Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Mercedes-Benz et Red Bull Racing

12 octobre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

« Une forme de collaboration pourrait avoir lieu dans les prochains jours. Notre objectif est d’aider la Formule 1 à chaque opportunité. L’une d’elles implique d’aider une équipe indépendante et cela sera examiné sérieusement, » indique Ron Dennis au journal britannique Daily Telegraph. Une bien belle annonce mais qui ne concerne pas que Force India.

Juste après Valencia, une drôle de rumeur parvient à mes oreilles : ‘Mercedes discute avec Red Bull Racing pour un rachat partiel de l’équipe dès 2009′. Je n’ai pas relayé l’information à l’époque, ayant un fort doute sur sa vérité. Mais en me plongeant dans mon premier livre  Le nouvel ordre de la Formule 1, 2007 , j’ai redécouvert que le contrat entre Renault et Red Bull Racing n’était que d’une durée de deux ans (2007 et 2008). L’annonce de l’accord datant du 15 Septembre 2006, mais durant cette année 2008, aucune rumeur et annonce de prolongation entre les deux parties.

La rumeur annonce surtout Force India, mais l’équipe indienne a précisée, hier, qu’elle était sous contrat avec Ferrari, malgré le fait que la Scuderia soit en retard dans son système KERS, comme l’annonce FanaticF1.com. Enfaite le contrat entre les deux parties est ‘à l’année’ et valable jusqu’en 2009. L’échéance est fixée au 20 Octobre 2008, pour le renouvellement du contrat. Sinon un dédit de 10 millions d’euros sera payé par Force India à Ferrari pour rupture d’accord.

Enfin aujourd’hui, la rumeur annonce Red Bull et Williams F1 comme équipe prétendante au moteur et KERS Mercedes, sauf que l’équipe de Grove a un contrat valable jusqu’en 2009 avec Toyota.

Donc l’équipe indépendante annoncée par Ron Dennis dans les colonnes du Daily Telegraph pourrait bien être Red Bull Racing.

Alonso et Honda, sweet home

11 octobre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Alors qu’aucune annonce sur le renouvellement de Jenson Button n’a été encore diffusée etque la retraite de Rubens Barrichello est envisagée par le pilote lui-même, Honda continu envers Alonso sa campagne de séduction.

De farfelue, la candidature de Honda pour obtenir les faveurs du double champion du monde, est devenue, avec le temps, une alternative forte et de plus en plus prise au sérieux dans les milieux du paddock. A plus d’un titre.

Alors que Renault est dans le flou sur l’avenir et souhaite des garanties pour 2010 en plus de 2009, Honda, de son coté, joue la corde sensible et l’image de séduction en multipliant l’opposé de Renault F1 Team : Budget à la hausse garanti, KERS à jour, nouvelle RA109 déjà bien entamée, Jenson Button qui n’est pas contre l’arrivée du double champion du monde et surtout un contrat très souple.

En plus de lui avoir proposé de le payer en avance, ¼ de son salaire à la signature, Nick Fry propose maintenant de lui réserver le deuxième baquet de son équipe jusqu’au Jeudi du GP d’Australie 2009. Démarche symbolique, plus que réelle, mais renforçant l’image « d’auberge d’accueil pour pilote désirant rejoindre Ferrari le plus rapidement possible et sans complication. »

Car l’hésitation de Alonso autour de sa prolongation chez Renault, provient de son désir d’avoir des indications sur Ferrari, et surtout sur l’avancement de Banco Santander à l’horizon 2010 et sur le projet de rachat du contrat de Kimi Raikkonen.

GP du Canada, l’effet papillon d’Ecclestone

10 octobre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1

Le maire de Montréal, Gerald Tremblay souhaite sauver son Grand Prix en intiment Bernie Ecclestone à une rencontre rapide afin de clarifier du calendrier, c’est-à-dire, que le Grand Prix du Canada, sur le circuit Gilles Villeneuves, doit être toujours présent en 2009. Le prix sera payé.

Avec un contrat valable jusqu’en 2011, le pays a accusé le coup lors de l’annonce en début de semaine de sa non validation lors du calendrier FIA de 2009. Un choc qui est remontré jusqu’au gouvernant, conscient de l’impact économique que représente la Formule 1 dans cette région de Montréal.

C’est en faite une grande victoire pour Bernie Ecclestone et un effet papillon envers toutes ses futures cibles. La concession du GP du Canada est de 20 millions de dollars. Le prochain contrat, avec l’intervention des pouvoirs publiques, augmentera donc significativement, et surtout offrira les garanties que souhaitent Ecclestone.

Restera pour l’argentier à contrer la FOTA qui a décidée, lors d’une réunion durant le week end de Monza, de conserver un tarif préférentiel auprès des Grand Prix de : France, Angleterre, Allemagne, Italie, Belgique et Monaco. Une proposition qui ne va pas dans le sens idéologique d’Ecclestone. Mais les prochains Accords Concordes risquent bien de sauver ce noyau de course européenne, afin de créer un socle et permettre l’exportation du label ‘F1′ dans le reste du monde.

Bourdais et Renault, un buzz ridicule

7 octobre 2008 | 11 commentaires
Catégorie : Analyses

« Ils (Renault) ne m’ont pas réellement approché pour l’instant… ». Avait déclaré la semaine dernière, sur les ondes de RMC, Sébastien Bourdais. Pourtant cette phrase a lancé une rumeur d’un rapprochement entre Renault F1 et le pilote français. Interprétation pur.

Les mots sont clairs, Renault n’a pas réellement approché, ce qui signifie dans la bouche d’un pilote que « j’aimeirasi bien mais par désespoir de cause ils ne le feront jamais ». Les termes sont clairs. Pourtant un webzine espagnol indique que Renault a fait une offre à Bourdais. Démenti par mon collègue Bloggeur/journaliste, Lionel Froissart.

Cette fausse rumeur est un buzz qui est retombé comme un souffle. Les fans français sont éduqués et connaissent l’histoire Bourdais-Renault. Aucun relais n’étais possible et surtout l’argument de base ne tiens pas.

La rumeur indique que c’est à cause de la prochaine restructuration de Renault dans l’organigramme que Bourdais a une chance. Hors, si Briatore ne contrôle pas l’équipe au jour le jour, il contrôlera les orientations stratégiques (line up). Donc, l’argument est bancal.

Nicolas Todt cherche des alternatives pour son pilote, mais actuellement trop de composantes autour du Français troubles.

Renault F1 inquiet pour son avenir

6 octobre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Flavio Briatore a rencontré la semaine dernière Carlos Ghosn pour parler du futur de Renault en F1, ainsi que du line-up et du budget de l’équipe. Etonnant lorsque l’on sait que tout était définitivement clarifier selon le manager italien. Reste des zones d’ombres importantes.

Renault est en difficulté commerciale. La Mégane, présentée au salon de l’auto de Paris, est son dernier salut avant la capitulation. L’objectif ? 800.0000 véhicules/an. « En dessous de ce chiffre ce sera difficile pour Renault », peut on lire dans le magazine Capital. Car 50% des bénéfices de la marque sont réalisés par ce modèle qui représente par ailleurs 30% de son total de production. Le dérapage industriel est donc interdit et l’avenir de l’équipe F1 dépend de ce modèle.

Si la Mégane n’atteint pas ses objectifs sous deux ans, « l’entreprise devra encore licencier jusqu’à 7.000 personnes pour atteindre ses objectifs de rentabilités », dixit le magazine économique. Une contrainte difficile. D’autant plus qu’à ce stade, il serait incompréhensible de conserver une équipe de Formule 1 si les résultats sont dans le rouge ou l’orange. Et si licenciement il y a (départ volontaire est plus poétique), l’Etat français, qui c’est rappelé au bon vouloir d’un Carlos Ghosn, étonné d’avoir été convoqué à l’Elysée il y a encore deux semaines, voudra des comptes et surtout des garanties. Ce que le célèbre manager est incapable de faire comprendre. En effet, « si son objectif de 6% de rentabilité n’est pas atteint d’ici 2010, il saute. » M’a ton rapporté. La pression est donc palpable.

Comment justifier une hausse de budget en pareil circonstance et surtout, le projet 2006-2009 initialement étudier pour l’équipe F1, n’a pas été respecté. L’équipe se devait d’être indépendante financièrement, à la manière de Ferrari, mais ce n’est pas le cas, le losange devant maitre la main au pot pour 2009 et 2010. Il faudra encore une fois argumenter face à un conseil d’administration de plus en plus froid et un Louis Schweitzer, garde fou de l’image Renault, mais qui commence à voir mal les projets de son ex-protégé.

A ce stade, le line up RF1 de 2009 passe au second plan, car le futur de l’équipe et son budget passe avant la prolongation ou non de Fernando Alonso pour une année.

Fernando Alonso : la piste Ferrari se confirme

6 octobre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

L’information vient de tomber, BMW Sauber a annoncé la prolongation de Nick Heidfeld et de Robert Kubica pour 2009. La piste du constructeur bavarois et Fernando Alonso s’évanouit d’un seul homme, mais rend le tableau plus clair.

Cette annonce matinale de BMW laisse comprendre plusieurs choses et surtout la finalité. Fernando Alonso prolongera bien chez Renault F1 Team en 2009, ou partira chez Honda, mais la piste Ferrari pour l’horizon 2010 est confirmée.

En effet, l’annonce de la prolongation de Kimi Raikkonen jusqu’en 2010, avait provoqué un début de renouvellement de discussion entre le double champion du monde et l’équipe allemande, mais les récents aller et retour motor-home Ferrari-Renault du président de Banco Santander lors des derniers GP Européens, laissaient entendre que Ferrari n’était pas un vœu pieu. Enfin, BMW, logiquement, proposait un contrat de deux ans à Alonso, refus du pilote.

L’espagnol prolongera d’une seule année, car il a refusé une offre de deux ans dans un top team. Ce qui signifie bien que la Rossa est depuis longtemps confirmée.

Le renouvellement de Kim Raikkonen apparait de plus en plus comme une manœuvre de communication pour rassurer un line up 2008 fragile face à Lewis Hamilton et McLaren. De plus, et de part l’analyse que l’on peut en faire, il est confirmé que le contrat de Kimi Raikkonen comporte une clause de rachat pour 2010, soit par lui-même, l’équipe Ferrari ou un tiers (Santander ?).

Les prochaines semaines seront intéressantes pour Alonso, qui attend que le projet de rachat du contrat du champion du monde 2007 soit confirmé pour imposer ses conditions. L’homme raconte aux médias que l’avenir ne l’intéresse pas, mais force et de constater que les faits démontrent le contraire. 2009 est déjà zappé dans son esprit, Renault ou pas.

Banco Santander sera t’il sponsor de Ferrari en 2010 ?

4 octobre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Banco Santander sera-t-il le sponsor de Ferrari à l’horizon 2010 ? Le tsunami financier de Wall Street a dévasté une bonne partie de la confiance des acteurs bancaires en Europe. La banque ibérique est t’elle épargnée ?

Comme toute activitée de service, les investissements en sponsorings sont fragilisés, dès que le cours de bourse se fragilise. Le secteur bancaire est actuellement fortement touché. Le Crédit Suisse abandonne son sponsoring avec BMW Sauber, RBS est en difficulté. La Royal Bank of Scotland a perdue 66% de sa valeur depuis le début de l’année et encore 10% cette semaine.

De son coté, ING se recentre sur son métier et se restructure à cause de la crise. Investissant 40 millions d’euros par ans (plus 20 millions de prime de résultat), la banque hollandaise a perdue 32% de sa valeur depuis le début de l’année. Le contrat entre ING et Renault F1 se termine fin 2009.

Concernant Banco Santander, actuel sponsor de McLaren Mercedes pour 15 millions d’euros par an, elle avoue son souhait de soutenir l’équipe Ferrari à l’horizon 2010. On parle de 60 millions d’euros par an durant trois ou cinq ans. Les indicateurs boursiers précisent que la banque est en bonne santé, mais elle a toutefois perdue 20% de sa valeur depuis le début de l’année.

Pour l’instant Banco Santander est solide, mais d’ici 2010, de l’eau aura coulé sous les ponts. De plus d’ici 18 mois, les premiers résultats du rachat de la banque anglaise Abbey National, se fera sentir, en bien ou en mal. Enfin, Morgan Stanley est actionnaire de 0,4% de son capital.

Quel avenir pour Nelson Piquet Jr ?

3 octobre 2008 | 11 commentaires
Catégorie : Analyses

La question reste posée mais sans avoir de réponse pour l’instant, il faut dire que le fils du triple champion du monde est aussi difficile en affaire que son père.

« Il n’a pas fait une bonne saison jusqu’à présent », a déclaré évasif Flavio Briatore au sujet de Piquet. Le manager ne s’attarde pas sur le sort de son pilote, car le sujet est tabou. La crédibilité de la machine à pilote de Briatore est grippée. Reste à savoir comment s’en sortir.

Qu’on se le dise, Nelson Piquet Jr dispose d’un contrat d’une année chez Renault, avec une option en cas de bon résultat. Clause qui reste flou chez Renault, plus qu’ailleurs. De plus, et cela reste la partie la plus intéressante du sujet, le jeune pilote brésilien est un pilote Briatore : c’est-à-dire manager par son patron d’équipe. Et comme tout contrat type, Piquet est encore sous contrat avec son agent italien et la FBB (Flavio Briatore Business), jusqu’en 2009.

Flavio Briatore, dans ses contrats, propose de prendre 25% du salaire de son pilote en échange de lui garantir un volant en F1 tout le temps qu’il est sous contrat. Hors en cette fin d’année 2008, les baquets sont rares, et point de salut comme pilote d’essais, les termes indiquent : Un volant de pilote de course. L’impasse donc, mais Flavio pourrait, mais Flavio pourrait invoquer le comportement et l’immaturité du pilote pour sortir du guêpier.

Briatore est coincé dans sa logique pilote, et Piquet dans sa comparaison avec Hamilton. L’italien refuse la proposition d’un Sébastien Bourdais, mieux disposé qu’un Piquet cette année. Reste que le pilote brésilien mérite encore une année en Formule 1 au lieu d’être lyncher, mais mérite aussi de s’aguerrir niveau caractère. Mais où ?

Si l’hypothèse de voir Di Grassi comme deuxième pilote Renault en 2009 n’est pas une bonne nouvelle pour lui, la promotion possible de Romain Grosjean comme 3ème numéro Renault laisse aucune place à Piquet Jr dans l’équipe française du moins. Ailleurs ? Hormis l’équipe Williams F1, qui a toujours eu des regards sur le pilote, aucune équipe ne c’était déjà manifesté après son titre de vice champion de GP2 en 2006. Deux ans après, les feux sont toujours à l’orange.

Alors troisième pilote Red Bull Racing (moteur Renault) ou Williams F1 en 2009 ? L’avenir de Nelson Piquet Jr est pendu aux lèvres d’un Flavio Briaotre qui ne souhaite pas rompre son contrat avec le pilote, l’italien étant prés de ses sous, et le pilote pourrait être offert par Renault, (c’est-à-dire que le losange payera le salaire de Piquet pour le placé dans une équipe.)

Fernando Alonso, trafic d’influence

2 octobre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Il est clair qu’en temps de guerre, tout est permis, même les coups bas et les petites phrases de désintox. Actuellement, Nick Fry y est allé de celle ci, tandis que Gerhard Berger  est une vaste manipulation médiatique.

« Fernando trouvait que McLaren était rigide, mais BMW est bien pire. » a déclaré Nick Fry hier. S’appuyant sur le comportement passé de l’équipe allemande envers ses pilotes et surtout envers Robert Kubica, pourtant vainqueur en Grand Prix. En effet le pilote polonais se plaint que l’équipe BMW ne se focalise pas plus sur lui pour la lutte du titre de champion du monde. De plus, Fry par cette déclaration , rappel que Heidfeld sera viré manu militari par Mario Theissen, alors qu’il avait été adoubé l’année dernière. Et surtout rappelant que même un champion du monde, comme Jacques Villeneuve, n’est pas un problème dans la gestion chez BMW. Le rapport est sec.

Honda pense que BMW offre plus de perspectives de victoires immédiates, mais elle sait aussi que Alonso apprécie un environnement de type famille dans une équipe pour parvenir à ses fins et surtout une équipe entièrement derrière lui.  Comme Michael Schumacher chez Benetton et chez Ferrari par le passée. Un souvenir que Ross Brawn connais trop bien. Mais cet amour entre Honda et Alonso pourrait devenir platonique, c’est donc pourquoi Fry reviens à la charge.

Concernant Gerhard Berger, l’annonce du journal l’Equipe, le presque seul journal sportif français, largement en retard sur la Formule 1, a fait une annonce à sensation et sortie de son contexte : Le quotidien révèle que Toro Rosso aurait fait une offre à Fernando Alonso pour que le double champion du monde rejoigne l’écurie de Faenza dès la saison prochaine. Désinformation pure car à la presse autrichienne début septembre, le patron de l’équipe Toro Rosso avait déclaré : « Alonso et Vettel », à la question suivante : quelle line up idéal seriez vous prêt à signer pour 2009 ?

Audience et revenus de la blogosphère sportive française

2 octobre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

En Juillet, j’ai été contacté par Laurent qui voulait faire une étude sur les audiences des sites sportifs. J’ai répondu et voici le résultat intéressant.

Durant le mois de juillet, j’ai tenté de mener une enquête sur la blogosphère sportive française.

Plusieurs constats m’ont amené à retarder la publication des résultats de cette enquête, que je vous livre tout de même aujourd’hui.

Audience et revenus de la blogosphère sportive française

A noter que mes statistiques datent de Juin et que depuis cela n’a plus rien à avoir.

Renault F1, une victoire en statu quo

1 octobre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

Sa victoire au Grand Prix de Singapour devait débloquer la situation, mais celle-ci reste désespérément au point mort pour Renault F1 Team. Un constat difficile à accepter pour une équipe qui donne tout ce quelle a, depuis le début de l’année, afin de rendre la R28 compétitive. De son coté Fernando Alonso est piégé entre raison et cœur.

Vraisemblablement l’équipe française terminera 4ème du championnat constructeurs, mais bien loin de BMW Sauber et surtout du duo McLaren et Ferrari. Numériquement nous pouvons même affirmer qu’il il y a un léger mieux, par rapport aux 50 points du dos Fisichella/Kovalainen de 2007. Mais les résultats de Renault ne proviennent que de Fernando Alonso. Un constat qui dans un premier temps satisfait mais qui fait froid dans le dos. Tout comme le sacrifice de 2009 au profit du court terme, car l’équipe tricolore a seulement annoncée se penché sur l’année prochaine le lendamein de la victoire de Singapour. Un retard de plus pour uen équipe qui cumule trop d’avarie de calendrier depuis Juin.

Car le dilemme est là pour le double champion du monde. L’équipe lui donne beaucoup, mais il compte la quittée le plus vite possible, malgré tout, et surtout malgré les belles déclarations d’amour l’un envers l’autre. Le lien est rompu depuis plusieurs mois, les yeux du pilote déjà ailleurs. En effet si Fernando Alonso prolonge pour 2009, rien ne changera dans la réalité. Les fans seront contents, mais lorsque l’on se penche vraiment pour regarder, le remake de cette année sera prévisible, le pilote sera toujours sur le départ. Ce qui pourrait être un grand signe pour Renault, ce serait que le pilote active son option pour 2010 avec l’équipe. Deux années de contrat signifient une implication plus forte.

Mais les dernières indications n’offrent rien de bon. Car il faut aussi convaincre ING Bank de prolonger son bail de deux années au-delà de 2009. Mais si Alonso n’est plus là quid de l’avenir ? Qui sera celui qui remplacera un pilote comme lui ? A force de se barrer dans ses certitudes et d’avoir offert une fin de non recevoir à Sébastien Bourdais encore récemment, et une voie de garage pour Romain Grosjean, Flavio Briatore se mur d’incompréhension et s’aveugle devant les objectifs de son grand patrons. Une vision court terme aussi néfaste que la victoire de Singapour.

Alonso, la vision court terme de Renault F1

29 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

 » Cette victoire n’influence en rien ma décision pour le futur », a déclaré Fernando Alonso a l’issus du Grand Prix de Singapour. Une décision que tout le monde à du mal à comprendre, reste que Renault est une option mais…

« Renault est ma première option », pouvait t’on lire ici et là dans les médias Anglos saxon et espagnol à propos de 2009. La victoire du double champion du monde hier après midi (soir à Singapour) confortera les fans de l’équipe française sur la prolongation pour 2009. Reste que deux indications troubles dans la communication :

  1. Le pilote souhaite retrouver le titre de champion du monde avec Renault
  2. Le pilote fustige le budget et le retard technique de l’équipe Renault.

Pour le premier point, Alonso comparait sa situation à celle de Michael Schumacher chez Ferrari en 1996, mais ce discours datant d’un mois, beaucoup de chose ont changés depuis. BMW est entrée dans le jeu. Sérieusement. Mais il semble que la capacité technique de BMW a démontré ses limites en 2008. Au contraire de Renault qui a fournit un gros effort pour la R28, mais qui a pris beaucoup trop de retard pour la R29. L’équipe française n’est pas aussi grosse que McLaren, Ferrari et BMW et son développement à court terme n’offre pas de bonne perspective pour 2009.

Deuxième point :  Le budget de l’équipe Renault est garanti jusqu’en 2009, car Carlos Ghosn avait donné une mission en 2006 à Flavio Briatore : Que l’équipe F1 soit financièrement indépendante comme Ferrari à l’horizon 2009. Hors ce ne sera toujours pas le cas et la rumeur sérieuse de voir Alonso chez Ferrari en 2010 ou 2011 reste un handicap pour le marketing de l’équipe Renault, qui ne peut investir sur le long terme des sponsors autour de l’image de Fernando Alonso. Enfin la question de l’après Alonso n’a toujours pas été clairement tranché par les décideurs. Le cas Piquet Jr reste en suspend, Grosjean aussi, Idem pour l’avenir de Briratore. Bref à force d’attendre une décision en sa faveur (selon toute vraisemblance) Renault privilégier le court terme et non le long terme.

Alice ouvre la porte à Telefonica chez Ferrari

29 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Un chiffre d’affaire qui baisse de 3,3% en 2008, un troisième trimestre dans le rouge, une vente de 800 millions d’euros de sa filiale française et des perspectives considérées comme catastrophique pour 2009, Telecom Italia pourrait stopper son sponsoring avec Ferrari via Alice.

La jolie blonde Alice ne pourra plus vraiment émerveiller les clients par sa plastique dans les prochaines années. Telecom Italia est en crise. Et pose la question de son contrat sponsoring avec Ferrari qui court encore jusqu’à l’année prochaine. Un accord de 75 millions de dollars, dont 25 par ans qui pourrait s’envoler.

Une comédie italienne qui s’achève mal pour l’opérateur italien, qui est aussi l’objet d’un rachat par un concourent. Reste que la débâcle transalpine pourrait ouvrir la porte à Telefoninca, le troisième opérateur mobile du monde, derrière Vodafone et T-Mobile, et qui voit d’un œil malicieux l’arrivée prochaine de Fernando Alonso chez Ferrari pour revenir dans la galaxie du double champion du monde espagnol.

Endemol Sport, un futur acteur en Formule 1

25 septembre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

Endemol, connu chez nous pour être la boite de production d’Arthur, producteur de Loft Story et autre Star Ac, a lancé une nouvelle division mondiale : Endemol Sport. Nouvelle anodine à première vue, mais qui ouvre les perspectives d’un nouvel ogre des droits sportifs dans le futur.

La division, qui intégrera la gestion de droit et de développement en canaux, créera une plate-forme médis en créant des coentreprises et partenariats. Un accord entre la ligne de football néerlandaise et Endemol, représente le premier reflet.

Le groupe souhaite produire des événements sportifs en direct, des magazines et produits dérivés autour de ses futures licences. De plus Endemol est la propriété de Mediaset (cf : Silvio Berlusconi), pour 2,6 milliards d’euros. L’actuel premier ministre italien c’est plusieurs fois pencher sur le sort de la Formule 1, afin de prendre une participation auprès de Bernie Ecclestone. En vain jusqu’à présent. Hors un partenariat de réalisation de Grand Prix entre Endemol Sport et la SLEC, voir une coentreprise pour séduire les jeunes fans, cible privilégier par l’argentier de la Formule 1, n’est toutefois pas impossible.

Reste qu’Endemol Sport sera vraisemblablement un acteur en Formule 1 d’ici quelques mois ou année. A n’en pas douter.

Vettel trouble le line up de BMW

24 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

BMW Sauber fait les yeux doux à Sébastien Vettel. Le jeune allemand, vainqueur du Grand Prix d’Italie, est l’objet de convoitise du constructeur munichois.

Vettel a signé un contrat d’une année avec Red Bull Racing pour seulement 1,5 millions d’euros. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il sera disponible sur le marché des pilotes en 2010. Red bull ayant un contrat de dix années avec le pilote allemand qui expiera en 2010. Au-delà de cette date, la bataille fera rage.

Reste que cette bataille dessine déjà le prochain line up BMW. En effet, si Vettel signe chez le constructeur allemand, cela se fera au détriment d’un autre pilote. Hors, un possible accord entre Fernando Alonso et BMW n’est entendu que sur deux années avec une troisième en option (donc 2011). Mais en se penchant sur la question tout se complique.

Robert Kubica ne souhaite renouveler son contrat que d’une année et disposé d’une option pour 2010. Nick Heidfeld dispose d’un contrat qui indique que si l’équipe BMW termine dans les trois premiers du championnat, le renouvellement sera automatique et favorisé. Une complication de plus pour Mario Theissen qui semble toutefois près à débourser entre 8 et 10 millions de dollars pour se séparer du pilote allemand. Mais Kubica ne représente que l’avenir à court terme, car si le polonais quitte l’équipe fin 2009, il faudra encore une fois lui substituer un autre pilote pour 2010. Ce pilote type n’acceptera qu’un contrat de minimum deux années, soit 2010 et 2011.

Donc Vettel en remplacement d’Alonso chez BMW à l’horizon 2011 ? Pourquoi pas, mais reste à savoir ce que fera le double champion du monde en 2009 pour estimer cette hypothèse. Toutefois il semblerait que le grand perdant dans cette histoire sera Nico Rosberg, qui sera libre en 2010 si l’équipe Williams ne termine pas 4ème du championnat 2009. A moins que le line up BMW de 2011 soit 100% germanique…

La Formule 1 en crise de repreneur

22 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

A l’heure ou l’économie se regarde le nombril, la Formule 1 souffre. Super Aguri morte sans repreneur, Toro Rosso en délicatesse, Prodrive morte née et Force India en crise. Le tableau économique n’est guère reluisant. La faute au règlement peut être, mais aussi à l’attractivité de la F1.

La faute à une Formule 1 valorisée 3 milliards de dollars depuis bientôt 10 ans, sans évolution aucune, donc sans vraiment de belle perspective. Et la faute au règlement sportif interdisant les châssis client ou donnant trop de contrainte aux équipes. Alors les milliardaires du monde se dirigent sur le football, et surtout vers la premier league anglaise.

Après Roman Abramovitch et récemment le Sulaiman Al-Fahim (propriétaire de Manchester City), le football anglais attire les riches. Selon The Sun, le richissime homme d’affaires indien, Anil Ambani (6ème fortune du monde) serait très intéressé par le rachat d’Everton. Liverpool intéressen un fonds d’investissement. D’autres suivront, mais pas en Formule 1.

Une crise que Bernie Ecclestone gère déjà, mais qui sera difficile à surmonter. La dernière équipe entièrement sortie de terre (hors Super Aguri) restera Stewart Grand Prix…en 1997.

Kimi Raikkonen, une prolongation sous contrainte

21 septembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

Kimi Raikkonen a prolongé avec l’équipe Ferrari jusqu’en 2010, une annonce qui a surpris par sa furtivité communiqué, mais qui laisse perplexe. Surtout « qu’un arrangement a été trouvé entre les deux parties », avait déclaré le champion du monde 2007. De quoi s’agit-il ?

Le contrat actuel, signé en 2006, ne prévoit aucunement que Kimi Raikkonen deviennent le pilote numéro 1 de la Scuderia Ferrari. Garantissant une égalité de traitement technique, comme argument non politique. Et surtout un salaire évolutif en fonction de l’obtention du titre de champion du monde.

En faite le contrat d’un pilote comporte trois grandes parties : Le salaire, les garanties techniques et la partie marketing. A l’époque de McLaren, Kimi Raikkonen ne réalisait que très peu de représentation auprès des sponsors. Chez Ferrari, nous sommes proche du néant, mais les temps changes. Marlboro prévoyant de quitter la scène, l’équipe italienne doit séduire des sponsors, alors que nous sommes en pleine période de crise économique. Pas facile même pour Ferrari.

Donc un nouveau contrat a été signé entre Ferrari et Raikkonen, un contrat pour 2009 et 2010. Mais sous conditions : D’abord de salaire qui ne sera plus que de 40 millions de dollars par an, au lieu des 60 et 90 millions de cette année. Ensuite les garanties techniques restent identiques à l’ancien contrat. Reste la partie marketing, qui semble avoir changé.

Luca Di Montzemolo, demandant à son champion du monde de se comporter comme un pilote Ferrari, c’est-à-dire comme un vrai pilote de F1, en faisant le job sérieusement, pour l’image (une séance photoshoot pour un sponsor n’était que la partie connu du pilote jsuqu’a présent et pour ses propres intérêts). Une situation qui risque de mal se terminé entre les deux parties, car Ferrari remet en cause le précédent accord. Il n’est toutefois pas impossible qu’une clause spécifique ait été installé dans ce contrat (une clause de sortie en cas de titre 2009 ?).

Axe Alonso-Ferrari-Santander

21 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1, Transferts

Actuellement sponsor de McLaren Mercedes, le Banco Santander ne quitte pas l’horizon rouge de la Scuderia Ferrari et ce dès 2010.

L’institution bancaire espagnole a indiqué qu’elle ne prolongerait pas de deux années son contrat de sponsoring avec l’équipe McLaren Mercedes après l’expiration de son accord actuel d’une durée de trois années (2007/2008 et 2009). Contrat d’une valeur de 15 millions d’euros/an.

Depuis juillet, la rumeur d’un axe, Alonso-Ferrari-Santander, était dans l’air et se renforce. D’autant plus que le manufacturier de tabac Phillip Morris a annoncé son intention de quitter à l’horizon 2010 les carrosseries de la Scuderia Ferrari.

Samedi en fin d’après midi, Emilio Botin, le président de Banco Santander, a discuté 20 min avec Fernando Alonso dans le motor home Renault. Lundi Alonso déclaré à qui veut l’entendre que Ferrari n’est pas un objectif faner, mais retarder de quelques années.

La stratégie de Santander s’articule autour de Fernando Alonso, mais aussi de Lewis Hamilton. Un contrat de représentation en Angleterre entre la banque et le pilote McLaren sera négocié l’année prochaine. En parallèle, le projet Santander-Ferrari ressemble à celui d’ING et Renault et permettra d’offrir un appuis appréciable pour le double champion du monde 2005 et 2006 en cas de transfert effectif.

Renault F1 et la politique KERS

21 septembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

L’équipe Renault a annoncée durant le GP d’Italie qu’elle va retarder le lancement de sa technologie KERS jusqu’à Janvier prochain, dans le but de réduire les coûts. Un retard inquiétant pour une voiture annoncée comme l’arme du renouveau.

Certes la plupart des équipes réfléchissent à l’introduction en 2009 du système KERS, mais alors que Toyota, par exemple, va tester un prototype à Jerez cette semaine. Renault F1 Team a décidé de repousser au calandre grecque son évaluation de KERS. Pat Symonds prétextant :  » construire une voiture rien que pour KERS n’en vaut pas la peine. »

Un revers de plus dans une équipe

qui espère. Flavio Briatore essaye de

convaincre son pilote de pointe, Fernando Alonso, de rester dans l’équipe. Lui annonçant même qu’il avait prolongé de deux année et argumentant sur l’histoire, rappelant que Renault, en 2006, lui a permis d’obtenir le titre de champion du monde malgré le changement de réglementation moteur. Mais les projets Renault débutent tard, peut être trop tard justement pour un pilote qui souhaite rapidement travailler sur l’avenir.

« Nous savons tous que la politique de Renault est de réduire ses coûts », a déclaré le pilote espagnol avant le GP de Monza, mettant en avant les limites de la firme française à rendre une machine, la R28, compétitive. Réduction des coûts pour Renault sur le système KERS, qui est sous traité par Magnetti Marreli et co-développer avec Red Bull Racing, semble être un argument dérivé. Par contre Honda et BMW ont plus avancés sur KERS et disposent des mêmes technologies que Renault, mais déjà usuel.


Page 60 sur 60« First...1020305657585960


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu