Naviguer : Accueil >

Equivalence technique moteur en 2013 ?

18 novembre 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Politique

La rumeur Honda – McLaren est intéressante et soulève une question qui doit être précisée et pourrait changer beaucoup de stratégies à l’avenir. Est-ce que l’année 2013 permettra l’équivalence technique entre le moteur V8 actuel et le futur V6 1600cm3 turbo ?

En Mai de cette année,  Bernie Ecclestone avait indiqué que lors d’une réunion entre Jean Todt et les membres de la FOTA, le président de la FIA a proposé le principe de l’équivalence pour 2013 (avec option pour 2014) entre les moteurs turbo 4cyl et le V8 atmosphérique d’aujourd’hui. Mais depuis ? silence radio.

Si la rumeur Honda – McLaren confirme son timing, cela signifie qu’en 2013, il sera possible d’avoir un moteur V6. Spéculons et imaginons une 3ème voiture disposant de ce moteur, ou encore une équipe ayant fait le choix d’une monoplace V8 et l’autre avec le V6 (souvenir souvenir). Les possibilités sont importantes…

Moteur V6 2014 – 75 millions d’euros minimum

1 juillet 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Analyses

La FIA le concède le nouveau moteur V6 1600cc entrainera des coûts supplémentaires en fonction du degré d’avancement dans le développement que les constructeurs ont engagé depuis quelques mois. Précédemment, le R4 (4cyl) avait un coût fixé entre 75 et 150 millions d’euros,  à amortir en 4 ans. Désormais, le futur V6 (qui sera en partie un nouveau bloc), devrait coûter environ 75 millions d’euros minimum, à amortir aussi en 4 ans environ.

Un amortissement financier qui sera,  en partie assuré par les équipes, via leurs locations. Aujourd’hui un V8 2,4L dispose de 10 à 15 millions d’euros de développement annuel, 15 à 20 millions dans le marketing et le solde provient des locations (entre 6,5 et 12 millions l’année) envers d’autres équipes. Très souvent, les constructeurs bénéficient d’un budget de base qu’ils doivent compenser par le produit des locations et par le retour de l’image. Il semblerait que les constructeurs ne souhaitent pas augmenter leurs budgets annuels (entre 40 et 60 millions d’euros) pour le nouveau moteur. Ce qui signifie que les équipes devront payer un peu plus ?

Pas vraiment. La Fia indique que les nouveaux moteur devront faire 4.000km. Aujourd’hui les V8 tournent autour de 1.500/2000km, ce qui signifie que la FIA souhaite limité à 4 ou 5 moteurs par année le futur V6 1600cc. Une réduction de coûts qui permettra aux équipes d’obtenir ce moteur à bas prix. Le chiffre de 5 à 8 millions d’euros annuels a été indiqué.

Selon le calcul, si un constructeur équipe trois équipes pour 6 millions d’euros par année de location moteur, il pourra amortir son moteur en 4 ans environ à hauteur de 72 millions d’euros.

Moteur V6 2014 – 4.000km pour 5 moteurs par an

1 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Technique F1

La Fia a indiquée que l’introduction du futur V6 1600cc est retardé en 2014,  pour permettre aux 4 motoristes actuellement impliqués en Formule 1,  de développer leur moteur et aussi pour s’assurer que leurs projets soient plus robuste.

En effet, la FIA indique que le moteur V6 doit avoir une durée de vie de 4.000km, soit près du triple (ou double) d’aujourd’hui. Une indication qui permet aussi de comprendre qu’il y aura moins de moteur allouées à partir de 2014.

Actuellement 8 moteurs sont alloués par pilote (16 moteurs total par équipe) ces moteurs V8 ont une durée de vie de 1.500/2000km environ. En doublant leur durée de vie, la FIA valide l’idée de n’introduire que 4 ou 5 moteurs par an et par pilote et donc de réduire les coûts du nouveau moteur.

Spécification technique du V6 2014

30 juin 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Actualités

Spécifications moteur :

1600cc, V6
15000 rpm max
Injection directe de carburant allant jusqu’à 500bars
Turbocompresseur simple
Débit de carburant contrôlé

La récupération d’énergie et systèmes de stockage les spécifications:

Kinetic, 120 kW (163cv)  sur les roues arrière
Récupération d’énergie liée à l’échappement turbo

Officiel : la FIA valide le V6 pour 2014

29 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités

Dans son communiqué publié ce soir, la FIA a indiqué que suite à un vote par faxe de ses membres, le Conseil Mondial du Sport Automobile a ratifié le règlement moteur récemment élaboré en consultation avec les principaux acteurs de la Formule Un.

Le nouveau bloc moteur sera un V6 de 1,6 turbo avec des systèmes de récupération d’énergie (KERS).

Cette nouvelle formule entrera en vigueur dès le début de l’année 2014.

F1 – RBR vise une prolongation avec Renault Sport

28 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Red Bull Racing étudie le principe d’une extension de contrat avec Renault Sport,  au-delà de la saison 2012.

Selon Autosport, Red Bull a déjà discuté avec Renault Sport depuis quelques mois à l’époque du 4cyl. Une extension devait même être annoncée cet été, mais la définition du moteur V6 modifie le calendrier. Les discussions auraient repris depuis.

D’autant que si le moteur V6 est introduit en 2014, cela laisse une année de contrat avec le V8 français en 2013 et une année en V6. Un risque que Renault Sport ne pourrait pas affronter en cas de perte d’intérêt de son partenaire autrichien et d’un manque de performances du nouveau bloc, une extension de trois ans semble être plus logique entre les deux parties (2013-2014-2015).

Notons aussi que Red Bull paie ses moteurs (6 millions d’euros par an) et que le nouvel accord serait plus coûteux, avec possibilité d’aménagement (possibilité de fourniture gratuite en 2013 du V8 et un deal de 15 millions d’euros par année en 2014 et 2015).

L’échec d’ouverture

28 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : View

[English Version] Adrian Newey a fustigé Audi sur l’influence de la marque allemande dans l’introduction du projet de 4cyl pour 2013. Selon l’ingénieur anglais, c’est à cause de la filiale du groupe VW que ce choix était possible. Au point de provoquer un retour en arrière car, Audi ne souhaite plus vraiment de venir en F1.

Au-delà de l’influence d’Audi, reste une question simple : La Formule 1 doit-elle se plier aux exigences des autres constructeurs pour son avenir ?

Audi souhaitait une 4cyl.  Honda pourrait revenir si l’hydrogène est possible, Mitsubishi souhaite venir si la F1 est 100% électrique. En bref, tout le monde souhaite voir la Formule 1 son image et ses intérêts. Pourtant ses constructeurs ne font pas la Formule 1 actuel et ni celle du futur.

Avec le moteur 2013 La FIA a évolué comme l’ACO, dans les règlements techniques. Le diesel paru dans la Sarthe a été possible grâce à l’intérêt d’Audi et Peugeot pour la motorisation. Mazda a également l’intention de revenir à ce principe technique (Diesel-KERS). Toutefois un détail important : les constructeurs investissent les 24 heures du Mans en moyenne sur trois ans, lorsque la concurrence est forte. Le long terme est possible pour un duel, mais pas plus. Toute la différence de la Formule 1 qui agit sur le modèle de la compétition entre motoristes depuis 25 ans.

L’erreur est donc là. L’espoir de permettre à des fabricants étrangers d’avoir un ‘intérêt pour la Formule 1, en les faisant participer à la réglementation technique. Sans accord ou pacte de présence à l’avenir. Les constructeurs veulent investir, mais sur une période d’essai de deux ou trois ans et surtout d’être en mesure de quitter en cas d’échec. Ce que ne permet pas la Formule 1 actuellement. Accords Concordes oblige…

L’ouverture d’esprit de la FIA et de Jean Todt est donc un échec. Place au V6 pour 2014 ou 2015.

F1 – Menace sur le moteur V6

27 juin 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités

Le moteur 2014, annoncé par la Commission F1 et les constructeurs ne semble pas être la référence ultime pour de nombreux acteurs de la course. En effet, il semble que plusieurs circuits pourraient basculer en IndyCar si une évolution de ce V6 n’est pas réalisée.

La fronde serait menée d’Allemagne ou les promoteurs Hockenheim et Nürburgring. L’objectif est de convaincre les autres promoteurs que le V6 1600cm3 tournant à 12.000 tr/min serait une catastrophe pour la billetterie. A l’exception de la Chine et la Corée du Sud, 17 circuits du championnat (même Monaco) menacent de quitter la Formule 1 pour organiser des courses d’IndyCar à l’horizon 2014 !

Ron Walker, le représentant des circuits (et promoteur du circuit de Melbourne) a indiqué à Bernie Ecclestone et aux constructeurs que les nouveaux moteurs devaient fournir au moins 18.000 tour/min et leur son correspondant à ceux des moteurs actuels sinon : « la majorité des courses vont signer un contrat avec Indy qui serait leur droit. » La menace a été prise au sérieux, car les promoteurs peuvent rompre leur contrat avec la Formule 1, car il y a un changement de réglementation qui n’est pas satisfaisant. Pire, une étude a été menée et juge que « les petits moteurs auront un bruit très mauvais. » La messe est dite.

Très rapidement, les équipes acceptent la menace est propose, après une réunion d’urgence à Valencia, d’augmenter le régime moteur de 12.000 à 15.000 tr/min. Une lettre commune des équipes et constructeurs de la Formule 1 pour établir officiellement la modification sur la décision de la Commission F1 a été transmise à Charlie Whiting. Une mesure pour calmer le jeu. Sauf que cette année, n’a pas été jugé suffisante aujourd’hui. « 18.000 tr/min ou rien » assomme Ron Walker.

F1 – Les promoteurs et leur nouveau pouvoir

27 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Les promoteurs de circuits menacent le V6 turbo de 2014 de voir le jour à la condition qu’ils fassent 18.000 tr/min et non 15.000.

Le revers de la médaille pour Bernie Ecclestone. C’est la première fois en 50 ans que les promoteurs de circuit protestent contre une mesure réglementaire sur la Formule 1. En augmentant les droits d’organisations de ses courses à des promoteurs qui s’occupaient de tout, Ecclestone a donné beaucoup de pouvoir à ceux-ci dans son business (moralement et financièrement). Ces derniers représentent un total de 400 millions d’euros de chiffre d’affaire et une force marketing de 700 millions par année. La menace IndyCar n’est pas anodine : « une course Indy coûte seulement 3,5 millions d’euros à organiser ». Un gouffre face au 12 ou 30 millions que demande Ecclestone par année…

Surtout que ce dernier n’a rien à voir avec la fronde et a semblé surpris par la fronde des promoteurs des circuits. « Je peux vous assurer que M. Ecclestone n’a rien à voir dans cette histoire, je suis mon propre patron, il a été invité a notre réunion, a écouté et nous restons ami. Ferrari aussi est venu nous écouter. » lance Ron Walker, promoteur du circuit de Melbroune et représentant des circuits

Pour les organisateurs, la logique est simple : un moteur à 18.000 tr/min en échange du même tarif pour l’organisation des courses. Sinon : Indycar ou une baisse de 30% manque à gagner de 100 à 120 millions d’euros par année.

Moteurs V6 1600cc : piège ou véritable consensus ?

23 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

L’important est que tous les constructeurs de moteurs et les équipes ont été d’accord sur le principe du V6 1600cc bi-turbo entériné hier par la Commission F1. Toutefois, ce choix pourrait être annulable par la FIA et le Conseil Mondial. Au point de se poser quelques questions.

En effet, dans le paddock de Valencia, certaines remarques ont été émise autour des coûts du nouveau moteurs : « si le 4cyl 1600 cc n’était pas possible,  car partant d’une feuille blanche, alors que dire du V6 ? « lance une source anonyme. Sur le principe, la décisions est contestable car les notions de coûts, pour le moteur « Todt/FIA » seront aussi valable pour le nouveau bloc. Donc le point mort sera encore possible.

La question est la suivante, est-ce que la Commissions F1 a fait le choix du piège ou alors un véritable choix de consensus ?

Le piège consisterait à faire refuser ce moteur par le Conseil Mondial dans quelques jours, pour favoriser un statu quo et prolonger naturellement la vie des V8 jusqu’en 2014/2015. La manœuvre serait astucieuse. Surtout qu’elle est présentée comme un consensus. La cylindrée est la même, mais l’architecture est plus « noble », l’image étant le plus important, cette proposition permet de répondre aux deux arguments de la FIA : Moteurs plus silencieux et économes en carburant.

F1 – L’étonnante proposition V6 pour 2014

22 juin 2011 | 11 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

C’était dans l’air depuis ce matin. La Commission F1 (voir ici pour en savoir plus) a votée à Londres, pour adopter un moteur V6 1600CM3 Bi-Turbo pour 2014. Ultime tentative pour sortir de l’impasse moteur.

Si nous savions depuis ce matin que le V6 serait adopté pour 2014, nous ne savions pas sa cylindrée.  C’est une surprise cylindrée. Similaire au projet FIA-Todt, mais avec une architecture plus « historique », même si nous pouvons encore une fois regretter qu’une liberté dans ce secteur soit une fois de plus oubliée sur le principe de l’uniformité, la proposition permet un compromis. Toutefois, ne soyons pas dupe, ce moteur partira d’une feuille blanche et non d’un simple dérivée des blocs d’aujourd’hui. Renault Sport devra redéfinir son concept et les autres constructeurs développeront un nouveau moteur. Ce qui sera coûteux. En cela, la mesure semble étonnante.

Cette mesure est présentée comme garantissant les fabricants actuels pour rester en Formule 1. C’était l’essentiel.

2013 devrait (sous réserve de validation de la FIA) être une année V8 avant de basculer vers un nouveau mode de propulsion.

Moteur 2013 – Accords Concordes : le jeu de Bernie Ecclestone

22 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Dans environ 10 jours, l’avenir du moteur turbo pourrait être redéfini et rejeté au-delà de 2013. Aujourd’hui, une réunion, provoquée par Bernie Ecclestone et la Commission F1 (2 sponsors, un constructeur moteur, 12 équipes, Pirelli et 8 promoteurs de circuits) semble être le dernier recours avant un procès, qui serait catastrophique pour les deux parties.

Le moteur 2013 turbo 4cyl a été introduit par deux fois. En Décembre 2010 et le 3 Juin 2011 par le Conseil Mondial de la FIA. Toutefois, lors de la dernière annonce, une échappatoire a été autorisée. L’ombre d’une équivalence technique avec le V8 est donc dans l’air. La date du 30 juin a été fixée par toutes les parties,  pour trouver une solution claire et définitive. La réunion d’aujourd’hui permettra d’y voir un peu plus clair sur la politique d’ensemble des acteurs de la Formule 1.

Le projet vert de Jean Todt ne satisfait pas Bernie Ecclestone qui muscle son jeu de pouvoir contre le président de la FIA, afin de l’emmener à la rupture psychologique.

Pour comprendre comment Ecclestone compte s’y prendre voici l’explication :

L’argentier a dressé à Jean Todt l’argument des Accords Concordes.  Ces derniers expriment que tout changement de règlement doit être approuvé par le Conseil Mondial, le Groupe de travail technique et la Commission F1. Sachant que Ecclestone n’a pas droit au vote dans la Commission technique et que le Conseil Mondial a validé par deux fois le projet Todt, il ne reste plus que la Commissions F1 pour ultime espoir il faut sur les 26 membres, un total de 18 voix pour adopter ou refuser la mesure. Sauf que cette Commission F1 ne peut infirmer une décision du Conseil Mondial, d’où l’importance des Accords Concordes, qui expirent fin 2012 sur un moteur qui sera introduit en 2013.

En effet, il semble que Jean Todt souhaite profiter des Accords Concordes actuels pour introduire le projet moteur. Mais les équipes sont actuellement en pleine négociation (qui prend du retard) sur une nouvelle définition de ses Accords. Dans l’absolu, le moteur 2013 ne pourra être introduit à la date souhaité, mais plus tard, si les équipes signent les Accords Concordes 2013-2017. Une manière aussi pour Ecclestone ne maintenir une pression sur les constructeurs,  qui souhaitent plus d’argent en Droits TV.

A ce jeu, Ecclestone se montre très fin avec la pression du temps. Les équipes (certaines) ne souhaitent pas de ce moteur en 2013 et l’argentier ne souhaite pas donner plus d’argent aux équipes pour les prochains Accords Concordes. Sauf que seul un nouvel accord pourra retarder l’introduction du 4cyl…alors ?

Note du Mardi : l’idée d’un moteur 2013 sous licence

21 juin 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Note du Mardi

Entre 75 et 150 millions d’euros. Tel sont les évaluations du moteur 2013 de Formule 1. Ce 4 cyl 1600cm3 soulève bien des discussions au sein de la FIA et de la FOTA. Chaque manufacturier de moteur a fait son calcul, mais l’addition serait lourde pour chacune des équipes clientes (entre 10 et 15 millions d’euros selon les estimations). Alors que la majorité des équipes clientes ne souhaitent pas aller plus loin que 8 millions d’euros (KERS compris). Seule solution : augmenter le nombre de fourniture.  Mais le règlement interdit plus de quatre. équipes.  Pourquoi ne pas créer une sous-marque ?

Imaginons ceci : Nous sommes un constructeurs A et,  pour amortir le développement coûteux de mon moteur, je vends la licence de ma technologie à un prestataire B qui a le droit de vendre mon moteur sous son nom. Etant donné que chaque fournisseur moteur est limité à 4 équipes, mon prestataire B pourra lui aussi viser le seuil réglementaire, ce qui fera un total de 8 équipes !

Vous vous souvenez de Mecachrome et l’épisode Supertec ? Ce dernier était un V10 plus évolué et donc plus cher que le premier, qui n’était qu’une évolution simple du Renault RS09 de 1997 version C. La différence de prix était de 10 millions de dollars entre les deux mécaniques en 2000. Plus loin dans le temps,  Illmor ne fournissait t’il pas des moteurs V10 à Pacific Grand Prix en 1994, alors sur ses moteurs de pointe étaient des Mercedes-Benz pour Sauber la même année ?

Comme tout principe économique, plus ont fabrique quelque chose, plus ont réalise des économies d’échelle et donc le prix sera réduit. Il est donc possible pour un prestataire B de fournir un moteur à des petites équipes pour le prix exigé. Un moteur peut-être moins évolué, mais abordable.

Ce prestataire B pourra aussi fournir des moteurs à des clients, qui auront tout le droit de rebaptiser en leur nom leur moteur, ou le faire financier par un tiers. Une option qui pourrait d’ailleurs se monnayer quelques millions d’euros de plus. Un modèle économique malin.

Fiction ? Certain projet d’équipes étaient basées sur l’achat de monoplaces déjà existantes (par exemple Villeneuve Durango avait un accord avec Wirth Research,  pour évoluer avec des Virgin 2010 en 2011). Toro Rosso était bien une Red Bull légèrement différente jusqu’à l’an dernier.

L’ère est à la sous-traitance absolue pour respecter les accords du RRA. Toutefois, les récentes altercations entre Mercedes GP et Red Bull Racing peuvent aussi lancer une piste sur une futur dérive dans ce domaine. En effet, avec la fourniture d’un moteur du prestataire B dans une équipe, celle-ci pourra transférer un certain nombre de ses mécaniciens dans sa nouvelle (pseudo) équipe moteur,  sans licencier et garder son nombre de personnel.

McLaren négocie avec Mercedes-Benz au-delà de 2012

21 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

En plus d’avoir à gérer les dossiers des transferts de ses pilotes, l’équipe McLaren négocie avec son partenaire moteur depuis 1995, Mercedes-Benz, pour une prolongation.

Le 16 Novembre 2009, McLaren et Mercedes-Benz annonçait leur divorce sous la forme d’un accord de fourniture moteur jusqu’en 2015. Un accord en deux parties (2010-2011-2012 et 2013-2014-2015). Si l’opportunité de construire son propre moteur a été, durant un temps,  étudié dans les couloirs de Woking, la sagesse des résultats a fait reprendre contact entre les deux partenaires pour prolonger leur aventure au-delà de la saison 2012.

L’accord précédent offrait gratuitement les V8 allemands à l’équipe anglaise. Un avantage financier incontestable qui ne sera plus de mise dans le nouvel accord. En effet, McLaren estime que le moteur turbo sera introduit entre 2013 et à l’horizon 2015, donc Woking a accepté de contribuer financièrement à sa conception. Reste à savoir si cette contribution sera directe ou indirect.

Renault ne fournit plus gratuitement ses blocs moteur à l’équipe LRGP cette année et l’an prochain voir 2013. Une contribution, d’environ 6 millions d’euros,  est soumise par l’équipe d’Enstone à son partenaire moteur. Il est possible que McLaren, pour le prochain moteur paie aussi (dans une moindre mesure) la location, ou tout simplement donner un budget de participation tous les ans à Mercedes-Benz pour le développement du futur bloc.

Moteurs 2013 – un échec d’ouverture et un V6 ?

18 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Pour résumer la situation : Mercedes-Benz et Ferrari ne sont pas contre le principe d’un moteur turbo mais par pour 2013, mais plutôt 2015 et souhaite que le principe d’équivalence soit mis en place. Renault souhaite le moteur 2013, car ils ont déjà entreprit la conception du nouveau bloc et Cosworth cherche des financiers pour son projet et reste neutre pour le moment. Sauf que dans cette histoire, ce sont les équipes de la FOTA qui vote et non les constructeurs/fournisseurs. Une subtilité.

En effet, même si Ferrari et Mercedes-Benz possèdent leurs propres équipes, ils doivent convaincre Red Bull Racing, Williams, McLaren & co de leur logique. Jusqu’à présent Martin Whitmarsh c’était prononcé avec une langue de bois ambigüe et Eric Boullier, vice-président de l’association, a estimé que tout le monde trouvera un terrain d’entente. Donc la FOTA n’a pas encore donnée son avis, alors qu’elle doit trancher dans les jours à venir. Mais, un début de réponse arrive et commence à être intéressant.

« Je pense que les traditionnalistes qui estiment que nous devrions garder les moteurs atmos, doivent accepter le fait qu’ils ne peuvent pas être attrayant pour séduire d’autres constructeurs automobile. IL y savait donc une certaine logique dans la pensée que nous avions besoin d’un nouveau souffle pour les séduire. Malheureusement, avec le recul, nous nous sommes trompés sur la formule 2013. » lance Martin Whitmarsh dans Motorsport.

Le président de la FOTA précise plus loin que l’idée de ce moteur turbo 4cyl avait pour objectif de séduire d’autres constructeurs. La logique était principalement là. Sauf que cela ne semble pas le cas, signifiant qu’Audi refuse d’entrer en Formule 1 par exemple. Forçant alors la stratégie à changer pour non plus être ouverte, mais consolider les acquit d’aujourd’hui. C’est ainsi que l’objectif est d’avoir ente 3 et 5 constructeurs tout les ans et que la Formule 1 doit devenir une nouvelle plate-forme devant rester le pinacle du sport automobile. En cela, le choix se porterait désormais plus vers le V6.

« Nous avons besoin d’un son pour le moteur, c’est un atout essentiel pour notre sport. Si je parle pour moi, je serais probablement pour un V6 turbocompressé, car je pense que de plus en plus de voiture vont être turbocompressé. Un moteur en V convient à la structure d’une monoplace F1. »

Whitmarsh penche donc pour le projet Ferrari d’un V6 1800cm3 dérivée du V8 d’aujourd’hui. Un détail intéressant pour la suite des événements, car il signifie un changement de politique en Formule 1.

F1 – Quand Renault menace pour 2013

16 juin 2011 | 21 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses

Renault Sport et son président, Jean François Caubet tente de faire le forcing autour du futur moteur turbo de 2013. Dans Autosport, le français a indiqué des précisions dans son argumentation, qui toutefois sont assez troublantes pour le constructeur français.

Le constructeur au losange a annoncé qu’il avait débuté l’étude de ce moteur dès Septembre 2010. Au moment, ou rien n’était encore défini réellement. En Décembre, la FIA donne sa décision, mais celle-ci doit être approuvé visiblement par la FOTA, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. La première question est de savoir, si Renault n’a pas été un peu vite dans ses décisions.

Surtout qu’il semble clair que ce moteur 2013 est lié à l’avenir de la marque dans la discipline reine : « J’ai expliqué à Jean Todt et Bernie Ecclestone ce qui nous pousse à favoriser le nouveau moteur. Nous avons trois raisons : la première est que nous voulons travailler avec des technologies qui permettront de créer un lien plus fort entre la Formule 1 et le produit automobile. La seconde est la réduction des coûts et la troisième est la capacité d’obtenir de bons résultats. » L’argument donne l’impression que le moteur 2013 a été vendu à la direction de Renault- Nissan autour de ses trois points :

  • Créer un moteur qui a un rapport avec la voiture de Monsieur tout le monde
  • Réduire les coûts (alors que ce moteur coûtera une fortune)
  • Obtenir de bons résultats (discréditant les performances remarquables de son V8 actuel).

Mais Jean François Caubet est plus intéressant pour la suite : « Le problème de la pertinence de la production est un point clé pour nous. » Sous-entendu que le moteur 4cyl soit adopté quoi qu’il arrive, sinon Renault quittera la Formule 1, en suivant ses intérêts.

Cosworth cherche partenaire pour moteur 2013

16 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Le moteur turbo 2013 est une source de soucis pour Cosworth. Neutre dans la lutte d’influence entre certains motoristes et la FIA, le manufacturer anglais estime que le 4cyl serait catastrophique économiquement pour son modèle économique. Mais, au lieu de refuser en bloc, le choix de la direction a été plutôt de trouver une solution alternative.

« Cosworth pourrait facilement faire faillite,  si elle participe à la nouvelle formule moteur » estime une voix du paddock. D’ailleurs Mark Gallagher, patron de Cosworth, a indiqué que le problème principal du moteur 2013 était son coût : « certain de nos clients estiment que passer d’un V8 à un 4cyl signifie une réduction de 50% du prix. » la difficulté économique est donc visible.

Organisation indépendante, Cosworth avait chiffré au départ le moteur turbo à 30 millions d’euros de coûts de développements. Puis, des évaluations plus approfondis ont fait gonfler le chiffre à 60, puis 75 et désormais 150 millions d’euros,  réparties sur la période 2013-2017. D’après les calculs de la société, si elle garde trois clients, elle ne gagnera que 75 millions d’euros sur la période, soit la moitié du budget.

La seule solution ? Trouver d’autres partenaires pour rebadger le moteur et obtenir une subvention. Selon certains échos, il existerait des discussions avec un grand constructeur coréen, un indien et un groupe néerlandais

Concernant le groupe automobile coréen, le nom de Hyundai – KIA revient en tête, mais le constructeur reste vague dans sa stratégie autour de la Formule 1. Côté Indien, il semble que l’objectif se nomme TATA Motors, mais, ici encore rien ne filtre. Enfin, le groupe néerlandais semble être le nouveau groupe Spyker Cars qui est devenu il y a quelques semaines, Swedish Automobile. Cette société est la propriété de Michel Mol (actionnaire de Force India et de WilliamsF1) qui a toujours aimé la Formule 1. Reste à savoir, après avoir fait introduire pour plus de 250 millions d’euros de capitaux chinois dans SAAB, si l’homme d’affaire a les capacités financière de supporter un investissement de 75 millions d’euros pour faire la promotion de sa société SAAB Automobile.

Avant Poste : La FIA et son influence

15 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Tomorrow TV

L’émission web de TomorrowNewsF1 « TomorrowLine » est revenu Lundi  soir sur le Grand Prix du Canada  qui a vu la victoire de Jenson Button devant Sébastian Vettel et Mark Webber.

Voir la vidéo ? cliquez ici

La FIA et son influence

Bahreïn, moteur 2013 et enfin Calendrier 2012, il y a 10 jours environ, la Fédération Internationale de l’automobile a annoncée des mesures pour ses trois thèmes ; Concernant le circuit de Bahreïn, tout le monde le dit : victoire de la FOTA. Concernant le moteur 2013 ? L’ambiance est plus ambigüe. Il reste une vingtaine de jour pour prendre une décision. Le problème est que ce dossier tourne à la parodie de l’absurde.

D’un côté Ferrari et Mercedes-Benz ne sont pas contre le moteur turbo, mais plutôt en 2015 et de l’autre coïté nous avons Renault qui a déjà débuté depuis septembre 2010 l’étude et la conception de son moteur 4cyl 1600cm3 pour 2013. Alors, quoi faire ? La question est posée. Faire une équivalence pour 2013 ou 2014 ? Ou passé directement au turbo en 2013 ? Une chose est claire. Lors du vote du Conseil Mondial, Stefano Domenicali, représentant Ferrari, a voté contre et le vote par téléphone de Vijay Mallya n’a pas été validé. Donc la procédure de validation sème encore un peu plus le trouble autour de ce bloc moteur. Il est aussi clair que Jean Todt et la FIA ne souhaite pas lâcher sur ce dossier.

Autre sujet intéressant, le calendrier 2012. Présentée avec 21 dates au lieu de 20. Très rapidement Jean Todt a démenti et indiqué que le calendrier 2012 comporterait 20 dates. Or, dans les faits, il est possible d’avoir jusqu’à 25 dates. Fondamentalement les équipes ne sont pas contre, à une condition : Une augmentation des revenus FOM/ Résultat : statu quo.

Le dossier de Bahreïn mis de côté, le calendrier 2012 qui sera revue dans les mois à venir, il ne reste plus pour la FIA que le dossier du moteur 2013. Fondamental pour la guerre d’influence que semble progressivement perdre la FIA depuis quelques temps.

Analyse F1 sur les décisions de la FIA du 3 Juin

4 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Analyses

Finalement Jean Todt a un bon esprit. Il a écouté tout le monde et finalement décidé comme il avait pensé au départ. Voici ce que j’ai écris en commentaire sur la page Facebook de Tomorrownef1 à propos du communiqué de la FIA (voir ici, ici et aussi ici).

Le calendrier 2012

Le calendrier 2012 a d’intéressant le détail d’avoir franchit le cap psychologique des 20 courses par an. Avec un total de 21, rien n’empêche d’aller désormais à 25, comme sous-entendu l’an dernier par Bernie Ecclestone. En cela, la FIA brise les Accords Concordes en dépassant les 20 courses annuels détaillés dans les documents jusqu’en 2012. Pire, l’intersaison à l’avenir sera fortement réduite et la trêve d’Eté est certes fixée à 3 semaines (comme l’indique les Accords Concordes), mais l’ensemble parait trop soutenu. Notons qu’il existe une « constitution de la F1 » qui est un traité basique indiquant qu’un calendrier de plus de 17 GP doit avoir l’accord de toutes les équipes. Ce point sera intéressant à relever pour les semaines à venir…

Le Grand Prix de Bahrein

La réintroduction du Grand prix de Bahrein à un arrière économique et politique. Lorsque, le vice-président de la FIA a visité le royaume le 31 Mai dernier, il y avait encore des problèmes dans le pays et les militaires étaient encore largement présent dans le royaume. Ils ont quitté hier les positions, non sans heurt d’ailleurs. La situation, malgré l’Etat d’urgence levée,  n’est toujours pas vraiment stable. La décision de la FIA n’a donc de considération électorale (pour ne pas froisser les puissants Clubs et Fédérations automobiles de la région) et économique.  Car 30 millions d’euros seront réintroduit dans le chiffre d’affaire de la Formule 1, selon toute logique (via un mécanisme un peu plus complexe toutefois). La réintroduction du Grand Prix de Bahrein permettra d’unir un peuple qui se déchire depuis 6 mois, selon l’argumentaire officiel. La Formule 1 devient désormais sociale dans son approche de réunion des peuples. Un argument qui fera date pour l’avenir en cas de conflit sur un circuit.

Le moteur 2013

Enfin, concernant le moteur 2013. Jean Todt a écouté, fait des promesses, pour finalement décider de ne rien changer. Pas l’ombre d’une équivalence technique dans l’annonce d’aujourd’hui pour 2013 et 2014. Non, un 4cyl 1600cm3. Toutefois, une petite fenêtre de 30 jours est ouverte pour convaincre. Une tache difficile, car le Conseil Mondial a déjà fait le choix du président (qui n’a rien de personnel, mais qui influence visiblement beaucoup) au détriment de considérations économiques et même des fans….

FIA – Le moteur 2013 ne change pas. Mais…

3 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités, Technique F1

Le règlement technique pour 2013 a été approuvé:

- Les moteurs  seront des quatre cylindres, 1,6 litres à injection haute pression avec un maximum de 12.000 tr / min, avec système de récupération d’énergie qui reflète la décision prise par le CMSA en Décembre 2010

- Les règlements aérodynamiques ont été fondées sur ceux de 2011 , avec des adaptations afin d’améliorer l’efficacité aérodynamique: avec un effort à produire sur les train roulant, ce qui permettra une réduction de 35% de la consommation de carburant

- La hauteur de la pointe du nez sera limité afin d’éviter certain type d’accident.

- Une limitation sur les transmissions (rapports de vitesse, le nombre de boîtes de vitesses), afin de réduire les coûts.

- Le poids total de la voiture ne doit pas être inférieure à 660 kg

En consultation avec les principales parties prenantes, et à l’issue de cette consultation, un vote par fax par le CMSA pourrait être considéré au plus tard le 30 Juin pour  redéfinir la date de mise en œuvre de ces règles techniques.

Sous-entendu que la bataille continue autour du moteur, mais, déjà la pré annonce ne montre pas un degré d’ouverture d’esprit de la FIA. Pas d’annonce sur l’équivalence promis pour 2013 par Jean Todt avec le V8 actuel par exemple. Que des idées du président validés par le conseil mondial.


Page 1 sur 212


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu