Naviguer : Accueil > Analyses, Business News F1 > Blog article: F1 – Agent pilote : le système Briatore en question

F1 – Agent pilote : le système Briatore en question

Posté le 3 août 2009 dans la catégorie : Analyses, Business News F1

Flavio BriatoreLa façade était pourtant fort belle « Le chemin de la F1 a toujours été difficile et avec mon père, j’ai donc signé un contrat de management avec Flavio Briatore, qui nous croyons est une excellente option avec tous les contacts nécessaires et les compétences de gestion. »

Dès le départ du concept de Flavio Briatore dans sa carrière d’agent, débutant au milieu des années 90, l’idée était de fournir des pilotes aux équipes, afin de se substituer au déficit de la F3000 dans ce domaine. L’affaire a été très juteuse pour l’italien, de Fischella, à Trulli en passant par Wurz, Alonso, Kovalainen et Webber, les 25% de commission tombaient annuellement pour le plus grand bonheur de l’homme d’affaire. Briatore garantissait l’arrivée à la F1 et s’occupait des contrats et relations sponsorings. Bruno Michel, dans la FBB (Flavio Briatore Business, s’occupera des négociations salariales. Sauf que l’italien gère ses pilotes comme ses affaires. Avec agressivité.

Déjà en 1997, les agents, tels que Greg Pollock, Willi Webber et surtout Julian Jakobi critiquaient le système Briatore sans être entendu. Nelson Piquet dresse le portrait du management Briatore : « (…) à de nombreuses reprises, quinze minutes avant la qualification et les courses, mon manager et chef d’équipe (Briatore) m’a menacé, me disant que si je ne faisais pas un bon résultat, il avait un autre pilote prêt à mettre à ma place » Voici la fameuse confusion des genres que les médias ont salués il y a encore 5 ans estimant que l’italien avait réussit à faire le numéro d’équilibriste d’être à la fois Agent et Manager d’une équipe. Hors ce n’est pas le cas. « Pour la saison 2009 Briatore, encore une fois en tant que mon manager et patron de l’équipe Renault F1, m’a promis que tout serait différent, que j’aurais l’attention méritée, mais je n’avais jamais obtenu « au moins l’égalité de traitement » à l’intérieur de l’équipe. Il m’a fait signer un contrat basé sur les performances, me demandant de marquer de 40% des points de  Fernando Alonso à la mi- saison (…) »

Souvenir de 2005 et 2007 lors de l’affaire Fernando Alonso. Sous contrat Briatore en 2007, ce dernier avait crié à l’injustice, critiquant les méthodes de Ron Dennis pour la forme, fustigeant le fait que McLaren payait 3 fois plus que lui le pilote espagnol. Mais la réalité était que 7,5 millions de dollars sont tombés dans sa poche en commission cette année là. Sans rien faire en plus. Les affaires sont les affaires. D’un concept intéressant à l’origine, l’évolution est devenue surtout financière. En 2009, ses commissions sont évalués à 2,2 millions d’euros (3M$). Le record étant 2007 ou 10 millions de dollars ont été encaissés.

Qu’est qu’un bon agent ? Dans son communiqué, Nelson Piquet dresse le portrait du manager idéal : « Un gestionnaire est censé vous encouragez, vous soutenir, et vous fournir des opportunités. » Le profil idéal d’un Flavio Briatore sur le papier…et sur le papier seulement.

Articles connexes :

7 Commentaires pour “F1 – Agent pilote : le système Briatore en question”

  1. mike1664 dit:

    :mrgreen: Dans tout les cas , flavio ne se fera jamais baisé !!! Ah sacré flavio !!! Respect … :cool:


  2. Naeco dit:

    Rien de bien étonnant le fonctionnement de Brille à tort…
    Surtout si on se rapelle l’entourloupe faite quand il était propriétaire de Ligier…Un paquet de roros (du contribuable français!) tombé directement dans l’escarcelle…Benetton et donc ds la poche de..?
    Alors pour le coté humain faut peut être chercher ailleurs!!


  3. theodoric dit:

    pour moi, il y a quand un problème majeur de conflit d’intérêt.
    On ne peut pas être team-manager et manager de pilote sauf à privatiser la gestion de l’équipe en ne mettant dans les baquets que les pilotes qu’on a sous contrat. Ce qui donne le désastre Piquet junior, en lieu et place d’un Franck Montagny par exemple.
    Je ne comprend pas comment un grand constructeur comme Renault peut accepter celà.


  4. Starbuck dit:

    Quid de la commission européenne ? :mrgreen:


  5. tontonro dit:

    Marc, une question est ce que Benetton, géré à l’époque par Briatore a fini par payer ce qu’il devait à jean Alesi? il me semblait avoir lu qu’un ou 2 ans après il n’avait toujours pas payé le solde.


  6. Limacher Marc dit:

    @Tontoro
    Le solde a été réglé par David Richards fin 1997, mais oui il y avait une ou deux échéances de retard sur le salaire de Jean Alesi, mais tout a été réglé ensuite avec le limogeage de l’italien qui est parti avec un chèque de 6,4 millions fin 97.


  7. Kevin2Lyon dit:

    Quoi ?? la F1 serait pourrie par des histoires de sous ?? ca c est un scoop !!!



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu