Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Bernie Ecclestone, les droits FOM et la morale

20 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

« Ils peuvent demander plus d’argent mais ils n’auront pas plus, ils auront même moins. » a déclaré Bernie Ecclestone au Financial Times aujourd’hui à propos de la demande de la FOTA d’augmenter les revenus FOM pour l’année 2009.

Après avoir répondu à Ferrari sur sa prime, Ecclestone répond de manière très clair aux constructeurs qui souhaitent plus d’argent pour 2009, pensant que le retrait de Honda leur offrira une plus value significative sur leurs propres primes. Hors, si cela était le cas par le passé, aujourd’hui les accords de la F1 sont différents.

En effet, lorsque les Accords Concordes étaient signés, il était légitime de procéder de cette manière (le cas Arrows et Prost voir Super Aguri ses dix dernières saisons), mais depuis 2007 la F1 est gérée par un mémorandum qui n’a aucune valeur que moral. Un papier qui remet tout en cause et qui devient une arme pour l’argentier de la Formule 1.

Ecclestone accuse en effet les équipes de trainer les pieds dans les négociations à long terme sur les droits commerciaux, et à ce rythme il n’hériterait pas des 50 millions de dollars environs que Honda aurait gagné cette saison. « Dans ce que je me rappel le bon vieux temps, tout ceci était plus facile et conclu entre gens de bonnes volontés. Mais maintenant, ils viennent avec des avocats et ne peuvent s’entendent sur rien. «  Précise l’argentier.

En faite, selon le Financial Times, les équipes en 2009 toucheront comme en 2008, alors que le chiffre d’affaire a augmenté sur la période et que 50% doit être reversé, soit une différence majeure de 119 millions de dollars selon mes calculs.

Les relations entre la FOM et les équipes sont donc tendues parce que le mémorandum n’a aucune valeur juridique. « Ce document indique que tout l’argent sera distribué, même si il y a moins de 10 équipes, mais ce document n’a toutefois qu’une valeur morale » indique Bernie Ecclestone.

Mais Ferrari touchera toujours sa garantie d’avoir 150 millions de dollars par an en 2009 en vertu de précédent accords (fermes ceux là) entre Bernie Ecclestone et l’équipe Italienne.

Honda F1 – l’avenir sous le modèle Williams F1

19 janvier 2009 | 5 commentaires
Catégorie : Analyses

Les jours passent et l’avenir de l’équipe Honda reste floue, toutefois quelques indications sur les ambitions de l’équipe sont avouables. L’ex équipe Honda Racing F1 à un modèle en Formule 1 : Williams F1.

L’équipe de Grove est la dernière survivante d’une idéologie, souvent copiée mais rarement égalée. Forte de 600 personnes, deux souffleries et d’un outil moderne, Williams produit et conçoit son propre châssis. Coté budget, l’équipe anglaise disposera en 2009 d’une enveloppe de 250 millions de dollars.

Un modèle qui inspire Nick Fry et qui semble séduire le board de Suzuka. En effet, cela préserverait le personnel et permettrait de construire une monoplace de A à Z. Coté moteur, Ross Brawn, chargé du projet, négocie avec Mercedes, un programme sur une base de trois années, sauf que les conditions du constructeur à l’étoile pourraient faire capoter l’idée.

Pour l’instant, le fabuleux projet basé sur l’idéologie Williams est séduisant, sur le papier, mais peu réalisable dans la réalité. Trouver 250 millions de dollars par an n’est pas une chose facile, l’équipe n’a toujours pas de sponsor par exemple, des solutions peuvent être trouvés, mais l’idée d’imiter Williams F1 est une erreur stratégique. Honda souhaitant ne pas licencier son personnel à Brackely coince face à des solutions finalement limitées.

Total, pas plus présent que ELF sur la R29

19 janvier 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

La nouvelle Renault R29 a été présenté au Portugal il y a quelques minutes et la surprise de l’annonce de Total rependue sur la nouvelle monoplace, laisse place à la déception. Le pétrolier n’est finalement pas plus présent qu’avant sur la Renault.

Sur les flancs de l’aileron arrière, avant et sur les rétroviseurs. Voilà la teneur en couleur rouge vif qui s’étale visuellement sur la nouvelle Renault. En comparaison aux rétroviseurs et le coté de la coque en bleue ELF (la présence sur le nez n’est pas compté), cela représente beaucoup visuellement mais en faite peu financièrement.

Le pétrolier français met à disposition de son accord de partenariat environ 25 millions d’euros par an à l’équipe Renault F1. L’année dernière sa visibilité sur la R28 était équivalente à 15 millions d’euros.

En 2009, les flancs d’ailerons arrières et avants sont facturés, pour un top team, 13 millions (8 à l’arrière et 5 à l’avant) et les rétroviseurs sont facturés 2 millions d’euros, soit un total de 15 millions d’euros. Une non augmentation donc. Précision importante, alors que les pétrolier signe des partenariats de 5 ans, Total n’a signé que pour trois ans avec Renault F1 (2009/2010/2011).

Finalement Renault a réorganisé ses sponsors pour offrir plus de visibilité à son partenaire pétrolier. Mais l’aileron arrière (15 millions d’euros) est jaune et vierge de tout sponsor, un gros manque à gagner pour la troisième année consécutive.

Ron Dennis – Quitter pour mieux diriger

17 janvier 2009 | 8 commentaires
Catégorie : Analyses

Le processus était déjà prévu de longue date. L’intéressé lui-même l’avait annoncé il y a plusieurs mois. La présentation de la McLaren MP4-24 aura été le théâtre de sa déclaration. Un passage de relais et une prise de conscience de la part de Ron Dennis. L’homme ne démissionne pas, il change d’air dans sa propre entreprise.

Dans l’organigramme de l’équipe McLaren, Ron Dennis était Président et Martin Whitemarch, Directeur Général. C’est-à-dire que ce dernier gérait le quotidien de l’équipe F1. Une répartition nécessaire depuis la construction de la nouvelle usine de Woking. Ron Dennis ne pouvant pas tout réaliser seul, il devait déléguer plus que nécessaire à son fidèle lieutenant.

Mais loin des rumeurs et des titres racoleurs, les plans de Ron Dennis n’étaient nullement de quitter son équipe, de démissionner, d’être racheté ou autres fantasmes de gros titres. Les plans étaient d’avoir réalisé un vieux rêve avec Lewis Hamilton et de consolider son empire. Car l’homme ne quitte pas l’entreprise, il l’indique lui-même : « il prend de la hauteur ». Le groupe McLaren représente plus de 1200 personnes, de l’électronique, au traiteur, en passant par l’automobile, un circuit club et la Hi-Fi haut de gamme. Un groupe et, des satellites, qui était parfaitement autonome jusqu’à présent, mais qu’il faut redynamiser. Ron Dennis a donc des plans pour toutes ses entreprises qui portent son logo.

Ron Dennis prend donc le contrôle de son groupe, dont une partie de ses sociétés étaient encore générés par son ami Mansour Ojjeh (15% du groupe). Son premier programme sera le projet de voiture de route la P11, l’axe principal de l’avenir de l’entreprise. Il y a urgence, car le projet à été gelé durant 4 mois, alors que Lewis Hamilton se battait pour le titre de champion du monde. Un constat qui a fait prendre conscience à Ron Dennis qu’il fallait réorganiser définitivement son entreprise et donner les clefs du team à Martin Whitemarch. Celui-ci deviendra CEO de l’équipe McLaren, juste un passage de témoin.

Ron Dennis devient Président Executif, un poste honorable de gourou et visionnaire, mais aussi l’homme qui exerce la majorité du contrôle de son entreprise (confirmant définitivement le traité d’un pacte d’actionnaire antérieur). Ses actionnaires ayant compris que Dennis incarnait son entreprise, révisant leurs ambitions à d’autres jours. Plus tard donc, toutefois avec un poste aussi fort (plus fort que celui qu’il détenait auparavant en binome avec Mansour Ojjeh), Dennis a les pleins pouvoirs chez lui, loin de la retraite donc.

Dès le mois de Mars, Ron Dennis changera et se concentrera sur son groupe, sur cette voiture de sport haut de gamme définie comme symbole d’indépendance futur, mais sa passion ne l’empêchera pas de venir durant les Grand Prix. Il viendra même souvent.

Budget de Toyota en 2009 : 375M€

16 janvier 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Business News F1

En filigrane de la présentation de ses ambitions 2009, Toyota lance son budget de l’année : 375 millions d’euros. Pourtant, le constructeur se félicite de réduire ses coûts, mais le budget est toujours en hausse.

Lors de l’année 2008, j’avais estimé le budget de l’équipe Toyota à 390 millions d’euros. La baisse est donc relative (-15M€) d’une année sur l’autre. Mais lorsqu’un constructeur annonce une baisse de 30% de ses couts, il faut regarder dans le détail. En effet, Cologne indique que le board au Japon lui a accordé 161 millions d’euros pour al Formule 1 au lieu de 230 millions comme ces dernières années. La voici cette baisse de 30% annoncée.

Mais dans le même temps, et malgré la crise économique, le sponsoring augmente. Panasonic a prolongé son contrat jusqu’en 2012 (son contrat expirait initialement en 2009), donc une prolongation de trois années ferme pour une somme de 45 millions d’euros (32M€ lors du précédent accord entre les deux parties) plus une prime de 20 millions si l’équipe termine dans le top 5 tout les ans.

Bataille des droits TV, la menace inutile de la FOTA

15 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Le billet sera court mais clair, car j’ai mal aux yeux ce jour. J’ai lu qu’il y allait avoir une bataille pour les revenus de la FOM. En effet, la FOTA souhaite plus d’argent, c’est-à-dire plus que 50% des parts que génère l’empire de Bernie Ecclestone.

Selon les chiffres, en 2008, le chiffre d’affaire de la Formule 1 a été, selon le fonds CVC, de 1,35 milliards de dollars. 50% de cette somme égale 675 millions de dollars à se répartir pour 2009 entre les équipes. Sachant que Ferrari touche 80 millions de plus que tout le monde comme Williams en touche environ 20 suivant des conventions signés en 2004/2005 et que (depuis cette année) 12 équipes au lieu de 10 toucheront les revenus FOM, la colère gronde.

En 2008 une équipe comme Ferrari, hors prime, a touché de part son titre, 70 millions de dollars. Hors en 2009, malgré son nouveau titre elle touchera moins. Je n’ai pas encore calculé, ni estimé la nouvelle répartition mais elle sera moins importante du fait que les prochains Accords Concordes sont basés sur un plateau de 24 voitures.

Selon moi ? une tempête dans un verre de cristaline…

Renault F1, anticipation de la crise à Viry-Chatillon ?

13 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Beaucoup d’agitation chez Renault depuis plusieurs jours, peu de communication, mais beaucoup de veille d’article. Hier, le groupe a demandé une aide de 9 milliards d’euros à l’Etat Français. Toutefois la rumeur est là et bien là, Viry Chatillon est bien touché par la crise.

En Mai 2008, Fanatic F1 vous avait relayé une information obtenu par le Canard Enchainé, relatant que le constructeur français allait supprimer 50% de ses effectifs moteur à Viry. La raison ? Un manque de moyen de restructuration pour être au niveau de compétitivité des autres constructeurs. La vraie raison ? Une anticipation de réduction de coûts sur le gel moteur.

Hors lors des mesures FOTA/FIA annoncés lors du dernier mois de l’année 2008, Renault F1 pouvait disposer d’une grâce présidentiel pour mettre au niveau ses moteurs. Mesures qu’elle avait déjà largement anticipées depuis Septembre, selon les bruits de couloirs. Mais toutefois la roue tourne.

En effet, une réunion exceptionnelle le 18 Décembre 2008, chez Renault avait pour but une mise au point précise du programme 2009. Rien n’a filtré, sauf une redifinition des budgets de Enstone et de Viry. Hors des mesures ont, nous le découvrons, été prisent de réduire les effectifs de la section moteur, largement avant la date prévue.

Selon les rumeurs Renault va supprimer 52 postes à Viry Chatillon, et demande une réduction de salaire au reste de l’effectif voir de gelé ceux ci..

Mesure radicale qui restera un prolongement de la mesure de Mai 2008. Le département moteur du losange, utilisant les réformes FOTA-FIA pour déjà réduire ses effectifs, alors que ses concurrents ne le feront qu’après l’été. Une mauvaise nouvelle donc. Confirmée Graeme Hackland, le manager présent à Enstone :« la situation est grave (…) », mais précise que des licenciement sont prévisibles :« c’est triste mais cela va probablement arriver. »

De source entendue, l’inquiétude monte dans le morale, l’espoir d’une R29 très compétitive en début de saison est acquise, mais la suite du développement laisse planer des doutes sérieux si un grain de sable vient à perturber le bel ensemble, boulonné par un Flavio Briatore, qui doit préparer et définitivement se trouver un successeur d’ici 2010. D’un Carlos Ghosn qui s’inquiète du cours de bourse du constructeur et d’un conseil d’administration inquiet de ses performances financières pour l’année 2009.

Les cierges brûlent et les prières vont en direction d’un titre mondial 2009 pour sauver le programme.

KERS ou la guerre des alliances pour le projet standard de 2010

12 janvier 2009 | 10 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Red Bull a annoncé l’abandon de son programme KERS pour l’année 2009, afin de mieux collaborer avec Renault. Toutefois, il est à ce demander l’intérêt de ce type de collaboration, car le programme de récupération d’énergie devrait être standardisé d’ici 2010.

Les coûts de développements du système de récupération d’énergie ont coutés une fortune pour toutes les équipes. 60 millions d’euros en moyenne, pour rien. Toutefois, une bataille dans les prochains mois autour du programme standard va faire rage. A l’heure où j’écris ces lignes, trois camps se sont constitué pour concourir à l’appel d’offre FIA et les annonces de retrait de projet ne sont pas anodins.

En effet, en annonçant son retrait  Red Bull confirme plusieurs choses :  D’abord son prochain renfoncement de ses accords avec Renault pour 2010 et surtout l’utilisation du projet Magneti Marelli. Car l’équipementier italien a signé des accords avec Ferrari, Renault et donc Red Bull dans la recherche et développement.

Autre groupe, le duo Williams-Toyota. Même si le constructeur japonais est fortement courtisé par l’alliance Franco-Austro- Italienne. L’équipe Wiliams ayant un système déjà fiabilisé, elle discute avec Toyota en vertu des accords moteurs entre les deux partie, mais aussi d’autres équipes dont l’identité reste secrête.

Enfin l’alliance allemande, entre Mercedes et BMW, qui continue de discuter d’un programme commun. Toutefois, il n’est pas impossible que, de part l’historique entre ces deux équipes et l’équipe Williams, un accord sera trouvé pour proposer une alternative au programme Magneti Marrelli.

Malgré tout, l’impression que les dès sont pipés sur le principe de désignation par la FIA du vainqueur de l’appel d’offre est déjà entendu par certains observateurs. En effet, pour le programme ECU, McLaren l’avait emporté au nez et à la barbe de Magneti Marelli, au point de provoquer la colère de Ferrari et de Renault. La désignation de l’équipementier italien pour le KERS standard, ne fait presque plus aucun doute. Si l’on se base sur l’aspect politique.

Reste que Williams a besoin de vendre son programme pour survivre à terme.

Toro Rosso 2009, un duo Buemi – Bourdais ?

10 janvier 2009 | 5 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Surprise hier, alors que l’équipe brouillait les pistes coté line up, Sébastien Buemi est confirmé pilote Toro Rosso 2009. Mais le contrat a bien été signé avant Noël.

 » J’ai signé mon contrat le 22 décembre » a expliqué Buemi dans Bild, confirmant les rumeurs de la fin de l’année dernière sur sa signature anticipée Toutefois,  » le second pilote Toro Rosso n’a pas encore été annoncée mais le Français Sébastien Bourdais, qui a tenu le rôle la saison passée, semble en passe de voir son contrat renouvelé, selon des sources proches du dossier.  » indique lefigaro.fr

Toro Rosso distille les rumeurs et les contres mesures, une vielle manœuvre dont elle est passé maître. Toutefois, une annonce doit être faite pour la fin du mois de Janvier (la rumeur la plus forte). Buemi a été confirmé alors que 24h auparavant l’équipe avait balayé d’un revers de la main l’annonce d’un line up à l’horizon Melbourne.

Honda F1 : Nick Fry juge et partie

9 janvier 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Selon un rapport dans le Daily Telegraph, Nick Fry est intéressé par Honda F1…juge et partie donc dans cette affaire.

Selon le quotidien anglais, cette velléité du manager et le statu quo actuel au sein de l’équipe provoque des tensions auprès des futurs acquéreurs comme le magnat grec Achilleas Kallakis, qui a exprimé son mécontentement sur la procédure de rachat de l’équipe.

Le document affirme que les acheteurs potentiels, « sont frustrés par l’accueil tiède des offres solides qu’ils font ». En effet, il est étonnant de voir que des favoris partent un par un (Voir Prodrive) et que l’on se décourage de l’absence de progrès, alors que soit disant tout devait être rapidement réglé. Hors Nick Fry a aussi beaucoup menti au début du retrait, pour d’obscures raisons qui se comprennent à l’heure d’aujourd’hui.  » L’objectif est de découragés par l’absence de progrès, une tentative ouverte de Fry d’empêché un rachat externe. «  indique le rapport.

Fry prêche pour sa paroisse donc, lui qui n’est que salarié et traitre de Prodrive, expliquant beaucoup de choses et surtout remettant en doute ses dernières déclarations. D’ailleurs, hier Nick Fry a avoué qu’il y avait 30 candidatures (le chiffre gonfle de plus en plus sans résultat), mais tout en omettant qu’il fait partie de la liste.

Toutefois Honda a calculé les retombés négatives de son retrait et semble prêt à aider, dans un geste de bonne volonté, le futur sauveur. Une aide financière durant la première année. Cela permettrait de gagner du temps pour Fry afin de trouver de nouveaux sponsors.

Toutefois, avant de réussir Fry, doit d’abord convaincre Honda et des financiers de s’aquitter des 100M$ demandés pour le rachat, il a réalisé pour se faire, un plan viable de 3 à 5 ans. Concernant les biens de l’équipe, Honda a déjà payé, pour les quatre prochaines années, le bail de l’usine de Brackley ainsi que son inscription pour le championnat 2009, signifiant de l’assurance de sa participation (1).

(1) (1) En effet, si l’équipe est inscrite au championnat du monde, et si elle ne participe pas au championnat cela coutera 600.000 euros par GP non participé.

Honda F1 : Prodrive dit non

9 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Patatra, pour la troisième fois de son histoire, David Richards abandonne son programme F1. Après une participation avortée dans BAR en 2002, le programme Prodrive F1 avec McLaren-Mercedes en 2007, la reprise de Honda Racing F1 est oubliée pour une simple raison : Trop risqué.

« Si l’on veut changer quelque chose, il faut faire une coupe radicale et puis construire un nouveau point de départ.  » a indiqué David Richards dans un entretien au magazine Auto Motor und Sport. L’homme fort de Prodrive précisant que, si il avait été choisie, des personnes auraient été licenciés et le budget 2009 aurait été serré.

Pour Honda, ce n’est pas une bonne nouvelle, David Richard semblait disposer du plan le plus solide et surtout le plus réaliste à terme. Hors il semble évident que le constructeur ne souhaite pas licencier ses 668 personnes à Brackley (45 millions d’euros de charges salariales), alors qu’une coupe franche serait plus logique pour que le programme reste viable.

Business as usual raconte souvent Bernie Ecclestone lorsqu’une affaire en F1 se déroule, le retrait de Prodrive signifiant que le rachat de Honda n’est vraisemblablement pas assez fiable pour être viable sur la durée. Rajoutant aussi aux déclarations de Ross Brawn sur le moteur Ferrari, destinées à être un attrape sponsors ou investisseurs (ce qui n’a pas été prouvé depuis 10 ans). Comme d’habitude donc, statu quo il reste 12 repreneurs au lieu des 4 ou 6 annoncés, ce qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. Pour mémoire Prost GP, aussi, avait plein d’intérêt en 2001-2002…

Toutefois selon des rumeurs, une annonce devrait être faite d’ici deux semaines.

Quelle équipe pour le moteur standard de 2010 ?

8 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

 » Sur cette base, Cosworth sera en mesure de fournir des moteurs à partir de 2010 pour bien moins de € 5 millions par saison et par équipe, A la condition d’avoir des commandes fermes d’au moins trois équipes d’ici deux semaines. « 

Voici ce que Max Mosley, dans sa lettre adressée aux membres de la FOTA, indique. Au moins trois équipes d’ici deux semaines, mais qui ?

Dans un premier temps, cette annonce est révélatrice, signifiant que d’ici deux semaines, Honda F1 aura un nouveau propriétaire, car il est invraisemblable pour la FIA, d’annoncée une date, certes vagues, sans obtenir certaines informations préalables.

Il y a un mois, Max Mosley avait déjà déclaré que 5 équipes avaient signés un pré accord pour la fourniture d’un moteur Cosworth standard pour 2010. Williams F1 est le premier visé par cette mesure. En fin de contrat avec Toyota en 2009, elle est susceptible d’être tentée par ce programme. Tout comme le prochain propriétaire de Honda F1, même si un lien avec Ferrari pourra être renforcé d’ici 2010.

Red Bull et Torro Rosso seront en fin de contrat fourniture avec leurs partenaires respectifs (Renault et Ferrari). Tandis que Force India a signé un accord sur une base de trois années avec McLaren Mercedes, donc n’est pas concerné par le programme.

Selon les analyses et les déclarations de Max Mosley, seul Williams F1, en tant qu’équipe actuelle, est intéressé par ce moteur. Les autres équipes possibles n’existent pas encore.

Vettel, Ferrari et l’objectif 2014

8 janvier 2009 | 5 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Le feuilleton Ferrari- Alonso, la semaine dernière, a mis en lumière une rumeur étonnante : Sébastien Vettel. En effet le jeune allemand, selon les bruits, pourrait être ressenti comme équipier de Fernando Alonso chez Ferrari à l’horizon 2010-2011. Même si Vettel a avoué son intérêt pour la Scuderia, rien n’est si simple et cela inquiète même la presse Espagnole.

Un remake Hamilton – Alonso, pensent certains à l’idée de voir le line up Ferrari fantasmé Vettel-Alonso. Hors l’idée est loin d’être réaliste. Certes le plus jeune vainqueur en Grand Prix a déclaré au journal allemand Welt an Sonntag : «  Mon but a toujours été de piloté pour Ferrari un jour, mais la continuité est très importante et c’est pourquoi je suis resté chez Red Bull. » Sage décision d’un pilote intelligent qui ne souhaite pas grillé les étapes et qui a conscience de démontrer et confirmer son talent dans les deux années à venir.

Son contrat Red Bull est établit sur une base de deux années (2009-2010), mais son avenir sportif, s’il confirme son talent, sera à l’image d’un Kimi Raikkonen. En effet, BMW Sauber semble fermement décidé, d’après certaines informations, à vouloir obtenir les services de Vettel en 2011, afin de combler les départs prochains de Robert Kubica et Nick Heidfeld. Car l’idée de faire le remake d’Alonso-Renault, séduit BMW et son conseil d’administration pour l’avenir.

Pourtant, les manœuvres de Ferrari sont connues : Elle annonce son intérêt pour un pilote, souvent jeune, et ensuite elle l’observe, et attend qu’il soit vainqueur de Grand Prix, ou encore qu’il se soit battu pour un titre pour pouvoir en faire son leader. Sauf dans le cas Massa qui restera un cas historique. Dans ce rôle, Michael Schumacher a approuvée le talent de Vettel, donc il faudra attendre 6 ans environ avant de voir le prodige en rouge, c’est-à-dire en 2014 (tiens après le contrat de Fernando Alonso chez Ferrari…)

Car l’avènement de Fernando Alonso chez Ferrari s’inspire du processus mis en place pour Michael Schumacher en 1996. C’est-à-dire avoir un pilote à ses cotés, certes rapide, mais disposant d’une image propre qui ne devant pas faire d’ombre au leader. Les liens entre la famille Todt (moins pour Jean depuis quelques mois), et la Scuderia permettent d’espérer Sébastien Bourdais…

Revenus Michael Schumacher en 2009 : 21M€

7 janvier 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Lors de son ultime titre de l’année 2004 de Michael Schumacher, son agent Willy Weber avait déclaré que la marque « Schumacher » avait une valeur de 800 millions de dollars, soit 10 fois plus que les revenus propres du pilote. Hors quatre ans après, ce n’est plus à fait le cas.

Après avoir eu un venus de 45 millions d’euros en 2006 (60 millions en 2004 son maximum) les revenus du septuple champion du monde c’étaient établit, de la bouche même de son agent, à 26 millions d’euros en 2007. Un revenus obtenu grâce à ses contrats avec Ferrari, ATU, DVAG , Shell et Omega. Hors la plus part de ses contrats vont expirer cette année (le cas de ATU et Ferrari) accusant un manque à gagner de 15 millions d’euros.

Omega, utilisant l’image de Schumacher depuis 1996, se demande si un renouvellement est raisonnable (600.000€/an) et si il ne vaut mieux pas investir sur un autre pilote actuellement en exercice, tandis que DVAG a encore jusqu’en 2010 pour définir une prolongation qui sera moins couteuse que le précédent contrat de 12,5 millions d’euros. Le cas de Shell est différent car ayant signé un contrat de 1,5 millions d’euros par an durant 10 ans (2004-2014).

Malgré tout, les revenus baissent; de 26 millions d’euros en 2007 à 23 millions en 2008 et 21 millions en 2009 (estimation).

Une baisse surtout dû aux produits dérivés du champion allemand qui ne rapporteront plus que 3 millions d’euros au pilote (soit un chiffre d’affaire de 15 millions d’euros seulement). Un phénomène logique, et anticipé par Weber, qui avait prévus une année 2007 synonyme de Revival et 2008 sous le signe de la nostalgie. Mais 2009, soit trois année après la retraite, les effets se font sentir sérieusement. AU point que Willy Webber drague Sébastien Vettel pour permettre à l’entreprise qui sous traite les produit siglé MS de ne pas fermer boutique.

Cette unité basé à Dierdorf, entre Francfort et Cologne, réalisait un chiffre d’affaire 65 millions d’euros lors de ses meilleurs années avec le duo Michael et Ralf Schumacher, hors depuis le temps ce chiffre a été divisé par 4.

Bientôt un moteur Ferrari à Brackley ?

6 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Entre annonce et contre annonce Honda se perd dans sa communication. Alors que Nick Fry annonçait quelques heureux après le retrait effectif de la marque japonaise que le constricteur allait équiper à 100% les prochaines monoplaces, Ross Brawn, aujourd’hui dans un entretien à la Gazetta dello Sport annonce lui que ce ne sera pas le cas.

Le lendemain du retrait de Honda, dans mon billet Honda 24H après, j’avais écris ceci :

«  La prochaine RA109 sera aussi propulsée par un moteur Honda. Ce qui rejeté l’hypothèse d’un moteur Ferrari. Le constructeur confirme la présence de ses moteurs. « il est évidement opportun de réfléchir à cette situation. Mais le moteur est conçu et aussi déjà construit, il propulsera donc la voiture mais pas sous le label Honda. » Précisait Nick Fry sur autosport.com. Signifiant que Honda allait fournir une voiture complète pour 2009. A la manière de Ford avec Red Bull en 2004/2005.

Hors ce matin, Ross Brawn annonce ceci : « Honda nous a déjà fait savoir qu’elle ne nous fournira pas en moteurs », a expliqué Brawn, qui, depuis un bon mois sonde du coté de Maranello afin de séduire encore plus des investisseurs, tout en précisant que « Rien n’est encore signé « .

Ross Brawn, toutefois dévoile une partie du projet 2009 avec Ferrari : » Je suis heureux du soutient de Ferrari via Luca di Montezemolo et Stefano Domenicali, il est facile de discuté avec de vieux amis, qui me voient toujours comme l’un des leurs. »

Une RA109 a moteur Ferrari donc, une logique évidente pour le constructeur italien qui se devait de trouver une alternative au départ de Force India et qui est le seul à pouvoir, dans un aussi bref laps de temps, fournir une nouvelle équipe. Toutefois, la confusion autour du programme moteur de Honda méritait d’être levée.

Michael Schumacher, Honda et les rumeurs

5 janvier 2009 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Durant la période de Noël, une rumeur intrigante indiquait que Michael Schumacher a sérieusement discuté avec Ross Brawn afin de travaillé ensemble chez Honda Racing, du moins en substance. De là, à prendre une part dans le capital de l’équipe japonaise il n’y a qu’un pas qu’il sera difficile à franchir.

Le site grandprix.com pense que le nom Schumacher est certes prestigieux mais qu’il n’investira pas dans l’équipe avec son argent. Je pense de mon coté que c’est un processus pour rassurer et séduire encore plus le futur investisseur, d’avoir le plus prestigieux champion de l’histoire dans ses rangs. Car Ferrari ne renouvelera probablement pas le contrat de consultant après 2009 de Schumacher.

C’est une vieille manœuvre que les équipes, en mal de commanditaires, utilisent pour convaincre des sponsors difficiles. La relation Brawn-Schumacher étant prestigieuse à plus d’un titre. Toutefois il y a une contradiction dans l’article GrandPrix.com: en effet, Nick Fry a annoncé qu’il fournirait une machine complète pour 2009 car tout est déjà trop avancé pour être stoppé, alors que le site (et pas que lui) parle d’une monoplace auquelle il faut un moteur. Hors nous sommes en Janvier, et il semble difficile de trouvé un constructeur dans un aussi bref laps de temps.

Enfin selon les espions du site américain, Honda a reçu 25 demandes de rachat de son équipe mais seulement 5 ou 6 (contre quatre selon Autosport.com) sont sérieuses et qu’une annonce sera effective d’ici la fin du mois de Janvier.

Carlos Slim, Honda F1 et La Stampa : mensonge antidaté

28 décembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Prétendument, voici ce qui a été oublié dans tous les médias lors de l’annonce hier, prématurée de la reprise de l’équipe Honda F1 par Carlos Slim, annoncée par le journal détenu par FIAT, La Stampa. Trop de zones d’ombres pour soupirer de soulagement.

Ce qui choque de prime abord, c’est l’annonce :  » Carlos Slim repend l’équipe Honda pour 1 dollars symbolique et assure pour 400 millions de dollars par an durant trois ans le budget de l’équipe avec Jenson Button et Bruno Senna comme pilote. »

Etonnant de consacrer 300 millions d’euros par an, soit le même budget que Renault F1 Team, dans une équipe privée. De plus le team Honda dispose de 668 personnes à Brackley, Hors l’article en mentionne 800, facheux pour une annonce sérieuse tout de même. Bref, il y a sur-effectif chronique, alors pourquoi garantir des emplois inefficaces pendant trois années ? Honda dispose de 200 personnes de trop. Enfin un tel budget n’est pas réaliste alors que toutes les équipes assurent que la Formule 1 coutera 30% de moins en 2009 et 50% à l’avenir.

Autre remarque, la source. La Stampa ne donne aucune information sur la provenance de cette information. Le journaliste, Stefano Mancini, reprend pour l’essentiel la structure des articles annonçant la rumeur Carlos Slim daté du 22 Décembre. D’ailleurs rien n’indique une vente mais une discussion : « Rien n’est encore officiel «  est t’il écrit dans l’article. Ce qui fait penser que tout à été écrit dans le titre de l’article pour rattraper le retard de l’information : « Honda est sauvée, SI elle est achetée par Slim ». Un SI qui a son importance tout de même. Enfin aucune déclaration du milliardaire dans l’article.

Carlos Slim est survenu dans le carrée VIP des repreneurs qu’il y a 6 jours mais sans vraiment avoir de son coté confirmé ni infirmé par voie de presse. (Pourtant l’homme est actionnaire du New York Times). De plus, Honda avait annoncé une annonce pour Noël, hors elle n’est pas survenue. Mais l’article de la Stampa n’indique guère plus que ce qui a été raconté le 22 décembre ici et là.

Cliquez sur les liens et comparer par vous même si vous n’y croyez pas. Ou mieux, comparer l’article de la Stampa avec celui de Crash.net daté du 23 Décembre et vous allez voir que c’est les mêmes déclarations.

Update 17h07 : La Stampa n’est pas à son premier coup de « buzz », souvenir de Sarah Palin en septembre dernier.

Update 17h52 : Alors selon la presse allemande, ce n’est pas 1$ que Carlos Slim a déboursé pour acheter Honda, mais 160 millions d’euros et la garantie d’investir 1,2 milliards d’euros sur 4 ans (et non trois).

Update 18h01 : Le groupe de Carlos Slim a démenti tout rachat de l’équipe Honda

Renault, une situation financière par omission

23 décembre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

Renault il y a quelque mois a changé d’homme à sa tête. Patrick Pélata est devenu le nouveau boss du losange. Toutefois, ses relations avec Carlos Ghosn sont souvent musclées.

Selon le magazine Capital, ses deux monstres froids n’ont pas cessé de se jauger. Pélata qui est l’in des seuls dirigeants du groupe à tutoyer Ghosn, se permet aussi parfois de le critiquer. Exemple : a l’été 2007, au moment du lancement de la Laguna 3, il avait regretté que le groupe « s’arc boute » sur la réussite de ce modèle, encensé par Ghosn. Plus récemment, il a refusé d’endosser l’objectif de 6% de marge pour 2009, l’un des piliers de la stratégie du big boss. Bref l’homme est une tête et l’on annonce déjà une révolution de velours à la tête du groupe Renault-Nissan.

Quand à savoir si l’homme aime la Formule 1. La réponse est inconnue et d’ailleurs inutile car la Formule 1 reste un jouet du grand patron. Pélata ayant été mis en place par un conseil d’administration redevenu réaliste après quelques années d’euphories.

Reste la réalité, 4.900 emplois supprimés (ou volontaire si l’on joue sur les mots). Toutefois, si Renault est en difficulté financière au point de réclamé environ 1 milliards au Président de la république (après avoir obtenu 280 millions ce mois ci, il apparait que sa situation n’est pas si désespéré que cela. En effet selon E24.fr les dividendes de Renault permettraient de financer une masse salariale annuelle de 30.000 salariés. Pour Renault, les dividendes distribuées en 2007 ont été de 860 millions d’euros, soit de 3,80 euros par action. Ils représentent 32% du résultat net annuel consolidé et semblent être maintenus pour l’année 2009 malgré les difficultés économiques rencontrées. Prenons l’hypothèse d’un salaire moyen de 1500 euros sur 13 mois avec les charges sociales, soit un salaire annuel de 28.275 euros, la distribution de dividende de l’année dernière permettrait de financer une masse salariale annuelle de 30.000 personnes. Ce chiffre est à comparer avec le plan de restructuration actuel de 4.900 salariés.

Honda F1, Ecurie à vendre cherche repreneur

22 décembre 2008 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

On parle beaucoup de David Richards pour la reprise de l’équipe Honda, car l’homme sait parfaitement utilisé les médias. Toutefois, la liste s’allonge pour les prétendants, plus ou moins discret.

Hier trois noms ont surgit du néant : Carlos Slim, Achilleas Kallakis et Vijay Mallya.

Carlos Slim avait fait parler de lui dans un désir de participer au fameux (faux) fond pour séduire Fernando Alonso lors d’un retour chez Renault. Le milliardaire Mexicain est puissant et dispose de l’opérateur téléphonique Telmex comme marque éventuelle. Toutefois, l’homme est un investisseur avisé et sponsoriser la F1 semble plus dans son ambition que de racheter une équipe entière. Slim est membre du conseil d’adminisitration de Phillip Morris, sponsor de Ferrari.

Le duo Gréco-Indien Achilleas Kallakis et Vijay Mallya a beaucoup étonné hier. Mais au-delà de l’éffet d’annonce, rien ne filtre sur ce duo plus qu’improbable pourtant.

Enfin, Grandprix.com indique que le constructeur Hyundai est lui aussi intéressé par le rachat de l’équipe Honda. Ce n’est pas la première fois que le constructeur de la péninsule coréenne s’intéresse à la F1. Déjà en Juillet dernier, BMW avait avoué la participation du groupe Hyundai aux réunions FOTA. Enfin, une rumeur, il y a deux ans, indiquait une arrivée en 2010 en Formule 1.

Bridgestone, le laissé pour compte de la réforme

22 décembre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

Le manufacturier de pneumatique japonais Bridgestone souffre. Déçu aussi par le plan drastique (sic) de réduction de coût de la Formule 1. Car rien n’est fait pour l’équipementier.

Bridgestone dépense environ entre 100 et 150 millions d’euros par an en fourniture et sponsoring pour la Formule 1. Faisant de lui un partenaire important et crucial. Toutefois, la récente réforme engagé par le duo FOTA/FIA ne réduira pas ses couts bien au contraire !

Si les équipes réalisent 30.000 km de test cet hiver, mais qu’elles n’ont pas le droit de le faire durant toute l’année, alors que les Grand Prix vont devenir des plates formes d’essais avec en plus un GP de plus au calendrier, Bridgestone calcule une addition qui restera aussi salée que celle de 2008.

Alors Bridgestone lance un avertissement sur résultats. Pour l’ensemble de son exercice, le constructeur de pneus japonais mise sur un bénéfice net de 96 millions d’euros contre 580 millions d’euros auparavant.

Il justifie cette déconvenue par une baisse des ventes couplée à la hausse du yen.

Une menace direct pour la Formule 1 pour que le paddock pense aussi à ce fournisseur laissé pour compte dans les réformes de réductions de coûts.

Lire aussi : Michelin réduit son activité pour faire face à la crise.


Page 56 sur 60« First...102030545556575860...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu