Naviguer : Accueil > Archive by category 'View'

Edito F1 – De la dette pour combler la grille

15 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

dette - the debt starLa nomination (provisoire ?) d’USF1, Campos Meta 1 et Manor F1 Team sur la liste du championnat 2010 soulève une question. Comment économiquement ses équipes vont survivre en étant indépendante dans  le système actuel ? C’est pour anticiper cela que la FIA souhaite le budget plafond, mais avec un budget plafond de 100 millions de dollars, rien ne changera du fait des salaires des pilotes.

Le budget plafond ne comptabilise pas les salaires des pilotes. Une erreur ? Peut être car cela pourrait entrainer des dérives importantes à l’avenir. Même en réduisant les coûts les constructeurs seront plus riche que les indépendants, c’est pourquoi ces dernières utilisent des accords bancaires ou similaire pour survivre. Williams F1 est autorisé de passer dans le rouge à hauteur de 60 millions. En 1993, McLaren ne pouvait honorer le salaire d’Ayrton Senna (16M$) et Ron Dennis a été obligé de faire un prêt bancaire jusqu’en 1996, pour payer le salaire du pilote brésilien. Une dérive logique.

Récemment, le Real Madrid a réalisé des gros coups sur le marché des transferts. Le club madrilène a signé un accord avec la Banco de Santander, l’établissement bancaire qui a accepté de prêter une partie des 250 M€ pour le projet de Florentino Perez. Cet accord passé le 20 décembre 2008 prévoyait que, quel que soit le jour où aurait lieu le transfert de Christiano Ronaldo, le taux de change de l’opération serait fixé à 0,935 Livre sterling pour 1 Euro. Du coup, le Real se retrouve gagnant, car si on prend le taux actuel, 1 € ne vaut plus que 0,85 £, ce qui aurait obligé le Real à payer 94 M€ à Manchester.

Un prêt pour le marché des transferts. En faite les équipes de football payent les salaires avec leurs revenus de club et les transferts via les banques. En Formula 1, les salaires sont aussi gérés par les équipes et les primes par les sponsors, mais si ceux-ci sont limités du fait du budget plafond ? Comment une équipe comme USF1 va pouvoir prétendre avec 80 millions de dollars en 2010 se battre pour le milieu de la grille ? Certes Brawn le fait, mais ceci reste l’exception qui confirme la règle. Et quel salaire pour les pilotes Campos, Manor et USF1 ? Ce que l’on constate est que ces équipes auront recourt aux dettes pour pouvoir aller de l’avant afin de combler le manque d »investissement d’un constructeur. Il n’est d’ailleurs pas impossible que les futurs salaires des pilotes soient échelonnés sur plusieurs années si ils augmentent de trop et que seules les primes soient honorées par les équipes.

La dette pour redynamiser la Formule 1. Un drôle de concept finalement, qui fait surtout penser que ces mesures sont nées dans l’urgence.

Edito F1 – Budget plafond : le risque du double crack

8 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

 » La richesse n’est pas une question de savoir, mais d’argent « , pourrait dire un trader malheureux d’avoir perdu son travail après la faillite à l’automne dernier de la banque Lehmann Brother et du système économique spéculatif. Une donnée qui angoisse Bernie Ecclestone, car l’affaire du budget plafond va considérablement réduire la valeur de son entreprise, indirectement.

Le budget plafond agissant sur les revenus sponsorings, la valeur de ceux-ci dépend de la santé d’un sport. D’une bonne idée de départ, cette mesure pourrait être catastrophique à terme. Faussant la perception des sponsors potentiels sur le potentiel d’attractivité de la F1. Pour l’année 2009, le cumul des revenus sponsorings des 10 équipes est fixé à 760 millions d’euros (soit 1.054 milliards de dollars), un bon résultat du fait de la crise. Toutefois il faudrait relativiser ce chiffre. Le dernier exemple que nous connaissons a été 2002, (année post crise 2001) et le cumul des 11 équipes était de 1,155 milliards de dollars. Même avec les 31 millions de dollars de l’équipe ARROWS à soustraire, cela faisait plus. La F1 gagne moins qu’il y a 7 ans maintenant. Inquiétant. Prouvant aussi qu’une Formule 1 faite de constructeur n’attire pas plus les sponsors en temps de crise, qu’un Formule 1 encore géré par des garagistes.

Sauf que si le budget plafond s’impose, comme le souhaite la FIA, le cumul sera établit à 585 millions d’euros, soit 811 millions de dollars. Signifiant que la valeur de la Formule 1 baissera au lieu d’augmenter, ce qui va à l’ opposer de toute logique de croissance.

Le football travaille sur des « salary cap » pour réguler le flux de dépense des salaires des joueurs, mais ne touche pas au budget, idem pour les sports US, tout le monde sait que toucher au nerf de la guerre, l’argent et les sponsors, c’est tuer un sport de nos jours.

Edito – La F1 qui s’enrichit et celle qui se protége

1 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Un curieux paradoxe que le monde de la Formule 1. La saga de ses dernières semaines contre un budget plafond avec en point d’orgue la tragi comédie de Ferrari renforce ce paradoxe. Quelle solution pour la Formule 1 dans les faits. Cette discipline, lorsqu’elle était illimité dans ses budgets à perdues quelques équipes et maintenant qu’un plafond est proposé des équipes vont partir, ou menace de le faire !

Cette affaire démontre ces équipes riches qui veulent continuer à prospérer et les autres qui veulent juste se protéger. Williams, qui n’a pas le budget de Ferrari, a décidé de se protéger. Deux équipes dans une même discipline ayant deux intérêts différents dans le même sport. Ce qui est curieux de constaté c’est le reproche fait à l’équipe Williams par les membres de la FOTA. Mais le team de Grove a juste pratiqué la même politique que Ferrari en 2005 pour se protéger de l’avenir.

Dans les propositions de la FOTA, nulle place d’un budget limité, mais une nouvelle réduction (en substance car non écrite) d’une nouvelle baisse de 20% des investissements constructeurs. Démontrant aussi les différentes oppositions de style dans le groupement des constructeurs. Renault et BMW étant favorables à un budget plafonné, ce qui n’est pas le cas de Ferrari et de Toyota. Un  mur de Berlin se construit dans la FOTA avec un coté protégeant le monde libre et l’autre une idée de la société différente.

Et McLaren-Mercedes ? L’aigle à deux tête de la F1 reste floue, personne ne sait qui de McLaren ou de Mercedes influence le système de décision.

Donc le budget plafond, sorte de ISF pour team de Formule 1 va faire fuir ses dernières. Mais selon Max Mosley ce n’est pas si grave : pour remplacer Ferrari et consorts, les candidats ne manquent pas.

Edito F1 – FOTA : les cigales au pouvoir

25 mai 2009 | 2 commentaires
Catégorie : View

Va-t-on vers une F1 plus raisonnable ? Les patrons de la F1 qui gouvernent la destinée d’équipe savent que non. L’argent qui est arrivé dans les années 80 par camion ne repartira pas ailleurs, il restera en F1, pour toujours voir le plus longtemps possible. Le compromis annoncé par Max Mosley est une mascarade de mot et surtout de comptabilité. Finalement rien ne changera rassurez vous, les plus riche le resteront, et les pauvres resteront en fond de grille. L’arbre qui cache la forêt et l’opacité reprendra son chemin que ce début de siècle lui avait fait détourner sur l’autel de la transparence suite à des affaires malheureuses, (ENRON est la plus célèbre). Mais rien ne changera pour les budgets, les équipes auront toujours 250/300 millions à terme.

Certes, 100 millions d’euros en 2010 et 45 ou 50 millions en 2011 est une bonne chose, mais cela ne concerne que les revenus sponsorings. C’est-à-dire moins de 50% des revenus des équipes. C’est déjà ça mais cela ne servira à rien.

Car l’année prochaine les constructeurs vont dépenser environs 120/140 millions d’euros dans les moteurs, un budget qui comprendra l’investissement des pétroliers à hauteur de 30/40 millions environs, les partenariats techniques de plusieurs dizaines de millions d’euros et enfin un budget marketing astronomique, ont parle de près de 25 millions d’euros d’investissement !

Enfin les revenus FOA qui vont être divisés par deux, mais qui font quand même 45 millions de dollars pour le champion du monde et vous avez un très beau budget de….300/320 millions d’euros pour l’année 2010 et 250 millions en 2011 (comparez avec les budgets 2009 en cliquant ici) . Le cas est similaire pour les équipes indépendantes qui avec 45 millions d’euros de budget plafond vont cumuler 10 millions d’euros de revenus FOA et peut être 10 millions de revenus marketing. Donc un budget de 65 millions d’euros…bref la F1 à deux vitesse sera toujours présente, mais dans le budget et non dans le règlement. Pas tout à fait la Cigale et la Fourmis mais plus Bip Bip et le Coyote dans les faits. Loin du discours de la FIA non ?

Edito : Les raisons d’espérer

18 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

La rencontre entre la FOTA, la FIA et Bernie Ecclesonte vendredi dernier à Londres c’est transformée en guerre froide entre Ferrari et la FIA. Une injonction sera délibérée au tribunal de Paris demain. Son issue sera difficile pour la Scuderia Ferrari et la FIA.

La base de cette injonction provient des Accords Concordes, que l’équipe italienne a signé en 2005 et valable pour la période 2008-2012, un accord qui oblige Ferrari a participé à un championnat F1 dirigé par la FIA. Les détails de cet accord n’ont jamais été rendus publics, mais il semble qu’en plus d’un tarif préférentiel des droits FOA, Ferrari a aussi un droit de véto sur les règlements techniques à l’avenir. Une fuite habile dans la campagne de déstabilisation de la FOTA. Toutefois il semblerait que le document a besoin de unanimité des autres équipes pour être valider, ce qui n’est pas le cas car seul Ferrari l’a signée jusqu’à présent, c’est donc l’ancienne convention signé en 1998 qui prévaut.

Ce qui signifie que Max Mosley n’a pas le droit de faire des règlements de la F1 sans impliqué une commission. Hors cette organisme n’a pas été réunit depuis plusieurs années maintenant.

Edito F1 – Les rhumatismes du modèle F1

11 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Vingt huit ans, bientôt trente ans, c’est l’âge de la raison. C’est aussi l’âge de la consolidation des acquis crées après la guerre FIA vs FOCA de Balestre et Ecclestone au début des années 80. Un modèle unique au monde qui visait à répartir économiquement l’argent gagné par l’organisateur. A l’époque même le football ne le faisait pas encore. Un mélange subtil entre dirigisme et libéralisme, qui cherchait à concilier protection du patrimoine et initiative privée. Il a bien sur évolué, parfois éclaté sous l’effet de diverse pression. Mais il n’a pas fondamentalement changé depuis 28 ans. Les patrons de la F1 l’on tant aimé…

A la poubelle alors ? Pas assez performant alors on jette ce modèle au lieu de le faire évoluer ? Ecclestone l’utilise comme moyen de pression économique, Mosley comme un moyen politique, ce système est actuellement en panne d’inspiration.

En panne de croissance, affaiblie par le nombre d’équipe en place, déboussolé par le discrédit du publique, affolé par la délocalisation des constructeurs, écœuré par les performances de ses concurrents dans le sport, la F1 ressemble àun grand bazar. Pourtant pas sur que le modèle soit mort, même si certain espère le contraire. Il manque juste le courage de le réformer ce qui veut dire de renoncer à ses acquis injustifiable, mais pas forcément en inventer un de rechange ou de copier ceux des autres. Il est temps de changer d’air non ? Mosley a eu la tête de Ron Dennis qu’il jugeait comploteur, mais Bernie Ecclestone ? L’hôpital se moque t’il pas de la charité ? La politique ne fait pas tout, surtout dans le sport ou cela n’a jamais fait bon ménage. Mais si avec ses menaces de boycott du championnat 2010 la FOTA s’y met aussi…rien n’avancera alors que c’est le moment de le faire. Mais Ecclestone le souhaite t’il vraiment ?

Edito F1 – Le « modèle F1  » un disque rayé

4 mai 2009 | 5 commentaires
Catégorie : View

Comment convaincre les équipes que les seuls potions magiques connues pour sauver la Formule 1 ont un goût amer ? Que certains sport US, que Max Mosley regarde avec ironie, ont déjà pris le problème à bras le corps et se portent pas si mal ? Que le système réglementaire de la FIA est trop rigide pour s’adapter au show télévisuel que doit représenter le sport, qu’en protégeant à l’excès les manœuvres de dépassement par des règles ont fini par faire fuir le spectacle et définir des courses insipides ? Comment convaincre les constructeurs que les 3 nouveaux arrivant en 2010 ne vont pas leur piquer la place et que c’est un bien nécessaire pour la F1 d’avoir un plateau plein ?

Le modèle F1 est invendable en effet mais tout le monde s’en inspire. Samedi dernier, le Moto GP annonçait le remplacement de la catégorie 250 par une 600 cm3 de 150cv Honda, pour le moteur. La Moto GP à la mode GP2. La F1 est un modèle pour nombreux sports européens, mais un modèle qui se cherche encore. Non le modèle F1 n’est pas le meilleur du monde, ce n’est pas la faute de la méchante FOTA que rien ne va dans le bon sens, la menace de Ferrari de partir ne rajoutera qu’une couche aux discours, mais ne serait-t-il pas temps de changer de disque ?

Oui la F1 peut se passer de Ferrari, comme elle c’est passé de Lotus depuis 1995, qui était tout aussi importante dans l’histoire de la F1 de part ses innovations et sa présence depuis 1958. La F1 se passera aussi de Williams et de McLaren s’il le faut, c’est la vie. Renault a innové à la fin des années 70, partie au milieu des années 80 pour revenir ensuite, tout comme BMW. La F1 a besoin d’un autre modèle, technique, sportif et économique. La crise va encore durée jusqu’en 2012/2013 selon les analystes, largement le temps pour Mosley et Ecclestone de revoir leur copie. Les 15 ans de la disparition d’Ayrton Senna le 1er Mai, nous a fait visionner des images du triple champion brésilien avec son drapeau national tenu du bout des doigts dans sa monoplaces après une victoire. Une belle image et un acte qui a été interdit par Mosley car trop dangereux pour la prise d’air. Qui y croit vraiment à cet argument ?

Edito F1 – L’égoïsme, un valeur qui monte

27 avril 2009 | 1 commentaire
Catégorie : View

La solidarité a bon dos. La crise renforce les individualités. Brawn GP n’a pas vraiment d’argent hormis un chèque de Honda, mais on lui refuse les droits TV car les constructeurs veulent plus d’argent. Chacun prêche pour sa paroisse et l’égoïsme est une valeur qui monte.

Solidarité en F1 ? Bernie Ecclestone l’a avoué, les droits du plateau sur les circuits sont impossibles à casser. Pire il y a des clauses de sortie très couteuses. La crise a bon dos pour imposer des pratiques qui seront généralisés après. Ce qui signifie que si un circuit n’a plus les moyens de payer le plateau, son retrait au calendrier sera taxé plus cher que le plateau initial. Astucieux et liberticide aussi.

Alors que trois scénarios sur la crise se dessinent : les optimistes qui estiment que 2010 sera le retour de la croissance, les pragmatiques qui lorgnent sur 2012/2013 et les autres, qui annoncent le retour d’un monde meilleur pour 2015. En F1, le retour d’un monde meilleur est pour bientôt, pour certain.

Ecclestone en bon capitaliste profite de la situation pour verrouiller des cadenas qu’il n’aurait pu vérrouiler auparavant. Mais après ?

Après moi le déjuge pourrait t’on penser, car la F1 est un monde d’individualismes de groupe. Chacun de son coté et l’influence fera le reste. C’est toute la problématique de ce sport et surtout sa fragilité. Car l’ensemble est instable, le fond CVC Capital Partner résiste à plusieurs offres de rachat depuis 2 mois. Mais sont taux d’endettement est très élevé et frôle les 99%.

La moralité de l’histoire ? à vous de la faire.

Edito F1 – L’écologie de marché, oui ou non ?

20 avril 2009 | 5 commentaires
Catégorie : View

Soyez franc. Le KERS est t’il vraiment une bonne idée ? Dans le détail, ce n’est pas sûr. Comme vous, beaucoup d’observateurs ne retiendront que l’essentiel. Ils jugeront non pas pour ou contre les biens fait de ce système dans cette F1 que l’on tente de faire entrer dans le 21ème siècle à marche forcée.

Une F1 attachée à ses racines du moteur à explosion et qui fait du bruit chers à tous ses fans. Mais le vrai principe est de savoir la discipline reine pourra se séparer des pétroliers ou alors investir dans une technologie hybride ? Voilà ce qu’il s’agit en faite. Le débat serait plus clair si tous les acteurs de la F1 pouvaient exprimer leurs visions. Hors les pétroliers, nul de trace. Mais ceux qui s’emploient depuis des années à cultiver une haine de la F1 (sans jamais réussir à avoir de bons arguments autre que le bruit et la pollution) se contredisent en appelant à trouver un autre moyen de faire du sport mécanique. Sous le prétexte de l’écologie dont personne (et j’ai déjà participé à des conférences sur le sujet) n’est capable de définir une trace d’avenir. La doctrine écologique est simple : Et si le progrès était la capacité de vivre ensemble et d’organiser les ressources naturelles de son environnement ? Une doctrine qui oublie la tolérance, vertu de base de cette capacité de vivre ensemble, sèment la confusion, pour la plus grande joie des indécis d’ailleurs.

Il est exact que la F1 pollue, qu’elle est obligé à réformer son système et sa philosophie, mais ou son les idées ? Hormis interdire, diabolisé, quelles sont les solutions proposés ? Il n’y pas lieu de se glorifier du combat contre un GP de France en voie d’extinction, ni même d’organiser des comités de soutient alors une nos entreprises et nos PME sont en crise progressive. Le chômage partiel devenant une norme qui sera reconnu comme valeur travail, travailler moins pour couter moins. Mais il n’y a lieu non plus de dénigrer la Formule 1 et surtout pas les idées qui peuvent aller de l’avant. Mais dans ce sens, le KERS n’est pas une bonne idée, la Formule 1 à besoin d’une image forte en matière de marketing. Ce à quoi je pense qu’il est temps de passer au biocarburant dès 2010 ou 2011. Ce sera une valeur symbole, mais pour cela il faudra faire accepter l’idée de se séparer des pétroliers qui dépensent près de 500 millions de dollars par an dans la Formule 1. Mais essayons d’en tirer des leçons.

Edito F1 : Hamilton – Souvenir de Schumacher en 2006

6 avril 2009 | 6 commentaires
Catégorie : View

L’affaire Hamilton prend des propositions incroyables au point que la FIA étudie une sanction envers le champion du monde pour avoir menti. Ne va-t-on pas trop loin contre la chasse aux sorcières ?

Certes personnes n’est tout rose dans cette histoire, mais souvenez vous Michael Schumacher à Monaco 2006. Lui aussi avait menti devant les caméras du monde entiers, et même encore maintenant sa version ne changera pas. Alors que la radio avait été clair et le démenti profond. Le résultat ? Schumacher était parti loin sur la grille et a réalisé une course de toute beauté. Mais l’a ton pénalisé pour le mensonge ? Non, mais pour avoir volontairement provoqué un drapeau jaune et avoir influencé le résultat de la qualification. Mais le mensonge non.

Alors pourquoi pénalisé pour un mensonge ? Hamilton n’a rien fait de mal après tout. Il aurait du pilé derrière Trulli ? Donc provoqué un carambolage aussi grave…bref une modération des propos et des comportements est à sentir.

L’affaire est grave car elle met en péril l’équilibre d’un grand team (McLaren) et que, depuis l’affaire d’espionnage, l’impression d’un acharnement sur Woking commence à lasser à la longue.

F1 – Pourquoi de jeune pilote ? le cerveau à la réponse

31 mars 2009 | 1 commentaire
Catégorie : View

Une étude intéressante de l’université de Virginie (USA) démontre que dès 27 ans, le cerveau humain commence à ramollir.

Le rapport avec la F1 ? simple, car tout el monde se demande pourquoi les équipes font appel a de très jeune pilote, et la réponse est al suivante : Suivant cette étude menée sur 2000 patients en bonne santé de 18 à 60 ans, durant 7 ans, il en résulte que les capacités mentales de qualité et de rapidité de raisonnement, ou encore de visualisation spatiale, perdent de leur vigueur beaucoup plus tôt qu’on ne l’imaginait.

Le docteur Rebecca Wood a constaté qu’à 22 ans, l’homme est au top de sa forme intellectuelle, puis il stagne pendant 5 ans avant d’intellorabougrir. La mémoire tient bon jusqu’à 37 ans en moyenne, et tout ce qui relève du savoir accumulé résiste jusqu’à la soixantaine. Mais le déclin cognitif frappe tôt, très tôt.

Signification ? Les jeune pilote s’adapte plus vite à la F1 moderne lorsqu’ils ont moins de 22 ans, puis durant 5 ans leurs talent stagne et ensuite on appel cela l’expérience jusqu’à 37 ans, âge de la retraite pour les pilotes.

J’ai bon ?

Source : Neurobiology of Aging

Edito : Tounesol et les énnemis du progrès

30 mars 2009 | 1 commentaire
Catégorie : View

Souvenez-vous, le professeur Tournesol était sourd. Il n’entendait donc pas les appels à la prudence, de ceux qui exagèrent les règles du « principe de précaution ». Voilà pourquoi le savant à la barbichette était créatif. Pour le meilleur (la fusée qui emporta Tintin sur la Lune) et pour le pire (son arme de destruction massive convoitée par l’affreux colonel Sponz).

L’innovation présente toujours des risques, mais s’en passer est plus risqué encore. Elle seule fait désormais la différence, dans la compétition automobile entre des équipes riches à millions et ceux qui n’ont pour avantage que de complété le plateau. Hors avec le déplacement d’Adrian Newey de McLaren à Red Bull et de Ross Brawn de Ferrari à Honda (puis Brawn), la donne change, les cerveaux vont en fond de grille et tout est bouleversé.

Souvenez vous hier matin, Jenson Button dominait le Grand Prix et derrière lui ? Sébastian Vettel et sa RB5 dessinée par Adrian Newey.

Ces petites équipes investissent trois fois moins que les grosses, mais l’ingéniosité de ses mythes de l’ingénierie démontre que lors d’un changement de réglementation, ils restent les meilleurs. Déjà en 1998, McLaren avait profité du talent de Newey pour revenir sur le devant de la scène. Idem d’ailleurs pour Ferrari à la même époque.

Alors que la FIA fustige les budgets des constructeurs, que Max Mosley considère comme mal utilisés. Une équipe donne une leçon sur le terrain australien pourtant jardin de McLaren- Renault et Ferrari depuis presque dix ans.

Avoir de l’argent de signifie pas avoir du génie, mais juste avoir des ressources. Brawn va licencier 270 personnes, aspect cynique de l’économie de marché. Le sacrifice d’hommes et de femmes qui ont participés à cette victoire et qui seront remercier d’ici quelques semaines avec le sentiment du devoir accomplis. Une belle jambe en faite.

Toutefois, Ferrari et Renault proteste contre les diffuseurs magiques, alors que par le passé elles n’ont pas été rose de soupçons techniques. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond en F1. A moins que ce ne soit comme l’indique le Mirror aujourd’hui : un nouvel ordre mondial qui s’installe.

.

Edito : Prédictions de la Saison F1 2009

23 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

A la fin de la semaine le premier Grand Prix de la saison 2009 débutera. Entre prédiction de pronostique et inquiétudes prononcés je me lance. Seulement pour rire.

  • Melbourne, 29 Mars 2009 : pole, record du tour et victoire pour Fernando Alonso. Prudent, l’espagnol amorce des contacts avec Toro Rosso. Nelson Piquet Jr tape le mur au départ à cause d’un KERS fou.
  • Chez Brawn, Barrichello 16ème sur la grille est victime de la turista australienne et ne participe pas au GP.
  • En Malaisie, Raikkonen et Massa s’accroche au premier virage. « La voiture est nul et mon équipier est nul » déclare le brésilien 10 minutes plus tard. Barrichello en convalescence fanfaronne « Je compte courir en F1 encore 10 ans ! »
  • En Chine, Jenson Button signe la pole et son équipier Barrichello annonce sa retraite « trop de pression » dira t’il en regrettant le manque de performance de sa voiture. USGPE négocie avec KIA pour rebaptiser son moteur standard.
  • Devancé aux essais par son équipier Bourdais, Sébastien Buemi avoue « ce français est vraiment un chic type, le battre sera difficile »
  • A Bahreïn, Max Mosley annonce que le championnat du monde 2009 se jouera sur une course comme en Ski. Le circuit désigné sera SPA –Francorchamps le 30 Aout « c’est le moyen le plus équitable » raconte le président qui dévoile son intention de prolonger son mandat.
  • En Espagne, Hamilton l’emporte, Raikkonen en tête tout le long de la course explose son KERS à trois virages de l’arrivée.
  • Menace de la FOTA envers la FIA et Bernie Ecclestone sur les Accords Concordes de faire une courses parallèle à la Turquie.
  • Scandale des photos d’un magazine people français montre Raikkonen nue entrain de faire la fête avant Monaco. Ferrari lui lance un avertissement.
  • Suite aux grèves qui paralysent le pays, les équipes sont bloquées en France. Les GP de Turquie et Grande-Bretagne sont annulés.
  • Le GP de France se déroulera à ….Magny Cours pour des raisons de couts. Les autres projets ayant perdus leurs investissements du fait de la grève et de la crise que subit le pays.
  • Fernando Alonso confirme son engagement auprès de Williams F1 pour le reste de la saison en échange de Nico Rosberg qui lui-même a signé avec McLaren pour 2010. Romain Grosjean est déçu. Flavio Briatore se congratule d’avoir réduit les couts de son équipe et d’avoir trouvé un très bon pilote pour son équipe.
  • USPGE négocie avec FIAT via Chrysler un moteur Ferrari. Ecclestone dément.
  • Pour sa première course chez Renault, Nico Rosberg sort de la piste et tape le mur sur ordre de Pat Symonds.
  • Le GP d’Indianapolis, organisé par la FOTA, se déroule en parallèle au GP de Hongrie qui n’est composé que de pilote de GP2. Ecclestone demande sa démission à Max Mosley et négocie avec la FOTA en secret.
  • GP de Belgique : Dans des circonstances bizarres, Nico Rosberg est champion du monde après avoir remporter le Grand Prix, seul comptant selon le règlement au championnat. C’est la première victoire du pilote.
  • USGPE, Jordan GP, Pollock GP et Prodrive sont désignés comme nouvelle équipe de F1 par la FIA en 2010, la Fédération  pércise que le châssis unique sera la norme. Williams fournira les monoplaces.
  • Sébastien Loeb signe avec Renault pour 2010. Briatore déclare « c’est le meilleur pilote français du marché ». Ferrari réplique en embauchant Valentino Rossi à la place de Massa.
  • Brawn GP est vendu à KIA en location avec option d’achat.
  • Ferrari annonce Massa en partance, un secret de polichinelle. Massa annonce qu’il a un contrat en bêton avec Ferrari.

P our vous avoir traité cette information, TomorrowNewsF1 devient le premier site de F1 francophone devant F1-live. Va on peut toujours rêver. Bonne saison à tous.

-

Edito : Apple et F1 : Les défis des grandes marques après leur fondateur

16 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Dans la vie des affaires, comme dans la vie tout court, il faut savoir se remettre en question de temps en temps. C’est ce qu’ont fait les dirigeants d’Apple il y a un peu plus de 10 ans lorsque les gestionnaires ont rappelés Steve Jobs qu’ils avaient remerciés en 1985. La faillite menaçait et le boss a été rappelé aux manettes. Présentée comme une marque qui innovait, Apple c’était fait tout simplement rattraper et dépasser par le PC et Microsoft. Le magicien a donc remis en cause le système, innovant à tour de bras, exploitant de nouveaux horizons (iTune, iPod et iPhone sont des exemples de diversification de la marque). Résultat : un retour en fanfare à l’échelle planétaire. Mais un retour qui incarne un homme et son entreprise et donc sa marque.

Bernie Ecclestone devrait méditer ce cas d’école, lorsqu’il a avoué en fin de semaine dernière qu’il ne voulait pas démissionner du fait de son âge et encore moins a cause de son divorce prononcé. La Formule 1 ne vie que pour un homme qui la connait par cœur, mais qui n’innove plus depuis 10 ans. Le virage d’internet a été très mal négocié et si le site Formula1.com cumule 7.1 millions de visites en Février (pour 3,2 millions de visiteurs uniques), le site est classique et sans âme. Trouver les nouveaux déboucher comme Apple l’a fait serait salvateur, tant pour le chiffre d’affaire, que pour la valeur de l’entreprise (donc bon pour le CVC).

La création d’un réseau social sur le mode de Mypsace ou Facebook serait un succès, tout comme l’accélération des contenus téléphoniques 3G ou encore offrir aux webmasters du monde entier les outils pour créer des applications made in Formule 1 (jeux, etc…)

Ecclestone ne souhaite pas démissionné mais le souvenir, il y a 10 ans, de son intervention cardiaque avait mis la F1 dans un désarroi profond. Plusieurs semaines durant, aucun commandant à la barre de la société et un virage en bourse passablement manqué, faute d’intérimaire compétant voir de successeur.

Apple souffre actuellement de son créateur qui est malade. Au point de chercher une femme, asiatique et portée sur Internet pour lui succéder. Alors quoi pour l’après Bernie Ecclestone ? Un Américain(e), de 40/45 ans ayant une passion pour l’Internet et les médias ?

Edito : Nécrologie – Grand Prix de France (1906-2008)

9 mars 2009 | 2 commentaires
Catégorie : View

Le Grand Prix de France est mort des suites d’un accident politique cérébral. Course historique dans le sport automobile mondial, et de la Formule 1. Il avait 102 ans.

Il a succombé dès suites d’une longue maladie qui avait été détectée dix ans plus top. Le Grand Prix de France est né le 26 Juin 1906 aux Mans.
Officiellement appeler Grand Prix de ACF, pour Automobile Club de France, il figure au calendrier du championnat du monde de Formule 1 depuis 1950. A l’exception de 1955.

Ayant connu dans sa longue carrière les circuits du Mans, de Dieppe, Reims, Rouen, Charades, Pau, Paul Ricard, Dijon et Magny-Cours, il connaitra un grand succès dans les années 80-90 avec l’engouement du champion Alain Prost.

En 2004, à cause de la faillite de l’organisation en place, la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) reprendra sous perfusion le Grand Prix qui revendiquera un succès honorable mais les pertes s’accumulaient.
Depuis 2008, plusieurs personnalités du sport automobile français, dont Alain Prost, tentent en vain de convaincre les politiques, les riverains et Bernie Ecclestone qu’un retour est possible. Le quadruple champion du monde essayant encore, la semaine dernière, de convaincre le président Sarkozy qu’un GP de Formule 1 dans notre pays est indispensable économiquement.

Le dernier projet, les Yvelines, prévus pour 2011, bute encore une fois sur des détails politiques majeurs.

PS : C’est de l’humour bien entendu…mais je ne pense pas qu’un retour soit possible à l’avenir.

Edito : Les leçons de pragmatisme japonais

2 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Les semaines passant, le cas de Honda en devient plus qu’inquiétant : ridicule. Il semble bien que l’équipe ait été rachetée par…de l’argent Honda. Un feuilleton sans fin, le « plus belle la vie » de la F1 avec des rebondissements chaque jours. Mais comme « plus belle la vie » a un concurrent sur TF1 « Secondes chances », le cas de Kawazaki en Moto GP est équivalent.

Le constructeur japonais a annoncé son retrait en Moto GP, puis des solutions alternatives (plus ou moins tiré par les cheveux d’ailleurs) tout l’hiver et enfin un faux départ. Il apparait que la Dorna et Kawasaki ont trouvés un arrangement pour aligner une seule moto cette saison. Cette machine serait confiée à Marco Melandri. Et ce sera bien une Kawasaki ZX-RR 2009 qui sera alignée. Les sites spécialisés annoncent que le constructeur nippon est allé à reculons dans cette saison 2009, tout simplement pour éviter l’amende de 20 millions de livres pour rupture de contrat unilatéral. Le constructeur a fait le ménage dans sa direction sportive en passant.

Une belle leçon de pragmatisme nippon qui consiste donc à annoncer son retrait, puis revenir par la petite porte avec des excuses. Le cas de Honda est similaire, car l’équipe est inscrite au registre de la FIA, mais si elle n’est pas vendue ou liquidée (come Super Aguri l’année dernière), l’amende sera aussi salée que celle de Kawasaki en Moto GP (10 millions d’euros).

Cette révolution morale, qui s’est faite dans le drame de la crise économique, n’aurait pas été possible sans la bien veillance de la Dorna pour Kawasaki et de Bernie Ecclestone et la FIA pour Honda. Un Ecclestone pragmatique et pris à la gorge avec une équipe qui joue l’arlésienne médiatique. Un modèle économique en somme faire parler de soi afin d’attirer des sponsors peut être…

Reste une question : pourquoi les japonais prennent le risque de perdre la face avec ses faux départs dramatiques et après avoir dépensé des sommes folles depuis plusieurs années en pur perte ? Peut-être parce que la mauvaise gestion de l’argent consenti endort leur sentiment de culpabilité sportive.

Edito F1 – Le reveil douloureux des théories

23 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Douce Formule 1, que celle qui attirait les marques en ne faisant rien. C’était dans les années 80-90. Depuis, le krach économique a réveillé en sursaut le rentier de Bernie Ecclestone et la chute de Honda, mélangé avec les menaces d’autres constructeurs de quitter la discipline n’arrange pas les affaires. L’idée d’attirer les constructeurs était logique, des marques prestigieuses ne pouvaient donc que séduire des sponsors prestigieux. L’équation redoutable sur le papier, qui a fonctionné un temps avant de s’effondrer comme un château de carte. Honda est en difficulté et que la fermeture définitive de l’équipe est estimée à 65%.

Risqué ou pas, adapté ou non à l’environnement de la F1, cette décision sera largement analysée sur TomorrowNewsF1.com.

Les gains de ces pertes ? Vraisemblablement la possible arrivée d’une troisième voiture et surtout cette équipe USF1 à l’horizon 2010. L’optimisme règne, mais il faut se méfier. Le souvenir de Prodrive rend méfiant tout nouveau projet. Mais les gains reviendrons aux autres constructeurs, qui en plus de baisser leur coûts, gagneront plus d’argent à terme avec le chute de Honda. Une théorie redoutable.

Toutefois, l’affaire Honda relève que la Formule 1 est aussi un sport politique, avec de mystérieuse force occulte qui empêche Nick Fry d’avoir une vision franche de la situation qui l’entoure. L’illusion de croire pourvoir séduire des sponsors majeurs en ces temps de crise ne relève que de la communication de presse et de la promesse politique justement.

Bernie Ecclestone devra faire le deuil de son idée sur la Formule 1. C’est un échec majeur, toutefois il est à lui de ne plus faire de politique et du business et relancer son sport et enfin le faire passer au 21ème siècle. Il y a du pain sur la planche.

Edito – Décrypter n’est pas jouer

16 février 2009 | 5 commentaires
Catégorie : View

« Décrypter consiste à retrouver le texte original à partir d’un message chiffré (codé) sans posséder la clé de (dé)chiffrement ». Voici ce qu’indique Wikipedia pour le terme « Décrypter ». Cette nouvelle manière de faire de l’information reste mal comprise pour les fans de Formule 1, qui confondent rumeur et décryptage.

La frontière entre les deux est très difficile, mais tout débute surtout sur la mauvaise compréhension d’un décryptage qui cause une rumeur. Souvenir de Bourdais chez Penske par exemple, basé sur une réflexion et un décryptage et qui c’est propagé comme une rumeur en quelques heures. Un décryptage n’est pas une interprétation. Une rumeur si.

On considère comme sérieux des sites comme GrandPrix.com, qui ont fait du décryptage et de l’information un let motiv. Avec les mails que je reçois pour mon blog, depuis l’annonce de la version espagnole, je peux vous dire que TomorrowNewsF1.com est aussi considéré comme un site sérieux. Beaucoup me raconte leurs incompréhensions dans l’interprétation des remarques dans des forums avec des personnes cassantes, alors que le décryptage est souvent juste, mais qu’il est assimilé à une rumeur.

Exemple McDO et Renault à la place de ING. Le site GrandPrix.com en a fait une réflexion, j’en ai fait un décryptage. Et j’ai reçu beaucoup de message et lu aussi sur divers forum que c’était « bidon », que j’étais un « site de merde », que j’étais le spécialiste du genre etc…hors j’écris juste que c’est possible en donnant des chiffres de cette possibilité. Pas de rumeur, un décryptage de cette information.

Les internautes découvrent cette forme d’information et ne la comprennent pas. Lobotomisé peut être par ces machines à dépêches « très sérieuses », qui me considère d’ailleurs comme un concurrent sérieux, si je lis bien leurs forums. Le monde est fait de trois sortes d’informations qui se confondent : l’information brute, sans plus value, la rumeur basée sur un bruit, et une réflexion/décryptage/analyse. TomorrowNewsF1.com et FanaticF1.com, voir Grandprix.com sont de cette dernière catégorie.

Ultime remarque, le décryptage nécessite des arguments. Car juste écrire après avoir lu le billet dans un forum : « bidon » « site bidon » et autres arguments que mon cousin de 8 ans est capable de dire après n’avoir rien compris, est facile. La critique est facile après tout.

FOTA – le club des 10

11 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Plonger dans mes archives j’ai retrouvé une situation qui est similaire à celle que nous connaissons aujourd’hui. En 2003. Minardi, et Jordan avaient des problèmes financiers, et tout à été fait pour que ces deux teams survivent. Alors qu’il existait un plan B : 2 teams prêts à faire tourner 3 voitures pour garantir 20 voitures sur la grille.

A la grande époque des Accords Concordes, seul 10 équipes pouvaient prétendre obtenir les droits FOM. Hors depuis 2007, un mémorandum gère la F1, dans ce document il est inscrit que 12 équipes touchent les droit au lieu de 10. Hors a t’ont eu 12 équipes en Formule 1 depuis 2 ans ? Non.

Lorsque Super Aguri est née, les patrons de la F1 n’ont rien rajoutés, une 11ème équipe permettait de faire la concurrence à l’(ex)équipe Jordan, ce qui n’était pas plus mal après tout. Hors lorsque le projet Prodrive a été annoncée par la FIA pour 2008, les choses se sont gâtés. Après sa tournée d’été 2006, Prodrive trouve un accord avec McLaren Mercedes. Ron Dennis satisfait de pouvoir remplacer le projet Dirvix est ouvert à David Richards. Mais avec le temps, les garantis demandés par McLaren à Prodrive étaient intenables. Richards n’avait qu’un budget de 90 millions de dollars, alors que McLaren souhaitait 150. L’impasse qui provoquera l’annulation du programme Prodrive durant l’hiver 2007/2008.

Mais avec la chute de Honda début Décembre, les choses s’accélèrent. D’un coté Bernie Ecclestone acculé par ses contrats circuits a besoin d’avoir 20 voitures sur la piste, et de l’autre les constructeurs de la FOTA qui ne souhaite pas aidé l’ex équipe Honda (hormis Mercedes mais de manière fantôme pour le moment). Donc l’idée de la troisième voiture est relancée comme alternative, comme en 2003.

Enfin, le projet USF1 pourrait être favorisé par la FOTA qui préférera voir l’ex équipe Honda mourir. En effet, l’USF1 fabriquera ses monoplaces (prétendument) et sera équipé du moteur Cosworth standard, flattant la FIA au passage en vertu des accords de non agression sur ce sujet entre la FOTA et la FIA. Enfin, surtout, elle sera la 10ème équipe du plateau au détriment donc de Honda. Avec dans l’idée de ne répartir l’argent qu’à 10 et non 12, car à 12 cela signifie qu’il y aura moins d’argent dans les caisses. Une stratégie qui porte ses fruits.

Edito – La révolution internet prévue pour la F1

9 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

 » La Formule 1 devrait mieux exploiter la puissance de L’internet « , a exprimé Max Mosley aujourd’hui. Analyse judicieux, du président de la FIA et un état de fait, l’information circule dans le réseau de manière accentué depuis 4 ans environs.

Je m’en étais épanché sur le blog Presse Citron hier soir, indiquant à Eric Dupin que la F1, comme le monde du High Tech, était devenu une formidable niche à information. Tous les jours quelque chose se passe. De bon ou moins bon, mais la Formule 1 est devenue sur Internet un média à elle toute seule, avec des relais plus ou moins puissants. Sauf que l’idée d’internet n’est pas partagée par Bernie Ecclestone qui depuis le début des années 2000 a une défiance envers ce nouveau venu qui ne lui rapporte rien. « Bernie est sceptique sur l’internet, il n’y a pas de doute sur ce sujet. Mais son potentiel est énorme », indique un président Mosley soudain défenseur de l’internet.

Quoi faire sur Internet ? La F1 est en retard par rapport au Football anglais et même et surtout aux Sport US. Des accords avec Youtube ont été conclus pour diffuser des matches ou plutôt des résumés (valorisant) de matchs. La présence sur les réseaux virtuels est négligeable actuellement en F1. Bref il y a des niches.

Mais il est intéressant de constater que Max Mosley a fait le constat suivant :  » Sur Internet les journalistes ne font pas la loi, et il est souvent observer que le site officiel de la F1 ne fait pas la pluie et le beau temps sur Internet en matière d’information non plus. »

Une révolution Internet que souhaite prendre la F1 après avoir manqué le premier virage et même le deuxième.


Page 5 sur 6« First...23456


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu