Naviguer : Accueil > Analyses > Blog article: Contrat pilote – le retour de la notion d’engagement

Contrat pilote – le retour de la notion d’engagement

Posté le 28 avril 2011 dans la catégorie : Analyses

« Si Jenson dit qu’il est totalement engagé et veut faire plus de x années, alors je soupçonne que nous pourrions parvenir rapidement à un accord. C’est un atout formidable pour l’équipe et, j’espère que ce sera une négociation rapide et facile. » estime Martin Whitmarsh en réaction des propos de Jenson Button qui souhaite terminer sa carrière avec McLaren.

La déclaration est intéressante,  car elle met en lumière la notion de temps que Martin Whitmarsh avait indiqué il y a quelques temps (le duo McLaren, Hamilton – Button jusqu’en 2017). Mais, les pilotes ont déjà refusé de signer des contrats fermes et long terme. C’est alors, subtile processus, que la notion de « l’engagement sur X années » prend tout son sens.

Lorsque Niki Lauda avait signé son contrat avec Ferrari en 1974, il y avait deux promesses : l’objectif du titre mondial et un total engagement sur plusieurs années. Il n’existait pas de contrat long terme, la plupart des contrats étaient annuels et surtout moraux. Lors du Grand Prix du Japon 1976, Lauda abandonne la course et le titre au profit de James Hunt. Une démarche,  qui a été interprétée comme étant « un manque d’engagement sur le long terme » par Enzo Ferrari et l’entourage de la Scuderia de l’époque. C’est alors, que Carlos Reutemann a été recruté en qualité de 1er pilote officielle du team italien, tandis que Lauda est désigné comme second pilote, avec très peu d’essais. En 1977 il sera champion du monde et partira, blessé chez Brabham.

Dans le même ordre d’idée, Williams (au-delà de l’aspect financier) n’a pas renouvelé les contrats de Damon Hill et Jacques Villeneuve sur le principe du manque d’engagement envers son équipe en 1996 – 1997. D’autres exemples existent.

Depuis 10 ans, les pilotes avaient des engagements fermes sur plusieurs années (souvent 3 ans). Le cas Raikkonen – Ferrari en 2009/2010, avec le dédommagement de 45 millions d’euros, accordé par l’équipe italienne est représentative de la rigidité des contrats de l’époque.

Ces histoires démontrent un changement dans les comportements Equipe – Pilotes. Le retrait des constructeurs nous offre une période intermédiaire sur les contrats et un retour en arrière. Vers une norme qui était de mise jusque dans les années 90. Le principe de l’engagement.

Articles connexes :

Commentaires fermés.


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu