Naviguer : Accueil >

Red Bull devient équipe usine Renault

14 septembre 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Marketing, Technique F1

Red Bull est maintenant la nouvelle équipe d’usine de Renault, c’est ce que clame le patron de l’équipe autrichienne, Christian Horner, après la prolongation de contrat de cinq ans annoncée à Monza.

« Le partenariat avec Renault/Nissan est très important pour l’équipe. Il nous garantit la stabilité et fait de nous la première équipe d’usine pour Renault Sport. Ainsi nos hommes et ceux de Renault travailleront main dans la maison, » déclare Horner.

Le Britannique ajoute que Red Bull et Renault créeront également une joint venture pour fournir boîte de vitesses et KERS à d’autres équipes. Team Lotus est déjà cliente, HRT pourrait le devenir.

« C’est une marque de confiance réciproque entre deux champions du monde. Deux champions du monde qui décident de s’associer sur une période inhabituellement longue dans le monde de la Formule 1. Ca représente un engagement que je qualifierai de profond et de stable. Vous savez que dans notre monde, la stabilité des équipes techniques de haut niveau qui travaillent ensemble de manière très étroite produit des résultats. Et nous savons aussi que l’équipe technique de RBR a une créativité extrêmement poussée dans le domaine de l’aérodynamique châssis. Nous savons très bien que le moteur ce n’est pas simplement un niveau de puissance ou un niveau de couple, c’est la capacité à produire des caractéristiques qui permettent au châssis d’être redoutable d’efficacité sur le plan aérodynamique. Donc nous avons à cœur au travers de cette collaboration rapprochée non seulement de rester le meilleur moteur du plateau mais aussi celui qui permet au châssis, par ses qualités, d’être le meilleur à son tour en terme d’aérodynamique », ajoute Carlos Tavares, le bras droit de Carlos Ghosn chez Renault.

Red Bull aidera également Renault sur son futur V6. « Pour développer ce V6 turbo et son système électrique, nous avons besoin de travailler avec une grande écurie. Nous sommes à l’aise sur la partie V6 turbo. Mais pour parfaitement intégrer le système électrique à la monoplace, nous sommes persuadés qu’il faut travailler avec une équipe du calibre de Red Bull, » conclut Jean-François Caubet.

Source  : NextGen Auto

Red Bull prolonge jusqu’en 2016 avec Renault

9 septembre 2011 | 3 commentaires
Catégorie : F1 Leaders, Marketing

Red Bull Racing et Renault Sport F1 sont heureux de confirmer l’extension de leur partenariat pour une durée supplémentaire de cinq ans. Au cours de cette période, un nouveau moteur V6 Turbo de 1.6L et système de récupération d’énergie, plus économe en carburant sera introduit et bénéficiera pleinement de cette collaboration étendue.

Renault Sport souhaitait un accord long terme avec son partenaire champion du monde 2010. L’objectif était de faire de Red Bull l’équipe de développement du futur moteur V6 français. Les précédentes discussions entre les deux parties indiquaient un accord 2012-2013, avec une option pour 2014. La création d’une Joint-Venture technique entre Red Bull Technology et Renault Sport F1 est une solution d’intégration, trouvée par le constructeur français, pour garder son partenaire jusqu’en 2016.

Le communiqué entre les deux parties laisse sous-entendre un partenariat privilégier entre Red Bull Racing et Renault Sport F1 dans la conception du futur moteur V6. « qui sera disponible pour les autres partenaires. » Un détail intéressant, signifiant probablement que RBR aura le bénéfice d’un moteur gratuit pour 2014-2016.

La proposition incroyable de Ferrari à Newey

2 septembre 2011 | 12 commentaires
Catégorie : Transferts

« Sébastian possède un grand talent et a la capacité de résister à la pression. Beaucoup de pilotes rêvent de piloter pour Ferrari et Sebastian y serait clairement accueilli à bras ouverts. Un jour, cela pourrait arriver. Si vous ne pilotez pas pour Ferrari, votre carrière n’est pas totalement achevée. » lance au espagnol Fernando Alonso dans SportBild, après le GP de Belgique. Une petite déclaration qui fait échos à une manœuvre importante de la Scuderia Ferrari autour d’Adrian Newey.

Lorsque le 14 Mars 2011, Red Bull Racing a annoncé le renouvellement de 50 personnes importantes dans le team, jusqu’en 2014. Le nom d’Adrian Newey était stratégique. L’ingénieur anglais touchera un salaire de 9 millions d’euros annuels de 2012 à 2014. Un record. Toutefois, dix jours plus tard, la BBC a annoncée que la Scuderia Ferrari a tentée, par deux fois en 2010, de sonder Newey  pour explorer l’idée d’un transfert. Mais sans aller au point de discuter du salaire.

Un échec qui ne semble pas avoir résigné l’équipe italienne. Une rumeur étonnante à SPA Francorchamps faisait état d’une offre mirobolante de l’équipe italienne à Newey. Un chèque de 20 millions d’euros de salaire annuels. Refusé par l’ingénieur anglais. Ce contrat disposait d’une clause de précontrat offrant 3 millions d’euros annuels de 2012-à 2014, pour ensuite venir chez Ferrari en 2015.

Sachant que le contrat Red Bull Racing de Sébastian Vettel est indexé sur celui d’Adrian Newey dans le temps, la Scuderia Ferrari tente d’obtenir les deux à l’horizon 2015.

Transfert 2012 : le point (Update: 01/09)

1 septembre 2011 | 8 commentaires
Catégorie : Transferts

Le jeu des chaises musicales est toujours actif:  Si Jarno Trulli semble avoir signé son contrat avec Team Lotus pour 2012, Mark Webber est lui certain d’être encore chez RBR l’an prochain. Jenson Button, lui attend que McLaren lève son option pour 2012 Voici pour le point sur les transferts :

Voici le point sur les rumeurs et les line-ups :

  • Red Bull : Vettel – Webber
  • Ferrari : Alonso – Massa
  • Mercedes : (Schumacher – Rosberg)
  • McLaren : (Button) – Hamilton
  • LRGP : Petrov – (Grosjean, Kubica, Senna)
  • Toro Rosso : (Buemi, Ricciardo – Alguersuari, Vergne)
  • Lotus : Trulli – (Kovalainen, D’Ambrosio, Grosjean, Razia, Van der Garde, Pic)
  • Force India : (Sutil -  Di Resta, Hulkenberg)
  • Virgin : Glock – (D’Ambrosio, Van der Garde, Grosjean, Pic…)
  • HRT : (???? – ????)
  • Sauber : Kobayashi – Perez
  • Williams : (Barrichello, Grosjean, Kovalainen, Hulkenberg) – Maldonado

Note du Mardi : l’ère des équipes constructeurs d’automobiles

30 août 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Note du Mardi

Pour le salon de Francfort 2011 (du 15 au 25 septembre), la société Infiniti va présenter un concept car de sa voiture FX50 « Sébastian Vettel Edition. » Un cross over à la mode tuning outre-rhin, discret, mais efficace. La première incursion de l’accord entre Red Bull Raing et Infiniti, important économiquement pour l’équipe championne du monde 2010.

La filiale du marché premium du groupe Renault-Nissan a fait le choix de la Formule 1 pour acquérir rapidement une image en Europe. Inspiré par Subaru, qui est devenu une marque de voiture de caractère via ses succès en WRC avec son Impreza, Infiniti a noué un accord avec Red Bull Racing, pour établir une gamme de modèle sportif au niveau des BMW M, Audi S et Mercedes AMG.

Une démarche intéressante pour Red Bull Racing, qui confirme une tendance lourde des équipes F1. Ferrari est un constructeur, McLaren aussi, Team Lotus via Caterham entre dans le mouvement, Lotus Cars est un constructeur, Williams souhaite renforcer ses liens avec Renault et surtout Jaguar, Virgin Racing avec Marussia et Mercedes GP est une équipe de constructeurs. Pour RBR c’est un moyen original, pour permettre à terme d’obtenir une autonomie financière à l’équipe F1 et faire baisser l’influence marketing de Red Bull dans le budget.

Il n’est pas impossible que le programme Infiniti – RBR porte sur une gamme de voitures hautes performances, pour un total de 5.000/7.000 exemplaires par année (sur 25.000 en Europe). Le deal pourrait rapporter 1 milliards d’euros sur une période de 7 ans, pour l’équipe autrichienne. Loin d’être négligeable donc et une indication sur le réel deal entre les deux parties signé en Mars dernier.

Actuellement Red Bull investit 70/75 millions d’euros par année dans son équipe de pointe. Depuis 2009 la tendance est à la baisse. Une situation qu’il va falloir compenser un jour, pour rester dans un bon niveau financier à l’avenir. Le deal Infiniti pourrait lui rapporter environ 100/150 millions d’euros par année. Ce qui rendrait l’équipe autonome. Selon les estimations.

Cette tendance est intéressante, car elle fait face à la crise économique et à la baisse des investissements marketing des grandes marques. L’image ne suffit plus pour assurer l’avenir économique d’une équipe et la diversification s’impose. Le marché automobile est un lien naturel pour les équipes de Formule 1 qui tende à ouvrir une nouvelle ère. Après l’ère des équipes rachetées par des constructeurs automobiles, voici l’ère des équipes devenant constructeur automobile.

Abonnez vous à la page Facebook de la Note du Mardi en cliquant ici

M. Webber prolonge avec RBR pour 2012

27 août 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Transferts

[English Version] Mark Webber restera une année supplémentaire dans l’équipe Red Bull Racing après avoir signé sa prolongation d’une année.

Les discussions avaient débutés longtemps auparavant. Au moment ou l’équipe avait renouvelé Sébastian Vettel jusqu’en 2014. Le pilote australien ne se trouvant pas en position de force par rapport à son équipe, a gardé le contact.  Mais, ses agents ont tout de même cherchés à signer dès Juin un nouveau contrat. La rumeur Ferrari ne devait servir que les intérêts et forcer la main et les tentatives de dépassements de Webber sur son équipier allemand lors des derniers tours du GP d’Angleterre, accélérer le processus. Au plus vite.

Une des exigences de Webber était le salaire. Valeur d’équité sportive pour lui. Actuellement payé 8 millions d’euros (source BusinessBookGP 2011), il en souhaitait 10 millions en 2012. Comme Vettel.  Il semble que cette valeur ait été accordée après la réunion en Autriche entre le pilote australien et Dietrich Matershitz, entre le GP d’Allemagne et de Hongrie.  Mais cela ne devait pas être le cas au départ. RBR souhaitant baisser son salaire à 6 millions d’euros, selon les estimations.

L’autre exigence était l’équité technique. Le pilote australien souhaitait le même matériel que son équipier. Toutefois, il semble qu’il n’y aura plus d’équité sportive. Vettel probable double champion du monde, bénéficiera d’une préférence stratégique en course de la part de l’équipe. Une mesure obligatoire qu’a finalement acceptée Mark Webber.

Ce dernier préfère penser qu’il bénéficiera d’un très bon matériel lui permettant de viser la victoire en 2012 et d’affirmer sa valeur sur la piste.

Le projet Infiniti – Red Bull Racing

6 août 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Automobile, Marketing

Le constructeur automobile de luxe nippon, Infiniti, filiale du groupe Renault-Nissan,  va produire une gamme  de voiture de route haute performance d’ici 2012/2013,  avec l’équipe championne du monde de Formule 1 2010, Red Bull Racing. La maque japonaise est déjà sponsor de la seconde depuis quelques mois.

En Mai dernier, Simon Spourle, l’homme fort d’Infiniti en Europe, avait déjà annoncé une voiture de route avec le label RBR, sous la forme d’une série limitée entre 500 et 2.000 exemplaires. Le week-end dernier, le patron de l’équipe Red Bull Racing, Christian Horner,  a aussi confirmé le projet,  précisant que les ingénieurs de Red Bull Technology (filiale technique de l’équipe F1) sont tout à fait capable de prendre en charge un tel projet.

Lire la suite de l’article si vous le souhaitez en cliquant ici

GP Hongrie – Une affaire de « bouton »

31 juillet 2011 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Rumeurs

Il est vrai que Red Bull Racing a utilisé un de ses jokers pour retoucher la RB7 de Sébastian Vettel la nuit du vendredi au samedi. Mais, il semble que cela n’explique pas vraiment la pôle position du champion du monde 2010, ni le retour de McLaren au premier plan. L’affaire du « bouton » apparait dans le paddock.

Le problème du Hungaroring est le sous-virage. Vettel en avait souffert vendredi et Ferrari c’est efforcé de jouer sur les réglages durant tout le week-end avec le résultat suivant : Massa, avait un peu plus d’appuis (question de sensibilité) que Alonso et il est devant l’espagnol sur la grille de départ. Mais, le plus intéressant est l’après qualification et les déclarations du double champion du monde : « c’est bon j’ai fait une erreur. Mais même si nous mettons ensemble notre meilleur temps intermédiaire, nous sommes au niveau de Button et pas plus. Les autres ont le « bouton magique » pour gagner en Q3, nous n’avons pas ce bouton. Mais si demain nous pouvons gagner, il faut voir pourquoi les autres sont si forts le samedi. »

La parole laisse entendre que Red Bull et McLaren ont un quelque chose en plus et le débat dans le paddock est lancé depuis hier. Certain pense que cela provient du KERS, en ce basant sur Webber qui a eu des problèmes avec son récupérateur d’énergie durant la qualification, augmentant son frein moteur. Mais il pourrait qu’il en soit différemment et complémentaire.

Le retour des diffuseurs soufflés pourraient être l’explication, car la Scuderia ne maitrise pas véritablement le système et dispose d’une version hybride ne fonctionnant qu’à 50% de ses capacités. Tandis que Red Bull et le nouveau système McLaren –Mercedes (introduit à Silverstone et amélioré ensuite) permet une exploitation maximal des flux d’échappements.

A moins que l’astuce n’est ailleurs, car McLaren et Red Bull ne semblait pas vraiment se plaindre de sous-virage sur la piste du Hungaroring….

Webber – Red Bull : une question d’influence pour un contrat

11 juillet 2011 | 5 commentaires
Catégorie : Analyses

Les derniers tours du Grand Prix d’Angleterre ont été terribles pour l’ambiance chez Red Bull Racing. Mark Webber, troisième attaquant son équipier Sébastien Vettel, alors 2ème et ignorant les consignes des stands. Après la course, une guerre des mots s’installe. Webber indique « les consignes d’équipes ne servent à rien » tandis que Christian Horner précise qu’il va avoir une discussion avec son pilote très rapidement.

Un curieux remake que le GP d’Angleterre. Avant la course, Webber avait salué, avec ironie, l’harmonie entre Red Bull Racing et Sébastian Vettel, s’excluant lui-même de cette famille uni autour de l’enfant prodige. La séquence d’hier était intéressante à plus d’un titre. Certain y voit la fin de la collaboration entre l’australien et l’équipe autrichienne. Mais il pourrait en être autrement.

Souvenez-vous du GP de Turquie 2010. La collision entre Vettel et Webber avait provoqué quel effet pour l’équipe autrichienne ? En pleine polémique elle prolonge rapidement d’une année l’australien dans les conditions qu’il souhaitait. Ici, le pilote n’a pas respecté les consignes de son team, mais qui n’aime pas les consignes d’équipe ? Dietrich Mateschitz, patron de Red bull en personne,  qui a publiquement indiqué qu’il n’était pas favorable à ce type de management.

Le duo Briatore – Webber, sentant que Ferrari ne souhaite pas obtenir les services de l’australien, visent désormais une prolongation chez Red Bull Racing, mais avec les mêmes avantages que cette année et non plus une baisse de salaire (8 à 6 millions pour 2012 par exemple). L’homme d’affaire italien estime que C. Horner pratique un management de compromis et non d’affrontement. Il cède à chaque problème confrontant ses hommes par un compromis en faveur de tout le monde.

Il est donc possible que Webber ait joué cette carte personnelle pour les trois dernières tours du Grand prix d’Angleterre : obtenir son contrat 2012 plus rapidement que possible.

Diffuseurs soufflés – discorde et tension à Silverstone

9 juillet 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Technique F1

Belle joute verbale entre Martin Whitmarsh et Christian Horner hier en conférence de presse. Au point de créer une ambiance assez tendu durant les Essais libre et la réunion FOTA qui a suivi. La cause principale étant l’affaire des diffuseurs soufflés et des ajustements de règlement de dernière minute.  La FIA a provoquée une petite réunion, hier soir, sur le sujet avec les motoristes (Mercedes-Benz, Ferrari et Cosworth).

Hier, en conférence de presse, Horner et Whitmarsh se sont affrontés verbalement, se coupant la parole, se répondant dans le bruit et piquant l’autre. Au départ, la FIA n’autorisait que 10% des flux d’échappements, une fois que le pilote lève le pied de l’accélérateur, supprimant ainsi tout avantage du précédent système. Sauf qu’un premier ajustement a remonté le taux à 20% et finalement à 50% réduisant ainsi la mesure. Martin Whitmarsh précise qu’il y a eu 6 directives techniques encadrant ce changement de règlement, pour assurer un consensus non douloureux sur le changement En vain.

Renault a invoqué un problème de fiabilité, si les flux d’échappements étaient inférieur à 50%, ce qui aurait cassé son moteur et donc bouleverser le championnat. La FIA a reculée pour accorder le bénéfice du doute au moteur français. Réduisant ainsi la marge de manœuvre et le bouleversement attendu. Un passe droit ? Pas vraiment, car dans la joute verbale entre le patron de McLaren et celui de Red Bull, Horner a dévoilé que Mercedes-Benz disposait aussi d’un accord qui lui permet d’exploiter ses moteurs sur 4cyl lorsque celui-ci est en sous régime. Une concession accordée par la FIA juste avant le GP d’Angleterre à Mercedes-Benz.

Une situation qui trouble le jeu, car finalement tout le monde fait ce qu’il souhaite et la FIA reste limité dans son action et son contrôle, qu’elle a pourtant provoquée. McLaren et Mercedes estime que 50% du flux d’échappements est toujours un avantage aérodynamique, tandis que son système répondait à la nouvelle règle des 10%.

Charlie Whiting a convoqué une réunion avec les patrons de Ferrari et Mercedes pour parler longuement de cette affaire des 50% accordé à Renault. Mais la situation reste toujours la même pour le moment, et une décision sera prise ce samedi matin avant 11h. Il est toutefois entendu que la tension est t’elle que la Fédération pourrait bien abandonner son intention de remettre en cause le principe du diffuseur soufflés pour 2011. Ou alors, comme la deuxième idée est dans l’air, permettre les 50% pour tout le monde…

Beaucoup d’équipes pensent qu’il faut utiliser les 6 directives techniques et l’expérience de Silverstone pour 2012. C’est d’ailleurs le sentiment général. L’objectif est de repousser le changement de règlement pour 2012 et non dès aujourd’hui. « Il aurait été préférable de traiter ce cas en fin d’année, car vous avez le temps de modifier votre voiture avant le début du championnat et le problème est que beaucoup d’équipes ont développé un système autour de ce point de règlement. Changer a donc un coût humain, d’effort et d’argent et c’est déroutant, pour nous, les fans et cela donne une source de confusion à la Formule 1. C’est donc là ou nous sommes. » Conclu en fin de conférence de presse Christian Horner.

La philosophie de Toro Rosso

8 juillet 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Lorsque Red Bull a racheté Minardi durant l’été 2005, le projet était de faire de cette équipe une junior team de Red Bull Racing. D’ailleurs les rôles sont clairement définis dans la hiérarchie de la boisson autrichienne comme le souligne Franz Tost au New York Times :

« La philosophie est clairement définie. Red Bull Racing est l’équipe qui gagne. Cela a toujours été le but. Tandis que Toro Rosso doit éduquer les jeunes pilotes Red Bull pour qu’ils deviennent des futurs pilotes Red Bull Racing. Et ceci est notre objectif principal. » explique le patron autrichien.

Toutefois, être une équipe de formation ne doit pas signifier terminer dernier du championnat. L’objectif pour 2011 est de terminer 8_me du championnat constructeur : « Nous étions 9ème l’an dernier, nous souhaitons progresser ». L’idée à terme est d’être entre la 6èmet la 8ème place final régulièrement avec ses jeunes.

L’équipe entre 2008 et 2011 a triplé ses effectifs, passant de 85 à près de 300 aujourd’hui. Elle a construit une soufflerie et un centre CFD. Un investissement de 20 millions d’euros environ. Reste une question à se poser. :

Si Toro Rosso est l’endroit pour voir éclore les jeunes pilotes pour Red Bull Racing, ceux-ci doivent t’il faire 1 saison ? (Vettel) ou 2 ou trois saisons chez STR ?

Les dessous de la rumeur Karthikeyan – HRT

8 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

[English Version]  – Il semblerait que les rumeurs du remplacement de Narain Karthikeyan par Daniele Ricciardo n’ont rien à voir avec un problème financier du pilote indien. Mais un problème financier de l’équipe HRT.

Le budget de l’équipe espagnole, pour 2011, est fixé d’après le BusinessBook GP 2011 (voir ici pour le commander) à 34 millions d’euros.  10 millions proviennent de l’allocation de la FOM pour les nouvelles équipes et 7 millions de la part de Tata. Mais le principal commanditaire reste Hispania Group à hauteur de 15 millions d’euros. Toutefois, ce sponsoring est un prêt.

Dans son plan de trois ans, Hispania Group a souscrit un prêt bancaire de 45 millions d’euros, répartie en trois années, pour financer le team espagnol. Sauf que, Banco Popular estime que le remboursement de ce prêt est nécessaire. Il est sous-entendu (sans preuves) qu’une partie de l’argent prévu pour 2011 a servi pour rembourser le prêt, ce qui explique que seulement 50% du budget Hispania ait été fourni. Il manque donc environ 7 millions d’euros dans les caisses.

Tata est le principal partenaire de Nairain Karthikeyan et une société qui vise à devenir un acteur sérieux dans le monde. Il semblerait que les délais de règlement soient respectés et qu’HRT ait même demandé une avance sur le calendrier pour assurer l’existence de l’équipe. En vain.

L’arrivée de Daniele Ricciardo s’accompagne d’un chèque de Red Bull compris entre 3,5 et 5 millions d’euros pour terminer l’année. Une manière de combler le reste du budget de l’équipe. Enfin, l’émergence en début de semaine du fond Thesan Capital, nouveau propriétaire d’HRT, pour 24 millions d’euros, est aussi intéressante.  Car il semble que 4 millions soient destinés au sponsoring de l’équipe pour assurer la fin de saison.

View – Le choix futur de Renault Sport

6 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : View

[English Version]  -  L’annonce Williams – Renault d’hier cache un détail intéressant pour 2014. Hormis le contrat Team Lotus (à option), les contrats Red Bull – Lotus Renault et Williams expire tous en 2013. La réglementation moteur ayant été repoussée d’une année. Une démonstration de l’implication de Renault Sport dans la Formule 1 certes, mais aussi une démonstration d’une politique de choix pour l’avenir.

Fournir quatre équipes étant sur différent degré de développement est intéressant, mais si Renault Sport souhaite rester un motoriste de haut niveau, un choix devra se faire dans les mois à venir. Team Lotus est en construction, Williams et en reconstruction et peuvent être considéré comme des paris d’avenir. Reste Red Bull et LRGP.

Si la première a déjà annoncé qu’elle discutait avec son motoriste un nouvel accord (probablement un prolongement logique pour 2013, avec une option pour 2014), sauf que l’ombre d’Audi plane toujours du coté de Milton Keynes et semble perturber le jeu entre les partenaires.  LRGP semble se placer dans la logique pour Renault Sport. Héritage de la précédente politique de la marque française, le team de Genii Capital se présente comme l’unique alternative crédible de partenariat.

En effet, si Renault prolonge Red Bull Racing jusqu’en 2013 à 2014 et choisi l’équipe championne du monde 2010 pour le développement de son V6 1600cc, elle devra partagée ses secret avec une équipe qui pourra la quitter. Raison de plus pour sécuriser les accords au-delà de 2014 pour le motoriste français. LRGP est donc bien placé…

Un accord Thesan Capital – Red Bull ?

5 juillet 2011 | 3 commentaires
Catégorie : Analyses

Thesan Capital a peine intronisé dans le capital d’Hispania Racing Team,  qu’une stratégie se dégage sur le long terme. Une association intéressante entre Red Bull et les nouveaux propriétaires de l’équipe espagnole.

Lorsque l’annonce de l’arrivée de Daniele Ricciardo a été officialisée par José Ramon Carabante, les nouveaux liens entre les deux nouveaux partenaires ont été exprimé. Le début d’une association sur le long terme ? Le quotidien sportif AS a indiqué que le jeune Carlos Sainz Jr était visé par HRT pour l’avenir (2013 voir 2014). Or, ce pilote espagnol est un pilote Red Bull.

Un accord de type Vettel – BMW – Red Bull  inspirera la prochaine carrière du fils du champion du monde de rallye (actuellement WRC). Une sorte de prêt avec option.

Il n’est aussi, donc pas impossible que, dès 2012, Jaime Alguersuari, par exemple, pilote pour l’équipe espagnole, sur la base de leur nouvel accord en 2012. Thesan Capital visant un duo 100% ibérique l’an prochain et à terme, cette idée n’est pas impossible.

Alonso – Red Bull : l’histoire

4 juillet 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Histoire F1

Fernando Alonso a indiqué qu’il ne regrettait pas d’avoir refusé un volant chez Red Bull Racing il y a quelques années. « Peut-être j’aurais eu trois ou quatre titre de champion du monde, mais je ne serais pas aussi heureux que maintenant » lance le double champion du monde sur formulasantander.com. Cette période était durant l’hiver 2007/2008.

Dans un de mes précédents livres que j’ai publié en 2008 : Fernando Alonso – 2007 l’illusion (voir ici) voici le chapitre Red Bull : C’était compliqué

Depuis son arrivée en Formule 1, en tant qu’équipe en 2005, Red Bull est devenu une place dorée. Doté de bons ingénieurs venu d’horizon divers, avec en tête d’affiche Adrian Newey, le team après avoir eu une stratégie de promotion de jeunes pouces, a bien compris que seul un pilote chevronné et expérimenté pouvait faire progresser l’équipe par échelons. David Coulthard est un maillon d’une chaîne sans fin que Red Bull souhaite voir perdurer. Fin 2006, le grand patron lui-même,  Dietrich Materschitz approche Willy Weber, l’agent de Michael Schumacher, pour lui proposer un volant pour 2007. Même stratégie envers Kimi Raikkonen, en début d’année 2006, alors que ce dernier était englué dans ses tractations avec Ferrari depuis l’été d’avant.

L’équipe est puissante, financièrement mais aussi sportivement depuis le rachat de l’équipe Minardi pour 35 millions de dollars mi-2005, la rebaptisant Scuderia Toro Rosso dans un premier temps et vendant 50% de son capital à Gerhard Berger dans un second temps.

L’idée folle de Red Bull Racing, initiée par Adrian Newey et soutenu par David Coulthard,  est de faire le remake de Williams dans les années 90. L’idée est totalement saugrenue, surtout à cause de la présence de constructeurs puissants, déboursant autant d’argent que la boisson énergisante elle-même pour son équipe. Mais sans l’apport de sponsors en supplément. Se basant sur le passé, Adrian Newey se rapproche de Renault. Renault signe un accord de trois saisons avec RBR sur la base de 12 millions d’euros par an.

Dans l’esprit de Newey, cela ressemble à l’équipe Williams ou celle-ci devait payer l’équivalent de 4 millions d’euros au constructeur français pour avoir l’exclusivité. Mais côté pilote, Mark Webber, n’est pas le pilote capable d’apporter ce qu’attend l’équipe. David Coulthard non plus d’ailleurs, se targuant dans son rôle de catalyseur.

Alors RBR débute ses opérations séductions envers Felipe Massa, Robert Kubica et quelques approches envers Lewis Hamilton qui se borneront à de simple salutation d’usage.

Mais Red Bull, n’a jamais vraiment témoigné d’intérêt pour Fernando Alonso durant cette année 2007. Ni même auparavant. Dietrich Matershitz, Christian Horner et Gerhard Berger rencontre à Madrid, en secret, Luis Garcia et Fernando Alonso. Question de commodité.

Fernando Alonso prépare ses vacances loin de tout ses problèmes de transfert et ce rendez-vous est le dernier officiellement avant plusieurs jours, voir semaines.

Renault avait alerté Red Bull sur la situation de Fernando Alonso. Au même moment, les négociations entre le constructeur français et le staff du pilote butent sur plusieurs aspects, sportif et financier. La présence de Gerhard Berger pouvait inquiéter au premier abord, mais elle est rassurante pour Materschitz.

Gerhard Berger est l’homme des gros coups chez Red Bull. Il était déjà présent dans les négociations des moteurs Honda puis Ferrari en 2005 et encore là pour Renault. Son ombre était aussi présente lors de la négociation avec Michael Schumacher durant l’hiver 2006.

Alors que les préliminaires les négociations tournent autour de Fernando Alonso. Luis Garcia avance un salaire de 20 millions d’euros minimum. Les Red Bull boy’s ne tiquent pas.

Finalement le salaire est dûment estimé à 30 millions d’euros et la durée de contrat établit sur minimum deux ans.

La réunion durera de longue heure et rien ne filtrera. Pas même un communiqué officiel de Red Bull sur cette histoire.

Pourtant l’équipe autrichienne est favorite aux yeux de beaucoup d’observateurs.  Mais la pression de Renault F1 Team, pourtant initiatrice de ce rapprochement Alonso – Red Bull, ne semble pas vraiment satisfaite de voir une machine cliente devant ses machines officiels en 2008.

C’est en tout ce que pensent certains observateurs à Guyancourt…

View – Gagner plus, pour gagner moins

30 juin 2011 | 1 commentaire
Catégorie : View

[English Version] Quand ont gagne, ont à le droit d’imposer ses objectifs. C’est ce que fait Red Bull Racing sur le marché des pilotes en ce moment.

Sa RB7, dominatrice,  attire des tops pilotes et permet à l’équipe de faire comme Williams, 15 ans avant elle : obtenir les meilleurs pilotes, mais moins chère. Vettel touchera l’an prochain 10 millions d’euros de salaire, alors qu’il sera, probablement, double champion du monde. Soit trois fois moins qu’un Fernando Alonso. Mark Webber verra son salaire à la baisse pour 2012, s’il est renouvelé à la fin de cet été.

Mais cela concerne aussi des pilotes qui aspirent à piloter pour l’équipe autrichienne. Lewis Hamilton a déclaré qu’il serait d’accord pour être moins payé, mais pour avoir une voiture gagnante. Il demande 18 millions d’euros à McLaren pour 2013, mais acceptera 10 ou 12 millions chez Red Bull Racing.

Une situation qui rappelle Williams entre 1991 et 1997. L’équipe de Grove avait refusée les 16 millions de dollars que demandait Ayrton Senna en 1994 et ne proposait que 12 millions de dollars à Michael Schumacher pour 1996/1997. Nigel Mansell n’a jamais obtenu les 23 millions de dollars de salaire pour 1993. Damon Hill n’a jamais obtenu les 12 millions qu’il demandait pour 1997, Williams ne souhaitait pas discuter contrat avec Villeneuve pour 1999 et Nelson Piquet pour 1988.

Red Bull Racing est similaire à Williams. Elle a la voiture gagnante et ne souhaite pas payer des pilotes au-delà de la valeur étalon Vettel. Gagner plus,  pour gagner moins.

RBR – Webber – Hamilton: entre 2012 et 2013

29 juin 2011 | 6 commentaires
Catégorie : Actualités, Analyses, Transferts

« Eh bien c’est très, très probable. Nous avons convenu d’en reparler un peu plus tard et ensuite nous concentrer sur la saison prochaine » lance Christian Horner sur Servus TV à propos du renouvellement de Mark Webber en 2012 chez Red Bull Racing. Une manière d’établir un statu quo pour cacher la vérité.

Sur le principe, Red Bull Racing a convenu avec Mark Webber de s’offrir un peu de temps pour que chacun tente de trouver midi à sa porte. Webber de trouver une alternative éventuel et pour Red Bull Racing de conclure son dossier épineux du moment pour l’horizon 2013 : Lewis Hamilton.

Nos sources, à Valencia, nous ont informé que les négociations sont toujours d’actualité entre Lewis Hamilton et RBR. Le père du champion du monde 2008 est même désormais entré dans le jeu, ce qui signifie que nous avons dépassés le stade des simples discussions et que le sérieux débute. Mais pas avant 2013. Les déclarations d’Helmut Marko : « nous avons besoin d’un pilote aussi bon que Vettel à ses côtés » ne concerne pas 2012 mais l’année suivante.

Nous entendons que Hamilton accepterait d’avoir le même salaire que Sébastian Vettel chez RBR, soit 10 millions d’euros minimum. Loin des 18 qu’il demande à McLaren pour 2013. (voir ici pour souvenir).

Le cas Webber concerne donc 2012. Son renouvellement est probable effectivement, car les alternatives Toro Rosso, Jaime Alguersuari et Sébastien Buemi ont été dernièrement jugé « pas assez mûr » pour soutenir Vettel chez RBR.  Mais, RBR s’engagera aussi à trouver une alternative à Hamilton, si ce dernier fait volte face et reste chez McLaren. La piste Rosberg est dans l’air…

F1 – RBR vise une prolongation avec Renault Sport

28 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Red Bull Racing étudie le principe d’une extension de contrat avec Renault Sport,  au-delà de la saison 2012.

Selon Autosport, Red Bull a déjà discuté avec Renault Sport depuis quelques mois à l’époque du 4cyl. Une extension devait même être annoncée cet été, mais la définition du moteur V6 modifie le calendrier. Les discussions auraient repris depuis.

D’autant que si le moteur V6 est introduit en 2014, cela laisse une année de contrat avec le V8 français en 2013 et une année en V6. Un risque que Renault Sport ne pourrait pas affronter en cas de perte d’intérêt de son partenaire autrichien et d’un manque de performances du nouveau bloc, une extension de trois ans semble être plus logique entre les deux parties (2013-2014-2015).

Notons aussi que Red Bull paie ses moteurs (6 millions d’euros par an) et que le nouvel accord serait plus coûteux, avec possibilité d’aménagement (possibilité de fourniture gratuite en 2013 du V8 et un deal de 15 millions d’euros par année en 2014 et 2015).

Red bull a investi 15M€ sur Vettel depuis 1995

15 juin 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

De la même manière que McLaren avec Lewis Hamilton, Sébastian Vettel est un produit Red Bull depuis l’âge de 8 ans. Un investissement récompensé par un titre de champion du monde 2010 et une domination impressionnante en ce début de saison 2011. Toutefois, le taureau rouge a dépensé pas moins de 15 millions d’euros depuis 1995 à ce jour sur son pilote fétiche.

Selon le BusinessBookGP2011, le champion du monde 2010 touchera un salaire de 8 millions d’euros cette année, en augmentation de 300% par rapport à l’an dernier. Hors primes. Le pilote allemand n’est pas encore un des pilotes les plus payés du plateau.  L’investissement de Red Bull sur le pilote allemand dans les disciplines inférieures a été de plus de 2 millions d’euros (2.010 M€ pour être précis) entre les années de Karting (1995-2002), Formule BMW (2003-2004), F3 EuroSeries (2005-2006) et WSR 3.5 (2006-2007).

Toutefois, chose qui est moins connue, Red Bull rémunère ses pilotes pour courir dans sa filière. A ce titre Sébastian Vettel a touché dans les séries inférieures l’équivalent de 340.000 euros. Il touchera 100.000 euros pour sa participation au WSR 3.5L en 2007. Son arrivée chez Toro Rosso pour les dernières courses de l’année 2007 était rémunéré 300.000 euros, tandis que la saison 2008 l’était à hauteur de 900.000 euros.

Au total, Red Bull aura investit 15.050.000 millions d’euros sur son pilote. Une somme qui va augmenter à l’avenir de 10 millions dès 2012.

Transfert – il existe bien des liens Hamilton – RBR pour 2013

13 juin 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Actualités, Rumeurs, Transferts

Autosport confirme ce que Tomorrownewsf1.com vous avait annoncé il y a quelques semaines : Il existe bien des liens entre Red Bull Racing et Lewis Hamilton pour 2013.

La publication anglaise indique que le champion du monde 2008 a été entrevu à plusieurs reprises avec Christian Horner dans les paddocks du GP du Canada, pour des entretiens privés de plus de 15 min à chaque fois. Autosport suggère que ses discussions sont préliminaires, mais nous avions indiqués, il y a plus de 3 semaines,  qu’il existait une lettre d’intention sous la forme d’un précontrat qui doit expirer à une date encore inconnue avant validation.

Red Bull Racing vise donc 2013 avec Hamilton et ce dernier vise Red Bull Racing pour mettre la pression sur McLaren qui semble ne plus aller dans le même sens que son pilote depuis 2 saisons.


Page 4 sur 15« First...2345610...Last »


  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu