Naviguer : Accueil >

McLaren vise le milliard de chiffre d’affaire

23 septembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Entrepreneurs

Lors d’une conférence de presse à Singapour, Ron Dennis a déclaré qu’il souhaitait développer McLaren Group en une entreprise d’une valeur de plusieurs milliards de dollars dans les dix prochaines années. L’ancien directeur de l’écurie devenu dirigeant du groupe McLaren (dont il est propriétaire à hauteur de 15%), a précisé sa vision pour l’avenir en disant que même si l’équipe de F1 continue de prendre de l’ampleur, elle ne représentera bientôt que 10% de l’entreprise car les autres divisions se développent plus rapidement.

Les éléments clés de ce processus sont McLaren Automotive, qui a pour objectif de vendre 4000 voitures par an à moyen terme, et McLaren Applied Technologies qui, selon Dennis, est un business avec un énorme potentiel. L’homme fort de McLaren Group a également indiqué qu’il avait fait la demande, il y a une semaine, de permis de construire pour deux nouveaux bâtiments sur le site de Woking.

Selon les plans de McLaren pour le secteur automobile, le but est d’avoir environ 43% des ventes en Amérique du Nord, 35% en Europe et le reste au Moyen-Orient et en Asie. « Nous avons l’intention d’avoir des ventes qui se comptent en milliards de dollars », s’est enthousiasmé Ron Dennis. « Et nous y parviendrons ».

Source  : NextGen Auto

F1 – Le prochain contrat d’Hamilton fera perdre 4M€ à McLaren

17 juin 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses, Business News F1

Dans les discussions sur le prochain contrat de Lewis Hamilton, Martin Whitmarsh a cédé sur la cession des droits à l’image. Un petit événement car il remet en question un modèle économique vieux de 10 ans.

Ron Dennis en restera traumatisé durant de longues années. Ses négociations avec Ayrton Senna durant les saisons 1988-1989 et 1990, lui donnerons des idées. A l’époque le manager anglais avait tout donné au pilote brésilien. Nous parlons de ses droits à l’image. C’était l’époque ou Ayrton Senna gagnait 15 millions de dollars par an en 1990, puis 22 millions de dollars en 1992 et enfin jusqu’à 36 millions de dollars en 1993. Au total, le triple champion,n du monde brésilien aura gagné durant son passage chez Mclaren l’équivalent de 48 millions de dollars. Sans que McLaren ne touche une part.

Lorsque Mercedes-Benz est entrée dans le capital de l’équipe McLaren International, le concept « corporate » est née. Assez inspiré des droits à l’image alors en vigueur dans le football,  Ron Dennis exigeait  que ses pilotes rétrocèdent 50% de leurs droits à l’image à McLaren. C’est-à-dire que si un sponsor décide d’utiliser l’image d’un de ses pilotes, ce dernier devra donner la moitié de ce qu’il aura gagné. Avec le duo Hakkinen – Coulthard, le système ne rapportait qu’un million de dollars entre 2000 et 2001. Puis, c’est avec les duos Kimi Raikkonen – David Coulthard et Kimi Raikkonen – Juan Pablo Montoya que le système a bien fonctionné. Rapportant sur la période 2002-2006 l’équivalent de 6 millions de dollars environ.

Le duo Fernando Alonso- Lewis Hamilton va permettre d’obtenir, via ce système de droit à l’image l’équivalent pour la seule année 2007, environ 4 millions d’euros (5.2M$).

Toutefois, le principe sera revu avec le renouvellement de Lewis Hamilton pour la période 2008-2012. Le futur champion du monde ne rétrocédera que 25% de ses revenus personnels.

Avec le retrait progressif de Mercedes-Benz, ce système est un modèle économique très intéressant pour McLaren. Pour la seule année 2010, elle a touchée 6,1 millions d’euros. Le plus intéressant est que ce montage permet de financer le salaire de ses pilotes indirectement. Sauf que pour l’avenir, seul Jenson Button accepte encore de jouer le jeu. Lewis Hamilton souhaite tout garder pour lui. Remettant en cause un modèle qui était pourtant séduisant. Un manque à gagner de 4 millions d’euros par an pour McLaren.

Note : Le Real Madrid utilise aussi le même procédé depuis l’époque de la première génération des « Galactiques », La rétrocession des droits d’image de ses joueurs comme  Zidane, Figo, Beckham, Ronaldo, Casillas et Raul,  lui permettait à l’époque de gagner plus de 15 millions d’euros par année.

Tony Fernandes et la théorie Ron Dennis

23 avril 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

En prélude du GP de Malaisie, Tony Fernandes avait indiqué qu’il allait s’inspirer pour l’avenir de Christian Horner et Ron Dennis pour sa stratégie de développement. (voir ici pour souvenir). A l’analyse était concentrée sur l’équipe de Formule 1 et un peu de spéculation. Mais, avec l’annonce du rachat de Caterham par Fernandes (voir ici), une autre hypothèse prend forme : le modèle économique.

Retour en Février 2009, Ron Dennis, directeur général de McLaren Group avait déclaré que l’idée d’un concept d’équipe indépendante, sans la participation d’un constructeur est anachronique.  Autrefois le précieux gardien du modèle indépendant avec participation minoritaire, Dennis a fait le choix du développement économique. Séparer de Mercedes-Benz, McLaren devient un constructeur de voiture de sport indépendant de l’équipe de Formule 1 et liée par un même groupe.

C’est cette idéologie économique que tente donc d’imiter Tony Fernandes en rachetant le constructeur anglais Caterham : Construire des voitures de sports « à l’ancienne et de niche » afin de devenir, à terme indépendant économiquement. Un résultat qui prend du sens, avec la réduction des coûts jusqu’en 2017. Actuellement, Tony Fernandes donne, via sa holding financière personnelle, 30 millions d’euros annuels pour Team Lotus. A terme, cette somme proviendra de Caterham.

F1 – Fernandes et l’inspiration Horner et Dennis

13 avril 2011 | 1 commentaire
Catégorie : Analyses

Le procès Lotus Group vs Tony Fernandes pour l’exploitation du nom Lotus sera connue d’ici une semaine selon les diverses informations. Toutefois, quelque soit la décision du juge de la Haute Cour de Londres, Tony Fernandes pose les base de son équipe et sa stratégie avenir. Le nom importe finalement peu.

Lors du Grand Prix d’Australie, l’homme d’affaire malaisien a déclaré qu’il va s’inspirer de Christian Horner et de Ron Dennis pour construire son équipe dans le futur. Deux exemples intéressants car complètement opposé sur le principe. Alors spéculons un peu sur l’avenir :

Si Fernandes s’inspire de Horner pour son équipe, cela signifie que Team Lotus disposera d’un jeune pilote issue de son programme jeune d’ici 4 ans environ et qu’ils gagneront des courses, avec Gascoyne à la direction technique et un moteur d’un constructeur client (autre que Renault,  dans la logique RBR qui n’a gardé son Ferrari qu’une année en 2006 pour changer en 2007). Spéculation précision le.

Si Fernandes s’inspire de Dennis pour son équipe, cela signifie qu’il envisage de faire revenir un champion du monde, gloire du passé (comme Lauda) en la personne de Kimi Raikkonen par exemple, puis lui adjoindre un pilote de talent, ayant débuté l’an dernier par exemple et qui c’est retrouvé sans volant à l’horizon 2013 pour 2014. Que Fernandes a remarqué un jeune pilote, plein de talent, dès 2013 pour le signer à l’horizon 2015 par exemple, mais qu’il n’aura qu’en 2018 et qu’il changera de moteur pour disposer de son propre bloc en 2013/2014 avec Porsche. Toujours de la spéculation…

Le Team Lotus de Fernandes, avec Mike Gascoyne ressemble beaucoup au début de McLaren avec Dennis-Barnard. Le duo de pilote (Trulli – Kovalainen) est solide et n’a rien à voir avec le premier duo RBR composée de David Coulthard, Christian Klien et Tonio Liuzzi en 2005 et 2006.

En toute spéculation, vous êtes plus Horner ou Dennis pour la future stratégie de Tony Fernandes ?

F1 – McLaren et les moteurs

7 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Analyses

Martin Whitmash a démenti fortement l’idée que McLaren souhaite construire un moteur de Formule 1 à l’horizon 2013. Le contrat avec Mercedes-Benz court jusqu’en 2015 (jusqu’à fin 2012 et option jusqu’en 2015). Reste que l’équipe de Woking a déjà été l’objectif de rumeur autour des moteurs.

Suzuka 2009, une rumeur indiquait que McLaren pourrait reprendre l’activité moteur de BMW F1. Des détails d’une rencontre encore Ron Dennis et Mario Theissen avaient filtrés dans les médias allemands. Le bruit, invraisemblable à l’époque, a eu pour effet une prolongation de contrat avec Mercedes-Benz quelques mois plus tard. Cette histoire, plutôt farfelue à la première lecture,  apparait des plus sérieuses, car ce n’est pas la première fois qu’un projet de moteur 100% McLaren est dans l’air.

Pour lire la suite, si vous le souhaitez cliquez sur : Les projets moteurs de McLaren

McLaren dans la tourmente et une rumeur

31 juillet 2010 | 2 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Ron Dennis-FIAIl y a comme un malaise dans l’équipe McLaren. Après la lecture des déclarations des pilotes, Jenson Button et Lewis Hamilton depuis quelques temps maintenant. La MP4-25 a besoin de plus de vitesse, mais Ron Dennis tente de mettre les points sur les « i » Une sortie médiatique intéressante à plus d’un titre.

Le patron de McLaren Automotive est toujours président du Groupe  McLaren, l’anglais estime que les pilotes de son équipe ne produisent pas un bon exemple dans les médias en dénigrant les performances de la voiture : « Je trouve cela un peu exaspérant, et j’ai exprimé mon avis. (…) je leur ai dis qu’ils avaient gagnés 4 courses, deux chacun et qu’ils étaient en tête du championnat. » lance Dennis au The Guardian.

La véritable raison du manque de performance de McLaren tien dans son aspect de conception selon Dennis. La MP4-25 a été pensée comme une machine efficace pour la course, et non en qualification. La monoplace n’use que modérément les pneus, afin d’être efficace durant un GP. « Nous n’avons pas une voiture pour les qualifications. Mais nous avons une très bonne voiture de course. » estime Dennis.

Reste que McLaren, après avoir eu de l’avance, est désormais en retard. Lors du Grand Prix d’Allemagne, Lewis Hamilton souhaitait revenir à l’ancien diffuseur après la première journée d’essais libre du vendredi (comme il l’avait fait pour le GP d’Angleterre). Pour se plier devant les décisions de l’intérêt de l’équipe et des ingénieurs.

S’ajoutant à cela ses hésitations sur les ailerons flexibles. Sa stratégie d’attention envers la FIA a été un échec et une perte de temps. Ferrari a été plus rapide dans sa réaction et se pose moins de questions dans l’évolution de sa F10. Woking a finalement annoncé du bout des lèvres étudier un tel concept, « sans vraiment savoir comment cela fonctionne », avoue cependant  Jenson Button.

La sortie de Ron Dennis, après les rumeurs de discussions houleuses avec Martin Whitmarsh récemment, font courir le bruit d’un possible retour aux affaires. Dennis est un créateur, un visionnaire qui est en mouvement permanent, tandis que Whitmarsh, est un gestionnaire rigoureux. Depuis plusieurs mois, Dennis se consacre à McLaren Automotive, est à déjà planifié la future gamme, donné des objectifs, signé des accords techniques et fait construire une usine pour ses voitures. La Formule 1 n’est pas faite pour un gestionnaire, alors pourra t’on s’attendre à un échange des rôles d’ici quelques mois ?

Whitmarsh chez McLaren Automotive et Ron Dennis de retour aux affaires à la tête du Team McLaren ?

F1 – La rupture entre McLaren et Mercedes

14 avril 2010 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses, Business News F1

Ron Dennis-FIARon Dennis, présentant sa nouvelle McLaren MP4-12C à la presse internationale à coup de formule fracassante (voir ici), a tenté d’offrir des précisions sur la séparation de son entreprise et le constructeur Mercedes-Benz. Pour le moment, seul la marque allemande avait parlée. Indiquant qu’il y avait simplement une divergence de stratégie industrielle entre les deux partenaires. Mais curieusement, ce n’est pas Mercedes qui voulait quitter McLaren. Mais le contraire.

« Ces dernières années, ils nous avaient continuellement fait savoir qu’ils voulaient prendre le contrôle de McLaren et nous leur répondions régulièrement que nous ne voulions pas de ça. Plus ils voulaient prendre le contrôle, au moins nous voulions le leur donner. » lance Ron Dennis dans les colonnes de l’Arabian Business magazine.

Depuis 2006, les rumeurs d’un rachat étaient incessantes avant chaque Grand Prix d’Allemagne. Dennis, fustige l’influence des constructeurs et surtout leur changement de politique en fonction du nouveau PDG.

La nouvelle direction du groupe Daimler a été obligée de se séparer du groupe Chrysler (5,5 milliards d’euros seulement), de ses accords avec Mitsubishi et donc de rentabiliser l’investissement massif dans McLaren. Pour la nouvelle direction du groupe, la prise de contrôle de McLaren était nécessaire pour continuer l’aventure. Mais Ron Dennis a anticipé et a offert a son partenaire une séparation à l’amiable, mais c’est McLaren qui a fait le premier pas : « C’est nous qui avons pris l’initiative, car nous voulions être indépendants. Ce n’est pas quelque chose qui nous a été imposé. La livraison de moteurs à Brawn en 2009 demandait par exemple notre accord. »

Un accord donné sur le bout des lèvres souvenons-nous. McLaren disposant d’un droit de veto dans la stratégie de fourniture moteur de Mercedes-Benz. Une situation qui n’aurait pas vraiment plus à la direction du constructeur. Ne pas être chez soi et voir dépendre sa stratégie politique et industrielle par un autre que soi. Un comble.

Toutefois, McLaren n’a pas complètement coupé les ponts avec le grand constructeur allemand. « Finalement, nous étions un partenaire parfaitement intégré de Mercedes-Benz et nous le restons. Nous sommes de rudes concurrents en piste, mais en dehors nous restons amis. Ils ont maintenant ce qu’ils voulaient avec une écurie de F1 qu’ils contrôlent complètement et quant à nous, nous avons toujours un accord pour les moteurs et la possibilité de faire la promotion de nos produits McLaren. »

F1 – Ron Dennis, Michael Schumacher and Ayrton Senna

4 janvier 2010 | 6 commentaires
Catégorie : View

Ron Dennis is an interesting man. A great career, personality, character and management of drivers, who belong to him forever. The man brought back Niki Lauda Formula 1, with a title as a gift in 1984, save the career of Alain Prost, Renault after the episode, in 1983, back into history with his duet Prost-Senna in 1988 – 1989 and his adventure with Mercedes-Benz, the duo Hamilton and Alonso as Lewis Hamilton in 2008.

In the midst of this incredible story, a name missing.: Michael Schumacher. The German driver and McLaren have never worked together. A failure that many consider as the biggest mistake of Ron Dennis in the 90s. On paper perhaps, but in the spirit of Dennis, the answer is no. Ironically, Dennis never tried to sign Schumacher. Perhaps after dealing with the egocentric genius of Senna, he was Unwilling to put himself through the mill a second time. He certainly emotionally invested in his drivers’ careers. He describes his relationship with Hamilton, whom he groomed to be champion from the age of 12, as ‘paternal’. But for Senna, he admits his eyes ‘is almost edged male love’. I use the word quite Deliberately, ‘he adds. ‘It did not have any homosexuality about it, it was not that sort [of love].  » Say Ron Dennis in the Daily Mail.

After the departure of Ayrton Senna, and before Mercedes-Benz once, Ron Dennis has had an intent with Michael Schumacher. That was in 1994. Except that this statement of intent was only verbal, in an interview, but was never really materialized. Rubens Barrichello was the priority for McLaren for 1994. Willi Weber has spread the rumor of interest from McLaren to increase prices for Benetton. For Barrichello? Jordan demanded $ 5 million, Dennis had no money. He still had to pay the salary of Ayrton Senna in 1993 until 1996.

F1 – Les projets moteurs de McLaren

5 octobre 2009 | 9 commentaires
Catégorie : Histoire F1

Ron Dennis-FIALa rumeur la plus intéressante de Suzuka reste l’histoire de l’intérêt de McLaren pour la section moteur de BMW F1. Plutôt farfelue à la première lecture, il apparait que l’idée est des plus sérieuses. De plus, ce n’est pas la première fois que McLaren souhaite construire ses propres moteurs…

L’histoire remonte à 1992, McLaren venait de perdre Honda, et avait trois options devant elle : Avoir le moteur Renault, avoir son moteur rival Peugeot ou alors un Cosworth. La première option ayant échouée durant l’automne 92, la seconde remise de 12 mois, il ne restait plus que le V8 Cosworth HB pour satisfaire les ambitions de Ron Dennis. Durant la période 92-94, plusieurs détails laissent à penser que McLaren a tenté de fabriquer son propre moteur de Formule 1 et de devenir déjà indépendant.

Mai 1992, Le groupe Vickers cherche à vendre ses actifs, (Rolls Royce – Bentley et Cosworth), à bon prix. Ron Dennis cherche un moteur pour 1993 et au-delà. Fin 1992, la FIA annonce que la réglementation moteur 3,5L se prolonge jusqu’en l’an 2000. Au même moment, McLaren débauche pour d’obscure raison Ossamu Gotto, le père des V10 et V12 Honda.

En 1993, McLaren est équipé d’un moteur V8 Client. Ron Dennis pour obtenir l’officiel, 30cv plus puissant, propose Ossamu Gotto pour concevoir un nouveau moteur Cosworth. A l’époque l’idée d’un V12 germait déjà dans la tête du motoriste anglais. L’ingénieur Nippon, prêté pour l’occasion par McLaren travaillera furtivement sur le V12 Zetec-R qui deviendra en 1994, le V8 Zetec-R qui a permis à Michael Schumacher d’être champion du monde.

Fin 1993, Ayrton Senna, essaie une McLaren MP4-8 équipée d’un V12 Lamborghini. L’idée d’avoir un accord avec Chrysler est autant important à l’esprit de Ron Dennis que l’unité Lamborghini Engineering en Italie. En faite, le constructeur américain veut vendre la marque italienne. La mise à prix sera de 50 millions de dollars. Ossamu Gotto retouche le moteur V12 qui gagne plusieurs dizaines de chevaux. Ayrton Senna, lui-même fait des louanges sur ce blog ultra puissant et fiable. Mais Chrysler ne voulait pas vendre séparément le bureau d’étude moteur et le constructeur italien. L’affaire échoue, McLaren signe un contrat de 4 ans avec Peugeot, puis le rompe pour une union avec Mercedes-Benz. Ossamu Gotto est libéré de McLaren durant l’hiver 93/94, et trouvera refuge chez Ferrari ou il dessinera le V12 le plus puissant de l’histoire de la marque (830cv en 1994 et ressemblant étrangement au Lambo) et le V10 de 1996 de la Scuderia.

Estimant que les titres de champion du monde des années 80 et 90 lui donnerait une image de marque certaine, Ron Dennis estimait qu’il était temps de développer son propre moteur à cette époque. Du moins se baser sur un moteur déjà existant et prestigieux. Le V12 était une cible à l’époque logique.

F1 – Pourquoi, il ne faut pas qu’un homme de la F1 dirige la FIA

2 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Logo FIA

Alors que la presse anglaise annonce que Ron Dennis serait le possible successeur de Max Mosley à la tête de la FIA, il est à noter le côté très égocentrique de l’affaire. La Fédération Internationale de l’Automobile n’est pas que la Formule 1. Pour rappel, le WRC et le WTCC sont aussi sous la tutelle de la Fédération et ce sont deux autres Championnats du Monde…

Lire la suite sur www.FanaticF1.com

F1 – Présidence FIA : et si Ron Dennis….

29 juin 2009 | 8 commentaires
Catégorie : Actualités, Rumeurs

Ron Dennis-FIA

Alors que tout le monde parle de Jean Todt comme possible successeur de Max Mosley à la présidence de la FIA en octobre prochain, The Times pense que ce sera finalement Ron Dennis qui pourrait rafler le poste.

Ecarté de son team depuis quelques temps, Ron Dennis s’occupe actuellement de la division automobile de son groupe. Toutefois son ombre lors du conflit FIA-FOTA n’est plus à démontrer et a été plusieurs fois dénoncé par Max Mosley lui-même, sans que l’information ne soit reprise.

Le journal l’Equipe, indique de son coté, d’une source proche de McLaren, que Ron Dennis pourrait se retirer définitivement de son équipe, en vendant ses 15% restant de son empire.

F1 – McLaren restructure McLaren Automotive

17 avril 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Actualités

Lors de sa conférence de presse hier, Ron Dennis a profité pour annoncer une importante restructuration de son entreprise McLaren Group. L’entreprise, d’ici deux ans sera inscrite dans un vaste programme visant à développer une gamme de voitures de sport McLaren, dans al ligné des McLaren F1 et Mercedes-Benz SLR.

Dans ce plan, il est prévue que McLaren Automotive (ex McLaren Cars crée en 1989), qui est actuellement une entité au sein de McLaren Group, devienne une entreprise indépendante, au cours de l’année 2009. La date de lancement de la P11, le premier modèle de la gamme est fixé en 2011. McLaren Automotive à l’intention d’établir une levé de fond prochaine afin d’achever l’élaboration de son projet de programme routier. Le Crédit Suisse ayant été nommé comme son conseiller financier, afin de facilité le processus.

« Avec des investissements supplémentaires prévus dans l’entreprise à hauteur de 250 millions d’euros environ, des propositions d’installations d’une nouvelle usines McLaren Automotive, avec un potentiel de 800 emplois représente un investissement important pour le secteur automobile d Royaume-Unis » a déclaré Ron Dennis.

En temps que Président exécutif, Ron Dennis dirigera ce nouveau business autour des voitures de sports. Donc aux jours d’aujourd’hui, la direction de McLaren Racing est sous la responsabilité de Martin Whitmarsh, qui sera responsable au conseil d’administration de l’équipe en plus de son rôle de président de l’équipe Vodafone-McLaren-Mercedes. Dennis lui sera remplacé le 1er Juin 2009 par Richard Lampthome, qui sera nommé Président non exécutif du Groupe McLaren et Directeur non exécutif de McLaren Automotive.

Mercedes a récemment présenté les esquisses de sa SLS, remplaçante de la SLR et McLaren prépare une gamme avec plus de précision en cliquant ici et .

F1 – Ron Dennis sacrifice humain de McLaren

16 avril 2009 | 7 commentaires
Catégorie : Analyses

Si le jour ou la politique devient plus important que le sport, le sport n’est plus. C’est cette maxime qui revient à la lecture de la retraite forcé de Ron Dennis. Second round de l’affaire d’espionnage dans un combat d’arrière garde qui oppose Max Mosley et la FIA à Ron Dennis et McLaren.

Ron Dennis tiendra une conférence de presse vendredi à Woking pour signifier son retrait afin de sauver l’équipe et surtout Lewis Hamilton. Un sacrifice humain et un règlement de compte remporté par Mosley. Dennis qui observait de loin les affaires de son équipe pour ce consacrer aux autres activités du groupe McLaren se retrouve donc le dos au mur.

Dans les couloirs de la FIA l’amende pour Lewis Hamilton serait d’environ 10 millions d’euros avec probablement des excuses publique lors d’une conférence de presse officielle.

Même du temps d’Ayrton Senna, durant le règne de Jean Marie Balestre, le ton et la pression n’a été si fort au point de démissionner. Mais l’acharnement a vaincue finalement pour satisfaire un homme contre des millions, pour son propre intérêt général.

L’avenir d’une des plus grande équipe de Formule 1 et l’avenir de 1000 personnes sera entendu demain lors d’une conférence sur « l’évolution de l’automobile » qui se tiendra à Woking et qui sera le théâtre du retrait le plus politique de l’histoire de la Formule 1.

PS : un quotidien autrlichien a indiqué hier « de source sûre » que Mercedes quitterait McLaren.

Mise à jour : Ron Dennis a tenu une confrérence de presse à Woking, par anticipation, pour signifier son retrait de la Formule 1 : « Nul ne m’a demandé de le faire. Il a été ma décision », a déclaré Dennis qui reste toutefois président du groupe McLaren mais qui se concentrera vers le projet de voiture de route et non plus sur la F1.

Saga des projets avortés : Rondel Motul F1

12 mars 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Histoire F1

Lorsqu’il fondera Rondel Racing, Ron Dennis avait un seul objectif : La Formule 1. En 1973, l’équipe de F2 envisage de faire le grand bon en F1 grâce au soutient de Motul. L’étude d’une monoplace a été commencée auprès d’un ancien ingénieur aéronautique reconverti dans l’automobile : Ray Jessop. Le projet avance et la monoplace sera dessinée. Mais la crise pétrolière a éclatée et Motul annonce son retrait, tuant ainsi le projet Rondel Motul F1.

Toutefois, Ron Dennis vendra les plans de sa machine à des japonais selon la légende, mais il apparait que c’est bien Ray Jessop qui finalisera le projet pour le revendre environ 5.000$ à deux aventuriers de la finance ; Tony Vlassopoulo et Ken Gnob : l’équipe Token Racing est née pour 1974.

Cette monoplace restera classique avec un moteur Cosworth 3 litre de 450ch DFV et une boite de vitesse Hewland. Caractérisée par un large museau percé d’une ouïe de refroidissement (en vogue encore à cette époque) cette monoplace a des allures très pataudes (surtout avec la prise d’air volumineuse sur le moteur) et ne réalisera que 3 Grand Prix en 1974 sous Token Racing, avant d’être louée pour une course au Team Harper et pour deux GP au Chequered Flag.

Jacques Laffite la pilotera pour le GP de France 1974.

Gallerie photo de la Token Ici

Retour sur…Ron Dennis et Michael Schumacher

27 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Ron Dennis va bientôt laisser les commandes de l’équipe McLaren à Martin Whitmarsh mais avant de vaquer à d’autres occupations au sein de l’entreprise de Woking : Il a accepté, lors d’une interview, de revenir sur ses tentatives d’engagements envers Michael Schumacher. Retour sur ces approches ratées…

Lire la suite sur www.FanaticF1.com

En partenariat avec :

Ron Dennis et le modèle indépendant

2 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Ron Dennis, directeur général de McLaren Group, a déclaré que l’idée du concept d’équipe indépendante,  sans la participation d’un constructeur est anachronique

L’homme sait de quoi il parle, il a été un des premiers à avoir franchi le pas avec Mercedes en 1999, avec une ouverture de 40% dans le capital de son équipe. Une association extrêmement importante dans l’organisation de McLaren Racing. “Je crois fermement que le modèle d’entreprise d’une équipe de Formule 1 fonctionnant comme une entité financière, est anachronique.” McLaren ayant été un modèle durant plusieurs années de cette idéologie indépendante. Mais les temps changes et voyant que son équipe devait devenir plus compétitive, une idée de participation minoritaire du constructeur allemand est alors dans l’air, loin du projet de Stewart de rachat total par Ford, Ron Dennis garde la main de son équipe avec les avantages qui vont avec. Financier surtout.

En faite, McLaren est une équipe semi-indépendante et la seule avec BMW Sauber dans cette idée. ” Je crois fermement, comme je l’ai dit, que le succès des équipes de Formule1 à l’avenir dépendra d’un soutient d’autres partenaires que des sponsors, ce qui implique un actionnariat puissant et les constructeurs automobiles sont indispensables.” explique Dennis au Financial Times.

Toutefois, Dennis est contre le fait qu’un constructeur dispose de la totalité d’une équipe, une revendication patronale vraisemblablement et une porte de sortie en cas de coup dur comme le cas Honda. Depuis plusieurs années, Ron Dennis tente d’interpréter le système Ferrari d’une équipe semi indépendante, détenu par un constructeur mais autonome dans ces décisions. L’accord initial de 1999 avec Mercedes-Benz, devait permettre la création d’un constructeur McLaren, avec le soutien technique et financier de son partenaire allemand. Un échec. Mais, les projets futurs de McLaren de route, prouve que l’idée est toujours d’actualité et conforte Dennis dans son idéologie.

Une idée simple et qu’il a toujours caressée : devenir une référence en Formule 1 et l’autre Ferrari.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu