Naviguer : Accueil >

Bourse : Montezemolo dit non pour Ferrari

20 mars 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1, F1 Leaders

Alors que l’on parle d’introduction en bourse de la Formule 1, Luca di Montezemolo déclare à un journal allemand qu’il n’y a pas de projet d’introduction en bourse de Ferrari.

« Non, il n’y a rien à l’ordre du jour. Et nous ne prévoyons pas quelques choses dans ce sens. FIAT n’a pas besoin d’argent pour le moment, ils se portent bien. Si vous me demandez ce qui se passera dans 10 ans…aucune idée, mais pour le moment ce n’est pas à l’ordre du jour. » lance le président de Ferrari au journal  Süddeutsche Zeitung dans son édition du lundi 19 mars 2012.

L’introduction en bourse de Ferrari est l’objet depuis 9 mois d’une large spéculation. (voir ici pour souvenir).

F1 – Alonso et Ferrari jusqu’en 2015 ?

16 mai 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses, Rumeurs, Transferts

La phrase est intéressante,  car elle symbolise l’état du marché des transferts aujourd’hui. Luca di Montezemolo, Samedi a indiqué qu’il souhaitait prolonger Fernando Alonso le plus longtemps possible.

Pour CNN, le patron de Ferrari a indiqué : « Alonso est très, très fort, il est l’un des meilleurs pilotes que j’ai vu dans ma carrière. Il est fort mentalement, il anime l’équipe pour être constructif et c’est une personne proche de l’équipe. Je ferais tout pour le garder le plus longtemps possible ». Le discours change chez Ferrari après un bref intermède Sébastian Vettel durant l’hiver, le souhait de prolonger le double champion du monde espagnol s’inscrit dans une nouvelle logique à Maranello. Avec les récents mouvements dans le staff technique (voir ici et ici), l’équipe italienne cherche à revoir sa stratégie globale.

Nous pouvons donc penser qu’Alonso sera le prochain leader officiel de la Scuderia dès cette année ou l’an prochain. Il est aussi entendu que le contrat de l’espagnol expire en 2012 et qu’il dispose d’options (2013 et 2014), Toutefois, un nouveau contrat de trois années (jusqu’en 2015 donc) « A la Schumacher » semble dans l’air. Un retour en arrière.

F1 – Montezemolo demande de la réaction

19 avril 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

« Cela ne peut et ne doit pas être le niveau de l’équipe » a déclaré le président de Ferrari Luca Di Montezemolo.

En effet, l’équipe italienne a terminée à une modeste sixième et septième place lors du dernier Grand Prix de Chine et ne n’est pas montée encore une seule fois sur un podium cette saison.

Pourtant, lors de la course chinoise, on a pu voir un Felipe Massa en mesure de se battre pour le podium, mais des soucis avec les pneus dans la phase finale de la course ont contraint le pilote brésilien à rétrograder. Pour Fernando Alonso, ce serait ses attaques durant un grand nombre de tours sur Michael Schumacher, qui aurait détruit rapidement ses pneus.

« C’est un moment délicat » affirme Luca Di Montezemolo. « J’attends de nos ingénieurs d’agir avec détermination et savoir-faire, pour libérer le maximum de leur capacité à améliorer les performances de la voiture en un court laps de temps. »

Seulement, en interne, on ne s’attend pas à une solution miracle prochainement. Stefano Domenicali le dit lui-même : « je ne m’attends pas à un miracle en Turquie. »

Une des causes des problèmes de voitures serait les dernières mises à jour apportées à la voiture depuis les derniers essais hivernaux,  qui aurait dû augmenter l’appui aérodynamique,  selon les chiffres en soufflerie. Mais, qui n’ont, finalement, pas apportés grand chose. Bien entendu, le directeur de Ferrari explique que la corrélation entre la soufflerie et les essais « est la chose la plus importante. » C’est d’ailleurs le principal souci de Maranello (voir ici)

Au jour d’aujourd’hui, l’équipe sait que le travail à faire sur la voiture « va prendre du temps« , comme le pense  Stefano Domenicali. Un travail qui prendra combien de temps ?

Luca Di Montezemolo sur le départ?

5 avril 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

C’est une rumeur qui existe depuis quelques mois mais il se pourrait que là, Luca Di Montezemolo entre dans la vie politique.

Alors que l’italien a été reconfirmé il y a quelques jours pour les 3 prochaines années à la tête de la marque de Maranello, son idée d’entrer en politique se fait de plus en plus fort. Il a déclaré au magazine Max, paru ce mardi que l’Italie « a besoin d’une classe en politique pour donner, non pour prendre. »

Roberto Formigoni, président de la région de Lombardie, déclare que « ce n’est pas l’une des questions clés de la politique italienne. Mais si quelqu’un de la société civile entre en politique, je lui souhaite la bienvenue. »

Alors, la question se pose maintenant: partira ou ne partira pas? Selon Massimo Cacciari, ancien maire de Venise, Luca Di Montezemolo « aurait pris sa décision mais doit d’abord arranger les choses avec  Ferrari. »  Si l’italien part, on parle d’un remplacement par John Elkann, petit-fils de Giovanni Agnelli et arrière-arrière-petit-fils du fondateur de Fiat Giovanni Agnelli (1866-1945), soutenu par le directeur général de FIAT Sergio Marchionne.

Montezemolo a touché 8,6M€ en 2010

24 février 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Business News F1

Luca di Montezemolo est le dirigeant du groupe FIAT qui a été le plus payé en 2010. Presque le double de l’administrateur du groupe italien : Sergio Marchionne.

En marge des résultats du groupe FIAT, publié cette semaine, l’agence Reuters indique que Luca di Montezemolo, en temps que Président de Ferrari Group a touché un salaire de 8,6 millions d’euros.  Plus précisément, 7,549.000 euros pour son salaire chez Ferrari et 1.033 millions d’euros pour son rôle dans FIAT entre 2004 et 2010.

Son rival dans le groupe FIAT, Sergio Marchionne, à la tête du groupe italien depuis 2004, touche 3,050 millions d’euros et 423.300 euros pour son rôle dans FIAT Switzerland SA.

Luca di Montezemolo et le discours politique

21 février 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités

Le détail dans le timing sera intéressant à noter, pour ceux qui s’intéressent à la politique. Luca di Montezemolo a fait deux déclarations qui prédéfinissent, peut-être son avenir.

L’agence Reuters rapporte que Montezemolo a refusé le poste de meneur de jeu du projet de Jeux Olympique de Rome en 2020. Une indication qui provient de la Mairie. « Je suis désolé que Luca di Montezemolo ait décidé qu’il n’y a pas les conditions pour accepter le rôle » indique Gianni Allemanno en conférence de presse.

D’autant que le président de Ferrari porte un désir d’avenir dans son discours,  qui s’apparente plus à de la politique qu’au sport : « En Italie, nous avons à découvrir la culture de la conformité et le sens de la communauté à nouveau. Nous devons effectués une série de réformes fondamentales, qui comprendrait l’Etat en lui-même et le droit fiscal. Nous avons besoin d’un accord pour la croissance. » explique le président de Ferrari à l’agence Reuters.

Joli slogan qui approche de plus en plus Montezemolo de l’homme politique que de l’homme du sport qu’il a été. Notons que les prochaines élections auront lieu en 2013…

F1 – Montezemolo, Penske et la 3ème voiture

16 décembre 2010 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Rumeurs

Luca di MontezemoloL’idée revient comme un boomerang, la troisième voiture que Luca di Montezemolo appelle de ses vœux depuis plusieurs années pourrait avoir un avenir à l’horizon 2013, date de l’introduction des prochains Accords Concordes.

Autosprint rapporte que Montezemolo aurait dit :  » Ce serait bien de voir une troisième Ferrari alignée par une société privée américaine peut-être. Et je pense à une équipe comme Ganassi et Penske. La question de la troisième voiture, nous sommes déterminés. « 

Une troisième voiture Ferrari via une équipe américaine est déjà une idée entrevue en Juin dernier avec des discussions avec Chad Hurley et Alejandro Agag pour 2012 (voir ici). Visiblement, Montezemolo vise Ganassi et logiquement Penske.

Le cas Penske

L’équipe la plus prestigieuse outre-Atlantique est un serpent de mer pour la Formule 1 depuis 15 ans. Ayant déjà participé au championnat du monde de Formule 1 entre 1975 et 1978, Team Penske est l’équipe la plus proche des standards F1 depuis toujours. Constructeur de son propre châssis de 1978 à 1999 pour l’Indy Car, il avait déjà fait l’objet d’un pseudo retour avec Toyota et BMW en 2008 et 2009 (voir ici et ici). Mais il y a un détail très important à comprendre pour le cas Penske.

L’annonce est aussi stratégique pour Montezemolo. En effet, le groupe Penske est actionnaire et un de ses représentants sièges au conseil d’administration de Phillip Morris USA (séparé de Phillip Morris International depuis 2008). Fin 2011, le sponsor tabac de Ferrari ne renouvellera pas son accord. Un manque à gagner pour la Scuderia, même avec la forte réduction des coûts pour l’horizon 2017. L’annonce de Penske pourrait,  être le bénéfice de garder le sponsor, mais via la marque US, et non plus internationale comme aujourd’hui. Même si l’équipe américaine ne présente plus les célèbres livrées blanches et rouges sur ses monoplaces…

Williams et la 3ème voiture

Montezemolo dans son intervention a aussi précisé que l’équipe Williams, autrefois opposée à la 3ème voiture est désormais plus ouverte, car cela signifie que que des affaires peuvent être réalisés à terme.

Montezemolo, la politique, l’Italie et Briatore

1 décembre 2010 | 8 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Luca di MontezemoloDepuis l’été, la rumeur du départ de Luca di Montezemolo pour épouser une carrière politique devient de plus en plus forte. La crise en Italie est de plus en plus difficile et le premier ministre, Silvio Berlusconi, perd pied. Ses alliés commencent à quitter le navire et la pousser de la Ligue du Nord inquiète outre mesure. Pire le pays est en crise économique.

Après la Grèce hier, L’Irlande aujourd’hui, le Portugal peut-être demain, L’Italie sera-t-elle aussi sur la liste ? Selon l’éditorialiste Oscar Giannino, dans l’hebdomadaire Panorama, proche du pouvoir en place (propriété du groupe de Silvio Berlusconi), la dette publique de l’Italie augmente de 150.000 par minute, soit plus de 200 millions d’euros par jour !

L’endettement représente 120% du PIB (86% pour la France), ainsi le budget 2011, adopté par la Chambre des députés le 19 Novembre dernier chiffre à environ 80 millions d’euros les intérêts de l’Etat Italien (45M€ pour la France) à rembourser en 2011. La croissance patine à 1%. Une situation empirique et pour la première fois les patrons de FIAT et Ferrari critique la politique du gouvernement Berlusconi. Sergio Marchionne et Luca di Montezemolo estiment que rien n’a été fait pour l’économie. Pire, FIAT est obligée de contracter un prêt pour un total de 4 milliards d’euros pour assurer son avenir (au lieu d’être garantie par l’Etat Italien, comme la France avait aidée Renault et PSA en 2009).

Montezemolo ne parle pas, laisse faire les choses pour le moment mais,  semble pousser par ses amis politiques du centre-droit. Il a même déclaré en Novembre « le one-man show Berlusconi est terminé. » au point que les amis du Cavalière voient en lui une menace. Souvenir de la critique d’un ministre italien du gouvernement actuel après la défaite de Fernando Alonso à Abu Dhabi…manipulation politique.

Reste que si Luca di Montezemolo quitte Ferrari qui pour le remplacer ? Peut-être Stefano Domenicali qui prendrait du galon. Mais alors qui pour remplacer Domenicali ? Peut-être que Fernando Alonso a lancé une indication sur l’avenir alors qu’il était interrogé par la radio espagnole Onda Cero. « Peut être qu’un jour je retravaillerais avec Flavio…. »

Ferrari prépare une petite réorganisation

17 novembre 2010 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Fernando Alonso - FerrarHier, dans son communiqué officiel, Luca di Montezemolo indiquait à ses hommes de Maranello d’avoir une mission de remporter le titre en 2011. Aucun bouc émissaire dans la prochaine restructuration de la Scuderia. Chris Dyer restera probablement en place, tout comme Stefano Domenicali.

Pat Fry, arrivée en cours de saison prendra le design de la prochaine monoplace 2011 et travaillera de concert avec Aldo Costa. L’entente entre les deux hommes,  sera l’élément technique clé pour l’an prochain. L’ingénieur anglais a beaucoup travaillé cette année, mais pas pour l’équipe de course. L’an prochain, il pourrait prendre une place de stratège sur le mur des stands, à la manière de Ross Brawn à l’époque. Car l’aspect stratégique a été un point faible de la Scuderia cette année.

Andrea Stella et Rob Smedley, respectivement ingénieur d’Alonso et Massa, resteront en place mais,  reviendront à leur poste de technicien,  plus de stratège comme cette année.  Notons que jusqu’à l’an dernier, Luca Baldisieri était l’homme des tactiques dans la Scuderia mais,  il a été remplacé, après plusieurs erreurs, par Chris Dyer. Ferrari concentrera comme à l’époque Ross Brawn, les stratégies autour de deux personnes.

Montezemolo redonne donc une chance et réorganisera la Scuderia Ferrari par petite touche. Mais si l’échec en 2011 est effectif. Un ménage s’effectuera de manière beaucoup plus radicale.

Ferrari met la pression sur Massa

1 octobre 2010 | 5 commentaires
Catégorie : Actualités, Transferts

Luca di MontezemoloFerrari a finalement fait son choix en premier. Logiquement d’ailleurs. Luca di Montezemolo a indiqué que toute l’équipe italienne se concentrait sur Fernando Alonso pour la fin de saison 2010, avec pour objectif : le titre de champion du monde. Toutefois, une pression certaine est faite sur Felipe Massa.

A Paris, le patron de l’équipe italienne a indiqué qu’il y avait 35% de chance de remporter le titre 2010 mais, 100% de terminer la saison à un haut niveau. Pour Montezemolo, Alonso est la carte maitresse, toutefois il n’oublie pas Felipe Massa : « Je m’attends à ce que Felipe  soit le couteau entre les dents pour les 4 prochaines courses. Je veux qu’il devienne un point fort de l’équipe qui coupera des points à nos adversaires et gagner des courses. A Singapour il a été malheureux, mais il est en mesure de le faire. »

La pression est claire, Felipe Massa doit élever le niveau de son pilotage s’il souhaite que Ferrari le regarde comme un des siens à l’avenir. L’indication « devienne un point fort de l’équipe » signifie que ce n’est pas le cas pour le brésilien aujourd’hui. Une douche froide en public pour le pilote Ferrari.

Les rumeurs Montezemolo

28 juillet 2010 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1, Rumeurs

Vous l’avez tous entendu sur TF1 durant le Grand Prix, Il semblerait que Luca di Montezemolo soit sur le départ, pour soit disant se lancer dans la politique. Une révélation que les lecteurs de TomorrowNewsF1 et surtout spectateur de TomorrowLine n’ont pas vraiment découverte car j’en avais déjà parlé dans mon Avant Poste lors du N°5 de la vidéo du Grand Prix d’Angleterre, dont voici la retranscription :

Après Jean Todt à la fin de l’année 2007, Ron Dennis début 2009, Flavio Briatore fin 2009 et Frank Williams prenant du recul cette année, c’est au tour de Luca di Montezemolo d’être au centre de toute les rumeurs. En effet cette semaine le Financial Times a indiqué que le patron de la Scuderia Ferrari avait des velléités politiques afin de prendre la place de Silvio Berlusconi. Le grand quotidien économique fait l’écho que le groupe de réflexion de Montezemolo ; Italia Futura, permettrait d’être une rampe d’accès pour le poste de premier ministre. Dans la même semaine, un quotidien italien a indiqué qu’Andrea Agnelli, un des héritiers de la famille Agnelli et dirigeant de FIAT, pourrait prendre la tête de Ferrari SPA. Gros démenti de la part de la direction de FIAT le Jeudi 8 juillet via l’agence Reuters. Non il y aura pas de transfert et Montezemolo restera en poste chez Ferrari et chez FIAT. Néanmoins la chose est présente et aura des conséquences à l’avenir, une page se tournera vraisemblablement.

Montezemolo a déjà quitté la présidence de FIAT le 20 Avril dernier est sous le couvert des critiques de la part du président du groupe FIAT, Sergio Marchionne. Les deux hommes ne semblent pas vraiment s’apprécier et le second souhaite évincer le premier sous couvert de critique interne sur les mauvais résultats de la marque italienne. (L’entreprise a d’ailleurs annoncé qu’elle avait augmenté de 2% ses ventes sur les 6 premiers mois de l’année par rapport à 2009*). Une lutte des chefs avec une lettre de démission prête à être envoyée par Luca di Montezemolo à tout moment.

Toutefois attention, il y a beaucoup de chose qui circule dans les couloirs du système politico – industriel italien et ces rumeurs sont toutefois les plus crédibles.

* Ferrari a déclaré pour les 6 premiers mois de l’année 2010 un chiffre d’affaire de 903 millions d’euros et un résultat net de 116 millions d’euros. Elle a fabriquée 3200 voitures (+2%) par rapport à 2009.

F1 – L’hypocrisie commence là…

27 juillet 2010 | 24 commentaires
Catégorie : Analyses

HypocrisieMontezemolo crie à l’hypocrisie, précise que cette controverse de l’intéresse pas. Bref Ferrari n’a pas manipuler la course du Grand Prix d’Allemagne, avec pour argument de l’époque de Nuvolari (années 20-30 donc), et même Nikki Lauda, qui en prends en passant pour son grade, après avoir critiqué dimanche soir l’attitude de Ferrari.

Mais reste une question, qu’est ce que l’hypocrisie ? C’est le contraire de la sincérité. C’est agir par intérêt et dissimulé sa véritable personnalité etc…

Ferrari en Allemagne a agit, selon elle,  avec sincérité. Mais selon son intérêt à elle, mais celle de la Formule 1 et du sport ? En ce sens c’est Ferrari l’hypocrite.

Dire que les commentateurs, journalistes et médias sont hypocrites, c’est dire qu’ils agissent par intérêt et qu’ils ne sont pas sincères ? Doivent-ils être à la solde de tout ce que fait la Scuderia alors ? En cela c’est avoué qu’il y a bien un malaise.

Considérer des journalistes à propos de son aileron avant qui n’est pas très catholique,  comme affabulateurs, chercheurs de problèmes qui n’existent pas, c’est être hypocrite.

L’hypocrisie commence là, par rejeter la faute sur les autres…

F1 – Le plan de Montezemolo pour 2012

22 juin 2010 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités

Luca di MontezemoloUne indiscrétion flagrante et prise très au sérieux en Italie. Luca di Montezemolo prépare un projet pour l’horizon 2012. Un projet ambitieux et passionnant qui concerne le développement de Maranello en Formule 1.

Le site italien Dagospia.it indique que récemment, le patron de Ferrari a rencontré Parris Mullis, un des conseillers les plus fiables de Tchad Hurley, co-fondateur de Youtube et ancien fournisseur de fonds pour USF1. L’homme a déjà dépensé environ 20 millions d’euros dans l’équipe américaine en vain. Cette rencontre avait toutefois un dessein : le développement d’un projet commun à l’horizon 2012.

Le plan de Montezemolo doit toutefois surmonter des obstacles figurants dans les Accords Concordes à la fin de l’année 2009 et jusqu’en 2011. L’italien ayant compris qu’il n’était pas possible de réaliser ses ambitions dès l’an prochain, 2012 sera donc la cible. Une cible, mais aussi un argument de poids pour la prochaine signature.

Montezemolo, Hurley et Alejandro Agag, piloté par Bernie Ecclestone, travaillent actuellement à un accord d’établissement d’une voiture (moteur et châssis Ferrari) sous les couleurs de la bannière étoilée.  Mais aussi une 4ème voiture, pour la création d’une équipe 100% italienne avec Valentino Rossi au volant.

Le projet est important pour Ferrari, car les USA représentent son premier marché, devant la Chine. L’ambition de Montezemolo est d’établir des teams nationaux pour satisfaire les ambitions commerciales de la marque italienne.

Analyse des propos de Montezemolo

9 juin 2010 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

Dans AutoCar, Luca di Montezemolo a été très agressif envers le format des GP, les nouvelles équipes et menace de partir de la Formule 1 si des changements ne sont pas important. Analyse.

« Avons-nous besoin de courir avec deux voitures l’après midi alors que tout le monde est à la plage ? Pourrions-nous avoir deux courses par Grand Prix ? Les courses doivent t’elles durées si longtemps ? La F1 n’est pas une course d’endurance. Nous avons besoin de course courte et difficile » lance le patron de Ferrari.

C’était déjà son argument il y a quelques temps (voir ici pour en savoir plus), et le principe des deux courses était l’argument de Flavio Briatore depuis 2006. La durée est de 2h, calqué sur le format d’un film car Ecclestone voulait que la Formule 1 soit un spectacle de 120 min maximum, comme aux USA.

« Si vous introduisez une troisième voiture McLaren, Red Bull, Ferrari ou Mercedes, tout le monde serait heureux de voir cela. Mais je crois en que la justice pour les petites équipes ne les désavantages de manière supplémentaire. »

Sous entendu : une petite équipe devra encore dépenser de l’argent pour être au niveau de compétitive d’une grande, mais que les réductions actuelles des coûts ne permettrons jamais à ces équipes d’arrivée au niveau. Donc elles ne sont justes là que pour garnir la grille.

Di Montezemolo critique aussi la Formule 1 dans sa structure car « elle est le seul sport au monde où il n’y a pas de formation. » sauf que la F1 n’est pas considéré comme un sport justement par nombreux spécialistes et que la formation se déroule du Karting aux GP2.

Enfin, le président de Ferrari a également admis que la Scuderia a examiné la possibilité de participer aux courses d’endurance. « Je suis très impressionnée par Le Mans. Mais nous ne pouvons pas faire les deux en même temps à cause de l’argent et du savoir-faire. En plus ce n’est que pour une course. Au lieu de cela, si nous pouvons mettre sur pied une série d’endurance, 12 ou 24h avec d’autres constructeurs automobiles autour du monde, ce serait bien. »

L’an dernier, Ferrari en conflit avec la FIA avait annoncé son souhait de partir de la Formule 1 pour participer aux 24h du Mans. Le championnat que Montezemolo appel de ses vœux se nomme Le Mans Séries et existe depuis 10 ans. Tandis qu’un championnat de constructeur a été tenté en 1992 par Max Mosley et la FIA, mais seulement Peugeot et Toyota avait répondu positivement à l’appel et le projet a été abandonné, compromettant même le principe des courses d’endurance dans les années 90.

Pour le dessert, Montezemolo souhaite la réintroduction des essais privés durant la saison, prétextant que Fiorano ne sert plus à rien. Un argument que Ferrari utilise depuis 35 ans maintenant.

Business : Montezemolo quitte la présidence de FIAT

20 avril 2010 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

Selon un communiqué distribué lors de la séance de la Bourse de Milan, aujourd’hui, Luca di Montezemolo a démissionné de son poste de président du constructeur FIAT.

A la veille de la présentation des prévisions financières du constructeur, Luxa di Montezemolo va céder la présidence du constructeur à John Elkann, héritier de la famille Agnelli et actuel vice-président du groupe FIAT. Selon l’agence Bloomberg, Montezemolo avait terminé son mandat de 6 ans

L’italien reste toutefois membre du conseil d’administration de FIAT et reste président de Ferrari.

F1 – Ferrari vise une 3ème voiture et Rossi en 2011

20 avril 2010 | 18 commentaires
Catégorie : Actualités, Rumeurs, Transferts

Luca di MontezemoloLe marché des transferts dans les prochaines semaines pourraient être perturbé par un détail important. Il semble que Ferrari force toujours pour obtenir une 3ème voiture en Formule 1 dès l’an prochain.

Lors d’une conférence de presse à Florence, Luca di Montezemolo a donné quelques indications (pistes) sur le line-up de Ferrari. Estimant que pour lui, seul la victoire compte pour la Scuderia, « Ce n’est pas grave si il est australien ou si il parle italien. »

Mais plus intéressant, sur le ton de ironie, Montezemolo a indiqué « A l’ avenir Ferrari vise une 3ème voiture ». Mais pour qui ?  Une cible qui revient sans arrêt depuis quelques semaines : Valentino Rossi. Ce que confirme le patron de Ferrari : « Nous allons sortir le grand jeu pour Valentino Rossi et obtenir ses faveurs. Je ferais n’importe quoi pour le voir gagner en Formule 1, avec une Ferrari. »

Mais pour que ce vœux se réaliste, il ne reste plus que 2 mois à Luca di Montezemolo pour convaincre ses partenaires de la FOTA et la FIA qu’une 3ème voiture est un projet viable pour la Formule 1. Valentino Rossi se donnant jusqu’au mois de Juin pour prendre une décision sur son avenir ( voir : Rossi et Ferrari : réponse en Juin ?)

F1 – Quand Ferrari critique Campos, USF1 et Stefan GP

23 février 2010 | 11 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Luca di MontezemoloFerrari attend avec impatience le début de saison et surtout les essais de Barcelone, ultime test déterminant la hiérarchie avenir du championnat du monde. Mais Luca di Montezemolo, dans son éditorial sur le site Ferrari.com a été plus loin en donnant son avis sur l’actualité de la F1 de ses derniers jours.

« Sur les 13 équipes qui se sont inscrits, ou on été amenées à s’inscrire pour le championnat de cette année, à ce jour, seuls 11 d’entre elles ont répondu à l’appel, en tournant sur la piste, avec plus ou moins de retard que d’autres (…) » annonce Montezemolo, mais la suite est très virulente contre Campos, USF1, Stefan GP et la FIA:

« Quand à la 12ème équipe, Campos Meta, ses actionnaires et sa structure de gestion a été transformé, selon les rumeurs qui ont été rapporté dans le paddock, par un apport d’argent soudain d’un chevalier blanc généreux, habitué à ce genre de sauvetage de dernier minute. Toutefois, les bénéficiaires de cette générosité pourrait trouver que le chevalier en question demande beaucoup en attendant d’eux qu’ils remplissent le rôle d’un vassal loyal. Tout cela signifie, que Dallara ne pourra pas réaliser d’essais pour Barcelone, et Sakir sera le lieu pour assister au retour du nom de Senna en Formule 1. »

Pour le cas USF1 c’est aussi très clair : « La 13ème équipe, USF1, semble avoir dû se cacher à Charlotte en Caroline du Nord, au grand dam de ceux qui y ont cru, comme l’argentin Lopez qui croyait avoir trouver une bonne piste dans le paddock F1, et doit maintenant recommencer à zéro. Etonnamment, ils ont encore l’imprudence de prétendre que tout ira bien dans le meilleur des mondes. »

Pire encore pour Stefan GP : « Ensuite, nous avons les vautours serbe. Premièrement, ils se lancent dans une bataille juridique donquichottesque avec la FIA, puis on choisi les os de Toyota sur son lit de mort. Ayant obtenu quelques personnes à bord, autour desquels il y a encore un parfum de scandale, ils sont dans l’attente de remplacer celui qui sera le premier à abandonner le jeu, éventuellement avec le soutien du chevalier blanc dans son armure étincelante donc nous avons parlé plus haut. »

Montezemolo conclu que ses équipes sont le résultat de la guerre sainte menée par l’ancien président de la FIA, contre la FOTA. Avec le résultat que nous voyons a trois semaines du début de saison 2010.

F1 – Fisichella – Sauber : le détail de Montezemolo

4 janvier 2010 | 7 commentaires
Catégorie : Analyses, Transferts

La rumeur Pedro de la Rosa devient de plus importante. Déjà les médias espagnols et suisses ne sont pas d’accord. Si Blick annonce que le contrat est déjà signé, AS indique le contraire ce matin. La confusion est grande.

Troublant aussi de voir que Pedro de la Rosa, ayant échoué pour obtenir un volant chez Campos, avait déclaré il y a un mois son souhait de redevenir pilote d’essai pour McLaren. Dans un premier temps le pilote espagnol a réfuté ses liens avec Sauber.

Mais un détail est intéressant. Hier, Luca di Montezemolo a parlé de Michael Schumacher mais a terminé son intervention par ces mots : « Je peux toujours compter sur Felipe, Fernando Alonso, Luca Badoer et Marc Gene, qui connaissent bien notre technologie. » Ou se trouve Giancarlo Fisichella ?

Le pilote italien n’a-t-il pas signé de contrat pour être 3ème pilote de la Scuderia Ferrari en 2010 ? Le fait que Montezemolo ne le mentionne pas pour 2010, signifie probablement que le pilote italien sera titulaire ailleurs. Reste encore à savoir où ?

F1 – Montezemolo vs Schumacher : Les raisons du désaccord

4 janvier 2010 | 18 commentaires
Catégorie : Analyses

Luca di MontezemoloPourquoi nous a-t-il quitter ? la réflexion semble travailler Luca di Montezemolo depuis le départ de Michael Schumacher chez Mercedes GP. Toutefois n’oublions pas que c’est ce même Montezemolo qui a voulu de cette situation.

« Si je lui avais offert quelque chose et qu’il aurait refusé, j’aurais été aussi déprimé. Malheureusement je n’ai pas été en mesure de lui offrir un volant de titulaire, donc je ne peux rien dire. » Lance Montezemolo à la presse. Un constat d’échec, d’une stratégie qui était déjà à anticiper depuis 2006.

Tout a été fait pour que Schumacher parte fin 2006. Jean Todt et Luca di Montezemolo n’avaient pas la même vision du futur. Le français souhaitait continuer deux ans avec le pilote allemand, tandis que Montezemolo, voyant ses rivaux agir (surtout McLaren avec Alonso),  avait décidé de miser sur la jeunesse avec Raikkonen. Un précontrat avait été signé avec le finlandais dès 2005/2006. Enfin, à l’époque Todt baissa les bras, ne prolongea que d’une année seulement,  pour assurer la continuité (2007), tandis que Schumacher s’est vu  proposer un contrat de consultantpour 3 ans.

Durant la première année le septuple champion du monde  aida activement la Scuderia Ferrari dans sa quête du titre avec Raikkonen. Mais curieusement, après le départ de Jean Todt de la Scuderia, l’intérêt de Schumacher pour la F1 décline. Il ne roule presque pas avec la F2008 et jamais avec la F60. Se tournant vers la moto.  Sauf que l’accident de Felipe Massa en Hongrie a tout redistribué. Michael Schumacher souhaitait revenir au volant d’une formule 1. Une Ferrari surtout. C’est aussi pour cela qu’il avait donné son accord à Montezemolo pour trois années de plus. L’espoir de la 3ème voiture était encore présent en Septembre. Mais depuis l’espoir c’est évanouie dans le clan italien, toutefois, Montezemolo croyait conserver son mythe malgré tout. Hors l’appel de Ross Brawn, l’image de Mercedes et la liberté de son contrat Ferrari,  ont conduit à se résultat.

Malgré tout, le transfert de Michael Schumacher est important. Aussi important aux yeux des italiens que l’affaire d’espionnage avec McLaren. Un proche de Fernando Alonso a annoncé, à une de nos sources, que le transfert du pilote allemand passait mal,  car Schumacher connait les particularités techniques de la prochaine Ferrari de 2010, la stratégie de la Scuderia et ses méthodes. Un savoir qui sera désormais appliqué à Mercedes GP. Voici la vraie raison de la colère de Luca di Montezemolo.

F1 – Ferrari : Alonso était dans le viseur pour 2011

19 décembre 2009 | 13 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

Fernando AlonsoParlant à des journalistes de la presse italienne et internationale lors du diner de Noël hier, Luca di Montezemolo a admis les préoccupations de Ferrari sur le comportement de Fernando Alonso, surtout depuis sa relation tendue avec McLaren en 2007.

« J’ai parlé de ces élémentsavec Stefano Domenicali, pas 100, ni 1.000, mais 10.000 fois, et j’ai aussi parlé avec Alonso. Je lui ai dit : « Si vous venez à rouler pour nous, vous roulez pour une équipe, vous piloterez pour un groupe, vous en piloterez pas pour vous. »

Montezemolo, décidément très en jambe hier, a indiqué que si Alonso voulait une équipe pour lui, il n’avait tout simplement qu’à lancer sa propre équipe, comme John Surtess. Le président de Ferrari tente aussi de faire croire que Santander n’a pas exigé que Alonso signe pour 2010 avec la Scuderia, comme la sous entendue Kimi Raikkonen dans une interview pour Autosport cette semaine.

Le transfert d’Alonso

«  Je pense qu’il va venir chez Ferrari au bon moment dans sa carrière. Nous avions déjà conclu un accord pour 2011, une fois les contrats de nos deux pilotes ayant expirés. Puis, nous avons réalisés que notre équipe avait besoin d’un pilote capable de se remettre réellement en cause avec les ingénieurs, une caractéristique qui ne faisait pas partie de Kimi, même s’il est un gars incroyablement talentueux. Puis vint l’accident inattendu de Felipe et, avant de prendre une décision, nous avons besoin de savoir ce qu’il se passait. Une fois que nous étions certains qu’il allait bien, puis à la lumière de ce qui se passait chez Renault, nous avons décidés d’essayer d’amener Alonso à bord avec un an d’avance. »

L’indication est intéressante, car dans les faits, Montezemolo parle des deux contrats pilotes ayant expirés. Signifiant que Felipe Massa ne faisait probablement pas partie du plan de débarquement de Fernando Alonso chez Ferrari. Indiquant aussi que le line up 2011 pourrait changer et que le pilote brésilien pourrait partir ailleurs. Enfin, durant l’été, la situation chez Renault était telle que Alonso n’espérait pas rester une année de plus avec l’équipe. Le Singapour Gates, ou plutôt sa perspective étant passé par là.


Page 1 sur 212


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu