Naviguer : Accueil >

F1 – Un pacte d’actionnaires pour l’après Bernie favorable au CVC Capital ?

7 mai 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, F1 Leaders

L’introduction en Bourse prochaine de la Formule 1 en Bourse à Singapour permet de comprendre que l’après Bernie Ecclestone est dans l’air. A 81 ans, l’homme n’est pas fatigué, mais il faut anticiper le futur. Il y a quelques semaines le PDG de Nestlé, Peter Brabeck était annoncé dans un poste de responsabilité dans la Formule 1. Dans le Salzburger Nachrichten, l’autrichien a confirmé : « C’est vrai que j’ai accepté de prendre en charge la présidence du conseil de surveillance dans une fonction non-exécutive. Si vous voulons que la Formule 1 soit une entreprise cotée, il est important d’avoir un président indépendant. »

Plus loin, Brabeck indique que tant que Bernie Ecclestone est en bonne santé avec ses capacités actuel, il continuera encore à effectuer sa mission en Formule 1. Mais ensuite ? « Il existe différentes possibilités comme de nouvelles structures, mais aussi réfléchir sur des personnes. Il y a probablement à considérer ses solutions. » lance le patron autrichien.

Mais l’âge de Bernie Ecclestone permet de penser qu’il existe un pacte d’actionnaire  avec CVC Capital Partner, que Nestlé connait bien. Actionnaire à hauteur de 5.3%, Bernie Ecclestone, et via la holding Bambino Trust à 8,5%, est un faible actionnaire sur le papier. De plus, en cas de décès, se sont ses deux filles Tamara et Petra qui héritent de la Formule 1. Mais, il semblerait que la discipline ne soit pas de leurs intérêts premier pour l’instant. C’est ainsi que peut naître, en fonction des déclarations de Brabeck le principe d’un pacte d’actionnaire entre Bernie Ecclestone et CVC Capital, similaire à celui de Nestlé et Liliane Bettencourt avec l’Oréal.

Le groupe alimentaire suisse dispose depuis le 29 Avril 2004 une clause sur les actions de la milliardaire française, nommée : Clause de préemption. Cette dernière correspond à plusieurs cas de figure, mais l’essentiel est que Nestlé dispose d’une priorité sur les parts de la famille fondatrice de L’Oréal et vice versa jusqu’en 2014. En somme, en cas de décès de Mme Liliane Bettencourt, Nestlé s’est engagé à ne pas prendre le contrôle de L’Oréal dans une période de 6 mois. Idem durant la vie de Mme Bettencourt. Un détail intéressant pour l’avenir de la Formule 1.

Actionnaire à hauteur de 63,3%, CVC Capital pourrait céder environ 30% en Bourse de Singapour. En réalité 14,7% provenant de ses propres actions et les 15,3% que détient jusqu’en 2014 l’établissement Lehmann Brother. Le fond d’investissement anglais dispose d’une priorité de rachat de ses parts. Reste donc virtuellement 5,3% que disposent Bernie Ecclestone et probablement les 8,5% de Bambino Trust, auquel CVC Capital pourraient disposer à l’avenir.  En se basant sur un accord similaire à celui conclu entre Mme Bettencourt et Nestlé…

Accord Concorde – McLaren traité comme Ferrari

26 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, F1 Leaders

Une rumeur semble se confirmer jour après jour. Le mois dernier, la surprise a été grande d’apprendre de la part de Bernie Ecclestone que l’équipe McLaren avait signé les prochains Accords Concordes 2013 – 2020. Le week-end dernier, un bruit indiquait que l’équipe de Woking pourrait obtenir des parts dans la holding Delta Topco, à la manière de Ferrari et Red Bull Racing.

Dès la signature du contrat préliminaire de 30 pages à Londres, avant le GP de Malaisie, le duo Dennis -Whitmarsh a été clair : Ils souhaitaient que leur team soit traité à égalité par rapport à la Scuderia Ferrari. Héritage du traumatisant épisode de 2004 ou la Scuderia avait signée un accord avec Bernie Ecclestone, lui permettant d’obtenir 100 millions d’euros par année entre 2007 et 2009. Ron Dennis, estimant que son équipe est en Formule 1 depuis 1966 et qu’elle est désormais un constructeur automobile de voiture de sport, il n’est plus possible de faire une distinction. D’autant, que selon les échos, il a été signalé que Ferrari est soutenue par FIAT, qui est un constructeur automobile, tandis que McLaren est indépendant désormais. Un argument de poids dans une négociation.

Un rapport de force qui a incité Bernie Ecclestone a accordé les mêmes degrés d’assurance que Ferrari, soit 2,5% du capital de Delta Topco. Luca di Montezemolo siègera au conseil d’administration de la Formule 1, lorsque cette dernière sera introduite en bourse ? Ron Dennis (selon toute vraisemblance) aura aussi ses jetons de présence.

La différence proviendra des primes. En effet, McLaren n’ayant pas remporté de titres constructeurs depuis 2000, elle ne peut bénéficier des largesses d’Ecclestone. Toutefois, selon nos calculs l’équipe de Woking pourrait toucher, avec cet accord, un total de 86 millions d’euros de prime FOM par année.

Avant Poste – Calendrier F1, un avant et un après Bahreïn

24 avril 2012 | 6 commentaires
Catégorie : Tomorrow TV

L’émission web de TomorrowNewsF1 « TomorrowLine » est revenu Dimanche soir sur les coulisses du Grand Prix de Bahreïn qui a vu la victoire de  Sébastian Vettel devant Kimi Raikkonen et Romain Grosjean .

Voir la vidéo ? cliquez ici

Il y aura un changement après le GP de Bahreïn dans le développement du calendrier de la Formule 1.

Souvenez-vous. Il y a quelques jours Bernie Ecclestone avait indiqué que les équipes avaient le pouvoir d’annuler la course de Bahreïn. Les équipes, embarrassées ont précisé que ce n’était pas possible aussi facilement. Le démenti était timide. La réalité des faits est la suivante :

Lorsque le calendrier dépasse les 17 Grand Prix, les équipes sont consultées pour approbation. Mais, dans l’état, le seul maître à bord dans la construction de ce calendrier reste Bernie Ecclestone.  C’est là tout le problème du moment. L’affaire du Grand Prix de Bahreïn a certes offert un spectacle magnifique, mais les tensions étaient visibles aux abords du circuit durant le week-end. Un point qui soulève la réflexion de Ross Brawn. Le technicien de Mercedes GP a indiqué qu’il faudra que les équipes se réunissent autour d’une table pour réfléchir à l’après Bahreïn. Car l’après GP de Bahreïn est le plus important à gérer.

Pourquoi ce Grand Prix va tout changer pour l’avenir ? D’abord la FIA et les fédérations nationales n’ont pas leurs mots à dire. La FIA valide les circuits, valide le calendrier. C’est tout. Une mesure qui commence à apparaitre dans le paddock et de cumuler les responsables marketings des équipes avec les dirigeants de la FIA et les fédérations nationales porteuse des projets de circuits, pour la constitution des futurs calendriers. L’avenir nous dira si cette tendance se confirmera.

Force est de constater que Bahreïn a ouvert une plaie. Qu’il faudra refermer prochainement. Bernie Ecclestone a probablement fait des erreurs. Bahreïn aura été une erreur, ou pas, selon le point de vue. Mais il y aura vraiment, un avant et un après Bahreïn.

L’actualité F1 de la semaine 2012 (16)

21 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Back News

Au programme de l’actualité de la Formule 1 cette semaine : l’idée de Grand Chelem de Bernie Ecclestone, La rumeur Colin Kolles chez Williams, CVC Capital mandate deux banques et un partenaire de Mercedes souhaite quitter le capital.

Découvrir l’article complet en cliquant ici

F1 – L’idée des Grand Prix Chelem

18 avril 2012 | 16 commentaires
Catégorie : F1 Leaders, Management

Bernie Ecclestone est un homme d’idée. Après les médailles à la place des points, voici l’idée du Grand Chelem pour la saison de Formule 1.

L’argentier de la Formule 1 a admis que le calendrier de la discipline reine du sport automobile n’ira pas au-delà de 20 courses, mais il pourrait y avoir des ajustements de circonstance. En effet, l’idée Ecclestone 2012 est d’établir des courses plus importantes que d’autres, afin de mettre en place une sorte de circuit Grand Chelem, comme dans le Tennis. « Je travaille là-dessus. Il est possible que le nombre de point soit plus important dans une course Grand Chelem que sur les autres. » Indique Ecclestone au magazine allemand Auto Motor und Sport.

Dans le Tennis, il existe quatre tournois majeurs : Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon et l’US Open.  Ils se déroulent sur une durée de deux semaines et chaque tour se joue en trois sets. Le nombre de point inscrit lors d’une victoire dans ses tournois est plus important et seul les victoires dans ses tournois à une valeur statistique majeure.

Nous pouvons imaginer que le GP de Monaco fasse partie de ses tournois du Grand Chelem, tout comme Suzuka, une course américaine et Silverstone par exemple. Ce qui ferait aussi quatre pistes sur les continents majeurs de la F1. En effet, Monaco a son aspect historique, tout comme Silverstone. Suzuka est un hommage à l’industrie automobile nippone, qui reste la seule à avoir été active, avec les constructeurs européens, dans la Formule 1 et enfin une course américaine pour le marché US, très lucratif et un lointain hommage à Ford, autrefois le principal fournisseur de moteur de la discipline durant 15 ans (1968 à 1983).

Votre avis, pour ou contre l’idée ?

Bernie Ecclestone et le GP du New Jersey en 2014

17 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : F1 Leaders, Grand Prix

Bernie Ecclestone a mis le doute sur l’introduction du Grand Prix du New Jersey en 2013. Estimant que les retards dans la construction pourrait être repoussé de 12 mois. « Peut être que la course de New York sera en 2013. Mais peut être 2013 ou 2014 » lance à la BBC l’argentier de la F1.

La semaine dernière les promoteurs de New Jersey avaient montrés des photos des futurs garages. L’ensemble semblait terminé ou presque. Surtout par rapport à d’autres projets de circuits. (Inde et Corée).

Une mauvaise nouvelle pour les constructeurs de la Formule 1. Ferrari et Mercedes -Benz en tête. Les Etats-Unis étant un marché clé pour eux.

Précisons enfin que la Belgique a accepté un accord d’alternance avec la France. Dans de nouveaux termes. Visiblement différent du projet de fin Décembre 2011.

La sérieuse pression sur l’avenir de Mercedes en F1


Ce qu’il se passe dans les couloirs du directoire du siège social de Stuttgart a un parfum de retrait. Rien à voir officiellement avec le désaccord entre Bernie Ecclestone et le constructeur allemand Mercedes-Benz sur les Accords Concordes, mais le désordre est visible. Des actionnaires demandent le retrait du constructeur de la F1.

Le PDG du groupe Daimler, Dieter Zetsche, a annoncé lors d’une récente réunion d’actionnaire, 11 investissements d’un total de 1 milliard d’euros, dans le domaine de l’innovation et des technologies vertes. La Formule 1 n’a pas, pour une fois, été abordée et aucun crédit n’a été décidé lors de cette réunion de répartition des bénéfices de l’année 2011.

Le constructeur alloue environ 50 millions d’euros pour le budget de son équipe et paie l’intégralité des salaires de Nico Rosberg et Michael Schumacher, soit environ 20 à 25 millions d’euros annuels. Toutefois, la société Union Investment Fund, actionnaire à hauteur de 0.6% du groupe Daimler (la maison mère), a annoncé qu’il souhaite que la marque mette fin à son implication en Formule 1. Estimant l’investissement inutile et coûteux. L’actionnaire est soutenu par plusieurs autres investisseurs et l’effet pourrait faire boule de neige.

Le fond du problème est que le constructeur à l’étoile ne dégage pas assez de bénéfice dans un segment ou Audi et BMW sont plus performants. Cet argument de marge a été la principale cause du retrait de BMW de la Formule 1, suite à une réunion du même genre en 2009. Selon un économiste, cité dans le Wall Street Journal, « Mercedes a des problèmes de marque, de produits et de productivité qui font que leurs objectifs de redevenir leader du segment premium est discutable. La réalité est que même si elle s’en tire, il est peu probable que ses évolutions soient visibles avant 2015 ou 2016. »

Suite à la réunion l’action a chuté de 11%, les marchés ne sont pas vraiment impressionnés par le constructeur allemand. Depuis le début de l’implication en Formule 1, en tant que constructeur (pas motoriste), la date de 2013 a été fixée comme ultime objectif de succès. Le début de saison 2012 est décevant et les questions se posent désormais ouvertement.

La stratégie de sortie de Mercedes-Benz de la Formule 1 est désormais sérieuse et il n’est pas impossible que Bernie Ecclestone prenne acte de ces récents événements. Une première proposition a été refusée pour les futurs Accords Concordes, mais des avantages peuvent être fixés pour l’avenir. Afin de convaincre le constructeur de rester. Un départ serait difficile à supporter alors que l’introduction en bourse se profile d’ici 2013/2014.

GP Bahrein – la Formule 1 prise en otage éthique

11 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Grand Prix, Politique

Il serait peut-être temps d’arrêter. Hier, les dirigeants du Bahreïn International Circuit (BIC) ont pris en otage l’équipe Lotus F1 Team dans un communiqué indiquant que l’équipe d’Enstone est favorable à l’organisation du Grand Prix de Bahreïn. Ce document confidentiel et commandé par les équipes n’a été rendu publique que partiellement et à l’avantage du circuit. Une situation démontrant encore une fois que Bahreïn communique positivement depuis une année, masquant la réalité.

Les équipes de la FOTA (7 équipes sur 12), ont indiqué que la décision reviendra sur Jean Todt et la FIA. Toutefois l’affaire a en début de semaine dérivée vers un aspect politique dans le microcosme de la Formule 1. Bernie Ecclestone ayant indiqué que les équipes avaient le droit de ne pas participer à une course, comme Bahreïn. Dans la foulée du communiqué Lotus vs BIC, la FOTA a indiqué ceci : « Il y a eu des spéculations dans les médias récemment indiquant que les équipes pouvaient demander d’annuler le GP de Bahreïn cette année. Cela n’est pas possible. Les équipes sont incapables d’annuler un Grand Prix. »

Il est fort probable que la comédie cesse. Le 13 Février 2012, Amnesty International a publié un rapport disant que Bahreïn n’avait pas respecté les domaines les plus importants des droits de l’homme. Traitant même de « relation publique » la situation actuelle. En début de semaine, l’organisation a mis en lumière le cas d’Al-Khawaja, opposant torturé et en grève de la faim depuis 60 jours. Le Dr Ala’a Shehabi, un écrivain et militant a indiqué sur son Twitter que Bernie Ecclestone l’avait appelé pour exprimer son inquiétude sur le cas d’Al-Khawaja et d’encourager la contestation pacifique.

CVC vendra 20% de la F1 en bourse


Selon des sources proches du fonds d’investissements anglais CVC Capital Partners Ltd, la Formule 1 sera introduite en bourse à hauteur seulement de 20%, ce qui permettra d’obtenir environ 2 milliards d’euros.

Selon l’agence Bloomberg, CVC souhaite mener des discussions avec Singapour pour trouver un accord d’ici Juin 2012. Mais, l’Etat -pays n’est pas la seule, il semble que Hong Kong est aussi dans la course. Egalement, à l’étude, le fait que l’établissement bancaire Goldman Sachs ne sera finalement pas la seule à gérer le dossier de l’introduction, selon des proches du CVC Capital.

Actionnaire de Delta Topco à hauteur de 5,3%, Bernie Ecclestone ne vendra pas sa participation et restera en poste.

Le Qatar ouverte sur la construction d’un autre circuit pour la F1


Alors que le débat sur l’avenir du Grand Prix de Bahreïn secoue l’environnement de la Formule 1. Que The Times indique que les équipes envisagent sérieusement d’abandonner le voyage dans le royaume le 22 Avril prochain. Un pays, discrètement débute son travail de séduction en vue d’un remplacement. Le Qatar.

Bien connu en France, ce petit royaume indépendant du Golfe Persique souhaite devenir une place forte, au même titre qu’Abu Dhabi et remplacer Dubaï sur le long terme dans la région du Moyen-Orient. Depuis deux ans, le Qatar entreprend une entreprise de séduction envers Bernie Ecclestone. Mais encore timide. Sauf qu’aujourd’hui cette timidité n’est plus.

Voulant éviter un conflit diplomatique avec son voisin du Bahreïn, le Qatar s’annonce près à accueillir une course de Formule 1 sur son circuit de Losail, voir de construire une nouvelle piste. Nasser Khalifa al-Attiyah, le président de la Qatar Motors and Motocycle Fédération (QMMF), a indiqué au journal indien The Hindu hier, en marge du Grand Prix MotoGP : « Nous avons fait beaucoup de changements sur ce circuit, comme des modifications dans l’accès à la piste et d’autres choses. Mais il faut plus de modification, comme la construction d’une tour. Tout dépend de ce que le gouvernement veut…si elle veut modifier ce circuit ou qu’il souhaite un autre circuit. »

Si une course au Qatar s’organise, il est fort probable qu’il se réalise de nuit, comme pour le GP Moto. Concernant les coûts, plusieurs échos indiquent qu’une somme énorme (environ 50 ou 70 millions d’euros par année), serait proposée pour obtenir le droit d’organiser un Grand Prix de Formule 1 au Qatar. Pour cela, tout dépendra des relations entre Bernie Ecclestone, CVC Capital et le royaume de Bahreïn dans les prochains mois.

L’actualité F1 de la semaine 2012 (14)

7 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Back News

Au programme de l’actualité de la Formule 1 cette semaine : Le projet d’un fond de 50 millions d’euros pour les petites équipes, l’Argentine dans le calendrier 2013, les liens techniques entre l’équipe Sauber et Ferrari et la rumeur Barrichello – Ferrari.

Découvrir l’article complet en cliquant ici

Accord 2013 – Le projet d’un fond de 50M€ pour les petites équipes

2 avril 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Exclusif, Management

Solidarité. Le mot va revenir à l’avenir en Formule 1 entre les grandes et les petites équipes. Alors que Bernie Ecclestone avait annoncé, il y a 15 jours, qu’il avait conclu avec Red Bull, Ferrari et McLaren, une entente autour des futurs Accords Concordes.  Il semblerait bien que, selon nos informations, l’objectif est d’éviter deux niveaux de compétitivité pour l’avenir.

Aujourd’hui, selon le BusinessBookGP 2012 (sortie le 25 Avril) seulement quatre équipes cumulent plus de 150 millions d’euros de budget annuels. Une situation qui interpelle le paddock, car beaucoup d’équipes ont des problèmes économiques pour l’avenir. Une mauvaise perspective pour une introduction en bourse d’ici 2014. C’est pourquoi, dans ses négociations, Ecclestone propose l’élaboration d’un fond de soutien pour les petites équipes indépendantes.

Jeudi, à Paris, une réunion du groupe de travail de contrôle des coûts, arbitrée par la FIA, a eu lieu et un chiffre a été annoncé : 50 millions d’euros, cumulé par l’établissement d’une sorte de taxe de 10% sur le sponsoring de ses quatre grosses équipes. Ces dernières ayant les plus gros partenaires. En compensation de cette solidarité, Ecclestone a accordé des primes et avantages.

Une solution qui n’est pas nouvelle. Souvenir, en 2003. Les équipes Jordan GP et Minardi avaient déjà disposées d’un fond de solidarité des équipes, sous l’impulsion du même Bernie Ecclestone. A l’époque, ne souhaitant pas perdre une nouvelle équipe, après Prost et Arrows, l’argentier de la Formule 1 avait mis en place un fond entre les équipes, au profit de l’équipe irlandaise et italienne. Chacune a obtenue l’équivalent de 4,5 millions d’euros. Cet argent était en fait, les droits TV de l’équipe Arrows pour 2003, qui devaient être réparti entre les 10 équipes à part égale. Ils ont été finalement rétrocédés aux deux petits poucets du paddock. Notons, qu’au départ, Ecclestone avait obtenu l’accord des grosses équipes (McLaren, Ferrari, BMW-Williams, Renault, Toyota, Jaguar et BAR-Honda) pour créer un fond. En vain à l’époque.

Pour 2013, les bénéficiaires de ce fond spécifique seront probablement l’équipe Sahara Force India, Sauber, Marussia et Hispania Racing Team. Voir Caterham. Soit environ 4 ou 5 équipes pour environ 10/12 millions chacune, par année durant la prochaine période des Accords Concordes qui expireront en 2020…

F1 – Retour du GP de France en 2013 dans 24h

29 mars 2012 | 17 commentaires
Catégorie : Economie, Grand Prix, Politique

Malgré les doutes depuis le début du mois de Janvier, il semblerait que le Grand Prix de France sur le circuit du Paul Ricard sera bien de retour dès 2013 au calendrier de la Formule 1. Une confirmation officielle est attendue dans les prochaines 24h par le premier ministre François Fillon en personne.

Selon le Parisien,  tous les investissements publics prévus pour ce projet seront traçable et transparent, via un « groupe d’intérêt général » (GIP). Cette structure est habituelle dans le cadre des grands événements.  Il semblerait que Bernie Ecclestone et la FOM aient accordés une réduction de la redevance, qui passe de 28 à 20 millions d’euros, selon le quotidien.

Demain, François Fillon se rendra au Castellet, en marge de son déplacement dans le Var pour annoncer la nouvelle. Le Grand Prix de France sera en alternance avec le GP de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Update 22h24 : Matignon aurait démenti toute annonce d’un Grand Prix de France en 2013, précisant que les négociations sont toujours en cours.

Accord 2013 – la FIA confirme les discussions

25 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Politique

« Toutes les questions relatives à un nouvel accord entre le détenteur des droits commerciaux et les équipes sont clairement encore à un stade de discussion et la FIA est engagée avec toutes les parties concernées dans le cadre de cette discussion » a déclaré Bonciani Matteo, responsable de la communication de la FIA.

Hier, Bernie Ecclestone avait indiqué qu’il avait signé avec la majorité des équipes de Formule 1. Enonçant les noms de Red Bull, Ferrari et McLaren. Ainsi qu’un total, d’après différentes sources de 2 autres équipes, voir 4 (Lotus, Force India, Toro Rosso et Sauber). Mercedes et Williams n’ont pas signé.

La FIA relativise toutefois les choses en précisant qu’il ne fallait pas spéculer avant qu’il n’existe une orientation claire. Le flou est encore de mise dans cette situation…

Accord 2013 – La majorité des équipes ont signé

24 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : F1 Leaders, Politique

La nouvelle est très courte, mais lourde de sens. Bernie Ecclestone a indiqué qu’il avait signé avec la majorité des équipes les nouveaux Accords Concordes 2013 – 2020 en ses mots :

« Je suis très heureux d’annoncer que nous avons conclu les accords commerciaux avec la majorité des équipes de Formule 1, y compris Ferrari, McLaren et Red Bull Racing, sur les conditions dans lesquelles ils se poursuivront leurs concurrence en Formule Un après l’Accord Concorde actuel qui expire à la fin de cette année. « 

Notons que la BBC précise que les équipes sont d’accords avec les nouveaux Accords, mais que rien n’a été encore signé. Jeudi, la directrice général de l’équipe Sauber, Monisha Kaltenborn avait indiqué en conférence de presse à Sepang que l’équipe Suisse négociait aussi individuellement avec Bernie Ecclestone les Accords Concordes 2013.  Il semblerait que Toro Rosso ait aussi signé, dans l’aspiration de Red Bull Racing.

En réalité, il semblerait que Mercedes AMG, Williams F1 et Force India ne soient pas signataire des nouveaux Accords. Aucunes informations pour le moment sur le cas de Lotus F1 Team. Bernie Ecclestone estime par ailleurs que les trois nouvelles équipes, Caterham, Marussia et HRT, ne sont pas une priorité stratégique. L’argentier misant sur les acteurs de premier plan (Ferrari, McLaren et Red Bull), pour établir sa force.

L’indication de Sauber est intéressante, car cela signifie que chaque équipe négocie avec Ecclestone pour une sorte d’Accord à la carte. Ferrari ayant déjà obtenu une prime de 1 millions d’euros supplémentaire, sur les primes proposés la semaine dernière dans un document du CVC, nous pouvons penser qu’il en sera de même pour les autres équipes. Surtout celle étant présente depuis un moment et n’ayant pas changé de nom (ou presque).

Le cas Williams est intéressant car il relève de la politique, plus que de la finance. En effet, l’accord 2013 inclus un volet un peu plus secret qui précise l’admission par la FIA du principe d’une 3ème voiture, souhaité par Luca di Montezemolo dès l’an prochain. Un principe que refuse historiquement Williams. Concernant Mercedes, c’est l’unité de la FOTA qui est en jeu, mais elle risque d’être seule désormais. Surtout si Lotus signe aussi les accords. Force India étant politiquement dans l’aspiration du constructeur allemand.

Singapour – GP contre introduction en bourse ?

23 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, F1 Leaders

Le Grand Prix de Singapour de Formule 1 pourrait être une clé de la prochaine introduction en bourse de la Formule 1, dans le pays.

Sous contrat depuis 2008, la course de Singapour entrevoie l’expiration de son contrat de 5 ans à la fin de cette année. Les discussions sont en cours, mais le journal Business Times déclare que le gouvernement de Singapour n’a pas vraiment l’intention de continuer de payer 30 millions d’euros environ par année, pour une course, alors que la Malaisie offre un chiffre deux fois moins important pour la licence d’organisation. Un paradoxe. En 2010, le ministre du commerce et de l’industrie de l’Etat a approuvé le projet de 365 millions d’euros sur 10 ans pour garder la Formule 1 dans ses rues. Mais, en réalité il y a une raison.

« Le gouvernement de Singapour veut la Formule 1 et pour que cela se produise, il savent que cela à un prix. Mais, dans le même temps, ils ne veulent pas payer le prix fort à nouveau. Ainsi, les négociations devraient se poursuivre pendant un certain temps. » lance un banquier anonyme de la cité.

Avant d’ajouter que le gouvernement aurait un atout important dans les négociations avec Bernie Ecclestone et vice et versa. « Ecclestone sait que Singapour a besoin de lui parce que SGX (Singapour Exchange) n’a pas eu de grands noms ces dernières années. C’est un homme d’affaire avisé et il va jouer dur ».

Le plan serait d’introduire minium 15% en bourse de Singapour pour une somme comprise entre 1 et 1,5 milliard d’euros.

Accord 2013 – Red Bull et Ferrari, grands gagnants

20 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Exclusif

En fonction du document diffusé par le CVC Capital plusieurs primes ont été proposées aux équipes. (voir ici pour en savoir plus). Voici, selon nos calculs ce que pourrait toucher les équipes de Formule 1 en cas de signature de ce document 2013 – 2020.

Sur la base du document, en l’appliquant à la saison 2011, l’équipe Red Bull Racing toucherait l’équivalent de 121,5 millions d’euros de primes plus droit TV. Un record total. De son côté la Scuderia Ferrari toucherait un total de 110 millions d’euros sur le même principe.

L’équipe McLaren n’est pas si mal loti que cela, car elle touchera, sur la même base de calcul un total de 85.75 millions d’euros. Williams F1 touchera une modeste prime de 11,75 millions d’euros, plus les droits TV. Ensuite ? Plus rien.

En effet, le principe des primes favorisent surtout Red Bull et Ferrari, voir McLaren et Williams sur la durée. Mais, avec les changements de noms des équipes (et de propriétaire), les primes sont perdus. Ces équipes devant se contenter des droits TV qui sont importantes pour l’occasion.

En effet, le nouvel accord prévoit que les 12 équipes touchent les droits TV. Ce qui signifie qu’une équipe comme Marussia ou Hispania Racing Team, qui actuellement touche modestement une prime de 10 millions d’euros annuel, toucheront environ entre 20 et 30 millions d’euros chaque année !

Accord 2013 – Les propositions financières

20 mars 2012 | 5 commentaires
Catégorie : Business News F1, Exclusif

Dimanche la bombe a explosé dans le paddock de Melbourne, provoquant une réunion de l’intégralité des équipes de Formule 1. L’objet est ce fameux « Accord 2013 » qu’aurait signé Ferrari et Red Bull, en échange d’une part dans la holding de tête de la Formule 1, Delta Topco selon toute vraisemblance, en vue d’une introduction en bourse à l’horizon 2014.

Le document envoyé par CVC Capital, la semaine dernière à chacune des équipes présente en 2012 propose une partie essentiel et à la base des négociations des futurs Accords Concordes : L’argent.

Selon les nouvelles propositions financières, chaque équipe ayant remporté un titre de champion du monde des constructeurs et qui n’a pas changé de nom de châssis aura une prime de 7.5 millions d’euros (10 millions de dollars). En outre, chaque équipe ayant remporté le championnat des constructeurs depuis 2000 gagnera un supplément de 3.75 millions d’euros (5 millions de dollars) par titre et chaque équipe qui a participé à chaque année depuis 2000 sans changer son nom gagnera également  3.75 millions d’euros (5 millions de dollars).

Un paiement annuel spécial pour l’obtention d’un double titre (constructeur et pilote) de  26.5 millions d’euros (35 millions de dollars) est annoncé, sur la même base de ne pas avoir changé de nom depuis 2008. Ferrari touche une prime de 1 millions d’euros environ supplémentaire, pour chaque titre remporté depuis 2000.

Enfin, les 12 équipes (et non plus 10 comme aujourd’hui) toucheront une part de 47,5 % des bénéfices avant intérêts et impôts entre 2013 et 2020 de la Formule 1 (environ 600 millions d’euros). Le chiffre d’affaire de la F1 en 2011 est fixé à 1,17 milliards d’euros environ.

GP Corée – La face cachée de la réduction d’Ecclestone


Les organisateurs du Grand Prix de Corée sur le circuit de Yeongham ont conclu un accord avec Bernie Ecclestone, pour réduire les coûts de la course de manière significative. Selon le Korea Herald, la redevance va baisser de 15,5 millions d’euros dès cette année. Avec une part pour la licence de l’événement et pour la licence de télévision.

Le circuit de Yeongham a un contrat 2010 – 2016 avec la Formula One Management. Le coût de la redevance était de 30 millions d’euros (fixée à 33 millions d’euros pour la saison 2012). De plus, 10 millions d’euros de droits FOM TV sont aussi déboursés par les organisateurs du circuit. Au total, chaque édition coûte environ 60 millions d’euros chaque année.

Le nouvel accord cache une réalité un peu différente. En effet, 15,5 millions d’euros en moins, avec dans le détail, selon nos estimations, 10.5 millions d’euros pour la redevance circuit et 5 millions d’euros pour la licence TV. Plus intéressant, cette réduction s’accompagne d’un autre accord.

Bernie Ecclestone a accepté de supprimer la clause d’augmentation annuelle de 10% imposé depuis toujours par l’argentier de la Formule 1 sur les circuits du calendrier.  En échange de quoi, les promoteurs du Grand Prix de Corée ont accepté de valider l’option de 5 ans de plus (2017-2021), avec une préférence pour la FOM de renégocier le présent contrat.

Ce détail est très important pour l’avenir. En effet, les promoteurs du GP de Corée souhaite une plus grande implication du gouvernement de Seoul dans la promotion du Grand Prix, tout comme l’implication avenir de Hyundaï, Samsung voir de LG de manière plus significative qu’aujourd’hui. Cette situation rappelle quelque peu l’affaire du Grand Prix de Turquie.

Le circuit d’Istanbul avait un contrat de 10 ans, renégocié après 5 ans. La redevance était fixée à 10 millions d’euros seulement. Puis, l’an dernier, la redevance passa à 18 millions d’euros environ. Plusieurs raisons ont été donnés (voir ici), mais la principal a été le manque d’implication des sociétés turcs en Formule 1. Dévalorisant l’intérêt de la destination dans le calendrier de la Formule 1.

Le retour politique du GP d’Argentine

15 mars 2012 | 8 commentaires
Catégorie : Exclusif, Grand Prix, Politique

L’annonce fait le tour du web. La présidente de l’Argentine, Christina Kirchner a annoncé qu’elle a conclu un accord avec Bernie Ecclestone de trois années (2013,2014 et 2015) et que la course sera située à Mar del Plata. Toutefois, le circuit n’existe pas et l’annonce cache une volonté politique.

« Pour nous cela est très important, parce que, après le football, la Formule 1 est le deuxième sport préféré des Argentins. La Formule 1 fait partie de l’histoire de l’Argentine, c’est quelque chose que nous gagnons si nous avons une course. » lance la présidente en chute dans les sondages depuis une année et relançant un vieux modèle qui a fait son succès. En Août 2009, l’Etat, sous sa direction, avait acheté les droits du football argentin pour 110 millions d’euros environ pendant 5 ans, afin d’assurer la gratuité des retransmissions.

Ceci est l’arbre qui cache la pampa argentine. Car la situation cache un volet politico-économique de première ampleur. Il existe toujours une crise au Malouine (Falkan). Depuis 30 ans, l’Angleterre et l’Argentine cumule les tensions. La principale raison est le Pétrole devenu enjeux prioritaire du pays. Les sous-sols marins de l’Ile et sa région dispose d’une réserve de 6 à 60 milliards de barils (ou 13 milliards selon d’autres sources), ce qui permettrait à l’Argentine d’avoir une réserve pour 20 ans. L’or noir arrive à un tel niveau que le pétrolier Repsol YPF est en conflit dans la province de Chubut, car le gouvernement force la société ibérique a abandonné quatre de ses concessions. Une action en justice a débuté hier mercredi.

La situation économique en Argentine se dégrade selon plusieurs médias, les impôts augmentent à tous les niveaux, l’agriculture n’est plus le principal levier, les gisements de gaz (abondant en Patagonie) ne sont pas exploités, faute d’investissement. L’opposition appelle à la une libération plus importante de l’économie du pays. L’Union Européenne exige le respect des accords commerciaux. Car des produits anglais sont boycottés. Cette sortie de Kirchner sur le Grand Prix de Formule 1, propriété des anglais sonne comme un symbole de bonne volonté. Mais l’accord de trois années semble un peu court pour être réaliste, alors que Bernie Ecclestone vise des accords de 7 à 10 ans pour l’organisation des courses de Formule 1.


Page 1 sur 181234510...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu