Naviguer : Accueil > Archive by category 'View'

Edito : La devise d’Ecclestone – Kill to live

2 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

La situation de Honda rappelle celle de Prost GP il y a plusieurs années. Sa situation moteur, surtout avec Mercedes interroge. En effet, aucun accord n’a été signé et selon l’histoire rien ne se fera et voici une leçon qui nous le rappel:

Aout 1999, Alors en plein souci avec Peugeot, Alain Prost discute avec Ron Dennis afin d’obtenir un moteur V10 Mercedes pour 2001. L’idée est séduisante et fait son chemin, au point qu’un business plan sera déposé sur le bureau de Jürgen Hubbert (alors PDG du groupe Daimler), à Stuttgart. Mais avec le temps, la marque à l’étoile n’a pas donné suite à son intention. Deux niveau ont bloqué le constructeur allemand : tout d’abord sa participation au championnat CART et ensuite, une intervention de Bernie Ecclestone pour qui Prost GP compte fort peu.

Et c’est ce dernier cas qui est intéressant, car Ecclestone a avoué il y a quelques semaines au Financial Times que pour lui Ferrari, McLaren et Williams sont plus important pour la F1 que Honda. Un aveu lourd pour celui qui a été désigné comme médiateur par le constructeur japonais. Ferrari a déjà refusé la fourniture moteur à l’ex équipe de Brackley, et Mercedes discute, longuement pour donner l’espoir.

Le mot de la fin viendra d’Alain Prost qui a déclaré sur cette opération Mercedes ratée : « Je n’ai jamais senti un soutien quelconque de la part de Bernie Ecclestone. Il m’a toujours témoigné beaucoup d’affection. Rien de plus. Il n’a jamais esquissé un geste particulier vers moi. »

Signifiant que l’avenir de l’équipe Honda sera très sombre, sacrifier par l’influence de Bernie Ecclestone qui pourrait souffler son avis (largement consulté dans le milieu de la F1 par les présidents des directoires des constructeurs présent en F1) de ne pas aider une équipe sans avenir à terme.

Un constat amer, mais Ecclestone souhaite et aime montrer qu’il à la main sur son empire. La mort de Honda est l’exemple qu’il dirige les affaires et en sera un exemple. D’ailleurs samedi, l’argentier de la F1 a indiqué que « seul un avenir long terme en Formule 1 sera une garanti de réussite pour les constructeurs afin de prévenir le genre de chose que nous avons vu avec Honda « . Donc, si vous écoutez Ecclestone, en fin stratège, vous serez soutenu en cas de coup dur.

Citation de Prost tiré du livre Prost Grand Prix, vérités secrètes, de Renaud de Laborderie, édition Solar.

Edito : BusinessNewsF1 entre en phase ultime de lancement

26 janvier 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Business News F1, View

Je vous avait laissé sans nouvelle de BusinessNewsF1 depuis quelques jours. C’est que complexité informatique oblige, nous avons dû retarder un petit peu la sortie annoncée initialement en ce début de semaine. Mais tout est désormais quasi rentré dans l’ordre, et nous faisons notre possible pour que BusinessNewsF1 voit le jour très vite.

J’ai décidé finalement d’éditer un nouveau blog. BusinessNewsF1 sera donc un blog à part entière, certes inspirés de TomorrowNewsF1 mais avec un design légèrement évolué.

Sauf mauvaise surprise, Mercredi 28 Janvier au matin, il suffira de taper www.businessnewsf1.com pour découvrir la nouvelle maquette et ces modules.

Ce sera pour moi une nouvelle tentative pour aller plus loin dans le modèle que j’ai crée en 2005.

La tempête financière de ses dernières semaines va me donner l’occasion de faire un point. Dès 13h30 aujourd’hui, TomorrowNewsF1 lancera donc Broken Sponsor Traker, qui listera les sponsors qui ont quittés la Formule 1 en 2009. Une liste mise à jour et qui sera disponible sur le nouveau site.

Editos Hebdos : la fin de la Mafia F1 ?…pas vraiment

19 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

 » Je n’aime pas la démocratie, regarder ce que cela donne en Formule1, cela ne donne rien de bon  » une vielle boutade de Bernie Ecclestone datant de dix ans. Pourtant la dictature est terminée et bien terminée… pour revenir.

Une mafia, pouvait t’on lire il y a encore quelques mois, lorsqu’on parlait du duo Ecclestone et Mosley. Le duo gérait la Formule 1 suivant ses niveaux de compétences; à l’avocat, en qualité de président de la FIA, la gestion des règlements techniques, à l’homme à la chemise blanches la gestion des droits commerciaux. Un binôme parfait qui cultivait la discorde avec les patrons d’équipes.

En effet, durant des années, le duo a cultivé les égos des patrons. Montant les uns aux autres, usant de tout les moyens pour déstabiliser les semblants d’unités entre les patrons. Ecclestone avait tué le GPMA, en signant Ferrari, puis Williams. De victoire en victoire, le milliardaire était invincible.

Puis est survenue l’affaire d’espionnage, destiné à renforcer la loi de la FIA dans un paddock qui était libre de mouvement. Mais cette sombre affaire n’aura pas obtenue le même effet que souhaité. En effet, le fait de mettre McLaren sur le piquet du mauvais élève et glorifiant Ferrari (pas tout rose non plus) et Renault (maladroit), l’objectif était de détruire une unité de façade à l’avenir.

Hors non la FOTA a été crée et au lieu de s’unir sur des intérêts futile, et tirer chacun de son coté, le mouvement ressemble à un syndicat des constructeurs. Une nouveauté majeure qui perturbe l’unité du duo Ecclestone-Mosley. La FOTA est partout, négociant avec les droits de la F1, demandant des audits sur les sociétés commerciales, concluant des contres propositions envers la FIA sur la réduction des couts, montant au créneau médiatiquement. Un troisième pouvoir qui ne satisfait personne.

Alors tout les moyens sont bon : Ecclestone qui annonce que Ferrari touche plus que les autres, Mosley qui impose son moteur standard non expliqué, la FIA qui se mêle des droits sportif, sur un modèle imposé par Ecclestone, la mise en avant de BMW qui souhaite utilisé son KERS dès Melbourne, afin de démontrer et d’éclater le peu d’unité, et même le fait d’autoriser Renault à retoucher son moteur n’a pas ému plus que cela la FOTA.

Mais, qu’on se rassure, nous ne sommes qu’au début d’un mouvement de pression qui ira crescendo. La Formule 1 ne plus vivre sous le culte de la personne, Mosley quittera (peut être) la FIA en 2009, Ecclestone, lui est immortel, sans successeur. Mais avant de quitter la scène, une dernière bataille est en vue. Le premier jalon ? Les droits commerciaux.

En effet, est ce que la FOTA va accepter que Ferrari touche toujours un bonus alors que les autres toucherons la même somme ?

Edito Hebdo : l’an zéro pour la Formule 1

12 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Il y a une heure la Scuderia Ferrari a lanceé officiellement la saison 2009 en présentant sa nouvelle monoplace (F60). Première vision du design 2009 aussi, pis l’an zéro pour la Formule 1.

Une remise en question frontale du modèle économique de la Formule 1 mais aussi du sport business. Le football par exemple se remet en question comme l’a fait la Formule 1, autour d’un axe précis : les salaires et l’argent autour des joueurs. Le monde du ballon rond vivait aussi dans une bulle depuis plusieurs années. Le souvenir du transfert de Zinedine Zidane de la Juventus de Turrin au Real Madrid pour 75 millions d’euros avait marqué les esprits, mais depuis les cinq dernières années, les salaires ont explosés. La valeur transfert est redevenue normal, mais les joueurs demandent toujours plus. Un Carlos Teves, (Manchester United) gagne autant qu’un Zidane à l’époque et un Zlatan Ibrahimovich (Inter Milan) a été le premier joueur a cumulé 12 millions d’euros de salaire par an. Record absolu.

La Formule 1 aussi a eu cette dérive, d’un Schumacher à 30 millions de dollars (7 titres de champion) nous sommes passé en 2008 à un Raikkonen à 90 millions de dollars (1 titre). Des pilotes sont payés des fortunes sur la raison de diverses politiques de concurrence, mais le mal est fait et la crise provoque une crise de conscience.

Alors que faire, réduire la voilure ? Les salaires ? Un cap salarial. Je ne pense pas que le cap soit une bonne décision. Elle avait déjà été tentée au milieu des années 90 pour exploser par la suite et provoqué la dérive actuelle. Le souvenir d’un Ayrton Senna gagnant 16 millions de dollars avait irrité Bernie Ecclestone en 1993 et, bien aidé par Flavio Briatore craignant de voir son poulain Schumacher partir chez McLaren, avait imposé un accord moral de limitation de salaire à 6 millions de dollars. C’est-à-dire qu’un pilote était considéré comme bien payé à partir de cette base. Toutefois, cela a provoqué un Schumacher à 25 millions de dollars en 1996 et une explosion financière progressive.

L’an zéro aussi niveau budget des équipes, même si seulement, d’après la première étude réalisé par mes soins, 10% de réduction est à prévoir en 2009 par rapport au budget de 2008.

L’an zéro aussi pour la France qui devra tout reconstruire et ne plus avoir peur (ou honte) de la Formule 1.

Enfin l’an zéro pour l’espoir que la Formule 1 ne devienne plus un sport politique comme ses dernières années. Car certes évoluer dans le sport business n’a rien de choquant, mais tendre vers un sport politique devient lassant et dangereux à terme. Retourner au sport, fondamentaux intemporels de la course. Revenir aux bases de la Formule 1 tout en s’adaptant à son temps. Une bonne idée, mais évitons encor une fois la politique.

L’an zéro de l’espoir donc, après tout c’est encore la période des vœux.

Edito Hebdo : France et F1, une nostalgie sans avenir

5 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Ce 14 Février 1997 semble à des années lumières de nos mémoires. Ce jour béni pour nos couleurs : Alain Prost de mariait avec Peugeot pour lancer officiellement Prost GP. Il y a 10 ans, ou une équipe 100% française, deux moteurs tricolores, Olivier Panis et Jean Alesi représentaient nos couleurs et enfin un GP de France à Magny Cours à la pointe de la modernité sécuritaire. Qu’il est loin ce temps là.

5 Janvier 2009, une bombe H c’est abattue sur la Formule 1 française. Plus d’équipe sur le territoire, un pilote menacé après seulement une année d’activité, un Grand Prix oublié. Vite ouvrons les yeux, ce n’est qu’un mauvais rêve. Juste qu’un mauvais rêve. Et pourtant non.

Pas de nostalgie aucune, mais des regrets. Des injustices aussi. Trop de questions : Pourquoi avoir laissé mourir Prost GP en 2002 ? Pourquoi alors que Nelson Piquet Jr à droit à une deuxième chance, Bourdais sera renvoyé (peut être) ? Pourquoi n’est t’on pas capable d’organiser un GP de France sans que des centaines de riverains ne manifestent ? Pourquoi est ce juste ci dur la F1 en France ?

Parler avec n’importe qui, on vous dira que la F1 ne sert à rien, que cela pollue etc… Bel exemple de contre communication à la Française. Sauf qu’une équipe de F1 c’est 500 emplois direct de haut niveau, ça pollue pas plus que des stades de foot (si si je vous jure) et que c’est un sport, donc par définition un loisir qui ne sert à rien. Je passe ma colère pour rester objectif.

J’ai relu avec plaisir une interview de François Guiter, l’ex responsable marketing de ELF, dans les années 60-80. La nostalgie m’a guetté, savoir que c’est grâce à ELF que nous avons eu une bonne image de la F1 en France, capable d’influencer une équipe Anglaise afin d’imposer un pilote français. Que c’est Matra qui a investit au début de l’aventure, que Renault a révolutionné avec son V6 turbo, que Michelin a imposé des standards, que nos pilotes étaient les plus forts, que notre filière était la plus ingénieuse. Le génie français, mythique dans toute sa splendeur relaté sur 4 pages dans cet Auto Hebdo daté de 2007.

Que faire ? Rien, Bernie Ecclestone souhaite exporter la F1 pour des raisons de rentabilité financière. La F1 doit être exotique donc. La France provoquait trop l’argentier depuis 10 ans avec Magny-Cours et nous, nous n’avons pas eu droit à un sauvetage comme SPA Francorchamps. Juste des tribunes au Paul Ricard, comme pour provoquer.

Et puis la faute à qui ? La FFSSA ? Soyons franc, si elle n’avait pas repris le bébé, Sébastien Bourdais n’aurait même pas pu réaliser un Grand Prix de F1 en France. Hommage leur soit rendu.

L’avenir ? Fermons les yeux et rêvons. Un GP en France repris par Bernie Ecclestone sur le circuit du Paul Ricard, Un pilote français jeune avec de vraies chances d’inscrire son nom au palmarès. Une équipe de F1 sur notre sol, en se basant sur l’achat de monoplace cliente comme Force India (Le retour de Prost GP ou l’arrivée de ART GP), un autre sponsor que Total, sur le modèle de Red Bull

Le bleu France me manque.

Qui et comment soutenir Bourdais ?

21 novembre 2008 | 2 commentaires
Catégorie : Media, View

Il suffit d’un rien pour enclencher une dynamique. Y croire dans un premier temps et d’obtenir un soutient officiel d’une autre part. Ce type de soutient que doit disposer Sébastien Bourdais pour rester en Formule 1 en 2009.

Toro Rosso ne demande rien à Sato et Bourdais mais influence une tendance qui peut être traduite par : celui qui me fournira de l’argent pour avoir ce volant 2009, sera celui qui a le plus envie et dévoilera son état d’esprit envers l’équipe. Désolé pour les fans du pilote tricolore (dont je suis d’ailleurs), mais STR applique un vieux principe de management. Déloyale car ne récompensant pas le mérite et le talent, mais c’est leur choix.

Takuma Sato n’a pas tardé à réagir, pensant pouvoir trouver un sponsor s’il le faut. Alors que la Japon est entré en récession la semaine dernière, hormis une dédit de Honda (car Sato est toujours sous contrat Honda jusqu’en 2009), imaginé une entreprise nippone investir pour une année autour du nom Sato, malgré ce qu’il représente, est difficile.

Pour le Cas Bourdais, c’est pire. Lisant les déclarations de Nicolas Todt (qui doit gérer les plaintes d’un Massa encore sous le choque malgré ses dires), on ne sent pas l’envie. Juste une plainte. Cela sent donc le sapin, et mettra en doute les capacités d’agent du fils de Jean Todt à l’avenir.

Deux pistes de soutiens

Alors qui pour soutenir Bourdais ? Plusieurs pistes existent, comme je l’ai annoncé il suffit d’une dynamique, d’un déclic pour que tout s’enchaine.

Première piste, Le mécénat. Je ne fais pas d’appel aux dons auprès de chacun de vous, mais je pense plus à certains milliardaires de notre pays. Arnaud Lagardère d’une part, et surtout François Pinault, du groupe PPR, qui a versé 1 millions d’euros à Laure Manaudou, par pur mécénat durant deux ans. Cette même sommes permettrait de crée une dynamique auprès de sponsors jusque là frileux.

Deuxième piste, le sponsoring. Le classique, parmi les classiques, mais les temps changes. Les marques ne souhaitent plus associer leurs noms à un pilote uniquement sur un échange de sticker. Elle souhaite un investissement plus important au tour de valeur. Evian par exemple, qui a une image positive, sportive et élégante. Positif pour la marque car Bourdais est un pilote de F1, sportifs avec une bonne image. Pourquoi aussi pensé à Yves Saint Laurent ou Puma (propriété du groupe PPR), pour des costumes haut de gamme ou des chaussures de sports. Orange aussi qui s’offre à moindre coût la Formule 1, quelle lorgnera de toute manière pour ses mobiles TV. Parlons aussi de Red Bul France, qui pourrait soutenir le pilote, comme d’autre filiale ont soutenues Doornbos, Karthikeyan etc…

Bourdais a une image de bon père de famille, intelligent, honnête, avec des valeurs recherchées dans notre monde. Evoluant dans une discipline haut de gamme, à la pointe de la recherche et développement, incarnant une idée du risque, du glamour, du courage. Dans une machine propulsée par Ferrari, le symbole du luxe sportif automobile. Investir dans Sébastien Bourdais, c’est investir dans un sport qui change, et évolue dans le bon sens de l’effort écologique avec le programme KERS (récupération d’énergie).

Le sponsoring sur pilote permet de profité d’une audience éduquer, à même de doper une campagne de promotion classique, et ce pour un investissement raisonnable.


Page 6 sur 6« First...23456


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu