Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Caterham – Team Lotus : les chiffres

8 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

D’ici un mois environ, Tony Fernandes présentera ses plans pour Caterham. Il est entendu que la marque apparaisse sur les T128 un peu à la manière d’Infiniti avec Red Bull Racing. D’ailleurs l’équipe AIRASIA tente de convaincre les autres équipes et les promoteurs de rebaptiser son équipe GP2 en Caterham-AIRASIA pour la course de Valencia.

Pourtant une question : quelle est le chiffre d’affaire de cette petite marque anglaise ?

L’an dernier, environ 500 voitures ont été construites dans le Surrey pour un chiffre d’affaire estimé à entre 15 et 20 millions d’euros annuels. Cette estimation est comparable à la marque Morgan (700 voitures et 30 m€ de chiffre d’affaire en 2009). Notons que la véritable héritière des Lotus 7 est bénéficière de quelques centaines de milliers d’euros depuis deux ans.

Caterham sera donc présent sur les Team Lotus, à hauteur de 0.5 millions d’euros maximum pour cette saison et presque 2 millions l’an prochain selon les rumeurs. Tony Fernandes renforcera ainsi son propre système de B2B pour financer son équipe.

GP Austin: Tension autour du Conseil Municipal

8 juin 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Voilà une révélation qui pourrait changer la donne pour le prochain Grand Prix des États-Unis à Austin. En effet, l’avocat du Grand Prix, Richard Suttle,  indique que le conseil municipal de la ville d’Austin a le pouvoir de faire échouer le projet de Grand Prix.

Le conseil municipal d’Austin doit signer cette semaine un document permettant aux organisateurs du Grand Prix d’accéder aux 25 millions de dollars par an promis par le gouvernement du Texas. Aussi, la ville d’Austin doit contribuer à hauteur de 4 millions de dollars par an par le biais de fonds d’affectation spéciaux des événements majeurs. « Il y a une possibilité distincte que si ce processus ne fonctionne pas, le projet et les 1000 personnes qui travaillent en ce moment, verront leur emploi être en péril et l’événement pourrait être en danger » admet Richard Suttle.

En cas de refus du conseil municipal d’Austin, qui a jusqu’à la fin juin pour se décider, que se passera-t-il? Dans un premier temps, ils devront payer entièrement les frais de sanctions à Bernie Ecclestone,  avant le fin du mois de Juillet (environ 10 millions de dollars). Aussi, comme dit plus haut, des emplois seront supprimés et enfin, comme le dit le maire d’Austin,  Lee Leffingwell, « Si ce n’est pas approuvé par la ville et le conseil, ils (les organisateurs du Grand Prix) auront des actifs qui sont irrécupérables. Ils doivent revenir en arrière et faire un autre usage de ce bien. » Une situation plutôt complexe en soi.

Cependant, on pourrait penser à une autre alternative, un plan B en cas de refus, seulement un membre déclare « qu’apparemment, il n’y a pas de plan B. »

Donc, tout repose sur cette décision capitale avec la possibilité de voir mise au rebut ce projet.

GP Europe : le coup de poker de Valencia

6 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Business News F1

Il existerait des pourparlers entre Bernie Ecclestone et Francisco Camps, président de la Géneralist de Valencia pour prolonger le circuit jusqu’en 2020.

En effet, selon El Mundo, Valencia serait prêt après son contrat expirant en 2014 de payer jusqu’en 2020 un total de 180 millions d’euros, soit 40 millions d’euros annuellement pour garder le Grand Prix. Les doutes sont permis, toutefois sur cette annonce et cette volonté, surtout par ce qu’il se passe en coulisse.

Ecclestone a désormais compris qu’avec deux Grand Prix dans un même pays, cela cause des problèmes. L’Espagne est l’exception qui confirme la règle. Valencia est très fragile, tandis que Barcelone est populaire.

Pire, les organisateurs du Grand Prix d’Europe n’ont pas versé la garantie contractuelle fixée par la FOM, à savoir une somme comprise entre 60 et 80 millions d’euros, indiquait Renaud de Laborderie dans le numéro 141 de F1 Racing. Une situation qui agace l’argentier de la Formule 1 qui est, aujourd’hui coincé par cette situation. En fait, le système Ecclestone repose sur le principe qu’un promoteur doit répondre financièrement. Si, il ne le fait pas, Bernie Ecclestone ne peut pas envisager une course de remplacement. Toutefois, si les promoteurs versent une infime partie du butin, ils sont réintégrés dans le calendrier. Un protocole adapté pour la crise, mais qui ne correspond plus vraiment à la stratégie de la Formule 1 d’aujourd’hui.

Cette astuce aurait été utilisé depuis 2009 par Valencia, qui dit-on ne débourserait que 25% des sommes contractuellement promises. Soit seulement 5 millions d’euros au lieu de 20.

Enfin à Barcelone, Ecclestone a clairement indiqué que l’avenir était : « Un Grand Prix par pays ». Condamnant Valencia, même sous l’étiquette de Grand Prix d’Europe. En coulisse, nous avons entendu qu’il est déjà entendu qu’une alternance entre Barcelone et Valencia sous pavillon du Grand Prix d’Espagne se profile déjà. Cela aurait la préférence d’Ecclestone. C’était avant ce coup de poker…

GP Bahrein : un scénario…

6 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Hier soir, je discutais avec un ami sur Bahreïn et la décision de la FIA de réintroduire le circuit de Formule 1 au calendrier 2011. Je lui ai parlé des menaces de manifestation anti-gouvernementale avant, pendant et après la course du 30 Octobre. Celui-ci a eu une réflexion assez intéressante et radicale :

« Si, il y a une manifestation sur le circuit, le gouvernement sera donc obligé de le raser. » Cynique, mais finalement réaliste. En effet, souvenez-vous de la place de la perle, symbole de la révolte dans le royaume. Détruit (voir photo ci-dessous), sous prétexte d’être un symbole perdu pour la monarchie en place. Au final, tout ce qui touche de près ou de loin le soulèvement est effacé de la carte.

Bahrein perle

Un extrémisme assez troublant pour un pays qui promet la démocratie à son peuple. Finalement, le scénario de manifestant inondant le circuit, forçant les passages devant les télévisions du monde entier,  serait à la fois une mauvaise publicité pour la Formule 1 et pire encore pour Bahreïn.

GP Bahreïn : Entre rumeur, menace et intérrogation

5 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Depuis l’annonce vendredi,  de la réintroduction du Grand Prix de Bahrein dans le calendrier 2011, plusieurs rumeurs indiquaient qu’ il n’y avait pas eu de vote à Barcelone lors de la réunion. Un porte-parole de la FIA a assuré au Daily Telegraph que le vote a été « à main levée ». Un flou assez fort,  car il y avait des abstentions parmi les 26 membres présents,  selon différents échos. Si c’est vrai, le terme « d’unanimité » annoncé par la FIA est donc faux.

Toutefois, il n’est pas impossible que les équipes ne participent pas à la course du 30 Octobre, sous la contrainte politique. En effet, il semblerait que le gouvernement anglais étudierait la possibilité de refuser que des ressortissants anglais aillent à Bahreïn. Dans la foulée, Hugh Robertson, le ministre des Sports de la couronne,  a averti la FIA que cette décision de réintroduire Bahreïn serait « un désastre » . Pire, selon les renseignements sur place, une manifestation anti-gouvernementale est déjà annoncée le jour de la course. Une menace lointaine certes, invisible mais réelle.

Beaucoup d’équipes espéraient que la FIA reporte à 2012 la course de Bahreïn. Certain s’interrogeait sur la sécurité des personnes de la Formule 1. Détail que Bernie Ecclestone ne peut pas assurer pour le moment. A moins d’embaucher une milice privée pour assurer un surplus de sécurité,  finalement bien coûteux.

Un sérieux doute sur un vote unanime, mais plutôt majoritaire, le Royaume-Unis qui compte ajouter tout son poids diplomatique et des interrogations sur la sécurité. La décision de la FIA reste quand même assez trouble,  au bénéfice de beaucoup trop de zones d’ombres pour être encore réaliste.

Analyse F1 sur les décisions de la FIA du 3 Juin

4 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses

Finalement Jean Todt a un bon esprit. Il a écouté tout le monde et finalement décidé comme il avait pensé au départ. Voici ce que j’ai écris en commentaire sur la page Facebook de Tomorrownef1 à propos du communiqué de la FIA (voir ici, ici et aussi ici).

Le calendrier 2012

Le calendrier 2012 a d’intéressant le détail d’avoir franchit le cap psychologique des 20 courses par an. Avec un total de 21, rien n’empêche d’aller désormais à 25, comme sous-entendu l’an dernier par Bernie Ecclestone. En cela, la FIA brise les Accords Concordes en dépassant les 20 courses annuels détaillés dans les documents jusqu’en 2012. Pire, l’intersaison à l’avenir sera fortement réduite et la trêve d’Eté est certes fixée à 3 semaines (comme l’indique les Accords Concordes), mais l’ensemble parait trop soutenu. Notons qu’il existe une « constitution de la F1 » qui est un traité basique indiquant qu’un calendrier de plus de 17 GP doit avoir l’accord de toutes les équipes. Ce point sera intéressant à relever pour les semaines à venir…

Le Grand Prix de Bahrein

La réintroduction du Grand prix de Bahrein à un arrière économique et politique. Lorsque, le vice-président de la FIA a visité le royaume le 31 Mai dernier, il y avait encore des problèmes dans le pays et les militaires étaient encore largement présent dans le royaume. Ils ont quitté hier les positions, non sans heurt d’ailleurs. La situation, malgré l’Etat d’urgence levée,  n’est toujours pas vraiment stable. La décision de la FIA n’a donc de considération électorale (pour ne pas froisser les puissants Clubs et Fédérations automobiles de la région) et économique.  Car 30 millions d’euros seront réintroduit dans le chiffre d’affaire de la Formule 1, selon toute logique (via un mécanisme un peu plus complexe toutefois). La réintroduction du Grand Prix de Bahrein permettra d’unir un peuple qui se déchire depuis 6 mois, selon l’argumentaire officiel. La Formule 1 devient désormais sociale dans son approche de réunion des peuples. Un argument qui fera date pour l’avenir en cas de conflit sur un circuit.

Le moteur 2013

Enfin, concernant le moteur 2013. Jean Todt a écouté, fait des promesses, pour finalement décider de ne rien changer. Pas l’ombre d’une équivalence technique dans l’annonce d’aujourd’hui pour 2013 et 2014. Non, un 4cyl 1600cm3. Toutefois, une petite fenêtre de 30 jours est ouverte pour convaincre. Une tache difficile, car le Conseil Mondial a déjà fait le choix du président (qui n’a rien de personnel, mais qui influence visiblement beaucoup) au détriment de considérations économiques et même des fans….

Lotus Group : entre recadrage et modèle d’affaire bis

3 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Il y a quelques temps, lors d’un diné avec les journalistes, Dany Bahar avait évoqué la possibilité que Proton se désengage de Lotus Cars et qu’une possibilité de Joint venture ou rachat par un constructeur (Toyota) voir d’une introduction en Bourse sont en projet. Alors, l’inquiétude pouvait craindre le pire. A cela, Proton a déjà réagit.

Dès le 31 Mai et sous la pression de Proton, Dany Bahar a réaffirmé que le constructeur malaisien était à 100% avec la marque anglaise (voir ici). Une remise à l’heure des pendule qui ne cache toutefois pasun futur plan de licenciement de  99 personnes  et que certain projet auront du mal à survivre au plan d’affaire proposé par le PDG de Lotus.

Nous entendons par les déclarations de Bahar une mauvaise interprétation des propos. Proton a garanti 1 milliards d’euros d’investissement pour l’avenir de Lotus. Une garantie bancaire sous forme de caution. A charge à Bahar de garantir un modèle d’affaire pour rembourser ce prêt de la Khazanah Nacional Berhad. Le développement de la gamme est donc une logique. Mais la création d’une seconde usine dans le Norfolk est pour le moment au point mort et environ 270 millions d’euros ont été trouvé auprès de banques chinoises et asiatiques pour assurer les premiers remboursements du prêt qui devait pourtant débuter en 2015, mais le temps presse.

Bahar dispose d’un plan qui consiste à introduire un autre partenaire à terme dans Lotus, si les retards sur le plan s’étendent dans le temps. Ceci n’est donc qu’une projection d’avenir, mal interprété. Pour l’instant, Proton laisse un répit à Bahar, mais ce dernier est sommé de mesurer ses interventions à l’avenir.

Nick Wirth et ses trois tentatives F1

2 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Histoire F1

Jamais deux sans trois, l’aventure de Nick Wirth en Formule 1 restera chaotique et rempli d’échec cuisant. De Simtek à Benetton et enfin Virgin Racing, l’ingénieur anglais cumule en près de 20 ans d’effort des échecs impressionnant.

Présenté comme un génie à la fin des années 80, Max Mosley le soutien en prenant en 1990 50% de sa société Simtec. Cette dernière va obtenir son premier contrat avec Ligier pour l’installation de sa soufflerie à Magny Cours, puis avec BMW pour un obscur projet de retour de la marque allemande avec un V12. Cette monoplace ne débutera jamais en Formule 1, mais aura une application dès 1992 par al force des choses.

Poussé par Max Mosley, nouveau Président de la FIA, d’avoir une machine plus compétitive, l’équipe Andrea Moda utilisera des Simtec en remplacement des antique Coloni. Cette machine, propulsé par un V8 JUDD anémique ne brillera jamais vraiment. Pourtant, la monoplace crée par Nick Wirth trouvera encore un partenaire pour 1993 avec le projet d’Adrian Compas : BRAVO. Mort né durant l’hiver 1992/1993.

Mosley quitte l’équipe en 1993, pour raison de conflit d’intérêt et le jeune homme de 28 ans, Nick Whirth décide de se lancer en Formule 1 sous le nom de Simtek, avec une équipe forte de 19 personnes et complètement novice en la matière. Jack Brabham en sera le parrain et la monoplace S941 est une dérivée de la S921. Toutefois, le manque d’argent est flagrant et l’équipe est déjà au bord du dépôt de bilan, après le tragique accident de Roland Ratzenberg à Imola, montrant du doigt les problèmes de conception de la monoplace.

Elle tiendra son salut par Flavio Briatore, probablement pour obtenir les bonnes grâces de Mosley, qui offre un chèque de 4 millions de dollars et Jos Verstappen pour 1995, avec une boite de vitesse Benetton en cadeau. La S951 est légèrement meilleure, mais souffre de son V8 Cosworth trop juste. L’équipe déposera le bilan en plaine saison. Les dettes étaient trop importantes. L’ingénieur anglais rebondi rapidement chez Benetton et sera le second de Rory Byrne dans la conception de la fameuse B196 (ratée). Le duo Brawn – Byrne parti chez Ferrari, Flavio Briatore nomme Pat Symonds et Nick Wirth à la conception des monoplaces italiennes. La B197 sera une évolution de la B196 avec les bonnes recettes de la B195, mais, déjà le retard se fait sentir techniquement.

Briatore débarqué en fin de saison, remplacé par David Richards, la B198, première vraie monoplace du duo Symonds – Wirth est une réussite en début de saison avec Giancarlo Fisichella et Alex Wurz et les pneus Bridgrestone. Mais, son évolution la condamnera face à Williams et surtout Jordan cette année là. C’est alors le chant du cygne pour Wirth qui décide de tenter le tout pour le tour avec la B199. Une monoplace trop excessive pour réussir. Trop longue, manquant de dynamisme, lourde avec son système de traction avant complexe, FTT, et déjà aérodynamiquement massive, cette monoplace sera sa dernière.

Wirth reviendra en Formule 1 via Virgin Racing en proposant une approche trop radicale pour être vraiment prise au sérieux. Le principe de conception par CFD était déjà connu des équipes de Formule 1, mais surtout utilisé comme un complément à la soufflerie. Après une première monoplace correcte, mais loin d’offrir un niveau de performance satisfaisant, la MVR-02 sera un échec cuisant pour 2011.

RRA – Tension entre RBR et la FOTA

1 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Rumeurs

L’affaire remonte lors d’une réunion des membres de la FOTA, en marge du Grand Prix d’Espagne.  Les membres de l’équipe Mercedes GP ont violement attaqués Christian Horner et Red Bull Racing, pour non respect du RRA (Ressource Restriction Agreement). Quelques jours plus tard, Ferrari appel à l’exclusion de RBR de l’association.

« De toute manière le RRA n’est pas appliqué » lance un patron d’équipe en OFF dans le paddock de Barcelone. Il faut dire que l’ambiance est lourde entre les membres de l’association des constructeurs. Lors d’une réunion en marge du Grand Prix d’Espagne, Mercedes GP a reproché à Red Bull Racing de bloquer le RRA. Précisant que le team champion du monde emploie 552 personnes dans son usine, tandis que la marque allemande, via son usine de Brackley a réduit à 420 personnes ses effectifs. A ce moment précis, la réponse de Christian Horner et d’Helmut Marko était simple.

Selon l’équipe autrichienne, l’effectif de Mercedes GP est de 820 personnes : 420 pour Brackley et 400 personnes pour son unité moteur à Bixton. Imparable, mais dangereux.

Car à Monaco, Stefano Domenicali a relancé le débat dans le paddock. Ferrari accuse désormais Red Bull de ne pas respecter les limites imposées par la FOTA en termes de budget et surtout de personnel. Pour sa défense, Horner a simplement indiqué que l’effectif de son usine de Milton Keynes était de 61 personnes. Red Bull Technology (le sous-traitant technique selon Horner) embauchant les 490 autres personnes. En cela, l’équipe imitait les autres dans le domaine de la sous-traitance. Un argument qui a du mal à passer, car Ferrari, McLaren et d’autres ont utilisé des installations de Toyota à Cologne et pas leur propre installation, via une société annexe. Un montage qui était déjà la source d’inquiétude depuis une année sur le contournement du RRA par l’équipe championne du monde. Enfin, souvenons-nous, que Ferrari avait accusé RBR d’avoir dépensé 160 millions d’euros en 2010 (au lieu des 100 du RRA) durant l’hiver, dépassant via un apport « fantôme » son budget annoncé de 150 millions d’euros environ pour la saison 2010.

Pour le moment le président de la FOTA, Martin Whitmarsh n’a pas fait de déclaration. Son intervention sera aussi importante pour offrir un éclairage sur la situation.

Marussia Virgin cherche partenaire technique pour 2012

1 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

L’équipe Marussia Virgin Racing souhaite un partenaire technique pour progresser sur la grille de départ dès 2012. Selon une rumeur, Mercedes et McLaren aurait été approché, mais pas que…

Selon le site italien Italiacracing.net, Marussia Virgin Racing serait en train de négocier avec McLaren et Mercedes un accord similaire que ses derniers disposent avec Force India : un moteur, boite de vitesse, KERS et le train arrière et apport technique.

Depuis le début de la saison, le directeur technique Nick Wirth, via sa société sous-traitante Wirth Research, est sous pression pour redresser la situation d’ici ce début de mois (GP Valencia étant, semble t’il la dead line), avant que le projet 2012, une réalisation hybride (soufflerie – CFD) de al prochaine monoplace ne soit réalisé, sous la consultation de Pat Symonds.

Ce rapprochement annoncé par le site italien semble trop simpliste. En effet, Marussia Virgin cherche un savoir-faire soufflerie qu’ils n’ont pas pour progresser. Le rapprochement avec Mercedes, concernerait la location de la soufflerie de Brackley, tandis que l’accord avec McLaren serait plus une sous-traitance technique (boite de vitesse surtout).

Toutefois, le duo Anglos – Allemand n’est pas le seul en course.  Eric Boullier, avait indiqué récemment que les relations avec Virgin et la galaxie Genii Cpaital allaient au-delà de Jérôme d’Ambrosio. Nous sous-entendons qu’un accord technique (cette fois ci, similaire à celui entre McLaren et Force India) soit réalisé entre LRGP et Marussia Virgin.

En fin de compte, Marussia Virgin cherche une soufflerie et un partenariat technique de haut niveau pour progresser sur la grille de départ. Tout en gardant son moteur Cosworth pour 2012.

L’avenir de Lotus Group


Lotus pourrait abandonner la propriété actuelle de Proton pour conduire une joint-venture avec un constructeur (Toyota) ou s’introduire en bourse. Ou alors ce n’est qu’un leurre cachant une réalité bien différente.

La semaine dernière, lors d’un entretien privée avec des journalistes, Dany Bahar a précisé les nouvelles ambitions de Lotus Group pour l’avenir. Le programme ambitieux de 5 voitures a déjà du plomb dans l’aile avec le report pour 2016 du programme Elan. Mais l’objectif de 6.000/8.000 exemplaires par en d’ici 2015/2016 est toujours d’actualité.

Toutefois, Dany Bahar a clairement indiqué qu’il cherchait une joint-venture ou un rachat par un grand constructeur, afin de permettre à Lotus d’avoir les moyens de gérer les futures réglementations techniques européenne et américaine sur les voitures de route (très contraignante d’ici 2012). L’autre alternative, avouée par Bahar,  est une introduction en bourse.

Ceci n’indique pas un manque d’argent de la part de Proton, mais une petite société comme Ferrari, Lamborghini et donc Lotus, a besoin de ressources techniques et financières assez importante pour affronter les futures réglementations occidentales. D’ailleurs, Aston Martin est dans la même situation aujourd’hui. Proton cherche donc un partenaire pour soutenir son effort.

Enfin, il est aussi possible que les déclarations de Bahar ne restent qu’un leurre cachant une réalité bien différente. Car, il semble que discrètement, depuis plusieurs mois, des discussions avec un acteur de la Formule 1 soient engagés. En cela, il est possible que ces déclarations ne représentent qu’une alternative à des négociations déjà en cours. Dire cela, est déjà répondre…

Pourquoi le projet V6 2015 de Ferrari ?

31 mai 2011 | 13 commentaires
Catégorie : Analyses

Hier, la Scuderia Ferrai a présenté son projet de V6 1800 cm3 Bi-turbo lors d’une réunion commune entre la FIA et la FOTA. L’objectif de l’équipe italienne est de convaincre les autres motoristes du bien fait de ce projet, qui repousse l’introduction du moteur à 2015.

Le Week-end du Grand Prix d’Espagne aura été décisif pour la stratégie de la Scuderia. Jean Todt concédera une voir deux année d’équivalence technique entre son projet de moteur 2013 et le V8 actuel. Une marge de manœuvre idéale pour les hommes de Maranello et son président Luca di Montezemolo. En ce sens, une certaine unité dans ce domaine commence à se présenté. Le président de la FOTA, Martin Whirtmach, avait même indiqué la semaine dernière qu’il était trop tôt pour investir dans un moteur aussi coûteux que le projet de Jean Todt (voir ici).

Car,  c’est effectivement une notion de coûts qui est le centre de la discorde. Au départ évalué à 100 millions d’euros, l’étude de ce futur moteur a déjà été augmentée de 50%. Même Cosworth, qui avait indiqué un chiffre de 30 millions d’euros de frais de conception/d’étude/Développement a passé ce chiffre à près de 75 millions d’euros. Beaucoup trop.

Cette notion de coût et un retour en arrière

C’est en cela que le projet Ferrari est intéressant. Car il relance deux aspects simples : la notion de coûts et surtout une cassure dans la doctrine de la FIA sur le domaine des moteurs F1 depuis 10 ans.

La notion de coûts est importante pour tous les motoristes. Après avoir été d’accord de force sur le principe du 4cyl. Le V6 proposé par Maranello est un dérivé du V8 d’aujourd’hui. Comme le moteur actuel est un dérivé des V10 de 2005 (pour simplifier). A l’époque le bloc V8 avait coûté environ 20 millions d’euros. Ce chiffre semble revenir pour le projet Maranello. Beaucoup plus accessible pour tout le monde.

Mais, l’autre aspect reste la cylindrée. Car le projet de moteur 2013 est un dérivée d’une idée de Max Mosley d’un moteur universelle capable d’être utilisé en F3, F2, F1, WRC et WTCC. Le principe du 4cyl ayant été choisie pour c’est aspect précis de l’uniformité, avec le secret espoir de voir plus de constructeur passé d’une discipline à l’autre. Le projet Maranello est un V6, donc cassant l’idée de base.

C’est alors que le vieux principe d’une réglementation de cylindrée (et non de cylindre) comme par le passé revient en mémoire et pourrait être l’avenir. En effet, nous pouvons penser qu’Illmor puisse adapter son 3cyl de MotoGP de 800cm3 pour en faire un moteur de F1 à l’avenir (pourquoi pas) et qu’un constructeur présent en WTCC avec un 4cyl puisse se lancer malgré tout en F1 (voir BMW dans les années 80). Revenir à une réglementation plus souple et non rigide sur les moteurs serait aussi un point de relance d’intérêt…

Team Lotus et l’utilisation de sa marque

28 mai 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

Petit détail intéressant dans le jugement du procès Lotus. Il est bien écrit que l’équipe de Tony Fernandes a le droit de continuer de courir en Formule 1 sous le nom de Team Lotus, mais que seul  Lotus Group  a le droit d’utiliser le nom « Lotus ». Les dépôts de marque « Team Lotus » par Lotus Ventures sont inapplicables,  car n’ayant pas été exploités sur la période 2003-2008 (la loi britannique exclue la propriété d’une marque si elle n’a pas été utilisée durant 5 ans).

Ce qui signifie que Team Lotus est une marque qui n’a pas de propriétaire aujourd’hui. D’ailleurs, dans son communiqué résumé de la situation du jugement, Team Lotus l’avoue qu’elle peut utiliser la marque « Team Lotus », mais précise qu’elle à l’intention de redéposer cette marque à l’avenir.

Toutefois, une heure après que le jugement ait été officialisé, Team Lotus a lancé sa boutique. Donc, l’équipe met en vente des produits dérivés d’une marque qu’elle n’a pas encore véritablement…
eshop

Le GP d’Inde le 11 Décembre et la position de Ferrari

27 mai 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Aujourd’hui, Vendredi, Stefano Domenicali a été convoqué pour une conférence de presse. L’ordre du jour : le GP de Bahreïn.

Ce matin, Tomorrownewsf1.com vous avait expliqué que le dossier de Bahrein était sensible et que les équipes n’étaient pas vraiment favorable à l’extension du calendrier jusqu’en Décembre.  Hier, une réunion entre Ecclestone et la FOTA a été présentée de la manière suivante par l’argentier de la Formule 1 : Le GP d’Inde se déroulera le 11 Décembre 2011 au lieu du 4.

Ce qui est toutefois étonnant, ce n’est pas tellement la date du Grand Prix d’Inde, mais la prise de parole de Stefano Domenicali. L’homme n’a plus de responsabilité au sein de la FOTA et son discours ressemble beaucoup à un plaidoyer de Ferrari. La formule : « Ferrari souhaite voir pour longtemps Bahreïn en Formule 1 » a été citée à trois reprises durant son intervention. Au point de se demander si Ferrari ne souhaite pas casser l’unanimité souhaité autour de Bahreïn pour repousser le problème à 2012.

Il semble, en tout cas, que Bernie Ecclestone, ait une nouvelle fois, changé d’avis sur la question. Donc la Formule 1 ira bien à Bahreïn et le GP d’Inde se déroulera le 11 Décembre 2011. Assurément.

Procès Lotus vs Lotus: verdict statu quo…

27 mai 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Le jugement a été prononcé et chacun des deux parties affirme avoir gagnés. Le Juge Peter Smith a rendu son verdict dans l’affaire qui opposait Team Lotus et Lotus Group.

Voici le jugement :

  • Groupe Lotus a le droit d’utiliser le nom « Lotus » au sein de la Formule 1
  • Groupe Lotus à le droit d’exploiter la livrée noir et or historique en Formule 1.
  • Groupe Lotus a le droit t’utiliser la marque Lotus sur des voiture à usage routier.

et

  • 1Malaysia Racing Team (1MRT) est en violation de l’accord de licence accordé par Lotus Group de son projet de Formule 1 sous la marque Lotus Racing et accordera des dommages et intérêt pour violation cette violation.
  • L’enregistrement de la marque Team Lotus par Team Lotus Ventures Limited est annulé en raison d’une non –utilisation entre 2003 et 2008.

Le juge a toutefois autorisé Tony Fernandes l’utilisation de la marque « Team Lotus » pour la Formule 1. Mais un appel de Group Lotus est en cours pour clarifier une bonne fois pour toute cette histoire,  qui n’a pas été vraiment jugée.

Suite à la décision voici les réactions de Tony Fernandes et de la responsable juridique de Lotus Group, Sarah Price :

Tony Fernandes (sur Twitter):  Nous avons gagnés. Je suis sur la lune. Team Lotus est à nous. Notre nom du châssis reste Lotus. Nul ne peut utiliser le nom du châssis. Nous sommes le seul Lotus. Team Lotus. »

Sarah Price : « Lotus Group est heureux que son droit de courir sous le nom de Lotus en Formule 1 ait été confirmé et que les tentatives de l’autre partie aient échoués. Malgré l’arrêt détaillé, il y a des questions qui doivent encore être clarifiées et nous restons déterminés à obtenir cette clarté pour les fans de la marque Lotus. Notre d’action en appel n’a pas été prise à la légère. »

Lewis Hamilton: entre déception et mauvaise foi

27 mai 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Grand Prix d’Espagne à Barcelone le week-end dernier. L’animation est à son comble entre les deux pilotes de tête Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. Un rien les sépare. Les retardataires font parties de la course, sauf quand il y a un soupçon  de complot!

Un complot? Oui, vous lisez bien, un complot contre Lewis Hamilton.  Qui sont les accusés dans cette affaire? En première ligne Michael Schumacher. Lewis Hamilton déclare que le pilote allemand a laissé facilement passer son compatriote allemand Sebastian Vettel, vainqueur de ce Grand Prix. Michael Schumacher se défend en indiquant que « cela doit être un malentendu » et que « s’il est vrai que Sebastian et moi sommes amis, sur la piste, je ne suis pas pour ou contre qui que ce soit. » Un plaidoyer qui ne plait pas à Lewis Hamilton, qui déclare ne pas vouloir « parler de lui » et « ne pas vouloir perdre son temps ou son souffle. »

Seulement, dans cette histoire, d’autres accusés ont été cités. Après la solidarité allemande vient la solidarité d’entreprise. Jaime Alguersuari et Sebastien Buemi sont directement pointés du doigt par le champion du monde 2008. Selon le pilote britannique, ils seraient la cause « d’une partie de ce qui aurait causé un plus grand écart » et espère que « les délégués FIA en sont conscients. » Christian Horner dénonce le « non-sens » de cette histoire et un porte-parole de l’équipe italienne déclare même que « la suggestion que nous aurions retardé en piste une autre voiture en faveur de Red Bull est absurde et ne serait jamais arrivée. »

L’équipe McLaren, face à des accusations aussi importantes, déclare « qu’il n’y a pas de complot« , éteignant ainsi l’incendie à la base.

Bien entendu, jouant sur la rumeur d’une arrivée possible en 2013 chez « l’entreprise de boissons », le britannique déclare de toute façon,  que, s’il était dans le même baquet que Sebastian Vettel, il serait plus rapide que ce dernier. « Je suppose que Lewis a tout dit. Si c’est ce qu’il pense, c’est OK pour moi » déclare Sebastian Vettel Ambiance.

Quelle leçon tirer de toute ses accusations?

Les arguments contre le moteur 2013

27 mai 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Technique F1

La partie de poker sur le moteur 2013 continue. La FOTA, dénonce à demi-mot les négociations entre la FIA et les équipes, prétextant que ceci est uen affaire de constructeur et non d’équipe. Mais, la situation est telle que l’équivalence pour 2013 ne pourrait qu’être prise en compte par les petites équipes. En effet, Williams, Force India, Sauber, Toro Rosso, Lotus, HRT et Marussia Virgin sont d’accord pour ne pas payer plus de 5 millions d’euros leur futur moteur. Réduisant la marge de manœuvre autour du futur moteur 2013 turbo et favorisant l’extension du V8 actuel.

Toutefois, la FOTA dispose d’un autre argument : le changement de réglementation est trop tôt. En effet, les constructeurs sortent seulement d’une crise économique qui les a touchés en 2008/2009. Aujourd’hui, aucun ne souhaite investir 60 à 100 millions d’euros dans le développement du nouveau bloc. Cosworth, qui avait auparavant évalué à 30 millions d’euros son investissement a finalement doublé sa facture. Le poussant à abandonner le projet pour l’instant. « Nous sortons d’une récession et ce changement est trop tôt » explique le président de la FOTA, Martin Whitmarsh

En effet, la FOTA souhaite que le prochain règlement moteur permette d’augmenter le nombre de constructeurs, même indépendants. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui avec le 4cyl 1600cm3. Car,  si Audi hésite encore, le projet PURE, de Graig Pollock (voir ici) est le seul à c’être manifesté aujourd’hui. Trop peu donc pour rendre viable le projet. « Nous avons besoin de plus de constructeurs, même des indépendants comme Cosworth. Nous devons aussi nous assurer que nous ne perdrons pas un des constructeurs actuels. » explique le président de la FOTA.

En effet, avant de définir le futur moteur, il faut déjà savoir si Ferrari, Mercedes et Renault, voir Cosworth seront encore présent en 2013. Pour cela, il faut encore et toujours signer les Accords Concordes pour le savoir.

Les manoeuvres autour du GP de Bahrein 2011

27 mai 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

Dans une semaine, la Fédération Internationale de l’automobile validera la réintroduction du Grand Prix de Bahreïn dans le calendrier 2011. Une réintroduction qui ne posait pas de problème il y a quelques semaines et qui est à la recherche d’un moyen d’annulation pure et simple.

En coulisse, la FIA est totalement pour une réintroduction de Bahreïn dans le calendrier. Cette décision est surtout politique. Le président Jean Todt dispose de nombreux soutien au Moyen-Orient et l’ombre d’un second mandat commence déjà à se profiler, sans froisser des alliés précieux pour l’avenir. Côté Bernie Ecclestone, les récent trouble du royaume laisse des questions en suspend et surtout une évaluation d’image si la Formule 1 s’associe avec un pays qui dispose d’une très mauvaise image aujourd’hui. La répression a fait 250 personnes portées disparus, dont le sort ne fait aucuns doutes. Les militaires sont entrés dans les hôpitaux et ont arrêté les médecins et infirmières sunnites qui soignaient les blessés chiites. Ils ont été trainés devant des tribunaux militaires. Un acte contraire aux droits de l’Homme. Bref même si le calme est revenu, la situation est encore trouble.

Enfin la FOTA est désormais contre un calendrier allongé jusqu’en Décembre. Maintenant il est temps de trouver un motif de refus pour Bahreïn, sans froisser le royaume et faire bonne figure devant la scène internationale. Seul solution se profilant : un accord unanime entre Todt, la FIA, Ecclestone et la FOTA. Seul moyen assurant une certaine sécurité sans avancer de nom et préserver les relations.

RBR va modifier sa stratégie en course

27 mai 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Christian Horner a déclaré que Red Bull Racing a révisé ses arrêts aux stands parce que ses concurrents étaient entrain de copier ses mouvements et sa stratégie.

L’affaire des écoutes radios, moqué par Ferrari et finalement confirmé par Christian Horner hier est un volet de la stratégie des arrêts aux stands de l’équipe championne du monde 2010. Il est désormais entendu que RBR fasse des appels fictifs en code pour brouiller les pistes. Mais, il existe aussi le système du laser aux stands.

Ce dernier système permet aux pilotes de se placer idéalement sur son emplacement dans les stands, sans faire perdre de temps aux mécaniciens pour changer les roues. Le gain est estimé à plusieurs près d’une seconde et semble déjà dans les cartons des autres équipes pour le Canada ou Valencia.

Ecclestone et la reprise de sa société

26 mai 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Il est entendu d’après Auto Motor und Sport que Bernie Ecclestone, en association avec Paddy McNally et le fond d’investissement Aabar Invest pourraient reprendre la Formule 1 a CVC Capital. Alors que les rumeurs NewsCorp-Exor commencent à s’estomper. Toutefois, ce n’est pas la première fois que l’argentier de la Formule 1 tente de racheter sa propre société, après l’avoir vendu.

Extrait de Mister E, la chute de l’empire Kirch

Janvier 2002, Bernie Ecclestone passe à l’offensive afin de sauver son entreprise. Il demande à Kirch 1 milliards de dollars afin de résoudre le prêt de 1,4 milliards de dollars, initialement destiné à une introduction en bourse qui n’arrivera pas en mai 2002 comme prévus. L’investissement du groupe allemand sur la Formule 1 est de 2,9 milliards de dollars. Les banques, à partir de ce moment, ne veulent plus prêter de l’argent au groupe, pris à la gorge avec une dette de 5 milliards de dollars. Les établissements bancaires pressent Kirch pour qu’il débute ses remboursements. Son salut viendra de la vente au groupe Axel Springer AG de 11,5% qu’il détient dans ProSiebenSat ,1 soit 664 millions de dollars, et des 22% de Première, cédés à News Corp pour 1,5 milliards de dollars. La situation devient critique. Kirch demande le soutien des politiques allemands en vain. Sa chute est programmée, Kirch est poussé de vendre ses actifs.

En février 2002, Ecclestone propose 700 millions de dollars pour racheter les 75% du groupe Kirch qui refuse et qui proteste envers la presse économique qu’il accuse de colporter de mauvaises nouvelles afin que son  groupe ne puisse plus trouver une banque et une solution financière à ses créances. L’ambiance est lourde. Ecclestone est soupçonné d’avoir conclu un accord avec Daimler et FIAT afin de reprendre le contrôle de son empire et de redistribuer le capital au constructeur du GPWC. Les jours passent et finalement un premier miracle s’annonce avec un groupement de banques allemandes, qui détiennent l’équivalent de 2,7 milliards de dollars d’actifs prêtés du groupe Kirch, accepte d’offrir un nouveau prêt pour 960 millions de dollars et 40% de prise de participation. Mais tout se complique car le montage financier pour sauver le groupe allemand définit un groupement de société et un croisement de participation qui rend la prise de contrôle des banques difficiles. En effet il apparait que le groupe Axel Springer sert de fond de garantie aux banques de la société Speed Investments. C’est-à-dire 668 millions de dollars. La dette de Kirch est dévoilée par le Wall Street Journal : 11 milliard de dollars, pire que prévu.


Page 4 sur 60« First...23456102030...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu