Naviguer : Accueil > Analyses > Blog article: Jenson Button et l’histoire de ses agents

Jenson Button et l’histoire de ses agents

Posté le 6 avril 2011 dans la catégorie : Analyses

Répondant à l’annonce de Lewis Hamilton qui a signé avec la société de Simon Fuller XXI, Jenson Button a indiqué dans The Guardian qu’il « avait le meilleur manager actuellement en F1 et probablement le meilleur de l’histoire de la F1. » parole ditirambique et ayant un sens caché pour un pilote qui a été malheureux en affaire par le passé.

Lors de son introduction en Formule 1, le jeune anglais était couvert par David Robertson, qui lui a financé sa carrière avec l’aide d’un fond d’investissement anglais. Une aubaine et un glorieux contrat pour Button avec Williams, puis avec Benetton – Renault. Mais, une somme de détails va séparer les deux hommes. Dans un premier temps, Button touchait 60% de ses salaires, le solde revenant à son manager et ses investisseurs. Cela a été ainsi jusqu’en 2003.

Deuxièmement le transfert record de 25 millions de dollars et un salaire évolutif sur une base de 8 millions de dollars pour Kimi Raikkonen, nouvelle recru du clan Robertson en 2002. Ce transfert va perturber Button qui n’aura de cesse de réclamer autan d’argent pour l’horizon 2003.

Durant cette période, Flavio Briatore avait proposé au pilote anglais une prolongation en 2003, à la condition qu’il quitte les Robertson et qu’il s’associe avec lui, en échange de 25% de son salaire futur. Finalement, Jenson Button va rompre avec David Robertson en Juillet 2002 et son père John, via une société pour gérer les intérêts du jeune pilote anglais. L’avocat John Byfield et sa société Essentially, agissant comme consultant de Button dans les questions de transfert et management. L’avocat anglait permettra le transfert de Renault à BAR en juillet 2002 pour la saison 2003.

Toutefois, Byfield sera aussi l’homme du faux transfert en 2005 chez Williams. Ce thriller que je vous conseil de redécouvrir les trois parties ci-dessous, va causer la perte de l’avenir de Jenson Button. Le pilote était devenu détestable et il dépensera même une fortune auprès de différent « consultant » pour cette affaire.

C’est sur les ruines d’une année 2005 difficile qu’émergera Richard Goddard, avocat de son état et plus modeste dans son approche. Le nouveau consultant réglera les problèmes avec HONDA et Williams (à l’avantage de Button) et sera l’homme des discussions avec Brawn et celui du transfert avec McLaren en décembre 2009. Aujourd’hui, l’avocat discute avec McLaren pour une prolongation à l’horizon 2012 (voir ici)

Articles connexes :

2 Commentaires pour “Jenson Button et l’histoire de ses agents”

  1. ledug dit:

    Salut,
    C’est Richard Goddard et non pas goodard…


  2. Sauber.F1 dit:

    Sympa la combinaison de Jenson :-)

    Quand aux divers transferts de Jenson, il me fait toujours penser à oui-oui non-non, l’histoire avec Williams + Honda avait pas été très sympa.. :-(



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu