Naviguer : Accueil >

BusinessLink (10 Février)

10 février 2012 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

BusinessLink (15 Décembre)

15 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Business News F1

Grosjean et l’axe Lotus, Gravity et Total

9 décembre 2011 | 2 commentaires
Catégorie : Management, Marketing

Dans sa déclaration, Romain Grosjean remercie surtout le pétrolier Total et Gravity Sport Management. Les deux principaux acteurs du retour du pilote français. « Je ne vais pas décevoir et je tiens à remercier toutes les personnes sans lesquelles ce retour en F1 n’aurait pas été possible. Total, qui me soutient depuis 2006, et Gravity Sport Management sont les premiers de cette liste. »

Depuis l’été, un plan autour de Grosjean a été décidé. La domination en championnat du GP2 a été mesuré et le choix de ne pas le faire débuter en remplacement de Nick Heidfeld avait été murement réfléchit. Ne pas reproduire le scénario de 2009, mais plutôt préparer 2012. En cela la stratégie de Gravity Sport Management a été prudente. Les deux vendredi en EL1 de Romain Grosjean lors du GP d’Abu Dhabi et du Brésil, n’ont véritablement servi qu’à valider l’impression.

Du côté du pétrolier Total, le projet d’aider un pilote français pour son retour dans la discipline reine était déjà impacté dans les tiroirs de la grande tour de la Défense à Paris. Lors du projet Renault – Genii Capital développé durant l’été et finalement avorté, le PDG de Total, Christophe de Margerie avait assuré son soutien et promis une augmentation de budget à l’équipe de 5 millions d’euros. Il semblerait que la présence de Total pour l’avenir dépendait de la présence d’un pilote tricolore dans ses rangs. Le pétrolier hexagonale est un sponsor majeur de l’équipe d’Enstone car ayant déboursé 10 millions d’euros en 2011.

En cela, Grosjean sécurise un total de 15 millions d’euros de contrats.

Source Sportune.fr

BusinessLink (1 Novembre)

1 novembre 2011 | Commentaires fermés
Catégorie : Economie

Total Moon Race à l’écran depuis le 1 Décembre

1 décembre 2010 | 4 commentaires
Catégorie : Media

wallpaper Total Moon

A partir d’aujourd’hui, découvrez sur www.total-moon-race.com le premier film d’animation 3D de Total : « Total Moon Race ». Ce court-métrage (104 ») qui met en scène un petit garçon rêvant d’une course de F1 sur la Lune, a été réalisé par l’agence BUF spécialisée en effets spéciaux numériques. Elle a notamment travaillé sur Arthur et les Minimoys et Batman Dark Knight.

Total Moon Race sera diffusé dans les cinémas équipés pour la 3D relief en France (le  8 Décembre en première partie de Megamind et le Monde de Narnia 3) au Royaume- Uni, en Chine, au Canada, en Belgique (Bruxelle à partir de ce 1er Décembre avant tout les films familiaux) et aux Emirats Arabes Unis.

Le pitch : Charlie Sweetheart est un petit garçon de 10 ans passionné de Formule 1 et fasciné par la conquête spatiale. Alors que sa mère lui demande de descendre dîner, il est emporté par ses rêves.

Installé dans le baquet de sa monoplace pour disputer le premier Grand Prix sur la Lune, la pression monte. Charlie sait que la Total Moon Race est sa course, son moment. Les plus grands sont là, mais imprégné des exploits de ses idoles, Charlie est prêt. Que le meilleur gagne…

A travers cette fiction, Total montre son engagement et sa détermination à relever tous les défis de l’Energie. Pour Total, la Formule 1 est avant tout un formidable terrain d’expérimentation pour les moteurs et les produits de demain.

F1 – Total a aussi son bouclier fiscal

20 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Actualités, Business News F1

On n’obtient pas un bénéfice record de 14 milliards d’euros par hasard. Grâce à une jolie manoeuvre, le pétrolier Total négocie son impôt – et ses ristournes – directement avec le ministère du Budget.

Ce vendredi, chez Total, c’est philanthropie. Ou plus communément, assemblée générale des actionnaires. Au menu, une belle année. Une de plus. Et des chiffres qui font plaisir. 14 milliards d’euros de bénéfices net. Un record. C’est que le cinquième pétrolier mondial bénéficie depuis des années d’un bouclier fiscal taillé sur mesure : le BMC, Bénéfice Mondial Consolidé. Un dispositif peu connu, mais sans lequel l’entreprise française la plus bénéficiaire aurait versé à la collectivité plus de 3,5 milliards d’euros…

Lire la suite de l’article sur www.Backchich.info

Business F1, L’effet Papillon (Semaine 19)

8 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Une fois Chrysler sorti de la procédure de dépôt de bilan, le patron du groupe automobile italien Fiat , Sergio Marchionne, prendra la tête du constructeur américain. Une tâche ardue alors que Fiat a d’autres fers au feu, comme la reprise de l’allemand Opel.

Le constructeur automobile français Renault serait en discussions pour reprendre la marque Saturn de General Motors, affirme mercredi le Wall Street Journal (WSJ). Saturn fait partie des marques dont GM veut se débarrasser. D’après le quotidien économique, qui cite sans les nommer deux sources proches du dossier, Renault envisage d’utiliser la marque Saturn et son réseau de plus de 400 concessionnaires comme tête de pont pour son retour programmé sur le marché nord-américain.

Le groupe pétrolier français Total a vu son bénéfice net reculer de 35% au premier trimestre 2009, à 2,1 milliards d’euros, subissant les effets de la chute du cours de baril de pétrole brut, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

Le constructeur automobile haut-de-gamme allemand BMW a annoncé ce mercredi avoir plongé dans le rouge au premier trimestre. Sa perte nette atteint 152 millions d’euros, contre un bénéfice de 487 millions au premier trimestre 2008, selon un communiqué.

Le constructeur automobile américain General Motors envisage de prendre une participation dans l’italien Fiat, auquel il céderait en échange ses activités en Amérique du sud et en Europe.

F1 – Chute de 35% du bénéfice pour Total

6 mai 2009 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Le groupe pétrolier français Total a vu son bénéfice net reculer de 35% au premier trimestre 2009, à 2,1 milliards d’euros, subissant les effets de la chute du cours de baril de pétrole brut, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

C’est un peu mieux que les prévisions des analystes financiers, qui s’attendaient à voir le bénéfice du pétrolier dégringoler de 39% à 2 milliards d’euros, selon le consensus réalisé par l’agence Dow Jones Newswires.

Le prix du baril de pétrole brut, qui était monté jusqu’à 147 dollars à l’été dernier, a perdu plus de la moitié de sa valeur entre le premier trimestre 2008 et le premier trimestre 2009.

Lire la suite de l’article sur E24.fr

Renault F1, de ELF à Total

2 décembre 2008 | 7 commentaires
Catégorie : Analyses, Business News F1

Une page se tourne, ELF quittera la Formule 1, de manière quasi définitive, au profit de Total. Un retour pour cette marque, déjà sporadiquement présente en F1 durant l’ère Prost il y a 10 ans.

La marque ELF a beaucoup décliné ces dernières années par défaut de promotion. Les titres de 2005 et 2006 n’ayant pas été activement sollicités auprès des publicitaires, l’image de pétrolier haut de gamme, acquise au fil des années à perdues de son crédit.

De plus, ELF est la propriété du groupe Total depuis dix ans, et ce dernier, souhaite surtout mettre en avant sa marque en F1. Après avoir été présent en Rallye avec le groupe PSA et aux 24h du Mans avec Peugeot en 2008. Un plan de communication est déjà prévu, tournant la page d’une épopée technique made in France qu’a représentée ELF durant plus de 40 ans.

LE 4ème groupe pétrolier mondial, investit entre 50 et 60 millions d’euros par an dans le sponsoring entre le groupe PSA et Renault. La Formule 1 représentant 50% de la somme environ. Historiquement, ELF a toujours été associé avec Renault et Total avec le groupe PSA. Mais, à la manière de FINA, elle aussi reprise à la fin des années 90 par le groupe, le logo de ELF s’éteindra progressivement avec le temps.

D’autant plus que le nom ELF est trop fortement associé à l’affaire ELF, qui restera ruineuse pour l’image du pétrolier. Déjà en 2001 le retour d’ELF, sur la carrosserie de la Benetton B201, a été le fruit d’un lobbying actif de Renault, qui voulaient voir son partenaire de gloire passée associer à sa nouvelle épopée. Contre l’avis du groupe Total, qui en punition ne communique plus ou pas sur la Formule 1. Huit ans plus tard, le constructeur a enfin accepté, par défaut, le remplacement. Pour des raisons d’images, car la R29, au design évolué; dit t’on, doit incarner un renouveau, donc la livrée des voitures doit démontrer ce dynamisme.

La dominante couleur de Total étant le rouge, Karim dans son commentaire, m’a signalé que les ailerons arrière et avant pourraient devenir rouges. Pertinent. Toutefois, il ne faut pas oublier que si telle était le cas, cela signifierait que Renault n’a définitivement pas trouvé de sponsor pour remplacer Telefoninca et I mode, un manque a gagné de 25 millions d’euros, tout de même.

Total, un intérêt feint pour Repsol

25 novembre 2008 | 4 commentaires
Catégorie : Actualités, Business News F1

La caisse d’épargne espagnole La Caixa est en train de chercher des alternatives à la vente de sa participation dans le pétrolier espagnol Repsol au russe Loukoïl, dont l’une serait de vendre au groupe français Total, selon le journal El Mundo de lundi 24 novembre. La Caixa a refusé de commenter cette affirmation. El Mundo cite des sources proches de La Caixa.

Celles-ci assurent que « d’autres solutions (que la vente à Loukoïl) sont à l’étude », parmi lesquelles une vente au groupe pétrolier français Total. La Caixa cherche des solutions en raison de l’agitation que crée en Espagne la possibilité que le premier pétrolier du pays passe sous le contrôle du groupe privé russe. Total n’a pas fait de commentaires.

Total s’est montré intéressé par Repsol il y a quelques mois, mais le groupe a démenti plusieurs fois son intérêt. Son PDG, Christophe de Margerie a déclaré dimanche soir 23 novembre sur RTL: « J’ai dû répéter dix fois que nous n’étions pas intéressés pour une seule et simple raison: notre stratégie n’est pas dans le renforcement du raffinage marketing en Europe à un moment où (…) la croissance de la consommation va forcement baisser ».

Il avait par ailleurs déclaré dans La Tribune du 8 novembre: « Nous avons déjà dit que nous étions prêts à investir 10 milliards de dollars pour une ou deux acquisitions qui nous permettraient d’accélérer la constitution de notre portefeuille de ressources d’hydrocarbures à un coût acceptable. Repsol ne correspond pas à cet objectif ».

Selon El Mundo, Total serait disposé à entrer dans Repsol s’il obtient un contrôle beaucoup « plus important » du groupe espagnol que celui auquel Loukoïl serait prêt à se conformer. Le quotidien souligne que l’entrée de Total en Espagne serait mieux vue que celle de Loukoïl, s’agissant d’un groupe européen.

Loukoïl, un groupe privé russe lié au pouvoir politique de Moscou, est actuellement en discussions pour devenir le premier actionnaire de Repsol avec une part de 29,9%. Le gouvernement socialiste espagnol, tout en affirmant le caractère stratégique de Repsol, ne semble pas opposé à l’opération, mais plusieurs voix en Espagne, se sont élevées contre le projet. La Caixa, deuxième actionnaire de Repsol avec près de 14% du capital (participation directe et indirecte), a reconnu la semaine dernière être en train de négocier la vente d’une partie de sa part à Loukoïl. La vente est soumise à la condition que Loukoïl acquiert la part de 20,01% de Repsol détenue par son premier actionnaire, le groupe de BTP, lourdement endetté, Sacyr Vallehermoso.

Le directeur général de La Caixa, Juan Maria Nin, a déclaré ce week-end que les négociations avec Loukoïl en étaient à un stade très préliminaire. Selon El Mundo, les créanciers de Sacyr, qui tiennent le groupe de BTP à la gorge, cherchent aussi d’autres solutions, auprès du mexicain Pemex, ou du brésilien Petrobras.

Cette annonce, ridicule de prime abord, est importante car si Total reprend Repsol, le retour de la marque en Formule 1 en 2010 par exemple n’est pas impossible. Le pétrolier espagnol ayant une image dynamique via son sponsoring en MotoGP, WTCC etc..

Alonso, Repsol en toile de fond économique

25 septembre 2008 | Commentaires fermés
Catégorie : Business News F1

Le quotidien espagnol Expansion affirme que Total et Shell veulent acheter la part de 20% du pétrolier espagnol détenue par le groupe de BTP Sacyr Vallehermoso, et celle de 12,7% de la Caixa. Repsol vaut 25 milliards d’euros en Bourse.

La bataille débute entre les deux pétroliers. Selon le magazine économique, Total et Shell veulent acheter la part de 20,01% de Repsol détenue par le groupe de BTP espagnol Sacyr Vallehermoso, qui a reconnu le 12 septembre qu’il avait envisagé de s’en défaire. A cette part s’ajouteraient les 12,7% du pétrolier espagnol détenus par la caisse d’épargne La Caixa, ce qui entraînerait l’obligation pour l’éventuel acquéreur de lancer un offre publique d’achat (OPA). La législation espagnole impose à un acheteur dépassant le seuil des 30% du capital de lancer un OPA sur l’ensemble de la société, sauf à obtenir une dispense.

Mais le plus intéressant, n’est pas la concentration des pétroliers, mais les autres actionnaires : La banques Barclays, et les assureurs Axa et Mutua Madrilena (2% du capital). Une information intéressante confirmant la rumeur discrète, que Repsol serait intéressé par l’arrivée de Fernando Alonso chez Honda. Sachant que le double champion du monde a un contrat long terme avec l’assureur madrilène, cela explique bien des choses. L’année dernière encore Mutua était actionnaire de Banco Santander.




  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu