que les délais de règlement soient respectés et qu’HRT ait même demandé une avance sur le calendrier pour assurer l’existence de l’équipe. En vain.

L’arrivée de Daniele Ricciardo s’accompagne d’un chèque de Red Bull compris entre 3,5 et 5 millions d’euros pour terminer l’année. Une manière de combler le reste du budget de l’équipe. Enfin, l’émergence en début de semaine du fond Thesan Capital, nouveau propriétaire d’HRT, pour 24 millions d’euros, est aussi intéressante.  Car il semble que 4 millions soient destinés au sponsoring de l’équipe pour assurer la fin de saison.

Un accord Thesan Capital – Red Bull ?

5 juillet 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

Thesan Capital a peine intronisé dans le capital d’Hispania Racing Team,  qu’une stratégie se dégage sur le long terme. Une association intéressante entre Red Bull et les nouveaux propriétaires de l’équipe espagnole.

Lorsque l’annonce de l’arrivée de Daniele Ricciardo a été officialisée par José Ramon Carabante, les nouveaux liens entre les deux nouveaux partenaires ont été exprimé. Le début d’une association sur le long terme ? Le quotidien sportif AS a indiqué que le jeune Carlos Sainz Jr était visé par HRT pour l’avenir (2013 voir 2014). Or, ce pilote espagnol est un pilote Red Bull.

Un accord de type Vettel – BMW – Red Bull  inspirera la prochaine carrière du fils du champion du monde de rallye (actuellement WRC). Une sorte de prêt avec option.

Il n’est aussi, donc pas impossible que, dès 2012, Jaime Alguersuari, par exemple, pilote pour l’équipe espagnole, sur la base de leur nouvel accord en 2012. Thesan Capital visant un duo 100% ibérique l’an prochain et à terme, cette idée n’est pas impossible.

Bourse Williams – l’influence du cour

5 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Il est intéressant de regarder le cours de bourse de Williams et son évolution. L’annonce Renault Sport n’a pas bousculé Frankfort hier (17,30€) , expliquant que l’influence positive provient surtout du développement annexe de l’équipe, plutôt que de l’aspect sportif est une influence négative.

Alors que le cours vers la fin Avril avait chuté de 40% environ, une rumeur d’une alliance avec Jaguar a permis au cours de remonter jusqu’à 20 euros. Nous étions le 5 Mai et Williams annonçait son partenariat avec Jaguar pour son modèle CX-75. Depuis ? Une chute constante à cause des résultats en piste.

Les récents pics sont dûs aux évolutions de l’équipe Williams dans son management. Rubens Barrichello qui explique qu’il veut prolonger l’aventure en 2012 et même la rumeur Colin Kolles a été positive la semaine dernière. Mais, l’annonce Renault – Williams ne soulève pas les foules, alors qu’il représente l’aboutissement de la révolution de Grove. Pourquoi ? Parce que le sponsoring de l’équipe dépend d’un pays qui est actuellement en trouble politique : le Venezuela.

Hugo Chavez son leader charismatique est atteint d’un cancer et polarise toutes les observations des marchés. EN effet, les analystes craignent une guerre civile d’ici quelques mois. Ce qui signifierait que Williams pourrait perdre son principal sponsor (32 millions d’euros par an durant 5 ans). Enfin, la réflexion de Bernie Ecclestone, Dimanche dans la presse anglo-saxonne conservatrice n’a pas arrangé les choses :

« Adam Parr veut réformer la Formule 1 ? C’est vrai que c’est un génie pour trouver des partenaires, car il y a plein de place libre sur sa voiture… »

Lewis Hamiton – McLaren et la clause

4 juillet 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

Selon The Daily Mail, il existe une clause qui permet à Lewis Hamilton de quitter McLaren fin 2011, soit 12 mois avant l’expiration de son contrat, à la seule condition qu’il ne soit pas champion du monde ou que McLaren ne soit pas championne du monde cette année.

Le retour d’Anthony Hamilton dans le garage de McLaren avait étonné plus d’une personne à Valencia. L’homme n’a pas quitté des yeux la citadelle grise et rouge de tout le week-end, se faisant discret. Au point même que, lorsque lors de l’émission de prégrille sur la BBC, Eddie Jordan passe à côté de lui, il ne s’arrête pas. Pourtant, son influence dans le nouveau contrat de son fils est très importante.

La clause annoncée par The Daily Mail a été ajouté par Anthony Hamilton, sur les conseils de Steve Robertson. Ce dernier avait négocié le contrat du futur champion du monde 2008 durant l’été 2007. Un contrat qui ressemblait, dans de nombreux aspects, à celui entre Ferrari et Kimi Raikkonen et signé 12 mois plus tôt.

Sur le principe, le contrat de Lewis Hamilton comporte trois années fermes (2008-2009-2010) et deux années en négociation par rapport au résultat de l’équipe McLaren. La base de salaire reste la même tant qu’il ne signe pas un titre de champion du monde. Après une bonne année 2010, l’accord avait été prolongé logiquement. Hamilton était en passe de se battre pour le titre. Nous étions pendant l’été. La situation n’est plus la même aujourd’hui.

En OFF, McLaren ne semble pas entièrement satisfaite de son pilote fétiche. Les reproches sont les mêmes qu’à l’époque de Kimi Raikkonen : Un manque d’implication. Les négociations ne butent pas sur une question d’argent, mais plutôt d’implication. Le champion du monde 2008 souhaite une voiture compétitive et un signe fort de son équipe, tandis que Woking demande une implication plus importante et équivalente à celle de 2007-2008.

24h du Mans – Porsche, Audi et l’année 2014

1 juillet 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Porsche vise un retour aux 24h du Mans en catégorie LMP1 en 2014. La marque allemande souhaite revenir pour gagner dans la Sarthe. Un hasard du calendrier ?

Le programme de développement d’un prototype est donc acté et Porsche va tout d’abord évaluer différentes alternatives, en fonction de l’évolution possible du règlement de la course. « A priori, le règlement pourrait être intéressant pour nous dans la mesure où l’intégration de notre technologie hybride semble une option ouverte », a souligné le patron de Porsche Motorsport, Hartmurt Kristen.

La marque allemande est la propriété du Groupe VW et cousine d’Audi. Il est  entendu que les deux marques ne s’affrontent pas sur la ligne droite des Hunaudières. De plus, si Porsche revient, cela signifie la mort du diesel comme seul alternative au LMP1. D’autant que la date de 2014 est intéressante,  car elle correspond aussi à l’introduction du moteur V6 1600cc de Formule 1.

Alors, Porsche aux Mans et Audi….en Formule 1 ?

Moteur V6 2014 – 75 millions d’euros minimum

1 juillet 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

La FIA le concède le nouveau moteur V6 1600cc entrainera des coûts supplémentaires en fonction du degré d’avancement dans le développement que les constructeurs ont engagé depuis quelques mois. Précédemment, le R4 (4cyl) avait un coût fixé entre 75 et 150 millions d’euros,  à amortir en 4 ans. Désormais, le futur V6 (qui sera en partie un nouveau bloc), devrait coûter environ 75 millions d’euros minimum, à amortir aussi en 4 ans environ.

Un amortissement financier qui sera,  en partie assuré par les équipes, via leurs locations. Aujourd’hui un V8 2,4L dispose de 10 à 15 millions d’euros de développement annuel, 15 à 20 millions dans le marketing et le solde provient des locations (entre 6,5 et 12 millions l’année) envers d’autres équipes. Très souvent, les constructeurs bénéficient d’un budget de base qu’ils doivent compenser par le produit des locations et par le retour de l’image. Il semblerait que les constructeurs ne souhaitent pas augmenter leurs budgets annuels (entre 40 et 60 millions d’euros) pour le nouveau moteur. Ce qui signifie que les équipes devront payer un peu plus ?

Pas vraiment. La Fia indique que les nouveaux moteur devront faire 4.000km. Aujourd’hui les V8 tournent autour de 1.500/2000km, ce qui signifie que la FIA souhaite limité à 4 ou 5 moteurs par année le futur V6 1600cc. Une réduction de coûts qui permettra aux équipes d’obtenir ce moteur à bas prix. Le chiffre de 5 à 8 millions d’euros annuels a été indiqué.

Selon le calcul, si un constructeur équipe trois équipes pour 6 millions d’euros par année de location moteur, il pourra amortir son moteur en 4 ans environ à hauteur de 72 millions d’euros.

HRT – Ricciardo, Liuzzi, Kolles entre argent et objectif

30 juin 2011 | 8 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Rumeurs, Transferts

Le rapport entre l’arrivée (confirmée par l’équipe) de Daniele Ricciardo chez Hispania Racing Team et le futur remaniement de l’équipe espagnole semble de plus en plus visible.

Autosport.com confirme que dans quelques semaines l’équipe HRT subira un remaniement avec l’effacement de Colin Kolles. Il semblerait que son travail de mise en place, depuis 18 mois,  ait été réel. Toutefois, l’équipe ne progresse pas assez vite pour son propriétaire Jose Ramon Carabante. L’objectif d’atteindre la 10ème place vers la mi-saison aurait été un facteur de promesse non tenue. Enfin, les récentes démarches auprès de sponsors ont été des échecs, comme l’avait prouvée le GP de Monaco en Mai.

En parallèle, GPUpdate.net annonce que le pilote australien Daniele Ricciardo confirme qu’il sera bien pilote Hispania Racing Team,  à partir du Grand Prix d’Angleterre. Pour le moment rien n’est encore totalement confirmé (95% de chance d’après nos informations). Le pilote Red Bull a été informé, il y a quelques jours, de cette possibilité qui doit être finalisé. Il reste une question d’argent.

Reste le cas du remplacement. La rumeur indique le remplacement de Nairan Karthikeyan sauf que ce dernier apporte 7 millions d’euros au budget de l’équipe, avec la garantie de participer au GP d’Inde (principal facteur de l’investissement du pilote Indien et de son sponsor TATA). Son éviction serait problématique et coûteuse pour HRT.D’autant que Ricciardo confirme qu’il finira la saison F1 (en plus de sa saison de WSR 3.5).

C’est alors que la piste d’un remplacement de Tonio Liuzzi est aussi dans l’air. En effet, le pilote italien n’apporte pas de budget et il semblait en début de saison que son accord ne comportait que 8 ou 10 courses avec l’objectif de fixer l’équipe à la 10ème place (voir ici pour souvenir). Il était aussi entendu que Liuzzi céderait sa place en échange d’un pilote payant, ce qui permet de comprendre que Ricciardo bénéficie de 5 millions d’euros de la part de Red Bull pour obtenir son volant.

Nota : Autosport indique que Ricciardo sera aux côtés de Liuzzi et Karthikeyan en alternance jusqu’à la fin de la saison. Red Bull ayant prêté le pilote australien pour évaluation.

L’influence d’Austin sur la Formule 1 du futur

30 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

La récente décision d’Austin d’accorder 25 millions de dollars de subventions durant 10 ans au Grand Prix de Formule 1, s’accompagne par un accord écologique qui pourrait faire date pour les GP d’Européen à l’avenir et la Formule 1 en général.

L’accord,  pour la subvention d’Austin,  permet  à la Formule 1 de compenser les rejets carbone durant un week-end de Grand Prix en payant une taxe de 15.000 dollars (10.500 euros environ) par année et surtout planter 800 arbres dans les environs. Le plus intéressant et l’obligation d’investir 5 millions de dollars dans des projets d’entreprises écolos dans la région d’Austin.

En Décembre dernier, la ministre de l’écologie de l’époque, Chantal Jouanot a proposée à Jean Todt, président de la FIA, d’entamer des discussions sur une compensation carbone pour toutes les courses. »  (voir ici pour souvenir). Austin pourrait ouvrir une nouvelle ère.

Imaginons que chaque circuit donne aux collectivités locales une taxe pour l’organisation d’une course automobile ? (Silverstone serait donc ruiné à ce jour).

Toutefois le plus intéressant est le fond d’investissement. L’idée est intéressante car,  si elle s’applique à toutes les courses, cela permettrait d’établir un fond de 100 millions d’euros, permettant de véritablement influencer l’industrie verte du futur. Mais, les promoteurs ne doivent pas supporter cette charge, c’est à la Formule 1, via une fondation ou un fond d’investissements,  qui doit s’en charger.

Une manière de lui donner une image positive aussi.

RBR – Webber – Hamilton: entre 2012 et 2013

29 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

« Eh bien c’est très, très probable. Nous avons convenu d’en reparler un peu plus tard et ensuite nous concentrer sur la saison prochaine » lance Christian Horner sur Servus TV à propos du renouvellement de Mark Webber en 2012 chez Red Bull Racing. Une manière d’établir un statu quo pour cacher la vérité.

Sur le principe, Red Bull Racing a convenu avec Mark Webber de s’offrir un peu de temps pour que chacun tente de trouver midi à sa porte. Webber de trouver une alternative éventuel et pour Red Bull Racing de conclure son dossier épineux du moment pour l’horizon 2013 : Lewis Hamilton.

Nos sources, à Valencia, nous ont informé que les négociations sont toujours d’actualité entre Lewis Hamilton et RBR. Le père du champion du monde 2008 est même désormais entré dans le jeu, ce qui signifie que nous avons dépassés le stade des simples discussions et que le sérieux débute. Mais pas avant 2013. Les déclarations d’Helmut Marko : « nous avons besoin d’un pilote aussi bon que Vettel à ses côtés » ne concerne pas 2012 mais l’année suivante.

Nous entendons que Hamilton accepterait d’avoir le même salaire que Sébastian Vettel chez RBR, soit 10 millions d’euros minimum. Loin des 18 qu’il demande à McLaren pour 2013. (voir ici pour souvenir).

Le cas Webber concerne donc 2012. Son renouvellement est probable effectivement, car les alternatives Toro Rosso, Jaime Alguersuari et Sébastien Buemi ont été dernièrement jugé « pas assez mûr » pour soutenir Vettel chez RBR.  Mais, RBR s’engagera aussi à trouver une alternative à Hamilton, si ce dernier fait volte face et reste chez McLaren. La piste Rosberg est dans l’air…

F1 – Le projet Valencia vs Barcelone

28 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Rumeurs

Selon un média espagnol, information qui a été niée depuis, Valencia prendrait la place de Barcelone comme Grand Prix d’Espagne dès 2012. Bernie Ecclestone souhaitant un Grand Prix par pays à partir de 2013.

Le maire de Valencia, ainsi que le promoteur ont indiqué, hier,  que les négociations sur le prolongement de l’aventure de Valencia, comme organisateur du Grand Prix d’Europe,  était bien avancé.  Le circuit de Catalunya a un contrat jusqu’en 2016, n’a pas réagit aux rumeurs. Tandis que Valencia a un contrat jusqu’en 2021 (présumé).

La vérité est un malaise bien différent selon nos renseignements. Valencia est stratégique pour Ecclestone, car il attire des touristes allemands, hollandais et finlandais, qui représentent l’essentiel des spectateurs des tribunes. D’ailleurs il n’est pas anodin que l’aéroport de Valencia ait salué la bonne santé du Grand Prix d’Europe hier.

Sur le fond, les négociations semble plutôt se diriger vers un principe simple. Valencia souhaite être le Grand Prix d’Europe et dont le premier Grand Prix européen du calendrier, à la place de Barcelone (ou la Turquie c’est selon). Repoussant ainsi Montmelo à ce mois de Juin sur le calendrier 2012.

Il semble que Bernie Ecclestone souhaite faire une exception de Valencia pour son projet « un GP par pays. » estimant que Valencia peut être aussi en alternance avec une autre piste à l’avenir…

Mercedes GP : L’option à la baisse de Schumacher en 2012

27 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses, Rumeurs, Transferts

Avant le Grand Prix du Canada, Michael Schumacher avait entretenu le mystère sur son avenir. Imaginant un rôle d’ambassadeur à partir de 2013. Même une prolongation jusqu’en 2014 a été annoncée dans la presse allemande, reste que la marque Mercedes-Benz étudie fortement la cause 2012. En effet, il n’est pas 100% sûr que le line-up Mercedes GP de l’an prochain soit Rosberg – Schumacher.

Lorsqu’en Décembre 2009, Michael Schumacher a signé son contrat sur une base de trois saisons (2010-2011 et 2012), les deux premières années étaient fermes. La troisième année étant une option permettant à l’équipe de pouvoir le remplacer.Sur  la BBC, Eddie Jordan a donné une petite indication sur le contrat de Schumacher : « Michael l’a dit qu’il pouvait rester en 2012, mais Mercedes a inversé en 2012 l’accord pour forcer les choses. Toutefois, il est peu probable que Schumacher finisse sa carrière avant le terme du contrat. «

Toutefois, de quel contrat parlons-nous ? Le contrat ferme ou l’option ?  Car s’il est prématuré de voir Schumacher terminer sa carrière avant le terme de son contrat, cela signifie que sa carrière se terminera avec la saison 2011, comme le stipulait l’accord signé. Le problème n’est pas tellement Schumacher, mais ce qu’il coûte par rapport à Rosberg.

En effet, l’an dernier, le septuple champion du monde a coûté en salaire + prime (70.000 euros par points) un total de 13 millions d’euros pour la saison 2010. Cette année, avec 26 pts inscrits, le total est (pour le moment) de 9.8 millions d’euros. Toujours plus que Nico Rosberg,  qui est plus performant. Une équation qui a été rapidement réalisée  du coté de Stuttgart.

Michael Schumacher devrait coûter 25 millions d’euros pour 140 points inscrits environ en deux années.  Un piètre rapport prix – prestation. Ce qui signifie aussi que la prolongation pour 2012 sera à un tarif nettement plus bas (3 millions de salaire et la même prime). Un détail toutefois, la priorité de l’usine de Brackley et de Norbert Haug est Nico Rosberg et son avenir, pas Michael Schumacher…un détail qui a son importance.

F1 – Les promoteurs et leur nouveau pouvoir

27 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Les promoteurs de circuits menacent le V6 turbo de 2014 de voir le jour à la condition qu’ils fassent 18.000 tr/min et non 15.000.

Le revers de la médaille pour Bernie Ecclestone. C’est la première fois en 50 ans que les promoteurs de circuit protestent contre une mesure réglementaire sur la Formule 1. En augmentant les droits d’organisations de ses courses à des promoteurs qui s’occupaient de tout, Ecclestone a donné beaucoup de pouvoir à ceux-ci dans son business (moralement et financièrement). Ces derniers représentent un total de 400 millions d’euros de chiffre d’affaire et une force marketing de 700 millions par année. La menace IndyCar n’est pas anodine : « une course Indy coûte seulement 3,5 millions d’euros à organiser ». Un gouffre face au 12 ou 30 millions que demande Ecclestone par année…

Surtout que ce dernier n’a rien à voir avec la fronde et a semblé surpris par la fronde des promoteurs des circuits. « Je peux vous assurer que M. Ecclestone n’a rien à voir dans cette histoire, je suis mon propre patron, il a été invité a notre réunion, a écouté et nous restons ami. Ferrari aussi est venu nous écouter. » lance Ron Walker, promoteur du circuit de Melbroune et représentant des circuits

Pour les organisateurs, la logique est simple : un moteur à 18.000 tr/min en échange du même tarif pour l’organisation des courses. Sinon : Indycar ou une baisse de 30% manque à gagner de 100 à 120 millions d’euros par année.

Echappements soufflés – la FIA invente le principe de précaution

25 juin 2011 | 9 commentaires
Catégorie : Analyses

Charlie Whiting a défendu la FIA hier, vendredi, sans véritablement convaincre sur l’affaire de la suppression des cartographies moteurs entre la qualification et la course. Une prémesure devant interdire les échappements soufflés de manière quasi définitive. Whiting précise que la Fédération ne vise pas à affaiblir Red Bull et relancer le championnat.

L’explication a été longue, le délégué de la FIA a rappelé que la Fédération doit s’assurer de la légalité des voitures : « il ne s’agit pas de dire oui ou non à une équipe et pénaliser les autres. Mais j’ai vu des preuves qui prouvent que certaines équipes sont extrême avec cela (cartographie moteur). » Toutefois, la Fédération semble découvrir un système déjà mis en oeuvre l’an dernier, ce qui est faux.

Le paradoxe est que la FIA savait que les gaz d’échappement avaient une influence sur les performances aérodynamiques. « Nous acceptons cela, lance Whiting, mais les équipes ne devraient pas tenter d’utiliser l’échappement pour une raison complètement différente. C’est notre point de vue » et ici l’explication coince. Car la FIA accepte que les échappements influencent l’aérodynamique d’une voiture, mais pas trop.

A partir de là, Whiting lance un argumentaire autour de polémique : les Mass Dumper, expliquant que l’utilisation d’origine était bonne et qu’il y a eu une dérive, car il n’y avait plus 2 mais 5 ou 6 Mass Dumper sur les voitures pour avoir une influence aérodynamique. Puis, l’affaire des doubles diffuseurs « Au cours de la saison, les équipes se sont réunies avec nous et nous avons décidé qu’ils n’étaient pas bons pour la F1 ou n’étaient pas nécessaires à la F1. »

Reste un détail : Aucune équipe n’a posé réclamation sur les échappements soufflés. Car toute étudiait le principe. Williams et HRT ont demandé un éclaircissement (Williams étudiant un autre principe, comme Sauber), pas une véritablement demande d’interdiction. Goeff Willis a d’ailleurs critiqué la décision, car HRT avait investi dans le concept, inutilement. La FIA a donc agi sur le principe de précaution. Une première dans l’histoire…

Moteurs V6 1600cc : piège ou véritable consensus ?

23 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

L’important est que tous les constructeurs de moteurs et les équipes ont été d’accord sur le principe du V6 1600cc bi-turbo entériné hier par la Commission F1. Toutefois, ce choix pourrait être annulable par la FIA et le Conseil Mondial. Au point de se poser quelques questions.

En effet, dans le paddock de Valencia, certaines remarques ont été émise autour des coûts du nouveau moteurs : « si le 4cyl 1600 cc n’était pas possible,  car partant d’une feuille blanche, alors que dire du V6 ? « lance une source anonyme. Sur le principe, la décisions est contestable car les notions de coûts, pour le moteur « Todt/FIA » seront aussi valable pour le nouveau bloc. Donc le point mort sera encore possible.

La question est la suivante, est-ce que la Commissions F1 a fait le choix du piège ou alors un véritable choix de consensus ?

Le piège consisterait à faire refuser ce moteur par le Conseil Mondial dans quelques jours, pour favoriser un statu quo et prolonger naturellement la vie des V8 jusqu’en 2014/2015. La manœuvre serait astucieuse. Surtout qu’elle est présentée comme un consensus. La cylindrée est la même, mais l’architecture est plus « noble », l’image étant le plus important, cette proposition permet de répondre aux deux arguments de la FIA : Moteurs plus silencieux et économes en carburant.

F1 – L’étonnante proposition V6 pour 2014

22 juin 2011 | 11 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

C’était dans l’air depuis ce matin. La Commission F1 (voir ici pour en savoir plus) a votée à Londres, pour adopter un moteur V6 1600CM3 Bi-Turbo pour 2014. Ultime tentative pour sortir de l’impasse moteur.

Si nous savions depuis ce matin que le V6 serait adopté pour 2014, nous ne savions pas sa cylindrée.  C’est une surprise cylindrée. Similaire au projet FIA-Todt, mais avec une architecture plus « historique », même si nous pouvons encore une fois regretter qu’une liberté dans ce secteur soit une fois de plus oubliée sur le principe de l’uniformité, la proposition permet un compromis. Toutefois, ne soyons pas dupe, ce moteur partira d’une feuille blanche et non d’un simple dérivée des blocs d’aujourd’hui. Renault Sport devra redéfinir son concept et les autres constructeurs développeront un nouveau moteur. Ce qui sera coûteux. En cela, la mesure semble étonnante.

Cette mesure est présentée comme garantissant les fabricants actuels pour rester en Formule 1. C’était l’essentiel.

2013 devrait (sous réserve de validation de la FIA) être une année V8 avant de basculer vers un nouveau mode de propulsion.

Moteur 2013 – Accords Concordes : le jeu de Bernie Ecclestone

22 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Dans environ 10 jours, l’avenir du moteur turbo pourrait être redéfini et rejeté au-delà de 2013. Aujourd’hui, une réunion, provoquée par Bernie Ecclestone et la Commission F1 (2 sponsors, un constructeur moteur, 12 équipes, Pirelli et 8 promoteurs de circuits) semble être le dernier recours avant un procès, qui serait catastrophique pour les deux parties.

Le moteur 2013 turbo 4cyl a été introduit par deux fois. En Décembre 2010 et le 3 Juin 2011 par le Conseil Mondial de la FIA. Toutefois, lors de la dernière annonce, une échappatoire a été autorisée. L’ombre d’une équivalence technique avec le V8 est donc dans l’air. La date du 30 juin a été fixée par toutes les parties,  pour trouver une solution claire et définitive. La réunion d’aujourd’hui permettra d’y voir un peu plus clair sur la politique d’ensemble des acteurs de la Formule 1.

Le projet vert de Jean Todt ne satisfait pas Bernie Ecclestone qui muscle son jeu de pouvoir contre le président de la FIA, afin de l’emmener à la rupture psychologique.

Pour comprendre comment Ecclestone compte s’y prendre voici l’explication :

L’argentier a dressé à Jean Todt l’argument des Accords Concordes.  Ces derniers expriment que tout changement de règlement doit être approuvé par le Conseil Mondial, le Groupe de travail technique et la Commission F1. Sachant que Ecclestone n’a pas droit au vote dans la Commission technique et que le Conseil Mondial a validé par deux fois le projet Todt, il ne reste plus que la Commissions F1 pour ultime espoir il faut sur les 26 membres, un total de 18 voix pour adopter ou refuser la mesure. Sauf que cette Commission F1 ne peut infirmer une décision du Conseil Mondial, d’où l’importance des Accords Concordes, qui expirent fin 2012 sur un moteur qui sera introduit en 2013.

En effet, il semble que Jean Todt souhaite profiter des Accords Concordes actuels pour introduire le projet moteur. Mais les équipes sont actuellement en pleine négociation (qui prend du retard) sur une nouvelle définition de ses Accords. Dans l’absolu, le moteur 2013 ne pourra être introduit à la date souhaité, mais plus tard, si les équipes signent les Accords Concordes 2013-2017. Une manière aussi pour Ecclestone ne maintenir une pression sur les constructeurs,  qui souhaitent plus d’argent en Droits TV.

A ce jeu, Ecclestone se montre très fin avec la pression du temps. Les équipes (certaines) ne souhaitent pas de ce moteur en 2013 et l’argentier ne souhaite pas donner plus d’argent aux équipes pour les prochains Accords Concordes. Sauf que seul un nouvel accord pourra retarder l’introduction du 4cyl…alors ?

GP USA : un modèle économique quasi impossible

22 juin 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Comment un promoteur tente t’il de convaincre des pouvoirs publics, retissant, que son projet est le meilleur et que l’investissement sera rentable ? En commandant une étude d’impact économique. C’est ce qu’il s’est réalisé à Austin0. Les résultats sont spectaculaires et permet surtout de comprendre quelle modèle économique a choisi la ville texane.

Don Hoyle, économiste reconverti dans l’étude d’impact économique de projet, a chiffré que l’organisation du Grand Prix des USA, sur le prochain circuit d’Austin, rapporterait à la région un chiffre d’affaire de 200 millions d’euros envions et surtout un retour d’impôt de 18,5 millions par an.

Cette étude est sujette à controverse, car elle est très au-dessus des normes de la Formule 1. SAS Albert II de Monaco a indiqué que son GP rapportait 100 millions d’euros en 2011. Une indication, car ce chiffre est la moyenne de l’impact des circuits de Formule 1 sur l’économie d’une région ou pays. Donc deux fois moins que l’étude d’Austin.

Ce qui est intéressant est le retour d’impôt qui a été chiffré à 26,6 millions de dollars (soit 18,5 millions d’euros). C’est-à-dire que le la ville d’Austin héritera de cette somme tous les ans avec le Grand Prix de Formule 1. Comparons avec les 25 millions de dollars (17,5 millions d’euros) d’allocation circuit (avec majoration de 5% tous les ans) et le miracle s’opère ! Le circuit d’Austin fonctionnerait par autofinancement. Les pouvoirs publics ne débourseront qu’une fois 25 millions de dollars et qu’ensuite, l’héritage des impôts permettra de financer le projet jusqu’à la fin du contrat en 2021…

La réalité est toutefois bien différente. Nous pouvons estimer que l’impact du GP F1 sur Austin sera de 120 millions d’euros la première année (180 millions de dollars), mais que cela sera dégressif pendant 3 ans (une moyenne des circuits F1) avant de se stabiliser autour d’un impact de 100 millions d’euros à l’horizon 2015. Ce qui signifie surtout que le retour d’impôt ne serait que de 11.5 à 9 millions d’euros. Bien loin des objectifs d’autofinancements. L’Etat du Texas devra mettre tous les ans la main à la poche à hauteur de 10 millions d’euros pour assurer durant 10 ans son Grand Prix de Formule 1.


Page 2 sur 6012345102030...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu