Naviguer : Accueil >

CVC, Ecclestone et les petites manoeuvres

13 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Selon le Financial Times, un nouveau groupe d’actionnaire a débarqué en Formule 1. Le journal d’affaire indique que Sir Martin Sorrell, le fondateur des services de communications WPP et Peter Bradeck, le président de Nestlé, présent au conseil d’administration depuis 2006, sont devenus actionnaires de la holding Delta Topco.

Un investissement relatif car chacun a déboursé 27.000$ seulement pour obtenir 0.3% de la holding, ce qui est converti a une valeur finale de 6 millions de dollars. Une tactique pour fidéliser les administrateurs, indique le journal.

Ce jeu de chaise administratif a fait baisser la part du CVC dans Delta Topco de 70 à 63,4%. Ecclestone conservant 8,5% de l’entreprise (valeur 170 millions de dollars). Mais ce dernier n’est pas le deuxième actionnaire, la banque Lehmann Brothers dispose toujours, malgré sa faillite, 15,3% des actions. Hors le CVC, qui dispose de la priorité du rachat de ses parts, a formulé une offre mais sans réponse pour l’instant de la banque, une autre offre devrait prochainement revenir sur le tapis des négociations, indique Nick Clarry, le directeur du fond CVC, ce qui porterait la part du CVC à 78,7% de la holding Delta Topco.

“Si un actionnaire devient insolvable, le conseil peut exiger que ses actions soient transférées à une partie de son choix, à la juste valeur, qui est fixé selon une formule”, a conclu Nick Clarry.

ING sera t’il un global sponsor de la F1 ?

2 décembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1

Après avoir reçu, 10 milliards d’euros du gouvernement néerlandais, la banque ING a souhaité indiqué qu’elle achèvera son contrat de trois années en F1 avec Renault F1 Team.

Isabelle Conner, la responsable marketing de la banque, a confessé que l’engagement sera conclu à terme :  » Ce parrainage est la meilleure chose qui soit jamais arrivé à ING, Maintenant, nous sommes dans une deuxième phase. Elle est stratégique, c’est un levier de croissance, et une source de revenus pour nous. Nous sommes là trois ans, nous avons toujours dit que, c’est notre engagement ferme. Il est envisagé de continuer, parce que cela fonctionne. »  Signifiant que la banque terminera son contrat avec Renault mais qu’une deuxième phase débute, mais qu’il n’est pas obligatoire qu’une prolongation avec l’équipe française soit garanti.

ING a signé un contrat de trois années de 120 millions d ‘euros, avec une option de deux années de plus, avec majoration du budget, que l’on peu estimer à 60 millions d’euros par an.

Toutefois, dans la stratégie globale dans laquelle la Formule 1 c’est lancée, sous l’impulsion de CVC, il n’est pas impossible qu’un projet de partenariat globale soit proposé à la banque ING pour devenir un sponsor officiel dès 2010.

Rappelons qu’ING est arrivé chez Renault F1, grâce à Bernie Ecclestone, suite à une consultation courant de l’année 2006.

Un sponsor titre pour la Formule 1

26 novembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Business News F1

Ce mercredi demain, Bernie Ecclestone aimerait un sponsor titre pour la Formule 1. Selon les informations de Auto motor und sport.de, il pourrait s’agit LG Electronics.

Bernie Ecclestone a aujourd’hui, mercredi, annoncé dans le Landmark Hôtel de Londres. Lors d’une conférence de presse à 8h30, heure Londres, l’arrivée prochaine d’un nouveau sponsor titre pour le championnat du monde de Formule 1.

L’accord avec ce sponsor titre, vise en plus d’un projet de partenariat classique (technique) que connait la Formule 1 depuis plusieurs années, une partie financière non négligeable. Confirmant la stratégie du fond CVC dont TomorrowNewsf1.com vous avait parlé la semaine dernière.

Ce type de projet, se rapproche de ce que réalise le NASCAR avec Nextel, la coupe du monde de football. Mais concernant le futur élu officiel, les spéculations se dirigent sur le constructeur d’électronique grand public coréen LG Electronics.

En effet, LG Electronics avait en 2004 été approché par l’équipe BAR Honda pour remplacer Lucky Strike en 2006, en vain. Mais a été sponsor de la Formule 1 sur la chaine ITV durant trois années. Le constructeur électronique a aussi été sponsor officiel des LG Super Racing Week end sur Eurosport il y a 4 ans environs. La marque du pays du matin calme, n’ est toutefois pas en bonne forme en ces temps de crise.

Update 11h42 : Je précise qu’il y aura plusieurs sponsors titre à partir de 2009. EN inspiration du modèle de la Coupe du Monde de Football.

CVC, les plans d’avenirs du fonds pour la Formule 1

20 novembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Préoccupé par l’émergence d’autres sports dans la galaxie des sports mondiaux, la Formule 1 se devait de réagir. Le fonds d’investissement CVC a réagit et a exposé ses projets pour accroitre les recettes de la Formule 1. Un business model passablement inspiré des Jeux Olympiques.

 » Nous sommes entrain de construire un programme avec des partenaires mondiaux comme le réalise les Jeux Olympique et la Coupe du monde de Football, avec un large éventail de partenaires tels que les sponsors officiels et les partenaires logistiques. «  explique Nick Clarry le directeur général du CVC pour le site Pitpass.com. Allianz et DHL sont visés par l’idée. Un projet de téléphone mobil officiel, boisson non alcoolisé officiel by F1 est en cours de négociation « Ensuite mettre d’avantage l’accent sur l’Internet et les produits dérivés. » ajoute Clarry.

A la condition que les équipes de F1 ne paralysent pas le projet d’intention trop forte et que la FIA ne lance pas son projet de moteur standard. Au-delà de ses deux conditions l’avenir du CVC et de la F1 est donc de couleurs rose.

 » Prenez donc notre investissement dans la Dorna (MotoGP) sur la période 97-2005. Nous avons tenu 8 ans notre investissement avec succès. Le chiffre d’affaire de la Formule 1 augmente tout les ans depuis 2006. Passant de 1,07 milliards de dollars à 1,15 milliards en 2007 et enfin 1, 35 milliards de dollars. Soit une croissance annuelle de 10% par an.  » Indique Clarry

A ce rythme, si le CVC reste 8 ans, le chiffre d’affaire serait d’environ 2 milliards de dollars, et la valorisation du groupe de Bernie Ecclestone serait de 6 milliards de dollars. Sur les 2,4 milliards de dollars empruntés aux banques, le CVC remboursera déjà 1 milliards d’ici 2013. Mais l’idée pour le solde emprunté et d’en faire une valorisation par dette. Le CVC n’a pas l’intention de rembourser cette partie.

Ce qui signifie qu’avec le cumul de la dette, l’estimation de la valeur de la Formule 1 sera d’environ 7,5/7,8 milliards de dollars, soit environ 5 milliards de dollars pour le seul CVC (69,8% des parts de la holding Alpha Topco).

L’objectif ? quel la valeur de la F1 augmente. Le projet de sponsors officiels permettra d’ajouté plusieurs dizaines ou centaines de millions de dollars au chiffre d’affaire de la Formule 1. La FIFA par exemple récoltera en 2010 par le biais de sponsors (6) une somme de 700 millions d’euros.

FOTA vs CVC Capital, une question de dette

13 novembre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Business News F1

Une rumeur indique que la FOTA cherche une alternative au CVC, car il apparait que le fond d’investissement a cumulé une dette de 5 milliards de dollars et paye ses intérêts via les revenus que génère la Formule 1.

Jusque là rien de nouveau, un fond d’investissement à toujours procédé ainsi. C’est-à-dire racheter une entreprise, via un apport bancaire, payer les intérêts par le biais des bénéfices dégagés par l’entreprise acheté et vendre l’affaire pour rembourser le prêt, avec plus value. Le CVC Capital ne fait pas exception à la règle. Sauf que le chiffre d’affaire de la Formule 1 n’est pas extensible.

Le fond anglais doit 230 millions de dollars d’intérêt par année. The Guardian, précise que le CVC a acheté la Formule 1 grâce à des apports bancaires, comme expliquer dans ce billet. Sauf que la répartition envers les équipes augmentera en 2009. Ce qui réduit la marge de la holding Delta 3. Qui a accusée une perte après impôt de 458 millions de dollars sur un chiffre d’affaire de 938 millions. Alors que dans le même temps CVC dispose de garanti long terme de 20 milliards de dollars sur 10 ans ! Bon prétexte pour justifier que son investissement en Formule 1 est basé sur le long terme.

En faite le chiffre d’affaire de la Formule 1 en 2008 a augmenté, malgré la crise, de 40% pour s’établir à 1,3 milliard de dollars. Mais cela ne suffira pas, car la répartition aux équipes sera estimée à 560 millions de dollars en 2009. Ce qui fait dire à Nick Clarry, un des responsable du CVC :  » Notre chiffre d’affaire à besoin d’être augmenter de 400 millions de dollars pour que nous dégagions toute pression de la part des banques. » Donc de la dette qui s’accumule.

The Guardian ajoute que «  CVC doit rembourser son prêt de 2,4 milliards de dollars d’ici 2014. «  Mais le fond se veut rassurant en annonçant qu’il est en avance sur ses démarches de remboursement. Une logique de message envers milieu financier.

Toutefois, la FOTA ne souhaite pas en rester là, elle souhaite rouvrir les négociations entre Bernie Ecclestone et le CVC pour les prochains Accords Concordes. Le modèle économique de Ecclestone s’articule autour de la maximisation des courses exotiques qui rapportent 30 millions de dollars à l’unité. Sauf que dans le même temps ses projets coûtent chère en logistique : « Les couts logistiques sont maintenant si élevés. Avant le championnat était composé de 12 courses en Europe sur 17. Maintenant 80% des courses sont en Asie ou presque, les couts des équipes sont beaucoup plus élevés.  » Indique une source proche de la FOTA. Qui dit élévation des investissements logistiques, dit élévation du budget. Loin de l’idée de réduire la voilure, voulu par la FIA et Max Mosley.

L’urgence d’un Accord Concordes est lourd, mais sera signé rapidement. « Les chiffres qu’ils (les équipes) reçoivent actuellement sont bien en avance sur ce qui était prévu « , indique Duncan Llowach, le directeur de Delta 3. En faite Bernie Ecclestone c’est montré large avec les équipes depuis deux ans, les séduisants avec une fortes hausses des repartions. Mais comme il est indiqué, cela se fera au prix de l’investissement du CVC.

Pour l’instant la FOTA se concentre sur les Accords Concordes, et s’appliquera, avec l’aide vraisemblable de Bernie Ecclestone, à trouver une alternative au CVC. Sauf que dans le même temps, Max Mosley attend le feu vert pour imposer un ami de Dubaï, très proche du fond souverain national, et un précieux allié politique lors de l’affaire Mosley du début d’année.

Les fonds d’investissements touchés par la crise

17 octobre 2008 | 2 commentaires
Catégorie : Business News F1

L’effet domino tant redouté apparait avec horreur dans les milieux financiers. Après les banques, voici que les Private Equity et les fonds d’investissements privés sont touchés par la crise. Une mauvaise nouvelle pour la Formule 1 et pour le sport.

Certain des plus grand fonds d’investissements ont annoncés la fermeture de filiales pour cause de manque de liquidité, indique le Financial Times.

Les problèmes du secteur mettent en branle le cercle vicieux du marché que les fonds privés ont crées. C’est-à-dire, acheter avec dette (70% en moyenne de dette par achat), une société et la rendre rentable à hauteur de 25% (du jamais vu et surtout artificiel). Sauf que ces achats, souvent entre fonds et avec plus value, perdent de leur valeur et le marché s’effondre.

Les investisseurs ont réduit la voilure de 43 milliards de dollars en Septembre 2008 auprès des fonds d’investissement privés, selon TrimTabs Investiment Resarch.

Le fonds CVC Capital est en difficulté depuis la chute de Lehman Brother et la nationalisation de RBS. Elle bute pour convaincre d’autre investisseur de l’aider à reprendre la part de la banque américaine en faillite. La valeur de l’empire de Bernie Ecclestone chute en fonction de la dette du CVC. Une proie facile pour un fond souverain arabe par exemple….

RBS menace définitivement la Formule 1 et Williams F1

7 octobre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Business News F1

Après Lehman Brother, voici que le deuxième créancier de CVC Partner, la banque RBS, dévisse de 40% et divisse sa valeur par deux en 48h. Retrouvant sa valeur d’il y a 15 ans. Panique à la City et une mauvaise nouvelle pour Bernie Ecclestone et son partenaire CVC Capital.

Mais la mauvaise nouvelle ne s’arrête pas là, car la banque Royal Bank of Scotland, est aussi sponsor de Williams F1 (12 millions d’euros), mais également détentrice d’une ligne de crédit de plusieurs millions de dollars envers l’équipe de Franck Williams. Un découvert garanti sur les biens de la société du duo Williams-Head.

Ce qui signifie que, étant donné sa situation actuelle, RBS demandera au CVC de lui reprendre ses parts (environ 20 à 30% de la holding Topco), alors qu’il doit aussi de son coté reprendre les parts de Lehaman Brother (17%) et qu’il n’a toujours pas trouvé de banque capable de lui offrir l’argent. Si le CVC ne trouve pas l’argent, RBS pourrait transformer son investissement en action et prendre le contrôle de la Formule 1, afin d’augmenter son remboursement sans passé par l’intermédiaire du fond d’investissement.

Idem pour le cas Williams, l’emprunt se transformera en prise d’action et si l’équipe ne rembourse pas, ou n’est pas en mesure de le faire, la faillite pointe pour Franck Williams.

Une situation très alarmiste, mais un scénario réaliste en ce Mardi noir pour le monde de la finance.

Mister E, le deal complexe avec le CVC

29 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, Histoire F1

Suite et fin de notre récit en quatre parties de l’évolution de l’empire de Mister E et les déboires des repreneurs depuis dix ans. quatrième volet: Le deal complexe avec le CVC.

La cohabitation ne plait guère à Bernie Ecclestone. Les banques ne sont là que pour se rembourser du groupe Kirch, mais surtout dans sa guerre froide avec le GPMA (ex GPWC), elles ne sont pas d’une grande utilités. Dès 2004, l’argentier se met en quête d’un nouvel investisseur et d’un plan pour éjecter les banques de son empire. Ecclestone refusera deux offres de fonds d’investissements, dont un chinois. Finalement fin 2005 le fond CVC Capital Partner décroche 75% de la Formule 1. Mais de manière complexe.

Estimant que si la CVC rachète les 75% de la SLEC, il n’en tirerait rien, Ecclestone crée une nouvelle holding, sur la même base que sa FOH crée 7 ans auparavant. La CVC ayant contractée un prêt de 3 milliards de dollars, auprès des banques pour acquérir une holding : Alpha Topoco.

En faite 1,7 Milliards de dollars a permis d’obtenir 70% de Alpha Topco, investissement directement retourné dans la poche de Bernie Ecclestone qui, a par la suite racheter Speed Investments pour 480 millions de dollars. Se débarrassant des banques. Dans le même temps Ecclestone a vendu 25% qu’il détenait de la SLEC pour 1 milliards de dollars. Mais suite au rachat des parts des banques créancières du groupe Kirch, l’argentier de la Formule 1 possède donc 75% de la SLEC, à moindre prix. Reste que le CVC ne possède pas réellement 70% d’Alpha Topco, mais environ 36%, le reste revenant aux banques RBS et Lehman Brother, qui ont prêtées l’argent au fonds.

Malheureusement l’histoire se répète pour Ecclestone : Lehamn Brother, déclarer en faillite mi septembre 2008, ses 16,8% doivent trouver preneur. Le fond CVC est prioritaire, mais sous couvert d’un autre emprunt. Représentant 400 millions de dollars. Sans réussir, à ce jour, son montage financier.

La Formule 1 en crise de repreneur

22 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

A l’heure ou l’économie se regarde le nombril, la Formule 1 souffre. Super Aguri morte sans repreneur, Toro Rosso en délicatesse, Prodrive morte née et Force India en crise. Le tableau économique n’est guère reluisant. La faute au règlement peut être, mais aussi à l’attractivité de la F1.

La faute à une Formule 1 valorisée 3 milliards de dollars depuis bientôt 10 ans, sans évolution aucune, donc sans vraiment de belle perspective. Et la faute au règlement sportif interdisant les châssis client ou donnant trop de contrainte aux équipes. Alors les milliardaires du monde se dirigent sur le football, et surtout vers la premier league anglaise.

Après Roman Abramovitch et récemment le Sulaiman Al-Fahim (propriétaire de Manchester City), le football anglais attire les riches. Selon The Sun, le richissime homme d’affaires indien, Anil Ambani (6ème fortune du monde) serait très intéressé par le rachat d’Everton. Liverpool intéressen un fonds d’investissement. D’autres suivront, mais pas en Formule 1.

Une crise que Bernie Ecclestone gère déjà, mais qui sera difficile à surmonter. La dernière équipe entièrement sortie de terre (hors Super Aguri) restera Stewart Grand Prix…en 1997.

La faillite de Lehman Brother menace la Formule 1

21 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Lehman Brothers, la 4ème institution financière des Etats-Unis, a demandé d’être mise sous faillite. Dans la demande de dépôt de bilan, le total des actifs de Lehman atteignait 639 milliards de dollars à la date du 31 mai contre 613 milliards de dettes. La cause au crédit hypothécaire américain qui alourdit l’économie et ralentit la croissance mondiale par effet domino. La banque, après avoir approchée le Crédit Suisse la semaine dernière se rapproche de Barclay, pour la vente de certains actifs. Mais plus grave, Lehman Brother est actionnaire à hauteur de 16,8% de Delta TOPCO, qui détient par alliance avec le CVC la Formule 1 et ses droits commerciaux.

Cette part dans le capital sera donc vendue au CVC, qui a une option prioritaire. Mais reste que l’institution bancaire a été prêteuse au CVC sur les garanties de la Formule 1, avec la RBS (aussi en difficulté depuis ce lundi noir du 15 Septembre) de 1,2 milliards de dollars. L’annonce de la faillite de Lehman indique que CVC devra rapidement payer ses créances et empruntera encore plus d’argent auprès d’un autre préteur. Les intérêts annuels sont de 145 millions de dollars (205 millions de dollars).


Page 4 sur 41234


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu