Naviguer : Accueil >

F1 – la chute de Dubaï

27 novembre 2009 | 12 commentaires
Catégorie : Business News F1

dubai1La bourse de Paris à sa clôture hier soir, a accusé une baisse de 3,4%. Les places de Francfort, Milan et Londres ont aussi subit le coup. Selon le Crédit Suisse, le risque se chiffre à 40 milliards pour les banques européennes. La chute du mirage Dubaï est un énorme coup de massue sur l’économie. Surendetté, elle est en faillite.

Dubaï la magnifique, depuis le début des années 2000, l’Emirat, vitrine des Emirats Arabes Unis (EAU) ne peut plus payer ses créanciers. La dette se monte à 80 milliards de dollars, peut être même 90 milliards selon certains analystes financiers. Un moratoire a été signé, l’Emirat devra rembourser 50 milliards dans les trois ans. Au pays de l’or noir, Dubaï n’a ni pétrole ni gaz, au contraire d’Abu Dhabi. Donc son développement a été basé sur le commerce maritime (4ème port du monde), l’immobilier, les services financiers, le tourisme (compagnie aérienne Emirates) et les loisirs, le tout dans le désert.

L’aide d’Abu Dhabi

Heureusement, à près de 100km de là, Abu Dhabi reste très prospère et aidera Dubaï dans sa crise. En 2008, les revenus de cet Emirat, via le pétrole, sont estimés à 110 milliards de dollars par le FMI, et devrait atteindre les 80 milliards en 2009. Abu Dhabi se prépare aussi à l’après pétrole en développant son industrie, l’éducation et le tourisme culturel. Une solidarité fiscale entre les deux cités a déjà été entendue.

L’impact sur la F1

Cette nouvelle hier, est un indicateur sur le sponsoring présumé d’Emirates envers Brawm/Mercedes GP. L’imaginaire collectif y a cru, mais ceci pourrait être remis en cause. Le sponsoring de la compagnie aérienne (elle aussi endettée), pour la Coupe du Monde 2010 de Football, facturée à 50 millions d’euros, ne sera probablement pas honorée ou à perte. Dans le même temps, le fonds Dubaï International Capital (DIC), dispose de 12 milliards de dollars d’investissement et ralentira ses investissements, qui maintenant semble loin d’être souverain.

Au-delà de cela, c’est la confiance des banques envers un environnement de dette qui inquiète. Le fond CVC est très endetté, et voyant Dubaï, qui fonctionnait comme un fond d’investissement géant chuté de cette manière, les questions relatives à la stabilité financière future de la Formule 1 laisse beaucoup de questions.

F1 – Quand Ecclestone propose de l’argent en échange d’un acte politique

17 novembre 2009 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Business News F1

bernie-ecclestoneSelon le Financial Times, la FOTA a refusé une offre de Bernie Ecclestone d’augmenté de 10% les revenus FOA en échange de les empêcher de quitter la F1 avant 2012.

Avec les départs de Honda, BMW et Toyota, l’argentier de la F1 a peur du départ prochain de Renault. L’implication de Mercedes-Benz le rassure, mais le calcul est alarmant : 6 constructeurs en 2008, plus que trois normalement en 2010 (peut être deux même). Pour éviter cette fuite en avant, Bernie Ecclestone aurait proposé aux équipes 60% des revenus des droits de la F1. En contrepartie, les propriétaires des équipes s’engagent à rester jusqu’en 2012. Mais ils ont refusé.

Avec cette proposition, l’argentier de la F1 avoue son impuissance face aux départ des constructeurs : « Vous ne pouvez pas les empêcher de partir » lance t’il au FT, expliquant aussi que certain ne savent pas ce qu’ils feront la semaine prochaine.

Actuellement les équipes touchent 50% des revenus de la FOA, soit un total de 521 millions de dollars l’an dernier.

F1 – La fin du Flavio Briatore Management

22 septembre 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Entrepreneurs

Flavio BriatoreLa fin d’un système, Flavio Briatore n’a plus le droit d’être agent d’un pilote à partir d’aujourd’hui selon les termes du Conseil Mondial du Sport Automobile hier : « M. Briatore n’aura plus accès à toutes zones sous juridiction de la FIA. En outre, il ne sera pas accorder de renouvellement de Superlicence, accordée à tout pilote F1 qui par le bais d’un contrat de gestion ou autres est lié avec M. Briatore, ou toute entité ou personne associée avec M. Briatore.

Ce qui signifie la fin de la FBM, Flavio Briatore Management, crée en 1996 qui a gérée la carrière de Fisichella, Trulli, Wurz, puis Alonso, Weber, Kovalainen, Montagny et dernièrement Piquet Jr. Un système ou Flavio Briatore prenait 20 à 25% des salaires de ses pilotes, en échange de contrat décennale (sous forme d’option moyen terme). Dans le principe, chaque pilote dispose d’un agent propre, le manager italien n’est qu’un super imprésario à la mode Hollywood, qui gère les relations avec les teams managers, les sponsors et dresse les grandes lignes d’une carrière. Un système qui a rapporté depuis 13 ans, en commission :  50.4 millions de dollars, dont 4,5 millions de dollars en 2009.

  • Mark Webber a encore un contrat jusqu’en 2009 avec la FBM
  • Heikki Kovalainen jusqu’en 2010
  • Fernando Alonso, un contrat de consulting en échange de 10% de commission, valable jusqu’en 2009
  • Nelson Piquet Jr jusqu’en 2010.

La FBM sera dissoute car gérée par Bruno Michel, un proche collaborateur de Flavio Briatore et membre du conseil d’administration de la holding principale de la Formule 1 : Alpha Topco. Toutefois cette dissolution n’est pas un problème pour les pilotes, car ceux-ci disposent déjà d’un agent propre, qui prendra plus de responsabilité à l’avenir.

La fin du RDD ?

Lorsque la FIA parle « d’entité », le Renault Driver Développement en fait partie. Crée en 2001 par Renault et Flavio Briatore, cette société est gérée par…Bruno Michel, encore lui. Si le système souhaite continuer, son gérant doit partir et être remplacé par un autre personnage.

Les relations entre la FBM et le RDD sont simple, la première est prestataire de la seconde pour 10 ans (soit jusqu’en 2010) et gère les contrats des pilotes Renault F1 Team.

F1 – Ecclestone : salaire +15% en 2008

10 septembre 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Business News F1

Bernie EcclestoneAlors que les comptes de la société mère de l’empire de Bernie Ecclestone accusent de lourdes pertes, l’argentier de la Formule 1, en 2008 a augmenté son salaire de 15%.

Le salaire de Bernie Ecclestone en 2008 c’est fixé à 4,5 millions d’euros. Toutefois, les comptes 2008 publiés par le CVC Capital Partners, concernant sa filiale Delta Topco Ltd, indique que la Formule 1 a perdue 355 millions d’euros sur l’exercice précédent, alors que le chiffre d’affaire a augmenté de 13% par rapport à 2007. Plusieurs explications à cela :

Premièrement les 250 personnes qui composent la colonne vertébrale du marketing de la F1 ont été augmentés de 20 millions d’euros environ, en salaire. Enfin, l’annulation du GP du Canada a fait perdre 15 millions d’euros au chiffre d’affaire de l’entreprise, mais surtout le CVC a accéléré ses remboursements de ses prêts.

Pressé par la crise, et les banques prêteuses, le CVC Capital Partner a avancé de trois ans ses échéances de remboursement, initialement fixés en 2014, elles ont été avancées en 2011. Ce qui augmente la partie à rembourser et donc creuse le déficit. Ajouté à cela la part des constructeurs qui a augmentée d’une bonne centaine de millions d’euros par rapport à 2007 et l’explication est simple.

Reste que la divulgation de l’augmentation du salaire de Bernie Ecclestone n’est pas anodine. Actuellement aux prises avec un divorce qui risque d’être le plus couteux de l’histoire de l’Angleterre, l’argentier prend les devants. Les avocats de Slavica ont fixé à 1.1 milliard sur les 2,7 milliards d’euros que constitue la fortune de son ex-mari la part de la divorcée. Une information people certes, mais importante dans les mouvements d’argents qui circulent dans le nébuleux empire F1, constitué de multiples entreprises et générant des milliards de chiffre d’affaire et d’emprunts en tout genre.

F1 – L’affaire Force India

29 août 2009 | 5 commentaires
Catégorie : F1 Leaders

Lorsque Vijay Mallya, Samedi dernier, annonçait un démenti sur la vente de son équipe Force India, personne ne l’avait cru. Sa démonstration de puissance dans le port de Valencia ne reste qu’une illusion, l’homme est acculé et son équipe en difficulté financière.

GP d’Allemagne, intimident le Vendredi matin juste avant les premiers essais libres. La police Allemande débarque dans le Paddock pour saisir du matériel de l’équipe Force India, pour facture impayés dans le Paddock Club. On parle de 500.000 euros. Pour éviter tout scandale, Bernie Ecclestone réglera la note et Vijay Mallya invita les agents des forces de l’ordre à un café dans le Paddock Clubs…

Valencia, nouvelle tentative de saisi de matériel, pour d’obscure raison cette fois ci, mais un arrangement aurait été trouvé à la dernière minute à la douane cette fois ci. Mais cette fois ci, cela est plus grave et rajoute aux difficultés de l’équipe coté finance.

Lorsqu’en 2008,  Force India mettait fin à son contrat de fourniture moteur avec Ferrari, l’équipe indienne s’y est prise au dernier moment. En effet, elle avait dépassé la date limite pour annuler son contrat avec Ferrari. Dans les faits, Force India devait payer une avance de 10 millions d’euros vers la mi-octobre 2008 pour son moteur de 2009, somme qui n’a pas été déboursé selon les indications. Vijay Mallya c’est contenté de réglé les 10 millions d’euros de rupture de contrat, comme indiqué.

Essayant de répartir  sa dette moteur sur l’année 2009 en quatre tranches de 2,5 millions d’euros, Force India n’aurait pas payé la dernière tranche de Juin. Ferrari qui avait signé son contrat de fourniture pour 2009 avec l’équipe indienne n’a jamais accepté la volte face et souhaite être payé pour tourner la page.

Sauf que les caisses de l’équipe sont vides, et que la facture pourrait être réglée en propre par Mallya. Mais déjà la prochaine échéance de Septembre pointe à l’horizon. L’équipe tourne à 1 millions d’euros par semaine pour le fonctionnement. Pire, au-delà du souci Ferrari, l’accord Mercedes-Benz Force India d’une valeur de 20 millions d’euros à du plomb dans l’aile, l’équipe indienne n’honorerait pas les échéances de payement et prend du retard, le règlement mensuel est fixé a 1,8 millions d’euros et depuis le mois de Juin aucune facture n’aurait été payés. Les tensions entre la FOTA et la FIA a été au profit de l’équipe indienne qui a profité pour suspendre ses payements moteur. Maintenant que les Accords Concordes sont signés, la guerre chaude est redevenue froide et le répit est terminé.

La dette de l’équipe pour ses moteurs se monte donc en ce mois d’Aout à près de 8 millions d’euros, Mercedes-Benz a accepté de faire crédit par rapport au contexte politique de la F1, mais dans le paddock de SPA il se raconte que si Vijay Mallya ne paye pas ses dettes, le constructeur cassera son contrat, ce qui annulerait la fourniture moteur et ouvrira le champ libre à Williams F1. Des enjeux politico-industriels qui dépassent aujourd’hui le milliardaire devenu millionnaire indien. L’objectif secret est de vendre d’ici la fin de l’année son équipe afin d’avoir suffisamment de liquidité pour régler ses dettes. Prodrive et Epsilon Euskadi sont sur le coup pour un rachat prochain, mais le prix n’est pas encore acceptable. Acheter 88 millions d’euros, Mallya en souhaite 130 millions aujourd’hui.

Business F1 – 1,6 milliards de dette pour la Formule 1

28 août 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Business News F1

Une mauvaise nouvelle pour la Formule 1, la dette de la discipline a atteint depuis la signature des Accords Concordes la somme de 1,6 milliards d’euros.

Acquis pour 2,7 milliards de dollars par le fonds d’investissement anglais CVC Partners, l’opération de rachat de la majorité des droits commerciaux de la Formule 1 a été réalisée grâce au concoure des banques RBS et Lehmann Brothers. Par la suite les dettes ont été vendues à des investisseurs privés. Un tour de passe passe financier connu depuis la crise.

Lorsque Honda a quitté la discipline en décembre dernier, la valeur de la Formule 1 a chuté avec un titre à 0 .57 euros, au plus bas. Poussant le CVC à vendrede leurs dettes. A cette époque il semblait que la Formule 1 croule sous les dettes qui devaient être intégralement remboursés. Hors la signature des Accords Concordes à permis de voir l’action remonté à 0.94 euros. Mais cela a eu des répercussions plus graves que prévus.

Le traité de paix conclu avec les équipes de la FOTA soulage le CVC, mais le fait que les équipes puissent partir de la discipline, même en ayant signé l’accord, donne des sueurs froides. Sueurs justifiés avec l’annonce du départ de BMW et l’incertitude Toyota, le business modèle de Bernie Ecclestone fondé sur la télévision s’ébranle, ce qui par effet domino se répercute sur le fonds CVC qui avec moins d’argent dans le chiffre d’affaire se retrouve en difficulté pour rembourser sa dette.

Une dette qui doit être entièrement remboursé d’ici 2014 et elle se monte à 1,6 milliards d’euros.

F1 – BMW Sauber à vendre 90 millions d’euros

19 août 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

BMW Sauber 240M$

Le retrait de BMW est retombé dans l’oubli de l’information du petit monde de la Formule 1. Selon le magazine Auto Motor und Sport, Peter Sauber est toujours dans la course et aurait trouvé un autre investisseur.

La mise à prix débute à 65 millions d’euros, c’est le prix que demande le constructeur allemand pour céder son équipe et surtout l’usine de Hinwil en Suisse.  Cette somme a été proposée par Peter Sauber dans les jours suivant l’annonce du retrait, et qui a été refusée par Munich. Selon les rumeurs, le constructeur souhaite 90 ou 100 millions d’euros.

Autre donnée important, la loi Suisse en matière de licenciement. Les helvètes considèrent cela comme une résiliation de contrat sans compensations financières. Une flexibilité qui n’est pas à comparer au cas Honda ou la législation anglaise est équivalente à celle de la France dans le domaine du licenciement.

Associé avec Petronas, Peter Sauber aurait trouvé un  investisseur supplémentaire afin de satisfaire BMW. Reste à savoir si le conseil d’administration du constructeur acceptera la proposition de Sauber, qui signifierait aux yeux de certains membres, une marche arrière et un désaveu d’image.

F1 – Briatore et les droits télévisés espagnols

12 août 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Entrepreneurs

Briatore et Ecclestone

Flavio Briatore est un homme d’affaire connu. Restaurant, boîte de nuit, biens immobiliers en Afrique et disposant également d’une marque de haute couture à son nom. Il est même le récent propriétaire d’un club de football anglais, les Queen’s Park Rangers. L’italien gère également la carrière de plusieurs pilotes de Formule 1, sans oublier une nouvelle affaire juteuse…

Une société britannique a été nommée discrètement par la FOM afin de négocier les droits de télévision sur la Formule 1 en Espagne. Elle se nomme Stacourt. Cette société, établit dans les Iles Vierges, appartiendrait à Flavio Briatore.

Lire la suite sur www.FanaticF1.com

F1 – Flavio Briatore… Ses activités hors F1

11 août 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Entrepreneurs

Flavio Briatore

Flavio Briatore est plus connu pour ses titres et victoires en Championnat du Monde de F1, voir pour ses conquêtes féminines que sont Naomi Campbell et Heidi Klum, mais l’homme qui déclare que la F1 représente 90% de son temps libre dispose de 10% pour développer ce qu’il appelle du Business « Hobby ». Mais, combien rapporte ses participations ?

lire la suite sur www.Fanaticf1.com

F1 – Sébastien Bourdais : 1,8M€ de dédommagement

7 août 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

Sébastien BourdaisDans l’Equipe hier, Nicolas Todt annonce qu’un accord à l’amiable a été signé entre son pilote, Sébastien Bourdais et l’équipe Toro Rosso, concernant le licenciement du français après le Grand Prix d’Allemagne.

Le dédommagement total est fixé à 1,8 millions d’euros et a été rapidement conclu après une série de négociation. Toro Rosso n’ayant rien tenté pour empêcher  le dédommagement financier. En plus de son salaire 2009, intégralement payé à hauteur de 600.000€ auquel STR devait encore 300.000€, une prime de dégradation d’image a été fixée à 1,5 millions d’euros.

Il est à noter que le pilote français  a demandé de geler cette somme pour l’avenir.

F1 – le KERS politique de Williams F1

30 juillet 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Williams F1 a refusé d’exclure l’utilisation de son système KERS pour l’année prochaine. Pourquoi ?

Les constructeurs de la FOTA ont conclu un pacte de non agression à propos du système de récupération d’énergie. Ferrari, McLaren, Renault, Toyota, Brawn et Red Bull ont convenu de cet accord. Mais ce gentleman agreement est basé sur le fait que le règlement de 2010 est inscrit dans la continuité de celui de 2009, lequel indique que l’utilisation du système KERS n’est pas obligatoire. Une brèche pour l’équipe de Grove.

Mais alors pourquoi Williams menace d’utiliser son système ? Simplement pour des raisons politiques.

Pour réintégrer la FOTA. Williams avait été mise à l’écart par l’association des constructeurs à cause d’un accord avec la FIA remontant à 2005. Toutefois, maintenant que les prochains Accords Concordes vont être signés, l’équipe de Grove est toujours mise à l’écart et ne fait pas partie du cercle de la FOTA. Une situation difficile car un autre accord, annoncé hier discrètement, impose se rapport de force.

Bernie Ecclestone a accordé une prime de 250 millions de dollars, au total, aux équipes de la FOTA (en plus des droits TV) si elles signent les Accords Concordes. Mais Williams ne pourra pas bénéficier de cette prime, car exclu de la FOTA, un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions de dollars que l’équipe ne peut pas se permettre de manquer.

F1 – la fin d’une époque…

29 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

f1_Formula 1La fin d’un régime. En 1999, Bernie Ecclestone appelait de ses vœux les constructeurs à venir en Formule 1. L’avenir était là selon lui. Après le retrait de Honda en décembre dernier, les rumeurs insistantes sur Toyota, la vente de Renault F1 Team (voir ici pour en savoir plus) et le retrait de BMW, le bilan commence à devenir lourds.

Ce mercredi matin, Toyota et Merceds-Benz ont confirmé leur implication en Formule 1 en 2010.

Dès le départ l’investissement des constructeurs débutaient par un mensonge. Pousser par le marketing, la F1 est donc devenue pour les constructeurs « le pinacle de la technologie », afin que les modèles de série en bénéficient pour monsieur Tout le monde. Un mensonge, qui a longtemps été l’argument. En faite l’investissement des constructeurs était une question d’image, pas de développement pour leurs voitures de route. La F1 étant la discipline la plus proche de leur secteur de compétence, mieux que de sponsoriser un tournois de tennis par exemple, comme certains journalistes avaient racontés au début des années 2000, à propos de Mercedes-Benz.

Le problème restait les coûts. Ils ont explosé avec ces mêmes constructeurs. En 1999, l’équipe Williams avait un budget de 110 millions de dollars, trois ans après, celui-ci était de 230 millions et atteindra en 2004, 285 millions. Son record, grâce à BMW. Renault F1, qui en 2000 avait un budget de 92 millions de dollars était monté à 180 millions en 2001 et a atteint 400 millions en 2006 et même 555 millions en 2008 ! Une frénésie qu’il fallait arrêter.

Les constructeurs ont fait tourner la F1 à deux vitesses. Entre ceux qui sont indépendant avec un budget de 100 millions d’euros et les autres à 250 millions. Mais les constructeurs ont toutefois sauvé la F1. Attirant des marques nouvelles, réussissant à passer le cap de l’après Tabac. Si les constructeurs n’avaient pas été là, nous ne regarderons peut être plus la F1. Ou alors une F1 comme des Minardi. Caricature à part, l’investissement des constructeurs était le reflet d’une époque que la crise actuelle semble condamnée. Un nouveau modèle économique doit être maintenant trouvé par Bernie Eclestone. Vite.

F1 – Lehman Brothers reste en F1

12 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

lehman_brother_f1Mercredi dernier, un tribunal américain a autorisé la banque en faillite Lehman Brothers, de garder les 15% qu’elle détient dans les droits commerciaux de la Formule 1, au détriment d’un rachat par le fonds CVC, comme cela avait été entendu depuis Octobre dernier.

Lehman Brothers a vendu ses parts de la SLEC en 2006 au fonds CVC pour ensuite réinvestir sa plus-value dans une nouvelle holding dirigeante de la F1 : Delta Topco, pour 395 millions d’euros et a accordé un prêt de 2 milliards d’euros au fonds d’investissement anglais, pour racheter les droits de la F1.

Toutefois, les status de Delta Topco indiquent: que si un actionnaire fait faillite, il a le droit de vendre aux prix et à l’entreprise de son choix, ses parts. 5 jours après sa faillite en Octobre dernier, la banque américaine a reçut un courrier de la holding lui signifiant de vendre ses parts aux meilleurs prix. Finalement le juge en a décidé autrement et la banque garde un pied dans la F1.

Une indication de plus dans l’implication du CVC et de Bernie Ecclestone dans la prochaine série de la FOTA ou dans une paix annoncée en coulisse, car Lehman Brothers ne resterait pas en F1 si son avenir était menacé, surtout, alors qu’elle est sous le régime de la faillite et doit liquider des filiales et investissements.

Formule 1- La F1 est une marque générique

7 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

f1_Formula 1Depuis le début des années 2000, Bernie Ecclestone, a échoué dans ses tentatives judiciaires envers des sociétés qui ont exploité le nom F1. En 2000, la FOL (Formula One Licensing) a déposée une plainte auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) envers une société internet qui avait enregistré le nom de domaine F1.com. Ecclestone avait affirmé que cette société en question « n’avait pas de droit ou d’intérêt légitime d’utilisé ce nom de domaine ». Toutefois l’OMPI a condamné la FOL, car sa plainte était non recevable, aucune preuve d’enregistrement de la marque F1 n’avait été faite par la FOL.

Pour toute réponse, en Août 2001, la Formula One Licensing BV fait une demande d’enregistrement de la marque F1 au Royaume-Unis pour une variété de 10 classes de biens et services.

En Février 2002, un mois avant que la bataille dans les tribunaux débute entre une société et la FOL, Ecclestone a réglé le problème à l’amiable en échange de 10 millions de dollars pour racheter Formula1.com.

La même année, Ecclestone s’est aussi ridiculisé sur un autre cas, cette fois contre une compagnie appelée ChannelF1. L’argentier de la F1 ayant déclaré que la société ne faisait pas d’effort pour la réputation de la Formule 1 ou F1 en tant que marque ou nom commerciale. Débouté également.

Toutefois, en Décembre 2005, la société Racing-Live (éditeur de F1-Live.com) affirme que le terme F1 est reconnue comme une abréviation de Formule Un et que, par conséquent, ne peut être une marque de commerce. Le combat durera 2 ans. Le 6 Juin 2007, les deux parties présent leurs preuves et le 14 Juin 2007, le terme F1 est désigné comme générique. La FOL a été débouté face à Racing-Live.

Générique signifie : Se dit d’un mot dont le sens englobe toute une catégorie d’êtres ou d’objets et ou Qui appartient au genre et ou Relatif à un type de produit, quelle qu’en soit la marque.

F1 – Manor GP, la caution Virgin et l’Arabie Saoudite

3 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

La rumeur du rapprochement entre Virgin et Manor, dévoilée par la BBC,  vérifié par The Guardian ce matin, qui dispose même de preuves.

Virgin va quitter Jenson Button et l’équipe Brawn pour devenir le sponsor principal de l’équipe Manor Grand Prix la saison prochaine. Une fuite d’un E mail envoyé par Alan Donnelly, le représentant officiel de la FIA, suggère que l’opération a été convenu en principe le mois précédant l’annonce de Manor dans la liste des trois équipes retenues par la FIA au détriment de Lola et surtout Prodrive.

L’Email déclare : « Virgin ont signé pour être partenaire financier, avec un part dans l’équipe à hauteur de 20% » Manor avait toujours réfuté l’entrer de Virgin dans son capital, même récemment. D’ailleurs le journal anglais soulève l’idée que l’équipe anglais est très discrète et refuse de rendre publique l’accord, voir même son intention, et il sera intéressant d’observer Richard Branson qui lui a besoin de visibilité. Surtout que la rumeur Virgin s’entrechoc avec une autre affirmation du même mail :

« Je serais en Arabie Saoudite et nous nous réjouissons de vous voir lors de notre réunion de prévue…avec des représentants de Manor et Virgin » indique Donnelly. Signifiant qu’un autre investisseur pourrait survenir dans le projet Manor, lui offrant une plus grande crédibilité. « Toutefois si vous préféré une préséance privé avec moi le dimanche, alors s’il vous plait, faite le moi savoir ». L’E-mail avait un document attaché qui ressemblait à un protocole d’accord.

Virgin servant de caution au projet Manor Grand Prix ?  Cela semble être clair.

Source Guardian.co.uk

F1 – BrawnGP et le business des produits dérivés

26 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

silverstoneDevant 310.000 spectateurs, Sébastian Vettel a gagné le Grand Prix d’Angleterre sur le circuit de Silverstone. Toutefois, même si les idoles anglaises, Lewis Hamilton et Jenson Button ont fait pâle figure, la vision des casquettes Brawn GP et autre T-shirts dans les tribunes était bon pour le business.

La stratégie de Brawn GP semble s’activer autour des recettes des produits dérivés cette année 2009. Selon une estimation confidentielle, revue régulièrement à la hausse, Brawn avec Jenson Button devrait générer plus de 4 millions d’euros de recette de produits dérivés.

100.000 casquettes ont été vendues durant le week end du Grand Prix d’Angleterre. On estime à 450.000 au total le nombre total pour l’année.

Edito F1 – De la dette pour combler la grille

15 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

dette - the debt starLa nomination (provisoire ?) d’USF1, Campos Meta 1 et Manor F1 Team sur la liste du championnat 2010 soulève une question. Comment économiquement ses équipes vont survivre en étant indépendante dans  le système actuel ? C’est pour anticiper cela que la FIA souhaite le budget plafond, mais avec un budget plafond de 100 millions de dollars, rien ne changera du fait des salaires des pilotes.

Le budget plafond ne comptabilise pas les salaires des pilotes. Une erreur ? Peut être car cela pourrait entrainer des dérives importantes à l’avenir. Même en réduisant les coûts les constructeurs seront plus riche que les indépendants, c’est pourquoi ces dernières utilisent des accords bancaires ou similaire pour survivre. Williams F1 est autorisé de passer dans le rouge à hauteur de 60 millions. En 1993, McLaren ne pouvait honorer le salaire d’Ayrton Senna (16M$) et Ron Dennis a été obligé de faire un prêt bancaire jusqu’en 1996, pour payer le salaire du pilote brésilien. Une dérive logique.

Récemment, le Real Madrid a réalisé des gros coups sur le marché des transferts. Le club madrilène a signé un accord avec la Banco de Santander, l’établissement bancaire qui a accepté de prêter une partie des 250 M€ pour le projet de Florentino Perez. Cet accord passé le 20 décembre 2008 prévoyait que, quel que soit le jour où aurait lieu le transfert de Christiano Ronaldo, le taux de change de l’opération serait fixé à 0,935 Livre sterling pour 1 Euro. Du coup, le Real se retrouve gagnant, car si on prend le taux actuel, 1 € ne vaut plus que 0,85 £, ce qui aurait obligé le Real à payer 94 M€ à Manchester.

Un prêt pour le marché des transferts. En faite les équipes de football payent les salaires avec leurs revenus de club et les transferts via les banques. En Formula 1, les salaires sont aussi gérés par les équipes et les primes par les sponsors, mais si ceux-ci sont limités du fait du budget plafond ? Comment une équipe comme USF1 va pouvoir prétendre avec 80 millions de dollars en 2010 se battre pour le milieu de la grille ? Certes Brawn le fait, mais ceci reste l’exception qui confirme la règle. Et quel salaire pour les pilotes Campos, Manor et USF1 ? Ce que l’on constate est que ces équipes auront recourt aux dettes pour pouvoir aller de l’avant afin de combler le manque d »investissement d’un constructeur. Il n’est d’ailleurs pas impossible que les futurs salaires des pilotes soient échelonnés sur plusieurs années si ils augmentent de trop et que seules les primes soient honorées par les équipes.

La dette pour redynamiser la Formule 1. Un drôle de concept finalement, qui fait surtout penser que ces mesures sont nées dans l’urgence.

F1 – Fusion et rapprochement dans le secteur automobile

7 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Germany Porsche Volkswagen

Grosse fusion dans l’automobile allemande. Le groupe automobile allemand Porsche a annoncé mercredi qu’il allait fusionner avec le constructeur allemand Volkswagen, dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion à Salzbourg, en Autriche, de la famille propriétaire. Porsche est l’actionnaire majoritaire de Volkswagen. De son coté FIAT est devenu propriétaire de Chrysler ce matin de manière officiel, une concentration qui en appel d’autre.

Le coup d’envoi des fusions entres marques automobiles s’accélère. Porsche et Volkswagen ont déclenché une vague outre Rhin qui pourrait avoir des répercutions. OPEL est dans el viseur de FIAT, tandis que BMW et Mercedes sont en difficulté. BMW songe à une fusion avec le groupe PSA de manière très sérieuse, tandis que la marque à l’étoile après avoir été un prédateur se retrouve proie et établit des levée de fond auprès d’actionnaire arabe pour sauver son image de marque.

Une concentration importante car Renault se rapproche de General Motors pour la reprise de Saturn.

A terme il ne restera qu’une poignée de constructeurs en occident, un constat important pour les futurs programmes sportifs.

Brawn GP et l’ombre de Honda

16 mars 2009 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

Le rachat de l’équipe Honda F1 Racing par l’équipe composé de Ross Brawn comporte une sérieuse zone d’ombre : Honda est toujours présente.

En effet, après la lecture du registre de la Compagnie Houses de Londres, il apparait que l’équipe Honda GP Racing Ltd a changée de nom le 6 Mars 2009 pour se transformer en Brawn GP Ltd. Toutefois la holding Honda GP Holding Ltd s’appelle toujours…Honda !

En effet, cette holding détenue à 100% par Honda ne semble pas touchée par le rachat alors qu’elle détenait 100% de l’équipe de Brackley. Hors elle n’a pas été dissoute, pire le 12 Mars 2009 au lieu de lire le formulaire 287 qui indique la localisation du siège social de l’entreprise dans le registre de Brawn GP, elle est inscrite dans la holding Honda GP Holding Ltd.

Que cela signifie t’il ? Que si la secrétaire est la même pour les deux sociétés, à savoir Caroline McGregory, Brawn GP est localisé dans les murs de la holding. L’ombre de Honda plane donc toujours sur Brackley.

Forbes 2009 : Ecclestone et Mateschitz égalité

12 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Listes

Aujourd’hui la liste du magazine Forbes des milliardaires du monde est parut et surprise, il n’y a que deux personnages de la F1 présent dans cette liste et en plus à égalité.

Classé 151ème Bernard Ecclestone et Dietrich Mateschitz ont une fortune estimées selon le magazine américain à 3,7 milliards de dollars.

Toutefois l’autrichien a perdu 300 millions de dollars par rapport à 2008, tandis que Ecclestone reste stable.

Coté Pilote, le classement ne revendique que deux champion du monde sur trois en exercice. En effet pas de trace de Lewis Hamilton, ce qui peut sembler curieux car cela fait deux années de suite que le magazine boude le champion du monde 2008. Surtout que le classement se base sur un rapport entre salaire, passage TV, radio et presse.

Kimi Raikkonen, rang 36, avec 44 millions de dollars estimé de revenus 2008 devance donc selon Forbes Fernando Alonso, rang 42, qui lui n’a cumulé que 33 millions de dollars.


Page 5 sur 6« First...23456


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu