Naviguer : Accueil > Divers > Blog article: Uchronie F1 – Et si le GPDA devenait le seul interlocuteur des équipes ? (partie 4)

Uchronie F1 – Et si le GPDA devenait le seul interlocuteur des équipes ? (partie 4)

Posté le 1 mai 2012 dans la catégorie : Divers

Certains agents comme Steve Robertson, agent de Kimi Raikkonen, protesteront. Son pilote est remplacé sur le champ par une jeune pilote ayant accepté de faire partie du nouveau syndicat : le NGPDA. Lors du Grand Prix de France la fronde a été telle que 70% du plateau a été remplacée durant l’été meurtrier. Le début d’une autre dérive économique.

Prenant 20% de chacun des contrats Flavio Briatore cumule une fortune massive, avec le concours des actionnaires et petits porteurs, qui souhaitent que la discipline reste unifier et tende vers un modèle d’organisation. Cet ensemble représente essentiellement les intérêts des équipes depuis l’introduction en bourse de Singapour de 30% du capital par le CVC Capital Patners. Les intérêts convergent.

En 2017, un coup de force, porté par des pilotes majeurs comme Sébastian Vettel et Lewis Hamilton, multiples champion du monde et bien aidé par leurs agents, gérant les intérêts personnels et non sportif de leur carrière, lance la révolte. Ce noyau contourne le syndicat GPDA dirigé par Flavio Briatore,  en utilisant des agents commerciaux et non sportif et demande son abolition. Une première proposition de réduction de la commission à 10% sera un échec et la menace de grève sera réprimée par la FIA de la même manière qu’en 1982. Les amendes pleuvent sur plusieurs millions d’euros. Le conflit sera sanglant et durera six mois. En Janvier 2018, Briatore tentera l’impossible pour sauver son système. En effet, seulement 20% des pilotes touchent le salaire maximal alors qu’une grande majorité touche seulement 200.000 euros l’année. Sous les coups prolongés des agents indépendants, ayant créé une association commune nommée : FMU, pour Formula Management United.

Les gros salaires menacent de quitter la discipline. Dans un communiqué cinglant Flavio Briatore indique que pour quitter l’association le dédit est fixé à 15 millions d’euros. Astronomique pour les petits salaires, comme pour les gros qui sont déjà fortement limité par le plafond de 5 millions d’euros. Les pilotes rebelles verront leurs émoluments gelés durant de long mois et certain ne seront d’ailleurs jamais payés.  Un total de 35 millions d’euros s’envole en fumée. Les deux seules solutions pour sortir de cette situation seront radicales. De nombreux pilotes annoncent des précontrats en IndyCar Séries ou subitement leur retraite. La pression monte à son paroxysme et logiquement la situation se détendra entre toutes les parties.  L’homme d’affaire italien accepte de baisser sa commission à 15% et augmente le cap salarial à 8 millions d’euros, avec le concours des maîtres de la FOTA. Un compromis qui est loin d’être défavorable pour lui et pour les pilotes. Une situation qui réduira aussi à néant tous les projets d’agent indépendants qui se formaient autour des pilotes rebelles. L’accord signé, certains pilotes se passent alors complètement d’agent-consultant pour négocier seul leur salaire auprès des patrons d’équipes.  Le lock-out a été évité de peu pour la seconde fois.

En 2021, à 71 ans, Flavio Briatore annonce qu’il cède sa place à la tête du GPDA à Fernando Alonso. La logique de l’affrontement n’est plus. Cela ne signifie pas que le syndicat unique soit moins actif. Il évolue et devient plus pragmatique, comme le démontre la première déclaration de l’ex pilote espagnol lors de son introduction : « J’ai décidé de choisir mes combats pour le syndicat. La clé pour nous est de resté unie. Je crois que les gars, pour l’essentiel, s’intéressent à ce qui se passe. Je ne crois pas que nous soyons dans une logique d’individualisme. Le syndicat ne va pas que s’occuper des stars, mais de tous les pilotes de Formule 1. J’ai confiance en son action. »

Le syndicat de pilote a réussi sa transition…

Articles connexes :

2 Commentaires pour “Uchronie F1 – Et si le GPDA devenait le seul interlocuteur des équipes ? (partie 4)”

  1. Zdek69 dit:

    Belle anticipation … Mais puisses tu te tromper : pas de flavio crapulator, sinistre personnage qui n’aime que l’argent et n’attendait même pas la fin des gp’s de ses poulains quand il était encore autorisé à venir sur un week end.
    Quand au plafond max pour la masse salariale ; pourquoi pas mais 5 millions ce n’est pas cher payé pour des pilotes risquant leurs vies … Comparé aux blaireaux du foot on est loin des aspects indécents dénoncés dans cette histoire.
    30 millions pour sieur Santander ou pour mettre Kimi à la retraite c’est peut être l’extrème limite …

    Si un vrai syndicat existait qui puisse court circuiter les agents et défendre pilotes au niveau salariale et aussi et surtout au niveau sécurité, le « prix » baisserait surement aussi … Combien prennaient des Robertson et consorts ?


  2. Vicetvertu dit:

    Merci pour cette uchronie ! C’est toujours très intéressant de lire ce qui pourrait advenir, surtout quand c’est documenté et écris par un spécialiste. Et puis ce n’est pas totalement fantaisiste puisque, comme vous le rappelez, les ligues américaines utilisent déjà ce système. L’exemple de la NBA notamment, qui a d’ailleurs conduit au fameux lock-out de cette année pour un conflit des salaires, une remise en cause du salary cap, du pourcentage de gain…

    Si un tel scénario devait se produire demain, la mise en place de ce syndicat devrait, je pense, être accompagné d’un vrai plafonnement budgétaire des équipes (apport limité des sponsors, dépenses « capées » et une encore plus grande homogénéité technique avec vente de châssis). Car le but des syndicats existants aujourd’hui, et je pense encore à la NBA, est d’assurer un certain équilibre entre les différentes franchises, ce qui aujourd’hui un petit échec en NBA. Hors l’équité des pilotes ne peut pas être dissocié de l’équité du matériel et surtout des moyens pour construire ce matériel. Mais les avancées et les débats de ces dernières années (vente de châssis, RRA, 3ème voiture,…) peuvent faire penser que cela est possible.

    Sinon, je trouve particulièrement savoureux la succession de Briatore par Alonso…



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu