Naviguer : Accueil > Note du Mardi > Blog article: Note du Mardi : le sponsoring parent

Note du Mardi : le sponsoring parent

Posté le 8 novembre 2011 dans la catégorie : Note du Mardi

Les discussions sur les accords de restrictions de budgets (RRA) s’enlisent dans une marée de chiffre entre 50 et 100 millions d’euros. Limite fixée pour répondre à la crise et éviter une course à l’armement tueuse en Formule 1 jusqu’en 2017.  L’une ou l’autre limite n’a aucune importance pour le marketing de la Formule 1. Une tendance semble prendre un virage intéressant pour la suite : le sponsoring parent.

Inventé par Phillip Morris avec sa marque de tabac Marlboro avec Ferrari. Ce concept consiste à sponsoriser l’intégralité des espaces d’une Formule 1. Des espaces qui, paradoxalement ne sont pas fixement la propriété du sponsor. Un accord entre les deux parties, permet à l’équipe de vendre des espaces, devant rembourser en argent le principal partenaire afin de combler le peu de retour médiatique qu’il dispose. Marlboro entre 2007 et 2011 a déboursé environ 1 milliard de dollars dans ce sens, pour ne pas apparaitre (pour des questions de loi anti-tabac). Toutefois, depuis l’émergence de Banco Santander, le groupe de Tabac est remboursé à hauteur de 80% de son investissement.

En 2009, Virgin Group et son patron Richard Branson découvre la Formule 1 en devenant sponsor de l’équipe Brawn GP. L’idée d’un programme de 30 millions de dollars pour 2010 émerge en échange d’un droit exclusif et commercial de tous les autres parrainages de l’équipe. Un achat des droits d’images qui signifiait que le groupe anglais pourra vendre les espaces de l’équipe pour son propre compte et même au-delà du chiffre de 30 millions de dollars. L’accord n’a pas été conclu, mais il fera date pour la suite.

Actuellement aux prises avec un sponsoring dépendant d’un pays, le Venezuela à hauteur de 32 millions d’euros, l’équipe Williams F1 tente de se débarrasser de cette omniprésence dangereuse pour son avenir et tente de négocier un accord majeur avec la Qatar National Bank. Un contrat, dit-on de 30 à 60 millions d’euros par année et sur une durée de 10 ans.  L’écart des chiffres correspond à la prochaine décision sur le RRA. D’un extrême à un autre, l’équipe de Sir Franck Williams passerait d’un concept de sponsoring dépendant d’un pilote (et obtenu grâce à lui) à un sponsoring dépendant des résultats. Etonnant, mais nécessaire.

L’histoire retiendra que l’équipe Williams s’inspire beaucoup de Ferrari depuis un certain temps. En 2005, lors des négociations pour les Accords Concordes, Sir Franck Williams avait obtenu 75 millions de dollars de droit commerciaux sur la période, en échange de sa signature. A l’époque, l’anglais avait justifié son choix en invoquant que son équipe valait 50% de celle de Ferrari. Dès l’an prochain, Marlboro a signé un accord de 4 ans avec Ferrari, sur le même principe que précédemment, mais en échange de 100 millions d’euros annuels. Soit presque 50% de ce que devrait toucher Williams pour la même chose de son futur partenaire économique qatari.

Après le naming, le sponsoring parent est la prochaine tendance en Formule 1. Surtout si un RRA à 50 millions d’euros est adopté.

Abonnez vous sur la page de la Note du Mardi en cliquant ici

Articles connexes :

3 Commentaires pour “Note du Mardi : le sponsoring parent”

  1. Nagita dit:

    Donc si je comprends bien, Williams compte signer un sponsoring parent avec la QNB de 50 Millions d’euros.
    La QNB se remboursant sur les montants des autres sponsors de type PDVSA.


  2. stands-up dit:

    C’est le principe de la « vente à la découpe » bien connue dans le secteur immobilier (ailleurs on dit paradoxalement « vente par appartements »).
    On achète un bien et on le détaille jusqu’à ce que l’on rentre dans ses frais. Le sponsoring sportif commence à ressembler de plus en plus au montage de production d’un film ou d’un jeu, similitudes entre industries du spectacle, une parenté qui entre tes perspectives de réflexion, Marc ? :cool:


  3. plastik dit:

    Renault n’avait-il pas utilisé un système équivalent avec Genii l’an dernier ?



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu