Naviguer : Accueil >

F1 – Desperate Lotus Group

12 avril 2012 | 8 commentaires
Catégorie : Exclusif, Management, Marketing, Media

Communiqué du désespoir. Hier, sur son blog officiel, le constructeur Lotus fait le point sur les rumeurs de cette semaine. Toutefois, c’est surtout la rumeur 4 qui est intéressante.

« Les droits d’images et de commercialisation et activité ultérieurs de Group Lotus ne sont pas affectées par le nouvel accord au moins jusqu’en 2017. Parallèlement à l’image de marque qui continue et le statut de partenaire titre, le Group Lotus est également titulaire principal et exclusif pour toutes les marchandises Lotus F1 Team. » Indique le communiqué.

Mais c’est surtout cette partie qui est intéressante : « Le nouvel accord a été conclu à la suite de la disposition d’un prêt de 30 millions de £, qui est remboursable dans les trois ans, que le propriétaire de Group Lotus, Proton a accordé au propriétaire de l’équipe, Genii Capital. Afin de garantir le prêt Genii a accordé 100% des actifs de l’équipe F1 en garantie, donc les installations, machines, voitures d’expositions, ordinateurs et le siège de l’équipe Lotus F1 Team. »

La réalité est différente selon nos informations. Le prêt indiqué n’est pas un prêt envers Genii Capital, mais envers l’équipe Lotus F1 Team (comme Tomorrownewsf1.com l’avait indiqué ici), de plus, le constructeur n’héritera que de l’usine et pas de l’équipe F1 (Droit FOM, propriété intellectuelle et même personnel de l’équipe). Donc en gros une coquille vide ayant juste la valeur de la pierre. En échange de ce transfert du prêt SNORAS à Proton, le constructeur acceptait que sa filiale Lotus n’obtienne plus l’option de 50% du capital du team d’Enstone.

Toutefois, un autre détail est important : « En outre Proton conserve les droits d’achat de 10% de l’équipe F1. Une autre option de 10% sera activé si l’équipe fait défaut dans son obligation de prêt envers Proton »

Contradiction donc, le prêt est bien envers l’équipe et non Genii Capital comme indiqué plus haut. D’après nos informations l’option de 10% n’est pas du ressort de Proton, mais de Lotus Group. Ce qui est une nuance importante dans la situation d’aujourd’hui. Avec la question : Alors pourquoi Lotus Group n’active pas l’option ? La réponse : manque d’argent…

F1 – Les dessous du prêt Proton envers Lotus F1 Team

10 avril 2012 | 10 commentaires
Catégorie : Business News F1, Exclusif

Après plusieurs semaines la solution a été trouvée. L’équipe Lotus utilisera le nom de Lotus pour son équipe jusq’en 2017, en échange du manquement financier. De plus, Lotus Group aura le droit d’utiliser l’image de l’équipe à des fins marketings. Chose qu’elle faisait déjà, au grand dam d’Enstone. Tous les projets Lotus Group dans le sport présentaient le code couleur du team F1.

Le 3 Février 2012, l’équipe a obtenu de Proton l’équivalent de 43 millions d’euros de prêt avec option sur hypothèque sur l’usine d’Enstone, selon la première lecture. Ce qui signifie que si Genii Capital devait manquer son remboursement, ce n’est pas 50% de l’équipe que Proton pouvait hériter, mais 100%. Cette somme, répartie en trois tranches a été le fruit d’un accord entre les deux parties. Mais, la réalité est bien différente.

Selon nos informations, cette somme n’est pas un prêt et il n’y a pas d’option directe de rachat.  Proton ne le souhaite pas. En réalité, le constructeur malaisien a repris le prêt d’AB SNORAS, l’établissement bancaire lituanien. Ce dernier, sous la coupe d’un démantèlement n’est plus une place financière sûre pour ce type d’accord. Pour rappel, le prêt s’établissait sur une base de 20,5 millions d’euros (a rembourser d’ici décembre 2011), plus une ligne de crédit de 20 millions d’euros environ.

L’an dernier, Lotus Group n’a pas honoré l’intégralité de son contrat. 17 millions d’euros, sur 30. Depuis ? Plus rien. Une situation instable entre Proton et Genii Capital. D’autant que la signature de contrat de sponsoring entre Lotus et le fond luxembourgeois, n’oblige pas la tutelle du constructeur national pour combler le manque financier.

C’est pourquoi, le constructeur malaisien a accepté de reprendre ce qu’AB SNORAS avait accordé durant l’été 2010. Perusahaan Otomobil Nasional Sdn Bhd autorise une ligne de crédit de 43 millions d’euros à l’équipe de Formule 1, jusqu’en 2017. Avec des facilités très légères et principalement au bénéfice du propriétaire du team d’Enstone. Selon nos sources, les possibilités de reprise en cas de défaut sont très faibles.

En effet, le nouveau propriétaire de Proton Holding, le conglomérat malaisien DRB-Hicom, ne souhaite pas hériter de l’équipe F1. Actionnaire à hauteur de 42.7% environ depuis Janvier, il a validé cette ligne de crédit assez rapidement. La stratégie actuelle est de limiter la dette du petit constructeur anglais. D’autant que selon plusieurs sources récentes, certaines banques prêteuses du projet de Dany Bahar, refusent de confirmer leurs engagements et considèrent le projet comme non viable. Une situation économique très instable qui nécessiterait une injection d’argent frais compris entre 150 et 300 millions d’euros environ.

Lotus Group : réunion à Kula Lumpur pour l’avenir

15 mars 2012 | 1 commentaire
Catégorie : Automobile, Economie, Entrepreneurs

Nouvelle intéressante du côté de Lotus Group. Selon le magazine anglais Evo, le constructeur a temporairement mis en stand by le développement de ses modèles, y compris la prochaine Esprit. Tout cela à cause d’un prochain changement de propriétaire…

Dany Bahar, le PDG de Lotus Group a avoué au magazine Evo, que beaucoup de modèles en développement de la marque ont été suspendue suite à la décision du gouvernement malaisien de vendre sa participation majoritaire dans Proton. L’anglais s’annonce avoir été pris « totalement au dépourvu » par la nouvelle. D’autant que selon la loi des acquisitions en Malaisie, le gel est de trois mois minimum.

En Janvier, le gouvernement malaisien a vendu 42.7 % du capital de Proton au conglomérat malaisien DRB-Hicom pour 410 millions de dollars, et qui a ensuite ajouté 7% dans son portefeuille. Bahar a pris l’avion Lundi pour entrer en négociation avec les nouveaux propriétaires de Proton, afin d’assurer l’avenir du développement de Lotus.

Une vente de Lotus n’est toutefois pas impossible. En Février, Gérard Lopez a indiqué qu’un accord avec le nouveau propriétaire de Proton est possible à propos de la vente de Lotus Group. Le mois de Mars a été cité. Les négociations de Bahar à Kuala Lumpur sont donc cruciales pour l’avenir de la marque anglaise.

Reprise de Lotus Group par Genii Capital : réponse en Mars

8 février 2012 | 7 commentaires
Catégorie : Automobile, Entrepreneurs

Alors que Kimi Raikkonen dominait la première journée de test de Jerez au volant de la E20, le patron du fond d’investissement luxembourgeois, Genii Capital, Gérard Lopez confirme son intérêt pour la reprise du constructeur de voiture de sport Lotus Cars Ltd.

En octobre dernier, le trio composé de Dany Bahar, Eric Boullier et Gérard Lopez n’avait pas démenti l’intérêt d’une reprise du constructeur anglais par le fond luxembourgeois. 10 jours plus tard, Proton démentait fermement cette perspective. Mais, discrètement Genii Capital mandatait durant tout le mois de Décembre des analystes financiers pour étudier les comptes de la filiale du constructeur malaisien. Le résultat de cette étude restera secret, mais peu encourageante, d’après certain échos qui nous avait été parvenue à ce moment-là. L’affaire ne semblait pas bien engagée.

Toutefois, le lendemain de la présentation de la E20, Gérard Lopez a réaffirmé son intérêt pour Lotus Cars. « Globalement, je pense que nous avons montré de l’intérêt. Si nous croyons qu’il y a quelques choses de bon qui peut être fait par l’acquisition de cette société. »

En Janvier, le gouvernement malaisien a vendu 42,7% du capital de Proton Holding Behard au consortium DRB – Hicom pour environ 410 millions de dollars. Une situation nécessaire par rapport aux dettes du groupe automobile malaisien. Toutefois,  Gérard Lopez indique qu’un accord avec le nouveau propriétaire est possible et une vente de Lotus Group est sur le bonne voie : « Vous saurez dans les prochaines semaines, si oui ou non ils veulent vendre. Peut-être entre le milieu ou fin Mars. »

Economie – Proton accuse le coup

30 novembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Automobile, Entrepreneurs

Proton Holding Bhd a vu son bénéfice plongé de 76% pour le deuxième trimestre (terminé le 30 septembre), accusant un modeste 3,6 millions d’euros, contre 15.3 millions deux mois auparavant. La situation correspondait à la hausse des frais engagés par Lotus Group International Ltd depuis quelques temps.

Sur la période de 6 mois, le bénéfice se cumul à 4.7 millions d’euros, contre 35.6 millions l’an dernier. The StarOnline, indique que la hausse des dépenses de Lotus est principalement attribuable à l’amélioration des capacités, développement des infrastructures et des coûts de commercialisation via un plan quinquennal d’affaire.

Le constructeur malaisien compte beaucoup sur ses collaboration avec Mitsubishi Motors Corp et le chinois Hawtai Motors Group Ltd (qui devrait être finalisé d’ici la fin de l’année), pour développer son activité encore trop dépendante d’un marché intérieur qui a chuté ses derniers mois.

Lotus – Genii : La vérité derrière le communiqué Proton

14 octobre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Entrepreneurs, Exclusif

Mercredi, quelques instants avant la clôture des marchés à Kuala Lumpur, le communiqué tombe. Cinglant. « Il n’y a pas de plans ou discussions sur le fait que Proton vend une participation de Lotus. Ce sont juste des spéculations.  » Proton dément fermement la rumeur, qui est née dans le paddock de Suzuka le samedi d’avant et qui commençait à gagner de l’influence auprès des analystes financiers Malaisiens.

Le lendemain, jeudi, l’action Proton avait perdu 2% dès le début de la journée, en parallèle, dans la presse locale, les analystes sont divisés sur le sujet. La rumeur indiquait la vente prochaine de Lotus Group International Ltd à Genii Capital, propriétaire de l’équipe Lotus Renault GP. Une action qui pourrait même porter le fond luxembourgeois à la majorité du capital de la marque anglaise. La continuité logique d’une collaboration assez longue entre les deux entreprises.

Retour en arrière. Lors de l’annonce du partenariat sponsoring avec Lotus Cars, Gérard Lopez avait clairement indiqué que les liens entre les deux parties remontaient à 2009. Pis, tout le monde savaient que Genii Capital avait souhaité reprendre, déjà, la filiale de Proton Holdings Bhd. En Avril, en marge du Grand Prix de Malaisie, un communiqué commun indiquait un projet moyen-terme, via la filiale Genii Capital Exchange, dans le but de développer la marque Malaisienne en Europe centrale, Brésil et en Russie, via un système innovant de covoiturage.

Selon un rapport d’OSK Research, daté d’Août, Proton a souscrit auprès des banques asiatiques un prêt d’environ 480 millions d’euros sur 5 ans pour soutenir l’effort du programme Lotus Cars. Ce même rapport souligne le manque de liquidité pour Proton à partir de ce moment là. En Avril 2011, Lotus Cars Ltd, a sécurisé un nouveau plan de financement, via un autre prêt de 300 millions d’euros environ auprès des établissements CIMB Bank Bhd, Malaisie Banking Bhd, Oversea-Chinese Banking Corp Ltd, Export-Import Bank of Malaysia Bhd, Affin Bank Bhd et EON Bank Bhd. En Mai, le directeur général du groupe Proton, Datuk Seri Syed Zainal Abidin Syed Mohamed Tahir, a déclaré que le constructeur malaisien allait dépenser en capital (CAPEX) cette année, 370 millions d’euros, dont 50% allait à Lotus pour ses activités – installations, technologies et développements produit.

Sauf que dans les faits, Proton va mal. Dès Janvier 2011, la banque d’investissements Maybank avait pointée du doigt le taux d’endettement du constructeur national de Malaisie, qui a affiché une perte financière au 3ème trimestre 2010 de 15 millions d’euros. 2011 n’est guère fameux, selon les analystes du secteur.

Nous comprenons que les prêts contractés autour du développement de Lotus Group, sont garanties par Proton Holding Bhd. Ce qui signifie que les banques pourraient, en cas de changement de propriétaire de la marque crée par Colin Chapman en 1952, se retourner vers le constructeur malaisien, pour honorer la dette. Ce qui explique la communication de Proton ses dernières 48h.

Nous entendons également qu’un audit demandé par Genii Capital est en cours. Sans en savoir plus pour l’instant.

Mitsubishi partenaire de Proton

15 septembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités

Ce jeudi, Mitsubishi Motors Corp a annoncé une collaboration stratégique avec le constructeur malaisien Proton. Un retour aux sources entre les deux partenaires.

En 1983, L’Etat Malaisien avait souhaité un accord avec Mitsubishi (en échange de 17,5% du capital) pour al construction d’une usine et d’une voiture Malaisienne sur la base de la Colt/Lancer (mais Proton a aussi fabriqué la Citroën AX en 1997).

Proton avait discuté avec PSA, GM et VW pour son futur développement. En vain. C’est donc finalement MMC le nouveau partenaire. Les deux groupes étudient une fabrication de véhicules Mitsubishi en Malaisie et une coproduction de moteurs. A l’ordre du jour, un partage de technologies à valeur ajoutée (électrique, hybride).

Proton est le propriétaire de Lotus Cars.

Cette 3ème Lotus chinoise

9 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités

Novembre 2006, le constructeur malaisien passe un accord avec un constructeur d’autocar chinois, Jinhua, afin de produire en kit, avec les conseils de Lotus Cars des Proton sur le marché de l’Empire du milieu, sous la marque Youngman. Une logique du constructeur malaisien qui visait une expansion de sa production sur des marchés porteurs. A la même époque elle a signée avec l’Arabie Saoudite pour co créer le National Program for Automobile Technology,  pour construire des Proton sous le nom de Asselah, avec le concours de Lotus Engineering. Un contrat devant sur le papier rapporter plusieurs dizaines de millions d’euros par an.

La stratégie Proton, pourtant,  se goupille assez mal et le partenaire chinois, souhaite en 2008 que le nom de Lotus soit associé à Youngman. Ainsi est né, par la volonté des choses,  Lotus Youngman en Chine.

Cette société, qui a produit sa première véritable voiture en Avril 2011, la Lotus L5, avait le droit d’exploitation de la marque Lotus en Chine ? Absolument pas. A l’origine Proton avait accepté le droit d’exploitation de la marque Lotus  en échange de ne pas exporter sa production. Sauf que l’accord ne concernait que les Proton sous licences, mais  la dernière née, la fameuse L5,  est une production chinoise qui sera exportée sous le nom de Lotus.

Une visite sur le site internet du constructeur chinois  permet aussi de constater qu’il revendique la filiation avec le constructeur anglais et pire, son service compétition se nomme Lotus F1.

Les relations entre les deux sociétés sont pourtant devenue froide ces derniers mois, Lotus Youngman a d’ailleurs présenté, comme un signe de conciliation, une Lotus Europa, ex Proton Leikir. Reste une question. Cette 3ème Lotus fera t’elle l’objet d’un procès massif ?

Merci à Joest Jonathan Ouaknine du leblogauto.com pour son aide

Lotus Group : entre recadrage et modèle d’affaire bis

3 juin 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Il y a quelques temps, lors d’un diné avec les journalistes, Dany Bahar avait évoqué la possibilité que Proton se désengage de Lotus Cars et qu’une possibilité de Joint venture ou rachat par un constructeur (Toyota) voir d’une introduction en Bourse sont en projet. Alors, l’inquiétude pouvait craindre le pire. A cela, Proton a déjà réagit.

Dès le 31 Mai et sous la pression de Proton, Dany Bahar a réaffirmé que le constructeur malaisien était à 100% avec la marque anglaise (voir ici). Une remise à l’heure des pendule qui ne cache toutefois pasun futur plan de licenciement de  99 personnes  et que certain projet auront du mal à survivre au plan d’affaire proposé par le PDG de Lotus.

Nous entendons par les déclarations de Bahar une mauvaise interprétation des propos. Proton a garanti 1 milliards d’euros d’investissement pour l’avenir de Lotus. Une garantie bancaire sous forme de caution. A charge à Bahar de garantir un modèle d’affaire pour rembourser ce prêt de la Khazanah Nacional Berhad. Le développement de la gamme est donc une logique. Mais la création d’une seconde usine dans le Norfolk est pour le moment au point mort et environ 270 millions d’euros ont été trouvé auprès de banques chinoises et asiatiques pour assurer les premiers remboursements du prêt qui devait pourtant débuter en 2015, mais le temps presse.

Bahar dispose d’un plan qui consiste à introduire un autre partenaire à terme dans Lotus, si les retards sur le plan s’étendent dans le temps. Ceci n’est donc qu’une projection d’avenir, mal interprété. Pour l’instant, Proton laisse un répit à Bahar, mais ce dernier est sommé de mesurer ses interventions à l’avenir.

F1 – la stratégie financière de Proton – Lotus

1 mars 2011 | 15 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Proton a perdu de l’argent lors de l’exercice 2010 – 2011 qui se terminera le 31 Mars 2011. Les analystes du secteur son déçus par les performances économiques de la marque Malaisienne, mais cela à une cause principale : Lotus Group.

En Janvier, la Banque d’Investissements de Maybank estimait que Proton dépensait trop d’argent pour sa filiale Lotus. Le projet de 5 ans d’une valeur de 913 millions d’euros (533 millions pour le produit et 380 millions pour le marketing) qui serait beaucoup trop coûteux pour la marque nationale. Sur le principe, ce financement est indexé sur deux prêts : un de l’Etat et l’autre auprès d’établissement financier privés. Pour le troisième trimestre de l’exercice, la perte affichée se fixe à environ 15 millions d’euros, contre un bénéfice de 19 millions d’euros l’an dernier (le bénéfice total était de 47 millions d’euros). Sur le principe, Proton est rentable mais Lotus Group lui pèse de plus en plus.

Les hauts responsables de l’Etat Malaisien ont indiqué, pour rassurer, que les résultats financiers de Proton était prévu afin d’améliorer d’ici une ou deux années la restructuration de Lotus.

Car le temps presse, le plan Proton – Lotus indique une rentabilité de la marque anglaise à l’horizon 2015 maximum.  Mais un autre problème apparait pour la marque Malaisienne. Sa propre gamme dont les plates-formes commencent à vieillir. En effet, la marque ne semble plus avoir les moyens de renouveler sa propre gamme selon les analystes.  Les bénéfices depuis quelques temps, sont essentiellement dû à des modèles ayant une structure technique d’environ 15 ans et encore hérité de son partenariat avec Mitsubishi. Mais, le temps semble aussi pressé pour trouver un nouveau partenaire technique. PSA et VW ont tenté leurs chances en vain jusqu’à présent.

F1 – Proton refuse de donner 44M€ à Fernandes

17 février 2011 | 8 commentaires
Catégorie : Actualités

Nouvelle bataille de chiffre et de communication entre Lotus Group/Proton et Tony Fernandes à propos du règlement de l’affaire sur l’exploitation de la marque Lotus à terme et en Formule 1. La semaine dernière, l’homme d’affaire malaisien avait annoncé que le constructeur anglais et son propriétaire puis avait proposé 7 millions d’euros pour régler le problème.

C’est au tour de Proton d’annoncer que Tony Fernandes demanderait pour toute contre partie à cette affaire la somme comprise entre 28 et 44 millions d’euros. Sommes correspondant au manque à gagner sur l’impact de la marque Lotus sur ses partenaires et sur la compensation des droits TV FOM touchée par l’équipe sous le nom de Lotus Racing et qui seront perdue en cas de changement de nom. Une proposition qui a été refusée par Proton : « Impossible de quelques manières possible que 1 Malaysia Racing Team nous obligent à compenser un problème qu’ils ont causé. »

La question qui sera entérinée le 21 Mars prochain sera justement de savoir « qui a causé cette situation ? »

Déjà, durant l’hiver, Tony Fernandes, lors des premières médiations organisé par l’ancien dirigeant du pays et toujours influent,  Dr Tun Mahatir avait réclamé la somme de 60 millions d’euros, qui représentait à l’époque son investissement dans l’équipe durant l’année 2010. Rappelons que l’homme d’affaire a investit à « titre personnel » environ 37 millions d’euros dans le développement de l’équipe.

Proton soigne son image au salon de Kuala Lumpur

6 décembre 2010 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Analyses

proton_lekirIntéressant prototypes qu’a présenté la marque Proton lors du salon de Kuala Lumpur. Deux machines, rebagées, proche de la série, car dérivée de modèle ayant déjà connue les chaînes de montages. Mais ce coté sportif de Proton est peut-être un signe d’avenir.

Proton a donc présenté la Leikir, qui est une ex Lotus Europa avec un nouveau logo et une nouvelle motorisation. Cette voiture était déjà construite par la marque Malaisienne pour le compte de Lotus Cars avant d’être stoppé pour des raisons économiques (vente en net retrait depuis quelques temps). Mais, la marque a aussi présenté la Jebat, qui est une Mitsubishi Lancer Evo X avec un nouveau logo et moins de puissance.

Ses deux modèles, ajouté avec des séries spéciales Lotus Racing très sportive, démontre une certaine envie de sportivité et de légitimité sportive pour la marque Proton.

Généralement, l’aspect sportif pour un constructeur permet de réaliser deux choses : Démontrer son dynamisme ou alors confirmer un engagement sportif

Proton confirme discuter avec Renault F1 Team

3 décembre 2010 | 12 commentaires
Catégorie : Actualités, Business News F1

proton_Lotus CarsAlors que Gérard Lopez a indiqué que les discussions entre Proton et Renault F1 Team ont eu lieu, mais au-delà de la Formule 1 (voir ici). Toutefois rien n’est encore signé.

Datuk Syed Zainal Abidin Syed Mohamed Tahir, directeur de Proton a confirmé au quotidien The Star que les pourparlers avec Renault F1 Team sont en cours de finalisation, ajoutant que le constructeur automobile souhaite avoir son équipe de Formule 1 dès 2011.

« Oui c’est l’intention. Une décision sera prise bientôt. Elle a été faite pour faire une plus-value de la marque Lotus. En tant qu’actionnaire nous devons nous assurer le suivit de notre marque. Nous sommes proche, que ce soit 25% ou autre, se sont des choses que nous discutons. Il est encore trop tôt pour indiquer le pourcentage exact, mais il doit y avoir une position où nous pouvons contrôler notre image et notre marque. »

Selon le patron, la Formule 1 a un impact direct sur les ventes des voitures de route.

Notons que le gouvernement malaisien étudie depuis quelques jours un projet de fusion entre ses deux constructeurs : Proton et Perodua, afin d’avoir un constructeur puissant et unique dans la région sud -est asiatique.

La Malaisie et ses ambitions pour Proton

3 décembre 2010 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1

malaisieLe gouvernement malaisien a décidé d’ouvrir son marché automobile aux acteurs extérieurs, tout en souhaitant renforcer ses acteurs locaux, en les poussant à fusionner. En effet, Proton et Perodua, les deux constructeurs locaux, vont se rapprocher à terme pour créer un groupe plus puissant et compétitif pouvant produire plus de 400.000 voitures par années. Cette volonté politique d’offrir un acteur compétitif dans cette région du monde, explique pourquoi Proton souhaite pousser sa marque Lotus Cars sur le devant de la scène.

En septembre dernier, le gouvernement du pays a annoncé son intention d’être plus compétitif fiscalement afin d’attirer des investisseurs étrangers dans sa péninsule. Une forte réduction d’impôt et des avantages territoriaux ont été approuvés pour permettre l’installation d’usine en Malaisie afin de doper l’économie locale.

Un changement politique important, car le pays était très fermé sur son industrie ses 20 dernières années, afin de privilégier sa marque Proton et son expansion. La marque avait annoncé en 2007  un projet de voiture islamique, sorte de Dacia Logan exclusivement vendue dans les pays musulmans. Mais aussi la volonté de produire 30.000 voitures écologiques électrique) d’ici 2011/2012.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu