Naviguer : Accueil >

LRGP, Grosjean, Kubica et les BRIC

26 novembre 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Economie, F1 Leaders, Transferts

La décision du futur line-up de l’équipe Lotus Renault GP (Lotus en 2012) sera prise prochainement par le conseil d’administration de l’équipe. Sans indiquer de date précise.

En conférence de presse ce vendredi à Interlagos, Eric Boullier a été largement interrogé sur le marché des transferts et les relations avec Robert Kubica et son agent Daniele Morelli. Le Team Principal de l’équipe LRGP a simplement tenu à préciser que le communiqué de son équipe avait été rédigé et validé par l’agent du polonais avant sa diffusion.

Concernant l’avenir, Boullier a précisé une série de détails intéressants. Le premier e est qu’il n’y aura probablement qu’un seul pilote (Petrov devrait rester, malgré son écart de langage récent), mais la possibilité d’une alternance pour le premier volant n’est pas exclu, en cas de retour de Robert Kubica. « J’ai encore à parler avec Daniele Morelli de cette situation et d’évaluer la situation pour l’avenir. » Précisant qu’une décision sera prise par le conseil d’administration de l’entreprise.

L’Equipe a posé la question sur Romain Grosjean et ses performances en EL1 depuis Abu Dhabi. Eric Boulier a simplement indiqué que cela sera pris en compte pour l’évaluation du Conseil d’administration.

Mais plus loin, le Team Principal de l’équipe d’Enstone a présenté la Formule 1 comme : « un sport mondial, nous sommes également à la recherche d’accords auprès de quelques sponsors dans de nouveaux pays, principalement les pays BRIC, où vous avez clairement une certaine expansion économique et non une crise comme en Europe. »

Le GP d’Inde dans la tourmente

14 octobre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

The Enforcement Directorate a publié ce vendredi, une amende de 40 millions d’euros pour violation présumée des regles sur les devises étrangères envers le Jaypee Group, qui organise le Grand Prix de Formule 1 d’Inde.

Une source locale indique que le Foreign Exchange Management Act (FEMA), a, suivant la loi en Inde, averti deux fois au cours des derniers mois la société Jaypee Infra.  L’amende porte sur l’investissement de fonds étrangers qui n’ont pas été déclaré aux autorités Indiennes.

Encore une mauvaise nouvelle pour l’organisation du Grand Prix le 30 Octobre. D’autant que l’affaire du litige fiscale entre les équipes et les autorités locales n’ont toujours pas aboutis sur quelques choses de concret. Ralenti, semble t’il par l’administration omniprésente dans le pays.

Litige fiscal GP Inde – plus de précisions

27 septembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Exclusif

L’affaire du litige fiscal ne semble toujours pas vraiment résolue. La course n’est pas en danger, mais la FOTA est encore en négociation.

Avant le Grand Prix d’Italie, Tomorrownewsf1 .com avait indiqué que les équipes étaient en litige fiscal avec les autorités indiennes concernant une part des revenus des pilotes et des équipes pour pouvoir participer à la course du GP d’Inde de Formule 1 le 30 octobre. (voir ici pour souvenir).

Une semaine plus tard, les organisateurs du Grand Prix, ont indiqué que la taxe sur les revenus serait levée et qu’une simple taxe de 1,2 millions d’euros sur la douane serait présentée. L’affaire en était là et tout le monde pensaient que l’histoire était close. (voir ici pour souvenir). Ce n’est pas encore le cas.

« Il y a des pilotes et des équipes concernés, parce que l’Inde est un régime fiscale. Je ne suis pas la bonne personne pour expliquer exactement comment cela consiste, mais li y a des discussions en cours. Nous allons aller en Inde, pour sûr, mais cette histoire fiscal doit être résolue. » lance Martin Whitmarsh.

Les accords de l’OCDE sur les doubles impositions indiquent trois types de taxe : Dividendes, Intérêts et Redevances. C’est ce dernier cas qui est visé par les autorités Indiennes pour les pilotes. Il concerne le pays résidents. Par exemple, Lewis Hamilton et Fernando Alonso, résidant Suisse, doivent une redevance de 20% sur les impôts sur le revenus en Suisse.  Pour expliquer rapidement les choses (voir les taux par pays en cliquant ici).

L’Inde considère que les pilotes de Formule 1 et les équipes vont faire de l’argent sur le sol Indien et doivent donc payer comme une société présente, pour faire des affaires dans le pays.  Toutefois, Les juristes de la FOTA misent sur une partie de la fiscalité Indienne qui est très clair. Selon l’article 91 de la loi, le gouvernement indien peut soulager la double imposition si :

  • Si la personne ou l’entreprise a été un résident de l’Inde l’année précédente.
  • Si la personne ou la compagnie a payé l’impôt en vertu des lois du pays étranger.
  • Le même revenu doit être acquis et reçu par le contribuable dehors de l’Inde à l’année précédente.
  • Les revenus devraient avoir été taxés en Inde et dans un pays avec lequel l’Inde n’a pas de convention fiscale

Notons que les non résidents Indiens travaillant dans le pays ne sont taxés que sur les revenus d’origine indienne uniquement. Ce qui est le cas des pilotes et des équipes qui n’ont pas de revenus provenant d’Inde.

Voir le Taxation of Salaried,  Employees Pensioners and Senior Citizens d’Inde en cliquant ici

Une Hongrie muselée aux Chinois

28 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Economie

« La loi des médias en Hongrie est une atteinte à la liberté » lance Bill Clinton dans les médias américains. Emotion du gouvernement hongrois qui estime que l’ancien président américain fait de l’ingérence morale envers son pays. Un pays en crise économique de plus en plus profond et inquiétant.

Cette évolution des médias hongrois, dénoncé par Clinton, fait écho a une refonte de l’agence d’information d’état MIT, les deux télévisions et la radio d’état. Une purge de 1000 personnes sur 3300 travaillant pour ses médias. La raison principale étant la réduction des coûts. Mais, certain journaliste locaux estiment que c’est pour museler d’autres fait majeur dans le pays. Economique surtout.

D’autant que l’Union Européene est inquiète de la politique de Budapest, sur le court terme. Les taux d’intérêt augmentent et le Forin prend des allures de Franc-suisse depuis le début de l’année. Pour relancer l’économie, le premier ministre Viktor Orbán a signé un accord avec la Chine d’une valeur de 3 milliards d’euros. Comprenant : des investissements massifs de l’Empire du milieu en Hongrie. Allant de l’eau, technologie solaire au télécommunication et transport de fret. Avec ce projet, dès 2012, la Hongrie prévoit 2 milliards d’euros de recettes et des milliers d’emplois. D’autant que l’accord sino-hongrois fait échos avec la récente loi du travail forcé des chômeurs.

La Chine, refroidi par ses récentes affaires en Pologne, aurait imposé d’employer des chômeurs pour obtenir des marchés étrangers. Une nouvelle tactique qui semble avoir obtenu ses fruits en Hongrie. Mais dont la presse locale ne pourra faire échos…

Chine – un manque d’ingénieurs, mais pas d’argent

13 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Economie

[English Version] – Il y a quelque temps Adam Parr avait la crainte que l’Angleterre perde sa particularité dans le sport automobile, montrant du doigt la Chine comme nu pays potentiellement rival de la Motorsport Valley. Sauf qu’il semble que cela ne soit pas vraiment le cas.

En effet, selon le cabinet conseil Beijing Automotive Synergitics qui dévoile la situation au Financial Time : la Chine a un problème. Elle dispose des ressources financières et matérielle pour rivaliser avec les autres industries du monde, mais il lui manque un savoir faire dans la conception et l’ingénierie de haut niveau. Les centaines de millier d’étudiant sortant des écoles chinoise ne sont pas au niveau souhaité par Pékin.

La solution est de créer des centres dans les pays occidentaux pour permettre d’acquérir de l’expérience, et permettre aux ingénieurs Chinois de l’étranger de travailler.

La situation est la même dans l’automobile et dans l’aviation. Des expert estime que pour l’automobile, la Chine à 10 ans de retard, voir 15 ans dans al conception de ses modèles originaux, sont des produits provenant de bureaux d’études occidentaux, ou des licences, voir des copies.

Toutefois, dans l’aviation la Chine a les compétences pour construire un aéronef (civil ou de chasse), mais n’a pas les capacités pour la construction d’un RADAR dernière génération (surtout pour les avions de chasse). Il y a quelques mois, l’Empire du Milieu avait fait filtrer des photos d’un avion de chasse furtif (voir ici), mais le Pentagone estimait que le pays n’avait pas la capacité de réaliser un RADAR de dernière génération, car les russes ont refusé depuis 10 ans de leur fournir dans l’accord de licence des Sukhoï Su27/30. Un signe qui ne trompe pas.

Epsilon Euskadi offciellement proche de la faillite

12 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités

La situation pour Epsilon Euskadi ne semble pas vraiment s’arranger. Le juge de la cour du commerce, a demandé d’obtenir tout les documents requis par la loi pour soutenir la faillite de la société de Joan Villadelprat. Généralement dans cette situation un bilan financier des trois dernières années et la situation immobilière est demandé.

Epsilon a tenté d’obtenir un nouvel actionnaire et de renégocier sa dette en vain et ne peux plus payer sa dette. D’autant que la situation pourrait être un peu plus alarmiste. Le 4 Juillet, le ministre de l’industrie Basque, Barnabé Undo a présenté au conseil d’administration de la société du Parc Technologique d’Alava (PTA) un rapport qui indique qu’il y a eu des irrégularités pour obtenir un prêt de 16 millions d’euros sur la base de subvention gouvernemental via la PTA.

En Maris 2011, Epsilon a conclu un accord auprès de la banque basque Kutxa & Vital Kutxa Bank Kutxa et souscrit des prêts totalisant environ 20 millions d’euros (plus 4 millions de plus que le rapport du ministre) et soutenu par le gouvernement basque (selon Epsilon). Présentés comme des crédits pour financer son usine du PTA.

Il semblerait qu’un accord avec Thesan Capital, nouveau propriétaire d’Hispania Racing Team soit possible et pris au sérieux. .

Force India et la logique d’entreprise

12 juillet 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Vijay Mallya a été critiqué en Inde, pour ne pas favoriser un pilote indien au volant de ses Force India. L’homme d’affaire explique une logique d’entreprise intéressante à l’agence Reuters.

« Nous volons réellement avoir un bon pilote indien en Formule 1. Mais selon dont nous parlons est d’un programme structuré tout comme McLaren l’a fait avec Lewis Hamilton et nous espérons créer un jeune et talentueux pilote indien capable d’être compétitif en Formule 1. » Sauf que l’établissement d’un tel programme prendra un temps considérable pour détecter des jeunes de 14 à 17 ans et les faire débuter en karting en Inde. Il faut aussi construire des psites de karting, encore trop peu mis en avant.

C’est ainsi que Vijay Mallya a fait le choix d’investir dans une équipe de Formule 1, seul alternative pour permettre à son pays d’être présent de manière compétitive en Formule 1. Un investissement de près de 200 millions d’euros depuis 2008 autour de Force India.

La logique Force India puise son inspiration chez Ferrari, qui n’a pas vraiment eu de pilote italien a son volant depuis Giancarlo Fisichella en 2009 et auparavant Larini en 1994. Mallya se souvient aussi de l’épisode de 2007 avec Spyker et Albers, qui c’est résumé en un catastrophe médiatique lors de l’éviction du pilote hollandais après le GP de France 2007. C’est pour cette raison qu’il ne souhaite pas avoir juste un pilote indien pour piloter, mais un fer de lance pour son équipe.

L’investissement pour ce programme coûtera près de 50 millions d’euros sur 10 ans environ, pour permettre à l’Inde d’être un pays disposant d’un pilote de Formule 1 compétitif, en se basant sur le modèle Brésilien des années 60/70, seul véritable exemple de réussite d’un pays émergents.

Notons que le prochain GP d’Inde permettra au Indien de découvrir plus largement la discipline et donc de faire nourrir des vocations.

GP USA – Austin vise 78% d’étrangers et 136M€ de recette

7 juillet 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Business News F1

Les promoteurs du Grand Prix des USA à Austin, Full Thorttle Promotion ont commandé une étude de taux de remplissage assez étonnante.

Selon l’étude, 78% des spectateurs qui assisteront au Grand Prix des USA en 2012 ne viendront pas du Texas, soit 94.700 personnes dans une enceinte de 120.000 places. Pour l’an prochain, il est estimé (et souhaité aussi) que toute les places soient vendues.

Notons que lors de la finale du 45ème Super Bowl à Dallas, seulement 20.000 personnes sur un total de 103.985 fans (le Cowboys Stadium a une capacité de 90.000/105.000 places), ce qui signifie que le Grand Prix de Formule 1 vise des touristes non américain en majorité. Chacun va dépenser 700 dollars par jour en moyenne (183 dollars pour l’hébergement, nourriture et l’alcool, 12 dollars de shopping et 400 dollars pour les places)

Ses personnes vont rapporter 197.4 millions de dollars (136 millions d’euros) à l’économie locale en trois jours ; Notre étude estimait que le chiffre serait plus proche de 120 millions d’euros.

View – Le modèle Chinois dangereux

1 juillet 2011 | 4 commentaires
Catégorie : View

[English Version]Le PDG de Daimler, Dieter Zetsche a averti des risques économiques croissants des pays émergeants comme la Chine.

« Il y a quelques nuages dans le ciel bleu » a déclaré Zetsche aux journalistes à New-York mardi dernier. La cause est que les pays émergeant ont généré 75%de la croissance mondiale depuis 2009, mais l’ensemble reste très fragile et l’inflation en Chine pourrait être dramatique à l’avenir.

Les économistes estiment que la Chine aura son pic d’inflation en Juillet 2011. Un ralentissement économique sera donc visible. Mais, c’est aussi le modèle chinois qui inquiète. Le pays investit massivement dans le monde, mais dans un seul sens.

Le Port du Piré en Grèce ? Acheter 5 milliards de dollars sur 35 ans et faisant travailler des Chinois à très bas prix et non syndiqués. Une autoroute en Pologne ? Facile 500 ouvriers travaillant gratuitement 70h par semaine, avec l’espoir d’une vague prime à la fin des travaux. Le géant du BTP chinois Covec (China Overseas Engineering Group) avait obtenu le contrat de construction grâce à un prix 50%moins importante que ses concurrents. Sauf que la chambre polonaise des constructeurs de routes a accusé la société é chinoise de « Dumping Social » Le contrat a été annulé.

La Chine accepte d’investir, mais en échange de contres-parties douteuses. Décideurs du sport, réfléchissez bien avant de nouer un partenariat avec des Chinois.

GP Austin : chaque spectateurs dépensera 700$/jour

30 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

Selon les chiffres annoncés par Austin, suite à l’accord de subvention de 25 millions de dollars, il est indiqué que les prévisions de dépensent des visiteurs sur trois jours seraient de 1455 euros, soit 2100 dollars (485 euros par jour – 700 dollars par jours).

Ces dépenses comprennent : la billetterie, dépenses d’hébergement et restaurations, transports et shopping. Les promoteurs, sur la base des chiffres d’Indianapolis peuvent espérer un sold out pour l’édition 2012, soit 120.000 spectateurs dans les tribunes. Ce qui apporterait une retombée direct de 174.6 millions d’euros (prévision optimiste). L’Etat d’Austin prendra une taxe sur 69% de ce total.

Selon nos estimations, les retombés totaux seront de 120 millions d’euros, ce qui fixerait à environ 83.000 spectateurs dans les tribunes.

Pour informations, Le GP de Montréal a rapporté avec 300.000 spectateurs sur trois jours, un total de 64 millions d’euros de retombés total…

L’influence d’Austin sur la Formule 1 du futur

30 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses

La récente décision d’Austin d’accorder 25 millions de dollars de subventions durant 10 ans au Grand Prix de Formule 1, s’accompagne par un accord écologique qui pourrait faire date pour les GP d’Européen à l’avenir et la Formule 1 en général.

L’accord,  pour la subvention d’Austin,  permet  à la Formule 1 de compenser les rejets carbone durant un week-end de Grand Prix en payant une taxe de 15.000 dollars (10.500 euros environ) par année et surtout planter 800 arbres dans les environs. Le plus intéressant et l’obligation d’investir 5 millions de dollars dans des projets d’entreprises écolos dans la région d’Austin.

En Décembre dernier, la ministre de l’écologie de l’époque, Chantal Jouanot a proposée à Jean Todt, président de la FIA, d’entamer des discussions sur une compensation carbone pour toutes les courses. »  (voir ici pour souvenir). Austin pourrait ouvrir une nouvelle ère.

Imaginons que chaque circuit donne aux collectivités locales une taxe pour l’organisation d’une course automobile ? (Silverstone serait donc ruiné à ce jour).

Toutefois le plus intéressant est le fond d’investissement. L’idée est intéressante car,  si elle s’applique à toutes les courses, cela permettrait d’établir un fond de 100 millions d’euros, permettant de véritablement influencer l’industrie verte du futur. Mais, les promoteurs ne doivent pas supporter cette charge, c’est à la Formule 1, via une fondation ou un fond d’investissements,  qui doit s’en charger.

Une manière de lui donner une image positive aussi.

Valencia : la région en plein trouble économique

22 juin 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Economie

La dette publique espagnole atteint un sommet depuis 13 ans et a brisé tout les plafonds de L’Union Européenne pour le premier trimestre. Le chiffre de celle-ci : 679.8 milliards d’euros ou 63.6% du PIB annuel. Le gouvernement de Madrid s’attend à voir cette dérive progresser jusqu’à 68,7% du PIB d’ici la fin de l’année.

L’ensemble du secteur bancaire est également touché. Les prêts, principales ressources des banques du pays,  ont atteint un ratio des plus élevés depuis Juin 1995. Toutefois, l’Espagne n’est pas inactive, elle vient de signer un accord avec la Russie, pour augmenter le flux de commerce entre les deux pays, à hauteur de 10 milliards d’euros par an. Reste toutefois que la région de Valence est en difficulté financière et la dette dans cette partie de la péninsule ibérique a augmenté de 1,3 milliards d’euros, rien que pour le premier trimestre.

La région ne paye plus ses factures depuis 2009 et 2010, selon le quotidien EL Pais, qui n’hésite plus à dire que Valencia est au bord de la faillite. Les postes de santé ne sont plus subventionnés et dépassent le budget alloué. En Mars 2011, les fournisseurs de soins de santé ont formé un groupe pour récupérer un peu de leurs factures impayés. Depuis le début de l’année que l’argent n’arrivait plus dans les caisses.

La dette de la région s’élève à 17,6 milliards d’euros, soit 17% du PIB et les prêts représentent désormais 680 millions d’euros par trimestre ! Soit 2,7 milliards d’euros par année de remboursement. Valence est la région la plus endettée d’Espagne.

Cette région n’a pas payée son aéroport, les travaux dans 30 de ses écoles, donc peut-elle payer son Grand Prix de Formule 1 ? Le président de la région, Francisco Camps,  a récemment proposé d’offrir 40 millions d’euros annuellement jusqu’en 2020,  pour garder le Grand Prix d’Europe (ou devenir le GP d’Espagne) dans sa ville. Sauf qu’avec les problèmes de financement, une dette galopante et les rumeurs de non paiement depuis 2009, Valencia entre dans un sérieux trouble politique et économique depuis 6 mois.

FIAT estime à 5 milliards d’euros Ferrari

18 avril 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Avec un chiffre d’affaire de 1,92 milliard d’euros en 2010, Ferrari vaudrait, d’après Sergio Marchionne, le patron de FIAT la modique somme de 5 milliards d’euros.

Depuis une décennie la marque italienne est considérée comme la pépite du groupe FIAT. Celle qui lui a permis de sauver les meubles à plusieurs reprises au cours de ses dix dernières années. Toutefois, le chiffre annoncé par le patron de FIAT à l’agence Bloomberg semble excessif selon Capital.fr

«  A 5 milliards d’euros, sa valorisation représenterait les deux tiers de la capitalisation boursière de Fiat, alors que la filiale a généré seulement 15% du bénéfice opérationnel de la société en 2010. » indique le site internet. Les analystes valorisent le fabriquant de voiture de sport à 3 milliards d’euros, d’autres estiment qu’elle aura une valeur de 10 milliards  si elle entre en bourse d’ici 2 ou 3 ans.

Reste que Ferrari ne sera pas encore introduite en bourse. Cela reste une option, entrevue en Novembre 2010, mais pas une obligation.

Economie – Difficulté pour Lotus Group

15 avril 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Business News F1

Il semblerait que Group Lotus soit en difficulté financière pour assurer son développement futur. Lors du Salon de Paris 2010, le constructeur avait annoncé un total de 5/6 modèles pour l’horizon 2015, toutefois, l’argent manque réellement.

Le magazine Auto Express rapporte que le English Department for Business, Innovation and Skills (BIS) a rejeté la demande du constructeur automobile pour un prêt de 35 millions d’euros. Cet argent aurait été demandé afin de construire une nouvelle usine à Heithel dans le Norfolk et devant employé 1200 personnes. Ce refus est à comparer au prêt du gouvernement Cameron de 508 millions d’euros aux constructeurs Jaguar (propriété de TATA) et Vanwhall (GM).

Ce refus est mystérieux, mais doit avoir un rapport avec le taux d’endettement important et l’aspect « tout ou rien » du constructeur et de son propriétaire Proton. En effet, si les prochains modèles de la marque Lotus sont des échecs économiques, une usine et 1200 personnes auront été investi, pour rien. Nous pouvons penser que le manque de perspective à long terme du constructeur pourrait être une des raisons de ce refus.

Notons que Lotus Group a annoncé explorer toute les possibilités (même une levée de fond privée) pour assurer le financement de cette nouvelle usine.

BusinessF1 – baisse de 10% des budgets 2011

14 avril 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

La tendance à la baisse des budgets des équipes de Formule 1 est toujours d’actualité. Entre 2009 et 2010 ces derniers avaient déjà chuté de 32%. Entre 2010 et 2011 la baisse est chiffrée à 10% selon le BusinessBook GP 2011.

Dans l’ensemble, le budget moyen des équipes en 2011 est tombé à 107 millions d’euros, comparativement à 2010 avec 119 millions et 2009 avec 208.7 millions d’euros. Le total des budgets des équipes ont également baissé cette année à 1.280 milliards d’euros, pour 1.428 milliards d’euros l’an dernier.

Sur le plan des salaires des pilotes, une hausse du cumul des salaires entre 2010 et 2011 est à signaler. Après une baisse de plus de 10% entre 2009 et 2010, alors que le nombre de pilotes augmentait, cette saison l’augmentation présente un chiffre de +4% à 114.75 millions d’euros. Une hausse principalement due à certaine revalorisation de salaire et ajustement de marché.

Toutefois, la proportion de volants payants est encore plus importante cette saison qu’en 2010, fixant l’apport à 72.5 millions d’euros. En augmentation de 70% par rapport à l’an dernier. Limitant ainsi cet effet.

F1 – Le chiffre d’affaire de la Formule 1 en 2010

6 avril 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Les équipes de Formule 1 ont obtenu une somme de 658 millions de dollars de revenus des Droits Concordes en 2010 (soit une augmentation de 21% par rapport à 2009). Selon un dépôt des comptes de la Formula One Adminstration Ldt (dont les activités sont désormais sous le label Formula One World Championship Ltd) à Compagnies House de Londres, corroborant l’évaluation du BusinessBookGP 2010.

L’an dernier, le partage des revenus pour les équipes avait bénéficié d’un système à trois niveaux de prime (une prime de résultat, la prime rétroactive 2006- 2008 et une prime de signature), permettant à une équipe comme Mercedes GP d’obtenir 67 millions d’euros et pour une équipe comme Renault, 51 millions d’euros environ.

Notons que dans les comptes la Formule 1 a dégagé un bénéfice de 220 millions d’euros en 2010.

Voici l’évaluation du chiffre d’affaire de la Formule 1 en 2010 :

Fortune 2011 – Forbes – Ecclestone 254ème

10 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Aujourd’hui la liste du magazine Forbes des milliardaires du monde est parut et, surprise, tout le monde augmente sa fortune en ses temps de crise.

Classé 254ème Bernard Ecclestone est doté d’une fortune estimée par le magazine américain à 4,2 milliards de dollars.

L’autrichien Dietrich Mateschitz est crédité d’une fortune de 5 milliards de dollars (+ 900 millions par rapport à 2010 et 1,3 milliards par rapport à 2009). Richard Branson augmente de 200 millions sa fortune, comme Bernie Ecclestone qui est crédité de 4,2 milliards, soit 200 millions de plus que l’an dernier et 500 millions de plus qu’en 2009).

Notons que l’argentier de la F1 a perdu en deux ans 100 places au classement.

Vijay Mallia est quand à lui crédité d’une fortune de 1,4 milliards de dollars (+400 millions sur une année et classé 879ème. Aucune trace de Tony Fernandes et José Ramon Carabante dans le classement.

F1 – la stratégie financière de Proton – Lotus

1 mars 2011 | 15 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Proton a perdu de l’argent lors de l’exercice 2010 – 2011 qui se terminera le 31 Mars 2011. Les analystes du secteur son déçus par les performances économiques de la marque Malaisienne, mais cela à une cause principale : Lotus Group.

En Janvier, la Banque d’Investissements de Maybank estimait que Proton dépensait trop d’argent pour sa filiale Lotus. Le projet de 5 ans d’une valeur de 913 millions d’euros (533 millions pour le produit et 380 millions pour le marketing) qui serait beaucoup trop coûteux pour la marque nationale. Sur le principe, ce financement est indexé sur deux prêts : un de l’Etat et l’autre auprès d’établissement financier privés. Pour le troisième trimestre de l’exercice, la perte affichée se fixe à environ 15 millions d’euros, contre un bénéfice de 19 millions d’euros l’an dernier (le bénéfice total était de 47 millions d’euros). Sur le principe, Proton est rentable mais Lotus Group lui pèse de plus en plus.

Les hauts responsables de l’Etat Malaisien ont indiqué, pour rassurer, que les résultats financiers de Proton était prévu afin d’améliorer d’ici une ou deux années la restructuration de Lotus.

Car le temps presse, le plan Proton – Lotus indique une rentabilité de la marque anglaise à l’horizon 2015 maximum.  Mais un autre problème apparait pour la marque Malaisienne. Sa propre gamme dont les plates-formes commencent à vieillir. En effet, la marque ne semble plus avoir les moyens de renouveler sa propre gamme selon les analystes.  Les bénéfices depuis quelques temps, sont essentiellement dû à des modèles ayant une structure technique d’environ 15 ans et encore hérité de son partenariat avec Mitsubishi. Mais, le temps semble aussi pressé pour trouver un nouveau partenaire technique. PSA et VW ont tenté leurs chances en vain jusqu’à présent.

Williams modifie le prix de son action

22 février 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Business News F1

L’équipe Williams a réduit son prix d’action pour sa prochaine introduction en bourse le 2 Mars prochain selon the Daily Telegraph.

L’action sera désormais comprise entre 25 et 27 euros, au lieu de 24 à 29 euros, ce qui permettra de lever environ 72 millions d’euros lors de son introduction en bourse. Une décision en partie provoqué par les problèmes de Bahrein et l’état du marché (baril de pétrole à 105 dollars aujourd’hui).

Voir le dossier sur l’introduction en bourse de l’équipe Williams en cliquant sur les liens ci-dessous.

Business F1 – Ferrari bientôt en bourse ?

24 janvier 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Business News F1

Et si l’introduction en bourse était la solution pour les équipes de Formule 1 indépendante ? Après l’annonce du team Williams la semaine dernière, il semblerait que Ferrari serait aussi intéressée par une introduction sur les marchés.

Selon le site Pitpass.com, Ferrari a examine le principe d’une introduction en bourse depuis 2004, mais Piero Ferrari a indiqué que d’ici fin 2012 vous pourrez acheter des actions Ferrari, si tout se passe bien.  (voir FIAT se renforce chez Ferrari).

Il y a quelques temps, une rumeur indiquait que le Groupe FIAT souhaitait vendre une partie de ses actions (34% environ) en bourse pour assurer son prêt de 2,4 milliards d’euros auprès des banques pour assurer son développement futur. L’évaluation de Ferrari d’ici 2 ou 3 ans indiquent 10 milliards d’euros.

Notons que nous parlons ici du Groupe Ferrari qui comprend le constructeur automobile et la Scuderia et pas seulement l’équipe de course, à la différence de Williams F1.

Voir aussi : le chiffre d’affaire de Ferrari en 2010


Page 1 sur 41234


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu