Naviguer : Accueil > Actualités, Analyses > Blog article: F1 – La pluie comme élément provoqué ?

F1 – La pluie comme élément provoqué ?

Posté le 1 mars 2011 dans la catégorie : Actualités, Analyses

Presque tous les ans, Bernie Ecclestone lance une idée pour améliorer le spectacle. La dernière en date, farfelue et digne d’un jeu vidéo, consistait à introduire des raccourcis sur les circuits (voir ici pour le souvenir). La dernière en date, est de provoquer la pluie.

«Les dépassements sur une piste sèche est presque impossible. La pluie est une histoire complètement différente. Les courses sous la pluie sont toujours les plus plaisantes, alors pourquoi ne pas provoquer la pluie ? Il y a des pistes que nous pouvons artificiellement rendre humide et c’est un système facile à installer. Pourquoi ne pas laisser « la pluie » intervenir au milieu de la course ? Pendant 20 min, ou dans les 10 derniers tours ? Avec une annonce 2 min avant de le faire pour les équipes. Sensations garanties. »

Sur le principe l’idée peut paraitre idiote, mais elle fait suite à une longue logique de plus de 5 ans. Souvenir du Grand Prix du Japon 2005. La pluie avait permis de nettoyer la piste de Suzuka. Propice aux dépassements de Kimi Raikkonen à l’époque. Max Mosley et Bernie Ecclestone avaient alors indiqués qu’il fallait « mouiller » les pistes pour supprimer les résidus de gommes cumulés hors de la trajectoire.

Entre temps, une  pistes comme le  Paul Ricard a déjà été noyée pour faciliter des essais privés,  pour les gommes pluies. Récemment, la piste d’Abu Dhabi a été « inondée » pour permettre à Pirelli de faire ses tests pneumatiques. Techniquement, même provoquer la pluie dans un nuage est faisable et pratiqué pour les cultures agricole de nos jours (en Chine par exemple).

Reste une donnée d’écologique de gaspillage à surmonter concernant l’eau.

Articles connexes :

7 Commentaires pour “F1 – La pluie comme élément provoqué ?”

  1. Loyola dit:

    Encore une des provocations dont raffole Bernie :mrgreen:

    Dans l’interview il évoque ensuite l’ineptie du système d’aileron mobile.

    En mettant en regard les deux propos on peu penser que la provocation de Bernie n’est que la montée aux extrême du choix de la solution artificielle pour favoriser les courses animées.

    L’idée de Bernie n’est qu’a peine plus conne que cette solution de l’aileron mobile :mrgreen:


  2. Loyola dit:

    Stewart a un point de vue un rien plus intéressant sur ces questions :

    http://motorsport.nextgen-auto.com/Stewart-a-des-solutions-pour-les-depassements.html


  3. Jean-Caca dit:

    On pourrait jeter des clous sur la piste sans prévenir aussi pour rajouter du suspense, ou avoir des télécommandes pour faire exploser les moteurs. Et ce serait le téléspectateur qui voterait par sms pour décider sur quel pilote ça tombe.


  4. Cronos dit:

    Il gatouille ce cher Oncle Pic$ou.

    Le problème du dépassement est simple :

    - A force de vouloir TOUT réglementer on assiste à une aseptisation des courses, on a plus de passes d’armes sur la piste comme à la belle époque, la dernière à Spa entre Kimi et Lewis à finie de manière idiote.

    - Les circuits moderne sont …….beaux, et beaux….. et rien d’autre, les circuits style, Suzuka, Spa, Monza, Hockenheim (le grand), Silverstone, ce sont des circuits taillés pour la F1

    - Les monoplaces sont trop identiques, donc trop proches en terme de performances donc difficile à doubler. Par exemple avant on avait plusieurs manufacturiers en pneus avec leurs spécificités propres. Il faut lâcher la bride aux ingénieurs.


  5. Loyola dit:

    Je suis toujours surpris de voir que pour beaucoup la situation est le fruit de la bride mise sur la conception.

    Pour moi c’est exactement le contraire, nous avons aujourd’hui atteint un tel niveau de maitrise qu’un règlement ouvert créerait de très forte différences de performances et des hiérarchies invariable sur une saison.

    les courses ressemblerait alors à de longues procession comme nous en avons hélas trop vu et il nous resterait qu’a espérer que les écuries jouent le jeu du combat entre équipiers pour éviter que le modèle soit la saison 2004 en pire.

    Comme Stewart je crois que l’issue passe par une réintroduction de la difficulté : des circuits et des monoplaces ne pardonnant pas les erreurs, des monoplaces assez rustiques et physiques


  6. Late dit:

    Meilleure idée pour pimenter les courses SUPPRESSION DE LA FORMULA ONE, à la place création du GP1 avec une monoplace unique, avec moteurs différents .

    Oups, j’ai dévoilé la sottise 2012 d’Ecclestone … :roll:


  7. Walda dit:

    On retiendra que l’idée de nettoyer la piste n’est pas idiote, par exemple avant la course, le dimanche matin. Cela faciliterait les dépassements au moins lors de la première partie de la course, en l’absence de boulettes de gomme et de trajectoire « propre » unique.
    Reste l’argument de Stewart concernant la « repénalisation » de l’erreur qui est intéressant et que certains circuits appliquent déjà en partie en plaçant les zones de dégagements bitumées derrière une bande de gazon. Mais c’est devenu rare.



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu