Naviguer : Accueil >

F1 – Alguersuari titulaire mais avec des dettes

20 juillet 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1, Transferts

la-caixa-logoL’annonce de la titularisation de Jaime Alguersuari pour le remplacement du baquet de Sébastien Bourdais n’étonnera personne. Toutefois, ces derniers jours ont été difficiles pour le jeune espagnol et ses soutiens financiers plus faibles que prévus.

La semaine dernière la rumeur disait que le pilote était aidé dans sa titularisation par un chèque de 2 millions d’euros, apporté par le pétrolier Repsol et la caisse d’épargne La Caixa. Mais après enquête, il se trouve que l’apport du pétrolier est moins important qu’initialement.

La campagne de désinformation orchestrée depuis deux semaines par Red Bull et les médias espagnols n’a pas vraiment plu au pétrolier Repsol. Contacté par Red Bull et Toro Rosso, il avait donné son accord (verbal) pour soutenir Jaime Alguersuari si celui-ci est titularisé en F1, c’était en Mais dernier après le Grand Prix d’Espagne. Mais depuis le pétrolier avait retourné sa veste. Il s’attendait à voir son nom jusqu’à la fin de la saison sur des Toro Rosso, et pas uniquement pour 2 Grand Prix. Commercialement, l’entreprise ne trouve aucun intérêt à sponsoriser un pilote pour deux courses sans garantis. Au lieu de 1,8 millions d’euros annoncé -mais pas signé – Repsol ne propose plus que 900.000 euros. De son coté Franz Tost est intransigeant, il faut 2 millions. C’est à ce moment là qu’intervient la banque La Caixa.

Estimant que la campagne de presse du jeune pilote espagnol a été positive, la caisse d’épargne a décidée de verser pour 1,1 millions d’euros le solde pour obtenir le baquet de la Toro Rosso. Un investissement qu’elle justifie par un accord de remboursement sur les prochains gains du pilote.

Assuré d’avoir un contrat de 3 Grand Prix, le pilote sera payé 50.000 euros par courses disputés, s’il arrive à confirmer les espoirs, il signera un contrat de pilote pour l’année 2010 pour un salaire de 500.000 euros et un contrat de 4 ans (standard Red Bull).

Edito F1 – Rêve espagnol et spleen français

20 juillet 2009 | 6 commentaires
Catégorie : View

C’est une question de période, les années 80-90 ont été riches en pilotes français, puis cela a été le tour des Brésiliens, puis maintenant des Allemands, les effets Prost, Senna et Schumacher. Jaime Alguersuari fait partie de cette mouvance, provoquée par Fernando Alonso. Si Jaime avait été née en France il n’aurait pas été plus loin que la F3 et végéterait dans une formule quelconque, à seulement 19 ans sa carrière serait déjà réduite à néant. Mais il est espagnol, soutenu par Red Bull et par son pétrolier national et se lancera d’ici la fin de semaine probablement (il faut le confirmer avant il vient d’être confirmé) dans le grand bain de la F1, en l’établissement comme le plus jeune pilote de F1 a débuté, de tout les temps.

A 19 ans Jaime incarne une nouvelle période pour la F1, celle des espagnols. Heureux pays tout de même, durement frappé par la crise économique, qui dispose de deux Grands Prix, d’un double champion du monde, d’un nouveau pilote, et d’une future équipe de F1. L’inverse de la France, ou l’on cherche encore une solution au Grand Prix au lieu de chercher une (des ?) tête d’affiche pour remplir ce dernier après le dur départ de Sébastien Bourdais. La charrue avant les bœufs, typique de notre pays.

Ce spleen qui semble paralyser notre pays n’est pourtant pas une fatalité. Les jeunes pilotes français réclament de l’argent et un soutien médiatique essentiel. Il y a ce qu’il faut, manque juste l’intérêt. Combien de pilotes français dans les antichambres de la F1 ?  Des dizaines, mais les connaissons nous ? Hormis peut être Jules Bianchi, futur star made in Nicolas Todt, le reste est bien anonyme.

C’est tous l’intérêt du dossier de la nouvelle secrétaire d’état aux sports, madame Rama Yade, qui au lieu de se pencher sur une cathédrale automobile de 120 millions d’euros, devrait plutôt se pencher vers une solution de promotion des pilotes et soutenir des initiatives (si il y en a évidement). Le tout est d’aidé les jeunes pilotes méritant à s’épanouir pour qu’ils aient aussi leur chance de nous faire rêver.

F1 – Alguersuari et la valise de 2 millions


Jaime Alguersuari serait soutenu par deux entreprises espagnoles selon les rumeurs de la presse économique espagnole. On s’attend à ce que Toro Rosso annonce lundi prochain que le pilote espagnol remplace officiellement Sébastien Bourdais lors du Grand Prix de Hongrie et au-delà.

Alguersuari serait soutenu dans cette entreprise pas le pétrolier Repsol et la caisse d’épargne Caixa, pour un montant estimé à 2 millions d’euros. Suffisant, d’après les sources, pour être garanti de faire deux Grand Prix de Formule 1.

Toutefois il faut rester prudent, Marc Géné, un proche du jeune pilote, estime que ce transfert comporte des risques. « Jaime est prêt mais il y a beaucoup de facteurs qui jouent contre lui ». En effet,  Le fils du promoteur de la World Series Renault arrive avec l’image d’un pilote payant, et il devra faire vite car 2 Grands Prix est une échéance courte pour un pilote qui a tout à apprendre afin de changer cette image. Sa capacité d’adaptation sera évaluée.

Total, un intérêt feint pour Repsol

25 novembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Business News F1

La caisse d’épargne espagnole La Caixa est en train de chercher des alternatives à la vente de sa participation dans le pétrolier espagnol Repsol au russe Loukoïl, dont l’une serait de vendre au groupe français Total, selon le journal El Mundo de lundi 24 novembre. La Caixa a refusé de commenter cette affirmation. El Mundo cite des sources proches de La Caixa.

Celles-ci assurent que « d’autres solutions (que la vente à Loukoïl) sont à l’étude », parmi lesquelles une vente au groupe pétrolier français Total. La Caixa cherche des solutions en raison de l’agitation que crée en Espagne la possibilité que le premier pétrolier du pays passe sous le contrôle du groupe privé russe. Total n’a pas fait de commentaires.

Total s’est montré intéressé par Repsol il y a quelques mois, mais le groupe a démenti plusieurs fois son intérêt. Son PDG, Christophe de Margerie a déclaré dimanche soir 23 novembre sur RTL: « J’ai dû répéter dix fois que nous n’étions pas intéressés pour une seule et simple raison: notre stratégie n’est pas dans le renforcement du raffinage marketing en Europe à un moment où (…) la croissance de la consommation va forcement baisser ».

Il avait par ailleurs déclaré dans La Tribune du 8 novembre: « Nous avons déjà dit que nous étions prêts à investir 10 milliards de dollars pour une ou deux acquisitions qui nous permettraient d’accélérer la constitution de notre portefeuille de ressources d’hydrocarbures à un coût acceptable. Repsol ne correspond pas à cet objectif ».

Selon El Mundo, Total serait disposé à entrer dans Repsol s’il obtient un contrôle beaucoup « plus important » du groupe espagnol que celui auquel Loukoïl serait prêt à se conformer. Le quotidien souligne que l’entrée de Total en Espagne serait mieux vue que celle de Loukoïl, s’agissant d’un groupe européen.

Loukoïl, un groupe privé russe lié au pouvoir politique de Moscou, est actuellement en discussions pour devenir le premier actionnaire de Repsol avec une part de 29,9%. Le gouvernement socialiste espagnol, tout en affirmant le caractère stratégique de Repsol, ne semble pas opposé à l’opération, mais plusieurs voix en Espagne, se sont élevées contre le projet. La Caixa, deuxième actionnaire de Repsol avec près de 14% du capital (participation directe et indirecte), a reconnu la semaine dernière être en train de négocier la vente d’une partie de sa part à Loukoïl. La vente est soumise à la condition que Loukoïl acquiert la part de 20,01% de Repsol détenue par son premier actionnaire, le groupe de BTP, lourdement endetté, Sacyr Vallehermoso.

Le directeur général de La Caixa, Juan Maria Nin, a déclaré ce week-end que les négociations avec Loukoïl en étaient à un stade très préliminaire. Selon El Mundo, les créanciers de Sacyr, qui tiennent le groupe de BTP à la gorge, cherchent aussi d’autres solutions, auprès du mexicain Pemex, ou du brésilien Petrobras.

Cette annonce, ridicule de prime abord, est importante car si Total reprend Repsol, le retour de la marque en Formule 1 en 2010 par exemple n’est pas impossible. Le pétrolier espagnol ayant une image dynamique via son sponsoring en MotoGP, WTCC etc..

Alonso, Repsol en toile de fond économique

25 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Le quotidien espagnol Expansion affirme que Total et Shell veulent acheter la part de 20% du pétrolier espagnol détenue par le groupe de BTP Sacyr Vallehermoso, et celle de 12,7% de la Caixa. Repsol vaut 25 milliards d’euros en Bourse.

La bataille débute entre les deux pétroliers. Selon le magazine économique, Total et Shell veulent acheter la part de 20,01% de Repsol détenue par le groupe de BTP espagnol Sacyr Vallehermoso, qui a reconnu le 12 septembre qu’il avait envisagé de s’en défaire. A cette part s’ajouteraient les 12,7% du pétrolier espagnol détenus par la caisse d’épargne La Caixa, ce qui entraînerait l’obligation pour l’éventuel acquéreur de lancer un offre publique d’achat (OPA). La législation espagnole impose à un acheteur dépassant le seuil des 30% du capital de lancer un OPA sur l’ensemble de la société, sauf à obtenir une dispense.

Mais le plus intéressant, n’est pas la concentration des pétroliers, mais les autres actionnaires : La banques Barclays, et les assureurs Axa et Mutua Madrilena (2% du capital). Une information intéressante confirmant la rumeur discrète, que Repsol serait intéressé par l’arrivée de Fernando Alonso chez Honda. Sachant que le double champion du monde a un contrat long terme avec l’assureur madrilène, cela explique bien des choses. L’année dernière encore Mutua était actionnaire de Banco Santander.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu