Naviguer : Accueil > Archive by category 'Analyses'

Les ambitions d’Infiniti

9 mars 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

L’année 2011 semble être l’année de l’ambition pour la marque Infiniti. La filiale premium du groupe Renault – Nissan annonce ses intentions pour cette année : doublé ses ventes.

« En 2011, l’Europe occidental sera quelque part entre 7000 et 8000 ventes » lance Jim Wright, le vice-président Europe de la marque à Autonews. La maque nippone a écoulée 4500 voitures en 2010. Mais un détail est très intéressant et défini parfaitement sa manière d’aborder la Formule 1 avec Red Bull Racing.

Infiniti estime que son succès récent est dû à ses modèles différents. Une gamme qui ne copie pas la stratégie des autres, mais qui souhaite offrir une autre vision du marché. Une philosophie qui se retrouve en Formule 1. Infiniti n’est pas propriétaire de Red Bull Racing comme peu l’être Mercedes-Benz avec son équipe. Elle ne rebadge pas de moteur, comme cette même marque à l’étoile avait pu le faire entre 1994 et 2002 avec les blocs Illmor. Elle est un sponsor qui place son logo pour se faire connaître.

La marque nippone cultive le différent pour établir dans l’esprit son nom et son logo.

F1 – CVC Capital accélère et cherche l’après Bernie

8 mars 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Discrètement le CVC Capital Patners loue les services de chasseurs de tête pour trouver le successeur de Bernie Ecclestone d’ici 2012. De multiples noms ont été cités : Flavio Briatore, Zak Brown dernièrement (voir ici pour en savoir plus). Mais un autre nom a été cité hier.

Depuis un mois, le CVC Capital Partners semble prendre ses distances avec Bernie Ecclestone. La cause ? L’affaire de corruption Gribkowsky (voir les détails de l’affaire ici), sur l’achat des droits TV de la Formule 1, en 2005/2006. Sky News a dévoilé, via son éditeur business, Mark Kleinman, que l’ancien PDG de la chaîne britannique Marks and Spencer, Stuart Rose, « a été officieusement sondé pour un rôle principal à la tête de la Formule 1 ».

De même, Kleinman a déclaré que CVC et Delta Topco ont également visé « d’autres anciens hommes d’affaires éprouvés pour le poste de président. » Des profils extérieurs à la Formule 1, qui semble encore avoir l’hésitation du CVC. Le fond anglais cherche à faire table rase de la période Ecclestone.

Le fond anglais n’a plus que 25% de sa dette de 2,5 milliards de dollars à rembourser d’ici 2014/2015 ; soit encore 625 millions de dollars, d’après les estimations. Il est possible que le CVC Capital épure sa dette auprès de Lehman Brother et de la banque RBS d’ici la fin de l’année 2012. Soit deux à trois années d’avance sur le plan de départ. Une accélération obligée d’après les analyses. La présence de Bernie Ecclestone étant garantie tant que le fond d’investissement anglais n’a pas remboursé intégralement sa dette. Un détail qui expliquerait pourquoi une recherche active d’un successeur à l’argentier de la Formule 1 soit si active depuis quelques mois.

F1 – McLaren et les moteurs

7 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Martin Whitmash a démenti fortement l’idée que McLaren souhaite construire un moteur de Formule 1 à l’horizon 2013. Le contrat avec Mercedes-Benz court jusqu’en 2015 (jusqu’à fin 2012 et option jusqu’en 2015). Reste que l’équipe de Woking a déjà été l’objectif de rumeur autour des moteurs.

Suzuka 2009, une rumeur indiquait que McLaren pourrait reprendre l’activité moteur de BMW F1. Des détails d’une rencontre encore Ron Dennis et Mario Theissen avaient filtrés dans les médias allemands. Le bruit, invraisemblable à l’époque, a eu pour effet une prolongation de contrat avec Mercedes-Benz quelques mois plus tard. Cette histoire, plutôt farfelue à la première lecture,  apparait des plus sérieuses, car ce n’est pas la première fois qu’un projet de moteur 100% McLaren est dans l’air.

Pour lire la suite, si vous le souhaitez cliquez sur : Les projets moteurs de McLaren

F1 – Austin vise la pluie artificielle

7 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

L’idée de la pluie artificielle de Bernie Ecclestone fait des vagues du coté d’Austin, ou le promoteur du circuit, actuellement en construction, envisage de construire un système d’irrigation.

En plus de Pirelli, Tavo Hellmund, le promoteur du Grand Prix d’Austin, prévue pour 2012, est une des rares voix positives dans le concert de protestations sur l’idée de l’argentier de la Formule 1. L’objectif, du point de vue d’Austin,  est que la pluie artificielle va permettre aux fans des tribunes d’assister à une course passionnante, sans eux même se mouiller.

Le cas Austin est d’autant plus étrange et logique, finalement. Car les courses américaines ne se déroulent pas sous la pluie. Ce projet d’irrigation de circuit serait donc une idée originale pour faire venir le public américain, curieux de spectacle. Sur le fond, si nous, européens sommes contre,  sous le prétexte de la météo qui est déjà aléatoire et passionnante, un public plus jeune et moins expérimenté que nous, pourrait se passionner pour un sport sur une idée simple et différente.

La question

L’équation est difficile, comment rendre une course passionnante ? Il faut un pilote du pays courant en Formule 1,  pour attirer le public dans les tribunes et maximiser l’audience TV. Mais, lorsque nous n’avons pas de pilote ou d’équipe ? Rendre artificielle l’attrait d’une course semble la solution la plus simple. Cela provoquera une Formule 1 à deux vitesses de passion, mais la mondialisation est ainsi.

Enfin, signalons que de toutes les idées de Bernie Ecclestone (hors médailles), celle-ci s’inscrit dans le temps et fait largement réagir. Elle pourrait donc s’installer dans l’imaginaire des promoteurs présents et avenir de la Formule 1.

F1 – Le pari Liuzzi de HRT

6 mars 2011 | 8 commentaires
Catégorie : Analyses, Rumeurs, Transferts

L’équipe Hispnaia Racing Team est sur le point de signer un accord avec Tonio Liuzzi pour la saison 2011, selon la presse sportive espagnole hier.

L’équipe espagnole attend toujours un investisseur pour assurer son avenir, mais pourrait tenter un coup de poker avec Tonio Liuzzi. Un pari assez astucieux qui pourrait être payant. Mais rien n’indique que le pilote italien réalise toute la saison 2011. Les difficultés de l’équipe sont toujours très présentes.

En effet, Liuzzi pourrait parfaitement avoir un accord de 9 ou 10 courses cette année, avec l’ambition de terminer 10ème du championnat des constructeurs. L’équipe le remplacera ensuite par un pilote capable d’apporter 5 millions d’euros. Un détail, car il semblerait bien qu’HRT n’ait pas trouvé de pilote souhaitant débourser 10 millions d’euros, comme souhaité.

La piste de l’alternance, à la manière d’un Martin Brundle – Aguzi Suzuki chez Ligier en 1995, ou encore Christian Klien – Tonio Liuzzi en 2005 chez Red Bull ne semble pas avoir la préférence de l’équipe. La cause principale au manque de candidats payant.

L’objectif de Liuzzi est de permettre à l’équipe espagnole de terminer à la 10ème place et donc d’obtenir les 25 millions de droit FOM pour 2012. Son salaire, s’il signe serait l’équivalent de celui de Bruno Senna l’an dernier.

Le paradoxe des droits TV qui favorisera TF1 en 2012

5 mars 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

Le paradoxe est intéressant à relever. Alors que Bernie Ecclestone demande des allocations astronomiques pour l’organisation des courses de Formule 1 (souvent 12 à 20 millions d’euros annuels), sa stratégie pour les droits TV est très différente et se trouve même à la baisse, surtout dans les pays n’ayant pas de course.

Les médias croates ont obtenu les droits de la Formule 1, via un réseau régional, pour seulement 400.000 euros. Le communiqué commun indique qu’auparavant le contrat était d’un million d’euros annuel, mais « qu’il n’a cessé de diminuer au fil des négociations. »

Durant ses dix dernières années, le pays payant le plus ses droits TV, alors qu’elle n’organisait pas de Grand Prix sur son territoire était la Finlande, avec 6 millions d’euros annuels. Sommes qui auraient été réduite de moitié selon certains échos. Autre exemple, la Russie, qui ne payait qu’un modeste million d’euros pour les droits TV et qui touche 40 millions de téléspectateurs, en moyenne l’an dernier. Il n’est pas impossible qu’avec Petrov, Marussia et surtout Sotchi en 2015, une multiplication par 10 des droits sera attendue.

Une bonne opportunité pour TF1 qui vise aussi à réduire de coûts de ses droits TV sur la Formule 1 depuis quelques mois. Son contrat actuel expire en 2012. Une réduction de 50% serait donc intéressante. D’autant que le projet de Grand Prix de France est définitivement mort avec le gouvernement actuel.

F1 – Pression sur les coûts du KERS

4 mars 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Selon Magneti Marelli, le règlement autour du système de récupération d’énergie, KERS, est mal écrite. Le règlement indique que les équipes ne doivent pas payer plus de 1 millions d’euros leurs systèmes, plus un supplément de 4 millions d’euros pour la recherche et développement. Une indication qui n’est pas très clair, car elle permettrait des dérivés financières selon l’équipementier italien.

Lors du dernier numéro de la newsletter TWF1 de Décembre, je racontais l’histoire du KERS sous le titre « le prochain Jugement de Salomon ». Voici l’article :

Au chapitre de la vague écologique qui passe sur la Formule 1, le futur moteur 2013 offrira bien des affaires à l’avenir. Son coût financier, bien que mesuré, sera, comme nombreux règlements techniques de la Formule 1, absolument pas figé dans le marbre. Pourquoi ? L’exemple du KERS pour 2011 arrive à un degré indigence que l’argument reste pauvre face aux chiffres.

Ferrari, qui a préféré utiliser son propre système sur la base du programme Magneti Marelli, a annoncé que le développement de son système de récupération d’énergie représentait un investissement de 6 millions d’euros pour 2011. Dans le détail : 3,75 millions d’euros de développement et 2.25 millions d’euros à la charge des équipes (Ferrari, Sauber et Toro Rosso, donc 750.000 euros l’équipe par an). La réalité d’un chiffre (700.000 euros pour les équipes) contre la mauvaise foi (un gros investissement pour un procédé écologique sur le papier).

Pire, côté Mercedes-Benz l’investissement du KERS ce chiffre à 13 millions d’euros ! Plus précisément 3.75 millions d’euros de développement et le solde à la charge des équipes Mercedes GP, Force India et McLaren ! Une dérive classique.

Mais la FIA a réagi récemment en imposant le compromis suivant : chaque équipe a le droit de participer au développement du système KERS proposé par le fabricant à hauteur maximale de 2 millions d’euros et le coût d’exploitation ne doit pas dépasser 9 millions d’euros. Soit un curieux total de 15 millions d’euros. Ce qui signifie que McLaren, Force India et Mercedes GP disposeront d’un système plus évolué que Ferrari, STR et Sauber.

Dans sa politique de compromis, la FIA favorise toujours celui qui a déjà dépensé le plus pour maintenir en semblant d’unité dans l’écosystème F1. Une véritable bombe à retardement qui fera des dégâts, tant la Formule 1 est entrée dans une ère de réduction de coûts, mélangé à de l’écologie novatrice et maitrisées. L’affaire du KERS démontre que l’on est loin du compte encore.

Le jugement de Salomon à la mode Formule 1…

F1 – Vers un changement de communication autour des Pirelli ?

4 mars 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses

Depuis quelques temps, pilotes et chefs d’équipes ont beaucoup parlé des défaillances des pneumatiques Pirelli. Une large couverture que le manufacturier a tenté de retourner à son avantage en précisant que si ses gommes se dégradaient, cela serait une bonne chose pour le spectacle de la Formule 1. La récente sortie de Peter Hembery, directeur de Pirelli Motorsport sur l’idée de Bernie Ecclestone de rendre humide une piste artificiellement va dans ce sens.

Mais les critiques ontété violente ses derniers temps autour des pneumatiques Pirelli, au point de se demander si le jeu ne sera pas calmé à l’avenir. L’impératif financier, comme souvent en Formule 1, l’emportant sur l’aspect sportif.

Pirelli a décidé d’investir massivement en Formule 1 comme plate forme de communication. Son investissement pour 2011-2013 est fixé à 150 millions d’euros. Environ, 60 millions d’euros seront visibles sur les publicités sur les circuits, mais il faut toutefois rappeler que les équipes participent à hauteur de 1,35 millions d’euros chacune à l’investissement de la fourniture des gommes. La FOTA, comme la FIA et Bernie Ecclestone ont fait le choix de raison, face Michelin et devront l’assumer d’une manière ou d’une autre.

Il n’est donc pas impossible que des consignes, surtout pour les pilotes, d’entretenir le silence autour des performances des gommes italiennes. D’autant que l’effort du manufacturier est visible. Il est entendu que Pirelli étudie déjà des gommes de 18 pouces pour l’horizon 2014.

F1 – Raikkonen – McLaren retour à l’histoire 2009

3 mars 2011 | 20 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Le retour de Kimi Raikkonen en Formule 1 devient progressivement une perspective lointaine pour le pilote et pour le petit monde de la F1. Bernie Ecclestone,  dans une interview récente pour le site officielle de la F1,  a indiqué qu’il ne pensait pas que le champion du monde 2007 reviendra un jour dans la discipline. L’an dernier, plusieurs équipes ont tenté de lui faire faire un come-back en vain.

Martin Whitmarsh revient sur ses négociations pour 2010. En effet, durant l’hiver 2009 – 2010, Raikkonen était la priorité numéro 1 de l’équipe de Woking, avant que Jenson Button ne signe en décembre 2009 son contrat.  Sur le fond,  Whitmarsh estime que Raikkonen n’a pas utilisé son potentiel entièrement. « Il a gagné un championnat du monde, mais je pense qu’il aurait été plus loin. » Avant de préciser les négociations de 2009.

« L’an dernier, il y a eu des négociations sérieuses, j’ai toujours aimé Kimi et il était très intéressé, c’était ouvert, cela aurait été un défi intéressant pour le faire revenir. Nos négociations ont été donc très avancées. Finalement, il n’est pas venu parce que j’ai soudain réalisé que Jenson pourrait être disponible. Je lui ai fait une offre et Jenson a accepté de façon surprenante. Je suis très heureux. » explique le directeur de McLaren.

Dans le récent F1 Racing, le même Martin Whitmarsh estime encore que la signature de Jenson Button a été sa meilleure décision à ce jour. Un retournement de situation qui a aussi eu une conséquence pour Kimi Raikkonen. Entre deux champions du monde, McLaren a choisi un pilote que beaucoup jugent encore comme indigne de son titre de champion du monde en 2009. Au contraire de Kimi Raikkonen qui a potentiellement plus de talent.

L’histoire retiendra deux choses : McLaren a signé Jenson Button et Mercedes GP, autre équipe qui était en négociation avec Raikkonen,  a finalement fait le choix de faire revenir Michael Schumacher de sa retraite. La page F1 pouvait donc logiquement se tourner pour le champion finlandais,  qui reste un cas à part dans l’histoire de ses 10 dernières années.

F1 articifice – Priorité à la réalisation TV ?

3 mars 2011 | 7 commentaires
Catégorie : Analyses

L’idée de provoquer la pluie durant un Grand Prix fait son chemin et le débat. Une réaction de Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport est intéressante à relever dans l’argumentaire.

« Le Grand Prix de Singapour est un bon exemple. La course se déroule sous une lumière artificielle, mais elle est l’une des courses les plus spectaculaires de la saison. » L’exemple est facile, mais il met en lumière l’aspect artificiel du sport.

En 1994, la FIA réintroduit les ravitaillements pour favoriser le spectacle. La majorité des décisions sportives des 10 dernières années n’étaient destinés qu’à favoriser le spectacle. Le retour au pneu slick est le dernier exemple. Il devait favoriser les dépassements, tout comme le KERS en 2009 et l’aileron arrière ajustable de cette année.

Plus loin, la course urbaine de Monaco est aussi un artifice. Longtemps la course la plus médiatique de la Formule 1, elle ne tient son intérêt que par le nombre de centimètre qui sépare une roue d’un rail. En fait, cela n’est pas le fond du problème.

Le problème principal reste la réalisation qui est loin d’être dynamique. Monaco est spectaculaire, mais loin d’offrir des sensations visuelles. La réalisation est la même depuis 20 ans. Vous avez plus de sensation en regardant le tour de 1991 d’Ayrton Senna que le tour de Vettel en 2010, par exemple. Le danger n’est pas visible, les dépassements filmés de manière passive. Visuellement l’impression de vitesse est nulle. Les dépassements ont été visibles en 2010, comme en 2009, mais cela manque de dynamique.

Mouiller une piste à un intérêt, mais dynamiser la réalisation pour vraiment offrir un spectacle est plus intéressant.  En Avril 2010, Luc Besson et Bernie Ecclestone ont signé un accord pour la réalisation du futur et rendre plus dynamique la Formule 1 (voir ici pour en savoir plus).

Un vrai artifice ? faire voter par SMS le moment ou la pluie tombera sur la piste…

Williams Bourse – Une plate forme marketing pour l’avenir

2 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

A l’heure ou la Formule 1 découvre les plates-formes Business to Business (ouvertement du moins), l’introduction de Williams F1 en bourse de Francfort, via un détail permettra de comprendre que le projet sera aussi lucratif pour l’équipe de Grove en termes de marketing.

En effet, dans le projet IPO il est indiqué que les actionnaires disposant de 1% du capital, ce qui représente un investissement de 250.000 euros, entrerons dans le Club Exclusif des actionnaires avec un billet VIP pour le GP de leur choix et un dîner avec Frank Williams, les pilotes, Adam Parr et Sam Michael.

Mais, si un homme (ou une société) est capable d’investir 250.000 euros, il est aussi possible qu’elle soit intéressée par un partenariat – sponsoring à terme. L’introduction en bourse peut donc être considérée comme un acte préparatoire pour l’avenir.  Le sponsoring en Formule 1  a beaucoup chuté et pour 1 millions d’euros, une place de choix se présente sur une monoplace aujourd’hui.

Un effet secondaire très intéressant à suivre pour la suite de l’aventure de Williams F1 en bourse.

F1 – La pluie comme élément provoqué ?

1 mars 2011 | 7 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Presque tous les ans, Bernie Ecclestone lance une idée pour améliorer le spectacle. La dernière en date, farfelue et digne d’un jeu vidéo, consistait à introduire des raccourcis sur les circuits (voir ici pour le souvenir). La dernière en date, est de provoquer la pluie.

«Les dépassements sur une piste sèche est presque impossible. La pluie est une histoire complètement différente. Les courses sous la pluie sont toujours les plus plaisantes, alors pourquoi ne pas provoquer la pluie ? Il y a des pistes que nous pouvons artificiellement rendre humide et c’est un système facile à installer. Pourquoi ne pas laisser « la pluie » intervenir au milieu de la course ? Pendant 20 min, ou dans les 10 derniers tours ? Avec une annonce 2 min avant de le faire pour les équipes. Sensations garanties. »

Sur le principe l’idée peut paraitre idiote, mais elle fait suite à une longue logique de plus de 5 ans. Souvenir du Grand Prix du Japon 2005. La pluie avait permis de nettoyer la piste de Suzuka. Propice aux dépassements de Kimi Raikkonen à l’époque. Max Mosley et Bernie Ecclestone avaient alors indiqués qu’il fallait « mouiller » les pistes pour supprimer les résidus de gommes cumulés hors de la trajectoire.

Entre temps, une  pistes comme le  Paul Ricard a déjà été noyée pour faciliter des essais privés,  pour les gommes pluies. Récemment, la piste d’Abu Dhabi a été « inondée » pour permettre à Pirelli de faire ses tests pneumatiques. Techniquement, même provoquer la pluie dans un nuage est faisable et pratiqué pour les cultures agricole de nos jours (en Chine par exemple).

Reste une donnée d’écologique de gaspillage à surmonter concernant l’eau.

F1 – la stratégie financière de Proton – Lotus

1 mars 2011 | 15 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Proton a perdu de l’argent lors de l’exercice 2010 – 2011 qui se terminera le 31 Mars 2011. Les analystes du secteur son déçus par les performances économiques de la marque Malaisienne, mais cela à une cause principale : Lotus Group.

En Janvier, la Banque d’Investissements de Maybank estimait que Proton dépensait trop d’argent pour sa filiale Lotus. Le projet de 5 ans d’une valeur de 913 millions d’euros (533 millions pour le produit et 380 millions pour le marketing) qui serait beaucoup trop coûteux pour la marque nationale. Sur le principe, ce financement est indexé sur deux prêts : un de l’Etat et l’autre auprès d’établissement financier privés. Pour le troisième trimestre de l’exercice, la perte affichée se fixe à environ 15 millions d’euros, contre un bénéfice de 19 millions d’euros l’an dernier (le bénéfice total était de 47 millions d’euros). Sur le principe, Proton est rentable mais Lotus Group lui pèse de plus en plus.

Les hauts responsables de l’Etat Malaisien ont indiqué, pour rassurer, que les résultats financiers de Proton était prévu afin d’améliorer d’ici une ou deux années la restructuration de Lotus.

Car le temps presse, le plan Proton – Lotus indique une rentabilité de la marque anglaise à l’horizon 2015 maximum.  Mais un autre problème apparait pour la marque Malaisienne. Sa propre gamme dont les plates-formes commencent à vieillir. En effet, la marque ne semble plus avoir les moyens de renouveler sa propre gamme selon les analystes.  Les bénéfices depuis quelques temps, sont essentiellement dû à des modèles ayant une structure technique d’environ 15 ans et encore hérité de son partenariat avec Mitsubishi. Mais, le temps semble aussi pressé pour trouver un nouveau partenaire technique. PSA et VW ont tenté leurs chances en vain jusqu’à présent.

F1 – Red Bull et la stratégie Renault – Infiniti

28 février 2011 | 28 commentaires
Catégorie : Analyses

Depuis Samedi, une rumeur indique qu’Infiniti sera le nom du moteur Renault V8 qui équipe les Red Bull RB7. Une annonce est attendue pour demain matin, mais une conférence de presse est prévue pour aujourd’hui. Un mystère car finalement il y a peu d’indices sur cette affaire.

Adam Cooper indique sur son blog : « qu’une marque d’automobile de luxe mondial a conclu un accord marketing et techniques avec une équipe championne du monde de Formule 1. » C’est d’ailleurs une société de relation publique qui a invité certains journalistes pour cette nouvelle.

Le cas Infiniti est assez étonnant. La société a vendu 2.500 voitures en Europe en 2010 et vise 25.000 en 2015/2016 uniquement en Europe. Une ambition assez mesurée par rapport aux moyens. Le développement de la marque passera logiquement dans le développement de sa gamme. Mais, il faut préciser que l’avenir de cette marque en F1 est né à l’époque du deal Team Lotus – Renault.

En effet, l’accord technique entre les deux parties était clair : pas de moteur Renault si l’équipe s’appelle Lotus.  Carlos Ghosn, informé de la stratégie, avait décidé de nommé pour Team Lotus ses moteurs Infiniti. Nous sommes alors à l’Automne 2010. Une idée vaine alors, jusqu’à aujourd’hui.

Il est toutefois étonnant que Renault, championne du monde avec Red Bull souhaite ne plus exploiter ce capital incroyable cette année encore. Nous pensons que l’accord est du même type que celui entre Lotus – Renault et Lada,  avec un détail, il pourrait rendre la location du moteur V8 Renault, finalement gratuite avec ce nouveau partenaire…

F1 2011 – Kadhafi, Villeneuve Racing et si….

24 février 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

Les récents événements en Libye ont fait ressortir des souvenirs vieux de quelques mois. Souvenir d’un projet d’une 13ème équipe ou le nom de Kadhafi était  signalé.

C’était en Juillet 2010, le champion du monde 1997, Jacques Villeneuve lance son projet d’équipe de Formule 1 avec le team italien, Durango. Un pool d’investisseurs est cité, mais un nom ressort : Al Saadi Kadhafi (voir l’information ici). Ce dernier a récemment déclaré que la Libye reviendra à son calme très prochainement.

Imaginons que le projet de 13ème équipe ait été validé par la FIA et que le projet Villeneuve Racing – Durango ait été le choix numéro 1.  Quelle aurait été les conséquences aujourd’hui ? Etant donné que l’équipe devait débuter en 2011, cela aurait été compliqué de perdre un investisseur, qui était en faite le plus important du pool selon la rumeur. Et si…

F1 – L’avantages de Pirelli, cause de problèmes ?

23 février 2011 | 18 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Technique F1

Les pneus Pirelli continus à faire parler. Jarno Trulli indique qu’ils manquent de développement, tandis que Felipe Massa estime qu’il y aura plus d’arrêts aux stands. Sébastian Vettel, de son coté, estime que les dépassements seront difficiles. Pirelli, enfin estime que ses pneus feront le spectacle et respectent le cahier des charges.

Un observateur de tomorrownewsf1.com,  présent dans le paddock de Barcelone ce week-end a recueilli plusieurs témoignages sur les pneus Pirelli. Des déclarations inquiétantes, qui permettent de comprendre l’état d’esprit des équipes.

La dégradation se distingue à l’œil nu, les gommes tiennent, suivant les programmes,  entre 10 et 15 tours et provoquent un manque de grippe important, ayant pour effet de belles glissades du train arrière en sortie de virage. Beau pour le spectacle, mais ruineux pour le développement de monoplace.

Un ingénieur d’une petite équipe italienne lance que lors des courses en été, il peut y avoir jusqu’à 5 arrêts. Pour exemple, la piste de Barcelone, dimanche,  était à 20-23°C et les pneus n’ont tenu que 15 jours. Imaginons à Sepang, Hongrie etc…

D’autant que les pneus se dégradent déjà après 4 passages avec 110kg dans la voiture, le départ d’une course va être cataclysmique pour les pilotes forçant sur leurs gommes dès le début de la course. Au point de se dire que les départs seront très lents. Avec humour, un observateur glisse qu’il faudra mettre les 20 caméras du circuit sur la pit-lane, car avec 4 arrêts par équipes, ce sera l’endroit principal de la course.

Mais, le problème majeur des équipes concernant les pneus, est qu’il ruine le développement des monoplaces. Un ingénieur de l’équipe Suisse de F1  explique qu’à cause de la faiblesse des pneus, le KERS et l’aileron ajustable ne serviront à rien finalement.

Beaucoup d’investissements autour de technologies pour finalement si peu de résultats ? L’avenir nous le dira, mais, la dégradation des pneus provoque une chute de 3 secondes au tour à Barcelone, une chute trop importante.

F1 – le précédent historique de Bahrein

22 février 2011 | 13 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Bahreïn restera dans l’histoire de la Formule 1 comme le premier Grand Prix annulé pour des raisons politiques depuis la création de la discipline en 1950. Depuis toujours, il y a déjà eu des affaires, menaces, mais jamais la Formule 1 n’a été touchée par les problèmes géopolitiques des pays qui l’accueillaient.

Souvenir de l’éruption du volcan islandais en 2010 qui aurait pu faire annuler la course après le Grand Prix de Chine, les affaires financières de Donington et même récemment l’affaire du GP de Rome. Mais ces derniers n’ont jamais eu le privilège d’honorer leurs contrats.

Il a aussi existé des circuits sont ont fait un break, comme SPA-Francorchamps et Montréal et des courses qui n’ont pas été plus loin que deux événements pour ensuite casser leurs contrats (Aïda par le passé et Fuji récemment). Par le passé, le GP de Monaco n’a pas accueilli la Formule 1 de 1952 à 1954 pour privilégier les voitures de sport, tandis que les événements des 24h du Mans 1955, ont fait interdire toute compétition sur le sol Suisse jusqu’à nouvel ordre. Le drame de la Sarthe a fait annuler beaucoup de course en France et en Allemagne jusqu’en 1956.

En 1991, Ecclestone avait accéléré le transfert du Grand Prix d’Espagne de Jerez à Barcelone, pour des raisons économiques. Passons sur l’histoire récente du Grand Prix de France.

Notons que lors de la guerre des 6 jours en 1967 et la crise pétrolière de 1973 a fait annuler des courses de Rallye de championnat du monde, mais jamais des courses de Formule 1.

F1 2011 – une année de transition pour Mercedes GP ?

21 février 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

« La W02 est une voiture de top 10 » explique Norbert Haug en regrettant que la nouvelle née de Brackley ne répond pas aux espérances de la marque allemande pour la saison 2011. Si toutefois, Schumacher vise la victoire, Ross Brawn allume déjà les contre-feux,  pour expliquer l’aperçu du développement de la machine 2011. Des excuses de structures….

« En 2009, nous avons eu une très bonne année dans laquelle nous sommes devenus champion du monde. Bien que l’équipe ait pu encore,  à cette époque,  bénéficier des ressources de Honda, le staff a dû être réduit fin 2008 après le départ des japonais. Nous en avons payé le prix en 2010. » débute Ross Brawn dans Sport Bild.  Une période de restructuration importante (licenciement de 200 personnes environs) et réorientation de certains personnels en interne entre 2009 et 2010.

Une question dans les explications de Ross Brawn. La BGP01 (ex RA109) a été conçue avec les énormes ressources de Honda,  pour obtenir le titre de champion du monde. La W01 (ex BGP02) a été faite au plus simple avec un personnel encore au maximum à l’époque (668 personnes). Mais, Ross Brawn, semble indiqué qu’il n’a pas les mêmes moyens avec Mercedes-Benz qu’avec Honda.  Notons que la Brawn de 2009 a été mis en place avec non moins 3 usines (Brackley, Japon et Super Aguri) pour la développer dans le courant de l’année 2008. Une force de frappe que ne bénéfice plus Ross Brawn aujourd’hui.  La W02 a débuté en Avril 2010 son développement, uniquement à Brackley.

La structure de Brackley est atypique en Formule 1 et l’arrivée de Bob Bell va permettre une réorganisation, qui permet encore de penser que 2011 sera une nouvelle année de transition pour l’équipe Mercedes GP.

Circuit F1 – Ambiance à la baisse sur Bernie Ecclestone

21 février 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

« Le Grand Prix de Melbourne pourrait avoir été une bonne affaire en 1996, quand il a coûté au gouvernement que 1,7 millions de dollars. Mais, avec une foule en baisse et des contribuables devant désormais payés 50 millions de dollars par an, le gouvernement devrait réduire ses pertes et faire face au problème » lance Michael Dandy au parlement et rapportée par l’agence Reuters.

Une déclaration qui pourrait provoquer un véritable raz de marée pour le modèle de Bernie Ecclestone, instaurée depuis 20 ans,  sans problème. Un modèle qui défini la chose la plus simple : le plus riche l’emporte toujours. Adieu Magny-Cours, adieu Imola, Estoril et de temps en temps Montréal et SPA-Francorchamps, place à des pays pouvant se permettre de payer des sommes folles pour organiser des Grand Prix. Sauf que ce modèle subi  plusieurs revers.

Melbourne ne souhaite plus débourser les 37 millions d’euros que demande en 2011 la Formule 1,  pour organiser son Grand Prix. La Chine a fait baisser de 40% sa dote annuels (voir ici) et Barcelone hier souhaite la même chose (voir ici pour souvenir), la situation semble tendue pour Ecclestone…

F1 – L’accord Lotus Renault GP remonte à Août 2010

18 février 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

En réponse aux déclarations, destinées selon Team Lotus à entretenir le trouble dans l’affaire, du constructeur Proton, l’équipe de Team Lotus a publié un long communiqué de deux pages qui explique certain point de contradiction. Dont un qui est assez intéressant.

Le communiqué indique le double discours entre Proton et Group Lotus :

Proton a déclaré pour la première fois que 1MRT pourrait avoir remédié aux manquements dans le contrat de licence et a continué à utiliser le nom de Lotus Racing en 2011. Rien de tout cela est vrai et est en contradiction directe avec les raisons données au moment de la résiliation de la licence qui a déclaré que les manquements allégués n’étaient pas susceptibles de recours.

En outre, dans un certain nombre d’articles de presse récents, il est devenu clair que le Renault F1 Team ont travaillé sur la livrée or et noir de leur voiture 2011 en en août 2010, bien avant que la licence d’exploitation du nom de Lotus Racing par 1MRT ait été arrêtée.  La seule raison possible est que cette livrée était prévu pour promouvoir le parrainage de  Lotus Cars avec Renault F1 Team, en utilisant une livrée  classique de l’équipe Lotus F1dans leur relation publique.

Cela soulève la question évidente – Si Proton ont été heureux de permettre à 1MRT de continuer à fonctionner en vertu de la licence et l’utilisation du nom de Lotus, pourquoi leurs employés ont travaillés avec le Group Lotus à négocier un accord de sponsoring avec Renault F1, qui a été en violation directe de la licence exclusive donnée à 1MRT…

Malheureusement l’affirmation de  Proton que 1MRT aurait pu continuer à utiliser le nom de Lotus Racing en 2011 est faite pour éviter la conclusion évidente que le Group Lotus elle-même était en violation fondamentale de la licence 1MRT, comme le prouvent  leurs propres partenaires de Renault F1 qui annonce qu’ils ont commencé à travailler avec le Group Lotus sur leur contrat de sponsoring avant la résiliation. Fondamentalement Proton a dit très clairement qu’ils ne voulaient plus travailler avec 1MRT et les faits de la présente seront pris en charge dans le procès à venir.

Il est vrai que les déclarations des dirigeants de Lotus Renault GP ont été très contradictoires. L’accord de sponsoring remonte en plein cœur de l’été et n’a été dévoilé que lors du week-end du Grand Prix du Brésil 2010. Cet épisode est intéressant à plus d’un tire pour la suite des événements….


Page 9 sur 60« First...7891011203040...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu