Naviguer : Accueil > Archive by category 'Economie'

Bourse F1 – Hong Kong perdra du terrain sur Singapour

24 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

Même si le contexte économique encore trouble ne permettra pas une introduction en bourse de la Formule 1 dans les prochains mois. Il semblerait que Hong Kong soit presque définitivement exclu pour la future IPO de la F1.

Depuis plusieurs jours maintenant, le régulateur boursier de Hong Kong lance des mises en garde répété. La semaine dernière la Securites and Futures Commission (SFC) a annoncé qu’elle allait durcir les règlements de cotation. En cause ? Le trop grand laxisme de ses trois dernières années. En effet, Hong Kong a été la place boursière la plus agressive depuis 36 mois, cumulant des introductions record pour les marchés asiatiques avec un total de  97.9 milliards de dollars, selon les chiffres de l’agence Reuters. Sauf que l’Etat central de Pekin estime qu’il est difficile de prendre des mesures contre une entreprise s’il y a des problèmes avec l’introduction en bourse. Ce qui signifie que les promoteurs doivent offrir plus de garantis à l’avenir. Un détail important, alors que Hong Kong tente une opération séduction depuis plusieurs mois sur la Formule 1.

Autre détail, le choix d’UBS. En effet, l’établissement majoritaire des introductions à Hong Kong est HSBC et non l’Union des Banques Suisses, qui est proche de la place de Singapour.

Selon nos estimations, la prochaine introduction en bourse de la Formule 1 ne devrait pas intervenir avant 2013. L’année 2012 étant riche en changement politique (Election aux USA en Novembre 2012, devant influencé beaucoup de choses), Vladimir Poutine entrant en fonction d’ici Juin 2012 et la direction Chinoise devant changer de représentant. Les politiques d’investissements des fonds souverains, en majorité intéressé par des actions F1, seront influencés par ses changements.

BusinessLink (19 Avril)

19 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

F1 – Retour du GP de France en 2013 dans 24h

29 mars 2012 | 17 commentaires
Catégorie : Economie, Grand Prix, Politique

Malgré les doutes depuis le début du mois de Janvier, il semblerait que le Grand Prix de France sur le circuit du Paul Ricard sera bien de retour dès 2013 au calendrier de la Formule 1. Une confirmation officielle est attendue dans les prochaines 24h par le premier ministre François Fillon en personne.

Selon le Parisien,  tous les investissements publics prévus pour ce projet seront traçable et transparent, via un « groupe d’intérêt général » (GIP). Cette structure est habituelle dans le cadre des grands événements.  Il semblerait que Bernie Ecclestone et la FOM aient accordés une réduction de la redevance, qui passe de 28 à 20 millions d’euros, selon le quotidien.

Demain, François Fillon se rendra au Castellet, en marge de son déplacement dans le Var pour annoncer la nouvelle. Le Grand Prix de France sera en alternance avec le GP de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Update 22h24 : Matignon aurait démenti toute annonce d’un Grand Prix de France en 2013, précisant que les négociations sont toujours en cours.

BusinessF1 – CVC discute avec un fond souverain de Singapour

21 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

En marge du projet d’introduction en bourse de la Formule 1 à l’horizon 2013/2014 par le CVC Capital en bourse de Singapour, valorisant l’ensemble des activités commerciales de la discipline autour de 10 milliard d’euros. Des informations indiquent que le fond souverain de Singapour a été courtisé, pour prendre une participation minoritaire dans le Formule 1, selon SkyNews.

Temsek Holding, qui est le principal fond souverain de la cité,  a été approché par le CVC Capital Partner pour une prise de participation minoritaire avant une introduction en bourse de Singapour de la holding Delta Topco, gérant les actifs commerciaux de la Formule 1. Des discussions auront lieux dans les prochains jours, selon la chaîne d’information anglaise, mais pour le moment aucun accord n’a été matérialisé. Ses négociations permettront de maximiser l’introduction en bourse prochaine, piloté par la banque Goldman Sachs.

Ce n’est pas la première fois que Temsek Holing est courtisé. L’an dernier le club de Manchester United, visait une introduit à Singapour valorisant le club anglais environ 3 milliards d’euros, a aussi approché le fond, afin de valider la viabilité du projet dans cette région d’Asie du Sud-Est.

Naturellement d’autres fonds souverains vont être sollicités à l’avenir (Qatar ?), dans le cadre de ce projet de bourse privée que met en place Goldman Sachs, avant une introduction en bourse solide d’ici 18 mois.

Lotus Group : réunion à Kula Lumpur pour l’avenir

15 mars 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Automobile, Economie, Entrepreneurs

Nouvelle intéressante du côté de Lotus Group. Selon le magazine anglais Evo, le constructeur a temporairement mis en stand by le développement de ses modèles, y compris la prochaine Esprit. Tout cela à cause d’un prochain changement de propriétaire…

Dany Bahar, le PDG de Lotus Group a avoué au magazine Evo, que beaucoup de modèles en développement de la marque ont été suspendue suite à la décision du gouvernement malaisien de vendre sa participation majoritaire dans Proton. L’anglais s’annonce avoir été pris « totalement au dépourvu » par la nouvelle. D’autant que selon la loi des acquisitions en Malaisie, le gel est de trois mois minimum.

En Janvier, le gouvernement malaisien a vendu 42.7 % du capital de Proton au conglomérat malaisien DRB-Hicom pour 410 millions de dollars, et qui a ensuite ajouté 7% dans son portefeuille. Bahar a pris l’avion Lundi pour entrer en négociation avec les nouveaux propriétaires de Proton, afin d’assurer l’avenir du développement de Lotus.

Une vente de Lotus n’est toutefois pas impossible. En Février, Gérard Lopez a indiqué qu’un accord avec le nouveau propriétaire de Proton est possible à propos de la vente de Lotus Group. Le mois de Mars a été cité. Les négociations de Bahar à Kuala Lumpur sont donc cruciales pour l’avenir de la marque anglaise.

L’enjeu de Sotchi

8 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Politique

Il prendra ses fonctions en Mai prochain, pourtant son élection a été largement commentée depuis plusieurs jours. Vladimir Poutine est l’homme fort de la Russie. Pourtant il existe des contrastes dans l’économie Russe et cela expliquerait que la ville de Sotchi est désormais une priorité d’intérêt national pour une partie de son mandat. Toutefois cela débute mal.

Les  données commerciales montrent que plus d’une décennie de poutinisme a laissé l’économie russe moins diversifiée aujourd’hui que lorsque Poutine est arrivée au pouvoir. Dans certaines aspects, les exportations de biens durables semblent avoir régressé à partir du point où ils se trouvaient lorsque l’ancien président Boris Eltsine, a démissionné de son poste le 31 Décembre 1999. Seul le pétrole et le gaz représentent les points majeurs de l’économie.

Le créateur du concept des BRIC, Jim O’Neill, qui travaille pour la banque américaine Goldman Sachs, affirme que « Le PIB de la Russie pourrait dépasser celui de l’Italie dès 2017 et dans la décennie 2020 à 2030 passer devant la France, le Royaume-Uni et même l’Allemagne. » Une prédiction qui s’appuie sur les évolutions récentes de l’économie russe. Surtout la net économie.

Dans cette démarche de diversification, Sotchi est aussi devenu un enjeu économique et politique. A ce jour, 36 milliards d’euros ont été dépensé pour le coût des travaux du site olympique. Dépassant largement les prévisions initiales.  Une mauvaise nouvelle pour les investisseurs privés qui qualifient désormais le programme comme « non rentable. » La principale raison étant la sécurité des lieux. Plusieurs attentats ont été revendiqués sur les installations et les coûts doubles, voire triple de manière instantanée.

Avec Sotchi, la Russie souhaitait développer une sorte de mini Dubaï, essentiellement basée sur une économie immobilière. Mais, ce ratage économique pourrait avoir des conséquences pour l’avenir et même sur la pérennité du Grand Prix de Formule 1 en 2014. Une pérennité non pas économique, mais purement politique.

La voiture cliente pour répondre à la crise ?

7 mars 2012 | 5 commentaires
Catégorie : Economie, Politique, Technique F1

Hier, Marussia a officiellement homologuée sa monoplace 2012 pour le championnat du monde, une semaine avant le premier Grand Prix de la saison à Melbourne. Un retard important, cumulé avec celui de l’équipe espagnole Hispania Racing Team, qui relance encore une fois les discussions sur les voitures clientes.

Bernie Ecclestone a indiqué dans les médias anglais qu’il avait fait une proposition pour résoudre le problème : « Ce que j’ai proposé c’est qu’une équipe située dans la partie inférieure de la grille doit pouvoir être en mesure d’exécuter la saison suivante avec une voiture d’un constructeur de l’année d’avant. » précisant un peu plus sa pensée : « L’une et l’autre équipes mentionnées (HRT et Marussia) pourrait fonctionner avec une McLaren ou une Red Bull de l’an dernier et ce, durant trois ans jusqu’à ce qu’ils soit en mesure de revenir en tant que constructeur. »

Un bon moyen selon Bernie Ecclestone de créer une marque, pour ensuite prendre de la valeur et obtenir des sponsors pour devenir un constructeur. Une sorte de remake de Super Aguri, voir de la Scuderia Toro Rosso qui de 2006 à 2008 était une Red Bull modifiée dans le détail. En 2009, l’équipe italienne avait indiqué que sa STR04 lui avait coûté 12 millions d’euros clé en main.

Une proposition que refuse Mercedes AMG F1 et Norbert Haug. L’équipe allemande, en pointe sur ses questions a noué un accord secret avec l’équipe Williams F1, pour protéger les intérêts de cette dernière qui se présente comme un team petit team indépendant, face à la prochaine horde de machine cliente, souhaitée. La panique de voir l’équipe de Sir Frank Williams rejoindre le clan des insurgés de la FOTA avec Ferrari, Red Bull et Sauber, pour négocier individuellement les Accords Concordes hante les membres influents de l’association des constructeurs. Sachant que l’équipe de Grove l’avait déjà fait en 2005.

Si le principe de la 3ème voiture cliente n’a aucun avenir, le principe de fourniture d’une monoplace cliente a encore un avenir. Eric Boulier, Team Principal de Lotus F1 Team et vice-président de la FOTA a indiqué : « La Formule 1 a longtemps été un championnat de constructeurs, afin de répondre au défi des règlements F1 de construire une monoplace compétitive. La voiture clientes est une approche différente. Nous avons besoins de changer radicalement les règlements et les esprits de la Formule 1. » En cela Boullier souhaite limiter l’introduction de la voiture cliente, mais pas l’interdire : « Il y a eu des discussions sur le sujet, parce que la situation économique est difficile et peut-être devons-nous changer de modèle économique en F1 à l’avenir et prendre des décisions sur la voiture cliente. Mais il est encore trop tôt. »

Bernie Ecclestone estime que la situation des petites équipes et différente des grosses et que la voiture cliente est une réponse : « Vous ne pouvez pas faire des accords de restrictions pour abaisser les coûts alors que vous avez des personnes qui ne peuvent pas vraiment se permettre de dépenser autant que les grandes équipes… »

Lehman Brothers devra vendre ses parts de la Formule 1

7 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

L’établissement bancaire Lehman Brothers a annoncé hier, mardi 6 Mars, sa sortie officielle du fameux chapitre 11 (loi américaine sur les faillites), ce qui lui permettra de rembourser ses créanciers, trois ans et demi après son dépôt de bilan ayant précipité la crise financière mondiale, indique l’AFP via le Challenges.fr.

Pour autant la banque ne va pas redémarrer son activité et c’est en cela que l’annonce d’hier est intéressante. Car il s’agit en réalité d’une nouvelle étape vers son démantèlement. L’établissement dispose encore de 65 milliards de dollars d’actifs recouvrés, dont 15% de la Holding Delta Topco actuellement estimé à 1,2 milliards d’euros (1,57 milliards de dollars).

Lors de l’annonce de sa faillite, CVC Capital, en vertu des statuts de Delta Topco a envoyé un courrier à l’établissement bancaire américain 5 jours après l’annonce de sa faillite afin de lui reprendre ses parts. Mais, le juge en charge du dossier a refusé la demande. Ainsi, Lehman Brothers dispose toujours d’une part significative dans la société gérante des droits commerciaux de la Formule 1.

Voir Lehman Brothers cherche du cash pour sa dette et Lehman Brothers reste en Formule 1

Ferrari : Une année record en 2011

17 février 2012 | 3 commentaires
Catégorie : Economie

L’année 2011 de Ferrari a été exceptionnelle en termes de vente mondiale. Ce vendredi, la marque italienne a annoncé une année « record » avec une hausse de son chiffre d’affaire de 17,3% à 2,25 milliards d’euros avec un total de 7.195 voitures (+9,5%). Plus intéressant est le bénéfice qui cumule à 209 millions d’euros. Confirmant les chiffre annoncées au premier semestre (voir ici).

Une explosion de vente de près de 700 voitures, par rapport à l’an dernier (voir ici), qui est essentiellement dû au marché Chinois. En effet, Luca di Montezemolo indique que cette région (Chine, Taiwan, Hong Kong) a bondi de 63% à 777 voitures vendues, donc  500 rien qu’en Chine. L’empire du milieu est devenu aujourd’hui le second marché de la marque de Maranello derrière le continent américain qui cumule toujours près de 2.000 ventes annuelles. Notons aussi les très bons résultats en Grande-Bretagne (+23%), l’Allemagne (+15%) et la Suisse (+3%).

Encouragé par cette hausse des ventes et ses nouvelles perspectives. Ferrari annonce qu’une nouvelle gamme de modèle rejoindra d’ici le Salon de Genève 2012, le catalogue actuel. Ce sera une V12 révolutionnaire « offrant une puissance sans précédent » d’après Montezemolo.

Restructuration importante à Valencia

9 décembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Grand Prix

C’est désormais directement le gouvernement de Valencia qui négociera l’avenir du circuit F1, après avoir absorbé la société Valmor.

Dans les 6 mois, un nouveau plan stratégique d’exploitation sera mis en place, avec la possibilité d’externaliser le circuit via des concessions et accueillir d’autres disciplines. En conférence de presse, la porte-parole du gouvernement de Valencia, Dolores Johnson indique que l’acquisition de 100%de  Valmor permettra d’économiser plus de 6 millions d’euros (1 millions d’euros de concession et 5 millions de TVA). Par contre, pas d’indication sur le rachat de la dette de la société par les pouvoirs publics. Un audit est en cours.

Une nouvelle société, CMSP (Circuit Motor Sport Promotions Inc) a été créé. Cet événement relance l’intérêt de la Formula One Management de Bernie Ecclestone. Un nouveau contrat de 10 ans jusqu’en 2020 serait à l’étude, remplaçant le contrat actuel expirant en 2014.

Selon le journal El Mundo, le nouveau contrat de 10 ans serait estimé à 180 millions d’euros. Un budget nettement moins important que les 26 millions d’euros déboursé en 2011 (avec une augmentation de 10% par année jusqu’en 2014). Il semble que le renouvellement du contrat sera annoncé en Décembre, voir début Janvier 2012.

A la différence du projet de Barcelone, qui s’approche d’un gèle progressif des négociations, Valencia est un circuit qui revendique une répartition de 70% d’étrangers assistent à la course F1, tandis qu’à Barcelone, ce taux n’est que de 35%.

LRGP, Grosjean, Kubica et les BRIC

26 novembre 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Economie, F1 Leaders, Transferts

La décision du futur line-up de l’équipe Lotus Renault GP (Lotus en 2012) sera prise prochainement par le conseil d’administration de l’équipe. Sans indiquer de date précise.

En conférence de presse ce vendredi à Interlagos, Eric Boullier a été largement interrogé sur le marché des transferts et les relations avec Robert Kubica et son agent Daniele Morelli. Le Team Principal de l’équipe LRGP a simplement tenu à préciser que le communiqué de son équipe avait été rédigé et validé par l’agent du polonais avant sa diffusion.

Concernant l’avenir, Boullier a précisé une série de détails intéressants. Le premier e est qu’il n’y aura probablement qu’un seul pilote (Petrov devrait rester, malgré son écart de langage récent), mais la possibilité d’une alternance pour le premier volant n’est pas exclu, en cas de retour de Robert Kubica. « J’ai encore à parler avec Daniele Morelli de cette situation et d’évaluer la situation pour l’avenir. » Précisant qu’une décision sera prise par le conseil d’administration de l’entreprise.

L’Equipe a posé la question sur Romain Grosjean et ses performances en EL1 depuis Abu Dhabi. Eric Boulier a simplement indiqué que cela sera pris en compte pour l’évaluation du Conseil d’administration.

Mais plus loin, le Team Principal de l’équipe d’Enstone a présenté la Formule 1 comme : « un sport mondial, nous sommes également à la recherche d’accords auprès de quelques sponsors dans de nouveaux pays, principalement les pays BRIC, où vous avez clairement une certaine expansion économique et non une crise comme en Europe. »

Accords Concordes 2013- 2017 – l’idée de Bernie

21 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

En toile de fond des tractations autour du rachat des droits de la Formule 1 par les équipes. Les négociations autour des Accords Concordes ont été relativement calmes. Devant être signés pour Juin, les tensions au sein de la FOTA ont retardé les discussions. Mais, discrètement Bernie Ecclestone place ses pions.

Il y a eu une rumeur insistante et très précise, en marge du GP d’Inde. Indiquant que l’argentier de la Formule 1 pourrait proposer 75 millions d’euros par année entre 2013 et 2017 à la Scuderia Ferrari, en échange de quitter la FOTA et de signer les nouveaux Accords Concordes. Des accords qui ne seront qu’une prolongation du contrat actuel.

Toutefois, il existe un projet intéressant, qui fait écho à l’annonce de Bernie Ecclestone, hier, d’une introduction en bourse à Singapour. L’argentier de la Formule 1 proposerait de prendre une participation dans les équipes de F1 (avec probablement un échange de participation à la clé).

L’objectif de la FOTA d’obtenir plus d’argent ne choque pas Ecclestone. Reste à savoir comment cet argent sera dépensé et comblera quoi dans le budget….

La Formule 1 en bourse de Singapour…

20 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Bernie Ecclestone a évoqué la possibilité que la Formule 1 pourrait être côté en bourse de Singapour à l’avenir.

Selon le Sunday Telegraph, repris par l’agence Bloomberg, Ecclestone a indiqué qu’il préférait que CVC Capital Partners Ltd quitte la Formule 1 en vendant en bourse sa participation. Sous entendu, plutôt que de vendre au duo NewsCorp – EXOR. La piste de Singapour semble privilégiée, car plus attractive depuis un certain temps.

Le club de Manchester United vise une introduction là-bas (voir ici) tandis que Ferrari hésite entre Hongkong et la Ville-Etat. Une procédure similaire pour la Formule 1 permettra de lever 5 milliards d’euros au minimum. Le moment est propice. L’économie mondiale en Europe et aux Etats-Unis n’est pas au beau fixe. Mais en Asie tout se porte à merveille. De plus, CVC Capital a encore 25% de sa dette (2.9 milliards d’euros) auprès des banques à payer d’ici 2014. Une introduction en bourse permettrait de rayer une partie de cette dette.

Sauf que le fond d’investissement anglais souhaite utiliser la Formule 1 comme un outil permettant sa croissance à long terme. La discipline étant une fantastique machine à cash, elle offre des garanties juteuses pour des prêts bancaires sur d’autres acquisitions. Ce qui exclu déjà une vente totale des 63,6% de la société anglaise, mais plutôt 25% environ. Ce qui réduira aussi les tentatives d’OPA à moyen terme.

Ecclestone a toujours refusé la bourse (voir ici l’historique), mais semble désormais acquit que cela représente la seule option pour lui de rester indépendant, face à un possible rachat par les équipes et leurs allier de circonstance.

Lotus Group aura sa seconde usine dans le Norfolk

1 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Entrepreneurs

Lotus Group a obtenu la subvention du Department for Business, Innovation and Skills (BIS) pour le financement de sa nouvelle usine dans le Norfolk, devant permettre la création d’emplois.

Selon Lotus Group, ce financement permettra d’appuyer le programme futur de production de la marque, avec l’introduction de nouveaux modèles. Cette nouvelle unité permettra de généré de nouveaux emplois au cours des 5 ou 6 prochaines années. Un point important. Il est à noté que Bentley touchera aussi une subvention du même genre.

En Avril, une rumeur avait indiqué que le English Department for Business, Innovation and Skills (BIS) avait rejeté la demande du constructeur automobile pour un prêt de 35 millions d’euros. Cet argent aurait été demandé afin de construire une nouvelle usine à Heithel dans le Norfolk et devant employer 1200 personnes.

Le secrétaire des affaires, Vince Cable a déclaré dans un communiqué que la politique était de tout faire pour permettre aux entreprises et aux organisations de créer beaucoup d’emplois et injecter des investissements privés dans l’économie. Un total de 162 projets ont été validé pour obtenir des subvention. Un coup de pouce très significatif pour stimuler la croissance locale.

Cette obtention de subvention n’enlève pas la rumeur de vente du constructeur anglais. Cela augmente légèrement sa valeur et valide le programme de Dany Bahar d’établir une gamme de modèle Lotus à l’horizon 2015.

BusinessLink (1 Novembre)

1 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

GP Inde – les limites de la F1 dans les pays émergents

28 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Media

monde_bresil_inde_chine_russie_bric_g20_nucleaire_insideL’argument le plus courant lancé par un promoteur, pour justifier une piste et un Grand Prix de Formule 1,  est que la discipline reine est un stimulant pour l’économie. C’est vrai pour Monaco, Singapour, Montréal par exemple, mais cela n’est pas vraiment le cas des nouveaux pays, comme la Chine et probablement l’Inde.

Déjà la Corée du Sud, accuse le coup et doute de son avenir. Sans le soutien du gouvernement de Seoul dès 2012, l’histoire se terminera avec une perte cumulée sur 2010- 2016 de 248.5 millions d’euros. China Daily indique que Shanghai perd chaque année environ 20 millions d’euros et que CCTV, qui a acquit les droits de diffusion tv pour la Chine, grâce à un chèque de 15 millions d’euros annuels, ne diffuse aucunes données d’audience sur les Grand Prix. Mais l’impact est bas. Dans un pays avec 1,2 milliards d’habitants c’est un triste résultat. Seules données, les rentrées publicitaires de la chaine chinoise estimées par Infront Sport : 13 millions d’euros pour 2004 et seulement 1,5 millions pour 2011.

En Inde, le cricket est la discipline reine avec 135 millions de téléspectateurs pour les matches de Coupe du Monde. Jaypee Group estime que le Grand Prix d’Inde peut viser 12,5 millions de personnes devant l’écran dans le pays. Soit 1% de la population. Faible.

Faible, d’autant que l’investissement pour ce GP est colossale. 450 millions d’euros.  300 millions d’euros environ pour la piste et 150 millions pour l’allocation d’organisation des courses sur une période de 5 ans (2011-2015).  Les experts estiment que le GP d’Inde sera déficitaire comme en Corée et en Chine. Pire, l’investissement devant faire de la nouvelle piste un sommet et une référence pour un circuit moderne, après les timides Jeux du Commonwealth, n’apportera aucuns revenus à l’économie locale. Juste une dépense privée, sans l’appui du gouvernement. Un risque.

Vers un deuxième circuit F1 en Inde ?

24 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

L’Inde a le vent en poupe en ce moment et c’est quelques jours avant le premier Grand Prix d’Inde de l’histoire qu’un consortium formé de Capita Symonds, Populous et DIMTS a annoncé la signature d’un contrat avec la ville de Mumbai pour construire un circuit aux normes de la F1.

Si Tilke est le plus connu des architectes exerçant pour le compte de la catégorie reine du sport auto, Capita Symonds et Populous sont aussi des acteurs connus de la Formule 1 puisqu’ils sont responsables notamment des nouvelles infrastructures et du nouveau tracé de Silverstone. Pour la petite histoire, c’est aussi ceux qui construisent en ce moment le nouveau stade olympique destiné à accueillir les JO de Londres l’an prochain.

Reste maintenant à trouver un terrain et surtout savoir si Bernie Ecclestone a envie d’organiser un deuxième Grand Prix en Inde. Le calendrier de la F1 est déjà saturé et l’officialisation demain d’un deuxième Grand Prix aux États-Unis, à New York, ne va pas arranger les choses.

« Nous avons une opportunité exceptionnelle de construire un circuit très spécial à Mumbai et en Inde, ainsi que des infrastructures permettant le développement de divers investissements, » commente John Rhodes, directeur de Populous. « A court terme, nous souhaitons accueillir la MotoGP, nous discutons avec la FIM. Mais nous allons d’abord devoir trouver un terrain près de la ville. Le but est d’accueillir la F1 un jour et pour cela des analyses très poussées seront menées pour assurer une viabilité du projet à long terme. »

« Nous voulons créer la nouvelle génération de circuits, qui engendre de belles courses, des dépassements, le tout dans des infrastructures de classe mondiale. Mais avant tout nous voulons créer un projet viable qui n’aura pas besoin de financements extérieurs continus pour exister. Il doit favoriser les investissements et sa propre régénération, » ajoute Jerry Muscroft, directeur de Capita Symonds.

Source  : NextGen Auto

L’Inde place ses millionnaires dans le sport

24 octobre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Economie

Vijay Mallya a été le premier milliardaire à investir largement en Formule 1, via Kingfisher. Nous étions en 1996 avec l’équipe Benetton. Depuis, l’homme est devenu propriétaire de l’équipe Force India en 2007/2008. Toutefois, lors de ses dernières semaines, en marge du Grand Prix d’Inde, le paddock découvre l’intérêt incalculable de multimillionnaires indiens pour les machines de courses.

Il y a 10 jours, Subroto Roy, fondateur du consortium Sahara Group, avait pris 42,5% de l’équipe Force India pour 70 millions d’euros, à la surprise générale. Ce matin, l’homme d’affaire Gaurav Burman, aurait, selon la presse économique locale, pris une participation de 10% dans Team Lotus pour 7 millions d’euros. Un processus peu étonnant, lorsque l’on sait que le nombre de millionaires dans le pays a flambé ses dernières années et qu’il doublera d’ici 2015.

Selon la Banque Mondiale, alors que 75% du pays (plus de 800 millions de personnes) vivra avec moins de 2 dollars par jour, le nombre de millionnaires explosera passant de 173.000 à 403.000 à l’horizon 2015. Une richesse qui se matérialise différemment de leurs homologues chinois.

Ces derniers investissent surtout sur le marché immobilier à l’intérieur du pays et dans le monde, tandis que les Indiens sont plus sur des achats plaisir. Une étude de Julius Baer Group Ltd a indiqué que les millionnaires indiens vont être les premiers clients dans le monde de voitures de sport et luxe d’ici 4 ou 5 ans. Devant les Américains. Une révolution qui explique aussi l’impact de ses millionnaires sur le sport indien en général.

La presse économique indienne estime que le sport en Inde va aussi croitre de manière exponentielle autour des disciplines phares, comme le Football, la Formule 1, Cricket etc… Une analyste indien a même souligné que, depuis 2004 que la Formule 1 fréquente la Chine, aucun milliardaires chinois n’a repris une équipe de F1, ni même n’est devenu un grand sponsor d’une équipe. Alors que 20 jours avant le GP d’Inde, Sahara Group renforçait la position indienne en Formule 1.

Le sport automobile est plus ancré en Inde, ancienne colonie britannique, que vers son rival chinois. Une mesure qu’a prise en compte Bernie Ecclestone, qui tente une OPA sur ce pays d’un milliard de personnes, au potentiel incroyable, pour l’avenir de la Formule 1.

La Cour Suprême confirme le GP d’Inde en échange d’un compromis

21 octobre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Economie, Grand Prix

Le compromis. La Cour Suprême a déclarée aujourd’hui que le Grand Prix de Formule 1 aura bien lieu,  la semaine prochaine, en échange d’un accord avec Jaypee Group qui doit déposer 25% de la vente des billets sur un compte bancaire spécial.

Le litige était survenu la semaine dernière. La Cour Suprême avait refusée le statut que le gouvernement d’Uttar Pradesh avait accordé à Jaypee Group, au titre d’exonération d’impôt car il fournissait un spectacle d’intérêt public. Une décision qu’a contestée le juge, qui avait demandé au groupe de construction indien de déposer aujourd’hui des justificatifs, pour prendre une  décision.

(voir : La Cour Suprême conteste le statut fiscale du GP d’Inde)

Finalement, 25% de la vente des billets, représentant 250.000 euros, doit être déposé sur un compte bancaire et être gelé jusqu’à la délibération finale de la Cour Suprême, d’ici le début du mois de Novembre. Jaypee Group a déclaré au tribunal avoir vendu pour 1 millions d’euros de billets.

Le GP d’Inde dans la tourmente

14 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

The Enforcement Directorate a publié ce vendredi, une amende de 40 millions d’euros pour violation présumée des regles sur les devises étrangères envers le Jaypee Group, qui organise le Grand Prix de Formule 1 d’Inde.

Une source locale indique que le Foreign Exchange Management Act (FEMA), a, suivant la loi en Inde, averti deux fois au cours des derniers mois la société Jaypee Infra.  L’amende porte sur l’investissement de fonds étrangers qui n’ont pas été déclaré aux autorités Indiennes.

Encore une mauvaise nouvelle pour l’organisation du Grand Prix le 30 Octobre. D’autant que l’affaire du litige fiscale entre les équipes et les autorités locales n’ont toujours pas aboutis sur quelques choses de concret. Ralenti, semble t’il par l’administration omniprésente dans le pays.


Page 1 sur 3123


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu