Naviguer : Accueil > Economie > Blog article: Une Hongrie muselée aux Chinois

Une Hongrie muselée aux Chinois

Posté le 28 juillet 2011 dans la catégorie : Economie

« La loi des médias en Hongrie est une atteinte à la liberté » lance Bill Clinton dans les médias américains. Emotion du gouvernement hongrois qui estime que l’ancien président américain fait de l’ingérence morale envers son pays. Un pays en crise économique de plus en plus profond et inquiétant.

Cette évolution des médias hongrois, dénoncé par Clinton, fait écho a une refonte de l’agence d’information d’état MIT, les deux télévisions et la radio d’état. Une purge de 1000 personnes sur 3300 travaillant pour ses médias. La raison principale étant la réduction des coûts. Mais, certain journaliste locaux estiment que c’est pour museler d’autres fait majeur dans le pays. Economique surtout.

D’autant que l’Union Européene est inquiète de la politique de Budapest, sur le court terme. Les taux d’intérêt augmentent et le Forin prend des allures de Franc-suisse depuis le début de l’année. Pour relancer l’économie, le premier ministre Viktor Orbán a signé un accord avec la Chine d’une valeur de 3 milliards d’euros. Comprenant : des investissements massifs de l’Empire du milieu en Hongrie. Allant de l’eau, technologie solaire au télécommunication et transport de fret. Avec ce projet, dès 2012, la Hongrie prévoit 2 milliards d’euros de recettes et des milliers d’emplois. D’autant que l’accord sino-hongrois fait échos avec la récente loi du travail forcé des chômeurs.

La Chine, refroidi par ses récentes affaires en Pologne, aurait imposé d’employer des chômeurs pour obtenir des marchés étrangers. Une nouvelle tactique qui semble avoir obtenu ses fruits en Hongrie. Mais dont la presse locale ne pourra faire échos…

Articles connexes :

Un Commentaire pour “Une Hongrie muselée aux Chinois”

  1. Limacher Marc dit:

    Voici un E mail que j’ai reçu cette nuit :
    Good morning,
    I’m writing in order to clarify several issues. Article about china, and their activities in Poland incude several errors.

    1. COVEC not pay polish subcontractors (large transport companies etc). not staff. COVEC workers got money. Nobody had worked for free or above the norm.

    2. COVEC wasn’t offered two times cheaper price than european company. It was two times cheaper than the investor valuation. Price for example for one of the fragment road:

    - « COVEC »- 534 548 523 zlotys (about 136 milions euros)
    - « PBG SA » (polish company)- 657 214 000 zlotys (about 164 m. euros)
    - « Mostostal Warsaw »- (polish) 709 993 276 zloty
    Johann BUNTE Bauunternehmung GmbH & Co. (german) 729 207 670 zloty

    So second contract was more expensive 20%, not 100%.

    3. Poland broke contract because COVEC wanted much more money than in the the contract, not by the allegations of ‘dumping’.

    greeting form Poland



  • Rejoindre la nouvelle version de Tomorrownewsf1.com En cliquant ici

    News FanaticF1.com



    Pour tout savoir des évolutions techniques de la saison 2012 découvrez ici

    > Envie de vous prendre pour le nouveau Christian Honer ou Eric Boullier ? F1TeamBoss France Ce nouveau nouveau jeu de management vous offre une autre sensation de la course.

    Businessbookgp2012


    News F1 Dernière Minute

  • RSS Flux inconnu