Naviguer : Accueil > Note du Mardi > Blog article: La Note du Mardi : Les deux changements d’avenir de la Formule 1

La Note du Mardi : Les deux changements d’avenir de la Formule 1

Posté le 7 juin 2011 dans la catégorie : Note du Mardi

Le constat est clair : la Formule 1 a changée. Du fantasme 100% constructeurs de la première décennie, le retour à plus de réalisme économique est un choc après plusieurs années de folles croissances. Vient aussi se greffer l’écologie, qui doit être perçu plutôt comme une anticipation d’acte envers la société, plutôt qu’une application verte d’une compétition qui ne l’a jamais été.

A partir de ses constats deux choses doivent évoluer en Formule 1,  pour préparer la décennie avenir et le futur de la discipline. Une projection qui concerne son modèle d’affaire et son effet levier de marque.

Un nouveau modèle d’affaire

La Formule 1 doit être bien gérée, innovante et surtout responsable dans son ensemble.

La Formule 1 est à la croisée des chemins. Son modèle économique basée sur le dollar et les BRIC atteint déjà ses limites. L’an dernier le chiffre d’affaire en Euros (plus constant) n’a augmenté que de 5%. L’audience unique des spectateurs (et non pas par foyer) stagne depuis 3 ans à plus de 500 millions, tandis que les BRIC (Brésil – Russie –Inde – Chine) comment à démonter des limites financières. En effet, la Chine a revue déjà à la baisse ses ambitions F1, tandis que le Brésil refuse d’offrir 30 millions d’euros par année, comme l’avait accepté la Russie. L’Inde, ayant joué la montre se contentera de 22 millions d’euros environ par année. Cette année, seules les signatures d’UBS et HUBLOT et le jeu vidéo Formula 1 2010 ont sauvé la mise. Le reste est en baisse : TV, Paddock VIP, droits circuits, GP2/GP3,  l’ensemble doit désormais s’ouvrir aux autres.

L’arrivée à Austin en 2012 est une bonne chose, mais la Formule 1 doit plus investir le sol américain en nouant un accord avec l’INDYCAR ou la NASCAR afin d’établir des exhibitions sur le modèle des World Series Renault. Aller au-delà des Road Show commandés,  pour former un partenariat avec des grandes disciplines du sport automobile, dans des régions clés, voir de créer des courses hors championnat au Qatar par exemple, afin de développer sa marque dans ses pays et augmenter sa base de fans sur ses marchés en évolution.

Il faut aussi que la Formule 1 devienne responsable. Elle ne doit plus être responsable devant ses actionnaires et ses intérêts propre, mais doit être un peu plus démocratique. Les équipes, pilotes et même une élite de fan doivent avoir leurs mots à dire. Le modèle « SOCIOS » espagnol est une idée qui doit faire son chemin dans une discipline comme la Formule 1.

Effet de levier sur sa valeur de marque

La Formule 1 est riche d’histoire, mais semble avoir perdu ses traditions sur le principe du modernisme. Un retour à certaines valeurs est indispensable et permet d’assoir une réputation,  via un style qui reflète la passion et le dynamisme de ses partisans. La Formule 1 doit devenir une icone pour la communauté.

Il faut que la Formule 1 s’appuie sur sa valeur de marque pour l’augmenter,  en étendant ses racines en Europe (ou plutôt les retrouver) et ouvrir sa porte à l’échelle du monde de manière différente, en respectant le public. Le GP de Turquie vide dans ses tribunes, ainsi que d’autres courses dans le calendrier doivent être comparé à Monza, Barcelone, SPA et Silverstone. En cela, il faut que la F1 soit responsable envers ses membres et ces derniers doivent aussi participer à la valeur de la marque. Ces valeurs doivent aussi avoir une dimension sociale. Pourquoi pas créer une fondation, avec un financement de 1% du chiffre d’affaire total de la Formule 1, au bénéfice des ravages de la pollution dans des pays pauvres etc…Nouer un partenariat fort avec un organisme puissant dans ce sens, serait un acte aussi fondateur qu’un moteur peu polluant.

Depuis 10 ans, la Formule 1, à force de croissance, a oubliée l’essentiel et a perdue son image unique. Elle se fait rattraper par des sports individuels (Golf par exemple) et commence à retomber doucement dans un anonymat convenue. La Formule 1 n’est plus considérée comme un grand sport, ses pilotes plus comme des champions affrontant le risque et leur talent n’est plus mis en avant. Elle doit désormais faire sa révolution. C’est essentiel si elle veut encore, d’ici 5 ans être un sport avec une solide base de fans dans le monde.

Articles connexes :

4 Commentaires pour “La Note du Mardi : Les deux changements d’avenir de la Formule 1”

  1. Shogun_971 dit:

    Traduit et fax ça a Bernie.
    +1 Marc


  2. Nagita dit:

    +1 :cool:


  3. skieur dit:

    +1


  4. FACOSTARR dit:

    +1

    sinon dans lidee de renforcer les liens avec les autres disciplines, je reve dun mini championnat pendant la treve sur 3/4 courses mythiques (indy 500, le mans, monaco, suzuka) sur des GP2 par exemple, avec tous les pilotes titres de toutes les series mondiales qui comptent aujourdhui + des invites comme rossi, raikkonen, montoya…

    tu pourras lajouter au fax stp marc?



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu