Naviguer : Accueil > Archive by category 'Exclusif'

Sortie du BUSINESS / book 2012

28 avril 2012 | 2 commentaires
Catégorie : Divers, Exclusif

Le Business / book GP entre dans sa troisième année de publication en 2012. D’un format Lettre Américaine d’environ 150 pages, l’ouvrage est destiné à devenir un choix de référence.

Remplie d’informations sur la Formule 1, le Business / book GP analyse la saison précédente en détail et affiche des données économiques de références et affiche des données et analyses importantes sur la saison à venir. Tous les chiffres et statistiques nécessaires pour comprendre les affaires sont inclues dans la publication citée par plusieurs médias dans le monde.

Sont également inclus dans le livre : Un répertoire complet de toutes les équipes, avec leurs évaluations financières, les salaires pilotes, les circuits, la télévision et sites Internet. Fournissant ainsi une base de données économique sans précédent pour la Formule 1.

En plus, dans l’édition 2012, trois prédictions économiques basé sur la théorie du cygne noir. L’an dernier la prédiction était une introduction en bourse de la Formule 1, elle se confirme en 2012 voir au plus tard en 2013.

C’est un livre extraordinaire mis en place par une équipe extraordinaire d’auteurs et de statisticiens. Simplement, il n’y a rien de semblable nulle part ailleurs en France, pour n’importe quel autre sport.

L’édition 2012 est en couleur et fixera son prix à 39.2 euros (HT), au lieu de 49 euros (HT), sur une période de 30 jours. La version PDF est disponible pour 20 euros. Je vous invite a découvrir la disponibilité de l’édition PDF en cliquant ici et la disponibilité de l’édition papier par ici

F1 – Desperate Lotus Group

12 avril 2012 | 8 commentaires
Catégorie : Exclusif, Management, Marketing, Media

Communiqué du désespoir. Hier, sur son blog officiel, le constructeur Lotus fait le point sur les rumeurs de cette semaine. Toutefois, c’est surtout la rumeur 4 qui est intéressante.

« Les droits d’images et de commercialisation et activité ultérieurs de Group Lotus ne sont pas affectées par le nouvel accord au moins jusqu’en 2017. Parallèlement à l’image de marque qui continue et le statut de partenaire titre, le Group Lotus est également titulaire principal et exclusif pour toutes les marchandises Lotus F1 Team. » Indique le communiqué.

Mais c’est surtout cette partie qui est intéressante : « Le nouvel accord a été conclu à la suite de la disposition d’un prêt de 30 millions de £, qui est remboursable dans les trois ans, que le propriétaire de Group Lotus, Proton a accordé au propriétaire de l’équipe, Genii Capital. Afin de garantir le prêt Genii a accordé 100% des actifs de l’équipe F1 en garantie, donc les installations, machines, voitures d’expositions, ordinateurs et le siège de l’équipe Lotus F1 Team. »

La réalité est différente selon nos informations. Le prêt indiqué n’est pas un prêt envers Genii Capital, mais envers l’équipe Lotus F1 Team (comme Tomorrownewsf1.com l’avait indiqué ici), de plus, le constructeur n’héritera que de l’usine et pas de l’équipe F1 (Droit FOM, propriété intellectuelle et même personnel de l’équipe). Donc en gros une coquille vide ayant juste la valeur de la pierre. En échange de ce transfert du prêt SNORAS à Proton, le constructeur acceptait que sa filiale Lotus n’obtienne plus l’option de 50% du capital du team d’Enstone.

Toutefois, un autre détail est important : « En outre Proton conserve les droits d’achat de 10% de l’équipe F1. Une autre option de 10% sera activé si l’équipe fait défaut dans son obligation de prêt envers Proton »

Contradiction donc, le prêt est bien envers l’équipe et non Genii Capital comme indiqué plus haut. D’après nos informations l’option de 10% n’est pas du ressort de Proton, mais de Lotus Group. Ce qui est une nuance importante dans la situation d’aujourd’hui. Avec la question : Alors pourquoi Lotus Group n’active pas l’option ? La réponse : manque d’argent…

F1 – Les dessous du prêt Proton envers Lotus F1 Team

10 avril 2012 | 10 commentaires
Catégorie : Business News F1, Exclusif

Après plusieurs semaines la solution a été trouvée. L’équipe Lotus utilisera le nom de Lotus pour son équipe jusq’en 2017, en échange du manquement financier. De plus, Lotus Group aura le droit d’utiliser l’image de l’équipe à des fins marketings. Chose qu’elle faisait déjà, au grand dam d’Enstone. Tous les projets Lotus Group dans le sport présentaient le code couleur du team F1.

Le 3 Février 2012, l’équipe a obtenu de Proton l’équivalent de 43 millions d’euros de prêt avec option sur hypothèque sur l’usine d’Enstone, selon la première lecture. Ce qui signifie que si Genii Capital devait manquer son remboursement, ce n’est pas 50% de l’équipe que Proton pouvait hériter, mais 100%. Cette somme, répartie en trois tranches a été le fruit d’un accord entre les deux parties. Mais, la réalité est bien différente.

Selon nos informations, cette somme n’est pas un prêt et il n’y a pas d’option directe de rachat.  Proton ne le souhaite pas. En réalité, le constructeur malaisien a repris le prêt d’AB SNORAS, l’établissement bancaire lituanien. Ce dernier, sous la coupe d’un démantèlement n’est plus une place financière sûre pour ce type d’accord. Pour rappel, le prêt s’établissait sur une base de 20,5 millions d’euros (a rembourser d’ici décembre 2011), plus une ligne de crédit de 20 millions d’euros environ.

L’an dernier, Lotus Group n’a pas honoré l’intégralité de son contrat. 17 millions d’euros, sur 30. Depuis ? Plus rien. Une situation instable entre Proton et Genii Capital. D’autant que la signature de contrat de sponsoring entre Lotus et le fond luxembourgeois, n’oblige pas la tutelle du constructeur national pour combler le manque financier.

C’est pourquoi, le constructeur malaisien a accepté de reprendre ce qu’AB SNORAS avait accordé durant l’été 2010. Perusahaan Otomobil Nasional Sdn Bhd autorise une ligne de crédit de 43 millions d’euros à l’équipe de Formule 1, jusqu’en 2017. Avec des facilités très légères et principalement au bénéfice du propriétaire du team d’Enstone. Selon nos sources, les possibilités de reprise en cas de défaut sont très faibles.

En effet, le nouveau propriétaire de Proton Holding, le conglomérat malaisien DRB-Hicom, ne souhaite pas hériter de l’équipe F1. Actionnaire à hauteur de 42.7% environ depuis Janvier, il a validé cette ligne de crédit assez rapidement. La stratégie actuelle est de limiter la dette du petit constructeur anglais. D’autant que selon plusieurs sources récentes, certaines banques prêteuses du projet de Dany Bahar, refusent de confirmer leurs engagements et considèrent le projet comme non viable. Une situation économique très instable qui nécessiterait une injection d’argent frais compris entre 150 et 300 millions d’euros environ.

F1 – Les plus gros flops de l’histoire de la Scuderia Ferrari

6 avril 2012 | 8 commentaires
Catégorie : Exclusif, Management

La F1 de Kimi Raikkonen à son epoque Ferrari

Depuis 1950, la Scuderia Ferrari est présente dans le championnat du monde de F1. Un total de 103 pilotes ont disposé d’un volant issu de l’usine de Maranello. Tous ces pilotes, durant l’histoire, n’ont pas, bien sûr, pas connu les même succès. Certaines constituent même des flops, parfois retentissants, surtout sur les 35 dernières années. En fonction de leurs salaires, du nombre de Grand Prix qu’ils ont réalisés pour l’équipe et du rendement de victoire sur la période, Sportune a réalisé un classement détonnant et inédit. Le calcul a été réalisé en dollars, en prenant compte de l’inflation par rapport à 2012.

Découvrir la suite de l’article de Sportune.fr en cliquant ici

Accord 2013 – Le projet d’un fond de 50M€ pour les petites équipes

2 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Exclusif, Management

Solidarité. Le mot va revenir à l’avenir en Formule 1 entre les grandes et les petites équipes. Alors que Bernie Ecclestone avait annoncé, il y a 15 jours, qu’il avait conclu avec Red Bull, Ferrari et McLaren, une entente autour des futurs Accords Concordes.  Il semblerait bien que, selon nos informations, l’objectif est d’éviter deux niveaux de compétitivité pour l’avenir.

Aujourd’hui, selon le BusinessBookGP 2012 (sortie le 25 Avril) seulement quatre équipes cumulent plus de 150 millions d’euros de budget annuels. Une situation qui interpelle le paddock, car beaucoup d’équipes ont des problèmes économiques pour l’avenir. Une mauvaise perspective pour une introduction en bourse d’ici 2014. C’est pourquoi, dans ses négociations, Ecclestone propose l’élaboration d’un fond de soutien pour les petites équipes indépendantes.

Jeudi, à Paris, une réunion du groupe de travail de contrôle des coûts, arbitrée par la FIA, a eu lieu et un chiffre a été annoncé : 50 millions d’euros, cumulé par l’établissement d’une sorte de taxe de 10% sur le sponsoring de ses quatre grosses équipes. Ces dernières ayant les plus gros partenaires. En compensation de cette solidarité, Ecclestone a accordé des primes et avantages.

Une solution qui n’est pas nouvelle. Souvenir, en 2003. Les équipes Jordan GP et Minardi avaient déjà disposées d’un fond de solidarité des équipes, sous l’impulsion du même Bernie Ecclestone. A l’époque, ne souhaitant pas perdre une nouvelle équipe, après Prost et Arrows, l’argentier de la Formule 1 avait mis en place un fond entre les équipes, au profit de l’équipe irlandaise et italienne. Chacune a obtenue l’équivalent de 4,5 millions d’euros. Cet argent était en fait, les droits TV de l’équipe Arrows pour 2003, qui devaient être réparti entre les 10 équipes à part égale. Ils ont été finalement rétrocédés aux deux petits poucets du paddock. Notons, qu’au départ, Ecclestone avait obtenu l’accord des grosses équipes (McLaren, Ferrari, BMW-Williams, Renault, Toyota, Jaguar et BAR-Honda) pour créer un fond. En vain à l’époque.

Pour 2013, les bénéficiaires de ce fond spécifique seront probablement l’équipe Sahara Force India, Sauber, Marussia et Hispania Racing Team. Voir Caterham. Soit environ 4 ou 5 équipes pour environ 10/12 millions chacune, par année durant la prochaine période des Accords Concordes qui expireront en 2020…

F1 – L’avenir de Michael Schumacher au-delà de 2012

27 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Exclusif, Transferts

Depuis que Mercedes -Benz a annoncé le 23 Décembre 2009, la situation stagne. Le plan triennal des deux parties et la clause 2012, allant dans le sens du constructeur allemand sont les seuls éléments d’évolution à revendiquer. Un retour avec beaucoup d’espoirs et largement critiqué (même encore aujourd’hui). Le conseil d’administration confortablement installé à Stuttgart, au siège du constructeur Daimler, regarde cette saison 2012 avec intérêt. Norbert Haug et Ross Brawn entame leurs troisièmes années, avec l’objectif de succès. Toutefois, c’est surtout le cas Michael Schumacher qui interroge les responsables de la marque allemande.

Sa bonne position en qualification lors du Grand Prix de Malaisie, prouve qu’avec une bonne voiture, il reste le champion légendaire qu’il a été. Au point qu’il existe un plan chez Daimler pour renouveler son contrat. Dès le début de la saison, le PDG du groupe allemand, Dieter Zetsche  avait laissé entendre une prolongation pour 2013 (du moins avec option pour 2014 possible) du contrat de Schumacher. Avec une évolution : à savoir un salaire fixe et une indexation sur le sponsoring de l’équipe. Soit un salaire cumulé de 15 millions d’euros environ selon les estimations. Sauf qu’en réalité c’est une autre affaire qui attend le constructeur allemand.

Ross Brawn a indiqué en marge du Grand Prix d’Australie 2012, que si Michael Schumacher prolongeait son contrat au-delà de l’année 2012, cela signifie que l’équipe a atteint ses objectifs. A savoir la 3ème place du championnat du monde et au moins une victoire, selon les échos du paddock. Les discussions entre les deux parties ont déjà débuté et s’annoncent longue et intense. Schumacher ne souhaite pas d’un rôle de pilote d’essais en 2013, en cas d’échec. Il souhaite continuer l’aventure, mais son salaire pourrait exploser finalement.

On parle d’un salaire compris entre 20 et 35 millions d’euros. En réalité, Mercedes-Benz subit sa propre fièvre. Convoitant Sébastian Vettel à l’horizon 2015, elle est prête à des sacrifices énormes, voir un salaire exorbitant pour le séduire. Prouvant ainsi sa capacité financière sans limite à ses pilotes. Nico Rosberg touchera l’an prochain un salaire de 11 millions d’euros. Michael Schumacher et son entourage estime que si la saison 2012 est bonne, un salaire digne de la légende est admissible.

Ce qui est loin de convenir au siège de Daimler à Stuttgart, qui pensait simplement renouveler le contrat sur les bases d’aujourd’hui. Un détail à observer d’ici le Grand Prix d’Allemagne 2012…

Espionnage : Marussia et Force India contre Caterham

25 mars 2012 | 2 commentaires
Catégorie : Exclusif

Petit coup de théâtre dans le paddock de Sepang. L’équipe Marussia a demandé à la FIA de déterminer si oui ou non l’équipe Caterham (anciennement Team Lotus, anciennement Lotus Racing) a violé les Accords Concordes en utilisant des pièces ayant été développés pour le compte initial de Force India.

En marge de la décision de la Haute Cours de Londres, Marussia a notifié à la FIA qu’elle aimerait une clarification. Cette annonce intervient alors que Force India annonce aussi vouloir faire appel au tribunal (civil) de la décision de cette semaine, ainsi qu’auprès de la Fédération International.

Même si Force India doit payer 850.000 euros de facture non payé depuis 2009 à la société Aerolab, il a été révélé que l’entreprise italienne a bien utilisé des documents CAO au profit de l’équipe de Tony Fernandes. Force India, indique comme argument l’affaire d’espionnage entre McLaren et Ferrari en 2007. Estimant que si la FIA ne fait rien, cela signifiera que tout le monde pourra procéder de la même manière à l’avenir. Estimant que la sanction pour Caterham pourrait être de 10 ou 20 millions de dollars.

La FIA n’a pas souhaité répondre à cette situation qui commence à devenir importante. Marussia estime qu’il y a un coup à jouer. En effet, une disqualification de l’équipe de Tony Fernandes, lui permettrait d’obtenir les droits FOM de la 10ème place pour 2013. Soit 20 ou 30 millions d’euros. Bénéfique pour son budget.

F1 – Le groupe VW entre Audi et Porsche pour 2018

21 mars 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Exclusif

Lorsque le 29 Juin 2011, la Fédération Internationale de l’Automobile a officialisé l’introduction pour 2014 d’un moteur V6 1600cm3 bi-turbo, dans les coulisses, certains patrons d’équipes avaient les yeux tournés à Ingolstadt en Allemagne, vers la marque Audi. En vain aujourd’hui, tant le constructeur semble se détourner de la F1, après avoir contribué à l’introduction de ce moteur depuis 2010 en réalisant une campagne de lobbying sans précédent.

Découvrir la suite de l’article de Sportune.fr en cliquant ici

Accord 2013 – Red Bull et Ferrari, grands gagnants

20 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Exclusif

En fonction du document diffusé par le CVC Capital plusieurs primes ont été proposées aux équipes. (voir ici pour en savoir plus). Voici, selon nos calculs ce que pourrait toucher les équipes de Formule 1 en cas de signature de ce document 2013 – 2020.

Sur la base du document, en l’appliquant à la saison 2011, l’équipe Red Bull Racing toucherait l’équivalent de 121,5 millions d’euros de primes plus droit TV. Un record total. De son côté la Scuderia Ferrari toucherait un total de 110 millions d’euros sur le même principe.

L’équipe McLaren n’est pas si mal loti que cela, car elle touchera, sur la même base de calcul un total de 85.75 millions d’euros. Williams F1 touchera une modeste prime de 11,75 millions d’euros, plus les droits TV. Ensuite ? Plus rien.

En effet, le principe des primes favorisent surtout Red Bull et Ferrari, voir McLaren et Williams sur la durée. Mais, avec les changements de noms des équipes (et de propriétaire), les primes sont perdus. Ces équipes devant se contenter des droits TV qui sont importantes pour l’occasion.

En effet, le nouvel accord prévoit que les 12 équipes touchent les droits TV. Ce qui signifie qu’une équipe comme Marussia ou Hispania Racing Team, qui actuellement touche modestement une prime de 10 millions d’euros annuel, toucheront environ entre 20 et 30 millions d’euros chaque année !

Accord 2013 – Les propositions financières

20 mars 2012 | 5 commentaires
Catégorie : Business News F1, Exclusif

Dimanche la bombe a explosé dans le paddock de Melbourne, provoquant une réunion de l’intégralité des équipes de Formule 1. L’objet est ce fameux « Accord 2013 » qu’aurait signé Ferrari et Red Bull, en échange d’une part dans la holding de tête de la Formule 1, Delta Topco selon toute vraisemblance, en vue d’une introduction en bourse à l’horizon 2014.

Le document envoyé par CVC Capital, la semaine dernière à chacune des équipes présente en 2012 propose une partie essentiel et à la base des négociations des futurs Accords Concordes : L’argent.

Selon les nouvelles propositions financières, chaque équipe ayant remporté un titre de champion du monde des constructeurs et qui n’a pas changé de nom de châssis aura une prime de 7.5 millions d’euros (10 millions de dollars). En outre, chaque équipe ayant remporté le championnat des constructeurs depuis 2000 gagnera un supplément de 3.75 millions d’euros (5 millions de dollars) par titre et chaque équipe qui a participé à chaque année depuis 2000 sans changer son nom gagnera également  3.75 millions d’euros (5 millions de dollars).

Un paiement annuel spécial pour l’obtention d’un double titre (constructeur et pilote) de  26.5 millions d’euros (35 millions de dollars) est annoncé, sur la même base de ne pas avoir changé de nom depuis 2008. Ferrari touche une prime de 1 millions d’euros environ supplémentaire, pour chaque titre remporté depuis 2000.

Enfin, les 12 équipes (et non plus 10 comme aujourd’hui) toucheront une part de 47,5 % des bénéfices avant intérêts et impôts entre 2013 et 2020 de la Formule 1 (environ 600 millions d’euros). Le chiffre d’affaire de la F1 en 2011 est fixé à 1,17 milliards d’euros environ.

Le retour politique du GP d’Argentine

15 mars 2012 | 8 commentaires
Catégorie : Exclusif, Grand Prix, Politique

L’annonce fait le tour du web. La présidente de l’Argentine, Christina Kirchner a annoncé qu’elle a conclu un accord avec Bernie Ecclestone de trois années (2013,2014 et 2015) et que la course sera située à Mar del Plata. Toutefois, le circuit n’existe pas et l’annonce cache une volonté politique.

« Pour nous cela est très important, parce que, après le football, la Formule 1 est le deuxième sport préféré des Argentins. La Formule 1 fait partie de l’histoire de l’Argentine, c’est quelque chose que nous gagnons si nous avons une course. » lance la présidente en chute dans les sondages depuis une année et relançant un vieux modèle qui a fait son succès. En Août 2009, l’Etat, sous sa direction, avait acheté les droits du football argentin pour 110 millions d’euros environ pendant 5 ans, afin d’assurer la gratuité des retransmissions.

Ceci est l’arbre qui cache la pampa argentine. Car la situation cache un volet politico-économique de première ampleur. Il existe toujours une crise au Malouine (Falkan). Depuis 30 ans, l’Angleterre et l’Argentine cumule les tensions. La principale raison est le Pétrole devenu enjeux prioritaire du pays. Les sous-sols marins de l’Ile et sa région dispose d’une réserve de 6 à 60 milliards de barils (ou 13 milliards selon d’autres sources), ce qui permettrait à l’Argentine d’avoir une réserve pour 20 ans. L’or noir arrive à un tel niveau que le pétrolier Repsol YPF est en conflit dans la province de Chubut, car le gouvernement force la société ibérique a abandonné quatre de ses concessions. Une action en justice a débuté hier mercredi.

La situation économique en Argentine se dégrade selon plusieurs médias, les impôts augmentent à tous les niveaux, l’agriculture n’est plus le principal levier, les gisements de gaz (abondant en Patagonie) ne sont pas exploités, faute d’investissement. L’opposition appelle à la une libération plus importante de l’économie du pays. L’Union Européenne exige le respect des accords commerciaux. Car des produits anglais sont boycottés. Cette sortie de Kirchner sur le Grand Prix de Formule 1, propriété des anglais sonne comme un symbole de bonne volonté. Mais l’accord de trois années semble un peu court pour être réaliste, alors que Bernie Ecclestone vise des accords de 7 à 10 ans pour l’organisation des courses de Formule 1.

F1 2012 – Inside monoplace

26 février 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Exclusif

Red Bull RB8 :  Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

McLaren MP4-27 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Ferrari F2012 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Mercedes W03 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Lotus E20 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Force India VJM05 : Analyse techniqueDéclarationWallpapers - Vidéos

Sauber C31 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Toro Rosso STR07 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Williams FW34 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

Caterham CT01 : Analyse techniqueDéclarationWallpapersVidéos

HRT F112 : Analyse technique – Déclaration – Wallpapers – Vidéos

Marussia M03 : Analyse technique – Déclaration – Wallpapers – Vidéos

Ses mystérieux établissements MIG et Falcon Bank

13 février 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Exclusif

Le secteur bancaire est devenu un objectif important pour les équipes marketings des teams F1 depuis bientôt 10 ans. A la fois comme sponsor ou comme actionnaire partenaire. Toutefois depuis quelques temps, un nouveau type de banque s’installe dans le paysage de la Formule 1. Voir MIG Bank et Falcon Bank.

La première, connue depuis 2009 comme sponsor de l’équipe Brawn GP, a prolongé son partenariat de deux ans (2012 et 2013) avec l’équipe Mercedes AMG F1, pour environ 1,5 millions d’euros par an. Cet établissement de 130 personnes environ qui transfèrera son siège social au printemps 2012 de Neuchâtel à Lausanne, est devenu la plus grande banque suisse spécialisée dans le trading de Forex en ligne.  Née en 2003, elle a obtenu sa licence bancaire en 2009.

De son côté la banque Falcon a été acquise fin 2008 par Aabar Investments d’Abu Dhabi. Cette dernière est pourtant l’objet de difficulté. Elle est l’une des 4 banques visées par l’enquête du régulateur financier suisse FINMA, au sujet de leur conduite à l’écart des actifs des dictateurs, mais aussi du fond Madoff.  La banque a démenti en fin d’année dernière ses allégations de la presse suisse. En 5 ans, les actifs de cet établissement zurichois a presque doublé, passant de 13,5 milliards de dollars à 25 milliards de dollars, dont 1 milliard provenant des pays du Golfe. Ses deux dernières années la banque a été recapitalisée à hauteur de 200 millions de dollars, pour alimenter la croissance de la banque. Mais, la banque n’a pas encore obtenu sa licence d’Abu Dhabi et les ennuies s’accumulent.

En Décembre 2011, Le cabinet du syndic de liquidation de Bernard Madoff via la personne de Irving Picard a déposé deux poursuites aux Etats-Unis auprès du tribunal des faillites de Manhattan pour un retour des fonds qui ont été transférés aux deux banques suisses par des investisseurs de Fairfield Sentry, un fond de Madoff basé dans les Iles Vierges. La banque Julius Baer et Falcon Bank. Cette dernière doit rendre 39 millions de dollars. Encore une fois la banque n’a pas été informée de la situation.

Falcon Bank est sponsor de l’équipe Toro Rosso en 2012 à hauteur de 5 millions d’euros d’après nos estimations. Mais, aussi actionnaire minoritaire du team italien en échange de cette participation qui serait d’une durée de trois ans.

Le contrat PDVSA – Williams

13 février 2012 | 5 commentaires
Catégorie : Exclusif, Marketing

Sous la pression du parlementaire Vénézuélien Carlos Ramos, le contrat entre le pétrolier national PDVSA et l’équipe Williams F1 a été divulgué et diffusé sur Internet.

Le contrat décrit que Maldonado a un contrat sur les performances dans la Williams et qu’il doit promouvoir et optimiser l’image du pétrolier PDVSA. Mais, il n’y a aucune donnée sur une possible résiliation de contrat !

En effet, si un pilote a été nommé, PDVSA n’a aucun pouvoir sur une éventuelle résiliation de contrat. Dans le contrat, est aussi mentionné que le pétrolier a un accord de 5 ans et qu’il pouvait choisir sur la durée totale du contrat ses emplacements pour un prix allant de 25 millions d’euros à plus de 40 millions d’euros en 2015. Les paiements ont lieu le 31 octobre de chaque année. Le pétrolier a fait le choix de la 3ème option, débutant à 32 millions d’euros et se terminant à 40 millions d’euros, sans clause de résultat pour l’équipe anglaise.
Voir le document ci dessous en espagnol :
Pastor Maldonado PDVSA 2010

Schumacher: Son nouveau contrat Mercedes en détails…

10 février 2012 | 10 commentaires
Catégorie : Exclusif, Transferts

Le contrat de Michael Schumacher arrive à expiration le 31 décembre 2012 avec l’écurie de F1 Mercedes AMG. Et il semblerait que le conseil d’administration du groupe allemand Daimler soit d’accord pour renouveler le septuple champion du monde. « Il est toujours l’icône du sport automobile », indique simplement le PDG de Daimler, Dieter Zetsche à l’agence de presse DPA. Un renouvellement de Michael Schumacher serait « une opportunité intéressante » pour le constructeur Mercedes-Benz et l’équipe Mercedes AMG. Toutefois, une évolution de ce contrat est à prévoir.

Lorsque Schumacher a signé son contrat en décembre 2009, le projet était séduisant sur le papier. Le pilote allemand touchait 8 millions d’euros de salaire fixe et 70.000 euros par point inscrit, ce qui cumulé en 2010 représente un salaire de 13 millions d’euros. En 2011, ce cumul s’établira également à 13,2 millions d’euros. Une bonne affaire pour Mercedes-Benz, mais pour 2012, le constructeur a mis en place une option à la baisse pour le salaire de Schumacher. En effet, l’accord entre les deux parties permet à Mercedes-Benz, lors de la troisième année contractuelle, de faire le choix du mode de rémunération du pilote allemand. C’est ainsi qu’une évolution intéressante est à signaler.

Pour 2012, Michael Schumacher devrait toucher un salaire équivalent, c’est-à-dire 8 millions d’euros, mais, ne touchera plus de primes aux points inscrits. Une En revanche, ce nouvel accord permettra de toucher 10% environ selon nos estimations des contrats de l’équipe. Sachant que le team touche en 2012 environ 60 millions d’euros de revenus sponsoring, cela permettra au pilote allemande de toucher une prime de 6 millions d’euros. Ce qui permettra à Michael Schumacher de toucher 14 millions d’euros en 2012 de salaire.

Pour 2013, il n’est pas impossible que le salaire reste à  8 millions d’euros et que la prime ne soit que de 5 millions d’euros sur les sponsors. Soit un total de 13 millions d’euros. Plus que ce que touchera son équipier Nico Rosberg…

Source Sportune.fr

F1 – La vérité derrière les droits TV en Espagne

7 février 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Exclusif, Media

Depuis la résiliation de la chaine espagnole Sexta sur la rediffusion de la Formule 1 en Espagne en fin d’année 2011, Bernie Ecclestone tente de trouver une solution. Antena 3 et Telecinco ont été sollicités, mais pas à n’importe qu’elle prix et surtout pas pour 20 millions d’euros par année. Ce que l’on croyait réellement.

Cet après-midi la chaine Antena 3 a annoncé quelle diffusera la Formule 1 en Espagne en 2012 et 2013. Mais, dans les faits, elle reprend les droits de la Sexta car les deux médias discutent depuis plus de 6 mois pour une fusion qui a été annoncée en Décembre 2011. Mais l’affaire est plus complexe qu’il n’y parait.

En effet, la chaine Sexta n’est pas le propriétaire des droits TV de la Formule 1 en Espagne. Il est un sous-traitant. C’est Mediapro, société qui acquière des droits sportifs du Real Madrid, FC Barcelone et actionnaire de la Sexta,  qui en est la propriétaire. Auparavant, de 2003 à 2008, c’est une société de Flavio Briatore, Statcourt, avait ses mêmes droits avant de les vendre à Mediapro (voir ici pour en savoir plus). Mais, a été forcé de vendre ses droits, sous la pression de Bernie Ecclestone, pour cause de conflit d’intérêt flagrant.

Mediapro est actionnaire à hauteur de 7% du nouveau groupe Antena 3- Sexta, avec la possibilité de montrer jusqu’à 14% à l’horizon 2016. Ce qui explique pourquoi c’est désormais Antena 3 qui diffusera les deux dernières années contractuelles de la Sexta. Au même prix qu’auparavant. A savoir 20 millions d’euros par année.

Cette rupture ne concerne donc pas directement la FOM de Bernie Ecclestone. L’opérateur de diffusion change, mais le détenteur des droits reste le même. A savoir Mediapro…

Télévision : le modèle TV de Bernie Ecclestone s’effondre en Europe

2 février 2012 | 2 commentaires
Catégorie : Exclusif, Media

Après l’accord entre la BBC et BskyB pour la diffusion des Grand Prix à partir de 2012 sur le modèle du Freemium. Les rumeurs autour de TF1 pour l’après 2012, c’est au tour de la chaine privée Sexta de résilier son accord avec Bernie Ecclestone, pour la diffusion de la Formule 1.

Signé en 2009 pour une durée de 5 ans en échange d’un total contractuelle de 100 millions d’euros, la chaine espagnole Sexta arrête finalement les frais, après une année 2011 catastrophique en terme d’audience (environ 2 millions de téléspectateurs l’an dernier de moyenne par GP, alors qu’ils étaient 3 à 3,5 millions en 2010), et en résultats publicitaires. Les dirigeants de la 6 ème chaine ibérique estiment que les résultats d’audiences sont très dépendants de l’influence des résultats de Fernando Alonso sur la piste. Un signe que le marché n’est pas encore mature.

La situation est telle que Bernie Ecclestone tente de trouver une solution pour 2012. Pour le moment, aucun diffuseur en Espagne n’a été trouvé pour retransmettre le GP d’Australie le 18 mars prochain. Antena 3 et Telecinco sont sollicités, mais pas à n’importe qu’elle prix et surtout pas au tarif d’avant. Ce qui signifie une réduction importante des revenus TV. Une tendance qui s’annonce donc.

En France, TF1 doute sérieusement pour prolonger l’aventure. Refusant de débourser 40 millions d’euros pour cela. La rumeur Al Jazera ne serait qu’une manière d’affoler la situation dans l’environnement audiovisuelle français. Canal + hésite, M6 refuse, il reste finalement une seule alternative qui se dessine : France Télévision.

Après avoir refusé en bloc toute idée de diffusion de la Formule 1, Daniel Bilalian, directeur des programmes sportifs du groupe audiovisuel public français, estime désormais que l’idée parait séduisante. « Pourquoi pas, tout peut nous intéresser. Il faut regarde, il faut que je rencontre le vendeur (Bernie Ecclestone) et que je discute avec lui. » lance Bilalian sur Europe 1.

Un des soucis reste les horaires. En effet, plusieurs Grand Prix se déroulent sur la zone Asie du globe, ce qui signifie des courses le matin : « Sur 21 GP, 9 ont lieu dans le sud-est asiatique ou en Extrême-Orient, c’est-à-dire des horaires qui, commercialement ne sont pas intéressants pour l’Europe. Et la tendance des nouveaux Grand Prix sont plus à Macao qu’a Romorantin ou Châteauroux » ajoute avec une note d’humour le patron des sports de France Télévision, qui précise que la Formule 1 a un intérêt commerciale pour le groupe français.

Ce qui signifie que la note devrait baisser pour l’avenir pour la diffusion des Grand Prix en France. A moins encore une fois qu’un accord freemium entre un diffuseur payant et un diffuseur public prive les fans de 10 Grand Prix dans l’année. La crainte est importante aujourd’hui.

Rappelons  que si 75% de l’audience est ailleurs qu’en Europe, 75% du chiffre d’affaire des droits TV proviennent d’Europe justement. Le modèle économique va donc en souffrir à l’avenir.

Sponsoring, Mercedes GP sous la pression de Petronas

1 février 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Exclusif, Marketing

Il y a quelques temps, Petroliam Nasional Berhad, alias Petronas n’a pas renouvelé son accord de sponsoring de 6 millions d’euros annuels auprès de l’équipe officielle Yamaha de MotoGP. Le board depuis Juillet se pose plusieurs questions sur l’avenir de l’accord avec Mercedes GP.

Les piètres performances des W01 et W02 inquiètent à Kuala Lumpur. Le plan présentée en Juillet dans l’usine anglaise de Brackley, confirmé par le renouvellement jusqu’en 2015 de Nico Rosberg, avait pour double objectif de confirmer l’implication de la marque allemande auprès du fils de Keke Rosberg, mais aussi de rassurer Petronas pour le futur.

Le soutien du pétrolier malaisien représente environ 70% du sponsoring de l’équipe. C’est un point stratégique représentant 40 millions d’euros annuels qui commence à envisager une redéfinition de sa stratégie marketing, jugé trop couteuse pour un retour en dessous des prévisions. Aujourd’hui, Petroliam Nasional Berhad viserait une réduction de 50 à 60% de la valeur du sponsoring et une somme de 40 millions d’euros sur 2013 et 2014. Ce qui ne serait pas une bonne nouvelle pour l’équipe allemande Mercedes AMG, qui chercherait une alternative complémentaire. La piste Alguesuari-CEPSA est une idée d’alternative à observer de près.

Durant l’été 2011, Williams, Team Lotus et Sauber ont courtisé ce sponsor très convoité depuis de nombreuses années dans le paddock. Durant un moment, dans les deux tours de Kuala Lumpur, la piste de l’équipe de Tony Fernandes avait les faveurs des décideurs.

L’avenir entre Petronas et Mercedes tiendra donc dans la fameuse W03, annoncée déjà comme une évolution cachant un secret technique. Ross Brawn reste mystérieux et tente de refaire le coup de Brawn GP.

LRGP – Convertir le marketing en argent

14 décembre 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Exclusif, Management, Marketing

L’argent est le nerf de la guerre pour une équipe de Formule 1. Dans un laps de temps, il faut construire une image, communiquer pour valoriser l’image et convertir cette image en argent,  pour assurer au team sa viabilité économique. Certaines équipes comme Ferrari, Williams et McLaren voir Mercedes GP n’ont pas ce travail d’image à produire, car déjà ancien. Tony Fernandes doit tout reconstruire à zéro pour 2012. Mais, quid à Enstone ?

Sur la base d’une méthode simple, le directeur marketing de l’équipe, Stephen Curnow, a mis en place avec son équipe trois axes : Construire un produit (Une équipe Lotus), un logo et une identité  (avec les couleurs Noir et Or) et enfin traduire une histoire (communication). Passer en peu de temps de l’image de marque à l’histoire de marque. Certes, la construction du produit de l’équipe de Genii Capital a été brouillée avec l’affaire Team Lotus de Tony Fernandes, mais le reste à été parfaitement mis en place. Surtout la communication (l’histoire) d’ailleurs.

L’approche de Lotus F1 Team dans le marketing semble toutefois atteindre ses limites. Certes le projet Genii Business Exchange est une plate forme permettant aux partenaires de l’équipe d’Enstone d’avoir un espace Business to Business. Mais l’argent reste le nerf de la guerre et l’équipe de Curnow doit désormais traduire la volonté de Gérard Lopez, qui a une vision claire de son équipe.

Hormis Lotus Group qui apporte environ 30 millions d’euros, le reste (l’essentiel dira t’on) du marketing dépend des sponsors de Vitaly Petrov (apportés par l’entourage du pilote) et aussi par les sponsors de Bruno Senna. Car soyons clair, ce n’est pas le marketing de l’équipe d’Enstone qui a trouvé les 10 millions d’euros, mais le pilote lui-même (voir ici en détail). Un détail. Tout comme l’obtention de la prime du pétrolier Total, grâce à la signature de Romain Grosjean. 5 millions d’euros supplémentaire. Via une relation direct eentre Eric Boullier et le PDG de Total, Christophe De Margerie.

La question qui inquiète un peu, est qu’une fois l’impact de la communication autour de la signature de Kimi Raikkonnen, Romain Grosjean et le départ de Vitaly Petrov digéré.  Quelle sera la marge de manœuvre marketing ?  Convertir en Euros cette construction virtuelle, que beaucoup dénoncent aujourd’hui. Raikkonen a un potentiel important (jusqu’à 25 millions) et il faut désormais combler rapidement entre 8 ou 10 millions d’euros de sponsoring by Petrov.

Pour résumer l’équipe marketing de Lotus 1 Team doit trouver en 2012, environ 15 millions d’euros pour rester au niveau de budget de l’année 2011, voir de progresser. Convertir le storytelling est une tache difficile, qui nécessite un engagement total de nos jours.

Vergne sera pilote STR en 2012

28 novembre 2011 | 11 commentaires
Catégorie : Exclusif, Transferts

Dans quelques jours, Jean –Eric Vergne saura définitivement s’il sera pilote titulaire en 2012. Une décision du board Red Bull sur les pilotes Toro Rosso doit être prise d’ici Mercredi. En attendant, le pilote français a signé deux accords très importants.

Le premier « Red Bull Racing Limited « est un document qui prolonge de trois années Vergne avec Red Bull. Un document similaire à celui signé par Buemi et Alguersauri. Il garantit,  à ce stade, qu’il sera titulaire en Formule 1 dans la période du contrat. Sébastien Buemi par exemple a signé son contrat Red Bull pour 4 ans (2009 à 2012), tandis que Jaime Alguersuari a un contrat de 5 ans (2010-2014). Notons que ses contrats sont des contrats d’exclusivités et non des garanties de volants. Mais, chacun a signé ce document au moment où il a réalisé une saison entière pour le compte de STR. Un signe clair.

Mais, Vergne a aussi signé un second contrat « Formula One Testing and Racing agreement » qui lui garantira un volant pour 2012. Selon nos informations, (déjà annoncé sur @Tomorrownewsf1 hier), en provenance du paddock d’Interlagos et confirmés par plusieurs personnes depuis en OFF, ce contrat confirme la présence de Jean-Eric Vergne chez Toro Rosso en 2012.

Red Bull dispose désormais d’un accord de trois saisons avec Vergne et l’assurance d’un volant STR est garantie, selon toute vraisemblance. Mais il n’est absolument pas impossible qu’il reste aussi en parallèle le 3ème pilote Red Bull Racing. Car son travail dans le simulateur a été salué par les ingénieurs.

Crédit photo: Christophe Malbranque @F1alaune


Page 1 sur 41234


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu