Naviguer : Accueil >

Droit TV F1 – TF1 fera une offre au-delà de 2012

29 février 2012 | 4 commentaires
Catégorie : Media

Volte-face dans les droits TV de la Formule 1 en France. TF1 n’exclut plus de postuler pour les droits de diffusions au-delà de 2012. Lors d’une conférence de presse Lundi matin, Laurent-Eric Le Lay, directeur des acquisitions des droits sportifs du groupe audiovisuel français a tranché avec la pensée qui indique que TF1 va quitter les droits de la F1.

« Je ne vois pas pourquoi TF1 ne ferait pas d’offre pour la nouvelle saison. » lance Le Lay. Ce qui indique que la première chaine française fera bien une offre. Mais sera-t-elle de 40 millions d’euros environ que demande Bernie Ecclestone ? Rien n’est moins sûr. La volonté de TF1 de maitriser ses coûts de grille de programme (350 millions d’euros pour les droits sportifs chaque année), reste bien réelle, explique le Parisien.

Al Jazira s’est déclaré intéressé par l’appel d’offre. Canal + observe, M6 a abandonné l’affaire et France Télévision révise ses jugements sur la Formule 1. TF1 reste la mieux placé pour prolonger l’aventure pour une diffusion 100% gratuite.

Toutefois, une chose est désormais sur. Le prochain contrat sera de 4 ans (2013-2017).

Force India, FOTA, droit TV et intérêts

22 février 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Marketing, Politique

« Je crois fermement que, lorsque vous ne pouvez pas faire de profit sur la base de vos revenus télévisions et vos revenus de sponsoring, alors il y a quelques chose qui ne va pas dans le sport et je crois toujours que c’est le cas aujourd’hui. Nos coûts sont trop élevés. » Lance à Autosport Robert Fernley, team manager de l’équipe Force India.

Actuellement les équipes se partagent 50% des revenus de la Formule 1 et cherchent à obtenir 70% depuis plusieurs mois. Toutefois, selon le Team Manager de l’équipe indienne, même cette augmentation de revenus ne serait pas satisfaisante. « Même si vous augmentez le revenus télévisuel, il y aura encore un déficit et vous avez encore besoin de soutien. »

Selon Fernley, une équipe moyenne comme Force India dépense entre 80 et 100 millions de dollars (60 à 75 millions d’euros) et que les revenus de sponsorings ne sont pas encore assez importants pour réaliser un profit.

Le cas de Force India est atypique car l’essentiel des revenus de sponsoring du team provient de liens directs entre les sociétés de Vijay Mallya et (pour 2012) du groupe Sahara. En cela la réaction de l’équipe est intéressante. L’équipe basé à Silverstone souhaite obtenir plus d’argent pour viser plus haut sur la grille de départ. Sa position politique est donc contradictoire, car l’objectif n’est pas de faire des profits. Mais, plutôt de briller en piste, afin de séduire des sponsors et rendre indépendante l’équipe envers ses financiers et donc dégager des profits.

Le principe de l’augmentation des droits tv n’est qu’un leurre et c’est aussi en cela que la contradiction est visible dans la FOTA. La réalité est qu’il faut investir pour gagner, encore et toujours. Donc il faut de l’argent qui n’existe pas aujourd’hui. Chacun y trouve son intérêt.

F1 – La vérité derrière les droits TV en Espagne

7 février 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Exclusif, Media

Depuis la résiliation de la chaine espagnole Sexta sur la rediffusion de la Formule 1 en Espagne en fin d’année 2011, Bernie Ecclestone tente de trouver une solution. Antena 3 et Telecinco ont été sollicités, mais pas à n’importe qu’elle prix et surtout pas pour 20 millions d’euros par année. Ce que l’on croyait réellement.

Cet après-midi la chaine Antena 3 a annoncé quelle diffusera la Formule 1 en Espagne en 2012 et 2013. Mais, dans les faits, elle reprend les droits de la Sexta car les deux médias discutent depuis plus de 6 mois pour une fusion qui a été annoncée en Décembre 2011. Mais l’affaire est plus complexe qu’il n’y parait.

En effet, la chaine Sexta n’est pas le propriétaire des droits TV de la Formule 1 en Espagne. Il est un sous-traitant. C’est Mediapro, société qui acquière des droits sportifs du Real Madrid, FC Barcelone et actionnaire de la Sexta,  qui en est la propriétaire. Auparavant, de 2003 à 2008, c’est une société de Flavio Briatore, Statcourt, avait ses mêmes droits avant de les vendre à Mediapro (voir ici pour en savoir plus). Mais, a été forcé de vendre ses droits, sous la pression de Bernie Ecclestone, pour cause de conflit d’intérêt flagrant.

Mediapro est actionnaire à hauteur de 7% du nouveau groupe Antena 3- Sexta, avec la possibilité de montrer jusqu’à 14% à l’horizon 2016. Ce qui explique pourquoi c’est désormais Antena 3 qui diffusera les deux dernières années contractuelles de la Sexta. Au même prix qu’auparavant. A savoir 20 millions d’euros par année.

Cette rupture ne concerne donc pas directement la FOM de Bernie Ecclestone. L’opérateur de diffusion change, mais le détenteur des droits reste le même. A savoir Mediapro…

Télévision : le modèle TV de Bernie Ecclestone s’effondre en Europe

2 février 2012 | 2 commentaires
Catégorie : Exclusif, Media

Après l’accord entre la BBC et BskyB pour la diffusion des Grand Prix à partir de 2012 sur le modèle du Freemium. Les rumeurs autour de TF1 pour l’après 2012, c’est au tour de la chaine privée Sexta de résilier son accord avec Bernie Ecclestone, pour la diffusion de la Formule 1.

Signé en 2009 pour une durée de 5 ans en échange d’un total contractuelle de 100 millions d’euros, la chaine espagnole Sexta arrête finalement les frais, après une année 2011 catastrophique en terme d’audience (environ 2 millions de téléspectateurs l’an dernier de moyenne par GP, alors qu’ils étaient 3 à 3,5 millions en 2010), et en résultats publicitaires. Les dirigeants de la 6 ème chaine ibérique estiment que les résultats d’audiences sont très dépendants de l’influence des résultats de Fernando Alonso sur la piste. Un signe que le marché n’est pas encore mature.

La situation est telle que Bernie Ecclestone tente de trouver une solution pour 2012. Pour le moment, aucun diffuseur en Espagne n’a été trouvé pour retransmettre le GP d’Australie le 18 mars prochain. Antena 3 et Telecinco sont sollicités, mais pas à n’importe qu’elle prix et surtout pas au tarif d’avant. Ce qui signifie une réduction importante des revenus TV. Une tendance qui s’annonce donc.

En France, TF1 doute sérieusement pour prolonger l’aventure. Refusant de débourser 40 millions d’euros pour cela. La rumeur Al Jazera ne serait qu’une manière d’affoler la situation dans l’environnement audiovisuelle français. Canal + hésite, M6 refuse, il reste finalement une seule alternative qui se dessine : France Télévision.

Après avoir refusé en bloc toute idée de diffusion de la Formule 1, Daniel Bilalian, directeur des programmes sportifs du groupe audiovisuel public français, estime désormais que l’idée parait séduisante. « Pourquoi pas, tout peut nous intéresser. Il faut regarde, il faut que je rencontre le vendeur (Bernie Ecclestone) et que je discute avec lui. » lance Bilalian sur Europe 1.

Un des soucis reste les horaires. En effet, plusieurs Grand Prix se déroulent sur la zone Asie du globe, ce qui signifie des courses le matin : « Sur 21 GP, 9 ont lieu dans le sud-est asiatique ou en Extrême-Orient, c’est-à-dire des horaires qui, commercialement ne sont pas intéressants pour l’Europe. Et la tendance des nouveaux Grand Prix sont plus à Macao qu’a Romorantin ou Châteauroux » ajoute avec une note d’humour le patron des sports de France Télévision, qui précise que la Formule 1 a un intérêt commerciale pour le groupe français.

Ce qui signifie que la note devrait baisser pour l’avenir pour la diffusion des Grand Prix en France. A moins encore une fois qu’un accord freemium entre un diffuseur payant et un diffuseur public prive les fans de 10 Grand Prix dans l’année. La crainte est importante aujourd’hui.

Rappelons  que si 75% de l’audience est ailleurs qu’en Europe, 75% du chiffre d’affaire des droits TV proviennent d’Europe justement. Le modèle économique va donc en souffrir à l’avenir.

GP Inde – les limites de la F1 dans les pays émergents

28 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie, Media

monde_bresil_inde_chine_russie_bric_g20_nucleaire_insideL’argument le plus courant lancé par un promoteur, pour justifier une piste et un Grand Prix de Formule 1,  est que la discipline reine est un stimulant pour l’économie. C’est vrai pour Monaco, Singapour, Montréal par exemple, mais cela n’est pas vraiment le cas des nouveaux pays, comme la Chine et probablement l’Inde.

Déjà la Corée du Sud, accuse le coup et doute de son avenir. Sans le soutien du gouvernement de Seoul dès 2012, l’histoire se terminera avec une perte cumulée sur 2010- 2016 de 248.5 millions d’euros. China Daily indique que Shanghai perd chaque année environ 20 millions d’euros et que CCTV, qui a acquit les droits de diffusion tv pour la Chine, grâce à un chèque de 15 millions d’euros annuels, ne diffuse aucunes données d’audience sur les Grand Prix. Mais l’impact est bas. Dans un pays avec 1,2 milliards d’habitants c’est un triste résultat. Seules données, les rentrées publicitaires de la chaine chinoise estimées par Infront Sport : 13 millions d’euros pour 2004 et seulement 1,5 millions pour 2011.

En Inde, le cricket est la discipline reine avec 135 millions de téléspectateurs pour les matches de Coupe du Monde. Jaypee Group estime que le Grand Prix d’Inde peut viser 12,5 millions de personnes devant l’écran dans le pays. Soit 1% de la population. Faible.

Faible, d’autant que l’investissement pour ce GP est colossale. 450 millions d’euros.  300 millions d’euros environ pour la piste et 150 millions pour l’allocation d’organisation des courses sur une période de 5 ans (2011-2015).  Les experts estiment que le GP d’Inde sera déficitaire comme en Corée et en Chine. Pire, l’investissement devant faire de la nouvelle piste un sommet et une référence pour un circuit moderne, après les timides Jeux du Commonwealth, n’apportera aucuns revenus à l’économie locale. Juste une dépense privée, sans l’appui du gouvernement. Un risque.

GP Inde : menace sur les droits TV

25 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Media

L’Inde est décidément un pays compliqué. Les multiples problèmes rencontrés dans le pays, vient désormais s’ajouter un conflit nouveau à l’horizon entre les télévisons du pays et la Formula One Management de Bernie Ecclestone, sur les droits télévisons de l’événement de ce week-end.

En effet, c’est la chaine Sports Star qui transmet les Grand Prix en Asie et donc en Inde, mais les télévisions locales souhaitent aussi couvrir l’événement. Lles stations de télévisions ont indiqué à la FOM qu’elles avaient  consacrées une couverture importante et investit beaucoup d’argent dans l’événement F1, et qu’on leur interdit de filmer à l’intérieur du paddock, avec leur propre matériel. La menace du boycott est annoncée à quelques jours de la course.

« Lorsqu’ils ont signé les formulaires d’accréditation, ils ont accepté les termes de couverture de l’événement, donc je m’attends à ce qu’ils parlent de la course. » lance le responsable de la communication de Jaypee Group, promoteur de la course. D’ailleurs le promoteur a lui aussi eu des soucis.  Un projet d’un film promotionnel a été envisagé et finalement refusé par la FOM. Sous le prétexte qu’il était possible d’acheter un extrait d’une minute de la course. Facture ? 3.000 euros environ.

Le problème indien fait penser à l’affaire France 3 Bourgogne-Franche-Comté, qui avait filmé dans les années 90, avec ses propres caméras, un reportage sur le Grand Prix de Magny-Cours de F1, alors que TF1 avait les droits de retransmissions. Un procès avait eu lieu à l’époque et de nouvelles mesures d’accréditations ont été mises en place depuis.

Les droits de la F1 et l’arrêt Murphy

6 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Media

Cette semaine, la Cour Européenne a pris une décision importante dans l’utilisation des décodeurs de télévision payante venant de l’étranger. Ce que les médias anglais nomment déjà « l’arrêt Murphy » du nom de la gérante de bar qui a diffusée, dans son établissement des matches de foot de BskyB, sans verser des droits de licences à la chaine et en utilisant un décodeur grec. La Cour Européenne a décidée que la jeune femme avait raison et n’était pas en illégalité. A première vue, la Cour souhaite ouvrir  à la compétition européenne le marché des droits tv du sport en déverrouillant la vente territoire par territoire. Mais cela concernera aussi dès l’an prochain la Formule 1.

Dès 2012, BkysB diffusera l’intégralité de la saison F1 et une réaction de Bernie Ecclestone était attendue sur le sujet. « Nous allons attendre de voir ce qui se passe. Nous allons essayer à l’avenir de rester en tête et trouver un moyen de maximiser nos revenus. » Lance l’argentier de la F1 à Suzuka.

Ecclestone estime qu’il n’y pas vraiment de problème pour les droits de la Formule 1 à l’avenir.

La décision de la Cour signifie ceci : quand BskyB achète les droits TV de la Formule 1 à Bernie Ecclestone, ses droits de diffusions devraient s’étendre à toute l’Europe et non seulement à l’Angleterre, comme aujourd’hui. BSjyB serait donc libre, une fois acquis les droits, de vendre sur le territoire de l’Union Européenne des décodeurs aux consommateurs étrangers.

L’exclusivité par pays est bannie. Certain y voit une opportunité d’augmentation des prix des droits TV. Visiblement Ecclestone est dans cette optique.

La FOTA vise toujours une part des droits F1

15 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : F1 Leaders

Les équipes de l’association des constructeurs FOTA ont embauché DC Advisory Partners Ltd, pour évaluer la possibilité d’acquisition d’une participation dans les droits de la Formule 1, actuellement détenu par le fond CVC Capital, selon l’agence Bloomberg.

DC Advisory Partners Ltd est une banque d’affaire européenne qui propose du conseil et des service financier à ses clients.

Canal+ rachète Direct 8 et se place sur les droits F1 2013 ?

9 septembre 2011 | 7 commentaires
Catégorie : Media

Petite surprise hier soir dans le paysage audiovisuel français, avec la vente par le groupe Bolloré des chaines Direct 8 et Direct Star au groupe Canal +. Une opération qui est la suite logique du projet Canal 20, entrevue il y a quelques mois.

La semaine dernière Bruxelles a désigné comme « illégaux » les nouveaux canaux TNT français. Si le palais de l’Elysée est pour une telle introduction dans la télévision, l’Europe estime que non. A partir de ce moment précis, tout s’accélère. Cette introduction de Canal +,  à hauteur de 60% de Bolloré Media,  est une attaque direct contre TF1 et M6 et un pied de nez au chef de l’Etat, qui pensait attribuer les nouvelles fréquences, contre l’avis de l’Europe. Un deal à 485 millions d’euros (279 millions payées en action et 186 millions en cash, contre les 40% restant du capital de Bolloré Média.)

Hier soir le tweet de David Bénard (@David benard) pose la fameuse question : « Dis-donc, Canal+ qui rachète Direct 8, ça ne pourrait pas nous donner le championnat du monde de F1 sur Direct8 en 2013 ? » J’ai répondu qu’il était fort possible que oui.

C’est une introduction dans le paysage TNT gratuit qui redistribuera les cartes. En effet, Direct 8 devient soudainement, via l’appui de Canal +, un candidat majeur des droits de la Formule 1 pour 2013. Toutefois méfiance. Le projet BBC-BskyB,  de répartition des droits de diffusions de la Formule 1,  a donné des idées. Certains estiment que d’ici 4 ou 5 ans, ce type de deal sera la norme. Donc, imaginons que Canal + obtient les droits de la Formule 1. Ils pourront parfaitement diffuser certaines courses (10) sur Direct 8 et le reste sur son canal, Canal+ Sport par exemple. Ils  en auront le droit.  Visiblement.

BBC-SKY – Tension jusqu’au parlement

4 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Media, Politique

Le contrat BBC-Sky sur les droits de diffusions de la Formule 1 dès 2012 trouve échos jusqu’au parlement de Londres, où le dossier a été étudié, critiqué et finalement Bernie Ecclestone a été obligé de se justifier. Une première.

Le porte parole libéral démocrate de la Culture, Médias et du Sport, Don Foster, a fait valoir, devant le parlement de Londres, que le nouveau deal entre la BBC et SKY est mauvais pour l’intérêt des téléspectateurs. Car les fans ne pourront que voir 10 courses sur 20 et le reste ils devront payer (en VOD ou via un abonnement BSkyB). Il est manifestement impossible de souscrire un demi-abonnement dans la chaine à péage.

The Guardian a indiqué que la BBC pourrait diffuser les GP en VOD (vidéo à la demande) payante,  3 heures après,  les GP qu’elle ne diffusera pas. Un scandale, car les déclarations de la BBC et de Bernie Ecclestone sont totalement contradictoires.

Dans The Daily Express, Bernie Ecclestone a déclaré hier soir : « Don Foster n’est pas réaliste, il ne comprend manifestement pas la situation. Nous aurons aimés pouvoir rester avec la BBC, mais il s ne pouvaient rien garantir. »

La BBC diffusera 10 GP en VOD (payante?)

2 septembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Media

Finalement la BBC diffusera aussi les Grand Prix quelle ne diffusera pas en direct. Lors de l’annonce du Co-contrat entre SKY et le network anglais, 50% des Grand Prix devaient être diffusés par les chaines publiques et gratuitement. La pression a été trop forte.

Lors de la confirmation de l’accord SKY-BBC, un porte parole de la BBC avait déclaré,  qu’il ne voulait pas confirmer les détails sur les couvertures des événements, mais que cela serait fait en temps voulu.

Selon the Guardian, La BBC devrait rediffuser complètement les courses de Formule 1, quelle ne diffusera pas en direct l’an prochain, trois heures après la fin de la course. Via un service à la demande (payant donc). Une solution intermédiaire donc, qui ne satisfera les fans qu’à moitié, car la finalité sera toujours de payer.

Note du Mardi : Freemium et internet pour les droits TV

2 août 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Note du Mardi

« Freemium » le mot lâché par Adam Parr pour qualifier le deal BBC – Sky Sport, sur les droits de retransmissions de la Formule 1 aux Royaume-Unis de 2012 à 2018,  est intéressant et semble être l’argument principal de la nouvelle économie du sport pour les chaines de télévision. Proposer une offre gratuite de base et une offre payante complète. Mais, le manque de « gratuit » pourrait ouvrir le terreau à l’internet.

Dans son argumentaire durant la journée du vendredi 29 Juillet, la BBC estime que son accord avec SKY est un autre exemple de la façon dont le paysage de la radiodiffusion sportive a été transformé ses dernières années. Le temps d’un sport = un diffuseur est désormais révolu et l’ère de l’économie mixte en montrant l’exemple de ses  couvertures dans le football et le golf.

Depuis plus de vingt ans, les télévisions américaines achètent les droits de la NBA, NFL et autres,  à deux networks pour plusieurs centaines de millions de dollars. Mais ses diffuseurs sont souvent deux gratuits. Récemment, la chaine de télévision Bloomberg TV commence à diffuser des sports en directs le week-end, nous verrons si la tendance se confirme. En France, Infosport a déjà diffusé un match de Volley féminin en direct. Pour exemple.

Toutefois, l’ère du Freemium, nouvel eldorado économique entre gratuit et premium, peut aussi ouvrir la voie à des alternatives pour la diffusions des droits de la Formule 1, via Internet. La BBC a déjà annoncée que la diffusion de ses 10 courses annuelles seront disponibles sur internet (pour le public anglais), mais les dix autres courses seront l’objet probable de streaming sauvage, que les français commencent à bien connaitre depuis la suppression de la diffusion de la qualification cette année par TF1. Pour résoudre ce problème, pourquoi ne pas diffuser les GP en anglais, via le site Formula1.com et gratuitement ?

Bernie Ecclestone avait récemment estimé que l’exploitation des droits TV sur internet était « sous exploité » par les chaines titulaires. S’inspirer de l’IndyCar et utiliser internet comme ultime prétexte à une diffusion « free to air » pourrait être une solution séduisante pour le moyen terme.

Deal BBC-SKY – un manque à gagner pour la FOTA

29 juillet 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Media, Politique

La réaction ne c’est pas faite attendre. La FOTA demande des précisions à Bernie Ecclestone sur l’affaire BBC-SKY. Qui ne respecterait pas les Accords Concordes, les fans et qui cache un détail d’importances.

Avec le nouvel accord, la BBC diffusera que 50% des courses de Formule 1 et abandonne l’ensemble de la diffusion du championnat à la chaine payante SKY Sport. L’indignation dans les forums et blogs se fait déjà sentir. La FOTA, en la personne de son président, Martin Whitmarsh, cherche à avoir plus d’informations sur ce nouveau deal.

En effet, les Accords Concordes indiquent clairement qu’il faut que la Formule 1 soit diffusée en priorité « gratuitement » et non de manière payante. Afin de toucher le plus grand nombre de personnes (pour satisfaire les sponsors). Mais au-delà des intentions envers les intérêts des fans, un détail à son importance : les équipes ne touchent pas d’argents des droits de la télévision payante !

Ce qui signifie que de 38 millions d’euros de l’actuel contrat (dédicace à Walda), elles ne toucheront qu’une part des 15 millions d’euros que propose la BBC pour la diffusion des Grand Prix.  Un manque à gagner certain, qui mérite quelques précisions.

Accord BBC – SKy 2012-2018 pour les droits TV F1

29 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Media

La BBC et Sky vont fournir un effort commun pour prolonger les droits TV de la Formule 1 de 2012 à 2018.  Avec ce nouvel accord, le réseau public diffusera 50% des GP par année.

L’accord indique que SKY diffusera en HD toute les courses, les qualifications et les séances libres, alors que la BBC diffusera 50% des courses et les qualifications, y compris le GP d’Angleterre, Monaco et la dernière course de la saison. Un accord de répartition à l’américaine qui permet de réduire les coûts.

« Avec ce nouvel accord, non seulement nous avons réalisé des économies significatives, mais nous gardons une couverture en direct et une action prolongé de diffusion avec le détenteur des droits » lance Barbara Slater, directrice de BBC Sport.

L’accord BBC – Ecclestone expirait en 2013, mais le réseau britannique public était en proie à une politique de restriction de budget qui avait contraint à se séparer de la Formule 1 et surtout du prochain contrat estimé à 40 millions d’euros annuels. Avec l’accord SKY – BBC, cette dernière déboursera environ 15 millions d’euros annuellement, SKY environ 25 millions d’euros.

Reste une question, est-ce que après des GP en alternance, les droits TV en Europe seront sur deux chaines de télévision ?

Droit TV : Channel 5 a t’elle les moyens ?

18 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

Bernie Ecclestone cherche une alternative à la BBC pour les droits de la Formule 1 en Angleterre. Au Sunday Times, il a indiqué discuté avec Richard Desmond, nouveau propriétaire de la 5ème chaine du pays.

La question est la suivante, Channel 5 a-t-elle les moyens d’avoir les droits de la Formule 1 ?

Le 23 Juillet 2010, le groupe Northern & Shell achète pour 125 millions d’euros le groupe média, né en 1997, et s’engage à des investissements importants : 340 millions d’euros de 2011 à 2015 pour compléter le budget du groupe, 85 millions d’euros environ par année pour stimuler la programmation et 25 millions pour la promotion.

Côté audience elle ne dépasse pas les 5/6% de part de marchés et  les droits Tv qu’elles possédaient en NASCAR, IndyCar, V8 SuperCar ont été abandonné durant l’été 2010. La stratégie des droits sportifs de la chaine ayant toujours été de récupérer, à bas prix, ce que la BBC et ITV ne souhaitaient plus.

Il n’est donc pas impossible que Channel 5, au vu de son audience,  paie 50% de moins que la BBC,  pour diffuser la Formule 1 de l’autre côté de la Manche.

Ecclestone, la BBC et Channel 5

18 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Bernie Ecclestone a avoué au Sunday Times qu’il discutait avec Channel 5 (ex Five) au cas où la BBC souhaite casser son contrat. Un détail qui lui semble impossible pour l’heure, le groupe média publique anglo-saxon dispose des droits jusqu’en 2013.

La BBC devrait donc continuer à diffuser la Formule 1, mais elle semble jouer le jeu de l’attente selon Ecclestone  : « Attendons de voir sur la BBC, car pour le moment ils veulent faire du buzz. » Une attente pour payer moins  un droit estimé à 38 millions d’euros aujourd’hui. Les responsables de la BBC souhaitent faire baisser la note autour de 25/30 millions d’euros, au lieu des 40 millions demandés par l’argentier de la F1.

Ecclestone a aussi précisé qu’il était toujours hors de question que la chaine BskyB, (chaine payante de type Canal +) obtienne l’exclusivité des droits de la Formule 1.

Ecclestone, les Accords Concordes, Exor – News Corp et les droits TV

8 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Dans un entretien avec le New York Times, Bernie Ecclestone sous –entend que la Formule 1 peut-être à vendre, mais que le duo Exor – News Corp n’a pas vraiment entrepris de démarche.

« Il n’y a jamais eu de conversations. Vous savez, si je veux acheter quelque chose, je voudrais savoir si cela est à vendre et essayer de savoir combien il est à vendre. » lance Ecclestone à propos des démarches d’EXOR – News Corp, pour le rachat de la Formule 1 au CVC Capital. Le fond anglais n’exclu pas une vente à très bon prix, mais n’a pas eu d’offre à ce jour. Toutefois, l’argentier de la F1 ne comprend pas la manière dont le duo de la finance a agit pour acquérir son empire. Reste que, si l’opportunité de reprendre son entreprise se présente, Ecclestone le rachèterait.  Mais attention pas de chiffres. La valeur de la Formule 1 estimée à 6 ou 7 milliards n’ont pas d’importance « un gentleman ne parle jamais d’argent, ni de la nuit dernière » So British Bernie.

Si la manœuvre EXOR – News Corp cache un moyen de pression sur les Accords Concordes, la riposte est simple pour Ecclestone : « si ils signent les Accords Concordes rien ne changera et si ils ne signent pas ils toucheront moins. » Alors pourquoi ? Pour moderniser les droits ? Ecclestone précise que les droits TV comprennent aussi une diffusion internet et téléphone mobile, mais que personne ne l’utilise. Un signe Intéressant.

Ecclestone sous-entend qu’il y a un conflit ouvert sur la télévision payante et gratuite entre les équipes. « Le problème est que les équipe s’appuient sur al couverture télévisuelle pour leur commanditaires. Alors s’ils perdent leur sponsoring, il n’y aura jamais assez d’argent pour compenser cela. » Le modèle publicitaire de la Formule 1 doit-il être revu ?

View – ce que nous apprends les JO sur l’influence

7 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : View

[English Version – Les JO 2018 sont attribués à …. Pyeongchang ! Une nouvelle fois, la France et son projet « solide » se fait batte par plus malin et influent que lui. Pourquoi ? une question d’argent.

Le CIO attribue méthodiquement les droits de diffusions sur chaque continent. Cependant, un jour auparavant, le Comité Olympique a attribué les droits de diffusions des Jeux Olympique d’hiver 2014 et d’Eté 2016 aux chaines publiques allemandes ARD et ZDF. Un détail que Munich soit candidate pour 2018.

Mais l’autre nouvelle est que le CIO a attribué à la chaine sud-coréenne SBS des droits pour 2014, 2016, 2018, 2020 et 2024. La France ?  France Télévision dispose des droits pour 2014 et 2018, mais sur tous les médias. Une première. Mais cela n’était pas suffisant.

L’implication des chaines publiques dans le processus d’attribution des JO donne aussi une indication sur un levier d’influence. Si un canal de télévision s’inscrit dans la durée, c’est une bonne nouvelle pour la discipline et donc il faut la récompenser pour son effort pour el pays. Cela a été visiblement le cas pour la Corée du Sud.

En Formule 1, nous n’en sommes pas encore là. Pas encore…

Note du Mardi : Une chaine WebTV de la FOTA ?

5 juillet 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Note du Mardi

 » Notre contrat actuel (dans le cadre de l’Accord Concorde) exige que nous restions en free to air. Ce n’est pas que la BBC et ITV, par exemple,  font mal les choses. Je pense que les fans veulent plus d’informations, et nous sommes un sport très riche en données.  Nous avons beaucoup de télémétries, beaucoup de modélisations et de simulations, de sorte que nous sommes un sport absolument idéal pour nourrir les vrais fans, avec des informations supplémentaires, en dehors de l’alimentation de télévision traditionnelle.  Nous avons donc à déchiffrer et embrasser le fait que les médias sont multiples car il y a énormément de gens qui veulent d’autres renseignements, vous n’obtiendrez pas à travers un parcours free-to-air ». Lance Martin Whitmarsh. Le sous-entendu est clair.

Le contrat actuel Concordes stipule que les équipes signataires ne touchent pas d’argents lorsque les contrats de télévisions payantes sont signés. Cette situation pourrait changer à l’avenir dans les prochains documents, mais une chose semble s’acheminer depuis quelque temps dans le sport : la création de sa propre chaine.

La NBA dispose de son propre canal depuis plus de 10 ans (via Time Warner), récemment la LFP va lancer le 28 Juillet sa propre chaine CFoot en France. Le CSA a choisi le projet de la Ligue de football, CFoot, commercialisé 3,99 euros par mois. Un modèle à suivre pour la Formule 1.

La futur chaine F1, que pourrait proposer la FOTA, permettra de mettre en avant l’investissement des équipes, proposer un canal d’informations officielles, diffuser en différer ou en direct les courses, proposer des talks shows pointus et des émissions régulières. Un fil dans un tuyau en quelque sorte,  permettant aussi à la FOTA de se répartir l’argent des abonnements une fois les charges réglées.

Cette télévision ne serait pas classique pour réussir à obtenir un large public. Internet serait le parfait canal pour cet outil. Une intégration avec Twitter ou Facebook pourrait être envisagée,  pour commenter les GP en live par exemple. Bref les possibilités seront nouvelles pour le futur téléspectateur.

Autre perspective : la FOTA pourrait utiliser ce projet futur de chaine de télévision pour acheter les droits de la Formule 1 et refaire le remake de Kirch Group 10 après.

Droit TV : 30% audience = 70% du chiffre d’affaire

20 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Media

Un signe des temps. La BBC souhaite revoir à la baisse le tarif des droits TV de la Formule 1. La surenchère n’est plus de mise et il semblerait bien que les droits reculs dans les principaux pays européen. Bernie Ecclestone a déclaré, dans The Times ce matin,  qu’il ferait tout pour préserver la BBC. Un sacrifice est essentiel. Surtout qu’il est important pour la Formule 1 et son équilibre financier de préserver certain acquit.

En 2010, le chiffre d’affaire estimé des droits TV de la Formule 1 (via le BusinessBookGP) était estimé à 307 millions d’euros. Sauf que la contribution des chaînes anglaises, françaises, italiennes, allemandes et espagnoles rapportent 200 millions d’euros ! Le paradoxe d’un sport dont 30% de l’audience rapportent 70% du chiffre d’affaire. La question est donc capitale pour la suite.

En effet, avec TF1 qui refuse de donner 40 millions d’euros par an, pour le prochain contrat et la BBC qui refuse de faire de la sur enchère, tous les espoirs étaient donc du côté de la chaîne Allemande, basée à Cologne : RTL. Un accord de quatre ans (2012-2013-2014-2015) a été annoncé en Mai dernier, mais il n’y a pas eu d’augmentation. Ecclestone, estimant qu’avec Schumacher, Mercedes GP et surtout Vettel, l’Allemagne pouvait bien accepter de débourser 100 millions d’euros par an, il en sera finalement que de 70 millions. Le tarif n’augmentera donc pas.

La Sexta débourse 20 millions d’euros et la RAI environ 40 millions depuis plusieurs années. Mais, là-bas l’effet duo Ferrari-Alonso fait merveille.

Sur le principe, ce que souhaitent TF1 et la BBC est de revenir en arrière. Donc revoir à la baisse les droits TV de la Formule 1. On parle de 25 millions d’euros pour TF1 et probablement 30 millions pour la BBC. Soit un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions d’euros par an pour la Formula One World Championship Limited (FOWC).


Page 1 sur 212


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu