Naviguer : Accueil > Note du Mardi > Blog article: Note du Mardi : Le Club incubateur de sponsor

Note du Mardi : Le Club incubateur de sponsor

Posté le 15 février 2011 dans la catégorie : Note du Mardi

Lorsque BMW a quitté l’équipe Sauber, Peter Sauber n’a survécu en 2010, qu’avec quelques ruptures de contrats, des contrats suisses horlogers et les droits TV du constructeur allemand obtenu sur les résultats de l’année 2009. Un bien maigre butin pour assurer l’avenir. Mais, alors en pleine frénésie de B2B, Sauber a commandé à l’agence publicitaire française, Publicis, un concept de Business To Business. Le résultat a donc été le Sauber Club One.

Un club exclusif pour les entreprises qui souhaite utiliser la Formule 1 en tant que plate-forme d’affaire, de réseautage et pour conclure des ententes d’achat d’espace…sans logo sur la voiture. Une approche nouvelle dans un monde ou les sociétés n’ont plus besoin d’exposition mais de développement d’image.

« Dans de nombreuses discussions avec des futurs partenaires, nous avons constaté que peu de marque célèbre souhaite pas être complètement associé avec la Formule 1, mais reste ouverte. Pour certaine société, cela correspond à un besoin interne, d’autres pensent que le sport n’est pas bon pour l’environnement etc… » explique Monisha Kaltenborn à l’agence Reuters récemment.

Le concept de Club One Sauber est à comparer à une sorte d’incubateur à sponsor. Des entreprises qui souhaitent venir dans la discipline reine, mais qui ont encore des doutes, un manque de ressources et surtout qui veulent simplifier et sécurisez leur sponsoring.

L’incertitude de ses dernières années (scandales, pertes de sponsors et constructeurs) devait avoir une réponse. Le club One de Sauber est une idée, comme celui de Genii Business Exchange, plate forme crée par le fond luxembourgeois Genii Capital l’an dernier. La plate-forme devant aussi permettre d’établir des liens entre les partenaires.

Sauber espère avec ce concept permettre à des sociétés d’utiliser le club comme point de départ pour apprendre, discrètement et ensuite, dans la deuxième étape rendre public ses accords.

Dans le principe c’est une révolution marketing, mais réellement, depuis environ vingt ans, McLaren et Williams pratiquaient déjà le principe avec plusieurs partenaires,  indirectement. Toutefois, la nouveauté ici étant que les futurs partenaires peuvent démarrer leurs programmes marketings autour d’un label.

Aucuns chiffres précis n’ont été diffusés concernant le chiffre obtenu par Sauber durant l’hiver, Chaque partenaire apportant son budget. Un budget que nous pouvons toutefois estimé entre 50.000 et 200.000 euros par an environ. Mais il semble que le concept marche. Marche, mais ne sera vraisemblablement pas copié. D’autres équipes pensent à des concepts différents, avec la même finalité financière.

Articles connexes :

Un Commentaire pour “Note du Mardi : Le Club incubateur de sponsor”

  1. Loyola dit:

    vous connaissez la définition du mot concept pour un publicitaire ?

    Moins qu’une idée, mais en beaucoup plus chère :mrgreen:

    Sincèrement il font mousser ici des idées très courantes et assez banals qui n’ont strictement rien de neuf en terme de stratégie de communication.

    Quasiment toutes les fédérations de sports, tous les organisateurs d’événements prestigieux ont des « concepts » de ce type en oeuvre depuis assez longtemps.

    Il ne suffit pas d’enrober de vieille idée avec des discours pompeux pour être innovant, mais l’enrobage de lieu commun est au coeur de l’activité de bien des consultants :???:



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu