Naviguer : Accueil > Archive by category 'Economie'

GP Corée : opération séduction sur l’Etat pour l’équilibre

11 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Politique

Le GP de Corée est sous pression et cherche un modèle économique lui permettant de gagner de l’argent d’ici deux années environs. Une situation qu’avoue le président du Grand Prix, Park Joon-yung, lors d’un entretien pour le JoongAng Daily.

« Il est vrai que nous nous battons en terme de profits en raison de l’investissement élevé de l’organisation et des structures. (…) Les pays d’accueil de la F1 cherchent l’effet économique de la discipline, comme la promotion pour leur pays, l’augmentation du nombre de touristes et le développement de l’industrie automobile. » lance le président du circuit.

Le GP de Corée doit donner 24 millions d’euros de redevance pour l’année 2011 à la Formule 1. Le chiffre de 200.0000 spectateurs est annoncé, dont 10.0000 étrangers sur le week-end. Mais cela ne suffixera pas pour l’instant.

« Notre priorité numéro 1 est l’accroitre nos profits. Pour ce faire, nous allons travaillés sur la commercialisation des billets, des sponsors et l’utilisation du circuit pour d’autres disciplines nationales. »

Un plan ambitieux qui, toutefois cache le désir d’un soutien du gouvernement national, car al province de Joella du Sud supporte seul le déficit du Grand Prix.

Le parc Ferrari World à Valencia à la place du GP ?

5 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Marketing

Dès l’inauguration du parc à thème Ferrari à Abu Dhabi l’idée d’un similaire en Europe à Valencia a été à l’étude. C’est ce que laisse entendre le vice président d’Almor Sport, Jorge Aspar Martinez.

« Je souhaite qu’a Valencia, il y ait la possibilité de construire un parc à thème financée par des investisseurs et qui sera le seul en Europe a revendiqué le label Ferrari World Europe. » lance le vice-président.

Aujourd’hui il existe des discussions entre les promoteurs et Ferrari. La marque italienne semble séduite par le dynamisme de la ville espagnole et son climat.  L’investissement serait autour de 150 millions d’euros.

Une rumeur indique que ce projet de parc Ferrari serait une alternative au Grand Prix au-delà de 2014, date de fin du contrat entre Bernie Ecclestone et Valencia.

La Corée du Sud en crise

4 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Lendemain qui déchante en Corée du Sud. Après trois années de croissance économique, le pays entrevoie les effets de la crise mondiale. Hausse massive de la dette, une inflation galopante et chute des investissements dans le secteur industrielle.  Pourtant, le FMI estime que le pays augmentera ses revenus par habitant en 2015.

Une vraie montgolfière, telle est la comparaison des médias Coréens par rapport à la dette du pays. Le contribuable du pays du matin calme est préoccupé au sujet des emprunts et de l’inflation dans le pays. Le ministre des finances a indiqué hier, lundi, que la dette augmentera probablement de 6 % (16 milliards d’euros), un vaste plan de réduction de la dette a été mis en place. Mais dès l’an prochain et 2013, cette dernière augmentera encore de près de 8%,  selon les analyses de l’Etat coréen.  Toutefois, le budget coréen reste positif sur l’emploi et un retour à la stabilité en 2013. Ce que le FMI doute franchement, selon les rapports.

D’autant que le secteur industriel s’attend à une baisse de 30% de ses investissements pour 2012 et autant pour 2013. Un drame pour le pays qui comptait sur le secteur privé,  pour redresser la barre. Seul le secteur bancaire est encore stable, mais le contribuable accuse ses derniers de spéculation et la pression monte dans le pays.

Pourtant, tout n’est pas noir, le FMI pense que d’ici 2015, le PIB par habitant de la Corée du Sud sera de 30.000 dollars. Mais les récents événements dans le pays et le climat économique pourraient ralentir cette augmentation linéaire…

Le patron d’UBS démissionne

24 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Politique

Le patron de l’UBS Oswald Grübel démissionne. Le conseil d’administration de la grande banque suisse a accepté samedi la décision de celui-ci et a nommé Sergio Ermotti CEO du groupe par intérim avec effet immédiat. Ce dernier était responsable des affaires de la banque en Europe, Asie et Afrique.

Grübel voulait installer un vote de confiance durant les trois jours du conseil d’administration de la banque qui se tenait à Singapour. Mais sa démission restait le seul acte fort que la banque pouvait présenter aux marchés.

UBS tien conseil d’adminstration à Singapour

21 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Même si la réunion du conseil d’administration d’UBS, qui a débuté ce mercredi à Singapour, était programmée depuis le début de l’année, l’ombre de la journée noire du 15 Septembre est toujours dans les têtes.

Selon Challenges.fr, le conseil d’administration met la pression sur le directeur général de la banque suisse, Oswald Grübel. Ce dernier n’a rien commenté sur l’événement en cours, mais, alors qu’il a refusé de démissionner, une demande d’un vote de confiance pour mener à bien la restructuration de l’établissement va être présentée, durant les trois jours du conseil.

La perte de 2,3 milliards de dollars (1,7 milliards d’euros) représente toutefois une menace sérieuse. Le fond souverain de Singapour, GIC, qui est le principal actionnaire de la banque (6,4%) a indiqué dans un communiqué, ce mardi, que l’établissement Zurichois « devrait réagir fermement afin de rétablir la confiance dans la banque. »

Le vote de confiance du Directeur Général sera intéressant à suivre pour définir la prochaine politique d’UBS en matière de publicité et de sponsoring.

Singapour : un avenir plus souple et dynamique

19 septembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Economie

La ville Etat de Singapour va accueillir dans ses rues, ce week-end, le Grand Prix de Formule 1 pour la 4ème fois. Un succès qui ne fait pas oublier les deux grandes mesures que cette région doit affronter : la réforme de la sécurité et surtout son implication économique.

Jeudi dernier, le premier ministre Malaisien, Najib Razak, a abrogé la loi Internal Security Act (ISA) et demande depuis à Singapour de faire la même chose. Les deux pays ont maintenant les règles ISA depuis l’époque coloniale Britannique, ce qui permet aux gouvernements d’arrêter et de détenir des individus sans procès dans des circonstances limitées. Mais, depuis que la Malaisie a levée cette loi, Singapour doit réviser la sienne.

Les deux pays se sont rapprochés depuis une année environ. Cherchant des accords autour d’un espace d’échange commerciale et politique. Le 12 Septembre 2011 une réunion entre les services publiques des deux pays sur dix jours a été mis en place, pour établir un futur commun.

Toutefois, Singapour mise aussi sur l’économie. Le stress de la crise européenne et des dettes des pays ont affecté les investisseurs mondiaux. Pour faire rayonner sa bourse avec la future introduction de Manchester United, qui a été approuvé par la ville-Etat, cette dernière est plus ouverte que ses concurrentes asiatiques sur les introductions (action avec et sans droits de votes). Plus intéressant est que SGX (Singapour Stock Exchange) mise sur une croissance organique pour doper l’économie de Singapour. L’offre de 8,4 milliards de dollars AUS, sur l’opérateur de la bourse Australienne (ASX) en Avril est un signe qui ne trompe pas de bonne santé.

La Formule 1 étant considéré à Singapour comme un outil de promotion, elle a encore une longue vie devant elle, tant qu’elle servira les intérêts économiques et d’images. L’an dernier, le ministre du commerce et de l’industrie de l’Etat a approuvé le projet de 365 millions d’euros sur 10 ans pour garder la F1 dans ses rues. Un record.

UBS : quel impact pour la F1 ?

16 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Marketing

Journée noire pour la banque suisse UBS. Une chute de près de 11% de son action en bourse, suite à la découverte d’une fraude de deux milliards d’euros provoqué par un trader, via des transactions non-autorisées.

La filiale banque d’investissements de la banque UBS, UBS Investment Bank, première banque de gestion de fortunes d’Europe (Michael Schumacher est un client historique) va présenter des pertes financières lors du troisième trimestre, suite à cette affaire.

C’est un coup dur pour la banque qui est dans l’œil du cyclone depuis trois ans. UBS avait annoncé, fin août, une suppression de 3.500 emplois devant faire économiser environ 2 milliards de francs suisses d’ici la fin 2013. Victime des subprimes de 2007 et de la crise économique de l’automne 2008, l’établissement suisse a été sauvé par le gouvernement de Berne. Une première dans l’histoire du pays. Depuis quelques temps, UBS avait redressé son image. La banque helvétique est le sponsor principal de la Formule 1 (pour une période de 5 ans et 200 millions de dollars au total). Il se pourrait bien que cet investissement puisse être remis en cause,  à très court terme, accentué par les affaires de corruptions avec Bernie Ecclestone, qui ne rassure nullement les marchés financiers.

Le cas UBS va relancer le cas d’une séparation, à terme, des banque de dépôts, et du secteur de la banque d’investissements. Certains analystes estiment que l’établissement suisse devra vendre sa banque d’investissements, tandis que d’autres pensent que le PDG d’UBS, Oswald Grübel,  quittera ses fonctions  (il est à la base du redressement de la banque et du contrat sponsoring avec la Formule 1). Il est l’homme qui avait augmenté de 1.500 emplois les effectifs d »UBS Investment Bank. Il est déjà entendu que ce milliers d’emplois sera licenciés à partir de Novembre.

Pirelli, 2014 et la Turquie

12 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Le président de Pirelli estime que l’investissement de la marque italienne en Formule 1 est positif, mais précise qu’il souhaite renouveler le contrat après 2013, dans les mêmes conditions actuellement et souhaite maintenir son unité de production en Turquie.

« Du point de vu sportif, c’est une grande aventure, avec l’engagement de nos ingénieurs pour obtenir des résultats qui dépassent nos prévisions. » lance Marco Tronchetti Provera, le président de Pirelli à la presse italienne lors d’une exposition à Milan d’un pneu Pirelli P Zero.

Le PDG du manufacturier italien souhaite d’ailleurs prolonger l’aventure dans la discipline reine, mais comme fournisseurs unique et dans les mêmes conditions de subventions qu’aujourd’hui. Rappelons que les teams participent à hauteur de 1,35 millions d’euros, chacune, au budget de Pirelli.

En marge de ses déclarations, Marco Tronchetti Provera a précisé que la production de ses pneus F1 restera en Turquie, dans son usine d’Izmit, pour l’avenir. Un investissement de 5 millions d’euros dans cette usine a été réalisé par Pirelli l’an dernier. Ce qui fait dire au PDG de la société,  que la Turquie est importante pour le manufacturier italien.

« La Turquie doit être présente dans le calendrier de la Formule 1. En supprimant la course, cela prive la Turquie d’une image. La Turquie est très importante pour nous. Tous nos pneus F1 sont produits ici. Pour cette raison, il serait bon pour nous que la Turquie puisse revenir en Formule 1 » Toutefois, Marco Tronchetti Provera précise que l’économie du monde va ainsi et qu’il comprend les problèmes financiers que compose l’organisation d’un Grand Prix de Formule 1.

GP Inde – le litige fiscal et le boycott ?

9 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Grand Prix

Le Grand Prix d’Inde semble réellement menacé d’annulation suite à la demande des autorités Indiennes d’obtenir 20% des revenus des pilotes et des équipes. La FOTA, via Martin Whitmarsh a confirmé l’information de Tomorrownewsf1.com, sur le blog d’Adam Cooper.

Le président de la FOTA précise que « tous les directeurs financiers au sein de la FOTA travaillent ensemble et sont très inquiet à ce sujet. » Il est vrai que l’affaire est complexe et fait intervenir des conventions fiscales entre les pays. La FOTA a louée les services du cabinet Ernst & Young, afin de trouver une solution.

La pression monte et les équipes souhaitent avoir des garanties (de Jean Todt, la FIA ou Bernie Ecclestone) pour se rendre en Inde participer à cette course.

Le business model du GP d’Inde dépendant des pilotes et des teams

8 septembre 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Economie, Exclusif, Grand Prix

Les Editorialistes de New Delhi c’étaient répandus de haine envers les médias occidentaux, critiquant leurs pays dans l’organisation du futur Grand Prix d’Inde. Annonçant qu’il était honteux que des médias puissants racontent des histoires fausses sur cette future piste et course.

Depuis que la Fédération Internationale de l’Automobile a déposée son label sur le circuit de New Delhi, les autorités sont inflexibles et tentent, apparemment, d’obtenir 20% de retenue sur la rémunération des pilotes et sur les budgets des équipes pour uniquement leur course !

Selon une source proche du dossier, la FOTA, via le Financial Working Group, s’est réunie très récemment et tente de limiter les dégâts. Bernie Ecclestone a été averti et une solution devra être rapidement trouvée.

Le GP d’Inde déboursera 22 millions d’euros pour accueillir son GP en 2011, toutefois, les demandes des autorités sur cette retenue financière rapporteraient la modique somme de 15 millions d’euros ! Un bon business model pour un pays qui cumule depuis quelques jours les désagréments (visa, obligations diverses pour les pilotes, taxe douanes etc…)

L’autre aspect d’inquiétude est aussi sécuritaire. Hier, Mercredi 7 Septembre, une explosion s’est produite  à la Haute Cour de New Delhi, en plein centre de la capitale indienne, faisant au moins onze morts et 50 blessés, selon un dernier bilan communiqué par le secrétaire d’Etat indien à l’Intérieur.

Note : la FOTA confirme le litige fiscal et assure que c’est un problème unique,  qui cherche une solution actuellement (via le blog d’Adam Cooper)

Le GP d’Inde a vendu pour 800.000 euros de billets

5 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Grand Prix, Marketing

Jaypee Sport International (JPSI), les promoteurs du circuit d’Inde, ont indiqué ce lundi avoir vendu 30% du total des billets disponible pour l’événement le 30 Octobre 2011.

Un total de 21.000 billets ont été vendu en ligne sur internet : « nous avons déjà vendu plus de 20.000 billets, en ligne, tous les billets l’on été au prix de Rs 2.500 (38 euros) et maintenant les gens achètent les plus chers » lance Bipul Pathak, président du JPSI au journaliste indiens.

Les promoteurs n’ont pas fourni la valeur des billets vendus à ce jour, mais nous pouvons déjà estimé à 798.000 euros.

JPSI indique que les formules les plus chères à Rs 35.000 (532 euros) receuillent un très bon écho de la part des sociétés et même de célébrités locales.

Le GP d’Inde déboursera une allocation auprès de la FOM de Bernie Ecclestone estimé à 22 millions d’euros par le BusinessBook GP 2011 (voir ici pour le découvrir).

Bahreïn au ralenti économique

24 août 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

L’économie du royaume de Bahrein a reculée de 1,6% au premier semestre 2011, par rapport à 2010. L’agitation sociale et la loi Martiale qui ont frappé le pays en Février, sont la cause principale de cette dégradation.

Selon un rapport du Business Monitor International, la croissance pour l’ensemble de l’année 2011 serait « lente et marquée. » Tous les secteurs sont à la baisse. Un total de deux milliards de dollars est annoncé avoir été perdu dans l’économie du royaume. Notons que pour soutenir une partie de la consommation, les salaires de certains fonctionnaires ont été augmentés de 24%, par exemple. Les analystes estiment que l’excédant en 2012 sera d’environ de 2% maximum

L’inflation galope désormais avec une augmentation de 1,8%, tandis que le prix des logements a perdu 14% depuis Mars. La question économique principale est de savoir quel impact la crise politique de cette année 2011 aura sur Bahrein à long terme. Il semble qu’une relocalisation des investissements à Dubaï semble visible.

Une Hongrie muselée aux Chinois

28 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Economie

« La loi des médias en Hongrie est une atteinte à la liberté » lance Bill Clinton dans les médias américains. Emotion du gouvernement hongrois qui estime que l’ancien président américain fait de l’ingérence morale envers son pays. Un pays en crise économique de plus en plus profond et inquiétant.

Cette évolution des médias hongrois, dénoncé par Clinton, fait écho a une refonte de l’agence d’information d’état MIT, les deux télévisions et la radio d’état. Une purge de 1000 personnes sur 3300 travaillant pour ses médias. La raison principale étant la réduction des coûts. Mais, certain journaliste locaux estiment que c’est pour museler d’autres fait majeur dans le pays. Economique surtout.

D’autant que l’Union Européene est inquiète de la politique de Budapest, sur le court terme. Les taux d’intérêt augmentent et le Forin prend des allures de Franc-suisse depuis le début de l’année. Pour relancer l’économie, le premier ministre Viktor Orbán a signé un accord avec la Chine d’une valeur de 3 milliards d’euros. Comprenant : des investissements massifs de l’Empire du milieu en Hongrie. Allant de l’eau, technologie solaire au télécommunication et transport de fret. Avec ce projet, dès 2012, la Hongrie prévoit 2 milliards d’euros de recettes et des milliers d’emplois. D’autant que l’accord sino-hongrois fait échos avec la récente loi du travail forcé des chômeurs.

La Chine, refroidi par ses récentes affaires en Pologne, aurait imposé d’employer des chômeurs pour obtenir des marchés étrangers. Une nouvelle tactique qui semble avoir obtenu ses fruits en Hongrie. Mais dont la presse locale ne pourra faire échos…

Valencia sous le parfum politique de la corruption

21 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Hier 20 Juillet, le président de la région de Valence, Francisco Camps, qui doit être jugé pour corruption, a annoncé sa démission. L’affaire secoue la région et toute la classe politique considère cette démission. Deux autres personnes de la droite locale devrait être jugée dans la même affaire ont reconnu leur culpabilité et paieront de lourdes amandes pour échapper au procès, ce qui fragilise un peu plus le président de la région.

Selon la presse espagnole, plusieurs membres du parti populaire avait fait pression sur Fransico Camps pour démissions dans la perspective de la campagne pour les législatives de mars 2012. Rapporte Le Monde.Fr. Mais le principe acte de l’affaire concerne le financement du parti et des pots de vin (cadeau pour être poli) ont été adressé à des sociétés « amies » (14.0000 euros de costumes par exemple en cadeau en échange d’un marché selon le dossier).

Il semblerait qu’une comptabilité occulte, sous le label « Don Vito » (les cinéphiles auront reconnu l’allusion au Parrain) est le pseudo d’un homme servant d’entremetteur entre les sociétés immobilières et les élus de droite pour l’attribution de marché publics. Avec échange de bons procédés bien entendu.

Réélu aux régionales du 22 mai dernier, en dépit de son inculpation, Francisco Camps est l’une des cibles du mouvement de contestation des « indignés », qui dénoncent en particulier la « corruption » du monde politique et ont manifesté plusieurs fois à Valence. Indique leMonde.fr.

Une bonne nouvelle pour Barcelone dans sa bataille pour garder le Grand Prix d’Espagne de Formule 1 ?

Chine – un manque d’ingénieurs, mais pas d’argent

13 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Economie

[English Version] – Il y a quelque temps Adam Parr avait la crainte que l’Angleterre perde sa particularité dans le sport automobile, montrant du doigt la Chine comme nu pays potentiellement rival de la Motorsport Valley. Sauf qu’il semble que cela ne soit pas vraiment le cas.

En effet, selon le cabinet conseil Beijing Automotive Synergitics qui dévoile la situation au Financial Time : la Chine a un problème. Elle dispose des ressources financières et matérielle pour rivaliser avec les autres industries du monde, mais il lui manque un savoir faire dans la conception et l’ingénierie de haut niveau. Les centaines de millier d’étudiant sortant des écoles chinoise ne sont pas au niveau souhaité par Pékin.

La solution est de créer des centres dans les pays occidentaux pour permettre d’acquérir de l’expérience, et permettre aux ingénieurs Chinois de l’étranger de travailler.

La situation est la même dans l’automobile et dans l’aviation. Des expert estime que pour l’automobile, la Chine à 10 ans de retard, voir 15 ans dans al conception de ses modèles originaux, sont des produits provenant de bureaux d’études occidentaux, ou des licences, voir des copies.

Toutefois, dans l’aviation la Chine a les compétences pour construire un aéronef (civil ou de chasse), mais n’a pas les capacités pour la construction d’un RADAR dernière génération (surtout pour les avions de chasse). Il y a quelques mois, l’Empire du Milieu avait fait filtrer des photos d’un avion de chasse furtif (voir ici), mais le Pentagone estimait que le pays n’avait pas la capacité de réaliser un RADAR de dernière génération, car les russes ont refusé depuis 10 ans de leur fournir dans l’accord de licence des Sukhoï Su27/30. Un signe qui ne trompe pas.

Indice TWF10 – semaine 27

8 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Comme tout les vendredis, TomorrowNewsF1.com aborde le coté boursier de l’activité F1. L’indice TWF10 est destiné à mettre en lumière. La synthèse des 10 plus grosses sociétés cotées en bourse et sponsors en Formule 1.

Les titres Vodafone, UBS, Santander, Shell, Daimler, FIAT, Renault, Pirelli, AT&T et Total.

En aucun cas, ce portefeuille ne doit être considéré comme un conseil ou un modèle de placement.

L’indice TWF10 –8  Juillet 2011

5442 pts (-8.27%)

———————

News Actus Ecos :

Royaume-Uni : La crise secrète économique

6 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Hebergeur d'image

La réforme d’austérité, que subit l’Angleterre de David Cameron, handicap l’emploi de l’autre côté du Channel. Très longtemps considéré comme  un acquit par les gouvernements en place, la Motorpsort Valley, supporte sa deuxième  crises de son histoire. Une crise plus secrète celle-ci et moins visible que celle de 2002.

La Motorsport Valley est un épicentre qui comprend près de 40.000 employés, dont 4.000 ingénieurs environ et qui rapporte à l’économie locale 520 millions d’euros par année. Il y a 10 ans, près d’un milliers d’emplois ont été supprimé suite à la crise de 2001/2002. Mais aucun gouvernement n’a véritablement aidé cette particularité anglaise. En 2009, Gordon Brown avait promis des aides que Brawn GP et Williams ont touchés, mais celles-ci étaient trop difficile à obtenir et beaucoup d’équipe ont abandonné la procédure.

Sur la BBC Radio d’Oxford, Adam Parr a indiqué qu’il était essentiel que les gouvernements pensent sérieusement à aider un peu cette industrie. Estimant que la Motorsport Valley pourrait être une proie idéale pour un pays comme la Chine,  par exemple. « Déjà la Chine se place sur les avions de ligne, alors que c’était un secteur qu’ils ne connaissaient pas il y a 10 ans. Il y a un degré d’ignorance chez les politiciens, des hommes d’affaires et du public sur ce que nous faisons. Il y a des pays dans le monde qui rêveraient d’avoir une industrie de sport automobile comme la notre »

Une industrie basée pour l’essentiel sur des partenariats de sponsorings importants,  qui ont été menacé par la nouvelle loi anti-corruption,  qui est entrée en vigueur le 1 Juillet. Surtout qu’il y a des doutes sur son application, car le SFO (Serious Fraud Officie) c’est vu subir une importante coupe de son budget,  qui jette un flou sur cette fameuse loi. Une législation  qui devait aligner le Royaume sur le reste du monde, mais avec une compression de 25% du budget de SFO entre 2011 – 2015, l’application de la loi semble compromise et plusieurs cadres ont quitté l’agence.

Selon la nouvelle loi, les entreprise qui ont une présence au Royaume-Uni pourraient faire face à des poursuites,  si ses employés reçoivent un pot de vin. Un handicap pour des équipes de Formule 1, qui offre des cadeaux à ses sponsors pour les séduire.

Une rumeur indiquait que, à la manière de la City de Londres, la Motorsport Valley devait être un endroit défiscalisé et une zone unique d’affaire. Seule solution face à des pays émergents qui pourraient devenir l’avenir du sport automobile à terme. La menace semble être prise au sérieux désormais.

Indice TWF10 – semaine 26

1 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Comme tout les vendredis, TomorrowNewsF1.com aborde le coté boursier de l’activité F1. L’indice TWF10 est destiné à mettre en lumière. La synthèse des 10 plus grosses sociétés cotées en bourse et sponsors en Formule 1.

Les titres Vodafone, UBS, Santander, Shell, Daimler, FIAT, Renault, Pirelli, AT&T et Total.

En aucun cas, ce portefeuille ne doit être considéré comme un conseil ou un modèle de placement.

L’indice TWF10 –1  Juillet 2011

5933 pts (-2.2%)

———————

News Actus Ecos :

Indice TWF10 – semaine 25

24 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Comme tout les vendredis, TomorrowNewsF1.com aborde le coté boursier de l’activité F1. L’indice TWF10 est destiné à mettre en lumière. La synthèse des 10 plus grosses sociétés cotées en bourse et sponsors en Formule 1.

Les titres Vodafone, UBS, Santander, Shell, Daimler, FIAT, Renault, Pirelli, AT&T et Total.

En aucun cas, ce portefeuille ne doit être considéré comme un conseil ou un modèle de placement.

L’indice TWF10 – 24 Juin 2011

6067 pts (+0.5%)

———————

News Actus Ecos :

Valencia : la région en plein trouble économique

22 juin 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Economie

La dette publique espagnole atteint un sommet depuis 13 ans et a brisé tout les plafonds de L’Union Européenne pour le premier trimestre. Le chiffre de celle-ci : 679.8 milliards d’euros ou 63.6% du PIB annuel. Le gouvernement de Madrid s’attend à voir cette dérive progresser jusqu’à 68,7% du PIB d’ici la fin de l’année.

L’ensemble du secteur bancaire est également touché. Les prêts, principales ressources des banques du pays,  ont atteint un ratio des plus élevés depuis Juin 1995. Toutefois, l’Espagne n’est pas inactive, elle vient de signer un accord avec la Russie, pour augmenter le flux de commerce entre les deux pays, à hauteur de 10 milliards d’euros par an. Reste toutefois que la région de Valence est en difficulté financière et la dette dans cette partie de la péninsule ibérique a augmenté de 1,3 milliards d’euros, rien que pour le premier trimestre.

La région ne paye plus ses factures depuis 2009 et 2010, selon le quotidien EL Pais, qui n’hésite plus à dire que Valencia est au bord de la faillite. Les postes de santé ne sont plus subventionnés et dépassent le budget alloué. En Mars 2011, les fournisseurs de soins de santé ont formé un groupe pour récupérer un peu de leurs factures impayés. Depuis le début de l’année que l’argent n’arrivait plus dans les caisses.

La dette de la région s’élève à 17,6 milliards d’euros, soit 17% du PIB et les prêts représentent désormais 680 millions d’euros par trimestre ! Soit 2,7 milliards d’euros par année de remboursement. Valence est la région la plus endettée d’Espagne.

Cette région n’a pas payée son aéroport, les travaux dans 30 de ses écoles, donc peut-elle payer son Grand Prix de Formule 1 ? Le président de la région, Francisco Camps,  a récemment proposé d’offrir 40 millions d’euros annuellement jusqu’en 2020,  pour garder le Grand Prix d’Europe (ou devenir le GP d’Espagne) dans sa ville. Sauf qu’avec les problèmes de financement, une dette galopante et les rumeurs de non paiement depuis 2009, Valencia entre dans un sérieux trouble politique et économique depuis 6 mois.


Page 2 sur 3123


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu