Naviguer : Accueil >

Formula1.com met à jour son appli mobile 2011

22 mars 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Formula1.com lance une mise à jour de son application mobile, disponible pour Iphone, Android et Blakberry

Wallpapers F1 pour votre fond d’écran de compétition

29 janvier 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Divers

Il y a un mois environ j’ai reçus un E-Mail me demandant un échange de liens. Jusque là rien de nouveau, mais le service ma séduit. Après une rapide discussion avec le webmaster de se site, nous avons convenu d’un petit accord et je vous présente le service aujourd’hui.

Si vous souhaitez changer votre fond d’écran de votre ordinateur, pour le souvenir ou pour les dernières machines,  je vous recommande de visiter le site www.Wallpapersf1.com

Un service intéressant, que j’ai aimé du premier coup d’œil. J’espère que ce site vous plaira et qu’il sera l’endroit où vous allez télécharger gratuitement votre prochain fond d’écran.

Cliquez librement sur le lien pour accéder à wallpapersf1.com

Formule 1- La F1 est une marque générique

7 juillet 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

f1_Formula 1Depuis le début des années 2000, Bernie Ecclestone, a échoué dans ses tentatives judiciaires envers des sociétés qui ont exploité le nom F1. En 2000, la FOL (Formula One Licensing) a déposée une plainte auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) envers une société internet qui avait enregistré le nom de domaine F1.com. Ecclestone avait affirmé que cette société en question « n’avait pas de droit ou d’intérêt légitime d’utilisé ce nom de domaine ». Toutefois l’OMPI a condamné la FOL, car sa plainte était non recevable, aucune preuve d’enregistrement de la marque F1 n’avait été faite par la FOL.

Pour toute réponse, en Août 2001, la Formula One Licensing BV fait une demande d’enregistrement de la marque F1 au Royaume-Unis pour une variété de 10 classes de biens et services.

En Février 2002, un mois avant que la bataille dans les tribunaux débute entre une société et la FOL, Ecclestone a réglé le problème à l’amiable en échange de 10 millions de dollars pour racheter Formula1.com.

La même année, Ecclestone s’est aussi ridiculisé sur un autre cas, cette fois contre une compagnie appelée ChannelF1. L’argentier de la F1 ayant déclaré que la société ne faisait pas d’effort pour la réputation de la Formule 1 ou F1 en tant que marque ou nom commerciale. Débouté également.

Toutefois, en Décembre 2005, la société Racing-Live (éditeur de F1-Live.com) affirme que le terme F1 est reconnue comme une abréviation de Formule Un et que, par conséquent, ne peut être une marque de commerce. Le combat durera 2 ans. Le 6 Juin 2007, les deux parties présent leurs preuves et le 14 Juin 2007, le terme F1 est désigné comme générique. La FOL a été débouté face à Racing-Live.

Générique signifie : Se dit d’un mot dont le sens englobe toute une catégorie d’êtres ou d’objets et ou Qui appartient au genre et ou Relatif à un type de produit, quelle qu’en soit la marque.

F1 – Autosport.com, Lotus et l’histoire

11 juin 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

lotus-logoMéconnaissance de son histoire ?  Oublie ? Hier soir Autosport.com a diffusé une « dépêche » sur le Team Lotus qui entrera en piste en 2010 (avec le projet Lifespeed, voir ici pour en savoir plus). En effet, le Group Lotus va prendre des dispositions pour protéger son nom.

 » Group Lotus et sa filiale Lotus Cars Limited, constructeur de la légendaire Lotus Elise, et consultant en ingénierie, ne sont pas connectés ou affiliés, à la nouvelle annoncée du retour du Team Lotus. (…) Group Lotus prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger son nom, la réputation et l’image de marque.  »

Une mesure inutile et étonnante de la part d’un groupe qui n’a plus rien à voir avec l’équipe de course depuis de nombreuse année. Histoire :

Après la mort brutale de Colin Chapman le 16 décembre 1982, sa veuve Hazel, se retrouva dans une situation financière très difficile. Elle fût contrainte de céder toutes ses parts de l’usine de voiture à David Wickens, qui les revendit par la suite à Toyota. Mais Hazel savait que de tout ce qu’il avait crée, c’était le Team Lotus qui était le plus cher au cœur de son mari. Elle en conserva donc l’entière propriété et Peter Warr, le team manager, en prit la direction. L’équipe survécue de 1983 à 1994 avant d’être vendue par dépit à David Hunt, qui durant tout l’hiver 94/95 s’est échiné en vain à trouver une solution pour éponger les 85 millions de francs de dettes. Pris par le temps et ne pouvant plus envisager un compromis pour la saison 1995, il décidait finalement le mardi 17 Janvier de suspendre les activités du Team Lotus et de louer le nom à Pacific Racing.

Sachant que les deux entités sont séparés depuis 26 ans maintenant, la réaction du Group Lotus, qui a connue plusieurs propriétaires (et a même été racheté par Benetton en 1996), semble bien mal venus et il est étonnant de voir qu’Autosport.com ne le précise pas.

Au lieu de cela voici leur conclusion :  » La nouvelle fait suite à une déclaration similaire émis par la famille Brabham la semaine dernière, indiquant qu’il entendait contester à Fomtech leur projet de F1 sous leur nom.  »

Source : Autosport.com et Gérard Crombac

F1 – La Formule 1 et Internet

5 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Note du Mardi

note-du-mardi

Le 28 avril dernier à 20h45, TF1.fr a offert aux internautes la possibilité de suivre en direct la 1/2 finale aller de la Ligue des Champions “ FC Barcelone / Chelsea ” tout en dialoguant avec son réseau d’amis Facebook via le livefeed. 2 nouveaux rendez-vous sont programmés également le mercredi 6 mai à 20h35 pour la demi-finale retour ainsi que le mercredi 27 mai pour la finale de la ligue des champions.

Pendant le match, il suffit de se connecter sur le live TF1.fr à l’adresse www.tf1.fr/live/ puis de se connecter au Livefeed de Facebook sur la droite de la vidéo. Ce dispositif, déjà exploité par pas mal d’autres chaînes de TV, sera également mis en place sur des directs forts de l’antenne de TF1 tels que les programmes de sport ou encore de Télé réalité.

La Formule 1 en fera t’elle partie ? Mystère mais cette initiative, appeler de mes vœux depuis plusieurs mois (voir ce billet) arrive enfin sur nos écrans. Mais le chemin est encore long. La Formule 1 et Internet ne fait pas bon ménage pour Bernie Ecclestone et la concurrence fait rage sur la toile. Dernièrement l’IndyCar permet de voir les courses en live sur son site et sur un site partenaire. Chose impossible en Europe ou les contrats télévisuels sont rigides comme de la roche.

Le souci est qu’en F1 tout est payant, les 30 secondes d’images d’une monoplace à la télé est facturé 1500 euros, on comprend pourquoi ces images sont la plus part du temps daté pour illustrer une information. Cela limite largement la diffusion sur les canaux.

La Formule 1 doit s’ouvrir plus et négocié un partenariat avec Youtube. Pourquoi ne pas diffuser gratuitement des extraits d’action de dépassements sur le site de partage ? Cela supprimerait toutes vidéos pirates qui sont banni après 1h de diffusion. Ecclestone pratique avec le net la même politique que nos gouvernants avec la loi Hadopi. Hors l’idée n’est t’il pas d’autoriser et d’embrasser internet tout en obtenant une contrainte ? Exemple : vous avez le droit de diffusé une vidéo de F1 mais le lendemain seulement de l’événement. Le contraire n’est pas trop difficile et en plus de cela la FOM pourrait diffuser ces vidéos ce qui couperait tout programme « pirate ».

L’initiative de TF1 est intéressante reste à savoir si elle sera appliquée à la F1. Car l’innovation dans ce domaine est plus que limité. A moins de tout faire payer.

F1 – Sébastien Bourdais limite ses interventions sur son forum

24 avril 2009 | 17 commentaires
Catégorie : Actualités

Sébastien Bourdais a décidé de limité ses interventions dans les médias et sur son sites pour l’année 2009.

Dans l’excellent blog de Lionel Froissart, le journaliste de Libération précise dans son billet « un diner à l’ancienne » cette décision :

(…) Sébastien a également expliqué pourquoi il limite désormais ses interventions sur son site, étant très déçu par quelques uns de ses pseudos supporters. Il ne veut plus passer son temps à essayer d’expliquer ou de justifier ses performances (ou le contraire) sachant qu’il s’adresse à des « lecteurs » dont l’opinion est faite.

Précision, Bourdais a arrêté ses « Inside » qu’il distillait après chaque Grand Prix de F1 pour l’année 2009. Seul celui de Sebring est en ligne, et il semble clair que les prochains correspondrons à son activité avec Peugeot Sport et non plus autour des Grand Prix de F1.

Standf1.info innove l’information sur la F1

16 avril 2009 | 2 commentaires
Catégorie : Blog Note

Un nouveau venu, du moins un retour, sur la toile, Standf1.org, devient StandF1.info. Nous souhaitons une bienvenue sur le web.

Chouette ! (expression très années 80 je vous l’accorde), un nouveau site sur internet qui traite de l’actualité de la Formule 1. Sauf que dans ce cas précis, au lieu de copier sur ses petits camarades en tout innocence et surtout en toute mauvaise fois, StandF1.info agrège. Une idée nouvelle qui fera son chemin, mais en attendant le site devient une référence.

Un journalisme de lien, de recommandation d’info, mais ça n’est pas du journalisme, c’est autre chose.

Un concept simple : une revue de presse choisie par l’éditeur, Dominique, qui traite l’actualité la plus pertinente en vous recommandant des informations. Le premier site d’agrégation humain de l’histoire du net F1 ! Une idée qui fait son chemin chez les professionnel de l’information et qui arrive dans le petit monde de la Formule 1.

TomorrowNewsF1 ne peut que souhaiter la bienvenue à ce charmant confrère innovant. D’autant que, le site est sympa, avec un esprit sympa et avec tout ses sympas, nous ne pouvons que nous entendre avec StandF1.info. En plus Dominique aime bien TomorrowNewsF1. Donc parfait !

Pour visitez le site cliquez sur Standf1.info

Nom de domaine F1 : quel nom pour l’ (ex)équipe Honda ?

28 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Quel nom pour la future (ex) équipe Honda en 2009 ? Une bataille de nom de domaine s’engage et les vautours rodent sur la toile.

Dans un premier temps il faut signaler que le nom de domaine www.hondaracingf1.com est encore valable jusqu’au 7 Octobre 2010 et qu’il est la propriété de Honda GP Ltd la holding dirigeante de l’équipe Honda Racing F1 Team.

Les noms de Brawn Racing et Brackley F1 ont circulé. Sauf que pour le nom de domaine www.brawnracing.com il a bien été déposé le 25 Février mais par une certaine Caroline McGroy, qui n’est autre que l’avocate de Honda Racing F1. Un nom de domaine en plus valable jusqu’en 2011.

Le nom de domaine Brawnracingf1.com a été déposé le 16 Février (valable aussi jusqu’ne 2011) par une compagnie de Toronto au Canada.

Avis aux amateurs : Brawn-Racing.com, est encore disponible.

BrackleyF1.com ? Et bien non le 27 Février un Lituanien du nom de Siamoas Rudaminas l’a déposé. Et le nom de Pureracingf1.com a été lui aussi déposé le 23 Février 2009 par la même société de Toronto qui dispose de Brawnracingf1.com, enfin Brackleyracing .com et Brackleyracingf1.com sont disponible.

Lire sujet de Radio-Canada

F1 – Le réveil des magazines papiers sur Internet

25 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Analyses

Dans un monde de l’information F1 dominé par les pures Player, les magazines tentent d’envahir le marché avec l’utilisation de leur marque. Vont t’il réussir ?

Historiquement le seul à avoir réussit à faire cette mutation reste Autosport, qui avec son site internet www.autosport.com, crée pourtant tardivement, rattrape son retard grâce à des recettes simples. En France, les acteurs papiers sont en contradiction avec la réalité et arrivent sur un marché ou l’offre dépasse la demande.

www.F1i.com par exemple n’a rien à voir avec le magazine et aucune synergie n’est effectuée. Le magazine F1 Racing, pourtant le plus vendu dans le monde avec ses différentes éditions (entre 500.000 et 1 millions d’exemplaires par mois), n’a pas réussit sa mutation sur internet et ce contente d’être un mini site de présentation de son magazine. Ne parlons pas de Formule Magazine qui est absent du net.

En 2007 l’annonce de l’arrivée de Sport-Auto était réjouissante. Sauf que le site sportauto.fr ne décolle pas. Selon OJD, le site après une année s’établit à une moyenne de 58.000 visiteurs uniques et 220.400 pages lus par mois. Soit moins que les pures Player du secteur. La marque papier ne fait pas tout.

Le dernier en date, Auto Hebdo, après avoir été longtemps été un forum, a annoncé l’arrivée d’un site internet « avant Melbourne » sans donner plus d’indication. Reste à savoir si l’hebdomadaire fera avec ce site une véritable politique de contenu.

F1 – L’exemple du Cricket

20 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Le sport se rapproche d’internet. Je vous avais parlé d’un rapprochement entre la F1 et Facebook qui serait du possible et même une idée intéressante. Du coté du Cricket (un sport national en Angleterre), Yahoo, qui attire plus de 1,5 milliards de visiteurs chaque année, a obtenu un partenariat de trois ans avec l’ICC (International Cricket Concil).

L’entente couvre l’accès à des vidéos exclusives, des photos, des interviews et des interventions des joueurs majeurs. Haroon Lorgat, le chef de la direction des tournois CPI a demandé à Yahoo de  » fixer de nouvelles normes en matière d’innovation « .

Sachant que Bernie Ecclestone observe beaucoup le cricket et les ligues américaines, cet accord risque de lui donné des idées. De plus la concurence fait rage sur internet avec le football et le rugby .Espérons du moins.

La Formule 1 & Facebook : un avenir commun

17 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Media

Internet devient social, tout le monde en a enteudu parler, le Web 2.0 en l’état de puissance. La F1 l’a déjà affronté à plusieurs reprises ces deux dernières années. Youtube est le fer de lance de cette génération de produit internet qui pullulent sur internet depuis plusieurs mois. Sans que la F1 ne s’intéresse à sa destiner

Et bien il est temps de changer cela. Mosley et Ecclestone souhaite plus de Formule 1, alors je leur conseil Facebook. Avec un programme simple : L’utilisation pour les GP du réseau social afin de permettre à ses membres fan de F1 de réagir et d’échanger en « live ». A la manière de CNN.com Live Facebook, qui avait été un formidable succès lors de la cérémonie d’investiture de Barack Obama.

Cette semaine, la NBA lance un programme équivalent pour les All Star Games, prouvant que l’organisation du basket américain reste la plus novatrice en la matière et qu’une application sportive est possible.

Une solution pour TF1 qui cherche à valoriser son investissement Formule 1 au-delà du simple retour publicitaire. Une idée comme cella là est à creuser non ? Facebook a plein de fan de F1, fort de 6 ou 7 millions de membres en France.

Edito – Décrypter n’est pas jouer

16 février 2009 | 5 commentaires
Catégorie : View

« Décrypter consiste à retrouver le texte original à partir d’un message chiffré (codé) sans posséder la clé de (dé)chiffrement ». Voici ce qu’indique Wikipedia pour le terme « Décrypter ». Cette nouvelle manière de faire de l’information reste mal comprise pour les fans de Formule 1, qui confondent rumeur et décryptage.

La frontière entre les deux est très difficile, mais tout débute surtout sur la mauvaise compréhension d’un décryptage qui cause une rumeur. Souvenir de Bourdais chez Penske par exemple, basé sur une réflexion et un décryptage et qui c’est propagé comme une rumeur en quelques heures. Un décryptage n’est pas une interprétation. Une rumeur si.

On considère comme sérieux des sites comme GrandPrix.com, qui ont fait du décryptage et de l’information un let motiv. Avec les mails que je reçois pour mon blog, depuis l’annonce de la version espagnole, je peux vous dire que TomorrowNewsF1.com est aussi considéré comme un site sérieux. Beaucoup me raconte leurs incompréhensions dans l’interprétation des remarques dans des forums avec des personnes cassantes, alors que le décryptage est souvent juste, mais qu’il est assimilé à une rumeur.

Exemple McDO et Renault à la place de ING. Le site GrandPrix.com en a fait une réflexion, j’en ai fait un décryptage. Et j’ai reçu beaucoup de message et lu aussi sur divers forum que c’était « bidon », que j’étais un « site de merde », que j’étais le spécialiste du genre etc…hors j’écris juste que c’est possible en donnant des chiffres de cette possibilité. Pas de rumeur, un décryptage de cette information.

Les internautes découvrent cette forme d’information et ne la comprennent pas. Lobotomisé peut être par ces machines à dépêches « très sérieuses », qui me considère d’ailleurs comme un concurrent sérieux, si je lis bien leurs forums. Le monde est fait de trois sortes d’informations qui se confondent : l’information brute, sans plus value, la rumeur basée sur un bruit, et une réflexion/décryptage/analyse. TomorrowNewsF1.com et FanaticF1.com, voir Grandprix.com sont de cette dernière catégorie.

Ultime remarque, le décryptage nécessite des arguments. Car juste écrire après avoir lu le billet dans un forum : « bidon » « site bidon » et autres arguments que mon cousin de 8 ans est capable de dire après n’avoir rien compris, est facile. La critique est facile après tout.

Ecclestone, Internet et la Formule 1

12 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités

Bernie Ecclestone répond à Max Mosley sur la présence de la Formule 1 sur Internet. (Voir Edito – La révolution internet prévue pour la F1).

Depuis quelques années, c’est la grande question : Pourquoi la Formule 1, qui a une présence forte pourtant sur Internet, n’est pas des plus accessibles dans ce réseau ? “Bernie est sceptique sur l’internet, il n’y a pas de doute sur ce sujet. Mais son potentiel est énorme”, indiquait Max Mosley lundi, qui aurait la solution pour permettre à la Formule 1 de rattraper son retard.

Mais Ecclestone s’explique sur l’immobilisme dans l’internet : «  Nous avons des contrats avec des chaînes de télévision dans le monde entier, qui leur donnent le droit exclusif de d’émettre dans leur territoire et cela comprend internet ». L’argentier explique sur autosport.com que les chaines de télévision ont la responsabilité d’une diffusion et qu’il ne peut pas casser les contrats. Une indication importante.

L’année dernière ITV a lancé une offre sur internet pour permettre de regarder la Formule 1, idem pour RTL, en Allemagne avec un live flux. Le site officiel, Formula1.com, (Premier site de F1 du monde avec 5,2 millions de visiteurs uniques par mois en Décembre 2008) permet de voir des résumés de vidéos, mais en France et le reste du monde ce n’est pas le cas.

En France, TF1 ne fait pas de promotion de la F1 sur son site internet, il n’a d’ailleurs pas réussi à percer sur le web. Son site LCI.fr n’est que le N°3 en France des sites d’informations. Pire alors que l’Espagne laisse délibérément ses diffusions sur Youtube par exemple, TF1 n’utilise pas cette opportunité pour faire la promotion de WAT.fr (N°3 des sites de partages de vidéo), son site vidéo, en perdition.

Laissant la porte ouverte à des projets alternatifs, comme l’écriture d’un logiciel pour participer à une course réelle en mode virtuel. Sauf que sur cette idée géniale, en apparence, la F1 a déjà 2 ans de retard, car les mondes virtuels ne sont plus à la mode sur Internet depuis plusieurs mois.

Edito – La révolution internet prévue pour la F1

9 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : View

 » La Formule 1 devrait mieux exploiter la puissance de L’internet « , a exprimé Max Mosley aujourd’hui. Analyse judicieux, du président de la FIA et un état de fait, l’information circule dans le réseau de manière accentué depuis 4 ans environs.

Je m’en étais épanché sur le blog Presse Citron hier soir, indiquant à Eric Dupin que la F1, comme le monde du High Tech, était devenu une formidable niche à information. Tous les jours quelque chose se passe. De bon ou moins bon, mais la Formule 1 est devenue sur Internet un média à elle toute seule, avec des relais plus ou moins puissants. Sauf que l’idée d’internet n’est pas partagée par Bernie Ecclestone qui depuis le début des années 2000 a une défiance envers ce nouveau venu qui ne lui rapporte rien. « Bernie est sceptique sur l’internet, il n’y a pas de doute sur ce sujet. Mais son potentiel est énorme », indique un président Mosley soudain défenseur de l’internet.

Quoi faire sur Internet ? La F1 est en retard par rapport au Football anglais et même et surtout aux Sport US. Des accords avec Youtube ont été conclus pour diffuser des matches ou plutôt des résumés (valorisant) de matchs. La présence sur les réseaux virtuels est négligeable actuellement en F1. Bref il y a des niches.

Mais il est intéressant de constater que Max Mosley a fait le constat suivant :  » Sur Internet les journalistes ne font pas la loi, et il est souvent observer que le site officiel de la F1 ne fait pas la pluie et le beau temps sur Internet en matière d’information non plus. »

Une révolution Internet que souhaite prendre la F1 après avoir manqué le premier virage et même le deuxième.

Ce business des noms de domaines de la F1

6 février 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Spéculer sur la valeur commerciale d’un nom ne coûts pas cher et peut se révéler très rentable, déroulait l’article du magazine Capital de Mars 2003. Cette pratique de dépôt de marque virtuel était très en vogue il y a encore 6 ans, avant de s’effondrer.

L’affaire USF1, que Max Mosley a confirmé ce matin, n’enlève pas le fond du nom de domaine déposé le 14 Décembre2000. En 2001, Tony George, le promoteur d’Indianapolis déplorait ne pas pouvoir faire la promotion de la Formule 1 sur le sol US avec un nom générique. Il s’avère qu’à l’époque 1 millions de dollars lui était proposé pour le rachat de…USF1.com !

Cette pratique à largement touchée la Formule 1. Bernie Ecclestone lui-même a été obligé de racheter, à une certaine Miss Morris, le nom de domaine Formula1.com, et de quelle manière : Après avoir échoué à convaincre la propriétaire de deux noms de domaines génériques sur la F1, Ecclestone a déposé une plainte contre elle en Californie, alléguant la violation de marque et la promotion trompeuse du site Formula1.com. L’affaire c’est réglé pour quelques centaines de milliers d’euros (550.000 euros pour Formula1.com). Loin des 8 millions de dollars du rachat de Business.com par exemple.

C’était l’époque facile, qui n’a plus lieu, mais que certains essaies encore. Par exemple vous pouvez acheter Bernieecclestone.net si vous le souhaiter. Pire, devant la réussite de certain site internet sur la F1, des concurrents n’hésitent pas à déposer des noms de domaines avec tiret et tente même de les revendre 20 fois le prix initial. Ne parlons pas des menaces du même genre dont même TomorrowNewsF1 a été victime, cet été par exemple.

Il n’y a que peu d’intérêt derrière cette pratique, qui n’apporte rien. Les marques sur internet s’établissent et faire du « squat de marque » est une pratique répressible. Les déposants de Facebook.fr et de parcequejelevauxbien.com en ont fait les frais. Car dans ce cas, c’est le site d’origine qui prime sur le dépôt. Donc si vous faite un dépôt de nom de domaine après ce dernier, vous n’avez aucune chance.

Autosport.com passe F1-live.com

23 janvier 2009 | 3 commentaires
Catégorie : Media

Sur Internet, il existe deux sites majeurs d’information : F1-Live.com et surtout Autosport.com. Ce dernier est considéré comme l’agence Reuters de la Formule 1, tandis que le leader français a inventé un nouveau style de site d’information, largement imité depuis.

Pour la première fois de l’histoire, Autosport.com a doublé sur internet son concurrent direct en décembre 2008. En effet, Autosport.com a cumulé 3.3 millions de visiteurs uniques (+40%), alors que son concurrent se contentait de 2,7 millions de visiteurs uniques cumulés (-30%).

Le score est donc étonnant pour Autosport.com, dont l’hebdomadaire ne dépasse guère les 40.000 exemplaires tirages. Un bon exemple de réussite de la presse écrite sur internet. Autorsport.com est considéré, dans les salles de presses de tout les Grand Prix du monde, comme LA référence. L’agence de presse par excellence.

Update : le site de Formule 1 le plus consulté du monde reste Formula1.com avec 5,1 millions de visiteurs uniques cumulés en décembre 2008

L’évolution éditorial des sites de Formule 1 en jeu

4 décembre 2008 | 1 commentaire
Catégorie : Non classé

De l’article du site Bakchich.info sur les hebdos français et leurs orientations éditoriales révèlent une réflexion globale par effet de vase communiquant sur les sites de Formule 1.

L’analyse signée Simon Piel se résume de la manière suivante : Marianne joue parfaitement sur l’actualité, avec un let motiv engagé « anti Sarkozy », dénonçant les dérives du régime, tout en surfant quand, l’actualité est brulante, sur un événement (la crise par exemple). Le magazine voyant toutefois son front contre le président périclité, souhaite se dirigé vers une réflexion de gauche. Coté vente, tout va bien. LE Point, joue la carte de l’exclusivité avec une image de droite affirmée, assurant de bonne vente. Le Nouvel Observateur, a joué la carte du décalé et de la culture, mais son positionnement centre gauche lui fait perdre du terrain en terme de vente. Enfin L’Express a décidé de ne pas choisir son camp, elle se peopolise. Christophe Barbier, son directeur, étant sur tout les fronts médiatiques, mais il semble que la stratégie trouble les lecteurs.

Quid des sites de Formule 1 ?

Actuellement les tendances sont doubles : celle de la course à l’actualité brute, et celle de l’explication dans le texte avec position d’engagement, comme c’est le cas de ce blog par exemple. Avec l’expérience acquise, je me suis rendu compte que la course à l’information brute était veine. La marge de manœuvre étroite, car elle consiste à être le premier à fournir l’information. La seule image du site consistant à surfer sur cette rapidité. Ce que j’ai jugé mince de prime abord. Ce qui nous a fait donner une réflexion sur le site FanaticF1.com, de ne pas courir, mais de réfléchir. Estimant que la tendance était plus à l’explication dans le texte, au jugement de fond plus que de la forme. Un pari à l’époque, qui nous a permis de multiplier par 4 notre auditoire depuis le début de l’année 2007.

Alors, à la manière des hebdos de notre pays, il y a des pistes nouvelles à étudier, des positionnements clairs à établir. Certains sites d’informations sont gérés par des fans purs, donc ayant déjà une tendance qu’il n’assume pas. L’impersonnel n’étant plus la norme sur internet, le cahier de tendances futur sera, l’imagination de sites d’informations prenant position contre des propositions de Bernie Ecclestone, Max Mosley, des équipes etc… Des sites chassant le scoop ou l’explication d’analyses, et de jouer sur du décalé avec un contenu annexe riche, ou d’une ligne nouvelle, plus people, légère, mais efficace.

L’année 2009 sera charnière, héritière de la crise (qui n’est pas vraiment une touche des sites de Formule 1). Mais comme l’après 2002 a permis en France l’explosition des sites amateurs (tous créer entre 2003 et 2006), devenus puissant en terme d’audiences, mais sans avoir fait autre chose que d’imité l’impersonnel géant, crée à la fin des années 90. La crise de 2008 va ouvrir une nouvelle génération, assurément, de site d’information. Mais quel genre ? A suivre…

Quel home page pour les sites de F1 ?

8 octobre 2008 | 2 commentaires
Catégorie : Non classé

En pleine réflexion sur l’évolution du blog TomorrowNewsf1.com, et sur une diversification, l’analyse de l’évolution des sites de Formule 1 et intéressante. Le modèle type F1-Live, copié par tous les supports n’est plus. D’autre solution doivent être trouvée.

Il y a quelques mois je vous avais parlé du futur des sites de Formule 1. Estimant que l’avenir tournera autour de deux catégories : les médias citoyens et les sites d’informations indépendants. Mais au-delà de ses deux idéologies, c’est l’aspect de la présentation, dont j’aimerais vous parlez ici.

Un nouveau modèle doit être trouvé, je définis trois nouvelles manières de présenter un site de Formule 1 :

Lancer un portail d’information avec un flux d’information kilométrique, à la manière des sites de marques. Cet aspect simplifie la navigation et épure le design global. Sauf que l’article n’est pas une fin en soit, d’autre produit complémentaire doivent retenir le visiteur, et c’est le devoir des blogs d’opinion et d’analyse d’appuis. Ces blogs permettent un dialogue différent des forums. De plus le système de présentation kilométrique est plus facile pour le robot GoogleNews. Les informations sont plus facilement reprises que sur le modèle F1-Live. Ce principe de présentation est entièrement axé sur l’information et l’analyse.

L’aspect portail est intéressant car il permet de définir un nouveau type de produit. Dans un premier temps l’information doit être rejetée vers un blog ou un agrégateur d’information. Enfin le portail doit proposer des produits annexes :  widget, wallpaper, bref du multimédia. En visitant le site du dernier James Bond ou de Barack Obama, imaginer un site de Formule 1 tournant de ses mêmes concepts peut être intéressant. Ce principe là est axé sur le multimédia.

Enfin, le principe de portail personnalisé, permettant de regrouper sur un même support toute vos activités sous forme d’un support Java. A la manière d’un Netvibes ou d’un igoogle par exemple. L’idée est de laisser l’internaute faire ce qu’il souhaite de sa page, mais qu’il reste chez vous. Ou alors si vous avez un site complet, lui proposer de choisir SA page en fonction des services que vous proposez.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu