Naviguer : Accueil >

F1 – Eccestone et l’Europe

8 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Bernie Ecclestone« L’Europe est l’avenir du calendrier F1″, déclare Bernie Ecclestone dans le paddock du Grand Prix d’Allemagne. Volte face d’un mode de pensé.

Même si près de la moitié des Grand prix cette saison sont organisés à l’étrangers, il y a 10 ans il n’y avait que 5 courses hors Europe. Alors que tout le monde stigmatisaient la partie de l’interview sur Hitler, l’argentier de la Formule 1 a déclaré dans la même interview au Times (encore une fois) que l’Europe sera dans dix ans une économie du tiers monde. Déclaration qu’il nie dans le quotidien Bild.

L’argument étant celui ci :  » Nous avons maintenant deux courses en Espagne, et je suis sûr que nous allons continuer d’avoir deux courses en Allemagne. Nous négocions actuellement avec Hockenheim. » révèle Ecclestone qui admet que la Formule 1 est touchée par la crise mondiale.

Sauf qu’il n’y a toujours pas de Grand Prix de France à l’horizon et qu’un GP en Bulgarie est prévu pour 2011, un projet en Pologne pour 2012,  un Grand Prix en Inde et la Corée du Sud d’ici 2 ans, Bref que des mots toujours des mots…

F1 – GP de France et l’écologie

27 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Le gouvernement a insisté mardi sur le fait que si un circuit était construit à Flins (Yvelines) pour accueillir un grand prix de Formule 1, il faudrait que cela respecte l’environnement.

« Le gouvernement souhaite que le France puisse dès que possible organiser à nouveau un grand prix de Formule 1″, a fait savoir Matignon dans un communiqué, à l’issue d’une réunion consacrée à la construction et la rénovation de grands équipements sportifs.

« Le projet du conseil général des Yvelines de construire un circuit sur le site de Flins, répond aux exigences techniques des organisateurs du championnat du monde« , note le gouvernement, en précisant toutefois que les porteurs de ce projet devront apporter « des réponses précises aux problématiques techniques et environnementales que pose le choix de ce site ».

Selon Matignon, tout projet de circuit devra « concilier respect de l’environnement, logique de développement et ambition sportive ».

Plusieurs associations de protection de l’environnement ont mis en garde contre la construction d’un circuit à Flins, en raison des risques de pollution d’une nappe phréatique qui se trouve à cet endroit.

Source AP by Challenges

F1 – Rififi autour du GP de France

24 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Lors de ce Grand Prix de Monaco la rumeur entourant le futur Grand Prix de France a pris toute sa place. L’arrivée dans le jeu du circuit du Paul Ricard, n’est pas anodine et pourrait bien perturber tout le tournoi en court. Rififi autour du GP de France.

Longtemps en pôle position, Flins pourrait passer à la trappe. Alors que le projet présentait de solides arguments pour l’organisation du futur Grand Prix de France en 2011, il est remis en cause par le projet Sarcelle, Magny-Cours 2 et surtout contre toute attente, le Paul Ricard.

Flins est en proie à des difficultés politiques. Pierre Bédier, président du Conseil Général des Yvelines a été déclaré inéligible durant 6 ans, ce qui donnera un coup d’arrêt notoire au projet, malgré l’annonce des premiers coups de pioche cette semaine. Le projet Sarcelle patine autour de son financement, reste donc Magny-Cours 2 et surtout le Paul Ricard.

Le HTTT Paul Ricard (High Test Technology Track) situé dans le Sud Est, et dont le propriétaire n’est autre que le détenteur des droits commerciaux de la F1, Bernie Ecclestone en personne, pointe le bout de son nez. Apparemment, le directeur du circuit varois, Gérard Neveu, a été approché par plusieurs personnes. Pourtant, il y a quelques mois, l’idée même que le site pouvait accueillir la F1 aurait été rejetée d’un revers de main. Mais l’ouverture depuis le début de l’année de la piste rend la perspective d’organisation d’un GP possible. Ecclestone souhaitant d’ailleurs rentabilisé son investissement de 200 millions d’euros pour l’achat et surtout la rénovation de la piste varoise, autrement le symbole de la modernité française. Reste à connaitre le deal que pourrait imaginer Ecclestone pour l’utilisation de sa piste pour le GP de France. Les premières approches n’ayant pas été concluantes (pour en savoir plus), l’argentier de la F1 a peut être revue sa position.

A noter que depuis plusieurs semaines maintenant, le billet que j’avais écris sur le Paul Ricard le 18 Mars dernier a manifesté un retour dans les recherches autour du GP de France, soit bien avant l’annonce.

F1 – Le GP de France de F1 sur le Paul Ricard ?

23 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Le directeur du circuit Paul Ricard HTTT, Gérard Neveu, le confirme : Il réfléchit à l’organisation du futur Grand Prix de France de Formule 1, dix-neuf ans après sa dernière apparition au Castellet. Etes-vous pour le retour du Grand Prix de France au Castellet ?

Lire la suite sur www.FanaticF1.com

F1 – Contre un GP de F1 à Paris mais Pour ailleurs

11 mai 2009 | 7 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Ce matin à la Matinale de Canal +, une question sur le GP de France dans la région parisienne a été intéressante de part les réactions des internautes et téléspectateurs.

La question était : Etes-vous favorable à la constructeur d’un circuit de Formule 1 en Ile-de-France ? La réponse est cinglante : 75% de NON, 19% de OUI et 6% ne se prononce pas. Un résultat qui interroge mais les réactions sont intéressante à plus d’un titre.

Pas de militantisme pro écolo ou de démarche contre l’intérêt de la F1, mais une réaction massive contre la décentralisation dans la région parisienne.

Pour une majorité des votants , Paris n’est pas la France et il faut que le GP soit dans une autre région que Paris. Réaction inhabituelle et encourageante pour l’avenir de la course dans l’esprit des gens rationnels

F1 – Le circuit du futur GP de France fait du surplace !

7 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

GP de France

Ce mercredi sur la chaîne publique France 2, Chantal Jouanno, la secrétaire d’Etat à l’écologie a fortement réagi en évoquant le projet de construction d’un circuit dans les Yvelines (Flins). Elle a en effet expliqué qu’il était  » hors de question de sacrifier l’environnement pour un circuit de Formule 1.  » Le dossier est donc toujours un sujet sensible depuis le dépôt des candidatures auprès de la FFSA…

Lire la suite de l’article sur FanaticF1.com

Business F1 – La taxe Ecclestone pour les circuits en Europe

28 avril 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Note du Mardi

note-du-mardi

Le prochain GP d’Espagne ne rempli plus les objectifs des années 2005-2006 et 2007 en termes de taux de remplissage. Un indicateur de la santé économique d’un pays qui est touché de plein fouet par la crise. Ecclestone lui-même l’avoue, la chute de la billetterie sera chiffrée pour les GP européens entre 10 et 20%, une équation complexe car la taxe pour le plateau F1 augmente de 10% tout les ans, mais le déficit se creuse. Au point qu’il serait temps de revoir le modèle économique pour les GP européens.

Pour ceux qui l’ignoraient, le modèle économique de Bernie Ecclestone envers les circuits est simple : il vendait le plateau à des circuits qui vendait les billets aux spectateurs assez chers pour rentabiliser leur investissement qui augmente de 10% tout les ans sur la période du contrat. Un système qui fait ses preuves dans les pays émergeants, car les Etats subventionnent l’investissement. Mais en Europe, ce n’est pas le cas, ce que ne semble pas comprendre l’argentier de la F1 qui s’efforce de faire entrer en concurrence les projets.

Si Abu Dhabi est près à dépenser 30 millions d’euros par an minimum sur 5 ans pour faire la promotion de son pays, cela ne reste qu’un investissement marketing subventionné par les Emirats. Mais pour le Grand Prix de France, le concept est loin d’être de la même idéologie.

Historiquement, dans les termes des Accords Concordes, il existe une protection envers les circuits historiques européens qui sont le terreau de la course et loin d’un système marketing chère à Bernie Ecclestone. Hors depuis dix ans, en forçant ces pistes à évoluer dans son sens, l’esprit et les dettes se creusent pour rien. Un nouveau modèle doit s’imposer uniquement pour les circuits historiques européens dont fait partie le GP de France.

Car le risque est là, Ecclestone pratique la sur-enchère systématique si une piste quitte le calendrier : pour le prochain GP de France à Flin le chèque sera de 18 millions d’euros (ou de dollars ce qui n’a aucune importance dans les fait), soit ce que Magny-Cours devait payé au terme de son contrat en 2011. Voici une idée de modèle économique pour les 5 circuits européens historiques protégés par les Accords Concordes et que la FOTA doit absolument préservé au calendrier :

Ce nouveau modèle économique est basé sur des rentes variables, rompant avec le modèle traditionnel de subvention étatique régulière. L’idée est de payé en deux temps : une exclusivité et une part des revenus tirées des billets et services.

Nous allons ici au-delà de la simple subvention évolutive. En recevant 10 à 30% des revenus billetteries généré par l’organisateur, Ecclestone s’assure un revenue variable mais établie. Ajouté à cela une base financière sur 5 ans, une sorte de clause d’exclusivité de 2 ou 3 millions d’euros annuel.

Dans les faits, par exemple le Grand Prix d’Angleterre à Silverstone génère 13 millions d’euros de revenus billetterie, avec ce système ce seront 3,9 millions d’euros de chiffre d’affaire, soit un total de près de 7 millions d’euros. Deux fois moins que le contrat actuel, mais l’affaire est viable. De plus Ecclestone devrait faire payer la taxe « +17 » au nouveau arrivant et non au GP européen qui sont renouveler via une guerre fratricide comme cela a été le cas pour Silverstone et pour le prochain GP de France.

Les circuits génèrent un chiffre d’affaire de 403,8 millions de dollars, les GP historique ne doivent représenter que 10% de cette somme à l’avenir au lieu de 20 à 30% aujourd’hui.

F1 – GP de France : Le prix du plateau en question

24 avril 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités

A la demande du groupe Lagardère Sport, la société Altermind a réalisé une étude économique sur la Formule 1. Mathieu Laine, avocat d’affaires et maître de conférence en droit et philosophie politique à Sciences Po y révèle notamment que le coût du plateau réclamé par Bernie Ecclestone menace directement l’avenir des Grands Prix européens…

Lire la suite du billet sur www.FanaticF1.com

F1 – Bernie Ecclestone : Promoteur du Grand Prix de France ?

19 avril 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Bernie Ecclestone désire un retour du Grand Prix de France au calendrier du Championnat du Monde de Formule 1 dans un futur proche. Toutefois, il ne veut pas un retour à n’importe quel prix !

Lire la suite du Billet sur www.FanaticF1.com

F1 – GP de France à Flins : Le syndrome Stade de France

17 avril 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Le circuit de Flins sera financé. Bonne nouvelle pour l’avenir du Grand Prix de France, mais une mauvaise nouvelle pour la vision globale des politiques envers le sport. Au final, Flins, comme Magny-Cours avant lui, va souffrir du syndrome « Stade de France »…

Lire la suite du billet sur www.FanaticF1.com

GP de France – Ecclestone met la pression

24 mars 2009 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

« Il n’y a pas de garantie de retour du Grand Prix de France dans le calendrier 2011 » a admis Bernie Ecclestone à l’agence SID.

Coup de tonnerre dans la dynamique du retour du GP de France et indice de Mister E adressé à la France. Depuis 6 mois, la France cherche son prochain circuit pour remplacer Magny-Cours au calendrier. Le projet Flins est favori. Mais pas vraiment pour Ecclestone qui a mystérieusement répondu un  » Je ne sais pas » quand la question du projet de Flins lui a été posé.

« Il y a encore des protestation des riverains et du maire » avoue Ecclestone. « Toutefois le premier ministre (Mr Fillon) soutient le projet, ce qui est important ».

Aucune passion dans les propos froids de l’argentier de la F1, qui après voir tout fait pour partir de la Nièvre, se retrouve dans un projet similaire, même si plus proche de Paris, comme alternative à son idée de Disney. Le peu d’enthousiasme d’Ecclestone pour le GP de France a de quoi inquiété outre mesure nos dirigeants et promoteurs du prochain GP de France. Du mois cela devrait.

GP de France – le Paul Ricard pour 35 millions

18 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses, Rumeurs

Alors que le projet du Grand Prix de France tarde à devenir concret de manière définitive. Un épisode datant de 2007 opposant Bernie Ecclestone et François Fillon, notre premier ministre, est à relater, et a été étudié.

24 Juillet 2007, Bernie Ecclestone à rendez vous à l’Hôtel Matignon avec François Fillon pour discuter du GP de France. L’argentier se fait entendre que l’Etat Français ne garantira pas d’argent pour l’avenir d’un circuit. La conversation se prolonge et notre premier ministre se lance dans une proposition aventureuse : « Pourquoi ne pas envisager le GP de France en 2010 sur le Castellet ? » Amusé et concerné Ecclestone a simplement répondu : « Parce que ça vous couterait trop cher ». Les deux hommes ayant un sourire entendu sur ce point.

Toutefois la réponse d’Ecclestone est un appel à la proposition. En effet, le « Paul- Ricard » a été acheté en 1997 pour 15 millions d’euros et l’argentier a invertit, en tout, près de 200 millions pour sa refonte. Hors l’affaire n’est pas rentable. L’idée d’en faire le circuit ultime de test des F1 n’a pas abouti, des solutions ont donc été chercher.

Quelques jour plus tard, le cabinet du premier ministre demande de faire une évaluions de cette possibilité de louer le Paul Ricard pour l’organisation du GP de France. Les fonctionnaires évaluent cette possibilité à 20 millions d’euros par an. Un calcul erroné qui sera vite oublié lorsque, après consultation, Ecclestone a signifié que ce projet couterait environ 30 à 35 millions d’euros par an.

Dix à quinze millions de différence ? Oui car le cabinet du premier ministre a, semble t’il, estimé que les tribunes devaient être financés par Bernie Ecclestone et que la location du circuit ne couterait que quelque millions d’euros. Hors l’argentier a lui estimé, en plus d’une augmentation relative du plateau, qu’il fallait co-financé les tribunes et loué la piste environ 10 millions d’euros par an.

Choqué par la méthode, le projet sera abandonné par le ministère des sports et le cabinet du premier ministre.

GP de France : Les Yvelines dans la course au Bernie

12 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Le conseil général des Yvelines a validé un projet de circuit de F1. Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines, a présenté aujourd’hui le projet de circuit candidat à l’organisation d’un Grand Prix de Formule 1 de l’architecte parisien Jean-Michel Wilmotte choisi parmi les quatre projets finalistes et adopté aujourd’hui en séance exceptionnelle du conseil général.

95 hectares, un circuit de 4,5km d’une capacité de 120.000 places assises pour un coût de 112 millions d’euros (le moins cher d’après lefigaro.fr). Un projet financer par des deniers publics qui devra aussi avoir l’aval de Bernie Ecclestone pour succéder au circuit de Magny-Cours.

Un bien beau projet, mais qui va payer les 15 millions d’euros minimum annuel avec majoration que demande Bernie Ecclestone pour le prochain GP de France ? L’impression que les Elus locaux ont largement sous estimé Ecclestone en matière de négociation et que dans leurs esprits la réalisation d’un circuit est une preuve de bonne volonté. Hors le coût du plateau n’est pas prévu dans le tarif et le prix de ce circuit est équivalant à celui de Barhein en 2004.

Etat Français – 100M€ pour le Foot et rien pour la F1…

9 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Le gouvernement français va investir 100 millions d’euros pour moderniser les stades de Football afin d’être en conformité technique pour sa présentation à l’Euro 2016. Une compétition économiquement importante selon le gouvernement.

« Nous avons libéré 100 millions d’euros pour les stades, ce qui montre la volonté du gouvernement à soutenir cette candidature » a déclaré Bernard Laporte, « Je suis ici pour montrer que l’Etat soutient le projet. Nous devons accueillir ces grands événements en France pour que notre pays rayonne dans le monde entier. »

Une belle déclaration d’intention, qui démontre toutefois les préférences de notre gouvernance. Car ce projet de candidature remonte à Décembre 2008 environ. Alors que la GP de France de Formule 1 n’est plus au calendrier depuis Octobre 2008.

Un Rappel du moins important : sur quatre jours que compte l’organisation d’un Grand Prix, les recettes sont de 100 millions d’euros.

Edito : Nécrologie – Grand Prix de France (1906-2008)

9 mars 2009 | 2 commentaires
Catégorie : View

Le Grand Prix de France est mort des suites d’un accident politique cérébral. Course historique dans le sport automobile mondial, et de la Formule 1. Il avait 102 ans.

Il a succombé dès suites d’une longue maladie qui avait été détectée dix ans plus top. Le Grand Prix de France est né le 26 Juin 1906 aux Mans.
Officiellement appeler Grand Prix de ACF, pour Automobile Club de France, il figure au calendrier du championnat du monde de Formule 1 depuis 1950. A l’exception de 1955.

Ayant connu dans sa longue carrière les circuits du Mans, de Dieppe, Reims, Rouen, Charades, Pau, Paul Ricard, Dijon et Magny-Cours, il connaitra un grand succès dans les années 80-90 avec l’engouement du champion Alain Prost.

En 2004, à cause de la faillite de l’organisation en place, la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) reprendra sous perfusion le Grand Prix qui revendiquera un succès honorable mais les pertes s’accumulaient.
Depuis 2008, plusieurs personnalités du sport automobile français, dont Alain Prost, tentent en vain de convaincre les politiques, les riverains et Bernie Ecclestone qu’un retour est possible. Le quadruple champion du monde essayant encore, la semaine dernière, de convaincre le président Sarkozy qu’un GP de Formule 1 dans notre pays est indispensable économiquement.

Le dernier projet, les Yvelines, prévus pour 2011, bute encore une fois sur des détails politiques majeurs.

PS : C’est de l’humour bien entendu…mais je ne pense pas qu’un retour soit possible à l’avenir.

Conflit entre Lagardère Sport et Ecclestone pour le GP de France

23 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

L’affaire Lagardère Sport, promoteur du futur GP de France, envers Bernie Ecclestone relève du trouble psychologique que l’argentier de la F1 ne laissera pas passer. Augurant une bataille d’influence que Lagardère a déjà perdue lors de sa première attaque la semaine dernière.

Selon le Point, Lagardère Sport rechigne à débourser 23 millions de dollars par an (avec majoration de 10% par an) que Bernie Ecclestone demande pour le prochain GP de France. Une démarche qui serait ruineuse pour le groupe. Hors l’argentier n’a pas manqué une information qui pourrait l’avoir passablement vexé.

En effet le lendemain de l’annonce du Point, Sportfive, filiale à 100% du groupe Lagardère annonce l’obtention des droits de diffusions dans 40 pays européen à l’exception de la France, l’Allemagne, L’Italie, l’Espagne, la Turquie et la Grande Bretagne des Jeux Olympiques. L’accord porte sur les JO de 2014 (hiver à Sotchi Russie) et 2016. Ces droits concernent la télé, le net et les téléphones portables et seraient estimés à 600 millions d’euros environs.

Un paradoxe pour le groupe Lagardère qui lève le bouclier envers le GP de France et qui délie sa bourse pour les JO. Ecclestone a très bien compris la manœuvre et ne pliera pas, forçant la contradiction du promoteur français jusqu’à son paroxysme.

Edito Hebdo : l’an zéro pour la Formule 1

12 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Il y a une heure la Scuderia Ferrari a lanceé officiellement la saison 2009 en présentant sa nouvelle monoplace (F60). Première vision du design 2009 aussi, pis l’an zéro pour la Formule 1.

Une remise en question frontale du modèle économique de la Formule 1 mais aussi du sport business. Le football par exemple se remet en question comme l’a fait la Formule 1, autour d’un axe précis : les salaires et l’argent autour des joueurs. Le monde du ballon rond vivait aussi dans une bulle depuis plusieurs années. Le souvenir du transfert de Zinedine Zidane de la Juventus de Turrin au Real Madrid pour 75 millions d’euros avait marqué les esprits, mais depuis les cinq dernières années, les salaires ont explosés. La valeur transfert est redevenue normal, mais les joueurs demandent toujours plus. Un Carlos Teves, (Manchester United) gagne autant qu’un Zidane à l’époque et un Zlatan Ibrahimovich (Inter Milan) a été le premier joueur a cumulé 12 millions d’euros de salaire par an. Record absolu.

La Formule 1 aussi a eu cette dérive, d’un Schumacher à 30 millions de dollars (7 titres de champion) nous sommes passé en 2008 à un Raikkonen à 90 millions de dollars (1 titre). Des pilotes sont payés des fortunes sur la raison de diverses politiques de concurrence, mais le mal est fait et la crise provoque une crise de conscience.

Alors que faire, réduire la voilure ? Les salaires ? Un cap salarial. Je ne pense pas que le cap soit une bonne décision. Elle avait déjà été tentée au milieu des années 90 pour exploser par la suite et provoqué la dérive actuelle. Le souvenir d’un Ayrton Senna gagnant 16 millions de dollars avait irrité Bernie Ecclestone en 1993 et, bien aidé par Flavio Briatore craignant de voir son poulain Schumacher partir chez McLaren, avait imposé un accord moral de limitation de salaire à 6 millions de dollars. C’est-à-dire qu’un pilote était considéré comme bien payé à partir de cette base. Toutefois, cela a provoqué un Schumacher à 25 millions de dollars en 1996 et une explosion financière progressive.

L’an zéro aussi niveau budget des équipes, même si seulement, d’après la première étude réalisé par mes soins, 10% de réduction est à prévoir en 2009 par rapport au budget de 2008.

L’an zéro aussi pour la France qui devra tout reconstruire et ne plus avoir peur (ou honte) de la Formule 1.

Enfin l’an zéro pour l’espoir que la Formule 1 ne devienne plus un sport politique comme ses dernières années. Car certes évoluer dans le sport business n’a rien de choquant, mais tendre vers un sport politique devient lassant et dangereux à terme. Retourner au sport, fondamentaux intemporels de la course. Revenir aux bases de la Formule 1 tout en s’adaptant à son temps. Une bonne idée, mais évitons encor une fois la politique.

L’an zéro de l’espoir donc, après tout c’est encore la période des vœux.

Edito Hebdo : France et F1, une nostalgie sans avenir

5 janvier 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

Ce 14 Février 1997 semble à des années lumières de nos mémoires. Ce jour béni pour nos couleurs : Alain Prost de mariait avec Peugeot pour lancer officiellement Prost GP. Il y a 10 ans, ou une équipe 100% française, deux moteurs tricolores, Olivier Panis et Jean Alesi représentaient nos couleurs et enfin un GP de France à Magny Cours à la pointe de la modernité sécuritaire. Qu’il est loin ce temps là.

5 Janvier 2009, une bombe H c’est abattue sur la Formule 1 française. Plus d’équipe sur le territoire, un pilote menacé après seulement une année d’activité, un Grand Prix oublié. Vite ouvrons les yeux, ce n’est qu’un mauvais rêve. Juste qu’un mauvais rêve. Et pourtant non.

Pas de nostalgie aucune, mais des regrets. Des injustices aussi. Trop de questions : Pourquoi avoir laissé mourir Prost GP en 2002 ? Pourquoi alors que Nelson Piquet Jr à droit à une deuxième chance, Bourdais sera renvoyé (peut être) ? Pourquoi n’est t’on pas capable d’organiser un GP de France sans que des centaines de riverains ne manifestent ? Pourquoi est ce juste ci dur la F1 en France ?

Parler avec n’importe qui, on vous dira que la F1 ne sert à rien, que cela pollue etc… Bel exemple de contre communication à la Française. Sauf qu’une équipe de F1 c’est 500 emplois direct de haut niveau, ça pollue pas plus que des stades de foot (si si je vous jure) et que c’est un sport, donc par définition un loisir qui ne sert à rien. Je passe ma colère pour rester objectif.

J’ai relu avec plaisir une interview de François Guiter, l’ex responsable marketing de ELF, dans les années 60-80. La nostalgie m’a guetté, savoir que c’est grâce à ELF que nous avons eu une bonne image de la F1 en France, capable d’influencer une équipe Anglaise afin d’imposer un pilote français. Que c’est Matra qui a investit au début de l’aventure, que Renault a révolutionné avec son V6 turbo, que Michelin a imposé des standards, que nos pilotes étaient les plus forts, que notre filière était la plus ingénieuse. Le génie français, mythique dans toute sa splendeur relaté sur 4 pages dans cet Auto Hebdo daté de 2007.

Que faire ? Rien, Bernie Ecclestone souhaite exporter la F1 pour des raisons de rentabilité financière. La F1 doit être exotique donc. La France provoquait trop l’argentier depuis 10 ans avec Magny-Cours et nous, nous n’avons pas eu droit à un sauvetage comme SPA Francorchamps. Juste des tribunes au Paul Ricard, comme pour provoquer.

Et puis la faute à qui ? La FFSSA ? Soyons franc, si elle n’avait pas repris le bébé, Sébastien Bourdais n’aurait même pas pu réaliser un Grand Prix de F1 en France. Hommage leur soit rendu.

L’avenir ? Fermons les yeux et rêvons. Un GP en France repris par Bernie Ecclestone sur le circuit du Paul Ricard, Un pilote français jeune avec de vraies chances d’inscrire son nom au palmarès. Une équipe de F1 sur notre sol, en se basant sur l’achat de monoplace cliente comme Force India (Le retour de Prost GP ou l’arrivée de ART GP), un autre sponsor que Total, sur le modèle de Red Bull

Le bleu France me manque.

GP de France, contraste démocratique

20 novembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Business News F1

Il pleut sur la France, l’hiver approche. Le Grand Prix de France sombre dans l’obscurité et surtout dans l’oubli petit à petit. Hier, Lagardère Groupe a annoncé son retrait de la compétition pour l’organisaion du futur Grand prix de Formule 1 sur le terrain de Disneyland. Un rude coup.

La pression des riverains était manifestement trop forte, le communiqué du groupe français, sans rajouté à la polémique a déclaré :  » Il s’est avéré impossible de parvenir à un accord avec les autres parties, qui est une condition essentielle à l’élaboration du projet. » Sans rajouter à la pression ambiante, en temps de crise économique, passer à coté de 100 millions d’euros de retomber pour une région est un acte suicidaire et injustifié. Certes le vainqueur et donc le Français. Les atouts solides du projet Val Europe porté par Lagardère manque. La politique de pression sur la finance. Rideau et déception.

Lundi soir, 21h, l’ambiance était tout autre lors de la réunion publique de l’auditorium du conservatoire de Sarcelle. Le projet Val de France mené par le député-maire PS de Sarcelles, François Pupponi et l’ex pilote Matra, Jean Pierre Beltoise. Le projet est validé. Les partenaires, pétrodollars à la main, dévoilées. Le projet le plus couteux, ambitieux et difficile devient favori par la force des choses. Point de manifestation, silence. Cruel parallèle entre Sarcelle et Marne La vallée. Mais les coups de grâce sont encore dans l’air. Ce projet et son financement n’est encore que virtuel.

Mardi, Jean Pierre Beltoise a exposé son projet sur le site Décideurs TV », voici la vidéo :

GP de France et médias atones

30 octobre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

L’information va tellement vite en Formule 1, les sites traduisant tellement d’information anglaise, que le sujet du GP de France est oublier dans notre pays. Complètement.

Donington et ses incertitudes, Melbourne et ses difficultés financière et surtout la saga du GP du Canada sur le circuit Gilles Villeneuve, qui alimente un véritable roman depuis plusieurs semaines. Mais aucun relais pour le Grand Prix de France. Masi j’aimerais rappeler que nous n’avons plus de Grand Prix en 2009, et ce n’est pas une pétition (réaction typiquement française ça) qui va faire changer les choses, surtout que celle ci est très mal organisée et prouve qu’un magazine, qui n’a pas pris le virage de l’internet, est encore au moyen age de l’information. La pétition en ligne sur le fichier edvige a été plus efficace.

La réunion entre Alain Prost et les riverains, proche de la maison de Mickey, ne c’est pas bien passé. Colère et le quadruple champion du monde est repartie sur la pointe des pieds. Silence de Magny Cours (contacté par FanaticF1.com mais qui n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet). Des mails et commentaires anonymes sur Flins, suite à un billet que j’ai écris hier, dénonçant le modèle économique du projet. Et les autres projets réduits au silence.

Manque de communication ou d’intérêt des médias ? Les deux en faite. Lorsqu’un site comme FanaticF1.com annonce une information, les autres, par jalousie ne reprennent pas. Isolant le site source. Soit, nous nous en fichons, nous sommes en relations avec des responsables de ses projets futurs du GP de France. Mais cela en deviens ridicule. Franchement qui s’intéresse au problème financier du GP d’Angleterre en France ? C’est bien de le savoir, mais pas d’en faire un roman. Bref.

Ce qui le plus troublant dans notre histoire du GP de France, c’est de voir en parallèle le GP du Canada qui est fortement alimenté en information depuis quelques jours. On parle même d’une intervention de l’état et une décision demain. Bref la presse fait son travail de média. Une belle leçon.


Page 2 sur 3123


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu