Naviguer : Accueil > Analyses > Blog article: F1 – Les consultants, l’avenir des équipes ?

F1 – Les consultants, l’avenir des équipes ?

Posté le 20 avril 2011 dans la catégorie : Analyses

Leur présence sera importante à l’avenir,  car ils ne seront pas répertorier dans le personnel. Contournant ainsi le RRA avec efficacité. Mais, quelle est l’efficacité de ses consultants, ex directeur technique d’une équipe de Formule 1, qui vont pulluler dans le paddock ?

Rory Byrne, Goeff Willis, Pat Symonds et par le passé Frank Dernie, leurs noms s’associe à celui de « consultant engineer » mais ils pourraient bien être la solution miracle pour contourner les réductions des coûts en s’accordant des missions précises.

Frank Dernie a été le premier du genre à devenir un consultant dés fin 2003 pour le compte de Williams F1. Il n’impactera pas sur la fameuse FW26, mais plus sur la FW27 de 2005, puis la FW28 de 2006 devant marquer le renouveau du team. L’homme sera ensuite consultant pour Toyota, dés 2007 et son influence a permis au constructeur de vraiment progresser en 2008 et surtout en 2009.

Après sa deuxième retraite, Rory Byrne a été aussi consultant pour le compte de la Scuderia Ferrari de 2006 à début 2009. Il a soufflé le concept de la F2007 qui sera championne du monde avec Kimi Raikkonen. La Scuderia souhaite le rappeler d’ailleurs (voir ici) pour l’avenir.

Goeff Willis est aussi consultant pour le compte de l’équipe Hispania Racing Team. Son influence se fait désormais sentir dans les choix de la boite de vitesse Wiliams et les choix aérodynamiques de la F111 qui progresse depuis le début de saison.

Enfin Pat Symonds, qui est un récent consultant depuis son éviction du monde de la Formule 1 fin 2009. Interdit d’exercer directement jusqu’en 2013, il est consultant pour le compte de Marussia Virgin Racing, après avoir discuté, un temps, avec Williams F1 l’été dernier. Son influence dans l’équipe de John Booth sera intéressante à étudier, car déjà les relations entre Symonds et Nick Wirth (respectivement Directeur technique et directeur du design chez Benetton entre 1997 et 1999) se faire sentir.

Articles connexes :

7 Commentaires pour “F1 – Les consultants, l’avenir des équipes ?”

  1. Nagita dit:

    Je ne comprends le peut d’intérêt des équipes pour geoff Willis qui ne m’avait pas paru être un mauvais directeur technique chez BAR.

    Y a t-il des raisons particulières?


  2. Nagita dit:

    « peu » et pas peut :oops:


  3. Limacher Marc dit:

    Willis est un ingénieur atypique et il a son image qui lui colle à la peau. Son passage chez Williams a surtout été remarqué par la FW24 ratée, et chez Bar-Honda par une machine 2005 et 2006 limite limite techniquement. Son passage chez RBR devait lui permettre d’être mieux reconnu, mais cela a été un échec.

    Mais son passage chez HRT le remettra dans les bons papiers des équipes. A coup sur.


  4. Nagita dit:

    ;-) merci


  5. Kékémaniak dit:

    Ce que j’aime dans l’appellation « Consultant », c’est qu’il y a « Sultan »… :mrgreen: OK, je :arrow:


  6. GrandNicolas dit:

    Je suis vraiment pas d’accord pour Willis, il est à l’origine de l’incroyable progression de Bar de 2003 à 2006 avec en point d’orgue la victoire de Button en Hongrie en 2006, et on a vu le résultat après son éviction : les camions Honda de 2007 à 2008.

    La condamnation de Bar en 2005 pour l’affaire du double réservoir était totalement politique, son concept était aussi ingénieux et a la limite que le Mass Dumper de Renault. Par ailleurs, l’affaire du diffuseur double en 2009 a montré que Ferrari a gagné nombre de ses titres avec des voitures non conformes à l’esprit du règlement. Par conséquent, Willis n’avait rien à se repprocher en 2005.

    Clairement, une pointure méconnue et mal cotée.


  7. Limacher Marc dit:

    J’avoue que je pensais pas du tout à l’affaire du double réservoir en écrivant cela.
    Willis a permis à BAR de fortement progresser de 2003 à 2004 (elle partait de très très loin), mais reconnaissont que les saison 2005 et 2006 ont fait stagner l’équipe au lieu de la faire encore progresser.
    cela a été la meme chose avec Williams entre 1998 et 2001. Il a contribué à remettre l’équipe dans le bon chemin, mais pour la machine de 2002, il a fait la meme erreur qu’avec BAR, stagnation.

    Pour moi, il y a deux types d’ingénieurs : ceux qui font de la conception et les autres qui développent.
    Willis est comme Gascoyne et avant eu John Barnard. C’est un homme de conception, essentiel pour mettre les bases. Mais pour progresser, il faut un Ross Brawn, Adrian Newey etc…



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu