Naviguer : Accueil >

Affaire diffuseurs soufflés : réaction de LRGP, RBR et Virgin

20 mai 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Technique F1

L’affaire de l’interdiction des diffuseurs soufflés a été reportée après le GP du Canada, après avoir levée une protestation  suite à la réclamation de Cosworth et Williams (voir ici et ici). Toutefois, Eric Boullier, Christian Horner et John Booth ont donné leur avis sur la question.

« Cela a été une surprise. Je comprends certaines raisons techniques, mais nous avons démontré que nous ne sommes pas sur le même registre. C’est étrange que cela arrive comme cela, car un changement de réglementation en cours de saison est toujours délicat. Pourtant cela ne coûte pas beaucoup d’argent pour le faire (le système), c’est juste une histoire de cartographie moteur. Tout le monde court après la performance, alors je ne vois pas pourquoi nous devrions avoir à le changer. » explique Boullier sur Autosport.

De son coté Christian Horner estime que les discussions en marge du GP d’Espagne avec la FIA est uen bonne chose, mais doute de l’abandon du système en 2011 : « Que quelques choses soit nécessaire pour cette année ou l’an prochain, je doute que vous obtiendrez un consentement unanime des équipes pour cette année. C’est mon opinion personnelle, mais nous verrons. »

Les équipes vont donc résister à cette décision de la FIA le plus longtemps possible, afin de repousser le changement de réglementation à 2012.

Une attitude que ne cautionne pas John Booth, patron de Marussia Virgin qui explique à l’agence Reuters que le système est considéré comme un élément mobile et doit être interdit. Tout en précisant : « Une interdiction ne touchera que les équipes de tête, parce que nous, nous sommes assez loin derrière sur l’exploitation de la cartographie moteur. Maintenant, la décision a été reportée de deux courses, ce qui est un peu décevant. »

F1 – Fernandes et l’inspiration Horner et Dennis

13 avril 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Le procès Lotus Group vs Tony Fernandes pour l’exploitation du nom Lotus sera connue d’ici une semaine selon les diverses informations. Toutefois, quelque soit la décision du juge de la Haute Cour de Londres, Tony Fernandes pose les base de son équipe et sa stratégie avenir. Le nom importe finalement peu.

Lors du Grand Prix d’Australie, l’homme d’affaire malaisien a déclaré qu’il va s’inspirer de Christian Horner et de Ron Dennis pour construire son équipe dans le futur. Deux exemples intéressants car complètement opposé sur le principe. Alors spéculons un peu sur l’avenir :

Si Fernandes s’inspire de Horner pour son équipe, cela signifie que Team Lotus disposera d’un jeune pilote issue de son programme jeune d’ici 4 ans environ et qu’ils gagneront des courses, avec Gascoyne à la direction technique et un moteur d’un constructeur client (autre que Renault,  dans la logique RBR qui n’a gardé son Ferrari qu’une année en 2006 pour changer en 2007). Spéculation précision le.

Si Fernandes s’inspire de Dennis pour son équipe, cela signifie qu’il envisage de faire revenir un champion du monde, gloire du passé (comme Lauda) en la personne de Kimi Raikkonen par exemple, puis lui adjoindre un pilote de talent, ayant débuté l’an dernier par exemple et qui c’est retrouvé sans volant à l’horizon 2013 pour 2014. Que Fernandes a remarqué un jeune pilote, plein de talent, dès 2013 pour le signer à l’horizon 2015 par exemple, mais qu’il n’aura qu’en 2018 et qu’il changera de moteur pour disposer de son propre bloc en 2013/2014 avec Porsche. Toujours de la spéculation…

Le Team Lotus de Fernandes, avec Mike Gascoyne ressemble beaucoup au début de McLaren avec Dennis-Barnard. Le duo de pilote (Trulli – Kovalainen) est solide et n’a rien à voir avec le premier duo RBR composée de David Coulthard, Christian Klien et Tonio Liuzzi en 2005 et 2006.

En toute spéculation, vous êtes plus Horner ou Dennis pour la future stratégie de Tony Fernandes ?

F1 – l’aileron avant flexible est une question de concept

7 avril 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Technique F1

Mathématique, le mot est lancé par Christian Horner qui estime que les accusations-polémiques répétées de l’équipe McLaren, sur les ailerons flexibles des RB7, ont pour vocation de remettre en cause la flexibilité des carrosseries en Formule 1. Une lutte d’influence réfléchie.

Après la première polémique des ailerons avant flexibles, ouverte à l’époque par McLaren. La FIA a, dès le Grand Prix de Belgique 2010, appliqué des mesures plus fermes sur la flexibilité des éléments aérodynamiques. Cela n’a absolument pas empêché de voir les ailerons avant des RB7 et Ferrari F10B très flexibles et proche du sol. Une situation qui perdure aujourd’hui. La polémique lancée par Lewis Hamilton n’a donc pas de sens « réglementairement ». D’ailleurs, aujourd’hui, Jenson Button est resté plus mesuré en conférence de presse FIA.

Nous pouvons estimer que McLaren sous-entend que Red Bull Racing triche, pour discréditer les victoires de Sébastian Vettel et Mark Webber, passés, présentes et avenir.

Pour répondre aux accusations, Horner a expliqué aux journalistes en analysant les photos de l’aileron avant de la RB7, très proche du sol.

« McLaren ont mis au point une voiture qui a une hauteur de caisse très faible à l’arrière et donc un aileron avant bas, mais cela ne fonctionne pas. Nous évoluons (Red Bull Racing) avec un concept plus haut dans notre voiture, donc forcément lorsque l’arrière de la voiture est élevée, l’avant de la voiture est plus proche du sol. C’est de la science, notre aileron est évidemment conforme aux règlements, notre aileron est plus proche du sol, car le profil de notre voiture est plus élevé. C’est un calcul simple. »

C. Horner buzz sur Hamilton pour mettre la pression sur Webber

15 mars 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses, Rumeurs, Transferts

Réponse du berger à la bergère. Christian Horner tente de répondre à Martin Whitmash, en Septembre 2010, avait tenté de déstabiliser l’équipe championne du monde en visant ouvertement Sébastian Vettel  (voir ici pour souvenir).

A l’époque, il était entendu que le patron de McLaren avait tenté un petit coup médiatique pour déstabiliser la future équipe championne du monde, lors d’un timing du championnat crucial (Lewis Hamilton était encore dans le coup pour le titre pilote).

En ce début de saison, Christian Horner tente de faire la même chose. Surfant sur les difficultés de McLaren en ce début de saison : « Lewis est un grand pilote. On pourrait penser qu’il ne va pas être heureux de faire une autre année vierge. (…) Cela ne veut pas dire que nous sommes à la recherche de son profil à l’avenir. Nous sommes très heureux avec nos deux pilotes. C’est plus une question dont vous auriez besoin de demander à Lewis. » lance Horner ay Daily Telegraph.

Le plus amusant est qu’Horner a une nouvelle fois insisté sur le fait que Red Bull pourrait avoir un duo Vettel – Hamilton en 2012. Une démarche qui s’adresse finalement plus à Mark Webber,  qu’au champion du monde 2008.

Car si la première intervention est destinée pour le buzz médiatique, la seconde est clairement à l’adresse de Mark Webber. Horner lui met déjà la pression : « Nous pourrions certainement envisager une association, nous ne pouvons pas l’exclure. De mon point de vue, nous devons toujours avoir les deux meilleurs pilotes. » lance Horner

Mark Webber sera content d’apprendre qu’il ne fait pas partie de ce duo « de meilleurs pilotes » en ce début de saison…

F1 – Red Bull Racing prolonge le contrat de 50 personnes

14 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Le contrat de Sébastian Vettel n’a pas été le seul à avoir été étendue jusqu’en 2014. Selon la presse autrichienne, 50 autres contrats de l’équipe ont été prolongés sur la même durée.

Selon le Salzburger Nachrichte, Red Bull Racing a confirmé le contrat de 50 personnes importantes dans le team. A savoir « toutes personnes importantes pour la compétitivité de l’équipe » ce qui comprend Christian Horner et surtout Adrian Newey.

Ferrari avait tenté durant l’hiver de débaucher des acteurs clés de l’équipe championne du monde, mais il semble que personne n’a souhaité partir. Si la valeur des contrats de Horner et Newey ne sont pas connue, il est estimé que le premier touchera 1,5 millions d’euros par année (plus une prime), tandis que le second devrait toucher 9 millions d’euros annuels (12 millions de dollars par année, contre 10 millions de dollars).

Red Bull 2010, comme un air de McLaren 2007 ?

16 septembre 2010 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

vettel et webberUne leçon de management ? Avec l’arrivée dans l’ombre de Mark Webber, de Flavio Briatore, l’ambiance chez Red Bull Racing se modifie radicalement. L’italien s’emporte même en donnant des conseils à Christian Horner dans la gestion de son line-up : » Red Bull n’a pas encore compris que, s’ils continuent comme ça, avec Webber et Vettel en concurrence, l’un contre l’autre, ils risquent de perdre le championnat. Par contre, si  vous ne voulez pas gagner le championnat c’est la bonne façon. Chez Ferrari, la situation est claire : Alonso même l’équipe et Massa suit le mouvement. » Radical mais clair.

Dans les faits, la citadelle Red Bull est assiégée. En interne et en externe. En interne,  par  le duo Webber-Briatore et ses déclarations. Externe avec McLaren et Mercedes poussant en mettant la pression pour déstabiliser un adversaire trop encombrant. Sortir de cette épreuve la tête haute permettra à RBR d’être considéré comme un top team légitime aux yeux des « autres. »

Mais finalement, Briatore a raison dans les faits. Au championnat Webber dispose de près d’une victoire d’avance sur son équipier. Mais observez la course de Sébastian Vettel lors du Grand Prix d’Italie. Le résultat final, avec une stratégie radicale, permet à l’allemand de devancer son équipier de deux places, alors qu’il était derrière une partie de la course. Intéressant pour le championnat…

Autrement plus intéressant, la déclaration d’après course dans le paddock de Mark Webber :  » Je ne vais pas demander de l’aide à Sébastian ». Avant d’ironiser plus loin :  » Une aide de Vettel ? Cela dépendra de l’équipe. Vous pouvez être sûr que je ne demande rien.  »

Retour sur 2007 et McLaren

La relation entre l’australien et l’allemand rappelle de plus en plus celle entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton chez McLaren en 2007. Au fil de la saison, le double champion du monde (sous les conseils de Briatore) c’était isolé et rappelait à l’ordre l’équipe sur l’équité technique et sportive. Dimanche, Martin Whitmarsh a indiqué que  » 2010 n’a rien à voir avec 2007. Cette année là, il y avait une personne qui ne travaillait pas pour l’intérêt de l’équipe. » La même situation se reproduit chez Red Bull avec Mark Webber.

La contrainte du Numéro 1

La dernière phrase de Flavio Briatore est symbolique d’une logique qu’il a toujours encouragé : un pilote numéro 1 et un numéro 2. En poussant Red Bull Racing a désigné son pilote australien comme leader de la formation autrichienne, Briatore sait qu’il ridiculisera le système Red Bull. Mais, si RBR désigne Webber comme N°1, elle se retrouve en position de faiblesse envers Sébastian Vettel, dans ses négociations d’après 2012 en offrant un argument en sa défaveur. En effet, l’allemand pourrait comprendre qu’il n’est pas soutenu dans son effort par son équipe. Délicat donc.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu