Naviguer : Accueil >

Bourse F1 – Morgan Stanley, Banco Santander, DBS et CIMB dans la course

24 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Morgan Stanley, Banco Santander, DBS Group et CIMB se joindront à Goldman Sachs et UBS pour travailler à la prochaine introduction en bourse prévue à Singapour, selon l’agence Reuters.

La Formula One Management a fait une présentation à l’Hôtel Savoy de Londres devant des analystes des banques nommés plus haut, selon des sources proches de l’affaire et indiqué par l’agence de presse. Les établissements bancaires n’ont pas fait de commentaires.

Il est toutefois intéressant de constater l’identité des nouvelles banques : Morgan Stanley est une vielle connaissance de la Formule 1, pour avoir pris une part de la Formule 1 (SLEC) à la fin des années 90 afin de procéder à la première tentative d’introduction en bourse de la discipline en 1999. Banco Santander est le sponsor bancaire le plus important de la Formule 1. DBS Group est un établissement de Singapour, autrefois nommée Banque de Développement de Singapour et se trouve être la plus grande banque de la région sud est asiatique. Enfin, CIMB est un géant Malaisien qui dispose d’une branche Banque d’Investissement active dans la région, après avoir racheté les actifs de RBS en Australie.

Bourse F1 – Hong Kong perdra du terrain sur Singapour

24 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

Même si le contexte économique encore trouble ne permettra pas une introduction en bourse de la Formule 1 dans les prochains mois. Il semblerait que Hong Kong soit presque définitivement exclu pour la future IPO de la F1.

Depuis plusieurs jours maintenant, le régulateur boursier de Hong Kong lance des mises en garde répété. La semaine dernière la Securites and Futures Commission (SFC) a annoncé qu’elle allait durcir les règlements de cotation. En cause ? Le trop grand laxisme de ses trois dernières années. En effet, Hong Kong a été la place boursière la plus agressive depuis 36 mois, cumulant des introductions record pour les marchés asiatiques avec un total de  97.9 milliards de dollars, selon les chiffres de l’agence Reuters. Sauf que l’Etat central de Pekin estime qu’il est difficile de prendre des mesures contre une entreprise s’il y a des problèmes avec l’introduction en bourse. Ce qui signifie que les promoteurs doivent offrir plus de garantis à l’avenir. Un détail important, alors que Hong Kong tente une opération séduction depuis plusieurs mois sur la Formule 1.

Autre détail, le choix d’UBS. En effet, l’établissement majoritaire des introductions à Hong Kong est HSBC et non l’Union des Banques Suisses, qui est proche de la place de Singapour.

Selon nos estimations, la prochaine introduction en bourse de la Formule 1 ne devrait pas intervenir avant 2013. L’année 2012 étant riche en changement politique (Election aux USA en Novembre 2012, devant influencé beaucoup de choses), Vladimir Poutine entrant en fonction d’ici Juin 2012 et la direction Chinoise devant changer de représentant. Les politiques d’investissements des fonds souverains, en majorité intéressé par des actions F1, seront influencés par ses changements.

BusinessLink (19 Avril)

19 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Economie

F1 – CVC capitalise son introduction en bourse avec Goldman Sachs et UBS

16 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Entrepreneurs

CVC Capital Partners a engagé UBS et Goldman Sachs en tant que Joint Global Coordinators pour préparer la prochaine introduction de la Formule 1 en bourse de Singapour, d’ici Juillet 2012 (et probablement pas 2013), selon des sources cités par Reuters.

La semaine dernière, il avait été indiqué que Goldman Sachs n’était pas le seul établissement bancaire à s’occuper de ce programme. La répartition sera la suivante. La banque d’affaire américaine s’occupera du processus d’introduction et des véhicules financiers, tandis que l’Union des Banques Suisses s’occupera de l’introduction grâce à ses bonnes relations à Singapour. Le fond souverain de Singapour, GIC, qui est le principal actionnaire de la banque (6,4%).

Les deux établissements ont refusé de commenter l’information.

Notons que Goldman Sachs et UBS toucheront environ 200 millions de dollars chacun pour ce projet d’introduction. Soit 2% du montant introduit en Bourse.

BusinessLink (28 Mars 2012)

28 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Entrepreneurs

BusinessLink (13 Mars)

13 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Ses mystérieux établissements MIG et Falcon Bank

13 février 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Exclusif

Le secteur bancaire est devenu un objectif important pour les équipes marketings des teams F1 depuis bientôt 10 ans. A la fois comme sponsor ou comme actionnaire partenaire. Toutefois depuis quelques temps, un nouveau type de banque s’installe dans le paysage de la Formule 1. Voir MIG Bank et Falcon Bank.

La première, connue depuis 2009 comme sponsor de l’équipe Brawn GP, a prolongé son partenariat de deux ans (2012 et 2013) avec l’équipe Mercedes AMG F1, pour environ 1,5 millions d’euros par an. Cet établissement de 130 personnes environ qui transfèrera son siège social au printemps 2012 de Neuchâtel à Lausanne, est devenu la plus grande banque suisse spécialisée dans le trading de Forex en ligne.  Née en 2003, elle a obtenu sa licence bancaire en 2009.

De son côté la banque Falcon a été acquise fin 2008 par Aabar Investments d’Abu Dhabi. Cette dernière est pourtant l’objet de difficulté. Elle est l’une des 4 banques visées par l’enquête du régulateur financier suisse FINMA, au sujet de leur conduite à l’écart des actifs des dictateurs, mais aussi du fond Madoff.  La banque a démenti en fin d’année dernière ses allégations de la presse suisse. En 5 ans, les actifs de cet établissement zurichois a presque doublé, passant de 13,5 milliards de dollars à 25 milliards de dollars, dont 1 milliard provenant des pays du Golfe. Ses deux dernières années la banque a été recapitalisée à hauteur de 200 millions de dollars, pour alimenter la croissance de la banque. Mais, la banque n’a pas encore obtenu sa licence d’Abu Dhabi et les ennuies s’accumulent.

En Décembre 2011, Le cabinet du syndic de liquidation de Bernard Madoff via la personne de Irving Picard a déposé deux poursuites aux Etats-Unis auprès du tribunal des faillites de Manhattan pour un retour des fonds qui ont été transférés aux deux banques suisses par des investisseurs de Fairfield Sentry, un fond de Madoff basé dans les Iles Vierges. La banque Julius Baer et Falcon Bank. Cette dernière doit rendre 39 millions de dollars. Encore une fois la banque n’a pas été informée de la situation.

Falcon Bank est sponsor de l’équipe Toro Rosso en 2012 à hauteur de 5 millions d’euros d’après nos estimations. Mais, aussi actionnaire minoritaire du team italien en échange de cette participation qui serait d’une durée de trois ans.

Vijay Mallya sauve sa compagnie grâce à Sahara Group

8 janvier 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Entrepreneurs

Après multiples rebondissement, il semblerait que la situation de la compagnie aérienne de Vijay Mallya, Kingfisher Airlines soit sortie d’affaire. Une injection de fonds personnels, ainsi que de son nouvel allier, le groupe Sahara est accueilli comme une bouffée d’oxygène.

Hier, sur son compte Twitter, le milliardaire indien avait indiqué qu’il était « 1000% que Kingfisher est sûr de voler. La sécurité est notre priorité absolue. » La compagnie aérienne indienne était sous la menace d’une suspension de licence par la Direction Général de l’Aviation Civile (DGAC), à cause de la tempête économique subi par le groupe de Mallya, qui pouvait avoir une incidence sur la sécurité des avions.

Kingfisher Airlines a été sauvé par Subrata Roy. Son groupe Sahara a offert un prêt de 150 millions d’euros environ, selon trois sources proches du dossier. Le prêt n’a pas de précision sur les taux d’intérêts. L’accord a été directement négocié entre Vijay Mallya et Subrata Roy.

De son côté Mallya a donné une garantie personnelle de près de 50 millions d’euros envers les emprunts contractés auprès des banques (14 au total). L’ensemble du groupe United Breweries Holding, la société de tête du milliardaire indien a fourni une garantie de 320 millions d’euros aux ministres des finances indiennes.

Pour se sauver, Kingfisher a fourni une caution d’un milliards d’euros, qui comprend, en plus de la compagnie, Kingfisher House à Mumbai et Kingfisher Villa à Goa. Il y a aussi eu une hypothèque de la marque, évaluée à 822 millions d’euros par le cabinet Grant Thornton.

BusinessLink (6 Janvier 2012)

6 janvier 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Sponsoring – le retour des banques ?

3 janvier 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Marketing

Le retour des banques en Formule 1 ? Il semble bien que oui. Après une première offensive au début du siècle, les établissements bancaires reviennent en force dans la discipline reine.

Crédit Suisse, HSBC, plus tard RBS et ING étaient visibles sur les monoplaces. Aujourd’hui, Banco Santander est le fer de lance aujourd’hui avec un investissement de 50 millions d’euros chez Ferrari par année. Mais deux autres établissements vont probablement devenir des sponsors d’équipes dans les prochaines semaines.

Si Williams F1 perd une partie du sponsoring d’AT&T (voir ici), elle pourrait héritée de l’apport de la Qatar National Bank. En négociation depuis de long mois et accélérée avec la rumeur de Kimi Raikkonen, il semble que les qatarii soient d’accord pour un accord sur trois années, qui pourrait apporter entre 15 et 20 millions d’euros par année à l’équipe anglaise. Il est intéressant de constater que le budget du team de Grove ressemblera à celui de Sauber il y a 10 ans avec un trio de sponsors majeurs (PDVSA, QNB et Randstad), augmentant sensiblement le budget en 2012.

L’équipe Sauber qui pourrait aussi hériter d’un sponsor bancaire. Après le Crédit Suisse entre 2001 et 2008, il semblerait bien que L’Union des Banques Suisses (UBS) deviendra un sponsor majeur de l’équipe suisse dès 2012. Le journal Sontag Blick a publié trois photos qui n’étaient pas destinées au public, montrant que UBS est présent sur l’aileron avant, le dessus de la coque et le coté du capot moteur. Notons que les photos présentaient une C29 de 2010. En effet, il y a eu des discussions importantes entre les deux parties durant le prinptemps de cette année là, avant que UBS ne signe pour 30 millions d’euros par année sur 5 ans, afin de devenir sponsor principal de la Formule 1. L’histoire raconte qu’il manquait une voix au conseil d’administration pour que l’établissement suisse soit sponsor de Sauber pour 2011. Toutefois, il semble qu’il existe un nouvel intérêt pour 2012. Un sponsoring autour de 10/12 millions d’euros par année semble dans l’air.

La SNORAS nationalisée, Antonov recherché

24 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Entrepreneurs, Politique

Le gouvernement lituanien a décidé hier, mercredi, de nationaliser la banque AB SNORAS, invoquant ses difficultés financières. « Un rachat des parts dans l’intérêt du public », a précisé la ministre des Finances, Ingrida Simonyte.

En parallèle à cette action, des procureurs de Vilnius ont ouvert une enquête concernant d’éventuels délits financiers. Certains actifs de la banque SNORAS, évalués à plus de 200 millions d’euros, et ayant un lien avec des responsables de la banque, ont disparu.

L’homme d’affaire Vladimir Antonov est dans le viseur. Un mandat d’arrêt international a été émit pour toute l’Europe. Il possédait 68,1% des parts de la banque, tandis que l’homme d’affaire lituanien Raimondas Baranauskas, en disposait 25.3%.  Les problèmes de la 4ème banque du pays engendrent un effet domino dans cette ex-république soviétique d’environ 3 millions d’habitants. Car une autre banque liée à la première serait en faillite : Latvijas Krajbank, dont AB SNORAS détient 67.9% du capital. L’inquiétude gagne la Lituanie depuis 48h.

Pour information, la AB SNORAS a accordé un prêt de 20.5 millions d’euros (qui doit être remboursé d’iciDécembre 2011) à Genii Capital, afin de combler les lourdes pertes engendrées par l’exercice précédent (voir ici l’explication).

Le patron d’UBS démissionne

24 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Politique

Le patron de l’UBS Oswald Grübel démissionne. Le conseil d’administration de la grande banque suisse a accepté samedi la décision de celui-ci et a nommé Sergio Ermotti CEO du groupe par intérim avec effet immédiat. Ce dernier était responsable des affaires de la banque en Europe, Asie et Afrique.

Grübel voulait installer un vote de confiance durant les trois jours du conseil d’administration de la banque qui se tenait à Singapour. Mais sa démission restait le seul acte fort que la banque pouvait présenter aux marchés.

UBS restera attentif à son sponsoring F1

23 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Marketing

Le conseil d’administration d’UBS tien table à l’hôtel Ritz –Carlton à Singapour, depuis Mercredi et jusqu’à ce vendredi. Pour le moment rien ne filtre sur les futures mesures du groupe financier helvétique et sur le maintien de confiance, après un vote, du directeur général Oswald Grübel. Toutefois, hier, certains membres du conseil ont jugé le cadre du GP de Formule 1 légèrement inapproprié, par rapport à la crise que subit la société.

Présent à Singapour, les hauts cadres d’UBS utilisent la Formule 1 comme un outil de relation publique, afin de démontrer une certaine assurance et une solidité. L’établissement bancaire indique aux journalistes économique qu’il  est incapable de se prononcer sur l’impact de son sponsoring F1, mais qu’il reste vigilant sur les coûts à l’avenir.

« La F1 est une plate forme de commandite à long terme qui constitue un élément clé de nos activités de marque. » a déclaré un porte parole d’UBS à Singapour.

UBS tien conseil d’adminstration à Singapour

21 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Même si la réunion du conseil d’administration d’UBS, qui a débuté ce mercredi à Singapour, était programmée depuis le début de l’année, l’ombre de la journée noire du 15 Septembre est toujours dans les têtes.

Selon Challenges.fr, le conseil d’administration met la pression sur le directeur général de la banque suisse, Oswald Grübel. Ce dernier n’a rien commenté sur l’événement en cours, mais, alors qu’il a refusé de démissionner, une demande d’un vote de confiance pour mener à bien la restructuration de l’établissement va être présentée, durant les trois jours du conseil.

La perte de 2,3 milliards de dollars (1,7 milliards d’euros) représente toutefois une menace sérieuse. Le fond souverain de Singapour, GIC, qui est le principal actionnaire de la banque (6,4%) a indiqué dans un communiqué, ce mardi, que l’établissement Zurichois « devrait réagir fermement afin de rétablir la confiance dans la banque. »

Le vote de confiance du Directeur Général sera intéressant à suivre pour définir la prochaine politique d’UBS en matière de publicité et de sponsoring.

UBS : quel impact pour la F1 ?

16 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Marketing

Journée noire pour la banque suisse UBS. Une chute de près de 11% de son action en bourse, suite à la découverte d’une fraude de deux milliards d’euros provoqué par un trader, via des transactions non-autorisées.

La filiale banque d’investissements de la banque UBS, UBS Investment Bank, première banque de gestion de fortunes d’Europe (Michael Schumacher est un client historique) va présenter des pertes financières lors du troisième trimestre, suite à cette affaire.

C’est un coup dur pour la banque qui est dans l’œil du cyclone depuis trois ans. UBS avait annoncé, fin août, une suppression de 3.500 emplois devant faire économiser environ 2 milliards de francs suisses d’ici la fin 2013. Victime des subprimes de 2007 et de la crise économique de l’automne 2008, l’établissement suisse a été sauvé par le gouvernement de Berne. Une première dans l’histoire du pays. Depuis quelques temps, UBS avait redressé son image. La banque helvétique est le sponsor principal de la Formule 1 (pour une période de 5 ans et 200 millions de dollars au total). Il se pourrait bien que cet investissement puisse être remis en cause,  à très court terme, accentué par les affaires de corruptions avec Bernie Ecclestone, qui ne rassure nullement les marchés financiers.

Le cas UBS va relancer le cas d’une séparation, à terme, des banque de dépôts, et du secteur de la banque d’investissements. Certains analystes estiment que l’établissement suisse devra vendre sa banque d’investissements, tandis que d’autres pensent que le PDG d’UBS, Oswald Grübel,  quittera ses fonctions  (il est à la base du redressement de la banque et du contrat sponsoring avec la Formule 1). Il est l’homme qui avait augmenté de 1.500 emplois les effectifs d »UBS Investment Bank. Il est déjà entendu que ce milliers d’emplois sera licenciés à partir de Novembre.

Affaire Gribkowsky : Ecclestone et le conseil d’administration de Bayern LB

23 août 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : F1 Leaders, Politique

Ultime ( ?) révélation dans l’affaire Gerhard Gribkowsky, autour de la vente des droits commerciaux de la Formule 1 en 2005. Après de nombreux rebondissements (aussi improbable que l’intervention de Flavio Briatore, qui aurait donc à l’époque prêté toute sa fortune personnelle à Bernie Ecclestone sans le sous. Pour régler ce différent…) le magazine allemand Focus révèle que c’est bien Ecclestone lui-même qui a payé le banquier allemand, en soudoyant le conseil d’administration de la banque Bayern LB.

Le procès Gerhard Gribkowsky mobilise un total de 40 témoins. Deux d’entre eux indiquent que, lors du GP d’Australie 2006, Ecclestone a donné une valise contenant 20 millions de dollars à son partenaire allemand,  qui le faisait visiblement chanter. Cette version n’a pas été confirmé ni par l’argentier, ni par le banquier. Le processus est donc plus compliqué.

Selon l’acte d’accusation du procureur de Munich, Bernie Ecclestone a bien versé près de 29 millions d’euros (41,4 millions de dollars), mais révélant d’un plan ingénieux:  Le contrat de commissions a été conçu de telle manière, que cet argent ne provient pas de la poche d’Ecclestone, mais de la banque BayernLB. Pour déguiser cette commission, c’est la banque qui a décidée du montant. A la discrétion des parties. Un principe très souvent utilisé par les intermédiaires d’affaires. Mais dans ce cas là, cela a été orienté.

C’est un vieux principe du capitalisme, qui permet à des intermédiaires d’affaires de toucher une commission très juteuse,  sur la vente d’une société. Dans le cas de la vente des droits commerciaux de la Formule 1, c’est 67 millions d’euros qui auraient donc été répartie : 41.4 millions en direction de Gribkowsky et 25.6 millions de dollars pour Bernie Ecclestone. Notons que cette commission est votée en conseil d’administration. Ce qui signifie donc  que la banque était au courant du virement de cette somme envers son banquier. Ce qui fait penser au procureur de Munich que Bernie Ecclestone a fait pression pour réaliser cette transaction.

Les dessous de la rumeur Karthikeyan – HRT

8 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

[English Version]  – Il semblerait que les rumeurs du remplacement de Narain Karthikeyan par Daniele Ricciardo n’ont rien à voir avec un problème financier du pilote indien. Mais un problème financier de l’équipe HRT.

Le budget de l’équipe espagnole, pour 2011, est fixé d’après le BusinessBook GP 2011 (voir ici pour le commander) à 34 millions d’euros.  10 millions proviennent de l’allocation de la FOM pour les nouvelles équipes et 7 millions de la part de Tata. Mais le principal commanditaire reste Hispania Group à hauteur de 15 millions d’euros. Toutefois, ce sponsoring est un prêt.

Dans son plan de trois ans, Hispania Group a souscrit un prêt bancaire de 45 millions d’euros, répartie en trois années, pour financer le team espagnol. Sauf que, Banco Popular estime que le remboursement de ce prêt est nécessaire. Il est sous-entendu (sans preuves) qu’une partie de l’argent prévu pour 2011 a servi pour rembourser le prêt, ce qui explique que seulement 50% du budget Hispania ait été fourni. Il manque donc environ 7 millions d’euros dans les caisses.

Tata est le principal partenaire de Nairain Karthikeyan et une société qui vise à devenir un acteur sérieux dans le monde. Il semblerait que les délais de règlement soient respectés et qu’HRT ait même demandé une avance sur le calendrier pour assurer l’existence de l’équipe. En vain.

L’arrivée de Daniele Ricciardo s’accompagne d’un chèque de Red Bull compris entre 3,5 et 5 millions d’euros pour terminer l’année. Une manière de combler le reste du budget de l’équipe. Enfin, l’émergence en début de semaine du fond Thesan Capital, nouveau propriétaire d’HRT, pour 24 millions d’euros, est aussi intéressante.  Car il semble que 4 millions soient destinés au sponsoring de l’équipe pour assurer la fin de saison.

CVC règle près d’un milliard aux banques

18 juin 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Business News F1

Selon le journal anglais l’Express, la  Royal Bank of Scotland Plc et Lehman Brothers Holdings Inc ont reçu 978 millions d’euros (1,4 milliards de dollars)  en remboursements, avec intérêts, du prêt ayant permis au fond d’investissement anglais, CVC Capital Patner d’acquérir les droits commerciaux de la  Formule .

CVC a remboursé 5372.7 millions d’euros (762,3 millions de dollars) de ses prêts et 463.1 millions d’euros (662,7 millions de dollars) en paiements des intérêts, selon le journal. Qui n’a pas précisé ses sources pour le moment.

A suivre….

Affaire Gribkowsky : Le tribunal gêle les biens du banquier

4 mai 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

L’étau se resserre depuis quelques temps sur Gerhard Gribkowsky dans l’affaire du pot de vin de 50 millions de dollars. Le tribunal de Munich a confisqué tout les biens du manager de la banque allemande Bayern LB.

Le verdict a été annoncé en moins de 5 min, le banquier n’est plus maître de ses biens. Sa fondation, ses comptes et ses propriétés lui sont confisqués. L’ensemble a une valeur de 31,4 millions d’euros (31 472 619,20 € pour être précis). La décision a été basé sur le principe que les 50 millions d’euros de pot de vin obtenu de la vente de la Formule 1 aux CVC Capital Patner, n’était en faite qu’un contrat fictif de consultation. Sans valeur donc. Le tribunal a été convaincu que l’argent du banquier est directement lié à la vente des parts de Bayern LB dans la Formule 1.

Cette première décision semble être un prélude au procès principal : « Les procédures ne sont pas complètement indépendants les unes des autres » indiquait le porte parole du tribunal hier aux médias allemands. L’avocat, sans conviction, va faire appel de cette décision de geler les biens de son client…

Ecclestone accuse la banque BayernLB

23 mars 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Business News F1

Dans l’affaire de corruption qui touche les droits TV, Bernie Ecclestone accuse ouvertement la banque BayernLB de vouloir un bouc émissaire pour masquer ses erreurs d’investissements et surtout certaines malversations.

« Cette banque a été pendant une longue période dans toutes sortes de choses étrangers qui l’ont rattrapés et je pense qu’ils sont à la recherche de quelqu’un pour porter le chapeau. » lance Bernie Ecclestone dans le Daily Telegraph. L’occasion de faire la liste de ses méfaits :

  • Janvier 2011 : affaire corruption sur les droits TV de la Formule 1 autour de 35 millions d’euros (affaire remontant en 2005-2006)
  • Février 2010 : affaire de corruption touchant 10 personnes et l’homme politique autrichien Jörg Haider au milieu des années 2000.
  • Janvier 2010 : la banque BayernLB demande 200 millions d’euros de dommage est intérêt à 8 anciens dirigeants suite au rachat désastreux de la banque autrichienne HGAA en 2007. La banque a été cédée 1 euros symbolique en 2009 au gouvernement Autrichien, alors qu’elle avait été acquise 3,7 milliards d’euros.
  • Janvier 2010 : Scandale bancaire de la CSU (partie politique petite sœur de la CDU d’Angela Merkel). Le partie a approuvé le rachat de la banque autrichienne HGAA et se retrouve avec des problèmes de trésorerie via un accord avec la banque BayernLB.
  • 2008 : 4,3 milliards d’euros investit dans les subprimes…

Il semble donc que la banque est acculée depuis 18 mois autour d’affaires financières qui remontent au début des années 2000, sous son ancienne direction.


Page 1 sur 3123


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu