Naviguer : Accueil > Archive by category 'Marketing'

View : l’âge d’or ou d’airain pour la F1 ?

16 janvier 2012 | 7 commentaires
Catégorie : Marketing, View

« Se sont de grandes années que nous vivons. Nous devons en profiter tout simplement parce que nous ne savons pas combien de temps nous pouvons encore participer aux championnats du monde et combien de champion du monde seront sur la grille. » lance Fernando Alonso sur la BBC. Sous entendant que la Formule 1 est en plein âge d’or.

Avec sur la grille de départ, Sébastian Vettel, Fernando Alonso, Michael Schumacher, Kimi Raikkonen, Lewis Hamilton et Jenson Button, tous champions du monde, l’affiche parait réellement représentée l’âge d’or de la Formule 1. Il est vrai que jamais la discipline n’a eu autant de champion sur la piste, mais cela ne reste que de l’image. La question est de savoir si Schumacher gagnera un jour ? (ou aura une voiture compétitive), voir Kimi Raikkonen réalisera-t-il un podium en 2012 ? etc… Les inconnues sont nombreuses et l’âge d’or annoncé par le double champion du monde espagnol reste principalement sur le papier.

Avoir 6 champions du monde sur la grille est-il aussi fort que d’avoir 6 équipes capables de se battre pour la victoire, comme dans les années 70 par exemple ?

Dans la hiérarchie des mythes, nous sommes encore dans l’âge d’Airain, qui est le 3ème âge de la création, qui entrevoie la cohabitation du bien et du mal, le sens de la propriété d’établit et avec lui naissent l’envie, le vol et la guerre. Un débordement des excès. L’affaire du Spygate, du SingapourGate, de la guerre de 2009 entre la FIA et la FOTA et les tentatives de rachat de la Formule 1 et les départs de la FOTA démontrent que nous sommes encore en plein dedans. Donc non pas l’âge d’or.

Les paillettes n’enlèveront pas la réalité politique qui se cache derrière le vernis médiatique…

La Ferrari 2012 sera moche mais rapide ?

11 janvier 2012 | 11 commentaires
Catégorie : Marketing, Technique F1

« Elle sera définitivement différente, car elle représente une rupture nette avec le passé en termes de philosophie de conception. Elle est laide car les formes imposées par les règlements techniques ne laissent pas beaucoup de marge, mais, elle sera rapide et c’est ce qui compte. Du moins je l’espère ! «

Les paroles de Stefano Domenicali sont étonnantes et contraste avec les fameux termes de l’ingénieur Brabham entre 1972 et 1986, Gordon Murray qui disait : « une belle voiture est souvent une voiture qui gagne. »

La question sera la suivante, est ce que la Red Bull RB7 était belle ? Est-ce que la Brawn était belle et plus largement est-ce que les Ferrari de l’ère Schumacher étaient belles ?

QTel Williams Renault pour 2012 ?

4 janvier 2012 | 7 commentaires
Catégorie : Marketing

Après le départ de l’opérateur télécom AT&T comme sponsor principal, l’équipe Williams F1 confirme être à la recherche d’un nouveau sponsor titre. L’agence Reuters indique que l’équipe anglaise est toute proche de conclure avec une entreprise de télécommunication différente.

Immédiatement l’idée d’Embratel et de Bruno Senna entre en lice. Depuis 2010, l’opérateur brésilien débourse environ 3,5 millions d’euros par année, pour soutenir le neveu d’Ayrton Senna en F1. Mais, il existe une autre piste : QTel

Ex Qatar Telecom, investit aussi grandement dans le sponsoring et a récemment annoncé une réorientation de ses partenariats sportifs à l’avenir. Les récents liens entre le Qatar et Williams ne sont pas à négliger pour 2012.

AT&T déboursait environ 7 millions d’euros par année depuis 2007. Il y a quelques mois, Williams avait demandé 10 à 15 millions d’euros par année, sur une période de trois années pour obtenir le même privilège. Nous pensons que le deal pourrait tourner autour de 10 millions d’euros par an, aujourd’hui.

Hors de porté d’Embratel selon toute vraisemblance. Notons que la porte parole de l’équipe, qui a confirmée l’arrêt du sponsoring par décision mutuelle au 31 Décembre 2011 de l’accord entre Williams et AT&T, a refusée de commenter les rumeurs entre le team de Grove et Qatar National Bank comme sponsor principal dès 2012.

Il y a quelques heures, Williams a confirmé l’augmentation de budget de Randstad pour 2012.

AIRASIA augmente son sponsoring en 2012

3 janvier 2012 | 5 commentaires
Catégorie : Marketing

La compagnie AIRASIA a accepté de prolonger d’une année son parrainage auprès de l’équipe Caterham F1. Les deux sociétés, propriétés de Tony Fernandes ont déjà été lié en 2011 à hauteur de 10 millions d’euros. Le millionnaire précise que la compagnie aérienne est un partenaire officiel de l’équipe et du programme de jeune pilote. Ajoutant même : « au même titre que prévu dans la convention initiale, sauf par rapport au montant de la commandite de la compagnie envers Caterham F1. »

Ce qui signifie que l’apport sera un peu plus important pour 2012 (entre 10 et 15 millions d’euros). La compagnie utilise l’image de la Formule 1 pour faire chasser son image d’un transporteur à bas coûts. Ainsi, même de démarcher des nouvelles destinations.

AIRASIA deviendra donc le principal sponsor avec General Electric, Dell, Tune Group, Naza et CNN.

Sponsoring – le retour des banques ?

3 janvier 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Marketing

Le retour des banques en Formule 1 ? Il semble bien que oui. Après une première offensive au début du siècle, les établissements bancaires reviennent en force dans la discipline reine.

Crédit Suisse, HSBC, plus tard RBS et ING étaient visibles sur les monoplaces. Aujourd’hui, Banco Santander est le fer de lance aujourd’hui avec un investissement de 50 millions d’euros chez Ferrari par année. Mais deux autres établissements vont probablement devenir des sponsors d’équipes dans les prochaines semaines.

Si Williams F1 perd une partie du sponsoring d’AT&T (voir ici), elle pourrait héritée de l’apport de la Qatar National Bank. En négociation depuis de long mois et accélérée avec la rumeur de Kimi Raikkonen, il semble que les qatarii soient d’accord pour un accord sur trois années, qui pourrait apporter entre 15 et 20 millions d’euros par année à l’équipe anglaise. Il est intéressant de constater que le budget du team de Grove ressemblera à celui de Sauber il y a 10 ans avec un trio de sponsors majeurs (PDVSA, QNB et Randstad), augmentant sensiblement le budget en 2012.

L’équipe Sauber qui pourrait aussi hériter d’un sponsor bancaire. Après le Crédit Suisse entre 2001 et 2008, il semblerait bien que L’Union des Banques Suisses (UBS) deviendra un sponsor majeur de l’équipe suisse dès 2012. Le journal Sontag Blick a publié trois photos qui n’étaient pas destinées au public, montrant que UBS est présent sur l’aileron avant, le dessus de la coque et le coté du capot moteur. Notons que les photos présentaient une C29 de 2010. En effet, il y a eu des discussions importantes entre les deux parties durant le prinptemps de cette année là, avant que UBS ne signe pour 30 millions d’euros par année sur 5 ans, afin de devenir sponsor principal de la Formule 1. L’histoire raconte qu’il manquait une voix au conseil d’administration pour que l’établissement suisse soit sponsor de Sauber pour 2011. Toutefois, il semble qu’il existe un nouvel intérêt pour 2012. Un sponsoring autour de 10/12 millions d’euros par année semble dans l’air.

Williams dit adieu à AT&T

2 janvier 2012 | 11 commentaires
Catégorie : Marketing

Williams F1 Team n’ajoutera plus le terme AT&T dans son logo pour 2012. L’opérateur américain ayant interrompu une collaboration longue de cinq années. Un nouveau coup dur pour l’équipe anglaise qui perd du même coup plusieurs millions d’euros.

L’accord signé en 2007 et sur une période de 5 saisons était un des premiers du genre. Le naming partiel de l’équipe. Le géant des télécoms américain AT&T était visible devant la marque Williams et ici et là sur les monoplaces en échange de 50 millions de dollars sur la période (soit environ 7 millions d’euros par année).

Depuis quelques temps, les discussions ont repris entre les deux parties. Il semblerait que Williams F1 souhaitait une prolongation de trois années pour environ 15 millions d’euros par année et une exposition plus importante sur les voitures.  Tandis que le géant américain visait environ 3,5 millions d’euros par année et un rôle moins visible.

Les mauvais résultats en piste depuis quelques temps, malgré de bonnes perspectives en 2012 et 2013, n’ont pas incité AT&T à prolonger l’aventure du naming et reste partenaire de l’équipe, mais probablement contre un investissement médian. En effet, l’usine de Grove ne peu refuser quelques millions d’euros, au moment ou les réductions de coûts obligent à consolider les partenaires actuels et non à en démarcher de nouveaux via l’équipe marketing.

Logo Marussia F1 Team

2 janvier 2012 | 2 commentaires
Catégorie : Marketing

Adieux la marque Virgin qui devient un sponsor de l’équipe, un peu plus classique et place à Marussia pour 2012.

LRGP – Convertir le marketing en argent

14 décembre 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Exclusif, Management, Marketing

L’argent est le nerf de la guerre pour une équipe de Formule 1. Dans un laps de temps, il faut construire une image, communiquer pour valoriser l’image et convertir cette image en argent,  pour assurer au team sa viabilité économique. Certaines équipes comme Ferrari, Williams et McLaren voir Mercedes GP n’ont pas ce travail d’image à produire, car déjà ancien. Tony Fernandes doit tout reconstruire à zéro pour 2012. Mais, quid à Enstone ?

Sur la base d’une méthode simple, le directeur marketing de l’équipe, Stephen Curnow, a mis en place avec son équipe trois axes : Construire un produit (Une équipe Lotus), un logo et une identité  (avec les couleurs Noir et Or) et enfin traduire une histoire (communication). Passer en peu de temps de l’image de marque à l’histoire de marque. Certes, la construction du produit de l’équipe de Genii Capital a été brouillée avec l’affaire Team Lotus de Tony Fernandes, mais le reste à été parfaitement mis en place. Surtout la communication (l’histoire) d’ailleurs.

L’approche de Lotus F1 Team dans le marketing semble toutefois atteindre ses limites. Certes le projet Genii Business Exchange est une plate forme permettant aux partenaires de l’équipe d’Enstone d’avoir un espace Business to Business. Mais l’argent reste le nerf de la guerre et l’équipe de Curnow doit désormais traduire la volonté de Gérard Lopez, qui a une vision claire de son équipe.

Hormis Lotus Group qui apporte environ 30 millions d’euros, le reste (l’essentiel dira t’on) du marketing dépend des sponsors de Vitaly Petrov (apportés par l’entourage du pilote) et aussi par les sponsors de Bruno Senna. Car soyons clair, ce n’est pas le marketing de l’équipe d’Enstone qui a trouvé les 10 millions d’euros, mais le pilote lui-même (voir ici en détail). Un détail. Tout comme l’obtention de la prime du pétrolier Total, grâce à la signature de Romain Grosjean. 5 millions d’euros supplémentaire. Via une relation direct eentre Eric Boullier et le PDG de Total, Christophe De Margerie.

La question qui inquiète un peu, est qu’une fois l’impact de la communication autour de la signature de Kimi Raikkonnen, Romain Grosjean et le départ de Vitaly Petrov digéré.  Quelle sera la marge de manœuvre marketing ?  Convertir en Euros cette construction virtuelle, que beaucoup dénoncent aujourd’hui. Raikkonen a un potentiel important (jusqu’à 25 millions) et il faut désormais combler rapidement entre 8 ou 10 millions d’euros de sponsoring by Petrov.

Pour résumer l’équipe marketing de Lotus 1 Team doit trouver en 2012, environ 15 millions d’euros pour rester au niveau de budget de l’année 2011, voir de progresser. Convertir le storytelling est une tache difficile, qui nécessite un engagement total de nos jours.

Le pilote, la base de la promotion de la F1 ?

13 décembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : F1 Leaders, Marketing

Dans la dernière édition du magazine de l’Institut FIA IQ, Tony Fernandes a donné son analyse sur la promotion de la Formule 1 : créer une culture capable d’être un sport d’héritage et simple à la fois. Mais certaines analyses sont erronées.

« Nous avons besoin de garder le sport simple quand il est introduit dans de nouveaux pays. Un sport comme la F1 est compliquée. Vous ne pouvez pas traiter un fan indien de la même manière d’un tifosi qui a 90 ans d’héritage à Monza et qui est très bine informés. », Précisant que le cricket a explosé en Inde lorsque les règles ont été simplifié. »

Il est vrai que la F1 n’est pas du même niveau pour un français, anglais ou italien, par rapport à un Indien, voir un Chinois.   Mais, ce que Fernandes n’a pas compris est que les fans supportent d’abords un pilote à la base. L’Espagne est un pays qui à découvert réellement la F1 via le prisme de Fernando Alonso et qui continu à le faire aujourd’hui, presque 10 ans après. Idem, durant longtemps pour l’Allemagne avec Michael Schumacher et c’est ce qu’il va se passer en France à l’avenir. Le pilote est le principal exposant de l’image. Arrive après l’équipe et ensuite la technique des voitures et le business.

« Je pense aussi que les pilotes et les équipes doivent passer plus de temps dans les pays qu’ils visitent. »

Il y a près de 10 ans, un analyste marketing avait dit que les pilotes de F1 n’avaient aucune image à l’extérieur de leur circuit. Citant David Beckham comme exemple avec la presse people. Mais, Zinedine Zidane n’a jamais été un grand spécialiste des Unes de Closer et Voici par exemple.  Pourtant il est lui aussi connu dans beaucoup de pays. La gestion de l’image est une mécanique complexe et si rester dans un pays signifie après avoir des paparazzis prenant des photos volées de la femme d’Alonso, la copine de Button ou encore les retrouvailles de Nicole et Hamilton. On revient au premier point. Le pilote est à la base du marketing de la F1.

« Il faut promouvoir plus grand, plus large les événements avec plus de couverture autour de l’événement. Une programmation pour la télévision depuis les coulisses, ainsi que plus de journalistes engagés avec l’événement et plus de télévision pour promouvoir le reste de la saison. »

D’accord mais qui va payer tout cela ? Tout le monde dans les rédactions en rêve, journalistes en tête.  Mais il n’y a plus de moyen, car la F1 est considéré comme un sport d’élite populaire, nettement moins fédérateur que le football, qui est plus facile à couvrir.

« Le Football a explosé dans de nouveaux marchés et a obtenu beaucoup d’argent quand SKY et quelques canaux de télévision sont arrivés. Il y a peut-être une leçon de cela. »

Certes, le football a explosé, mais uniquement grâce à des hommes dont l’image a été fabriquée de toute pièce par les clubs (voir le duel Messi – Ronaldo). De plus, dire que la télévision payante à permis une avancée, c’est négliger que cela à surtout permis aux fédérations d’avoir beaucoup d’argent pour les clubs, afin de satisfaire les supporters,  en permettant aux clubs d’acheter des stars.  Le football est devenu un sport de niche pour les masses, comme la F1 d’une certaine manière, mais cela tiens surtout dans son mode de diffusion et non dans la complexité technique. Mais le fond reste que le pilote est la seule star de la discipline, comme le footballeur est une star dans son club.

Votre avis ?

Grosjean et l’axe Lotus, Gravity et Total

9 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Management, Marketing

Dans sa déclaration, Romain Grosjean remercie surtout le pétrolier Total et Gravity Sport Management. Les deux principaux acteurs du retour du pilote français. « Je ne vais pas décevoir et je tiens à remercier toutes les personnes sans lesquelles ce retour en F1 n’aurait pas été possible. Total, qui me soutient depuis 2006, et Gravity Sport Management sont les premiers de cette liste. »

Depuis l’été, un plan autour de Grosjean a été décidé. La domination en championnat du GP2 a été mesuré et le choix de ne pas le faire débuter en remplacement de Nick Heidfeld avait été murement réfléchit. Ne pas reproduire le scénario de 2009, mais plutôt préparer 2012. En cela la stratégie de Gravity Sport Management a été prudente. Les deux vendredi en EL1 de Romain Grosjean lors du GP d’Abu Dhabi et du Brésil, n’ont véritablement servi qu’à valider l’impression.

Du côté du pétrolier Total, le projet d’aider un pilote français pour son retour dans la discipline reine était déjà impacté dans les tiroirs de la grande tour de la Défense à Paris. Lors du projet Renault – Genii Capital développé durant l’été et finalement avorté, le PDG de Total, Christophe de Margerie avait assuré son soutien et promis une augmentation de budget à l’équipe de 5 millions d’euros. Il semblerait que la présence de Total pour l’avenir dépendait de la présence d’un pilote tricolore dans ses rangs. Le pétrolier hexagonale est un sponsor majeur de l’équipe d’Enstone car ayant déboursé 10 millions d’euros en 2011.

En cela, Grosjean sécurise un total de 15 millions d’euros de contrats.

Source Sportune.fr

La stratégie Pirelli à l’horizon 2015

8 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Marketing

Pirelli estime positif son analyse de la saison 2011 et félicite sa stratégie positive qui a contribuer au spectacle. Face à ce défi majeur, le manufacturier italien souhaite s’imposer comme un leader mondial du pneumatique.

Avec la Formule 1, Pirelli dispose d’un élément important de sa stratégie future. « Notre président a mis récemment en avant notre stratégie pour les trois à cinq prochaines années. La participation à la Formule 1 est une partie intégrante. Nous sommes une marque premium et nous voulons être vus par le plus grand nombre. La Formule 1 est le sport automobile numéro 1. Il va donc de pair avec nos ambitions », indique Paul Hembery.

Il y a un mois, à Londres, le PDG de la société de Milan, Provera Tronchetti, avait fixé l’objectif de devenir leader du pneumatique premium en 2015. Le contrat actuel de Pirelli expire en 2013, les discussions sont déjà présente pour un renouvellement jusqu’en 2016.

Trouble au Ferrari World d’Ab Dhabi

6 décembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Marketing

Trouble à Abu Dhabi dans le parc à thème Ferrari. Environ 100 employés ont été licenciés, des réductions de salaires et la fermeture d’un restaurant ont été annoncée. Les doutes sur la viabilité du projet commencent déjà à poindre dans l’Emirat.

La société Farah Leisure Park Management LLC, la société qui gère le parc, a envoyée des lettres aux employés pour les informer d’un programme de coupe de budget, afin d’atteindre des objectifs de réductions des coûts. En plus des 100 postes supprimés, le personnel restant doit faire face à un ajustement de salaire et des prestations payés à la commission. De plus, un des six restaurants doit fermer.

Résultat, les heures d’ouvertures ont été raccourcie, avec une ouverture à 11h le matin et jusqu’à 20h le soir, tous les jours. Au lieu de 12h/22h et même jusqu’à minuit le Jeudi, vendredi et samedi, auparavant. Le parc sera désormais fermé le Lundi.

Des « ajustements » pour s’adapter aux préférences du public, selon le porte-parole de l’entreprise. Le Ferrari World est détenue par le gouvernement d’Abu Dhabi et développé par une co-entreprise menée par Aldar Properties et ProFun Management Group. Il représente une part importante des produits dérivés de la marque italienne.

McLaren vers le sposoring écologique

5 décembre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Marketing

Depuis la crise économique de fin 2008, le marche du sponsoring en Formule 1 est surtout dépendant de l’émergence des pilotes et de leur potentiel commercial et non plus sur le potentiel de l’équipe de Formule 1. Une dépendance qui inquiète outre mesure et certain cherche des solutions. McLaren Racing, en annonçant être devenu neutre en rejet de carbone, grâce à des projets de compensation énergétique, amorce une nouvelle tendance : le sponsoring écololigique.

La crise a mis en lumière des valeurs de moralités qui n’avaient pas été visible auparavant. La Formule 1 étant un sport de masse permettant de faire de al publicité pour un large public, mais depuis lors les entreprises coïncidèrent comme mal venues de telles dépenses. La Formule 1 est alors entré dans une récession marketing, provoqué par le changement de mentalité pour un meilleur respect de l’environnement. Le coup venait de loin. Le message écologique est un profit que bon nombre d’entreprise souhaitent mettre en avant, et cela n’était plus compatible avec l’image d’une Formule 1 gourmande.

L’émergence en 2010 de la Voile (investissement entre 80 et 100 millions d’euros par bateau) semble avoir fait réfléchir vers un sponsoring écolos. McLaren Racing a mis en place une première pierre destiné à séduire, via sa structure McLaren Marketing, une future cibles qui bien évoluée depuis 18 mois.

McLaren devient neutre en C02

5 décembre 2011 | 19 commentaires
Catégorie : Management, Marketing

[ English Version ] – McLaren Racing a annoncé quelle était la première équipe à devenir neutre en rejet de carbone, avec de nouveaux investissements dans deux projets de compensation énergétique.

Suite à un audit de trois ans, l’équipe a été reconnue par la Carbon Trust Standard et pas le gouvernement britannique, comme efficace en matière énergétique et rejet de carbone.

Afin de devenir pleinement neutre en CO2, l’équipe de Woking a annoncée un investissement autour de deux programmes de compensation énergétique basés sur deux projets Hydro-électrique en Inde et au Brésil.

« L’annonce d’aujourd’hui est la preuve la plus forte que nous sommes allés plus loin que toute les autre équipes de Formule 1 en devenant plus respectueux de l’environnement et efficace. Une réalisation qui est d’une grande importance non seulement pour notre organisation toute entière, mais aussi pour tous nos partenaires. » A indique Martin Whitmarsh.

Le casse tête budgétaire de Williams pour 2012 et au-delà

5 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Management, Marketing

Probablement avant Noël, Williams F1 annoncera son premier pilote, aux côtés de Pastor Maldonado l’an prochain. Deux candidats : Adrian Sutil et Rubens Barrichello. Deux profils différents et un apport financier certains.

Pilote sortant, le vétéran Brésilien fait tout pour rester une ultime saison dans l’équipe. Sa 20ème de suite. Un record. La présentation de son casque 2012 a été la partie visible d’un programme massif en deux temps. Premièrement, Barrichello a démarché des sponsors historiques pour sa saison jubilée pour permettre à l’équipe de Grove d’obtenir des garanties financières à hauteur de 7 à 10 millions d’euros.

Deuxièmement, en plein Grand Prix du Brésil, Barrichello a finalement accepté de réduire son salaire drastiquement. Actuellement payé 2,2 millions d’euros, Williams lui avait proposé 1,8 millions d’euros pour 2012. Proposition qu’il avait pourtant refusée, il y a quelques mois. Aujourd’hui, le pilote brésilien accepterait de courir pour « presque rien » à savoir environ 200.000 euros.

De l’autre côté, Adrian Sutil. Le pilote allemand est le favori. Il apportera certes 15 millions d’euros environ à l’équipe via Medion et Capri Sun, mais il ne souhaite qu’un contrat d’une année et ses ennuis juridiques avec le co-fondateur de Genii Capital, Eric Lux, est une menace qui plane au-dessus de lui. Pourtant, Sutil reste confiant pour l’an prochain et affirme qu’il sera à 100% en Formule 1. Côté salaire, Sutil accepte 1,2 millions d’euros en 2012.

L’équation d’Adam Parr est complexe. Les deux pilotes disposent d’atouts sérieux, mais beaucoup de zones d’ombres. Le budget de l’équipe est partiellement menacé par l’affaire PDVSA au Venezuela. Carlos Ramos, le membre du congrès du Venezuela, par échange de lettre avec l’équipe Williams est très véhément sur l’affaire du sponsoring d’Etat. L’équipe semble calme sur cette histoire, mais la gêne est visible.

Le casse-tête de l’équipe de Grove est de construire un budget 2012 et au-delà avec les sponsors actuels (Randstad a prolongé, AT&T négocie aussi etc…) et de trouver des nouveaux pour garantir un budget autour de 100 millions d’euros par année.

Kimi Raikkonen peut rapporter 25M€ à Lotus

1 décembre 2011 | 24 commentaires
Catégorie : Marketing

La signature de Kimi Raikkonen, annoncée mercredi par l’équipe Lotus Renault GP pour 2012 et 2013, est une bonne nouvelle économiquement pour le team basé à Enstone. Le champion du monde finlandais rapporte en moyenne à ses équipes 25 millions d’euros par an ! Les éclairages de Sportune… Considéré comme un pilote cher dans le paddock, Kimi Raikkonen n’en est pas moins en partie rentable pour une écurie. L’image construite au fil du début des années 2000 a explosé littéralement alors que le Finlandais était en lutte pour le titre de champion du monde contre Michael Schumacher en 2003 et surtout contre Fernando Alonso en 2005. Iceman est devenu un pilote dont l’image a été recherchée…

En 2006, l’équipe McLaren, celle de Raikkonen à l’époque, perd son précieux sponsor cigarettier allemand West avec la réglementation anti-tabac. Un manque à gagner de 35 millions d’euros pour les finances de l’équipe. Mais, en janvier de la même année, coup de théâtre. La compagnie aérienne de Dubaï, Emirates, signe un contrat d’une seule année avec le team anglais pour un total de 25 millions d’euros. L’argument principal de la communication de la compagnie aérienne était alors que l’association de l’image du duo Kimi Raikkonen – Juan Pablo Montoya était séduisante.

En 2007, alors que Kimi Raikkonen débute une nouvelle vie de pilote au sein de la Scuderia Ferrari, Jean Todt, alors patron de l’équipe italienne, indique dans les médias que l’image du pilote finlandais permet de séduire des sociétés dans le Golfe. Quelques semaines plus tard, la compagnie aérienne d’Abu Dhabi, Etihad Airways, et la compagnie d’investissement Mubadala deviennent des sponsors pour 2007 et 2008. Un total de 25 millions d’euros qui sera prolongé en 2009 et 2010. Mais l’absence du finlandais en 2010, remplacé par Fernando Alonso ne permettra pas de renouveler l’accord.

Plus en arrière, alors qu’Iceman doutait de son avenir chez Ferrari, durant l’été 2006, Flavio Briatore avait proposé un duo composé de Kimi Raikkonen et Heikki Kovalainen au marketing de la marque de téléphone finlandaise, NOKIA. Cette dernière, séduite par la perspective, avait accepté de signé un pré accord d’une valeur de 30 millions d’euros avec l’équipe Renault F1 Team pour 2007. Inutile, car Raikkonen confirmera avec Ferrari quelques temps plus tard.

Nous pouvons donc penser que Kimi Raikkonen apportera environ 20 à 30 millions d’euros de partenaires divers à l’équipe Lotus Renault GP pour 2012. Une très bonne opération donc.

Source Sportune.fr

Raikkonen, l’intéressante clé marketing pour l’avenir

29 novembre 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Management, Marketing

L’annonce ce matin de l’arrivée de Kimi Raikkonen est intéressante à plus d’un titre pour l’équipe Lotus Renault GP. Ce contrat de deux ans va permettre au projet mis en place par Genii Capital de gagner un peu de temps.

Depuis l’été, l’équipe tente de développer une nouvelle image. Noir et or étant les couleurs de base d’un ensemble devant permettre d’imposer une image plus haut de gamme. Une large partie de la communication matérialisée du team est axé sur cela. Sur internet cela n’a pas été très visible, mais sur le terrain un certain chemin a été parcourut depuis l’an dernier. Adieu le côté cheap et place à un plus haut niveau d’image. Une tendance que chaque équipes tente d’obtenir, mais que seulement Ferrari et McLaren, voir un peu Mercedes et Williams arrivent à entretenir. A cela, l’arrivée de Kimi Raikkonen va permettre de faire gagner du temps.

Plus qu’un simple pilote, le finlandais volant est une sorte d’ambassadeur du volant, permettant à l’équipe de se faire connaître à l’échelle mondiale et de gagner en notoriété. Une valorisation de l’image pour une équipe qui doit rattraper une grande parte de son retard dans ce domaine sur la scène internationale.

Dans le communiqué de ce matin, Gérard Lopez précise que l’équipe est dans un nouveau cycle et que le retour de Kimi Raikkonen est la première étape de plusieurs annonces devant permettre à l’équipe de devenir un acteur sérieux à l’avenir (toujours cette notion d’image).

D’autres annonces sont prévues (Sponsors ? l’avenir de Lotus Cars ? etc…) qui seront destiné, aussi, à établir une base solide pour l’équipe à l’avenir. En termes d’image de marque.

VW n’a pas besoin du prestige de la F1

23 novembre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Marketing

Serpent de mer de la F1 depuis près de 15 ans, le groupe Volkswagen hésite encore, résistant au charme de la discipline reine du sport automobile. Le récent recrutement quatre étoiles de Sébastien Ogier pour trois ans et le budget annoncé sur la même durée pour le WRC, sont des signes d’une ambition importante. Le groupe allemand souhaite devenir définitivement le premier groupe mondial automobile d’ici 5 ans. Toutefois, la Formule 1 est un programme trop loin.

« Comme la Formule 1 est trop loin de la série, elle est donc hors de portée pour la marque Volkswagen, du moins à ce stade » explique Ulrich Hackenberg, responsable du développement de la marque à Auto.presse.de

Précisant aussi que le prestige d’une victoire en Formule 1 permet de faire connaitre sa marque dans le monde entier, mais cela n’a aucun impact réel sur l’automobile de monsieur tout le monde. La stratégie de la marque allemande étant de se rapprocher de ses clients. Ce qui explique le programme WRC qui identifie la Polo à celle que nous croisons aujourd’hui dans nos rues.

D’ici la fin du mois, le conseil d’administration du groupe Volkswagen va se réunir pour définir si un projet de Formule 1 pour VW ou AUDI est envisageable. Ou Non.

Williams et le sponsoring de PDVSA

17 novembre 2011 | 9 commentaires
Catégorie : Marketing

Une rumeur indique que le sponsoring de la compagnie pétrolière du Venezuela, PDVA pourrait être une source d’ennuis pour l’avenir car il semblerait qu’il serait illégale.

Le pétrolier national a signé un accord sur 4 ans avec Williams, pour un total de 20 millions d’euros par année, selon le BusinessBookGP2011. Ce qui en fait que ce sponsoring est le plus important de l’équipe anglaise cette saison. Mais, un membre du Congrès a commencé à enquêter sur cette affaire et a découvert des malversations.

Carlos Ramos affirme que personne dans le gouvernement vénézuélien ne connait les détails précis de l’accord, qui va de 120 millions d’euros à 180 millions d’euros, selon certaines estimations d’économiste dans le pays. Sauf que le droit vénézuélien indique qu’aucun fond public ne peut être utilisé pour sponsoriser un projet comme une équipe de Formule 1, le membre du Congrès, Ramos précise également, qu’il n’a trouvé aucune trace du contrat, pas de signature. Rien.

Une lettre a été envoyée à l’équipe Williams pour précisions. Il semble que l’embarras est visible dans l’équipe anglaise.

Voici-ci-dessous la lettre traduite de Ramos  (voir l’originale ici):

« Mon nom est Carlos Ramos. Je suis un membre du Congrès élu du Venezuela.

Suite à des contrats de commandites entre Williams F1 et PDVSA, je voudrais demander une copie du contrat original entre Williams F1 et PDVSA, dans le but d’une enquête en cours à cet égard que la commission du Congrès vénézuélien a entrepris.

Comme vous le savez peut-être, conformément à la législation du Venezuela, les dépenses de la sorte doivent être approuvées par le Congrès. Vous pourriez également être conscients que notre Congrès n’a accordé aucune approbation au contrat de parrainage entre Williams F1 et PDVSA.

Par conséquent, je serais reconnaissant si vous pouvez nous fournir les informations suivantes:

  • Montant encaissé à ce jour pour Williams F1 par PDVSA.
  • Preuves des paiements effectués à ce jour pour Williams F1 par PDVSA.

Je me réjouis de votre réponse, alors je reste à votre service pour toute question que vous pourriez avoir à cet égard.

Fidèlement vôtre,

Carlos Ramos « 

HRT – un projet de 3 ans de Thesan Capital

12 novembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : F1 Leaders, Management, Marketing

L’investissement de Thesan Capital se fera sentir l’an prochain car l’équipe Hispania Racing Team dévoilera une nouvelle voiture pour 2012. C’est Saul Ruiz de Marco, le directeur d’investissement de la société espagnole qui l’a avoué en conférence de presse hier. « Cette fin d’année nous avons améliorés cette voiture et il y aura une nouvelle voiture qui sera différente l’an prochain. »

Au début de l’an prochain, HRT déplacera sa base ibérique dans une nouvelle usine à Valencia, mais le bureau d’étude restera jusqu’en Août 2012, à Munich. Ce projet espagnol n’est pas une solution facile économiquement et en matière de logistique, mais fait parti de l’identité de l’équipe, qui reste sous licence espagnole, avec un détail intéressant : De Marco a précisé qu’il y aura un accent Latino-American à l’avenir en matière de sponsoring.

Tonio Liuzzi a annoncé qu’il avait un contrat avec l’équipe pour l’an prochain (tout en précisant auparavant qu’il pouvait perdre son volant en cas de besoin financier), tandis que la connexion avec Red Bull pourrait permettre à un jeune pilote de viser un volant. Enfin, Narain Karthikayan, après sa  performance au GP d’iNde, souhaite rester dans l’équipe et vise un budget de 8 millions d’euros pour 2012. Une annonce précise sera faite en marge du GP du Brésil.

Le projet de Thesan Capital est d’avoir un plan sur trois ans et voir en 2015 ce qu’il arrivera. « Cet investissement n’est pas comparable à un fond qui a une sortie définie. Donc nous pourrions être ici éternellement ou alors vendre demain. En fait je dirais que non, car il y a un programme de trois ans et  nous estimons ce projet possible. S’il fonctionne, nous garderons l’équipe pour toujours. » lance le directeur d’investissement de Thesan Capital.

Sur le fond, le projet ressemble à celui de Force India (2008-2009-2010), mais aussi et pourquoi pas à celui de Stewart entre 1997 et 1999. D’ailleurs il se murmure que la prochaine HRT pourrait être avoir un nez plus haut et une allure de type Red Bull/Toro Rosso.


Page 2 sur 512345


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu