Naviguer : Accueil > Histoire F1 > Blog article: Rubens Barrichello, 19 ans et l’ombre de Senna

Rubens Barrichello, 19 ans et l’ombre de Senna

Posté le 17 janvier 2012 dans la catégorie : Histoire F1

« Mes amis, je ne serais pas cette année chez Williams. Je souhaite que mon ami Bruno Senna le meilleur. L’avenir est grand ouvert. » tel ont été les mots de Rubens Barrichello sur son compte Twitter, après l’annonce de Bruno Senna. Le vétéran brésilien quitte discrètement la discipline, après 19 ans d’exercice. Un record.

Pour la première fois depuis le Grand Prix d’Afrique du Sud 1993, Rubens Barrichello ne sera pas au volant d’une monoplace de Formule 1 sur la grille de départ. Il cède sa place à un nom illustre qui aura hanté toute sa carrière. Senna.

Dès ses débuts, le triple champion du monde brésilien prend sous son aile le jeune homme de 21, qui avait signé un contrat de 4 ans avec Eddie Jordan. La monoplace n’avait pas l’allure de son illustre ancêtre de 1991 et Barrichello apporte environ 4 millions de dollars de sponsor brésilien. Pourtant, le jeune homme s’illustre lors du GP d’Europe à Donington ou il était 3ème avant qu’un problème technique ne ruine sa virtuosité sous la pluie. Une course encore dans les mémoires collectives pour la fantastique victoire d’Ayrton Senna. L’année 1994 sera meilleure et confirmera le talent de Barrichello. La J194 propulsée par un modeste V10 Hart, lui permettra d’obtenir un pôle position astucieuse à Spa Francorchamps cette année. Mais aussi de subit un terrible accident à Imola. Les images sont effroyables. Puis il y a eu 1995 et 1996. La période où Barrichello a été désigné comme l’héritier de Senna sur la piste. Le pilote devient une star et dispose enfin d’un salaire qui se compte en millions de dollars. Mais ses résultats en piste déçoivent. Un transfert avorté chez Ferrari (Jean Todt préférera Eddie Irvine) et le voici avec Jackie Stewart dans l’équipe éponyme, propulsé par un fragile moteur Ford. Et toujours ses 4 millions de dollars qu’il met à disposition dans le budget de l’équipe écossaise. La meilleure saison sera 1999, ou il rate plusieurs fois la victoire. Mais, le but est atteint. Un top team et un rôle de pilote N°1 bis avec Michael Schumacher.

Une période qui tournera au cauchemar pour Rubens Barrichello. Entre 2000 et 2005, il récoltera l’intégralité la majorité de ses victoires en carrière, touchera un salaire compris entre 5,5 et 12 millions de dollars, mais restera le N°2. Courant 2005, il quitte la Scuderia pour Honda. L’espoir renait.

Mais, il déchantera rapidement. Les voitures nippones ne sont pas au mieux techniquement et la fin de carrière s’approche. D’ailleurs, déjà, Honda signe un précontrat avec Bruno Senna fin 2008. Avant que Ross Brawn ne reprenne l’équipe et redonne un second souffle avec deux victoires en 2009. Williams décide d’utiliser son expérience en 2010 et 2011, mais jamais le brésilien ne sera en mesure de reproduire l’exploit. Pire, l’essoufflement était visible.

Pour 2012, Rubens Barrichello souhaitait participer pour fêter ses 20 saisons de Formule 1 et boucler la boucle. Il n’en aura probablement jamais le temps.

Articles connexes :

10 Commentaires pour “Rubens Barrichello, 19 ans et l’ombre de Senna”

  1. raf dit:

    et les 2 victoires de 2009 sur Brawn GP ?


  2. Limacher Marc dit:

    ;-)


  3. Zdek69 dit:

    Au revoir Rubbens … Bonne retraite et place aux jeunes. Va pas me manquer, n’oublierai jamais son coup de frein sur la ligne d’arrivée du gp d’Hongrie afin de laisser passer le Kaiser qui venait d’aligner 5 victoires d’affilée !
    Et qu’on ne vienne pas me faire la « morale » à base de « oui, c’est son employeur patati patata il a un contrat de travail », « les consignes d’équipe ont tjs existées » et arguments à deux balles pour moi … Quand on risque sa vie à plus de 300km/h faut savoir envoyer bouller ses supérieurs na !


  4. EstebanF1 dit:

    @Zdek69 : Je crois que c’est en Autriche en 2002 ?


  5. Zdek69 dit:

    P’tain m… Je les confond tout le temps ces deux là lol merci de corriger ;D


  6. Eestlane dit:

    C’est assez ironique, si on regarde bien, qu’il se fasse remplacer par le neveu de son mentor. Personnellement, même s’il faut bien que la grille se renouvelle, cela me pince le coeur de savoir qu’on ne le verra plus sur la grille, ni dans le paddock. Son départ ne fait qu’allonger la liste des bons, motivés et sympathiques pilotes qu’on a poussé à la retraite. C’est regrettable. Quant à l’argument de l’âge, je le trouve parfaitement idiot, dans la mesure où ce n’était pas le plus de la grille.


  7. A.S dit:

    Peut etre qu’il aurait fais la fameuse saison de trop. Il aurait du annoncer à Interlagos qu’il prenait sa retraite, la F1 lui aurait bien rendu un bel hommage, comme DC en 2008 ou Schumi en 2006…


  8. Mike du 94 dit:

    Tout à fait d’accord avec toi A.S. Il s’est accroché à l’idée de conserver son volant ce qui est tout à fait honorable. Mais de ce fait il ne sort pas par la grande porte comme DC ou MS.


  9. Yohann dit:

    Bruno gagne sa revanche de l’intersaison 2008-2009 !!! Et c’est une bonne chose !! Un pleurnichard en moins sur la grille et un jeune en plus !! Une critique en plus : quelle bêtise de s’être obstiné au point de louper sa sortie dans son propre jardin !!! Car malgré tout, ce type là, avec sa carrière, ne méritait pas de partir par la petite porte…

    PS : Une place de dispo encore chez HRT…. On sait bien que le ridicule ne tue plus chez Rubens mais là quand même je m’enflamme dans mon immagination !! Enfin j’espère… :shock:


  10. Absolument! dit:

    Il était temps !



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu