Naviguer : Accueil > Archive by category 'Business News F1'

Les chiffres de Red Bull

5 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Avec un chiffre d’affaire en hausse de 7.9% à 3,323 milliards d’euros en 2008, Red Bull ne connait pas la crise : 4 milliards de canettes vendus dans le monde, un record, avec des chiffres de croissance incroyables au Moyen-Orient (+31%). Désormais la boisson est partout, en Russie, l’Inde et le Japon.

Aucuns licenciements prévus auprès des 5.600 employés de l’entreprise. Seul la Formule 1 semble concerner par un plan de mesure, initialement dû à la réduction des coûts instaurés par la FIA dès suite de la crise.

Selon les estimations l’investissent dans ses deux équipes F1 de Red Bull sera de 140 à 200 millions d’euros en 2009. Un peu moins que l’année dernière toutefois.

Coté dépense, Red Bull a dépensé coté moteur en 2008 : 46 millions d’euros pour Renault et Ferrari. L’équipe annonce être soulagée par les mesures d’un moteur à 5 millions d’euros en 2010.

La F1 face à la radicalité en 2010

5 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

La FOTA à présenter de fortes réductions des coûts pour 2010 envers leurs équipes. Et selon le Financial Times, cela va bien au-delà des économies déjà acceptés.

La FIA souhaite que les budgets des équipes, pour une saison, passent de plus de 300 millions d’euros à 100 millions d’euros pour les constructeurs et 50/55 millions d’euros pour les indépendants.

Selon un livre blanc de la FIA, vu par le Financial Times et relaté par TomorrrowNewsf1.com, la Formule 1 n’a pas réussi à contenir ses coûts. Deux franchises sur douze sont vides. De plus aucun acheteur ne souhaite investir dans Honda pour reprendre l’équipe, rebutés par le coût élevé d’une telle opération.

La FIA estime que, avec ses arguments et son jeu d’effet d’annonce à l’horizon 2010, elle séduira en perspective un repreneur pour l’ex équipe Honda. De son coté la FOTA a récemment acceptée de rendre les moteurs gelés, baisser de 30% ses coûts par la même occasion et au cours des deux prochaines semaines, la FIA a l’intention de demander à la FOTA d’ajouter à la liste des réductions : la boite de vitesse/freins/ éléments de suspensions. La FOTA s’est réuni pour discuter de la maitrise des coûts, mais la FIA avec son annonce du package 2010 les a devancés. Encore.

Ron Dennis, devenu porte flingue de la FOTA, tente de circonscrire la concurrence technique entre les deux organismes : ” La F1 ne devrait pas être une formule où les moteurs deviennent standard et l’essentiel des voitures avec des composé de composant normalisé. Cela met l’accent sur le talent des pilotes, mais si vous allez dans cette voie, le pilote sera le plus important ingrédient de votre voiture et donc ce sera là que l’argent sera dépens.”

En contradiction avec le projet de plafonner les salaires des pilotes et une impasse médiatique. Le livre blanc suggère de maintenir l’accent de « technologique impressionnant » qui est unique à la F1, mais dans des zones définies, afin de rendre la technologie plus évidente et plus abordable.

Le Financial Times conclu sur une réserve importante sur la compétition que peuvent se livré les équipe sur ces secteur technologique. Alors que de l’autre coté, la FOTA propose un moteur à 5 millions d’euros, gelé peut être, mais pas standard, comme le sous entend le projet de la FIA. Signifiant que la réduction des coûts est loin d’être une évidence globale mais simplement des actes uniques et politiques.

La prise de contrôle de McLaren par Ron Dennis

3 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

La disparition de Teddy Mayer ce week end n’émeut pas le monde de la F1, trop jeune pour se souvenir d’un homme qui, après la disparition de Bruce McLaren en 1970, a permis à l’équipe de survivre à son fondateur, en gagnant deux titres pilotes et un titre constructeur. Mais la fin des années 70 a été celle du passage de témoin auprès d’une nouvelle génération et d’un nouveau patron : Ron Dennis. Récit d’une prise de pouvoir.

Après le titre de 1976 de James Hunt, l’équipe McLaren a déclinée progressivement au point de non retour. L’argent de Marlboro pour séduire Gilles Villeneuve en 1979 (750.000 dollars de salaire), et la mort de Ronnie Peterson, destiné à remplacer Hunt, en partance pour cette même année 79, a rendu l’équipe McLaren faible. Techniquement, elle a pris du retard avec l’effet de sol et ne semble pas réussir à évoluer dans un professionnalisme qui prend corps en F1 à cette époque. McLaren est toujours l’entreprise artisanale du début, alors que Lotus voir Brabhram et nouvellement Williams ont évolués. Ron Dennis sera l’homme de la situation et prendra donc le contrôle de McLaren en deux temps.

Ayant fondé Project Four Racing en 1976 avec le soutient de Marlboro, Ron Dennis se distingue par un professionnalisme et une organisation sans faille. Approché par son ami John Hogan, alors responsable du sponsoring chez Marlboro et ancien partenaire de Rondel Racing en 1971, Ron Dennis se voit proposer de mener à bien la mission de redresser l’équipe McLaren. A ce moment là, McLaren Cars dispose dans son capital : Teddy Mayer majoritaire et Tyler Alexander (directeur technique de l’équipe depuis 1979).

En 1980, l’union entre Project Four Racing et McLaren Cars offre McLaren International. Ron Dennis, Teddy Mayer et Tyler Alexander en sont actionnaire. Dennis disposant de 50% de l’entité mais fit clairement comprendre qu’il entendait devenir le seul maitre à bord. Le premier point de désaccord restait la fameuse MP4/1 – MP4 pour McLaren Project 4 (four)- En effet cette machine a été construite à l’insu de Mayer, conçu par John Barnard et badgée Project Four. Alors que Alexander débutait la conception d’une nouvelle M30 ( ?), le projet Barnard d’une monocoque en carbone soulève l’histérie de Mayer qui dénonce la fourberie. En vain. La victoire de Watson au GP de Grande Bretagne 1981 confirmera l’aspect technique. Les associés se séparèrent en 1982, après avoir vendu leurs part à Ron Dennis qui les a ensuite revendus aussitôt à Mansour Ojjeh, représentant de son père Akram Ojjeh fondateur de TAG, alors sponsor de l’équipe Williams. Ron Dennis cédera 60% de l’équipe valorisant l’affaire à 6 millions de dollars à l’époque.

Ron Dennis n’aurait jamais pu prendre le contrôle de McLaren sans que John Hogan ne lui en permette, et la MP4/1 et, son succès, ne lui aurait pas permis de s’imposé définitivement sur Mayer. Rappelons aussi que l’américain ne souhaitait pas que Niki Lauda soit pilote McLaren en 1982, estimant que l’autrichien ne serait motivé que par l’argent. Une dernière salve envers Ron Dennis qui négociait déjà avec TAG une prise de participation afin de devenir le seul maitre à bord et ne plus partager le pouvoir.

Ron Dennis et le modèle indépendant

2 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Ron Dennis, directeur général de McLaren Group, a déclaré que l’idée du concept d’équipe indépendante,  sans la participation d’un constructeur est anachronique

L’homme sait de quoi il parle, il a été un des premiers à avoir franchi le pas avec Mercedes en 1999, avec une ouverture de 40% dans le capital de son équipe. Une association extrêmement importante dans l’organisation de McLaren Racing. “Je crois fermement que le modèle d’entreprise d’une équipe de Formule 1 fonctionnant comme une entité financière, est anachronique.” McLaren ayant été un modèle durant plusieurs années de cette idéologie indépendante. Mais les temps changes et voyant que son équipe devait devenir plus compétitive, une idée de participation minoritaire du constructeur allemand est alors dans l’air, loin du projet de Stewart de rachat total par Ford, Ron Dennis garde la main de son équipe avec les avantages qui vont avec. Financier surtout.

En faite, McLaren est une équipe semi-indépendante et la seule avec BMW Sauber dans cette idée. ” Je crois fermement, comme je l’ai dit, que le succès des équipes de Formule1 à l’avenir dépendra d’un soutient d’autres partenaires que des sponsors, ce qui implique un actionnariat puissant et les constructeurs automobiles sont indispensables.” explique Dennis au Financial Times.

Toutefois, Dennis est contre le fait qu’un constructeur dispose de la totalité d’une équipe, une revendication patronale vraisemblablement et une porte de sortie en cas de coup dur comme le cas Honda. Depuis plusieurs années, Ron Dennis tente d’interpréter le système Ferrari d’une équipe semi indépendante, détenu par un constructeur mais autonome dans ces décisions. L’accord initial de 1999 avec Mercedes-Benz, devait permettre la création d’un constructeur McLaren, avec le soutien technique et financier de son partenaire allemand. Un échec. Mais, les projets futurs de McLaren de route, prouve que l’idée est toujours d’actualité et conforte Dennis dans son idéologie.

Une idée simple et qu’il a toujours caressée : devenir une référence en Formule 1 et l’autre Ferrari.

Mercedes-Benz et BMW sous la pression des conseils d’administrations

2 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Hier, 1 février, le conseil d’administration du constructeur Mercedes-Benz, a voté la prolongation de son aventure en Formule 1 pour une durée indéterminée. Pas si indéterminée que cela en faite. Alors que dans le même temps, BMW re-étudie son plan 2006-2009 avec attention pour la suite.

Au milieu de la crise financière, la pression sur les constructeurs est de plus en plus forte. Hier à Stuttgart, seulement trois voix sur 5 ont permis de sauver le programme F1 de Mercedes-Benz, selon le magazine Focus. Une faible marge encouragée par les mesures de réductions de coûts engagés et de l’enveloppe que le constructeur alloue à McLaren qui sera moindre par rapport à l’effort de 2008. Passant de 230 millions d’euros à 160 millions d’une année sur l’autre, avec un avis de réduction plus forte dans le futur pour tourner à 120 millions d’euros d’ici 2010.

De son coté, à Munich, BMW revoit son plan Formule 1 lancé en 2005 sur une base de cinq saisons. 2009 sera la dernière du plan, et après une 2ème et une 3ème place au championnat constructeur, le titre est l’objectif de cette année, sinon l’allocation futur de trois années (2010/2011/2012) sera fortement réduite, ou, si la situation économique mondiale continu d’ici 6 mois à se détériorer, stopper le programme F1 et trouver une alternative, (l’équipe dispose de 80% du capital de Sauber en 2009 et d’une clause de rachat de l’ultime part du suisse).

Business F1 l’effet papillon (semaine 5)

1 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Philips (Williams F1) a annoncé ce lundi 6.000 suppressions d’emplois et une perte nette de 1,47 milliard d’euros au quatrième trimestre, frappé de plein fouet par la crise économique, comme ses concurrents du secteur de l’électronique grand public. Pour le groupe néerlandais, il s’agit de son premier trimestre dans le rouge depuis 2003.

Santander (Mclaren), protégé par ses activités de banque de détail de l’impact de la crise financière mondiale, a indiqué dans un document remis aux autorités de régulation que son résultat net ressortirait à 8,88 milliards d’euros au titre de l’exercice 2008, par rapport à 9,06 milliards d’euros en 2007.

Le grand groupe néerlandais de banque et d’assurance ING (Renault F1) annonce ce lundi avoir subi en 2008 une perte d’un milliard d’euros. Il reçoit l’aide de l’Etat mais doit licencier 7.000 emplois dans le monde pour combler les pertes.

Le groupe d’électronique et des techniques de l’image japonais Canon (McLaren) publie ce mercredi une chute de 36,7% de son bénéfice en 2008 par rapport à 2007. Un résultat bien pire que prévu dû à l’envolée du yen et à une demande affaiblie au dernier trimestre, à cause de la crise.

Le groupe allemand SAP, (McLaren) leader mondial des progiciels, a annoncé mercredi une réduction de ses effectifs mondiaux de plus de 3.000 personnes à 48.500 d’ici fin 2009 en réaction à la faiblesse de la demande dans le secteur.

Bridgestone ne compte plus annoncer le 19 février prochain qu’un bénéfice net en 2008 de 7,5 milliards de yens (62,5 millions d’euros) et non de 12 milliards comme prévu jusque là.

Royal Dutch Shell (Ferrari) a publié jeudi un bénéfice trimestriel à coûts courants d’approvisionnement (CCS) en baisse de 28% sur un an, à 4,79 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros), en raison de la chute des cours du pétrole.

Panasonic (Toyota F1) pourrait annoncer une perte nette de 100 milliards de yen (85 millions d’euros) pour l’exercice 2008/2009, selon le Nikkei.

Total (Renault) lance une offre publique d’achat pour acquérir UTS Energy Corporation (UTS) au prix de 1,3 dollar canadiens par action, soir un montant de 617 millions de dollars canadiens (380 millions d’euros). Cette offre, intégralement en numéraire représente une prime d’environ 57% sur le cours de clôture d’UTS du 27 janvier 2009. Cette opération reste soumise à l’approbation des autorités canadiennes de la concurrence.

C’est quasiment du jamais vu. En 2008, le premier groupe pétrolier mondial, le géant américain ExxonMobil (Mclaren), a gagné 45,2 milliards de dollars (44,06 milliards hors éléments exceptionnels). Ses profits sont en hausse de 11% (et de 8% hors exceptionnels) sur ceux de l’an dernier qui avaient déjà marqué un record.

Toyota et Honda en état d’avertissement financier

30 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Le Japon souffre durement de la récession économique qui la touche. Toyota et Honda annonce des chiffres de plus en plus alarmistes :

Toyota, récent leader mondial du secteur automobile, pourrait enregistrer une perte d’exploitation bien pire que celle annoncée. Selon le journal Nikkei, pour son exercice 2008-2009 le leader mondial japonais prévoirait une perte d’exploitation de 3,3 milliards d’euros contre 1,22 milliard d’euros annoncé en décembre.

De son coté, Honda Motor lance un sévère avertissement sur résultat avec la publication des ses résultats pour le dernier trimestre 2008 (octobre-décembre). Le bénéfice net du constructeur japonais a fondu de 89,9% sur un an à 168 millions d’euros, son bénéfice d’exploitation de 62,9% à 853 millions d’euros et son chiffre d’affaires de 16,8% à 21,1 milliards d’euros.

Il s’agit du deuxième avertissement de Honda en quelque mois, le premier ayant été publié après l’annonce du retrait de son équipe de Formule 1. Du coté de Toyota, les chiffre annoncé par le journal « quasi officiel de la bourse japonaise » n’ont pas été confirmés, mais semble bien réelles.

Essais Privés = 1.000 euros par Km

30 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Alors que l’on remet en cause l’accord de réduction des kilomètres en essais privés, la question est de savoir : combien ça coûte un kilomètre en Formule 1 ?

Les essais privés ont toujours été un poste de dépenses important en Formule 1. Destiné à faire progresser les monoplace tout le long de l’année vers plus de performance ou de fiabilité, il avait atteint son apogée lors de la période 2001-2006 lorsque la guerre des pneus entre Bridgestone et Michelin faisait faire 50.000km de moyenne par équipe de pointe à l’abri des regards.

Le coût au kilomètre n’a toutefois pas changé depuis 10 ans, il reste de 1.000 euros par kilomètre. C’est-à-dire qu’en 2008 les équipes ont dépensé 30 millions d’euros pour leurs essais privés de la saison. Dépense qui devait être réduite à 15 millions, mais qui semble être remise en question.

Le plan anglais bénéficiera à la Formule 1

29 janvier 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Business News F1

Le gouvernement britannique va débloquer 2,5 milliards d’euros pour son industrie automobile. Une forte chance que 200 ou 300 millions d’euros servent pour la Silicon Valley de la F1 ?

On la surnomme la « Sillicon Valley de la F1″, un secteur ou se concentre six des neuf équipes et dont le poids économique est conséquent. Environ 40.000 personnes travaillent à plein temps ( la F1 représente 10% de ce chiffre en emplois direct), dont 25.000 ingénieurs dans plus de 2500 entreprises et avec un chiffre d’affaire de 8 milliards d’euros entre Engineering et service (Fret, logistique, médias, assurances etc…) Le joyau de l’industrie britannique se trouve là, niché entre Londres à l’est et Oxford à l’ouest et Northampton au nord.

Un mois après la crise bancaire d’octobre, Ron Dennis avait déclaré à la presse économique anglaise, qu’il faudrait que le gouvernement de Gordon Brown aide la Motor Valley Industry afin de préservé les emplois des sous traitants. Dennis se transformant en robin des bois de la région, et estimant que les équipes (sauf indépendante comme Williams) n’avaient pas besoin de soutient financier immédiat.

Mais avec une île anglaise entrée en récession depuis quelques semaines, le temps presse pour préserver les joyaux de la couronne : le plan de 2,5 milliards d’euros proposé est destiné, dans un premier temps dont environ 2 milliards pour aider Jaguar et Land Rover, voir Aston Martin. Le reste est destiné à la Motor Valley Industry.

En effet, selon le Guardian, l’équipe Honda pourrait bénéficier d’une partie de cette aide : ” nous avons eu des réunions avec le BERR (Département for Business Entreprise and Régulatory Reform) sur l’avenir de l’équipe et ce à plusieurs reprise au cours de ce mois” a déclaré un porte parole du BERR.

” il n’y a aucune raison pour que Honda Racing ne bénéficie pas d’une aide, précise le porte parole, nous aiderons l’industrie automobile et ses fournisseurs dotés d’un chiffre d’affaire de 27 millions d’euros minimum, afin de lui faire bénéficier d’un prêt, si le projet est viable et avec des objectifs jugés cohérants. Toutes les candidatures seront examinées au cas par cas.”

Avec environ 700 emplois et un chiffre d’affaire de 150 millions d’euros, l’équipe Honda pourrait bénéficier de cette aide. Tout comme l’équipe Williams F1, qui pourrait profiter de l’occasion pour faire une demande, Renault F1 UK aussi d’ailleurs.

Ecclestone – La valse en 4 temps pour obtenir les Accords Concordes

28 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

L’homme est un habitué des situations de rapport de force. Sa communication au Financial Times la semaine dernière à été retentissante. Dans les faits, Bernie Ecclestone détient les éléments pour obligé les constructeurs de la FOTA à signé, enfin les Accord Concordes.

Depuis près de deux ans, la Formule 1 et ses droits commerciaux sont généré par un simple mémorandum. Déclaration informelle qui n’a aucune valeur que morale, selon l’argentier de la Formule 1. Pourquoi cette insistance et quelle sont ses outils de pression ?

Les Accords Concordes est une sorte de traité commerciale entre les constructeurs et Bernie Ecclestone. Basés sur une durée de dix ans, il permet de calmer un climat de négociation permanente sur le long terme. Hors depuis deux ans, le climat de guerre froide entre les deux parties a finalement été remporté par Ecclestone :

Première salve, l’accord avec Ferrari, permettant à cette dernière de bénéficier d’une garantie financière jusqu’en 2012 prédéfini. Avec cet accord, Bernie Ecclestone a désamorcé tout projet de championnat parallèle.

Deuxième salve, le mémorandum, solution proposée par Ecclestone lui-même, destiné à ouvrir le robinet financier (50% au lieu de 25%), et donc séduire et rendre dépendante les équipes de cette argent. L’opération étant surtout morale, elle était un moyen de pression envers les équipes : la fameuse stratégie de “La carotte et le bâton”.

Troisième salve, la répartition des droits. Ecclestone sous pression du fond CVC Partners, qui avait accepté la largesse du mémorandum, souhaite que les Accords Concordes soient rapidement entérinés et surtout que sa part soit plus large afin de pouvoir rembourser ses emprunts bancaires contractés en 2006. Pour résoudre le problème Ecclestone propose une égalité de traitement entre toutes les équipes. L’opération est destinée à supprimer les privilèges et de conserver les constructeurs ayant des idées de partances mais aussi de satisfaire les indépendants.

Quatrième salve, dénonçant le mémorandum, Ecclestone gèle 189 millions de dollars, soit la différence entre le chiffre d’affaire de 2008 et 2009 dans la répartition envers les équipes, profitant de la crise pour se rendre dépendant et forcer les équipes à signer, enfin, les Accords Concordes.

Bienvenue BusinessNewsF1 !

28 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Pile poil dans les temps, le nouveau né est le plus beau bébé du monde, comme souvent d’ailleurs.

Voici donc ce nouveau blog : BusinessNewsF1.com

Après des semaines de teasing, vous découvrez donc ce nouveau blog d’information conçu pour vous parler de l’économie de la F1.

La promesse est ambitieuse et aussi complètement nouvelle. Le blog s’étoffera de sujet divers, de rubriques et pourquoi pas, dans le futur, de contributeur périodique (qui sait ?).

Epuré comme son grand frère, TomorrowNewsF1, le petit dernier met le bleu en avant. La nouveauté la plus importante du site est Médias Link, qui agrège des liens d’informations brutes sur l’économie de la F1 et de ce qui l’entoure. C’est une nouveauté importante car pour la première fois un site de Formule 1 vous donne des sources en langue d’origine (évitant toute critique de traduction).

TomorrowNewsf1 Broken Sponsors Tracker

27 janvier 2009 | 4 commentaires
Catégorie : Business News F1, Listes

2009 restera dans les mémoires comme l’année ou la Formule a atteint un point critique économiquement. Le monde des grand prix débute une ère sombre et incertaine. Le sponsoring chute ou quitte le navire de manière spectaculaire.

j’ai commencé le suivi de tous ses sponsors qui quittent la Formule 1 ci-dessous. Si vous prenez connaissance d’une entreprise qui décide de supprimer son partenariat avec une équipe de F1, s’il vous plait faite le partager dans les commentaires, et la liste sera mises à jour.

——————————————————-

Total Broken Sponsor Update 27/01 : 336.1 millions d’euros

  • Crédit Suisse (BMW) : 10 millions d’euros
  • Dell (BMW) : 7.5 millons d’euros
  • Schuco (McLaren) : 5 millons d’euros
  • Henkel (McLaren) : 8 millions d’euros
  • Sparco (McLaren) : 0.35 millions d’euros
  • Groupe Baugur (Williams) : 20 millions d’euros
  • RBS (Williams) : 15 millions d’euros
  • Petrobras (Williams) : 8 millions d’euros
  • Chronotech (Renault) : 2 millions d’euros
  • Human Service (Renault) : 0.5 millions d’euros
  • Sanho (Renault) 0.5 millions d’euros
  • Lancel (Renault)) : 0.25 millions d’euros
  • Ebbon-Dacs (Toyota) : 0.5 millions d’euros
  • Time (Toyota) : 1.5 millions d’euros
  • Martini ( Ferrari) : 5 millions d’euros
  • Malhe (Ferrari) : 2 millions d’euros
  • Honda ( Honda) : 250 millions d’euros

Les faillites vont se multiplier dans le secteur auto d’ici à 2013

27 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Les faillites vont se multiplier dans le secteur automobile au cours des cinq prochaines années, affirme une étude internationale publiée par le cabinet KPMG.

Plutôt optimistes l’an passé, les entreprises du secteur s’attendent désormais à “des chiffres d’affaires, des bénéfices en baisse, plus de faillites, et un long cycle de restructuration à venir”, explique Uwe Achterholt, responsable de l’automobile chez KPMG, cité dans l’étude.
“L’humeur a changé et le changement a été très rapide”, conclut le cabinet.
KPMG.

Ces derniers mois, la plupart des constructeurs automobiles ont d’ailleurs été contraints de renoncer à toute prévision pour les prochains mois, incapable d’anticiper l’évolution du marché qui a brutalement chuté ou nettement ralenti, y compris dans les économies émergentes.

Au total, 77% des dirigeants interrogés par le cabinet s’attendent à une hausse des faillites, quand ils anticipaient une baisse l’année précédente. Et 72% s’attendent à des fusions, des rachats ou des alliances entre constructeurs au cours des cinq prochaines années.

Seuls espoirs, estiment les dirigeants du secteur, la croissance des pays émergents, notamment en Europe de l’Est et en Amériques du Sud et centrale, et la commercialisation de nouveaux véhicules, moins polluants. 96% des personnes interrogées pensent que, d’ici 2013, le critère d’achat crucial d’une voiture sera son degré de consommation en carburant.

Résultat, les politiques de réduction des coûts, cruciales ces dernières années aux yeux des constructeurs automobiles, passent au second plan dans leur stratégie, remplacée par l’innovation. Et l’importance de sous-traiter dans les pays à bas coût de main d’oeuvre recule, selon KPMG.

Edito : BusinessNewsF1 entre en phase ultime de lancement

26 janvier 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Business News F1, View

Je vous avait laissé sans nouvelle de BusinessNewsF1 depuis quelques jours. C’est que complexité informatique oblige, nous avons dû retarder un petit peu la sortie annoncée initialement en ce début de semaine. Mais tout est désormais quasi rentré dans l’ordre, et nous faisons notre possible pour que BusinessNewsF1 voit le jour très vite.

J’ai décidé finalement d’éditer un nouveau blog. BusinessNewsF1 sera donc un blog à part entière, certes inspirés de TomorrowNewsF1 mais avec un design légèrement évolué.

Sauf mauvaise surprise, Mercredi 28 Janvier au matin, il suffira de taper www.businessnewsf1.com pour découvrir la nouvelle maquette et ces modules.

Ce sera pour moi une nouvelle tentative pour aller plus loin dans le modèle que j’ai crée en 2005.

La tempête financière de ses dernières semaines va me donner l’occasion de faire un point. Dès 13h30 aujourd’hui, TomorrowNewsF1 lancera donc Broken Sponsor Traker, qui listera les sponsors qui ont quittés la Formule 1 en 2009. Une liste mise à jour et qui sera disponible sur le nouveau site.

Williams a perdu 50 millons d’euros de sponsoring en 2009

26 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

Avec le départ des marques du groupe Baugur et de Lenovo, l’équipe Williams va subir une nouvelle perte sèche en matière de sponsoring avec le retrait de RBS (Royal Bank of Scotland). Le manque à gagner total pour l’équipe de Grove se chiffre donc à 50 millions d’euros en 2009.

La banque avait reçu une aide de l’Etat anglais, au point d’être nationalisée durant l’automne. Un porte parole de la banque a indiqué que « les activités de sponsoring de la banque seront restructurés », Williams perd donc un sponsoring de 15 millions d’euros. Une déception pour l’équipe qui avait pourtant renouvelé son accord avec la banque pour 2009 et 2010.

Toutefois, il semble que cette perte de sponsoring sera garantie par un geste de Bernie Ecclestone. L’équipe Williams étant, comme Ferrari, sous la coupe d’un accord signé en 2005 lui garantissant un budget important des droits FOM.

BMW rassure sur son sponsoring perdu

22 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

 » Je dois dire que nous sommes absolument sûr de notre budget pour cette année. » a indiqué sur ITV Mario Theissen. Rassurante communication, pour une équipe qui a perdue beaucoup de partenaires financiers et dont la coupe budgétaire en fait le team le moins riche du clan des constructeurs en 2009.

Pour justifier les départs, BMW indique que la fin des contrats, sur une base de trois années, ont été reconduit ou pas. Hors il s’avère que les plus gros n’ont pas été reconduit. « Nous sommes à la recherche de nouveaux sponsors, nous avons deux ou trois places disponibles ». précise Theissen.

Le capot moteur, l’aileron avant et le nez de la F1.09 sont à vendre. Mais plus au prix de 2006/2007. En effet, un capot moteur se négociait 20 millions d’euros environ, un aileron avant, 15 et un nez, 5 millions d’euros. De nos jours, ses espaces rapporteront beaucoup moins. Moitié moins même.

« Nous aurons peut être avant la saison, ou en cours de saison de nouveaux sponsors. Comme c’est souvent le cas dans le sponsoring. » Indique vaguement le patron de l’équipe BMW Sauber.

Bien mais qui ? On parle d’une boisson alcoolisée (Bière ?) et d’une boisson énergisante allemande (Rhino ?).

BusinessNewsF1.com #2 : les ingrédients

21 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Grande semaine pour BusinessNewsF1, le blog est en phase finale et la date de naissance du petit frère de TomorrowNewsF1 est quasiment arrêtée (la semaine prochaine).

La maquette quasi-achevée, on peut désormais vous livrer quelques détails complémentaires de forme et de fond. Outre le bleu qui habillera le logo en remplacement du bordeaux caractéristique de Tomorrow, BusinessNewsF1 présentera quelques nouveautés technologiques.

Dans la colonne de droite, la nouveauté résidera dans un petit widgets permettant de lire des articles de sites externes en langue originale. Une agrégation humaine qui représente la deuxième phase de Média Links, initié il y a quelques semaines sur le site Tomorrow.

Pourquoi vous proposer un tel système ? Simplement parce que vous devez être au courant des sources et des informations qui ne seront pas traité dans l’immédiat par le site. Cela représente un gain de temps avant le décryptage.

Concernant la ligne éditoriale du blog, beaucoup de chose aussi. En plus des billets sur le sport business F1, une rubrique Effet Papillon, par exemple, permettant de faire le tour des gros partenaires de la F1, coté business et donner leurs actualités, vous permettra de mieux comprendre la Formule 1.

Bernie Ecclestone et l’avenir

21 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Bernie Ecclestone se dévoile sur l’avenir de la Formule 1, du GP3 et GP1, en passant par son projet de licence, l’argentier annonce sont jeu.

L’année prochaine, en plus du GP2, verra l’introduction du GP3, pour un tarif de 500.000 $ annuel : « C’est bien parce que nous devons suivre et aider des pilotes tout le long de leur carrière », précise Ecclestone, qui est soucieux de maitrisé un maximum de paramètre. L’idée, un temps déclarée, qu’un retour des Junior Team F1 (souvenir de F3000 il y a 10 ans) serait une bonne chose et même souhaité pour rendre le GP2 et sa sœur GP3 viable sur le long terme.

Mais n’oublions pas que Bernie Ecclestone, via une société privée, a aussi acheté le nom GP1, peut être pour en faire une série rivale ? « Nous verrons » a répondu Ecclestone avec le sourire aux lèvres au journaliste anglais de Pitpass.com.

La Formule 1 doit aller plus loin que ses bases « Nous travaillons avec Universal actuellement » avouent l’argentier. L’idée et de rendre la Formule 1 attractive à tout les nivaux et surtout d’en faire une marque reste forte :  » si quelqu’un nous le demande, nous pouvons vendre une licence. «  explique Ecclestone, qui compare la discipline reine avec un film et ses produits dérivés.

Moins d’argent pour BMW F1 en 2009

20 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

La nouvelle BMW Sauber F1.09 a été présentée discrètement à Valancia en Espagne, et, passé la surprise visuelle de la nouvelle monoplace, la vision du blanc immaculé sur cette monoplace inquiète outre mesure. En effet, INTEL qui s’étalait largement depuis 2006 sur le capot moteur des monoplace de Hinwill, n’est plus disponible que sur les flancs de l’aileron arrière.

La nouvelle F1.09 est pauvre en sponsor, ils ne sont que trois à se partager la coque de la F1.09 : Petronas, Intel et T Systems. Inquiétant surtout que l’équipe a perdue le Crédit Suisse et ses 10 millions d’euros annuels. Inquiétant aussi de constaté que l’équipe est incapable de séduire des sponsors tiers.

Petronas, l’historique pétrolier malaisien de l’équipe Sauber, arrive en fin de contrat cette année et se pose des questions sur une prolongation. En effet, fort d’une enveloppe de 38 millions d’euros environ (15M€ sur l’aileron arrière, 20M€ sur les pontons et 3M€ pour Syntium) le pétrolier et le plus gros partenaire de l’équipe. Mais pour le deuxième sponsor de l’équipe, INTEL, la présence est moins forte.

Ayant signé un contrat de trois années sur une base de 16 millions de dollars par an et une présence sur le capot moteur, le géant de l’électronique a prolongé de deux années sont accords avec BMW, mais pour deux fois moins cher , car la crise touche aussi la Silicon Valley.

En faite, selon les estimations, entre 2008 et 2009 le manque à gagner en sponsoring pour l’équipe BMW est chiffré à 16 millions d’euros (moins value de INTEL et perte du Crédit Suisse). Coté budget du constructeur bavarois le chiffre de 150 millions d’euros est annoncé pour cette année 2009, voir moins, faisant de l’équipe allemande la moins bien lotie de 2009 en terme de budget constructeur.

Update 21/01 : Le fabricant de PC DELL a aussi quitté le navire bavarois avec son enveloppe de 7,5 millions d’euros annuelle.

Budget de Toyota en 2009 : 375M€

16 janvier 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Business News F1

En filigrane de la présentation de ses ambitions 2009, Toyota lance son budget de l’année : 375 millions d’euros. Pourtant, le constructeur se félicite de réduire ses coûts, mais le budget est toujours en hausse.

Lors de l’année 2008, j’avais estimé le budget de l’équipe Toyota à 390 millions d’euros. La baisse est donc relative (-15M€) d’une année sur l’autre. Mais lorsqu’un constructeur annonce une baisse de 30% de ses couts, il faut regarder dans le détail. En effet, Cologne indique que le board au Japon lui a accordé 161 millions d’euros pour al Formule 1 au lieu de 230 millions comme ces dernières années. La voici cette baisse de 30% annoncée.

Mais dans le même temps, et malgré la crise économique, le sponsoring augmente. Panasonic a prolongé son contrat jusqu’en 2012 (son contrat expirait initialement en 2009), donc une prolongation de trois années ferme pour une somme de 45 millions d’euros (32M€ lors du précédent accord entre les deux parties) plus une prime de 20 millions si l’équipe termine dans le top 5 tout les ans.


Page 30 sur 34« First...10202829303132...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu